Chap 1 les horaires de la prière

382 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
382
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 1 les horaires de la prière

  1. 1. LE LIVRE DE LA PRIERE - La prière est un des grands piliers de l’Islam. C’est le plus important des piliers après les deux témoignages : * C’est le pilier dont personne n’est déchargé : le musulman doit obligatoirement l’accomplir quelle que soit la situation, et même si certaines conditions de validités sont absentes (comme le cas de celui qui ne peut se purifier ou nettoyer l’impureté ou se diriger vers la qibla). La zakât, le pauvre en est déchargé. Le jeûne, celui qui n’en est pas capable en est déchargé. Le hadj n’est obligatoire que pour celui qui en est capable. Pour la prière, on doit la faire quelque soit la situation. * La prière, Allah l’a rendu obligatoire au Prophète عليه الصلاة والسلام sans intermédiaire alors que le Prophète عليه الصلاة والسلام était au-dessus des cieux la nuit de l’ascension. Et Il l’avait rendu obligatoire 50 prières dans un jour et une nuit, et ceci montre qu’Allah aime que ses serviteurs soit en prière. Mais Allah a allégé envers Ses serviteurs alhamdou lillèh : elle est devenue 5 prières dans l’acte mais 50 dans la balance. * De plus cette prière est obligatoire tous les jours alors que les autres piliers, à part le tawhîd et le message, ne se font pas tous les jours : le jeûne se fait annuellement, le hadj une fois dans la vie, la zakât annuellement. * De plus la prière est un dialogue entre soi et Allah. - Et donc celui qui l’abandonne (totalement) par paresse et négligence est un mécréant apostat qui sort de l’islam. Et donc une femme musulmane ne peut l’épouser, et si elle le fait le contrat de mariage est invalide. Et s’il abandonne la prière après son mariage alors son mariage est annulé. De plus s’il sacrifie une bête, elle n’est pas halâl à la consommation, alors que si un juif la sacrifie et dit bismillèh elle est halâl. Nous implorons le salut d’Allah. De plus il n’hérite pas d’un proche musulman (car le mécréant n’hérite pas du musulman), et on n’hérite pas de lui (car le musulman n’hérite pas du mécréant). S’il meurt, on ne le lave pas, on ne le met pas dans un linceul, on ne prie pas sur lui, il n’est pas enterré dans un cimetière musulman, on ne fait pas d’invocation pour lui (Allah pardonne lui, Fais-lui miséricorde …). Mais plutôt, on le prend dans la nature, on creuse un trou (pas une tombe) et on le jette comme on jette le cadavre d’un âne (tout ceci dans un état islamique mettant en pratique cet avis). Car c’est un mécréant et le mécréant est plus bas qu’un âne et plus bas que tous les animaux. Sauf s’il se repent, qu’Allah l’a guidé et qu’il prie, il revient à son islam. Et le jour de la résurrection celui qui ne priait pas sera ressuscité avec pharaon, hâmâne, qâroûn et oubey ibnou khalaf, les chefs de la mécréance, qu’Allah nous en préserve. Donc nous voyons que ce point est très grave, et donc on doit lui donner une grande importance et mettre en garde ceux qui ne prient pas de la gravité de leur agissement. Et ce qui est étonnant c’est de voir des gens jeûner ramadane et ne pas prier alors que le jeûne est le 4ème pilier de l’islam alors que la prière est le 2ème pilier. Mais son jeûne n’est pas valable car il vient d’un mécréant - La condition de validité la plus importante de la prière c’est le temps ; mais l’auteur a d’abord avancé le chapitre de la purification car c’est la condition qui contient le plus de règles. Puis, il a évoqué les horaires fixés pour les 5 prières par le Prophète عليه الصلاة والسلام .
  2. 2. CHAPITRE 1 : LES HORAIRES Cela fait partie de la Sagesse d’Allah le fait qu’Il ait fixé des horaires pour les 5 prières obligatoires, car si elles devaient être faites au même moment cela serait difficile pour le serviteur, et lorsqu’il aurait terminé il serait touché par l’insouciance (« alghaflah ») dans le reste de la journée car il resterait un long temps sans avoir de lien avec son Seigneur. Hadith 129 : On rapporte de ‘Abdillêh ibni ‘Amr - رضي هاللّ تعالى عنه - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « L’horaire de la prière du Dhouhr commence à partir du déclin du soleil, jusqu’au moment où l’ombre de l’homme est égale à sa taille jusqu’à l’heure de la prière du ‘Asr ; l’horaire de la prière du ‘Asr va jusqu’à la pâleur du soleil ; l’horaire de la prière du Maghrib va jusqu’à la fin du crépuscule ; l’horaire de la prière du ‘Ishâ va jusqu’au milieu de la nuit ; et l’horaire de la prière du Soubh va de l’aube au lever du soleil. [Hadîth rapporté par Mouslim]. A propos du ‘Asr, Mouslim rapporte le Hadîth de Bourayda en ces termes : « alors que le soleil était blanc et clair (lumineux) ». Dans le Hadîth d’Abî Moûsâ, il précise en ces termes : « Et le soleil était haut ». « : عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ عَمْرو - رَضِيَ الله عَنْ هُمَا - أَنَّ نَبَِّ - صلى الله عليه و سلم - قَالَ وَقْتُ الظُّهْرِ إِذَا زَالَت الشَّمْسُ , وَكَانَ ظِلُّ الرَّجُلِ كطُولِه مَا لََْ يََْضُرِ الْعَصْرُ , وَوَقْتُ الْعَصْرِ مَا لََْ تَصْفَرَّ الشَّ مْسُ , وَوَقْتُ صَ لاةِ الْمَغْرِبِ مَا لََْ يَغِبِ الشَّفَقُ , وَوَقْتُ صَلاةِ الْعِشَاءِ رَوَاهُ [ .» إِلََ نِصْفِ اللَّيْلِ الأَوْسَطِ , وَوَقْتُ صَلاةِ الصُّبْحِ مِنْ طُلُوعِ الْفَجْرِ مَا لََْ تَطْلُعِ الشَّمْسُ مُسْلِ م [ » وَالشَّمْسُ ب يَْضَاءُ نَقِيَّة « : وَلَه مِنْ حَدِيثِ ب رَُيْدَة فِِ الْعَصْرِ » وَالشَّمْسُ مُرْتَفِعَة « : وَمِنْ حَدِيثِ أَبِِ مُوسَى 1. ce hadith englobe les temps des 5 prières obligatoires : - Le dhohr : * Il commence à partir du déclin du soleil (« azzawâl ») c’est-à-dire vers l’ouest. Son signe c’est avec l’ombre : lorsque le soleil s’élève, chaque chose debout possède une ombre du côté de l’ouest, et plus le soleil s’élève plus cette ombre raccourcit, jusqu’au moment du zénith où elle est fixe. Lorsque l’ombre commence à grandir à nouveau (en étant cette fois du côté de l’est) c’est le signe du déclin du soleil. Et la fixation avec les heures, c’est de diviser le temps qu’il y a entre le lever du soleil et son coucher en 2. * Il finit lorsque quand l’ombre de l’homme atteint sa taille : si un homme se met debout au moment du déclin du soleil et qu’il fait une marque sur le sol, lorsque la taille de son ombre à partir de cette marque est égale à la taille de cet homme, c’est la fin du dhohr (donc on ne comptabilise pas l’ombre qu’il y a au moment du zénith). - Le ‘asr : * Il commence au moment où se termine le dhohr (quand l’ombre de l’homme atteint sa taille), et entre les deux il n’y a pas de temps vide (et il n’y a pas non plus de temps commun aux 2 prières). * Il se termine quand le soleil devient pâle (en général ≈ 20 minutes (ou un peu plus selon la saison) avant le maghrib) ; pourtant il est rapporté dans un hadith authentique que son temps
  3. 3. se termine au moment du coucher du soleil : من أدرك ركعة من العصر قبل أن تغرب الشمس فقد أدرك العصر → « Celui qui a atteint une rak’a de la prière du ‘asr avant que le soleil ne se couche a atteint le ‘asr » (Al Boukhâri). → En fait, entre la pâleur du soleil et son coucher, il est interdit de reporter le temps de la prière sauf pour une « daroûra » (nécessité absolue). Et donc le ‘asr a 2 temps : un temps optionnel qui va jusqu’à la pâleur du soleil, et un temps de daroûrah (nécessité absolue) qui va jusqu’au coucher du soleil - Le marghrib : * il commence au coucher du soleil (c-a-d la disparition totale du disque solaire) * il se termine à la disparition du crépuscule qui est une rougeur qui suit le soleil après son coucher. Et la lueur blanche qui reste après la lueur rouge n’est pas prise en compte. - Le ‘ichâ : * il commence à la disparition du crépuscule (la lueur rouge), et la lueur blanche qui reste après la lueur rouge n’est pas prise en compte * il se termine au milieu de la nuit c’est-à-dire qu’on divise le temps entre le marghrib et le fadjr en 2. Et le plus juste est que cette prière n’a pas 2 temps, contrairement à l’avis de certains savants qui disent qu’il y a un temps optionnel et un temps de daroûrah, mais plutôt le milieu de la nuit est la fin du temps. Et donc en se basant là-dessus, si une femme est pure des menstrues après le milieu de la nuit, elle n’a pas à rattraper la prière du ‘ichâ car son temps est terminé. Alors que selon l’avis disant que le temps de daroûrah du ‘ichâ s’étant jusqu’au fadjr, elle devrait rattraper le ‘ichâ (et certains savants ajoutent même le maghrib). Et l’avis le plus juste est que si la femme est pure des menstrues dans le temps de la seconde prière, elle n’a pas à rattraper la 1ère (Exemple : si la femme est pure des menstrues dans le temps du ‘ichâ, elle le rattrape et ne rattrape pas le maghrib). - Le fadjr : * il commence à l’aube. Mais il faut faire attention au début de l’aube car il est difficile à voir, donc il ne faut pas être pressé. * il se termine au lever du soleil. 2. la fixation des temps des prières comporte deux intérêts : - si on prie avant le temps, la prière n’est pas valable, c-a-d qu’elle n’est pas valable en temps que prière obligatoire : si on savait que le temps n’était pas encore entré alors elle complètement invalide car cela revient à se moquer, et si on ne savait pas alors elle est comptabilisée comme une prière surérogatoire et il faut la refaire car elle n’est pas valable en tant que prière obligatoire - si on prie après le temps : si cela est dû à une excuse valable comme le sommeil ou l’oublie alors il n’y a pas de mal, et si c’est sans excuse valable alors la majorité des savants disent que la prière est valable mais on est dans le péché, et l’avis le plus juste est qu’elle n’est pas valable mais plutôt elle est rejetée et on est dans le péché d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو رد → « Celui qui pratique une oeuvre (action), [non conforme] à notre Affaire, alors cela est rejeté. » (Rapporté par Mouslim). Hadith 130 : On rapporte de Abî Barzah Al-Aslamiy - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - priait le ‘Asr, puis l’un de nous retournait dans sa demeure à l’extrémité de Médine alors que le soleil était lumineux (blanc et clair). Et il aimait retarder la prière du ‘Ishâ. Et il détestait le sommeil avant cette prière et les discussions après elle. Et il quittait la prière de l’aube lorsque l’homme reconnaissait son voisin à coté. Et il y récitait entre soixante et cent versets ». [Hadîth agrée / Mouttafaqoun ‘alayhi].
  4. 4. Ils ont également rapporté le Hadîth de Djâbir : « Parfois le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - avançait ou retardait la prière du ‘Ishâ : s’il voyait ses compagnons regroupés il l’avançait, et s’ils étaient en retard, il la retardait. Et le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - faisait la prière du Soubh au clair-obscur ». Et Mouslim rapporta le Hadîth d’Abî Mûsâ : « Et il fit la prière du Fadjr au début de l’aube alors que les gens ne se reconnaissaient même pas ». وَعَنْ أَبِِ ب رَْزَةَ الْأَسْلَمِ ي - رضي الله تعالَ عنه - قَالَ : كانَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم - يُصَ ل يَ الْعَصْرَ , ثَُُّ ي رَْجِعُ أَحَدُ نَا إِلََ رَحْلِهِ فِِ أَقْصَى الْمَدِينَة وَالشَّمْسُ حَيَّة , وَكَانَ يَسْتَحِبُّ أَنْ ي ؤَُ خرَ مِنْ الْعِشَاءِ , وَكَانَ يَكْرَهُ النَّ وْمَ ق بْ لَهَا وَالَْْدِيثَ ب عَْدَهَا, وَكَانَ ي نَْ فَتِلُ مِنْ صَلاةِ ا لْغَدَاةِ حِينَ ي عَْرِفُ الرَّجُلُ جَلِيسَه , وَكَانَ ي قَْرَأُ بِال ست ينَ إِلََ الْمِائَةِ ]مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ [. وَعِنْدَهَُُا مِنْ حَدِيثِ جَابِ ر : وَالْعِشَاءَ أَحْيَانًا وَأَحْيَانًا: إِذَا رَآهُمْ اِجْتَمَعُوا عَجَّلَ , وَإِذَا رَآهُمْ أَبْطَئُوا أ خَّ رَ , وَالصُّبْحَ : كَانَ النَّبَِّ يُصَل يهَا بِغَلَ س . وَلِمُسْلِ م مِنْ حَدِيثِ أَبِِ مُوسَى: فَأَقَامَ الْفَجْرَ حِينَ انْشَقَّ الْفَجْرُ , وَالنَّاسُ لََ يَكَادُ ي عَْرِفُ ب عَْضُهُمْ ب عَْضًا. 1. les temps qu’Allah a fixé pour les prières, il est permis d’y prier dans leur début ou leur milieu ou leur fin. Et ceci une facilité de la part d’Allah et une largesse envers ses serviteurs. Ainsi le temps des prières est étendu contrairement au jeûne de ramadane qui doit obligatoirement se faire entre l’aube et le coucher du soleil, et il se fait depuis la nouvelle lune de ramadane jusqu’à la nouvelle lune de chawwâl 2. Mais de façon générale, le mieux est de faire la prière au début de son temps, à part pour le ‘ichâ et pour le dhohr sauf si la chaleur est intense, comme nous allons le voir 3. Ce hadith montre que le prophète عليه الصلاة والسلام faisait la prière du ‘asr au début de son temps, donc le mieux est de la prier au début de son temps. Mais il faut être sûr ou presque sûr que l’heure de la prière est entrée 4. le Prophète عليه الصلاة والسلام aimait retarder la prière du ‘ichâ. Donc plus on la retarde mieux c’est sauf si c’est difficile pour les « ma°moûmîne » (prieurs derrière l’imam) : donc le Prophète عليه الصلاة والسلام la faisait tôt s’il voyait ses compagnons regroupés et s’ils étaient en retard, il la retardait. Et une fois, le Prophète عليه الصلاة والسلام a retardé la prière du ‘icha jusqu’à ce qu’une bonne partie de la nuit se soit écoulée, et les femmes et les enfants s’étaient endormis. Puis il sortit, pria et dit : « C’est en vérité son horaire (c-a-d son meilleur horaire) si ce n’était la crainte de causer de la difficulté à ma communauté ». Donc si nous nous trouvons en groupe en voyage et que nous n’allons pas dormir tôt, le mieux est que nous retardions la prière du ‘ichâ vers la fin de son temps (avant le milieu de la nuit). De même pour les femmes qui prient dans leur demeure. (De même pour celui qui ne prie pas en groupe à cause d’une excuse valable). 5. le prophète عليه الصلاة والسلام détestait le sommeil avant le ‘ichâ (c-a-d entre le maghrib et le ‘ichâ) car il comporte une de ces deux conséquences : soit la personne dormira profondément et elle ne se lèvera pas, soit elle dormira légèrement et elle se lèvera mais avec paresse.
  5. 5. 6. il détestait également les discussions après le ‘ichâ car il se peut que la discussion dure longtemps, alors on dort tard, et on ne peut pas se lever pour le tahadjoud (prière de fin de nuit) et peut-être même pour la prière du fadjr à son heure, ou au moins avec paresse. Donc il est déconseillé de discuter après le ‘ichâ si cette discussion est faite de paroles permises. Et si elle est faite de paroles interdites, alors c’est interdit. De plus les médecins sont unanimes sur le fait que le sommeil en début de nuit est largement meilleur que le sommeil en fin de nuit ou en journée. Et ceci est le contraire de la situation des gens d’aujourd’hui. Si les gens prenaient l’exemple de leur prophète عليه الصلاة والسلام et dormait tout de suite après le ‘ichâ, cela serait un grand bien … . Sont exceptés ici : la courte discussion après le ‘ichâ avec l’épouse, les enfants, les invités en cas de besoin ; de même rester éveillé pour étudier la science, l’apprentissage du Coran ou le hadith comme le faisait Abou Houreïra (ra) et c’est pour cela que le prophète عليه الصلاة والسلام lui a recommandé de prier le witr avant de dormir 7. le prophète عليه الصلاة والسلام quittait la prière de l’aube lorsque l’homme reconnaissait son voisin à coté, donc il la priait au début de son temps. En effet l’homme reconnaissait son voisin à côté et non celui qui était éloigné, alors que le prophète عليه الصلاة والسلام allongeait la récitation dans la prière du fadjr, et qu’il n’y avait pas de lumière à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام 8. le fait que le prophète عليه الصلاة والسلام faisait le ‘ichâ tôt s’il voyait ses compagnons regroupés et s’ils étaient en retard il la retardait, montre que si ce qui convient le plus aux gens est de retarder la prière du dhohr par exemple, alors le mieux est de la retarder, même si normalement le mieux est de l’avancer, car il est parfois difficile de la faire au début du temps pour ceux qui travaillent Hadith 131 : On rapporte de Râfi’ ibn Khadîdj - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « Nous faisions la prière du Maghrib avec le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - et nous quittions la prière pouvant voir les cibles de nos flèches. [Hadîth agrée / Mouttafaqoun ‘alayhi]. وَعَنْ رَافِعِ بْنِ خَدِي ج - رضي الله تعالَ عنه - قَالَ : كُنَّا نُصَل ي الْمَغْرِبَ مَعَ النَّ ب - صلى الله عليه و سلم - فَ يَ نْصَرِفُ أَحَدُنَا وَإِنَّهُ لَيُبْصِرُ مَوَاقِعَ ن بَْلِهِ . ]مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ [ Ce hadith montre également que le prophète عليه الصلاة والسلام priait la prière du maghrib au début de son temps car la il restait de la lumière permettant de voir la cible d’une flèche, alors qu’à cette époque il n’y avait pas d’électricité. Hadith 132 : On rapporte de ‘Âisha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : « Une nuit, le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a retardé la prière du ‘Ishâ jusqu’à ce qu’une bonne partie de la nuit se soit écoulée, alors il sortit, pria et dit : « C’est en vérité son horaire si ce n’était la crainte de causer de la difficulté à ma communauté ». [Hadîth rapporté par Mouslim]. وَعَنْ عَائِشَةَ - رَضِيَ الله عَنْ هَا - قَالَتْ : أَعْ تَمَ النَّبُِّ الله - صلى الله عليه و سلم - ذَاتَ لَيْ لَ ة إِنَّهُ لَوَقْ تُ هَا لَوْلََ أَنْ أَشُقَّ عَلَى « : بِالْع شَ اءِ , حَتََّّ ذَهَبَ عَامَّةُ اللَّيْلِ , ثَُُّ خَرَجَ , فَصَلَّى, وَقَالَ رَوَاهُ مُسْلِ م [ [ .» أُمَّتِ
  6. 6. Nous avons traité ce point dans le hadith 130. Hadith 133 : On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Lorsqu’il qu’il fait très chaud, retardez la prière jusqu’à ce que la chaleur s’atténue. Car la forte chaleur vient de la chaleur et du bouillonnement de la Géhenne ». [Hadîth agrée / Mouttafaqoun ‘alayhi]. إِذَا اشْتَدَّ « - وَعَنْ أَبِِ هُرَيْ رَة - رَضِيَ الله عَنْهُ - قَالَ : قَالَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ [ [ .» الَْْرُّ فَأَبْرِدُوا بِالصَّلاة , فَإِنَّ شِدَّ ةَ الَْْ ر مِنْ فَ يْحِ جَهَنَّمَ 1. malgré que la forte chaleur a des causes naturelles, elle a pour cause la forte chaleur et le bouillonnement de l’enfer comme l’a dit le prophète عليه الصلاة والسلام 2. le fait de retarder la prière du dhohr lorsque la chaleur s’atténue ne peut se faire que si la prière du dhohr se fait lorsque l’heure de la prière du ‘asr est proche, de sorte que lorsqu’on termine le dhohr il reste environ une demi-heure. Quant au fait de la retarder légèrement (comme une heure) revient à la faire lorsqu’il fait encore plus chaud. Donc il est bien de retarder la prière du dhohr lorsque la chaleur est intense (c-a-d en été), sauf si ce qui convient le mieux au gens est de la faire au début de son heure 3. il y a dans ce hadith le bon enseignement du prophète عليه الصلاة والسلام car il a rattaché la règle à sa cause, en disant : « Retardez la prière jusqu’à ce que la chaleur s’atténue. Car la forte chaleur vient de la chaleur de la Géhenne ». Et le fait de rattacher la règle à sa cause a des intérêts et des profits, dont : - la personne sait que cette législation est complète, basée sur la hikma (sagesse) - la personne est apaisée concernant cette règle, car c’est un être humain, et donc lorsque la législation nous informe de la sagesse d’une règle établie, notre certitude augmente - si nous connaissons la cause d’une règle nous pouvons également rentrer dans cette règle un cas qui sera similaire. Hadith 134 : On rapporte de Râfi’ Ibni Khadîdj - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Entrez dans le jour pour la prière de l’aube, car cela augmente vos rétributions ». [Hadîth rapporté par les cinq et qualifié d’authentique par At-Tirmidhî et Ibnou Hibbân]. وَعَنْ رَافِعِ بْنِ خَدِي ج - رَضِيَ الله عَنْهُ - قَالَ : قَالَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم - رَ واهُ الَْْمْسَة , وَصَحَّحَه الت رْمِذِيُّ , وَابْنُ حِبَّانَ [ [ .» أَصْبِحُوا بِالصُّبْحِ فَإِنَّهُ أَعْظَمُ لِأُجُورِكُمْ « Certains savants se sont basé sur ce hadith pour dire qu’il est bien de retarder la prière du fadjr (et c’est l’avis des hanafite) jusqu’à ce que le ciel soit clair (bien sur avant le lever du soleil), en disant que c’est le sens du mot « asfiroû » et « asbihoû ». Mais les autres ahadiths qui montrent que le Prophète عليه الصلاة والسلام priait le soubh au début de son temps sont nombreux (exemple : le hadith 130). Et donc il est sounna de faire la prière du fadjr au début de son temps, et ceci est l’avis de la majorité des savants. Et il y a 2 réponses possibles à ce hadith : - soit cela veut dire « ne priez pas jusqu’à ce que vous soyez sûr de l’entrée du fadjr ». - soit cela veut dire « allongez la lecture ». Et ceci permet de réunir entre les différents ahadiths et c’est donc l’avis le plus juste.
  7. 7. Hadith 135 : On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Quiconque a atteint une rak’a de la prière du Soubh avant le lever du soleil est a atteint le Soubh. Et quiconque a atteint une rak’a de la prière du ‘Asr avant le coucher du soleil a atteint le ‘Asr ». [Hadîth agrée / Mouttafaqoun ‘alayhi]. Mouslim a également rapporté de ‘Âisha - رضي هاللّ تعالى عنها - un Hadîth similaire et a dit : « Sadjda (une prosternation) » au lieu d’une rak’a. Il commenta : en effet une prosternation veut dire une rak’a. مَنْ « : وَعَنْ أَبِِ هُرَيْ رَةَ - رَضِيَ الله تعالَ عَنْهُ - أَنَّ رَسُولَ الله- صلى الله عليه و سلم - قَالَ أَدْرَكَ مِنَ الصُّبْحِ رَكْعَةً قَ بْلِ أَنْ تَطْلُعَ الشَّمْسُ فَ قَدْ أَدْرَكَ الصُّبْحَ , وَمَنْ أَدْرَكَ رَكْعَةً مِنَ الْعَصْرِ مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ [ [ .» ق بْلَ أَنْ تَ غْرُبَ الشَّمْسُ فَ قَدْ أَدْرَكَ الْعَصْرَ ثَُُّ .» رَكْعَةً « بَدَلَ » سَجْدَة « : وَلِمُسْلِ م عَنْ عَائِشَةَ - رَضِيَ الله تعالَ عَنْ هَا - نََْوَه , وَقَالَ » وَالسَّجْدَةُ إِنَََّّا هِيَ الرَّكْعَةُ « : قَالَ 1. si quelqu’un prie la prière du fadjr à la fin de son temps et en a atteint une rak’a (c-a-d qu’il a fait une rak’a complète avant la fin du temps), il a atteint la prière, et elle est considérée comme ayant été faite dans son temps. De même s’il a atteint une rak’a du ‘asr avant le coucher du soleil, même si les 3 autres rak’at vont être faites après le coucher du soleil. Mais ceci ne veut pas dire qu’il est permis de retarder la prière du ‘asr ou du fadjr jusqu’à ce qu’il reste le temps nécessaire pour accomplir une rak’a. Mais si quelque chose nous a occupés au point qu’on ne puisse faire la prière qu’à ce moment, nous disons qu’il a accompli la prière dans son temps par la grâce d’Allah. Et ceci montre que la Miséricorde d’Allah a devancé sa colère. 2. si la femme est pure des menstrues avant le lever du soleil, d’un temps suffisant pour accomplir une rak’a, elle doit obligatoirement prier le fadjr, car elle a atteint le fadjr. Et si elle est pure des menstrues avant le coucher du soleil, d’un temps suffisant accomplir une rak’a, elle doit obligatoirement prier le ‘asr, car elle a atteinte cette prière. Et dans ce cas elle n’a pas besoin de prier le dhohr d’après l’avis le plus juste, car le temps du dhohr est sorti alors qu’elle ne faisait pas partie de « ahloul woudjoûb » (les gens pour qui la prière est obligatoire). De même si la femme atteint une rak’a de la prière du dhohr alors qu’elle est pure, puis les menstrues sont arrivées juste après l’entrée du dhohr, d’un temps suffisant pour accomplir une rak’a, lorsqu’elle sera pure des menstrues elle devra obligatoirement rattraper la prière du dhohr, et non la prière du ‘asr car elle n’a pas atteint le temps du ‘asr 3. ce hadith montre que le hadith 129 disant que le temps du ‘asr se termine au moment du palissement du soleil concerne le temps optionnel. Mais le temps de daroûra (nécessité absolue) s’étend jusqu’au coucher du soleil. Et avec cela on réunie entre les 2 hadith. Donc le ‘asr a 2 temps : - un temps optionnel qui va jusqu’au palissement du soleil : il est interdit lorsqu’on a le choix de retarder la prière après ce temps - un temps de daroûra (à cause d’un empêchement) qui va jusqu’au coucher du soleil. Hadith 136 : On rapporte d’Abî Sa’îd Al-Khoudrî - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : J’ai entendu le Prophète
  8. 8. - صلى اللّ عليه و سلم - dire : « Point de prière après le soubh jusqu’au lever du soleil. Et point de prière après le ‘Asr jusqu’au coucher du soleil ». [Hadîth agrée / Mouttafaqoun ‘alayhi]. Et dans la version de mouslim « après la prière du fadjr ». Mouslim rapporta de ‘Ouqba ibni ‘Âmir - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : il y a 3 moments durant lesquels le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - nous défendait de prier ou d’enterrer nos morts : lorsque le soleil se lève et apparaît jusqu’à ce qu’il soit haut, lorsque le soleil est au zénith jusqu’à ce qu’il décline, et au moment où le soleil se prépare à se coucher ». La deuxième règle est rapportée par Ash-Shafi’î - رحمه اللّ تعالى - dans le Hadîth d’Abî Hourayra avec une chaîne de transmission qualifiée de faible et il ajouta : « Sauf le vendredi ». Abou Dawoûd a rapporté d’Abî Qatâda une version semblable. لََ « : وَعَنْ أَبِِ سَعِي د اَلُْْدْرِ ي رضي الله عنه قَالَ : سََِعْتَ رَسُولَ اَللَّهِ صلى الله عليه وسلم ي قَُولُ مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ . » صَلَاةَ ب عَْدَ اَلصُّبْحِ حَتََّّ تَطْلُعَ اَلشَّمْسُ وَلََ صَلَاةَ ب عَْدَ اَلْعَصْرِ حَتََّّ تَغِيبَ اَلشَّمْسُ وَلَفْظُ مُسْلِ م .» لََ صَلَاةَ ب عَْدَ صَلَاةِ اَلْفَجْرِ « : ثَلَاثُ سَ اعَا ت كَانَ رَسُولُ اَللَّهِ صلى الله عليه وسلم ي نَْ هَانَا أَنْ « : وَلَهُ عَنْ عُقْبَةَ بْنِ عَامِ ر نُصَل ي فِيهِنَّ , وَأَنْ ن قَْبُ رَ فِيهِنَّ مَوْتَانَا: حِينَ تَطْلُعُ اَلشَّمْسُ بَازِغَةً حَتََّّ تَ رْتَفِعَ , وَحِينَ ي قَُومُ قَائِمُ اَلظَّهِيرةَِ . » حَتََّّ تَ زُولَ اَلشَّمْسُ , وَحِينَ تَ تَضَ يَّفُ اَلشَّمْسُ لِلْغُرُوبِ وَالُْْكْمُ » إِلََّ ي وَْمَ اَلُْْمْعَةِ « : اَلثَّانِِ عِنْدَ "اَلشَّافِعِ ي " مِنْ حَدِيثِ أَبِِ هُرَيْ رَةَ بِسَنَ د ضَعِي ف . وَزَادَ وَكَذَا لِأَبِِ دَاوُدَ : عَنْ أَبِِ قَ تَادَةَ نََْوُهُ 1. ce hadith contient les temps interdits pour les prières surérogatoires : 1) il est interdit de prier après la prière du soubh jusqu’au lever du soleil, c-a-d après avoir soi-même prier la prière soubh ; donc ce qui compte c’est sa propre prière et non la prière des gens. Exemple : si quelqu’un a raté la prière en groupe et qu’il n’a pas encore prié, il n’est pas considéré par l’interdiction, car le prophète عليه الصلاة والسلام a rattaché l’interdiction à l’accomplissement de la prière, et non à son temps (mais il est mieux ici de se contenter des 2 rak’at sounna avant le fadjr car le prophète عليه الصلاة والسلام ne priait après l’arrivée de l’aube que ces 2 rak’at). Et ce temps s’étend jusqu’à ce que le soleil s’élève de la hauteur d’une lance, comme cela est dit dans le hadith de ‘Ouqbah (ra). Donc l’interdiction va de la prière du soubh jusqu’au moment où le soleil est levé de la hauteur d’une lance. Et la lance a une longueur d’environ 1 mètre. Et le soleil s’élève de cette distance en 10 ou 15 minutes. Donc lorsque passent 15 minutes après le lever du soleil le temps interdit est terminé. 2) il est interdit de prier après la prière du ‘asr jusqu’au coucher du soleil c-a-d jusqu’à ce que disparaisse le disque solaire 3) il y a un 3ème temps qui se trouve dans le hadith de ‘Ouqba ibnou ‘Âmir : au moment du zénith (c-a- d quand le soleil est immobile) et il va jusqu’au moment du déclin du soleil (qui est le début du temps
  9. 9. du dhohr), et ce temps dure entre 5 et 10 minutes. Durant ces 10 minutes avant le déclin du soleil il ne faut pas prier 2. de ces temps interdits, plusieurs prières sont exceptées (elles ne suivent pas cette règle) :  la prière obligatoire : dés qu’on s’en souvient, on la prie quelque soit le moment de jour comme de nuit. Exemple : si quelqu’un, après avoir prié le ‘asr, se souvient qu’il a prié le dhohr sans les ablutions, alors il doit obligatoirement prier le dhohr, malgré qu’il a déjà prié le ‘asr. Et ceci d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : من نام عن صلاة أو نسيها فليصلها إذا ذكرها → "Celui qui s'est endormi pendant le temps d'une prière ou qui l'a oubliée qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient".  toute prière surérogatoire qui a une cause particulière : * la prière de salutation de la mosquée : on la prie dès qu’on rentre à la mosquée, quelque soit le moment * la prière du Tawaf (tours autour de la ka’ba) * la prière du woudoû (après les ablutions) * la sounna du fadjr (c’est-à-dire les 2 rak’at avant le fadjr) : si on arrive à la mosquée et que les gens prie déjà la prière obligatoire, on peut la prier après le fadjr. * quelqu’un a une affaire sur laquelle il veut consulter Allah par la prière de consultation (salâtoul istikhârah) et cette affaire est urgente (mais si elle n’est pas urgente et qu’il peut la reporter après le temps interdit, alors il la repousse) * si quelqu’un a prié dans une mosquée (le fadjr ou le ‘asr), puis il entre dans une autre mosquée et les trouve entrain de prier cette prière, alors il prie avec eux une seconde fois, et elle est pour lui une prière surérogatoire (voir le hadith 319 de boulough al maram) 3. dans le hadith de ‘Ouqba il y a également les 3 moments durant lesquels le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu d’enterrer les morts : - lorsque le soleil se lève, jusqu’à ce qu’il soit élevé de la hauteur d’une lance : il ne faut pas enterrer de mort ; et même si la tombe est prête et qu’il ne reste qu’à faire descendre le mort et l’enterrer, il n’est pas permis de l’enterrer jusqu’à ce que le soleil soit élevé de la hauteur d’une lance - de même lorsque le soleil est au zénith, jusqu’à ce que le soleil décline - de même lorsque le soleil se prépare à se coucher, c-a-d à partir du moment où il reste la hauteur d’une lance avant que le soleil ne se couche, et ce jusqu’au coucher du soleil 4. certains savants comme Ibnou Taymiyyah disent qu’il est permis de prier des prières surérogatoires le jour du vendredi jusqu’à ce que l’imam soit présent, même si cela concorde avec le moment du zénith, en se basant sur la version du hadith d’Abî Houraira (ra) qui est faible et sur l’agissement de certains compagnons. Mais le plus juste est le contraire et donc on ne peut faire que la prière qui a une cause comme par exemple les 2 rak’at d’entrée à la mosquée. Hadith 137 : On rapporte de Joubayr ibn Mout’im - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم – a dit : « Ô fils de ‘Abdi Manâf, n’empêchez personne de faire le tour de la Ka’ba ou d’y prier à n’importe quelle heure de la nuit ou du jour qu’il veut. » [Hadîth rapporté par les cinq, et qualifié d’authentique par At-Tirmidhî et Ibnou Hibbân]. يَا بَنِِ عَبْدِ مَنَا ف , لََ « وَعَنْ جُبَ يْرِ بْنِ مُطْعِ م رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اَللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ الَْْمْسَة , وَصَحَّحَهُ » تَ نَ عُوا أَحَدًا طَافَ بَِِذَا الْبَ يْتِ وَصَلَّى أَيَّةَ سَاعَ ة شَاءَ مِنْ لَيْ ل أَ وْ ن هََا ر الت رْمِذِيُّ , وَابْنُ حِبَّانَ Dans ce hadith le Prophète عليه الصلاة والسلام s’est adressé aux responsables de la mosquée sacrée, en leur disant de ne pas interdire à quelqu’un d’y faire le tawâf et la prière. Les savants ont divergé concernant le sens de ce hadith : - certains savants ont déduit de ce hadith que les temps interdits ne concerne pas la mosquée sacrée et donc qu’il est permis d’y prier à tout moment
  10. 10. - d’autres ont dit que cela est spécifique au 2 rak’at qu’on fait après le Tawâf - d’autres ont dit que ce hadith s’adresse à ceux qui ont la responsabilité de la mosquée sacrée, en leur disant qu’ils n’ont pas le droit d’interdire à quelqu’un d’y faire le tawâf et la prière, et il ne concerne pas les temps des prières. Ce hadith ne s’adresse pas aux prieurs en leur disant de prier à n’importe quel moment, mais plutôt aux responsables. Et donc les temps interdits pour les prières surérogatoires s’appliquent. Et cet avis est le plus juste. Et le tawâf n’a pas de temps interdit, mais la prière surérogatoire a des temps interdits même à la mosquée sacrée. Hadith 138 (cheikh Al Fawzane) : On rapporte d’Ibni ‘Omar - رضي هاللّ تعالى عنهما - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Ach-chafaq c’est la lueur rouge » [Hadîth rapporté par Ad-dâraqoutnî, qualifié d’authentique par Ibnou Khouzayma mais qualifié de suspendu]. رَوَاهُ » اَلشَّ فَقُ الُْْمْرَةُ « : وَعَنِ ابْنِ عُمَرَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هُمَا ; عَنِ النَّ ب صلى الله عليه وسلم قَالَ الدَّارَقُطْنُِِّ وَصَحَّحَ ابْنُ خُزَيَْْةَ وَغَيْ رُهُ وَقْ فَهُ Ce hadith est venu de 2 voies : une remontant au Prophète عليه الصلاة والسلام (« marfoû’ ») (et elle est faible) et une s’arrêtant à Ibni Omar (ra) (« mawqoûf ») (et c’elle-ci est authentique). Ce hadith est un argument car Ibnou ‘Omar (ra) fait partie des spécialistes de la langue arabe et donc son explication du hadith sert de preuve, car il sait ce que veut dire ach-chafaq chez les arabes. Ce hadith explique le premier hadith (n°129) donc ach-chafaq est la lueur rouge qui reste après le coucher du soleil, donc du côté de l’ouest. Et donc la disparition de cette lueur est la fin du temps du maghrib et le début du temps du ‘ichâ. Et on ne prend pas en compte la lueur blanche qui reste après. Hadith 139 : On rapporte d’Ibn ‘Abbâs - رضي هاللّ تعالى عنهما – qu’il a dit que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Le Fadjr est de 2 sortes : un fadjr qui interdit de manger et où il est permis de prier ; et un fadjr où il est interdit de faire la prière - c’est-à-dire la prière du soubh - et où il est permis de manger ». [Hadîth rapporté par Ibn Khouzayma et Al-Hâkim qui l’ont qualifié d’authentique. Al-Hâkim a également rapporté dans le Hadîth de Djâbir une version similaire mais il ajouta à propos de l’horaire pendant lequel il est interdit de manger : il s’étant largement à l’horizon ; et concernant l’autre Fadjr il a dit : il est comme la queue du loup]. اَلْفَجْرُ فَجْرَانِ : فَجْ ر « وَعَنِ ابْنِ عَبَّا س رَضِيَ اللَّهُ عَ نْ هُمَا قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ » يََُ رمُ الطَّعَامَ وَتََِلُّ فِيهِ الصَّلَاة , وَفَجْ ر تََْرُمُ فِيهِ الصَّلَاةُ - أَيْ : صَلَاةُ الصُّبْحِ - وَيََِلَّ فِيهِ الطَّعَام ابْنُ خُزَيَْْة , وَالَْْاكِمُ , وَصَحَّحَاه إِ نَّهُ يَذْهَبُ مُسْتَطِيلاً فِِ « : وَلِلْحَاكِمِ مِنْ حَدِيثِ جَابِ ر رضي الله عنه نََْوُه , وَزَادَ فِِ الَّذِي يََُ رمُ الطَّعَامَ » إِنَّهُ كَذَنَبِ ال سرْحَان « : وَفِِ الْْخَرِ » الْأُفُقِ 1. la prière du fadjr n’est autorisée qu’à partir de l’aube (fadjr). Et la nourriture pour le jeûneur n’est interdite qu’à partir de l’aube. C’est même à partir de « l’apparition du fadjr » c’est-à-dire qu’il soit visible comme le dit Allah dans le verset : الْخَيْطُ الأَبْ يَضُ مِنَ الْخَيْطِ الأَسْوَدِ مِنَ الْفَجْرِ وَكُلُوا وَاشْرَبُوا حَتَّى يَ تَبَ يَّنَ لَكُمُ → « mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit ».
  11. 11. Et donc si c’est le moment de l’aube mais qu’il n’apparaît pas encore à la personne, il n’y a pas de mal si elle a mangé ou bu jusqu’à ce qu’il apparaisse. 2. le fadjr est de 2 sortes : un fadjr « sâdiq » (véridique) est un autre « kâdhib » (mensonger, menteur). Ces 2 fadjr possèdent 3 différences : * 1ère différence : dans l’apparence, le véridique s’étend du nord au sud (donc il s’étend en largeur sur l’horizon) ; et le menteur s’étend de l’est à l’ouest (donc il s’étend en longueur) et est allongé comme un pilier. * 2ème différence : le véridique, il n’y a pas entre lui et l’horizon d’obscurité et donc il est rattaché à l’horizon, la lumière s’allonge vers le haut ; le mensonger, il y entre lui et l’horizon de l’obscurité c-a- d que la lumière ne s’étend pas jusqu’à la fin de l’horizon. * 3ème différence : le mensonger s’obscurcit après cela, alors que le véridique sa lumière s’intensifie jusqu’à ce que le soleil se lève 3. ce hadith montre que le prophète عليه الصلاة والسلام a montré à sa communauté en détail ce dont elle a besoin et l’a laissée sur un chemin blanc (clair) et propre, ne s’en égare que celui qui est voué à la perdition. Hadith 140 (cheikh Al Fawzane) : On rapporte d’Ibni Mas’oûd - رضي هاللّ تعالى عنه - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Le meilleur des actes est la prière faite au début de son heure ». [Hadîth rapporté par At-Tirmidhî et Al-Hâkim qui l’ont qualifié d’authentique. Et la version originale se trouve dans les deux Traditions Authentiques (Al-Boukhârî et Mouslim)]. أَفْضَلُ الْأَعْمَالِ الصَّلَاةُ فِِ « وَعَنِ ابْنِ مَسْعُو د رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ الت رْمِذِيُّ , وَالَْْاك مُ . وَصَحَّحَاهُ . » أَوَّلِ وَقْتِهَا وَأَصْلُهُ فِِ "الصَّحِيحَيْنِ " 1. le mieux est d’effectuer la prière au début de son temps car c’est un empressement à l’obéissance d’Allah. De plus en l’effectuant au début de son temps on se décharge de l’obligation. 2. ce hadith montre que c’est la meilleure action. Mais il y a également d’autres ahadith qui montrent que d’autres actes sont les meilleures actions (comme la foi en Allah) et les savants ont répondu à cela, car il ne peut y avoir de contradictions entre les ahâdith du prophète عليه الصلاة والسلام : - Pour le hadith concernant la foi en Allah : il s’agit ici de la meilleure action intérieure (du coeur) et la prière est la meilleure action extérieure (du corps) - Pour le hadith concernant le djihad et celui concernant la sadaqa (l’aumône) : le Prophète عليه الصلاة والسلام s’est adressé à chaque individu avec ce qui lui convenait c’est-à-dire ce qui lui convenait par rapport à ses compétences et ses capacités. Certains ont une grande compétence dans le djihad pour Allah et le combat donc pour eux c’est le djihad qui est la meilleure action. D’autres, Allah leur a donné des biens matériels et ils n’ont pas de grandes compétences dans le djihad, pour eux c’est la sadaqah qui est la meilleure action. Et certains n’ont ni des compétences dans le djihad ni des biens matériels, pour la meilleure action est la prière faite au début de son temps. Donc le prophète عليه الصلاة والسلام s’est adressé à chaque individu avec ce qui lui convenait par rapport à ses compétences et ses capacités. Donc le mérite change en fonction des gens et leurs compétences. Certains Allah leur a donné une compréhension dans le Coran et la sounna et l’apprentissage de la science, pour eux la meilleure action est l’apprentissage de la science et l’étude de la religion, afin qu’il exploite ses capacités pour être utile pour lui-même et pour les musulmans. Donc si parmi les musulmans un sort pour le djihad, un autre s’investit dans la science, un autre dans la sadaqah, un autre dans les adorations, les intérêts vont se compléter. Alors que si tout le monde se dirige vers la même catégorie d’acte, les autres catégories vont s’arréter.
  12. 12. Ainsi Allah par Sa Sagesse a placé des compétences différentes dans les gens pour que tous les intérêts se complètent. 3. ce hadith ne concerne pas la prière de dhohr lorsqu’il fait très chaud, ni la prière du ‘icha qu’il est mieux de retarder. Car ce hadith est général, mais il est précisé par d’autres ahadith montrant la spécificité de la prière du dhohr lorsqu’il fait très chaud et la prière du ‘ichâ. Hadith 141 (cheikh Al Fawzane) : On rapporte d’Abî Mahdhoûra - رضي هاللّ تعالى عنه - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « La première heure de la prière, c’est l’Agrément d’Allah ; le milieu de l’heure c’est la Miséricorde d’Allah ; et sa fin c’est le Pardon d’Allah ». [Hadîth rapporté par Addâraqoutnî dans une très faible chaîne de transmission. At-Tirmidhî a également rapporté dans le Hadîth d’Ibn ‘Omar une version semblable sans ajouter « le milieu », et il s’agit également d’un Hadîth qualifié de faible]. أَوَّلُ الْوَقْتِ رِضْوَانُ اللَّه , وَأَوْسَطُهُ « : وَعَنْ أَبِِ مََْذُورَةَ رضي الله عنه أَنَّ النَّبَِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ أَخْرَجَهُ الدَّارَقُطْنُِِّ بِسَنَ د ضَعِي ف جِدًّا. » رَحَْْةُ اللَّهِ ; وَآخِرُهُ عَفْوُ اللَّهِ ولِلت رْمِذِ ي مِنْ حَدِيثِ ابْنِ عُمَرَ نََْوُه , دُونَ الْأَوْسَ طِ , وَهُوَ ضَعِي ف أَيْضًا Ce hadith est très faible mais il est soutenu par le précédent (140). En effet ma meilleure chose que puisse atteindre le croyant est l’Agrément d’Allah comme le montre le Coran et la sounna. L’Agrément est meilleur que la Miséricorde, et la Miséricorde est meilleure que le Pardon (car le Pardon montre qu’il y a un manquement). Hadith 142 : On rapporte d’Ibni ‘Omar - رضي هاللّ تعالى عنهما - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Point de prière après l’aube sauf deux prosternations ». [Hadîth rapporté par les cinq sauf An-Nasâ-î]. Dans la version de ‘Abdir-Razzâq on trouve : « Point de prière après l’arrivée de l’aube si ce n’est les deux rak’a du Fadjr (c-a-d les 2 rak’at précédent le fadjr)». Ad-dâraqoutnî a rapporté une version similaire de ‘Amr ibni Al-‘Âs. لََ صَلَاةَ ب عَْ دَ الْفَجْرِ إِلََّ « : وَعَنِ ابْنِ عُمَرَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هُمَا أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ أَخْرَجَهُ الَْْمْسَة , إِلََّ النَّسَائِيَّ . » سَجْدَتَ يْنِ .» لََ صَلَاةَ ب عَْدَ طُ لُ وِع الْفَجْرِ إِلََّ رَكْعَتَِ الْفَجْرِ « : وَفِِ رِوَايَةِ عَبْدِ الرَّزَّاقِ وَمِ ثْ لُهُ لِلدَّارَقُطْنِِّ عَنِ ابْنِ عَمْرِوِ بْنِ الْعَاصِ . - Après l’entrée du fadjr, il n’y a pas de prière légiférée jusqu’à l’iqâmah de la prière, à part celle des 2 rak’at avant le fadjr (sounatal fadjr) ; ou également la prière de la salutation de la mosquée si on entre dans la mosquée. Et si quelqu’un entre dans la mosquée alors qu’il n’a pas encore prié la râtibah du fadjr (les 2 rak’at qui se font avant le fadjr) et que les gens n’ont pas encore prié, il peut : - soit prier la râtbah uniquement et à ce moment il aura accompli son devoir concernant les 2 rak’at de salutation de la mosquée - soit prier 2 rak’at en mettant l’intention des 2 prières (la râtbah et la prière de salutation de la mosquée)
  13. 13. - soit prier les 2 rak’at de salutation de la mosquée, puis les 2 rak’at de râtibah, s’il sait qu’il aura assez de temps Et s’il prie 2 rak’at en mettant l’intention que c’est uniquement la prière de salutation de la mosquée, alors il n’a pas prié la râtibah du fadjr. - Donc il n’est pas interdit de prier entre la sounna du fadjr et la prière du fadjr car l’interdiction de prier après le fadjr dans les ahadiths précédents concerne le fait de prier après la prière du fadjr et non après l’entrée du fadjr (de même pour le ‘asr). Hadith 143 : On rapporte d’Oummou Salamah - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a fait la prière du ‘Asr puis il entra dans ma demeure et priat deux rak’at. Alors je l’ai interrogé et il me répondit : « J’ai été occupé et n’ai pas accompli les deux rak’a après le Dhouhr, alors, je les ai priée maintenant ». Je lui dis : « Les prie-t-on si elles sont passées ? ». Il répondit : « Non ». [Hadîth rapporté par Ahmed]. Aboû Dâwoûd a également rapporté de ‘Aisha un Hadîth de même sens. صَلَّى رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم الْعَصْرَ , ثَُُّ دَخَلَ ب يَْتِ , « : وَعَنْ أَمِ سَلَمَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هَا قَالَتْ فَصَلَّى رَكْعَتَ يْنِ , فَسَأَلْتُه , فَ قَالَ : "شُغ لْتُ عَنْ رَكْعَتَ يْنِ ب عَْدَ الظُّهْرِ , فَصَلَّيْتُ هُمَا الْْنَ ", ق لُْتُ : أَخْرَجَهُ أَحَْْدُ . » " أَفَ نَ قْضِيهِمَا إِذَا فَاتَ تْ نَا ؟ قَالَ : "لََ وَلِأَبِِ دَاوُدَ عَنْ عَائِشَةَ بَِِعْنَاه . - Ce hadith montre que si quelqu’un n’a pas pu effectuer la « râtiba » (prière sounna liée à la prière obligatoire) à cause d’une occupation, il la rattrape lorsque cette occupation se termine. Si quelqu’un n’a pu effectuer la sounna du dhohr qui se fait avant, il la rattrape après la prière du dhohr. Et lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام a répondu « non » à Oummou Salamah (ra), ce qui est visé ici c’est le rattrapage après le ‘asr car c’est un temps interdit et donc on la reporte après le coucher du soleil lorsque le temps interdit est passé. - Par contre, pour la sounna du fadjr, il n’y a pas de mal à la faire directement après le fadjr (malgré que c’est un temps interdit) si on n’a pas pu l’effectuer avant, car la différence ici est que la sounna que l’on rattrape (pour le fadjr) est celle de la prière qui vient d’être effectuée alors que dans le hadith ici il s’agit de la sounna de la prière précédente (dhohr).  Certains savants disent qu’il faut dans le cas du fadjr retarder la sounna jusqu’à après le lever du soleil c’est-à-dire le temps du douhâ car c’est un temps interdit → On a le choix entre les 2, mais le mieux est de la retarder au temps du douhâ. Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra) - Quand la prière a-t-elle été rendu obligatoire avec ses piliers (« arkâne ») et ses obligations (« wâdjibât ») ?
  14. 14. → La prière a été rendu obligatoire la nuit de l’ascension lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام est monté au ciel et ceci a eu lieu environ 3 ans avant l’hégire. Et la prière a été rendu obligatoire au départ 2 rak’ât, et lorsque le prophète a fait la hidjra vers Médine la prière du voyageur a été confirmé 2 rak’ât, et il a été ajouté à la prière du résident ; ainsi la prière du dhohr est passé à 4 rak’ât, la prière de ‘asr 4 rak’ât, la prière du ‘ichâ 4 rak’ât, et la prière du fadjr est restée 2 rak’ât car la récitation y est longue, et la prière du maghrib est restée 3 rak’ât car c’est le witr du jour (prière impaire). Et ce qui apparaît c’est qu’elle a été légiférée dès le départ de cette façon avec le qiyâm (position debout), l’inclinaison, la prosternation, la position assise, car le hadith de ‘Âicha (ra) n’évoque que le changement dans le nombre de rak’ât, et donc nous savons que le reste n’a pas changé. - Celui qui perd la raison et celui qui s’évanouit, les devoirs religieux sont-ils obligatoires pour eux ? → Allah a rendu obligatoire à l’humain les adorations s’il fait partie de « ahloul woudjoûb » (les gens qui sont sous l’obligation), c’est-à-dire qu’il ait la raison de façon à comprendre les choses ; quant à celui qui n’a pas la raison, cela ne lui est pas obligatoire. Ainsi elles ne sont pas obligatoires pour le petit qui n’a pas atteint la puberté, et ceci fait partie de la Miséricorde d’Allah. Entre également dans ce cas celui qui a été touché dans sa raison sans pour autant atteindre le degré de folie, comme la personne âgée qui perd la raison, la prière ne lui est pas obligatoire, ni le jeûne, car elle a perdu la raison et elle est comme l’enfant qui ne fait pas le « tamyîze » (différenciation), et donc il est exempté des devoirs religieux. Quand aux obligations financières, elles sont obligatoires sur ses biens même s’il a perdu la raison. Ainsi la zakât par exemple est obligatoire sur ses biens, et il est obligatoire pour celui qui en responsable de sortir la zakât pour lui, car l’obligation de la zakât est rattachée au bien comme Allah l’a dit : مِنْ أَمْوَالِهِمْ صَدَقَةً تُطَهِّرُهُمْ وَتُ زَكِّيهِمْ بِهَا خُذْ → « Prélève de leurs biens une aumône par laquelle tu les purifies et les bénis ». Donc Il a dit مِنْ أَمْوَالِهِمْ خُذْ « Prélève de leurs biens » et Il n’a pas dit « Prélève d’eux » « خذ منهم ». Et donc celui qui perd la raison n’est pas exempté des obligations sur les biens. Quant aux adorations du corps comme la prière, la purification, le jeûne, ce genre de personne en est exempté car elle n’a pas la raison. Quant à celui qui a perdu la raison avec un évanouissement à cause d’une maladie ou autre chose semblable, la prière ne lui est pas obligatoire d’après l’avis de la majorité des savants. Ainsi si un malade perd connaissance pendant un jour ou 2 jours, il n’a pas a rattraper les prières car il n’a pas la raison ; et il n’est pas comme celui qui dort pour lequel le prophète عليه الصلاة والسلام a dit : من نام عن صلاة أو نسيها فليصلها إذا ذكرها → "Celui qui s'est endormi pendant le temps d'une prière ou qui l'a oubliée qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient". Car celui qui dort ressent les choses dans le sens où il peut se réveiller si on le réveille. Alors que celui qui est évanoui ne peut se réveiller si on le réveille. Mais ceci c’est si l’évanouissement n’a pas lieu en raison d’une cause venant de lui. Mais si la perte de connaissance a lieu en raison d’une cause venant de lui comme celui qui a subit une anesthésie ou autre, il rattrape les prières durant lesquelles il était inconscient. Et Allah est plus Savant. - Est-il permis de retarder la prière pour accomplir une des conditions de validité de la prière, comme dans le cas où on est occupé à faire sortir l’eau ?
  15. 15. → Le plus juste c’est qu’il n’est pas permis de retarder la prière en dehors de son temps, et ceci de façon générale. Et si on craint la sortie du temps on prie en fonction de sa situation, même s’il est possible de remplir la condition juste après l’heure de la prière, d’après la parole d’Allah : إِنَّ الصَّلاةَ كَا نَتْ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ كِتَابًا مَوْقُوتًا → « la prière demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés ». De même le prophète عليه الصلاة والسلام a fixé les temps des prières, et ceci a pour conséquence l’obligation de la faire dans son temps. Et s’il était permis d’attendre les conditions alors le tayammoum n’aurait pas été légiféré ; car on pourrait obtenir l’eau après le temps de la prière, et il n’y a pas de différence entre le fait qu’on la retarde après un long moment et le fait qu’on la retarde après un court moment, car les 2 cas sont un retardement de la prière en dehors de son temps, et ceci est l’avis de cheikhoul islam Ibnou Taymiyyah (ra). - Si on ne peut prier, ni avec le coeur, ni avec les membres à cause de la grande peur, est-il permis de retarder la prière en dehors de son temps ? → Si on ne peut prier d’aucune façon, ni avec le coeur, ni avec les membres à cause de la grande peur, alors l’avis le plus juste c’est qu’il est permis de retarder la prière en dehors de son temps dans cette situation, car si on prie on ne saura pas ce qu’on va dire et ce qu’on va faire, car on repousse la mort ; et ceci a été rapporté de certains compagnons (ra) comme dans le hadith de Anas (ra) concernant la conquête de « Toustour », ils ont retardé la prière jusqu’au moment du douhâ jusqu’à ce qu’Allah leur donne la victoire. Et c’est dans ce cas qu’entre la fois où le prophète عليه الصلاة والسلام a retardé la prière en dehors de son temps le jour de la bataille du fossé, lorsqu’il n’a pu prié le ‘asr qu’après le coucher du soleil, comme cela est dit dans le hadith de Djâbir (ra). Et la bataille du fossé a eu lieu durant la 5ème année de l’hégire, alors que la bataille de « dhâtou-riqâ’ » a au lieu durant la 4ème année de l’hégire d’après ce qui est le plus répandu, et le prophète y a prié la prière de la peur. Et donc le prophète عليه الصلاة والسلام a retardé le ‘asr en dehors de son temps durant la bataille du fossé à cause de la grande peur (car il n’a pas prié la prière de la peur alors qu’elle était déjà légiférée). - Quel est le jugement de celui qui dort tard le soir et ne peut se réveiller pour la prière du fadjr si ce n’est après la fin de son temps, est-elle acceptée de sa part ? Et quel est le jugement des autres prières qu’il prie dans le temps ? → Concernant la prière du fadjr qu’il retarde en dehors de son temps alors qu’il est capable de la prier dans son temps, car il lui est possible de dormir tôt, alors cette prière n’est pas acceptée se sa part d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو رد → « Celui qui pratique une oeuvre (action), [non conforme] à notre Affaire, alors cela est rejeté. » (Rapporté par Mouslim). Et celui qui retarde la prière en dehors de son temps volontairement sans excuse a fait un acte non conforme à l’ordre d’Allah et de Son prophète عليه الصلاة والسلام , et donc il est rejeté sur lui. Mais il est possible que quelqu’un dise : « je dors » et le prophète a dit "Celui qui s'est endormi pendant le temps d'une prière ou qui l'a oubliée qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient, elle n’a pas d’autre expiation que cela". Alors nous disons : « S’il lui est possible de dormir tôt pour se réveiller tôt, ou qu’il met à côté de lui réveil, ou qu’il demande à quelqu’un de le réveiller, alors le fait de la retarder en dehors de son temps et ne pas se réveiller revient à la retarder volontairement en dehors de son temps, et donc elle n’est pas acceptée de sa part. Quant aux autres prières qu’il priait dans leur temps elles sont acceptées. Et j’en profite à cette occasion pour dire une parole : Il est obligatoire pour le musulman de d’adorer Allah de la façon qu’Allah agrée, car dans ce bas monde il n’a été créé que pour l’adoration d’Allah et il ne sait pas quand la mort va le surprendre et il quittera ce monde pour l’au-delà la demeure de la rétribution, dans laquelle il n’y a pas d’acte comme l’a dit le prophète عليه الصلاة والسلام : « lorsque l’être humain meurt ses actions s’arrêtent sauf 3 choses : une aumône continue, ou une science profitable, ou un enfant pieux qui fait des invocations pour lui » (hadith rapporté par Mouslim). - Quel est le devoir envers celui qui prie les prières après leur temps, comme celui qui prie le fadjr après le lever du soleil ? Et quel est le jugement de son acte ?
  16. 16. → Le devoir envers lui c’est le conseil, le conseiller et lui faire peur d’Allah et lui montrer quelle récompense il y a dans le fait de faire la prière à son heure. S’il est alors guidé c’est pour lui, et s’il n’est pas guidé alors il ne fait du mal qu’à lui-même. Concernant son agissement, s’il se réveille mais fait preuve de paresse et pose sa tête sur l’oreiller, alors sa prière faite après le lever du soleil n’est pas accepté de sa part et elle ne lui sera utile auprès d’Allah. Et la preuve de cela est la parole du prophète عليه الصلاة والسلام من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو رد → « Celui qui pratique une oeuvre (action), [non conforme] à notre Affaire, alors cela est rejeté. » (Rapporté par Mouslim). Et nous savons que celui qui ne prie le fadjr qu’après le lever du soleil volontairement et en étant conscient (pas par oubli), a fait un acte non conforme à l’ordre d’Allah et de Son prophète عليه الصلاة والسلام , et donc il est rejeté, et sa prière n’est pas acceptée. Donc si on le réveille mais il fait preuve de paresse et reste dormir, alors sa prière après le lever du soleil n’est pas acceptée de sa part, et il sera interrogé dessus le jour de la résurrection. - Est-ce que celui qui retarde la prière du fadjr jusqu’à ce que se lève le soleil est considéré mécréant ? → Celui-ci ne devient pas mécréant car il n’a pas abandonné la prière, mais il s’est laissé aller la concernant et celui ne lui est pas permis. S’il a fait ceci alors qu’il est capable de se lever et prier dans le temps, sa prière n’est acceptée de sa part, car la règle c’est que « Toute adoration qui a temps précis, si on la retarde après la fin de son temps sans excuse, elle n’est pas acceptée ». Par exemple si on ne fait pas la prière jusqu’à la fin de son temps, puis on se lève pour prier, cette prière n’est pas acceptée. De même le fait de ne pas jeûner un jour de ramadane volontairement sans excuse, puis on veut rattraper ce jour après, nous disons : « elle n’est pas acceptée de sa part ». Et la preuve c’est la parole prophète عليه الصلاة والسلام من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو رد → « Celui qui pratique une oeuvre (action), [non conforme] à notre Affaire, alors cela est rejeté. » (Rapporté par Mouslim). - Les gens disent que le fait que la femme retarde la prière jusqu’à ce que le groupe termine la prière à la mosquée est meilleur. Est-ce que ceci a une origine dans la législation ? → Ceci n’a pas d’origine dans la législation. Mais plutôt la femme est comme les autres personnes, le mieux est qu’elle fasse la prière au début de son temps, à part pour la prière du ‘ichâ, il est mieux de la retarder jusqu’au 1er tiers de la nuit. Donc nous lui disons : « Tant que tu n’éprouves pas de difficulté retardes le ‘ichâ jusqu’à après le 1er tiers de la nuit, mais ne la retardes pas jusqu’à après le milieu de la nuit. - Il est attribué au prophète عليه الصلاة والسلام qu’il a dit : « Celui qui est négligeant concernant la prière Allah va le punir avec 15 punitions, 6 dans la bas monde, 3 au moment de la mort, 3 dans la tombe, et 3 le jour de la résurrection : - dans ce bas monde : la barakah sera enlevée de sa durée de vie, …. - au moment de la mort : il mourra humilié, affamai … - …. - ….. Est-ce que ce hadith est authentique ? Et est-il permis de le rependre ? → Ce hadith est un hadith inventé, mensonger à propos du prophète عليه الصلاة والسلام , et donc il n’est permis à personne de le rependre, si ce n’est en précisant qu’il est inventé, afin que les gens soit courant de cela. - Si quelqu’un qui ne priait pas se repent, doit-il faire le ghousl et prononcer les 2 attestations ?
  17. 17. → Si quelqu’un a abandonné la prière d’une façon telle qu’il est devenu mécréant, puis il se repent à Allah, alors il fait le ghousl car il s’est repenti de la mécréance, et il est bien pour celui qui entre en islam après la mécréance qu’il fasse le ghousl, soit c’est obligatoire soit c’est recommandé avec la divergence qu’il y a entre les savants sur ce point. Concernant les 2 attestations, cela n’est pas nécessaire qu’il les prononce car il les reconnaît. Et les savants disent que celui dont l’apostasie s’est faite avec une chose précise, alors son entrée en islam se fait en faisant cette chose précise si sa mécréance est dû à l’abandon de cette chose, et en abandonnant cette chose si sa mécréance est dû au fait d’avoir fait cette chose. - Quel est le jugement du fait d’être allié à quelqu’un qui ne prie que le jour du vendredi. Et s’il y a dans le fait de couper les liens avec lui un mal pour la famille, est-il permis de couper les liens avec lui ? → D’abord, si nous disons que l’homme ne devient pas mécréant si ce n’est en abandonnant totalement la prière, alors celui qui ne prie que le jour du vendredi ne devient pas mécréant. Et si nous disons qu’il devient mécréant avec l’abandon d’une seule prière ou de 2 prières qui se réunissent, alors ceci est une mécréance. Et dès que nous jugeons avec la mécréance alors il faut obligatoirement couper les liens avec lui, et même on doit lui demander de se repentir, et soit il se repent soit on le tue (dans un état islamique appliquant la charî’ah). Et si nous ne jugeons pas qu’il est mécréant alors il reste musulman et le fait de couper les liens avec lui (« al mouqâta’ah ») ou pas dépend de la « maslaha » (ce qui comporte le plus d’intérêt). Si nous trouvons un intérêt dans la coupure avec lui nous coupons, et si nous ne trouvons pas d’intérêt alors nous ne coupons pas les liens avec lui. - Est-il sounna de faire « al ibrâd bi-dhohr » (le fait de rapprocher le dhohr du ‘asr pour qu’il fasse plus frais) pour celui qui prie seul et pour les femmes ? → « Al ibrâd bi-dhohr » est général pour tout le monde, cat le prophète عليه الصلاة والسلام dit : → إِذَا اشْتَدَّ الْحَرُّ فَأَبْرِدُوا بِالصَّلاة « Lorsqu’il qu’il fait très chaud, retardez la prière jusqu’à ce que la chaleur s’atténue ». Et le discours est pour tout le monde, et le prophète عليه الصلاة والسلام n’a pas donné comme cause à cela la difficulté de se rendre à la mosquée, mais il a plutôt dit : « Car la forte chaleur provient de la chaleur et du bouillonnement de la géhenne ». Et ceci a lieu pour celui qui prie en groupe, et pour celui qui prie seul, et entrent dedans les femmes. Et donc il est sounna de faire « al ibrâd bi-dhohr » quand la chaleur est intense. - Quelle est la règle concernant les pays pour lesquels se fait tardivement la disparition de la lueur rouge annonçant le début du ‘ichâ, et qu’il est difficile pour eux d’attendre ? → Si la lueur ne disparaît pas jusqu’à l’arrivée de l’aube, ou quelle disparaît mais sans laisser assez de temps pour prier le ‘ichâ avant l’arrivée de l’aube, alors ceux-ci suivent la même règle que ceux qui n’ont pas de temps de ‘ichâ et donc ils estiment son temps en se basant sur le pays le plus proche d’eux ayant un temps de ‘ichâ valable ; et certains savants disent qu’ils se basent sur son temps à la Mecque car c’est « ommoul qourâ » (la mère des cités). Et si la lueur disparaît avant l’aube d’un temps assez long pour accomplir le ‘ichâ, alors il doivent obligatoirement attendre jusqu’à ce que disparaisse la lueur, sauf s’il est difficile pour eux d’attendre, alors dans ce cas il est permis de réunir le ‘ichâ avec le maghrib d’un « djam’ taqdîm » (réunion avancée, c-a-d dans le temps de la 1ère des 2 prières), et ceci afin de repousser la gêne et la difficulté, d’après la parole d’Allah : الْيُسْرَ وَلا يُرِيدُ بِكُمُ الْعُسْرَ يُرِيدُ اللَّهُ بِكُمُ → « Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous », et la parole d’Allah : حَ ر ج وَمَا جَعَلَ عَلَيْكُمْ فِي الدِّينِ مِنْ → « et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion ». Et dans sahih Mouslim il y a le hadith d'Ibni 'Abbas (ra) :
  18. 18. جمع رسول الله صلى الله عليه وسلم بين الظهر والعصر ، والمغرب والعشاء ، بالمدينة في غير خوف ولا مطر ، قيل لابن عباس : ما أراد إلى ذلك ؟ قال : أراد أن لا يُحَ رج أمته Le prophète عليه الصلاة والسلام a réuni entre le dhohr et le 'asr et entre le maghrib et le 'ichâ à Médine, ni à cause de la peur ni à cause de la pluie ; on demanda à Ibni 'Abbas : " Pourquoi a-t-il fait cela ? " Il répondit " Il a voulu ne pas causer de gêne à sa communauté ". C’est-à-dire qu’il a voulu qu’elle ne subisse pas de gêne en ne faisait pas le djam’ (réunion des prières). - Avec quoi est atteinte la prière ? → Le plus juste c’est que la prière n’est atteinte qu’en atteignant une rak’a (une unité de prière) d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : فَ قَدْ أَدْرَكَ الصَّ لَاة رَكْعَةً مِنْ الصَّلَاة مَنْ أَدْرَكَ → « Celui qui a atteint une rak’a de la prière a atteint la prière ». Et ce qu’on déduit (« la mafhoûm ») c’est que celui qui a atteint moins d’une rak’a n’a pas atteint la prière. Et ceci est l’avis de cheikhoul islam Ibnou Taymiyyah. - Une femme s’est réveillée pour la prière du fadjr après le lever du soleil et elle a vu le sang des menstrues, que doit-elle faire ? → Elle doit rattraper la prière du fadjr, car la situation d’origine c’est que le sang ne soit pas sorti, et si la situation d’origine c’est que le sang ne soit pas sorti alors la conséquence c’est qu’elle a été dans le temps de la prière avant l’arrivée du sang. Mais ce qui me désole c’est qu’elle ne se soit réveillée pour la prière du fadjr si ce n’est après le lever du soleil, car on doit obligatoirement prendre ses précautions et utiliser les moyens qui permettent de se réveiller et prier dans le temps. - Un imam n’a pas prié le ‘asr par oubli, et il est entré dans la prière du maghrib, et pendant la prière il s’est souvenu qu’il n’a pas prié le ‘asr. Que doit-il faire dans ce cas ? → Cette imam continue la prière du maghrib, et lorsqu’il la termine il prie la prière du ‘asr, et dans ce cas la prière du maghrib est valable, et il n’a pas besoin de quitter la prière du maghrib, et même il n’a pas le droit de la quitter, car il a commencé une prière obligatoire, et la prière obligatoire si on la commence il faut obligatoirement la terminer sauf à cause d’une raison valable dans la législation. - Si quelqu’un a raté la prière du fadjr à cause du sommeil, quand la rattrape-t-il ? → Il la rattrape dès qu’il se réveille d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : من نام عن صلاة أو نسيها فليصلها إذا ذكرها → "Celui qui s'est endormi pendant le temps d'une prière ou qui l'a oubliée qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient". La parole « lorsqu'il s'en souvient » montre qu’on la rattrape dès qu’on s’en souvient et dès qu’on se réveille, car la règle de base concernant l’ordre (« al amr ») c’est l’obligation et sur place. Et si quelqu’un dit : « Le prophète عليه الصلاة والسلام , lorsqu’il s’est réveillé en retard ainsi que les compagnons, ne leur a-t-il pas ordonné de quitter l’endroit dans lequel ils étaient pour un autre endroit (avant de rattraper le fadjr) ? » La réponse : Effectivement, mais il en a donné la cause en disant que dans cette endroit il y avait un chaytâne (satan). Et donc il ne convient pas de prier dans des endroits dans lesquels se trouvent les chayâtîne. - Si quelqu’un a prié après la fin de la période d’essuyage (des chaussettes) et il ne s’en souvient qu’à l’arrivée de la prière suivante, de sorte que s’il rattrape la 1ère prière il va rater la 2ème en groupe.
  19. 19. Rattrape-t-il la 1ère même s’il rate la 2ème avec le groupe ou prie-t-il la 2ème avec le groupe puis il rattrape la 1ère après? → Ce qui est répandu du madhab (de l’imam Ahmed (ra)) c’est qu’il doit obligatoirement rattraper la prière passée même s’il rate la prière en groupe. Et l’avis le plus juste c’est qu’il prie la prière présente avec le groupe et il rattrape la précédente après cela ; il s’il veut il prie avec le groupe en mettant l’intention qu’il prie la prière précédente, puis il prie la prière du moment après cela. - Est-ce qu’on est exempté de l’ordre entre les prières qu’on rattrape à cause de l’oublie et l’ignorance ? → Ce point est un point de divergence entre les savants, et le plus juste est qu’on en est exempté, et la preuve de cela est la généralité de la parole d’Allah َن ْ نِإ اَنْذِ خاَ ؤُت لا اَنَّبَ ر اَنْأَطْ خَأ ْ وَأ اَنيِ س « Seigneur, ne nous châties pas s'il nous arrive d'oublier ou de commettre une erreur » et la parole du prophète عليه الصلاة والسلام عَنْ أُمَّتِي الْخَطَأَ وَالنِّسْيَانَ وَمَا اسْتُكْرِهُوا عَلَيْهِ تَجَاوَز إِنَّ اللَّه → « Allah ne punira pas ma communauté pour l’erreur, l’oubli et pour l’acte fait sous la contrainte ». - Quelqu’un est entré dans la mosquée pour la prière du ‘ichâ, puis il s’est souvenu qu’il n’a pas prié le maghrib. Que doit-il faire ? → Si tu entres dans la mosquée et que c’est le moment de l’iqâmah du ‘ichâ puis tu te souviens que tu n’as pas prié le maghrib, tu entres avec le groupe en mettant l’intention de prier le maghrib ; et lorsque l’’imam se lève pour la 4ème rak’a, toi tu t’assois après la 3ème rak’a et tu attends l’imam puis tu fais le salut final avec lui. Et tu peux également faire le salut final après la 3ème rak’a puis tu entres avec l’imam dans ce qui reste de la prière du ‘ichâ. Et la différence d’intention entre l’imam et le ma°moûm (celui qui prie derrière l’imam) n’est pas dommageable d’après l’avis le plus parmi les avis des savants. Et si tu pries le maghrib seul puis tu pries avec le groupe ce que tu a atteins de la prière du ‘ichâ, alors il n’y a pas de mal. - Un malade a subit une opération et il a raté plusieurs prières obligatoires. Les prie-t-il réunies après sa guérison ou prie-t-il chaque prière avec la prière identique comme le dhohr avec le dhohr et ainsi de suite ? → Il doit les prier toutes ensemble, car lorsque le prophète a raté la prière du ‘asr lors de la bataille du fossé (il l’a priée après le coucher du soleil) il l’a priée avant de prier le maghrib. Et si quelqu’un a raté plusieurs prières obligatoires il doit toute les prier ensemble et ne pas les retarder. - Si on rate la prière à cause d’une excuse, est-il permis de retarder cette prière une fois que l’excuse a disparu ? → Il n’est pas permis de retarder la prière une fois que l’excuse a disparu, d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام فليصلها إذا ذكرها « qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient ». Ainsi il a dit que le moment de son rattrapage c’est le moment où on s’en souvient. Et donc si on la retarde alors on est dans le péché. - Quel est le jugement du fait de prier la prière avant son heure ?
  20. 20. → La prière faite avant son heure n’est pas valable comme telle, même si elle est faite 1 minute avant le temps. Ainsi si quelqu’un fait le takbîr d’entrée juste avant l’heure de la prière alors la prière n’est pas valable, car Allah dit : إِنَّ الصَّلاةَ كَانَتْ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ كِتَابًا مَوْقُوتًا → « la prière demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés ». C’est-à-dire prescrite à des temps fixes. Et donc la prière n’est pas valable avant son temps et il faut obligatoirement refaire cette prière qui a été faite avant son temps. - Un homme a raté la prière du soubh à cause d’une raison valable et a oublié de la prier, et il a prié le dhohr, le ‘asr, le maghrib et le ‘ichâ, puis il s’en est souvenu. Que fait-il ? Et est-ce que ses prières du dhohr, du ‘asr, du maghrib et du ‘ichâ sont valables ? → Si quelqu’un a raté la prière du soubh à cause d’une raison valable et a oublié de la prier, et il a prié le dhohr, le ‘asr, le maghrib et le ‘ichâ, puis il s’est souvenu qu’il n’a pas prié le fadjr, il prie le soubh et n’encours rien, et ses prières du dhohr, du ‘asr, du maghrib et du ‘ichâ sont valables, car il n’a pas respecté l’ordre par oubli, et celui qui ne respecte pas l’ordre par oubli sa prière est valable. - Quelle est la prière médiane (assalâtoul woustâ) ? → La prière médiane est la prière du ‘asr, ceci a été confirmé dans le sahih du prophète عليه الصلاة والسلام . En effet il a dit le jour de la bataille du fossé : شغلونا عن الصلاة الوسطى صلاة العصر → « Ils nous ont empêché de faire la prière médiane, la prière du ‘asr ». Et donc la prière médiane est la prière du ‘asr sans aucun doute. Et le sens de « woustâ » ici ce n’est pas médiane au niveau de la position, mais cela veut dire « al foudlâ » (la meilleure), comme Allah a dit : وَكَذَلِكَ جَعَلْنَاكُمْ أُمَّةً وَسَط اً → « Ainsi nous avons fait de vous une communauté du « wasat » (milieu) » c-a-d la meilleure parmi les communautés. - Si quelqu’un se réveille en retard pour la prière du fadjr comment la prie-t-on ? → Dans ce cas on la prie comme elle était d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام لا كفارة لها إلا ذلك من نام عن صلاة أو نسيها فليصلها إذا ذكرها → "Celui qui s'est endormi pendant le temps d'une prière ou qui l'a oubliée qu'il la prie lorsqu'il s'en souvient. Elle n’a pas d’autre expiation que cela". Donc on la prie comme on la prie dans son temps, mais il faut obligatoire faire très attention à la prier dans son temps, et à mettre à côté de soi un réveil pour ne pas faire preuve de laxisme. - Si quelqu’un entre dans la mosquée et que les gens prie le ‘ichâ alors qu’il n’a pas encore prié le maghrib, prie-t-il avec eux ? → L’avis le plus juste concernant ce point c’est qu’il entre avec eux en mettant l’intention de prier le maghrib. Si la 1ère rak’a est passée il entre avec eux dans la 2ème et il aura alors prié 3 rak’ât alors que eux aurons prié 4 rak’ât. Et s’il est entré avec dans la 1ère rak’a, il s’assoit losque l’imam se lève pour la 4ème et il fait le tachahhoud (attahiyât) et le salut final, et se lève et entre avec l’imam dans ce qui reste de la prière du ‘ichâ. Ceci est l’avis le plus juste pour moi. Et certains ont dit qu’il entre avec eux avec l’intention de la prière du ‘ichâ et donc il la fait avant la prière du maghrib afin d’obtenir la prière en groupe. Et certains ont dit qu’il prie le maghrib seul puis entre avec l’imam dans ce qu’il reste de la prière du ‘ichâ. Ce sont 3 avis, et le 1er est le plus juste pour moi. - Si quelqu’un rate une prière qui se fait à voix haute comme le maghrib et qu’il ne s’en souvient que le jour suivant, la rattrape-t-il à voix haute ou à voix basse ?
  21. 21. → Si on rate une prière à voix haute on la rattrape à voix haute même si on la rattrape durant la journée car c’est ce qui est rapporté dans la sounna du prophète عليه الصلاة والسلام . Mais il faut savoir que le fait de réciter à voix haute durant la prière de nuit concerne ceux qui prient en groupe. Mais celui qui prie seul il n’est pas sounna pour lui de prier à voix haute, et il n’est pas sounna pour lui de prier à voix basse, c-a-d que s’il veut il récite à voix haute et s’il veut il récite à voix basse. Et donc nous ne disons pas à celui qui rattrape tout seul une prière de nuit durant le jour « récites à voix haute », mais nous lui disons « tu as le choix » comme il a le choix s’il la priait durant la nuit (tout seul). - Quelqu‘un a commencé la prière à l’âge de 30 ans. Peut-il rattraper les prières passées et comment ? → Il est obligatoire lorsqu’on a atteint la puberté de prier, même si on n’a que 10 ans, et il n’est pas permis de laisser la prière. Notre réponse à cet homme est qu’il n’a pas à rattrapé ce qui est passé, mais il doit se repentir à Allah et multiplier les bonnes actions. Nous avons dit qu’il n’a pas à rattrapé ce qui est passé car si c’est par ignorance parce qu’il vivait dans un endroit éloigné des gens qui priaient alors il est pardonné pour son ignorance, et si c’est volontaire de sorte qu’il vivait avec les musulmans et savait que la prière est obligatoire mais l’a abandonnée volontairement alors c’était un mécréant, et le mécréant n’a pas à rattrapé ce qu’il a raté comme bonnes actions d’après la parole d’Allah : قُلْ لِلَّذِينَ كَفَ رُوا إِنْ يَنتَ هُوا ي غُْفَرْ لَهُمْ مَا قَدْ سَلَفَ → « Dis à ceux qui ne croient pas que, s'ils cessent, on leur pardonnera ce qui s'est passé ». Résumé de l'explication de ce chapitre
  22. 22. Hadith 129 : Ce hadith englobe les temps des 5 prières obligatoires : - Le dhohr : * Il commence à partir du déclin du soleil (« azzawâl ») c’est-à-dire vers l’ouest. Et la fixation avec les heures, c’est de diviser le temps qu’il y a entre le lever du soleil et son coucher en 2. * Il finit lorsque quand l’ombre de l’homme atteint sa taille : si un homme se met debout au moment du déclin du soleil et qu’il fait une marque sur le sol, lorsque la taille de son ombre à partir de cette marque est égale à la taille de cet homme, c’est la fin du dhohr (donc on ne comptabilise pas l’ombre qu’il y a au moment du zénith). - Le ‘asr : * Il commence au moment où se termine le dhohr (quand l’ombre de l’homme atteint sa taille), et entre les deux il n’y a pas de temps vide (et il n’y a pas non plus de temps commun aux 2 prières). * Il se termine quand le soleil devient pâle (en général ≈ 15 minutes avant le maghrib) ; pourtant il est rapporté dans un hadith authentique que son temps se termine au moment du coucher du soleil : من أدرك ركعة من العصر قبل أن تغرب الشمس فقد أدرك العصر → « Celui qui a atteint une rak’a de la prière du ‘asr avant que le soleil ne se couche a atteint le ‘asr » (Al Boukari). → En fait, entre la pâleur du soleil et son coucher, il est interdit de reporter le temps de la prière sauf pour une « daroûra » (nécessité absolue). Et donc le ‘asr a 2 temps : un temps optionnel qui va jusqu’à la pâleur du soleil, et un temps de daroûrah (nécessité absolue) qui va jusqu’au coucher du soleil - Le marghrib : * il commence au coucher du soleil (c-a-d la disparition totale du disque solaire) * il se termine à la disparition du crépuscule qui est une rougeur qui suit le soleil après son coucher. Et la lueur blanche qui reste après la lueur rouge n’est pas prise en compte. - Le ‘ichâ : * il commence à la disparition du crépuscule (la lueur rouge) * il se termine au milieu de la nuit c’est-à-dire qu’on divise le temps entre le marghrib et le fadjr en 2. - Le fadjr : * il commence à l’aube. Mais il faut faire attention au début de l’aube car il est difficile à voir, donc il ne faut pas être pressé. * il se termine au lever du soleil. Hadith 130 : - Les temps qu’Allah a fixé pour les prières, il est permis d’y prier dans leur début ou leur milieu ou leur fin. - Ce hadith montre que le prophète عليه الصلاة والسلام faisait la prière du ‘asr au début de son temps, donc le mieux est de la prier au début de son temps. - Le Prophète عليه الصلاة والسلام aimait retarder la prière du ‘ichâ. Donc plus on la retarde mieux c’est sauf si c’est difficile pour les « ma°moûmîne » (prieurs derrière l’imam). - Le prophète عليه الصلاة والسلام détestait le sommeil avant le ‘ichâ (c-a-d entre le maghrib et le ‘ichâ). - Il détestait également les discussions après le ‘ichâ. Sont exceptés ici : la courte discussion après le ‘ichâ avec l’épouse, les enfants, les invités en cas de besoin ; de même rester éveillé pour étudier la science, l’apprentissage du Coran ou le hadith. - Le prophète عليه الصلاة والسلام priait la prière de l’aube au début de son temps Hadith 131 : - Ce hadith montre que le prophète عليه الصلاة والسلام priait la prière du maghrib au début de son temps.
  23. 23. Hadith 132 : - Le mieux est de retarder la prière du ‘ichâ vers la fin de son temps (avant le milieu de la nuit). Hadith 133 : - Il est bien de retarder la prière du dhohr proche de l’heure de la prière du ‘asr lorsque la chaleur est intense (c-a-d en été), sauf si ce qui convient le mieux au gens est de la faire au début de son heure. Hadith 134 : - Les ahadiths qui montrent que le prophète عليه الصلاة والسلام priait le soubh au début de son temps sont nombreux (exemple : le hadith 130). Et donc dire ce hadith veut dire « ne priez pas jusqu’à ce que vous soyez sûr de l’entrée du fadjr » ou « allongez la lecture ». Hadith 135 : - Si quelqu’un prie la prière du fadjr à la fin de son temps et en a atteint une rak’a (c-a-d qu’il a fait une rak’a complète avant la fin du temps), il a atteint la prière, et elle est considérée comme ayant été faite dans son temps. De même s’il a atteint une rak’a du ‘asr avant le coucher du soleil, même si les 3 autres rak’at vont être faites après le coucher du soleil. Mais ceci ne veut pas dire qu’il est permis de retarder la prière du ‘asr ou du fadjr jusqu’à ce qu’il reste le temps nécessaire pour accomplir une rak’a. - Si la femme est pure des menstrues avant le lever du soleil, d’un temps suffisant pour accomplir une rak’a, elle doit obligatoirement prier le fadjr, car elle a atteint le fadjr. Et si elle est pure des menstrues avant le coucher du soleil, d’un temps suffisant accomplir une rak’a, elle doit obligatoirement prier le ‘asr, car elle a atteinte cette prière. - De même si la femme atteint une rak’a de la prière du dhohr alors qu’elle est pure, puis les menstrues sont arrivées juste après l’entrée du dhohr, d’un temps suffisant pour accomplir une rak’a, lorsqu’elle sera pure des menstrues elle devra obligatoirement rattraper la prière du dhohr. Hadith 136 : - Ce hadith contient les temps interdits pour les prières surérogatoires : 1) il est interdit de prier après la prière du soubh jusqu’au lever du soleil, c-a-d après avoir soi-même prier la prière soubh. Et ce temps s’étend jusqu’à ce que le soleil s’élève de la hauteur d’une lance. Et la lance a une longueur d’environ 1 mètre. Et le soleil s’élève de cette distance en 10 ou 15 minutes. 2) il est interdit de prier après la prière du ‘asr jusqu’au coucher du soleil c-a-d jusqu’à ce que disparaisse le disque solaire 3) il y a un 3ème temps : au moment du zénith (c-a-d quand le soleil est immobile) et il va jusqu’au moment du déclin du soleil (qui est le début du temps du dhohr), et ce temps dure entre 5 et 10 minutes. - De ces temps interdits, plusieurs prières sont exceptées (elles ne suivent pas cette règle) :  la prière obligatoire : dés qu’on s’en souvient, on la prie quelque soit le moment de jour comme de nuit.  toute prière surérogatoire qui a une cause particulière : * la prière de salutation de la mosquée : on la prie dès qu’on rentre à la mosquée, quelque soit le moment * la prière du Tawaf (tours autour de la ka’ba) * la prière du woudoû (après les ablutions) * la sounna du fadjr (c’est-à-dire les 2 rak’at avant le fadjr) : si on arrive à la mosquée et que les gens prie déjà la prière obligatoire, on peut la prier après le fadjr. * quelqu’un a une affaire sur laquelle il veut consulter Allah par la prière de consultation (salâtoul istikhârah) et cette affaire est urgente (mais si elle n’est pas urgente et qu’il peut la reporter après le temps interdit, alors il la repousse)
  24. 24. * si quelqu’un a prié dans une mosquée (le fadjr ou le ‘asr), puis il entre dans une autre mosquée et les trouve entrain de prier cette prière, alors il prie avec eux une seconde fois, et elle est pour lui une prière surérogatoire (voir le hadith 319 de boulough al maram). - Dans le hadith de ‘Ouqba il y a également les 3 moments durant lesquels le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu d’enterrer les morts : - lorsque le soleil se lève, jusqu’à ce qu’il soit élevé de la hauteur d’une - de même lorsque le soleil est au zénith, jusqu’à ce que le soleil décline - de même lorsque le soleil se prépare à se coucher, c-a-d à partir du moment où il reste la hauteur d’une lance avant que le soleil ne se couche, et ce, jusqu’au coucher du soleil. Hadith 137 : - Ce hadith s’adresse à ceux qui ont la responsabilité de la mosquée sacrée, en leur disant qu’ils n’ont pas le droit d’interdire à quelqu’un d’y faire le tawâf et la prière, et il ne concerne pas les temps des prières. Hadith 138 : - Ce hadith explique le premier hadith (n°129) donc ach-chafaq est la lueur rouge qui reste après le coucher du soleil, donc du côté de l’ouest. Et donc la disparition de cette lueur est la fin du temps du maghrib et le début du temps du ‘ichâ. Et on ne prend pas en compte la lueur blanche qui reste après. Hadith 139 : - Le fadjr est de 2 sortes : un fadjr « sâdiq » (véridique) est un autre « kâdhib » (mensonger, menteur). Ces 2 fadjr possèdent 3 différences. Hadith 140 : - Le mieux est d’effectuer la prière au début de son temps car c’est un empressement à l’obéissance d’Allah. De plus en l’effectuant au début de son temps on se décharge de l’obligation. Hadith 141 : - Ce hadith est très faible mais il est soutenu par le précédent (140). En effet ma meilleure chose que puisse atteindre le croyant est l’Agrément d’Allah comme le montre le Coran et la sounna. L’Agrément est meilleur que la Miséricorde, et la Miséricorde est meilleure que le Pardon (car le Pardon montre qu’il y a un manquement). Hadith 142 : - Après l’entrée du fadjr, il n’y a pas de prière légiférée jusqu’à l’iqâmah de la prière, à part celle des 2 rak’at avant le fadjr (sounatal fadjr) ; ou également la prière de la salutation de la mosquée si on entre dans la mosquée. Mais il n’est pas interdit de prier entre la sounna du fadjr et la prière du fadjr car l’interdiction de prier après le fadjr dans les ahadiths précédents concerne le fait de prier après la prière du fadjr et non après l’entrée du fadjr (de même pour le ‘asr). Hadith 143 : - Ce hadith montre que si quelqu’un n’a pas pu effectuer la « râtiba » (prière sounna liée à la prière obligatoire) à cause d’une occupation, il la rattrape lorsque cette occupation se termine. Mais on ne fait pas ce rattrapage dans un temps interdit. - Par contre, pour la sounna du fadjr, il n’y a pas de mal à la faire directement après le fadjr (malgré que c’est dans un temps interdit)

×