Chap 2 l'appel a la priere

166 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
166
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 2 l'appel a la priere

  1. 1. CHAPITRE 2 : L’APPEL À LA PRIÈRE - « Al adhâne » dans la langue arabe veut dire l’annonce. Et dans la législation c’est l’annonce de l’entrée du temps de la prière ou de son accomplissement, par des paroles précises. - Il fait partie des bienfaits d’Allah envers cette communauté. - Lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام les compagnons sont vinrent à Médine et que les musulmans furent nombreux et que Médine devint une ville musulmane dans laquelle les rites de l’islam étaient pratiqués, et que la prière en groupe fut légiférée, les gens ne connaissaient pas le moment de la prière. Les compagnons se sont alors concerté et ont divergés sur la manière de faire cet appel : certains ont proposé d’utiliser le cor (clairon), d’autre la cloche, et d’autres ont proposé d’allumer un grand feu. Et ils ont détesté tout cela car le fait d’allumer un grand feu pour annoncer l’entrée de la prière est une ressemblance avec les madjoûs (mazdéens), le cor une ressemblance avec les juifs, et la cloche une ressemblance avec les chrétiens. Allah a montré en rêve à certains compagnons comment l’effectuer. Hadith 144 : On rapporte de ‘Abdillèh Ibni Zayd Ibni ‘Abdi Rabbih - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « Un homme est passé près de moi – dans mon rêve – et il a dit : Tu dis Allâhou akbar Allâhou akbar ; il cita al adhâne, avec 4 takbîr et sans tardjî’, et les paroles de al iqâmah en 1 seule fois sauf « qad qâmatissalah ». Il dit : « lorsque je me suis réveillé le lendemain matin, je suis venu auprès du prophète - صلى اللّ عليه و سلم - et il dit : « C’est un rêve véridique ! » et il cita la suite du hadith. [Hadith rapporté par Ahmed et Aboû Dawoûd et authentifié par Attirmidhiy et Ibnou Khouzaymah]. Ahmed a ajouté à la fin de ce hadith l’histoire de la parole de Bilâl concernant l’appel du fadjr « La prière est meilleure que le sommeil ». Ibnou Mâdjah a rapporté d’après Anas qu’il a dit : « Il fait partie de la sounna lorsque le mou- addhin dit lors de l’appel du fadjr « venez à la réussite » qu’il dise « La prière est meilleure que le sommeil ». عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ زَيْدِ بْنِ عَبْدِ رَبِّهِ رضي الله عنه قَالَ : طَافَ بِِ -وَأَنَا نَائِ م - رَجُل فَ قَ الَ : تَ قُولُ : "اَللَّهُ أَكْبَ رُ اللَّهِ أَكْبَ رُ , فَذَكَرَ الأذَانَ - بِتَ رْبِيع التَّكْبِيرِ بِغَيْرِ تَ رْجِي ع , وَالِْْقَامَةَ ف رَُادَى, إِلَّّ قَدْ قَامَ الصَّلََةُ - قَالَ : فَ لَمَّ ا أَصْبَحْ أَتَ يْ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَ قَالَ : "إِن هََّا لَرُؤْيَا حَ ق ..." اَلَْْدِيثَ . أَخْرَجَهُ أَحَْْدُ , وَأَبُو دَاوُدَ , وَصَحَّحَ هُ التِّ رْمِذِ ي , وَابْنُ خُزَيَْْةَ . وَزَادَ أَحَْْدُ فِِ آخِرِهِ قِصَّ ةَ قَ وْلِ بِلََ ل فِِ آذَانِ الْفَجْرِ : اَلصَّلََةُ خَيْ ر مِنَ النَّ وْمِ وَلِّبْنِ خُزَيَْْة : عَنْ أَنَ س قَالَ : مِنَ ال سنَّةِ إِذَا قَالَ ا لْمُؤَذِّنُ فِِ الْفَجْرِ : حَيَّ عَلَى الْفَلََحِ , قَالَ : اَلصَّلََةُ خَيْ ر مِنَ النَّ وْمِ Abdoullah Ibn Zayd (ra) a vu en rêve un homme qui passait prés de lui ; il lui a expliqué comment effectuer al adhâne. Lorsqu’il s’est réveillé, il a informé le Prophète عليه الصلاة والسلام de ce qu’il avait vu et le Prophète عليه الصلاة والسلام lui a dit que c’était un rêve véridique ; il lui dit d’aller voir Bilâl et lui réciter car il avait une voix qui avait une plus grande portée. Puis ‘Omar (ra) est venu et a dit au Prophète عليه الصلاة والسلام qu’il avait vu la même chose en rêve. Les deux rêves ont concordé, le Prophète عليه الصلاة والسلام a confirmé cet appel, et les musulmans ne cessent de l’appliquer avec toutes les paroles pures et immenses qu’il contient.
  2. 2. 1. Si la législation témoigne de la véracité d’un rêve alors il est appliqué, car le prophète عليه الصلاة والسلام a témoigné de la véracité de ce rêve en disant « c’est un rêve véridique ». Sinon on n’instaure pas une règle de la législation à partir d’un rêve, sauf si la législation le confirme. Ainsi si quelqu’un prétend actuellement avoir vu le prophète عليه الصلاة والسلام en rêve et que celui-ci l’a informé à propos d’une règle dans la religion, alors nous rejetons son rêve, même s’il affirme l’avoir vu. Car la religion est complétée. A part si la religion confirme la véracité de cette règle, dans ce cas on accepte son rêve 2. il est dit dans ce hadith « sans tardjî’ ». « At-tardjî’ » c’est le fait de prononcer les 2 témoignages (achchahâdatayn) avant de les prononcer à voix haute 3. il est sounna de dire اَلصَّلََةُ خَيْ ر مِنَ النَّ وْمِ « assalâtou khayroun minannawm » dans l’adhâne du fadjr qui s’effectue après l’arrivée de l’aube et non dans l’appel qui se fait avant l’heure du fadjr (contrairement à l’avis de certains savants), ceci 2 fois, après la parole « hayya ‘alal falâh » → mais ceci n’est pas obligatoire 4. il est bien que al adhâne soit effectué par quelqu’un qui le fait correctement et qui a une voix forte. Et si c’est effectué à partir d’un endroit élevé c’est mieux. Et alhamdoulillêh Allah a facilité à notre époque avec les micros 5. parmi les conditions de validité d’al adhâne il y a le fait qu’il doit être effectué correctement, il ne doit pas y avoir de changement de sens d’une parole. Ainsi il n’est pas valable si on dit : * Aaaallâhou Akbar (avec l’allongement du 1er A) * Allâhou Akbaaar (avec l’allongement du ba) * Allâhou Aaaakbar (avec l’allongement A de Akbar) * D’après de nombreux savants : achhadou anna mouhammadan rasoûlallah (en mettant un « a » au lieu d’un « ou » dans rasoûloullah), mais le plus juste c’est que c’est acceptable. Il doit également être effectué obligatoirement dans l’ordre. Hadith 145 : On rapporte de Abî Mahdhoûrah - رضي هاللّ تعالى عنه – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - lui a enseigné al adhâne, il y mentionna attardjî’. [Hadith rapporté par Mouslim]. Mais il y mentionna le takbîr au début uniquement 2 fois. Les cinq l’ont rapporté en y mentionnant le takbîr 4 fois. عَنْ أَبِِ مَْ ذُورَةَ رضي الله عنه أَنَّ النَّبَِِّ صلى الله عليه وسلم عَلَّمَهُ الأذَانَ , فَذَكَرَ فِيهِ التَّ رْجِيعَ . أَخْرَجَهُ مُسْلِ م . وَلَكِنْ ذكََرَ التَّكْبِيرَ فِِ أَوَّلِهِ مَرَّت يَِْْ فَ قَطْ . وَرَوَاهُ الَْْمْسَةُ فَذَكَرُوهُ مُرَب ع ا Nous avons vu dans le hadith précédent que al adhâne se fait sans tardjî’. Mais dans ce hadith il est dit que le prophète عليه الصلاة والسلام a enseigné al adhâne à Aboû Mahdhoûrah en y mentionnant attardjî’. Et Aboû Mahdhoûrah faisait al adhâne à la Mecque. Il est bien de faire parfois dans l’adhâne « attardjî’ » c-a-d de dire les deux témoignages à voix basse avant de les prononcer à voix haute (donc au total on prononce 8 témoignages) comme l’a enseigné le Prophète عليه الصلاة والسلام à Abou Mahdhoûra (ra), car lorsqu’une adoration a été rapportée de plusieurs façons, le mieux est de la pratiquer de toutes ces façons. Sinon on n’aura pas pratiqué toute la sounna. (De même pour les différentes lectures du Coran rapportées du prophète عليه الصلاة والسلام , si on les connaît). Et certains savants ont dit que cela n’est pas conseillé car les 2 muezzins du Prophète عليه الصلاة والسلام Bilâl et Ibnou Oummi Maktoûm (ra) ne faisaient pas « attardjî’ ». Mais le plus juste est le 1er avis, pour mettre en pratique toute la sounna.
  3. 3. Hadith 146 : On rapporte de Anas - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « On a ordonné à Bilâl de prononcer les paroles d’al adhâne en nombre impair et les paroles d’al iqâmah 1 fois, sauf la parole قَدْ قَامَ الصَّلََة « qad qâmatissalâh ». [Hadith agréé. Et Mouslim n’a pas cité l’exception]. Dans la version de Annasâ-i il est dit « Le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a ordonné à Bilâl … . وَعَنْ أَنَسِ رضي الله عنه قَالَ : أُمِرَ بِلََ ل أَنْ يَشْفَعَ الأذَانَ , وَيُوتِرَ الِْْقَامَة , إِلَّّ الِْْقَامَة , ي عَْنِِ قَ وْلَه : قَدْ قَامَ الصَّلََة . مُتَّ فَ ق عَلَ يهِ , وَلََْ يَذْكُرْ مُسْلِ م الْ اسْتِثْ نَاء . وَلِلنَّسَائِيِّ : أَمَرَ النَّ بِ صلى الله عليه وسلم بِلََلّ . 1. al adhâne se fait en nombre pair et al iqâma en 1 fois : * Al adhâne est composé de 15 phrases : - Allâhou Akbar 4 fois au début - Les attestations 4 fois (Ach-hadou allâ ilâha illallâh 2 fois, puis Ach-hadou anna mouhammadar-rasoûloullâh 2 fois) - Hayya ‘alassalâh, hayya ‘alal falâh 4 fois, c-a-d 2 de chaque) - Allâhou Akbar 2 fois - Lâ ilâha illallâh 1 fois * Al iqâma est composé de 11 phrases : - Allâhou Akbar 2 fois au début - les attestations 2 fois → 1 de chaque - al hay’alatayne 2 fois → 1 de chaque - qad qâmatissalât 2 fois - Allâhou akbar 2 fois - Lâ ilâha illallâh 1 fois Quant à la parole « assalâtou khayroun minannawm », c’est une sounna pour la prière du fadjr uniquement Hadith 147 : On rapporte d’Abî Djouhayfah qu’il a dit : « J’ai vu Bilâl faire al adhane et j’ai suivi sa bouche, par- ci et par-là, et ses 2 doigts étaient dans ses oreilles. [Hadith rapporté par Ahmed et Attirmidhiy qui l’a qualifié d’authentique]. Et dans la version d’Ibni Mâdjah il est dit : « Il mit les deux doigts dans les oreilles ». Et dans la version d’Abî Dâwoûd il est dit : « Lorsqu’il arriva à la parole حَيَّ عَلَى الصَّلََةِ « hayya ‘alassalâh » il tourna son cou à droite et à gauche sans se retourner. » La version originale du hadith se trouve dans les 2 sahih. وَعَنْ أَبِِ جُحَيْ فَةَ رضي الله عنه قَالَ : رَأَيْ بِلََلّ ي ؤَُذِّنُ وَأَتَ تَبَّعُ فَاه , هَاهُنَا وَهَاهُنَا, وَإِصْبَ عَاهُ فِِ أُذُن يَْهِ . رَوَاهُ أَحَْْدُ , وَالتِّ رْمِذِ ي وَصَحَّحَه . وَلِّبْنِ مَاجَهْ : وَجَعَلَ إِصْبَ عَيْهِ فِِ أُذُن يَْهِ . وَلِأَبِِ دَاوُدَ : لَوَى عُنُ قَه , لَمَّا ب لََغَ "حَيَّ عَلَى الصَّلََةِ " يَِْين ا وَشَِِالّ وَلََْ يَسْتَدِرْ . وَأَصْلِهِ فِِ الصَّحِيحَيِْْ .
  4. 4. 1. il est bien que le mou-addhine (celui qui fait al adhâne) mette ses 2 doigts dans les oreilles. Les savants ont dit que ceci comporte 2 intérêts : - cela permet d’élever la voix. Et donc l’utilisation du micro pour l’adhâne est quelque chose de recommandé car il permet d’entendre plus l’appel - cela permet à celui qui est loin de lui et ne l’entend pas ou au sourd de savoir qu’il fait al adhane 2. il est bien que le mou-addhine tourne son cou à droite et à gauche pour les paroles « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh ». Les savants ont divergés sur ce point : certains ont dit qu’il fallait dire « hayya ‘alassalâh » à droite puis à gauche, puis « hayya ‘alal falâh » à droite puis à gauche ; d’autres ont dit qu’il fallait dire « hayya ‘alassalâh » 2 fois à droite et « hayya ‘alalfalâh » 2 fois à gauche, et les 2 sont possibles. Mais ceci était au temps des compagnons et les époques qui suivirent, mais maintenant le muezzin fait l’appel devant un micro et non dans le minaret pour tourner le cou à droite et à gauche afin que la voix atteigne ceux qui sont à droite et à gauche. Donc sachant que le fait de tourner le cou à droite et à gauche n’est pas une sounna en lui-même mais que l’objectif est d’atteindre les gens à droite et à gauche, celui qui fait l’appel dans un micro ne tourne pas son cou car s’il le fait, le son sera plus faible. Hadith 148 : On rapporte d’Abî Mahdhoûra - رضي هاللّ تعالى عنه – que sa voix avait plus au prophète - صلى اللّ عليه و سلم -, alors il lui enseigna l’appel à la prière. [Hadith rapporté par Ibnou Khouzaymah]. وَعَنْ أَبِِ مَْذُورَةَ رضي الله عنه أَنَّ النَّبَِِّ صلى الله عليه وسلم أَعْجَبَهُ صَوْتُه , فَ عَ لَّمَهُ الأذَانَ رَوَاهُ ابْنُ خُزَيَْْة Abou Mahdhoura (ra) était le muezzin du Prophète عليه الصلاة والسلام à la Mecque. La cause de son choix est que sa voix lui a plu et ceci s’est fait à la conquête de la Mecque (fath Mekka). Et il a fait l’adhâne à la Mecque jusqu’à sa mort. 1. ce hadith montre qu’il est bien de choisir celui qui a une belle voix (« housnoussawt ») pour l’appel à la prière. Et la belle voix comporte 3 points : - effectuer correctement l’appel, comme le fait de prononcer les paroles correctement - avoir une belle voie - avoir une voix forte (et donc pour ce point le micro est une bonne chose car il va atteindre plus de gens) 2. il est bien que le savant enseigne au mou-addhin comment effectuer al adhâne, et lui expliquer les différentes erreurs possibles 3. il est conseillé que le muezzin embellisse sa voix pour l’adhâne, mais sans exagération. Hadith 149 : On rapporte de Djâbir Ibni Samourah - رضي هاللّ تعالى عنهما – qu’il a dit : « J’ai prié avec le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - la prière du ‘îd plusieurs fois, sans adhâne ni iqâmah. [Hadith rapporté par Mouslim]. Et il est rapporté un hadith agrée (Boukhari et Mouslim) ayant le même sens d’après ibni ‘Abbas - رضي هاللّ تعالى عنهما – et d’autres. وَعَنْ جَابِرِ بْنِ سََُرَة رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هُمَا قَالَ : صَلَّيْ مَعَ النَّبِِِّ صلى الله عليه وسلم الْعِيدَيْنِ , غَيْ رَ مَرَّ ة وَلَّ مَرَّتَ يِْْ , بِغَيْرِ أَذَا ن وَلَّ إِقَامَ ة . رَوَاهُ مُسْلِ م . وَنََْوُهُ فِِ الْمُتَّ فَقِ عليه: عَنْ ابْنِ عَبَّا س رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هُمَا, وَغَ يرِه .
  5. 5. Ce hadith est une preuve que pour la prière du ‘id (fête) il n’y a ni adhâne ni iqâmah. Et le fait de faire l’appel en disant « assalâtou djâmi’ah » est une innovation, contrairement à l’avis de certains savants, car cela n’a pas été rapporté du prophète عليه الصلاة والسلام . Par contre pour la prière du « kousoûf » (éclipse) on fait cet appel « assalâtou djâmi’ah » ; et la différence c’est que pour la prière du ‘îd les gens le savent et donc ils n’ont pas besoin d’appel, alors que l’éclipse vient soudainement et donc elle nécessite un appel. Hadith 150 : On rapporte d’Abî Qatâdah - رضي هاللّ تعالى عنه – dans le long hadith, concernant le fait qu’ils se soient endormi jusqu’à après la fin du temps de la prière : « Puis Bilâl - رضي هاللّ تعالى عنه – fit al adhâne, et le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - pria comme il le faisait chaque jour. [Hadith rapporté par Mouslim]. وَعَنْ أَبِِ قَ تَادَة رضي الله عنه فِِ الَْْدِيثِ الطَّوِيلِ , فِِ نَ وْمهُمْ عَنِ الصَّلََةِ - ثَُُّ أَذ نَ بِلََ ل , فَصَلَّى رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم كمَا كَانَ يَصْنَعُ كُلَّ ي وَْ م . رَوَاهُ مُسْلِ م . Les compagnons étaient avec le prophète عليه الصلاة والسلام dans un voyage (de retour de Khaybar). Le prophète عليه الصلاة والسلام a demandé « qui surveille pour nous prévenir de l’arrivée du fadjr ? », alors Bilâl dit « moi ». Mais il s’endormi et ne se réveilla pas. Ils ne se réveillèrent qu’avec la chaleur du soleil (donc après le lever du soleil). Le prophète عليه الصلاة والسلام leur ordonna de quitter cet endroit. Puis Bilâl fit al adhâne et le prophète عليه الصلاة والسلام pria comme il le faisait chaque jour, c-a-d qu’ils prièrent la râtiba du fadjr, puis le prophète عليه الصلاة والسلام pria le fadjr à voix haute comme il le faisait d’habitude. 1. al adhâne est légiféré pour les prières que l’on rattrape après leur temps (al maqdiyyât) 2. les rawâtib (prières liées aux prières obligatoires) se rattrapent de même que les prières obligatoires se rattrapent, car ici le prophète عليه الصلاة والسلام a rattrapé la râtiba du fadjr 3. la prière que l’on rattrape se fait de la même façon que quand elle est faite à l’heure : - la prière de nuit (comme le fadjr ou le ‘îchâ) que l’on rattrape le jour, on la fait à voix haute - la prière de jour que l’on rattrape la nuit, on la fait à voix basse. 4. ce hadith montre que celui qui s’est endormi dans le temps d’une prière est pardonné. Mais ceci dans le cas où il a pris ses précautions (réveil ou autre) et que personne ne l’a réveillé. Mais si quelqu’un l’a réveillé mais il a fait preuve de paresse et ne s’est pas levé, alors il n’est pas excusé. 5. il est légiféré de prier en groupe la prière que l’on rattrape car le prophète عليه الصلاة والسلام a prié en groupe avec ses compagnons 6. le prophète عليه الصلاة والسلام est un être humain, il est atteint par ce qui atteint les gens comme sommeil et réveil. En effet il n’a senti l’arrivée de l’aube. Mouslim rapporte également de Djâbir - رضي هاللّ تعالى عنهما – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - est arrivé à Mouzdalifah, alors il y pria le maghrib et le ‘ichâ avec un seul adhâne et 2 iqâmah. وَلَهُ عَنْ جَابِر رضي الله عنهما : أَنَّ النَّبَِِّ صلى الله عليه وسلم أَتَى الْمُزْدَلِفَةَ فَصَلَّى بَِِا الْمَغْرِبَ وَالْعِشَاء , بِأَذَا ن وَاحِ د وَإِقَامَتَ يِْْ
  6. 6. Il rapporta également d’Ibni ‘Omar - رضي هاللّ تعالى عنهما – : « Le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - réunit le maghrib et le ‘ichâ avec une seule iqâmah ». Aboû dâwoûd ajouta : « Une seule iqâmah pour chaque prière ». Et dans une autre version : « Il ne fit l’appel pour aucune des 2 prières ». وَلَهُ عَنِ ابْنِ عُمَرَ : جَََعَ النَّ بِ صلى الله عليه وسلم ب يََْْ الْمَغْرِبِ وَالْعِشَاءِ بِإِقَامَ ة وَاحِدَة . زَادَ أَبُو دَاوُدَ : لِكُلِّ صَلََة . وَفِِ رِوَايَةِ لَه : وَلََْ ي نَُادِ فِِ وَاحِدَ ة مِنْ هُمَا. 1. lorsque l’on fait le djam’ (réunion de 2 prières), on fait un seul adhâne et une iqâmah pour chaque prière c’est-à-dire un adhâne et 2 iqâmah au total, comme l’a fait le prophète عليه الصلاة والسلام à ‘Arafâh et à Mouzdalifah. De même pour les prières qu’on a ratées, on fait un seul adhane et une iqâmah pour chaque prière (donc s’il y a 5 prières à rattraper, cela fait 1 adhâne et 5 iqâmât) 2. on réuni le maghrib et le ‘ichâ à Mouzdalifah lors du hadj, dans le temps du ‘ichâ (« djam’ ta°khîr »). Mais si on arrive à Mouzdalifah avant l’heure du ‘ichâ, il y a divergence des savants : - certains ont dit qu’on les prie directement même si on va faire ici un « djam’ taqdîm » (réunion des 2 prières dans le temps de la 1ère) - d’autres ont dit qu’on attend l’arrivée du temps de ‘ichâ pour faire un « djam’ ta°khîr » (réunion des 2 prières dans le temps de la 2ème) - d’autres ont dit qu’on prie le maghrib avec 1 adhâne et 1 iqâmah, puis on attend l’arrivée du temps du ‘ichâ qu’on prie également avec 1 adhane et 1 iqâmah → Et ceci est l’avis choisi. Hadith 151 : On rapporte d’Ibni ‘Omar et ‘Aicha- رضي هاللّ تعالى عنهم – qu’ils ont dit : le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Bilâl fait l’appel pendant la nuit, alors manger et buvez jusqu’à ce que Ibnou Oummi Maktoûm fasse l’appel ». Et il était aveugle, et ne faisait l’appel jusqu’à ce qu’on lui dise : « L’aube est arrivée, l’aube est arrivée ». [Hadith agréé]. Et à la fin de ce hadith il y a une parole ajoutée par un des rapporteurs. وَعَنِ ابْنِ عُمَرَ , وَعَائِشَة رضي الله عنهم قَالَّ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : "إِنَّ بِلََلّ ي ؤَُذِّنُ بِلَيْ ل , فَكُلُوا وَاشْرَبُوا حَتََّّ ي نَُادِيَ ابْنُ أُمِّ مَكْتُو م ", وَكَانَ رَجُلَ أَعْمَى لَّ ي نَُادِي, حَتََّّ ي قَُالَ لَه : أَصْبَحْ ,ِ أَصْبَحْ .ِ مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ . وَفِِ آخِرِهِ إِدْرَا ج . Le Prophète عليه الصلاة والسلام avait 2 mou-addhin à Médine : le 1er était Bilâl Ibnou Rabâh (ra) et le 2ème Ibnou Oumi Maktoûm (ra) et les deux étaient des mouhâdjiroûne (exilés de la Mecque). Bilâl faisait le 1er adhâne et ceci avant l’arrivée de l’aube pour que les gens fassent la souhoûr (manger le repas de fin de nuit) et donc cet adhâne n’interdisait pas au jeûneur de manger jusqu’à ce que Ibnou Oummi Maktoûm fasse le 2ème appel qui était celui de l’aube. 1. il y a la preuve de l’autorisation d’avoir 2 mou-addhin pour la prière du fadjr : l’un fait l’adhâne avant l’aube pour réveiller celui qui dort et permettre à celui qui fait la prière de nuit de rentrer chez lui, pour qu’ils mangent le sahoûr (repas de fin de nuit). (De même pour l’adhâne du djoumou’ah, lorsque Outhmâne (ra) vit à son époque que les gens étaient nombreux, il décida de faire un 1er appel avant l’heure de djoumou’ah pour prévenir les gens afin qu’ils
  7. 7. se préparent, et ceci par analogie avec al adhâne du fadjr et ceci fait partie des actes du calife bien guidé Outhmâne (ra) et le Prophète عليه الصلاة والسلام a dit « ‘alaykoum bi sounnatî wa sounnatil khoulafâ arrâchidîne» (« suivez ma sounna et celle des califes bien guidés ») et ceci est une réponse à ceux qui prétendent que le 1er adhane du jour du djoumou’ah est une bid’a. Et aucun des compagnons n’a reproché à Outhmâne ceci) 2. on peut pratiquer l’information rapportée par une seule personne pour al adhâne 3. il y a dans ce hadith l’autorisation d’al adhâne par l’aveugle s’il connaît son moment ou s’il a quelqu’un pour l’en avertir 4. il y a l’autorisation pour le jeûneur de manger jusqu’à ce que l’aube soit apparente car Ibnou Oummi Maktoûm ne faisait al adhâne que lorsqu’on lui disait « l’aube est arrivée » et c’est pour cela qu’Allah a dit الْخَيْطُ الأَبْ يَضُ مِنَ الْخَيْطِ الأَسْوَدِ مِنَ الْفَجْرِ وَكُلُوا وَاشْرَبُوا حَتَّى يَ تَبَ يَّنَ لَكُمُ → « mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit » et non « jusqu’à ce qu’arrive le fadjr » 5. donc celui qui a mangé le sahoûr en pensant que l’aube n’avait pas débuté puis il lui apparaît ensuite que l’aube avait débuté, alors son jeûne est valable et il n’a pas de péché, car il a fait ce qui lui était autorisé, et donc l’avis le plus juste c’est qu’il n’a pas à refaire ce jeûne que ce soit pour un jeûne obligatoire ou surérogatoire. Hadith 152 (cheikh Fawzane) : On rapporte d’Ibni ‘Omar- رضي هاللّ تعالى عنهما – que Bilâl - رضي هاللّ تعالى عنه – fit al adhâne avant l’aube, alors le prophète lui ordonna de revenir et d’annoncer « le serviteur s’est endormi ». [Hadith rapporté par Abî Dâwoûd qui l’a qualifié de faible]. وَعَنِ ابْنِ عُمَرَ رضي الله عنهما أ نَّ بِلََلّ رضي الله عنه أ ذَّنَ قَ بْلَ الْفَجْرِ , فَأَمَرَهُ النَّ بِ صلى الله عليه وسلم أَنْ ي رَْجِ عَ فَ يُ نَادِيَ : "أَلَّ إِنَّ الْعَبْدَ نَامَ . رَوَاهُ أَبُو دَاوُدَ وَضَعَّفَه . Ce hadith est faible et il contredit celui qui le précède et qui autorise à faire al adhâne avant le fadjr. Ce hadith dit le contraire car la parole qui est dite veut dire que Bilâl a été inattentif et s‘est trompé et le Prophète عليه الصلاة والسلام lui aurait dit de prévenir les gens ; donc ce hadith ne sert pas de preuve. Hadith 153 : On rapporte d’Abî Sa’îd Al Khoudriy - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : le prophète a - صلى اللّ عليه و سلم - dit : « Si vous entendez l’appel alors dites la même chose que le mou-addhine ». [Hadith agréé]. Al Boukhârî a rapporté un hadith similaire de Mou’âwiyah. Selon Mouslim on rapporte de ‘Omar - رضي هاللّ تعالى عنه – concernant le mérite du fait de répéter comme le mou-addhine parole après parole, sauf « al hay’alatayn » (les paroles « venez à la prière, venez au bonheur »), il dit : « lâ hawla walâ qouwwata illâ billêh » - il n’y a point de force ni de puissance que par Allah)-. وَعَنْ أَبِِ سَعِي د الُْْدْرِيِّ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم "إِذَا سََِعْتُمْ النِّدَاء , فَ قُولُوا مِثْلَ مَا ي قَُولُ الْمُؤَذِّنُ ". مُتَّ فَ ق عَلَيْهِ . وَلِلْبُخَارِيِّ : عَنْ مُعَاوِيَة مثله.
  8. 8. وَلِمُ سْلِ م عَنْ عُمَرَ رضي الله عنه فِِ فَضْلِ الْقَوْلِ كَمَا ي قَُ ولُ الْمُؤَذ نُ كَلِمَة كَلِمَة , سِوَى الَْْيْ عَلَتَ يْ, فَ يَ قُولُ : "لَّ حَوْلَ وَلَّ ق وَُّة إِلَّّ بِاللَّهِ ". 1. il y a dans ce hadith la preuve du bienfait d’Allah envers ses serviteurs, car il a légiféré une adoration pour certains d’entres-eux, il légifère pour les autres une compensation de cette adoration : - Allah a légiféré le sacrifice de « al hadyi » (bête en offrande) à Minâ pour les pèlerins → Il a légiféré pour les autres le sacrifice du ‘îd (al oudhiyah) dans leur pays - Il a légiféré pour ce qui stationne à ‘Arafah l’invocation (dou’â) et la supplication envers Allah → Il a légiféré pour les autres le jeûne du jour de ‘Arafah - Le mou-addhine a la récompense pour al adhane → mais les autres peuvent obtenir la récompense en faisant ce qu’à ordonné le prophète عليه الصلاة والسلام dans ce hadith 2. le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné de répéter la même chose que celui qui fait al adhâne (mais ce n’est pas obligatoire, c’est conseillé d’après l’avis le plus juste qui est celui de la majorité des savants ici) ; à part pour « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh » de dire لَّ حَوْلَ وَلَّ ق وَُّةَ إِلَّّ بِاللَّهِ « lâ hawla walâ qouwwata illâ billêh ». Donc quand il dit « Allâhou akbar » on dit « Allâhou akbar », et on fait ceci pour toutes les paroles à part pour les hay’alatayn (les 2 hayya). Donc quand il dit « assalâtou khayroun minannawm » on répète la même chose car le hadith n’a rien exclu à part les hay’alatayn 3. donc quelque soit notre situation (et même si on n’a pas les ablutions ou si on est en état de grande souillure), on répète ce que dit le mou-addhine, même si on est en train de lire (même le Coran). Certains savants ont dit « même pour celui qui est en prière » comme on le fait pour l’éternuement (c- a-d qu’on dit alhadoulillêh même si on est en prière), mais le plus juste est qu’on ne le fait pas pour l’adhâne car l’éternuement ne demande qu’une parole alors que al adhâne demande plusieurs paroles ce qui risque de nous occuper. Et certains savants disent de rattraper ces paroles après le salâm (salut final) si on priait car le temps entre les deux est court. De même si on se trouve aux toilettes, on ne répète pas ces paroles, mais certains savants disent de les rattraper en sortant 4. lorsqu’on termine de répéter ces paroles, on prie sur le Prophète عليه الصلاة والسلام , on demande à Allah d’accorder au prophète عليه الصلاة والسلام « al-wassîlah » (hadith 159) qui est le plus haut degré du paradis et un seul serviteur d’Allah y aura le droit. « innaka lâ toukhlifoul mî’âd », cette parole n’est pas dans les 2 sahih mais elle est authentique. De même le muezzin dit cette dou’â. Les savants ont divergés sur le fait que le mou-addhine répète les paroles de l’adhâne comme les autres personnes, et le plus juste est qu’il ne le fait pas 5. lorsqu’on a répété « achhadou anna mohammadan rassoûloullah » on dit : « radîtou billêhi rabban wal bil islâmi dînan wa bi mouhammadine rassoûla ». Certains savants disent qu’il faut dire ceci après la fin d’al adhâne mais ce qui apparaît du hadith c’est de le dire au moment cité précédemment. 6. après ceci, il est bien de faire dou’â, car entre al adhâne et al iqâma les dou’a sont acceptées (hadith 158) Hadith 154 : On rapporte de ‘Outhmâne Ibni Abîl ‘Âs - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « Ô messager d’Allah fais de moi l’imam de ma tribu ». Il dit - صلى اللّ عليه و سلم - : « Tu es leur imam, et base-toi sur le plus faible d’entres-eux, et prends un mou-addhine qui ne prend pas un salaire pour son adhâne ». [Hadith rapporté par les cinq, et déclaré bon par Attirmidhiy, et déclaré authentique par Al Hâkim].
  9. 9. وَعَنْ عُثْمَانَ بْنِ أَبِِ الْعَاصِ رضي الله عنه أَنَّهُ قَالَ : يَا رَسُولَ اللَّهِ اجْعَلْنِِ إِمَامَ قَ وْمِي .قَالَ : أَنْ إِمَامُهُمْ , وَاقْ تَدِ بِأَضْعَفِهِمْ , وَاتََِّّذْ مُؤَذِّن ا لَّ يَأْخُذُ عَلَى أَذَانِهِ أَجْ را . أَخْرَجَهُ الَْْمْسَةُ , وَحَسَّنَهُ التِّ رْمِذِ ي , وَصَحَّحَهُ الَْْاكِمُ . 1. si quelqu’un demande une responsabilité religieuse et qu’il convient, le chef de l’autorité peut lui donner, contrairement à celui qui demande une responsabilité dans le pouvoir, dans ce cas on ne lui donne pas car il est soupçonné de vouloir avoir l’autorité sur les créatures (exemple : si qq demande à être gouverneur d’une région on ne lui donne pas ce pouvoir) 2. le mieux est que le mou-addhine ne prenne pas de salaire pour son adhâne, mais il le fait sincèrement pour Allah, et ceci est valable pour toute responsabilité religieuse comme Al imâmah (le fait de faire imam) ou l’enseignement. Mais il ne doit pas dire « il me faut tel ou tel salaire sinon je ne fait pas l’adhâne » (de même pour l’imamâh dans la prière). L’imam Ahmed (ra) a été interrogé à propos d’un tel homme (concernant le tarâwîh) et il a répondu : « na’oûdhou billèh, qui donc prie derrière cette personne ? ». Car cette personne n’a recherché que le bas monde dans un acte religieux. Quant à que reçoivent comme salaires les imams et les mou-addhinîne et les enseignants de la part de l’état (du baïtoul mâl), les savants ont dit que cela est permis et cela n’entre pas dans ce cas et donc cela ne comporte aucun mal. Car « baïtoul mâl » est là pour les intérêts généraux des musulmans. De même ce que les prieurs donnent à l’imam ou au mou-addhine sans que ceux-ci ne le mettent comme condition, ne comporte pas de mal Hadith 155 : On rapporte de Mâlik Ibnil houwayrith - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - nous a dit : « À l’heure la prière que l’un d’entres-vous fasse al adhâne pour vous ». [Hadith rapporté par les sept dans un long hadith]. وَعَنْ مَالِكِ بْنِ الُْْوَيْرِثِ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ لَنَا النَّ بِ صلى الله عليه وسلم : إِذَا حَضَرَتِ الصَّلََةُ فَ لْيُ ؤَذِّنْ لَكُمْ أَحَدُكُمْ .اَلَْْدِيثَ . أَخْرَجَهُ اَلسَّبْ عَةُ . 1. al adhâne n’est pas valable avant le temps d’après la parole « à l’heure la prière ». Et celui qui se fait avant le fadjr n’est pas pour le fadjr mais c’est pour réveiller celui qui dort et faire retourner celui qui fait le qiyâm pour le « sahoûr » 2. al adhâne doit absolument se faire à voix haute d’après la parole « fasse al adhâne pour vous », afin que les gens l’entendent, et ainsi les savants ont dit que le fait d’élever la voix dans al adhâne est un pilier (donc obligatoire) 3. la parole « que l’un d’entres-vous » montre que al adhâne est un « fardou kifâyah » (obligation de suffisance), si une partie de la communauté s’en charge, le reste en est déchargé.  Il faut qu’il soit fait par une seule personne : si quelqu’un commence l’adhâne et qu’un autre le termine, ce n’est pas valable.  De même l’adhâne à partir d’une cassette ou d’un enregistrement est encore moins valable, contrairement à ce que font certains dans certaines entreprises. Mais avec la paresse qui a touché la communauté ainsi que l’ignorance, certains ont cru que le but était juste l’annonce, et ceci est interdit 4. le mou-addhine doit être musulman d’après la parole « que l’un d’entres-vous », et al adhâne d’un non-musulman n’est pas valable 5. il est « moustahabb » (conseillé) d’apprendre les signes de l’entrée de l’heure, et donc acheter une montre pour connaître l’heure est « moustahabb ».
  10. 10. Hadith 156 : On rapporte de Djâbir - رضي هاللّ تعالى عنه – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit à Bilâl - رضي هاللّ تعالى عنه – : « Lorsque tu fais al adhâne fais le lentement, et lorsque tu fais al iqâmah fais la rapidement, et fais une pause entre ton adhâne et ton iqâmah d’un temps permettant à celui qui mange de terminer son repas ». [Hadith rapporté par Attirmidhiy dans une longue version, et il l’a jugé faible]. وَعَنْ جَابِ ر رضي الله عنه أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ لِبِلََ ل : إِذَا أَذَّنْ فَ تَ رَسَّلْ , وَإِذَا أَقَمْ فَاحْدُرْ , وَاجْعَلْ ب يََْْ أَذَانِكَ وَإِقَامَتِكَ قَدْرَ مَا يَ فْرُغُ الْْكِلُ مِنْ أَكْلِهِ الَْْدِيثَ . رَوَاهُ التِّ رْمِذِ ي وَضَعَّفَهُ . Ce hadith est faible mais certains savants l’on qualifié de « hassane » et en ont tiré des règles : 1. il est bien que l’adhâne se fasse lentement et que l’iqâmah se fasse rapidement. Ils ont dit que al adhâne est pour ceux qui sont éloignés et ceux qui sont dans leurs demeures, et donc il est bien de l’allonger pour que les gens l’entendent. Alors que al iqâmah est pour les gens qui sont dans la mosquée donc on n’a pas besoin de l’allonger, on la fait rapidement. Mais il est « makroûh » (déconseillé) d’exagérer dans l’adhâne comme si c’était un chant, car c’est une adoration 2. il est bien de faire une pause entre l’adhâne et l’iqâmah, pour permettre à celui qui mange de terminer, et permettre aux gens de faire les ablutions. Attirmidhiy rapporte également d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Seul celui qui a les ablutions fait al adhâne ». Et il l’a jugé faible également. وَلَهُ : عَنْ أَبِِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه أَنَّ النَّبَِِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ : لَّ ي ؤَُذ نُ إِلَّّ مُتَ وَضِّ ئ . وَضَعَّفَهُ أَيْ ضا . Ce hadith est faible mais il est soutenu par les textes généraux de la sounnah, montrant qu’il vaut mieux avoir les ablutions pour évoquer Allah. Et al adhâne fait partie de l’évocation d’Allah. Donc il est mieux que le mou-addhine ait les ablutions, mais s’il ne les a pas al adhâne est valable. Il rapporte également de Ziyâd Ibnil Hârith - رضي هاللّ تعالى عنه – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Et celui qui a fait al adhane fait al iqâmah ». Et il l’a jugé faible également. وَلَهُ : عَنْ زِيَادِ بْنِ الَْْارِثِ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : وَمَنْ أَذَّنَ فَ هُوَ يُقِيمُ . وَضَعَّفَهُ أَيْ ضا. Aboû Dâwoûd rapporte dans le hadith de ‘Abdillêh Ibni Zayd - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « C’est moi qui l’ai vu – c-a-d al adhâne – et je désirais le faire. Il dit - صلى اللّ عليه و سلم - : « Fais alors al iqâmah ». Et il est faible également.
  11. 11. وَلِأَبِِ دَاوُدَ : فِِ حَدِيثِ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ زَيْ د أَنَّهُ قَالَ : أَنَا رَأَيْ تُهُ - ي عَْنِِ الْأَذَانُ - وَأَنَا كُنْ أُرِيدُهُ . قَالَ : "فَأَقِمْ أَنْ " وَفِيهِ ضَعْ ف أَيْ ضا Il est mieux que celui qui a fait l’adhâne fasse également l’iqâmah, et c’est ce que faisait Bilâl au temps du Prophète عليه الصلاة والسلام . Et si c’est quelqu’un d’autre il n’y a pas de problème comme dans le hadith de Abdillèh Ibni Zayd. Mais si on craint que celui qui a fait l’adhâne soit en colère contre celui qui a fait al iqâmah à sa place, il faut éviter ceci. Hadith 157 : On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Le mou-addhine possède al adhâne, et l’imam possède al iqâmah ». [Hadith rapporté par Ibnou ‘Adiyy et il l’a qualifié de faible]. Al Bayhaqiy a rapporté un hadith similaire qui est la parole de ‘Ali. وَعَ نْ أَبِِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : الْمُؤَذِّنُ أَمْلَكُ بِالْأَذَانِ , وَالِْْمَامُ أَمْلَكُ بِالِْْقَامَةِ . رَوَاهُ ابْنُ عَدِ ي وَضَعَّفَه . وَلِلْبَ يْ هَقِيِّ نََْوُهُ : عَنْ عَلِ ي مِنْ قَ وْلِهِ . 1. c’est le mou-addhine qui possède al adhâne, c-a-d qu’il se fait par sa décision. Mais si le mou-addhine ne respecte pas les règles, on lui interdit, comme le fait de faire al adhâne avant l’heure, ou le fait de le retarder alors que les gens lui disent de faire al adhâne 2. c’est l’imam qui possède al iqâmah. Donc al iqâmah ne se fait pas avant sa présence, et on doit attendre qu’il vienne, sauf s’il a dit aux prieurs : « si je suis en retard de tant de minutes, alors priez », et qu’il dépasse ce temps, alors ils prient et il n’y a pas de gêne. Mais sinon il faut l’attendre 3. l’autorisation de l’imam (pour al iqâma) se donne parfois avec la parole (par exemple en disant « aqimissalâh ») et parfois avec l’habitude en vigueur (par exemple lorsqu’il vient on fait al iqâmah). Hadith 158 : On rapporte d’Anas - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète a - صلى اللّ عليه و سلم - dit : « L’invocation n’est pas rejetée entre al adhâne et al iqâmah ». [Hadith rapporté par Annasâ-i et qualifié d’authentique par Ibnou Khouzaymah]. وَعَنْ أَنَ س رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : لَّ ي رَُ د ال دعَاءُ ب يََْْ الْأَذَانِ وَالِْْقَامَةِ . رَوَاهُ النَّسَائِ ي , وَصَحَّحَهُ ابْنُ خُزَيَْْةَ . Il est bien de faire dou’â (invocation Allah) car entre al adhâne et al iqâma les dou’â sont acceptées. Et cela comprend la dou’â rapportée après avoir répété ce qu’a dit le mou-addhine (hadith 159), et aussi des autres dou’â générales où on demande ce qu’on veut comme bienfaits du bas monde et de l’au-delà. Et cela comprend les dou’â faite dans la prière telle que la « râtibah » du fadjr ou du dhohr ou la sounna du maghrib qui se fait entre al adhâne et al iqâmah (mais n’est pas une râtibah), et celles faites en dehors de la prière.
  12. 12. Hadith 159 : On rapporte de Djâbir - رضي هاللّ تعالى عنهما – que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Celui qui dit lorsqu’il a entendu l’appel : « Ô Seigneur de cet appel parfait et de cette prière qui va être accompli, accorde à Mouhammad « al wasîlah » et le mérite, et ressuscite-le dans une place louée que Tu lui as promis », méritera mon intercession le jour de la résurrection ». [Hadith rapporté par les quatres]. وَعَنْ جَابِ ر - رَضِيَ اللَّهُ عَنْه - أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ : مَنْ قَالَ حِيَْ يَسْمَعُ النِّدَاءَ : اَللَّهُمَّ رَبَّ هَذِهِ الدَّعْوَةِ التَّامَّةِ , وَالصَّلََةِ الْقَائِمَةِ , آتِ مَُمَّ دا الْوَسِيلَةَ وَالْفَضِيلَةَ , وابْ عَثْهُ مَقَا ما مَْمُو دا الَّذِي وَعَدْتَهُ , حَلَّ لَهُ شَفَاعَتِِ ي وَْمَ الْقِيَامَةِ . أَخْرَجَهُ الْأَرْب عََ ةُ . 1. lorsque on a entendu al adhâne et qu’il est terminé, il est bien de faire la prière sur le prophète عليه الصلاة والسلام (« allâhoumma salli ‘alâ Mouhammad ») puis de dire « Allahoumma rabba hâdhihi …….. » et celui qui fait cette invocation bénéficiera de l’intercession du Prophète عليه الصلاة والسلام 2. il est bien de dire اَللَّهُمَّ رَبَّ هَذِهِ الدَّعْوَةِ التَّامَّة - « Ô Seigneur de cet appel parfait » - et donc de faire « attawassoul ilallâh » (la supplication d’Allah en citant une chose) avec ce qu’Il a légiféré comme appel à Allah qu’est al adhâne, c’est un appel à Allah parfait avec ce qu’il contient comme vénération d’Allah, Son unicité, le témoignage de la prophétie de son prophète عليه الصلاة والسلام , l’appel à la prière, à la réussite, et la conclusion avec le takbîr et la vénération d’Allah 3. on demande à Allah d’accorder au prophète عليه الصلاة والسلام « al-wassîlah » qui est le plus haut degré du paradis et un seul serviteur d’Allah y aura le droit 4. « al maqâm al mahmoûd » - la place louée – est toute situation dans laquelle les gens loueront le prophète Mouhammad عليه الصلاة والسلام , et cela comprend la grande intercession qui sera donné au prophète عليه الصلاة والسلام pour que le jugement commence (voir l’explication du hadith 109 dans le chapitre du tayammoum) 5. la parole « que Tu lui as promis » est une allusion à la parole d’Allah : يَ بْ عَثَكَ رَبُّكَ مَقَامًا مَحْمُودًا عَسَى أَنْ → « afin que ton Seigneur te ressuscite en une position louée » 6. la parole « innaka lâ toukhlifoul mî’âd » n’est pas dans les 2 sahih mais elle est authentique.
  13. 13. Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra) - Qu’est-ce qui est le mieux, al adhâne ou al imâmah (le fait d’être imam) ? → Cette question est un point de divergence entre les savants, et le plus juste c’est que al adhâne est meilleur que al imâmah, en raison des ahâdîth montrant son mérite, comme la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : لََسْتَ هَمُوا ثُمَّ لَمْ يَجِدُوا إِلََّ أَنْ يَسْتَهِمُوا عَلَيْهِ لَوْ يَ عْلَمُ النَّاسُ مَا فِي النِّدَاءِ وَالصَّفِّ الْأَوَّلِ → « Si les gens savaient ce qu’il y a dans l’appel et le 1er rang, puis qu’ils ne trouvent que le tirage au sort (pour les départager), ils feraient un tirage au sort » ; et sa parole : أَطْوَلُ النَّاسِ أَعْنَاقًا يَ وْمَ الْقِيَامَةِ الْمُؤَذِّنُونَ → « Les mou-addhinoûne (ceux qui font al adhâne) auront les cous les plus longs le jour de la résurrection ». Si quelqu’un dit : « al imâmah a été rattachée à des caractéristiques de la législation comme « fait imam celui qui connaît le plus le livre d’Allah parmi eux », et nous savons que la parole « celui qui connaît le plus » montre qu’il est meilleur ». La réponse : Nous ne disons pas que al imâmah n’a pas de mérite, au contraire c’est une responsabilité légale (« char’iyyah ») qui a un mérite, mais nous disons : « Al adhâne est meilleur que al imâmah pour ce qu’il comporte comme évocation d’Allah à haute voix et comme avertissement général des gens, et parce qu’al adhâne est plus difficile que al imâmah, et le prophète عليه الصلاة والسلام et ses califes biens guidés n’ont pas fait al adhâne car ils étaient occupés avec ce qui était le plus important, car le chef, tous les gens sont rattachés à lui, et donc s’il était occupé à surveiller le temps il ne s’occuperait pas des besoins des musulmans ». - Quelle est la règle s’appliquant à al iqâmah concernant la femme ? → Il n’y a pas de mal à ce que la femme fasse al iqâmah si elle prie chez elle, et si elle ne fait pas al iqâmah il n’y a pas de mal non plus, car al iqâmah est obligatoire pour le groupe d’homme uniquement. Et même l’homme qui prie seul, al iqâmah n’est pas obligatoire pour lui, il s’il la fait c’est mieux, et s’il ne la fait pas il n’y a pas de mal. - Quelle est la règle s’appliquant à al adhâne pour les voyageurs ? → Cette question est un point de divergence entre les savants, et le plus juste c’est qu’al adhâne est obligatoire pour les voyageurs, car le prophète عليه الصلاة والسلام a dit à Mâlik Ibnoul Houwayrith : إِذَا حَضَرَتِ الصَّلََةُ فَ لْيُ ؤَذِّنْ لَكُمْ أَحَ دُكُمْ → « À l’heure la prière que l’un d’entres-vous fasse al adhâne pour vous » ; alors qu’ils étaient une délégation venu chez le prophète عليه الصلاة والسلام et qu’ils repartaient en voyage pour se rendre chez les leurs. Et parce que le prophète عليه الصلاة والسلام n’a délaissé al aldhâne et al iqâmah ni en étant résident ni en voyage. Ainsi il faisait al adhâne dans ses voyages et ordonnait à Bilâl (ra) de faire al adhâne. - Quelle est la règle s’appliquant à al adhâne et al iqâmah pour celui qui prie seul ? → Al adhâne et al iqâmah pour celui qui prie seul sont sounnah, et non obligatoires, car il n’a personne près de lui qu’il appellerait avec al adhâne. Mais comme al adhâne est un rappel d’Allah, et une vénération, et un prêche de lui-même à la prière et la réussite, de même al iqâmah, ils sont sounnah. Ce qui montre l’aspect recommandé de al adhâne, c’est ce qui a été rapporté dans le hadith de ‘Oqbah Ibni ‘Âmir (ra) dans lequel il dit que le prophète عليه الصلاة والسلام a dit : يَ عْجَبُ رَبُّكَ مِنْ رَاعِي غَنَمٍ فِي رَأْسِ الشَّظِيَّةِ لِلْجَبَلِ ي ؤَُذِّنُ لِلصَّلَةِ وَيُصَلِّي , فَ يَ قُولُ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ : اُنْظُرُوا إلَى عَبْدِي هَذَا ي ؤَُذِّنُ وَيُقِيمُ الصَّلَةَ , يَخَافُ مِنِّي . أُشْهِدُكُمْ أَنِّي قَدْ غَفَرْت لِعَبْدِي وَأَدْخَلْته الْجَنَّة « Ton Seigneur s’étonne d’un berger au sommet d’une montagne qui lance un appel à la prière et prie. Allah le Puissant et Majestueux dit : « Regardez mon serviteur que voici ; il procède à al adhâne et à
  14. 14. al iqâma et éprouve de la crainte pour moi. Je vous prends pour témoins que j’ai pardonné à mon serviteur et je le ferai entrer au paradis ». (Rapporté par Annassâ-i). - Un imam est entré dans la mosquée alors que les mou-adhinoûne ont fait l’appel dans la ville et il n’y a pas eu de adhâne dans sa mosquée, fait-on al adhâne (dans cette mosquée) ou directement al iqâmah ? → Si l’imam rentre dans une mosquée dans laquelle il n’y a pas eu de adhâne, il n’y a pas de mal à ce qu’on fasse al iqâmah sans adhâne, car al adhâne est un fardou kifâyah (obligation de suffisance), et donc il y a eu lieu avec al adhâne des autres dans les mosquées environnantes. Mais si l’imam rentre dans une mosquée autour de laquelle il n’y a pas de mou-dhinoûne, on fait al adhâne, comme le cas d’un homme qui est en voyage et qui était hors de la ville pendant al adhâne et n’entendait pas al adhâne, alors il entre dans la mosquée avec ses compagnons pour prier, alors que les gens ont déjà prié, dans ce cas il est bien qu’ils fassent al adhâne puis al iqâmah ; mais al adhâne se fait de façon à ce que ce groupe l’entende mais sans utiliser de micro et sans le faire avec une voix forte, afin de ne pas perturber les gens. - Est-ce que al adhâne est obligatoire pour une prière qu’on rattrape ? → Si on se trouve dans une ville dans laquelle il y a eu al adhâne pour la prière, comme dans le cas d’un groupe de gens qui se sont endormis et ne se sont réveillés qu’après le lever du soleil, alors al adhâne n’est pas obligatoire pour eux, on se contente d’al adhâne général, car al adhâne général est suffisant et décharge de l’obligation. Mais si on est dans un endroit où il n’y a pas eu al adhâne, alors il est obligatoire, car le prophète عليه الصلاة والسلام , lorsqu’il s’est endormi durant le temps de la prière du fadjr pendant son voyage et qu’il ne s’est réveillé qu’après le lever du soleil, il a ordonné à Bilâl de faire al adhâne et al iqâmah, et ceci montre son caractère obligatoire, et d’après la généralité de la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : إِذَا حَضَرَتِ الصَّ لََةُ فَ لْيُ ؤَذِّنْ لَكُمْ أَحَدُكُمْ → « À l’heure la prière que l’un d’entres- vous fasse al adhâne pour vous », cette parole englobe la présence de la prière après son temps et dans son temps. - Est-il permis qu’al adhâne soit fait par quelqu’un qui se rase la barbe s’il a une belle voix ? → Al adhâne de celui qui se rase la barbe est valable, car il est fait comme cela a été rapporté par la législation, et donc s’il fait al adhâne correctement sans erreurs il n’y a pas de problème. Ainsi al adhâne de celui qui se rase la barbe et celui qui fume la cigarette, et autres personnes leur ressemblant qui persistent dans les péchés, leur adhâne est valable tant qu’ils le font correctement sans en changer le sens. - Si l’heure de la prière arrive pendant la guerre, est-ce que le mou-addhine élève la voix, sachant que si l’ennemi entend al adhâne il sera où ils se trouvent ? → Il est suffisant durant al adhâne que l’entendent ceux pour qui on le fait, et donc s’il élève la voix de sorte que ceux qui sont présent l’entendent, il est valable. Et il n’est pas permis qu’il élève la voix lors d’al adhâne s’il va montrer à l’ennemi où il se trouve, car ceci revient à se jeter soi-même dans la destruction.
  15. 15. - Quelle est la règle concernant celui qui a prononcer « hayya ‘alal falâh » avant « hayya ‘alassalâh » dans al adhâne ? → Il doit dans ce cas obligatoirement redire « hayyal falâh » (2 fois) après « hayya ‘alassalâh », car al adhâne est conditionné par le respect de l’ordre, car al adhâne a été rapporté selon cette façon et dans cet ordre, et donc si on l’inverse on aura fait acte qui n’est pas conforme à l’ordre du prophète هيلع الصلاة والسلام et le prophète عليه الصلاة والسلام a dit : من عمل عملَ ليس عليه أمرنا فهو رد → « Celui qui pratique une oeuvre (action), [non conforme] à notre Affaire (l’islam), alors cela est rejeté. » (Rapporté par Mouslim). - Est-ce que le mou-addhine tourne le cou à droite en disant « hayya ‘alassalâh » la 1ère fois puis à gauche la 2ème fois, puis à droite en disant « hayya ‘alal falâh » la 1ère fois puis à gauche la 2ème fois, ou tourne-t-il le cou à droite en disant 2 fois « hayya ‘alassalâh » et à gauche en disant 2 fois « hayya ‘alal falâh » ? → Certains savants ont dit qu’il tourne le cou à droite en disant 2 fois « hayya ‘alassalâh » et à gauche en disant 2 fois « hayya ‘alal falâh ». Et certains ont dit qu’il tourne le cou à droite en disant « hayya ‘alassalâh » la 1ère fois puis à gauche la 2ème fois, puis à droite en disant « hayya ‘alal falâh » la 1ère fois puis à gauche la 2ème fois, afin de donner à chaque côté sa part de « hayya ‘alassalâh » et de « hayya ‘alal falâh ». Mais le plus connu et c’est ce qui apparaît de la sounna, c’est de tourner le cou à droite en disant 2 fois « hayya ‘alassalâh » et à gauche en disant 2 fois « hayya ‘alal falâh ». Mais il faut tourner le cou durant toute la phrase ; quant à ce que font certains mou-addhnoûne en disant « hayya ‘alâ » puis seulement ils tournent le cou, ceci n’a aucun fondement. - Si le mou-addhine fait al adhâne dans un micro, tourne-t-il le cou en disant « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh » ? → Si le mou-addhine fait al adhâne dans un micro il ne tourne pas le cou en disant « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh », sinon le son va faiblir. - Si le mou-addhine a oublié la parole « assalâtou khayroun minannawm » quelle est la règle qui s’applique ? → Si le mou-addhine a oublié la parole « assalâtou khayroun minannawm », ce qui est connu chez les savants c’est que son adhâne est valable, car la parole « assalâtou khayroun minannawm » durant le adhâne du fadjr est une sounna et non une obligation ; et la preuve de cela c’est que lorsque ‘Abdoullah Ibnou Zayd (ra) a vu al adhâne en rêve, cette phrase ne s’y trouvait pas. Et donc le fait de la dire n’est pas une condition, si on la dit dans al adhâne du fadjr qui se fait après l’arrivée de l’aube c’est mieux, et si on ne la dit pas il n’y a pas de gêne. - La parole « assalâtou khayroun minannawm » se dit-elle dans le 1er adhâne ou le 2ème ? → La parole « assalâtou khayroun minannawm » se dit dans le 1er adhâne comme cela est rapporté dans le hadith وَ إِذَا أَذَّنْتَ بِالْأَوَّلِ مِن الصُّبْحِ فَ قُلْ الصَّلََةُ خَيْ رٌ مِنْ النَّ وْمِ الصَّلََةُ خَيْ رٌ مِنْ النَّ وْمِ → « Lorsque tu fais le 1er adhâne du soubh dit « assalâtou khayroun minannawm » » (Hadith rapporté par l’imam Ahmed). Donc elle se dit dans le 1er adhâne et non dans le 2ème, mais il faut absolument savoir ce qu’est le 1er adhâne dans ce hadith : c’est al adhâne qui se fait après l’entrée de l’heure, et le 2ème adhâne est al iqâmah, car al iqâmah s’appelle « adhâne ». Le prophète عليه الصلاة والسلام a dit بَ يْنَ كُلِّ أَذَانَ يْنِ صَلََة → « Entre 2 adhâne il y a une prière », et ce qui est visé c’est al adhâne et al iqâmah.
  16. 16. Et dans sahih Al Boukhârî il est rapporté que le chef des croyants ‘Outhmâne Ibnou ‘Affâne a ajouté le 3ème adhâne dans le djoumou’ah (alors qu’il s’agit du 2ème adhâne, mais c’est le 3ème en comptant al iqâmah). Donc le 1er adhâne dans lequel on a ordonné à Bilâl de dire « assalâtou khayroun minannawm » et le adhâne pour la prière du fadjr. ……….. (Pour lire la suite de cette argumentation, voir la fatwa n°98 dans les fatâwâ concernant la prière). - Est-ce qu’al adhâne à partir d’un enregistrement est valable ? → Al adhâne à partir d’un enregistrement n’est pas valable, car al adhâne est une adoration, et l’adoration nécessite une intention. - Que dire d’al adhâne qui est exagéré ou qui est changé ? → Al adhâne qui est exagéré c-a-d comme un chant est valable mais makroûh (déconseillé). Al adhâne qui est changé, si le sens est changé alors il n’est pas valable comme dans le cas où il dit « Allahou akbâr » (c-a-d en allongeant le dernier « a »), car le sens a changé, car « akbâr » est le pluriel de « kabar » qui est un tambourin. Mais s’il est changé sans changer le sens alors al adhâne est valable mais makroûh. - Quel est le jugement du fait de retarder al adhâne de son temps ? → Si on se trouve dans une ville il ne convient pas de retarder al adhâne du début de son temps, car ceci va amener au désordre et la disparité entre les mou-addhinîne et provoquer une ambigüité pour les gens qui vont se demander qui a raison, celui qui l’a fait en 1er ou en dernier. Mais si c’est en dehors de la ville (à la campagne ou dans le désert) ils ont le choix, mais le mieux est qu’ils fassent al adhâne au début du temps et qu’ils prient, car le fait de prier au début du temps est meilleur, sauf lorsqu’il est légiféré de la retarder. Et lorsqu’il est légiféré de la retarder alors on retarde al adhâne, et donc il est rapporté dans sahih Al Boukhârî que le prophète عليه الصلاة والسلام était en voyage et lorsque Bilâl s’est levé pour faire al adhâne le prophète عليه الصلاة والسلام lui a dit « abrid » (c-a-d attends qu’il fasse plus frais), puis il a voulu se lever et le prophète عليه الصلاة والسلام lui a dit « abrid », puis il a voulu se lever et le prophète lui a dit « abrid », jusqu’à ce qu’une bonne partie du temps du dhohr soit passée, puis il a fait al adhâne. Et ceci montre qu’al adhâne est légiféré au moment où la prière est légiférée, et donc si elle fait partie des prières qu’il est bien de retarder comme la prière du dhohr lorsque la chaleur est intense ou comme la prière du ‘ichâ alors on retarde al adhâne en dehors des villes et des cités où il y a des mou-addhinoûne. - Si on entre dans la mosquée alors que le mou-addhine fait al adhâne, quelle est la meilleure chose à faire ? → Le mieux est de répéter après le mou-addhine puis d’invoquer Allah avec ce qui a été rapporté, puis d’entrer dans la prière de salutation de la mosquée (« tahiyyatoul masdjid »). Sauf que certains savants ont excepté de cela l’entrée dans la mosquée alors que le mou-addhine fait le 2ème appel du djoumou’ah (juste avant que l’imam commence le sermon), dans ce cas on prie la prière de salutation de la mosquée afin d’écouter le sermon. Et ils ont expliqué cela en disant que le fait d’écouter la khoutba (sermon) est obligatoire, alors que le fait de répéter après le mou-addhine n’est pas obligatoire, et donc le fait de préserver l’obligatoire devance le fait de préserver ce qui n’est pas obligatoire.
  17. 17. - Répète-t-on al adhâne lorsqu’il est fait à la radio ou à la télévision ? → Il y a 2 situations possibles pour al adhâne : - Soit il fait directement c-a-d qu’al adhâne est fait à l’heure de l’accomplissement de la prière par le mou-addhine, dans ce cas on répète après le mou-addhine d’après la généralité de la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : "إِذَا سَمِعْتُمْ النِّدَاء , فَ قُولُوا مِثْلَ مَا يَ قُ ولُ الْمُؤَذِّنُ " → « Si vous entendez l’appel alors dites la même chose que le mou-addhine ». Sauf que les fouqahâ (ra) ont dit que si on a fait la prière pour laquelle al adhâne est fait alors on ne répète pas. - Soit al adhâne est un enregistrement et non un adhâne fait à l’heure de la prière, alors on ne répète pas car ceci n’est pas un vrai adhâne mais c’est le son d’un adhâne précédent. - Est-il obligatoire de répéter après tout les mou-addhinîne de la ville ou se contente-t-on du 1er ? → Le fait de répéter après le mou-addhine n’est pas obligatoire, ni pour le 1er mou-addhine ni pour le dernier. Mais est-ce que c’est légiféré et conseillé, je dis alors : les fouqahâ (ra) disent qu’il est conseillé (moustahabb) de répéter après le mou-addhine à chaque fois qu’on l’entend, et ils se sont basés sur la généralité de la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : "إِذَا سَمِعْتُمْ النِّدَاء , فَ قُولُوا مِثْلَ مَا يَ قُولُ الْمُؤَذِّنُ " → « Si vous entendez l’appel alors dites la même chose que le mou-addhine ». Et ceci est général ; mais ils ont excepté le cas où on a déjà prié, dans ce cas on ne répète pas après le mou-addhine. C-a-d que si un mou-addhine est en retard et ne fait l’appel qu’après qu’on ait prié, alors on ne répète pas après lui, et ils ont expliqué cela en disant que dans ce cas on n’est pas appelé par ce adhâne, car ce mou-addhine dit « venez à la prière » alors qu’on a déjà prié, alors dans ce cas on ne répète pas. Mais si on répète quand-même on est dans un bien, si on se base sur la généralité du hadith « Si vous entendez l’appel alors dites la même chose que le mou- addhine ». - Si le mou-addhine fait l’appel sans micro à cause d’une coupure d’électricité, puis directement après son adhâne l’électricité revient, refait-il al adhâne dans le micro ou se contente-t-il de son 1er appel ? → Le 1er adhâne est suffisant et il n’y a pas besoin de le refaire, car autour il y a des autres mosquées desquels les gens ont entendu l’appel. Mais si la mosquée est la seule et qu’il n’y en a pas d’autres alors il recommence, afin que les gens sache que l’heure de la prière est entrée. - Est-ce que cela pose un problème que le mou-addhine récite à haute voix dans le micro la dou’â qui se dit après al adhâne ? → Oui car si le mou-addhine fait cela, c’est comme si cette dou’â fait partie d’al adhâne. De plus ceci n’était pas connu à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام et des califes biens guidés, donc cela fait partie des innovations desquelles il a mis en garde. Et même si quelqu’un dit : « Mon but est l’enseignement afin que les gens sachent que ce dhikr est légiféré », nous lui disons : « L’enseignement est possible après que tu termine la prière et que les gens soit présents, alors tu les informe de ceci et même en utilisant le micro, tu leur dis qu’il est bien après al adhâne de dire ceci et cela, mais tu ne le fais pas apparaître dans al adhâne de sorte que quelqu’un pense qu’il en fait partie, ceci fait partie des innovations. - Que dire du rajout « innaka lâ toukhlifoul mî’âd » dans le dhikr qui se dit après al adhâne ? → Cet ajout est un sujet de divergence entres les savants du hadith : - Certains ont dit qu’elle n’est pas authentique car la plupart des rapporteurs de ce hadith n’ont pas rapporté cette parole (« choudhoûdh »). Et il ne convient pas à cet endroit qu’elle ne soit
  18. 18. pas citée, car c’est un endroit de dou’â et de louange, et ce qui est de ce genre il n’est pas permis de ne pas le citer car c’est une parole avec laquelle on adore Allah. - D’autres savants ont dit que sa chaîne de transmission est authentique et qu’on la dit et qu’elle ne contredit pas les autres paroles ; et parmi ceux qui l’ont authentifié il y a cheikh ‘Abdel ‘Azize Ibnou baz qui a dit : « Sa chaîne est authentique car Al Bayhaqiy l’a rapporté avec une chaîne de transmission authentique ». - Quel est le jugement du fait de sortir de la mosquée après al adhâne ? → Abou Hourayra (ra) a vu un homme sortie de la mosquée après al adhâne, alors il a dit : « Quant à celui-ci, il a désobéi à Aboul Qâcim عليه الصلاة والسلام ». Et la règle de base concernant la désobéissance c’est l’interdiction (« attahrîm »). Allah a dit : وَمَنْ يَ عْصِ اللَّهَ وَرَسُولَهُ فَ قَدْ ضَلَّ ضَلَلَ مُبِينًا → « Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s'est égaré certes, d'un égarement évident ». Ainsi les savants ont dit qu’il est interdit de sortir de la mosquée après al adhâne, sauf à cause d’une excuse valable comme le fait de faire les ablutions puis revenir, mais s’il craint de rater la prière en groupe il ne sort pas s’il n’a pas une envie pressante d’accomplir ses besoins. Mais s’il a une envie pressante d’accomplir ses besoins qu’il sorte même s’il rate la prière en groupe, d’après la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : لََ صَلََةَ بِحَضْرَةِ الطَّعَامِ وَلََ هُوَ يُدَافِعُهُ الْأَخْبَثَانِ → « Pas de prière lorsque la nourriture est posée, et ni lorsqu’on est poussé par les besoins ». Donc si quelqu’un attend la prière puis il a une envie pressante d’accomplir d’uriner ou d’aller à la selle ou de faire un gaz, il n’y a pas de mal à ce qu’il aille accomplir ses besoins puis qu’il revienne, si il a atteint le groupe c’est bien, et s’il ne l’a pas atteint il n’y a pas de gêne pour lui. - Est-il permis de sortir de la mosquée après al adhâne pour quelque chose d’obligatoire comme le fait de réveiller quelqu’un qui dort ? → Le fait de sortir de la mosquée après al adhâne pour une excuse ne comporte pas de mal, comme pour le fait de réveiller quelqu’un qui dort ou autre chose de semblable, à condition de revenir avant al iqâmah ; et dans le même genre il y a le cas où son père lui a dit de sortir pour un besoin et qu’il est possible pour lui de revenir avant de rater la prière en groupe. - Quelle est la règle concernant le fait de répéter al iqâmah ? → Concernant le fait de répéter al iqâmah il y a un hadith rapporté par Abî Dâwoûd, mais il est faible et donc ne peut servir d’argument. Et donc l’avis le plus juste est qu’on ne le répète pas. - On entend de certaine personne après al iqâmah la parole : « aqâmahallahou wa adâmahâ », quel est le jugement de cela ? → Il est rapporté dans un hadith que lorsque le mou-addhine disait « qad qâmatissalâh » le prophète عليه الصلاة والسلام disait « aqâmahallahou wa adâmahâ ». Mais ce hadith est faible et ne sert pas d’argument. - Quel est le jugement du fait de faire al adhâne sans être dirigé vers la qibla ? → Le fait d’être dirigé vers la qibla en faisant al adhâne est une sounna et non une condition de validité d’al adhâne. Et donc si le mou-addhine fait al adhâne alors que son visage est vers la droite ou la gauche, face ou dos à la qibla, ce adhâne est valable. Mais il ne convient pas de faire cela car ala adhâne est un dhikr et une dou’â et un appel à la prière, et donc ce qui convient c’est d’y être dirigé vers la qibla.
  19. 19. - Quel est le jugement du fait de faire al adhâne sans les ablutions ? → Ce adhâne est valable mais le mieux est de le faire en ayant les ablutions, car al adhâne est une évocation d’Allah, et pour toute évocation d’Allah il est mieux d’avoir les ablutions. Mais les savants ont même dit que si le mou-addhine fait al adhâne alors qu’il est en état de grande souillure (« djanâbah »), alors son adhâne est valable. Mais certains savants ont dit que c’est déconseillé (« makroûh ») en disant : « le adhâne du djounoub est makroûh tant qu’il n’a pas fait le ghousl (lavage du corps) ». - Les femmes qui prient en groupe font-elle al iqâmah ? → Cette question est un point de divergence entres les savants, est-ce qu’al iqâmah est légiférée pour un groupe de femme ou non, et le plus proche c’est qu’elle est légiférée car c’est une annonce du début de la prière, et à chaque fois qu’elles prient en groupe elles ont besoin d’une annonce pour le début de la prière. - Quel est le jugement concernant la parole des prieurs « lâ ilâha illallâh » après al iqâmah, c-a-d après que le mou-addhine ait dit dans al iqâmah « lâ ilâha illallâh » ? → Certains savants sont d’avis qu’on répète al iqâmah comme on le fait pour al adhâne, c-a-d que lorsque le mouqîm dit « Allahou akbar Allahou akbar » ont dit « Allahou akbar Allahou akbar » … et lorsqu’il dit « qad qâmatissalâtou qad qâmatissalâh » on dit « aqâmahallahou wa adâmahâ » … et lorsqu’il dit « lâ ilâha illallâh » on dit « lâ ilâha illallâh », et donc en se basant sur cette avis ont dirais « lâ ilâha illallâh » après le mouqîm. Et d’autres savants sont d’avis qu’on ne répète pas après al iqâmah car le hadith concernant ce point est discutable au niveau de son authenticité, et donc en se basant là-dessus on ne dit pas « lâ ilâha illallâh » après que le mouqîm ait dit « lâ ilâha illallâh ».
  20. 20. Résumé de l'explication de ce chapitre - « Al adhâne » dans la langue arabe veut dire l’annonce. Et dans la législation c’est l’annonce de l’entrée du temps de la prière ou de son accomplissement, par des paroles précises. Hadith 144 : - Les compagnons se sont concerté et ont divergés sur la manière de faire al adhâne, et Allah a montré en rêve à certains compagnons comment l’effectuer. - Il est sounna de dire اَلصَّلََةُ خَيْ ر مِنَ النَّ وْمِ « assalâtou khayroun minannawm » dans l’adhâne du fadjr qui s’effectue après l’arrivée de l’aube. - Il est bien que al adhâne soit effectué par quelqu’un qui le fait correctement et qui a une voix forte. Et si c’est effectué à partir d’un endroit élevé c’est mieux. - Parmi les conditions de validité d’al adhâne il y a le fait qu’il doit être effectué correctement, il ne doit pas y avoir de changement de sens d’une parole. Hadith 145 : - Il est bien de faire parfois dans l’adhâne « attardjî’ » c-a-d de dire les deux témoignages à voix basse avant de les prononcer à voix haute (donc au total on prononce 8 témoignages) comme l’a enseigné le Prophète عليه الصلاة والسلام à Abou Mahdhoûra (ra), car lorsqu’une adoration a été rapportée de plusieurs façons, le mieux est de la pratiquer de toutes ces façons. Hadith 146 : Al adhâne se fait en nombre pair et al iqâma en 1 fois : * Al adhâne est composé de 15 phrases : - Allâhou Akbar 4 fois au début - Les attestations 4 fois (Ach-hadou allâ ilâha illallâh 2 fois, puis Ach-hadou anna mouhammadar-rasoûloullâh 2 fois) - Hayya ‘alassalâh, hayya ‘alal falâh 4 fois, c-a-d 2 de chaque) - Allâhou Akbar 2 fois - Lâ ilâha illallâh 1 fois * Al iqâma est composé de 11 phrases : - Allâhou Akbar 2 fois au début - les attestations 2 fois → 1 de chaque - al hay’alatayne 2 fois → 1 de chaque - qad qâmatissalât 2 fois - Allâhou akbar 2 fois - Lâ ilâha illallâh 1 fois Quant à la parole « assalâtou khayroun minannawm », c’est une sounna pour la prière du fadjr uniquement Hadith 147 : - Il est bien que le mou-addhine (celui qui fait al adhâne) mette ses 2 doigts dans les oreilles. - Il est bien que le mou-addhine tourne son cou à droite et à gauche pour les paroles « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh ». Hadith 148 : Ce hadith montre qu’il est bien de choisir celui qui a une belle voix (« housnoussawt ») pour l’appel à la prière. Et la belle voix comporte 3 points : - effectuer correctement l’appel, comme le fait de prononcer les paroles correctement - avoir une belle voie - avoir une voix forte (et donc pour ce point le micro est une bonne chose car il va atteindre plus de gens).
  21. 21. Hadith 149 : Ce hadith est une preuve que pour la prière du ‘id (fête) il n’y a ni adhâne ni iqâmah. Hadith 150 : Al adhâne est légiféré pour les prières que l’on rattrape après leur temps (al maqdiyyât) Hadith 151 : Il y a la preuve de l’autorisation d’avoir 2 mou-addhin pour la prière du fadjr : l’un fait l’adhâne avant l’aube pour réveiller celui qui dort et permettre à celui qui fait la prière de nuit de rentrer chez lui, pour qu’ils mangent le sahoûr (repas de fin de nuit). Hadith 152 : Ce hadith est faible et il contredit celui qui le précède et qui autorise à faire al adhâne avant le fadjr. Hadith 153 : - Le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné de répéter la même chose que celui qui fait al adhâne (mais ce n’est pas obligatoire, c’est conseillé d’après l’avis le plus juste qui est celui de la majorité des savants ici) ; à part pour « hayya ‘alassalâh » et « hayya ‘alal falâh » de dire لَّ حَوْلَ وَلَّ ق وَُّةَ إِلَّّ بِاللَّهِ « lâ hawla walâ qouwwata illâ billêh ». - Donc quelque soit notre situation (et même si on n’a pas les ablutions ou si on est en état de grande souillure), on répète ce que dit le mou-addhine, même si on est en train de lire (même le Coran). - Lorsqu’on termine de répéter ces paroles, on prie sur le Prophète عليه الصلاة والسلام , on demande à Allah d’accorder au prophète عليه الصلاة والسلام « al-wassîlah » (hadith 159) qui est le plus haut degré du paradis et un seul serviteur d’Allah y aura le droit. - Lorsqu’on a répété « achhadou anna mohammadan rassoûloullah » on dit : « radîtou billêhi rabban wal bil islâmi dînan wa bi mouhammadine rassoûla ». Hadith 154 : - Le mieux est que le mou-addhine ne prenne pas de salaire pour son adhâne, mais il le fait sincèrement pour Allah, et ceci est valable pour toute responsabilité religieuse comme Al imâmah (le fait de faire imam) ou l’enseignement. Mais il ne doit pas dire « il me faut tel ou tel salaire sinon je ne fait pas l’adhâne » (de même pour l’imamâh dans la prière). - Quant à que reçoivent comme salaires les imams et les mou-addhinîne et les enseignants de la part de l’état (du baïtoul mâl), les savants ont dit que cela est permis et cela n’entre pas dans ce cas et donc cela ne comporte aucun mal. Car « baïtoul mâl » est là pour les intérêts généraux des musulmans. Hadith 155 : - Al adhâne n’est pas valable avant le temps. - Al adhâne doit absolument se faire à voix haute. - Al adhâne est un « fardou kifâyah » (obligation de suffisance), si une partie de la communauté s’en charge, le reste en est déchargé. - Le mou-addhine doit être musulman, et al adhâne d’un non-musulman n’est pas valable. Hadith 156 : - Il est bien que l’adhâne se fasse lentement et que l’iqâmah se fasse rapidement. Mais il est « makroûh » (déconseillé) d’exagérer dans l’adhâne comme si c’était un chant, car c’est une adoration - Il est bien de faire une pause entre l’adhâne et l’iqâmah, pour permettre à celui qui mange de terminer, et permettre aux gens de faire les ablutions.
  22. 22. - Il est mieux que le mou-addhine ait les ablutions, mais s’il ne les a pas al adhâne est valable. - Il est mieux que celui qui a fait l’adhâne fasse également l’iqâmah, mais si c’est quelqu’un d’autre il n’y a pas de problème. Hadith 157 : - C’est le mou-addhine qui possède al adhâne, c-a-d qu’il se fait par sa décision. - C’est l’imam qui possède al iqâmah. Donc al iqâmah ne se fait pas avant sa présence, et on doit attendre qu’il vienne. Hadith 158 : Il est bien de faire dou’â (invocation Allah) car entre al adhâne et al iqâma les dou’â sont acceptées. Hadith 159 : - Lorsque on a entendu al adhâne et qu’il est terminé, il est bien de faire la prière sur le prophète عليه الصلاة والسلام (« allâhoumma salli ‘alâ Mouhammad ») puis de dire « Allahoumma rabba hâdhihi …….. » et celui qui fait cette invocation bénéficiera de l’intercession du Prophète عليه الصلاة والسلام - La parole « innaka lâ toukhlifoul mî’âd » n’est pas dans les 2 sahih mais elle est authentique.

×