CHAPITRE 2 : LES RÉCIPIENTS 
Ibnou Hajar a placé ce chapitre dans le livre de la purification car l’eau nécessite un récip...
Hadith 15 : 
On rapporte d’Oummi Salama - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit...
أَخْرَجَهُ أَبُو دَاوُدَ، [ » يُطَهِّرُهَا الْمَاءُ وَالْقَرَظُ « : فَ قَالُوا : إِن هََّا مَيْتَةٌ، فَ قَالَ » لَوْ أَخَذ...
en s’échangeant les récipients, et non pour leur impureté (beaucoup de savants disent que c’est lié aux impuretés telles q...
3. nous avons ici une preuve de la modestie du prophète عليه الصلاة والسلام car il buvait dans des récipients qui étaient ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chap 2 : Les récipients (Boulough al Maram)

186 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
186
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 2 : Les récipients (Boulough al Maram)

  1. 1. CHAPITRE 2 : LES RÉCIPIENTS Ibnou Hajar a placé ce chapitre dans le livre de la purification car l’eau nécessite un récipient pour être transportée et utilisée. La règle générale (l’origine, « al asl ») concernant les récipients est l’autorisation sauf s’il y a un dalîl (preuve) qui montre son interdiction. Donc on peut utiliser les récipients en bois, en acier, en verre, en terre … à part ceux qu’Allah est Son messager عليه الصلاة والسلام ont interdits. Hadith 14 : On rapporte de Houdhayfa ibn Al-Yamân - رضي هاللّ تعالى عنهما - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Ne buvez point dans des récipients en or ou en argent et ne mangez pas dans de tels récipients car ils sont pour eux (les mécréants) dans la vie d’ici-bas et pour vous dans l’autre monde ». . [Hadîth agréé/Mouttafaqoun ‘alayhi] لاَ « - عَنْ حُذَيْ فَةَ بْنِ الْيَمَانِ - رَضِيَ الله تعالى عَنْ هُمَا -، قَالَ : قَالَ النَّ يِ ب - صلى الله عليه و سلم مُتَّ فَقٌ [ » تَشْرَبُوا فِِ آنِيَةِ الذَّهَبِ والْفِضَّةِ، وَلاَ تَأْكُلُوا فِِ صِحَافِهَا، فَإِن هََّا لََمُْ فِِ اليدنْ يَا، وَلَكُمْ فِِ الآخِرَةِ عَلَيْهِ [ 1. Il est interdit de boire ou de manger dans les récipients en or ou en argent (grands ou petits) car ceci est pour les mécréants dans ce bas monde et pour les croyants dans l’au-delà. 2. Il est permis, d’après l’avis le plus juste, d’utiliser les récipients en or ou en argent pour autre chose que la boisson ou la nourriture, y compris pour la purification (ablutions ou autre). En effet le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit d’y boire et d’y manger uniquement, et si c’était interdit il l’aurait clairement montré. De plus la cause de ce hadith c’est que Houdhayfa (ra) était dans sa demeure avec des gens et a demandé qu’on lui apporte de l’eau. Alors un de ses administrateurs lui a apporté de l’eau dans un récipient en argent. Alors il a pris le récipient et l’a jeté et a dit a ceux qui étaient avec lui : « Je vous informe que j’ai interdit qu’on m’apporte à boire dedans car le prophète عليه الصلاة والسلام a dit : « … » ». Donc ceci montre que Houdhayfa possédait ce récipient chez lui mais qu’il ne l’utilisait pas pour boire. De plus Oummou Salamah (ra) possédait un petit récipient en argent dans lequel il y avait des poils appartenant au prophète عليه الصلاة والسلام qui étaient utilisés pour guérir les malades après la mort du prophète عليه الصلاة والسلام . On lui envoyait de l’eau qu’elle versait dans ce récipient et la remuer avec, puis elle renvoyait cette eau qui guérissait le malade avec la permission d’Allah. Ceci est le « tabarrouk » (recherche de la bénédiction) et ceci est spécifique au prophète عليه الصلاة والسلام et n’est pas permis avec autre que lui. 3. Il ne faut pas désespérer de ce qu’on n’a pas obtenu de ce bas monde, car le croyant a pour lui l’au- delà qui est meilleure. 4. Si on se base sur la cause du hadith on peut dire qu’il est bien voir obligatoire de se défendre si on craint d’être soupçonné d’un mal, car c’est ce qu’à fait Houdhayfa. Et c’est ce qu’à fait le prophète عليه الصلاة والسلام lorsqu’il discutait avec son épouse Safiyyah un soir et que deux hommes passèrent. Et il n’y a pas de mal à jurer dans ce cas sans qu’on nous le demande si on craint de ne pas être cru. 5. L’interdiction se limite à l’or et l’argent, et donc il est permis de boire ou manger dans un récipient qui est fait avec une autre matière même s’il a une grande valeur (ex : diamant).
  2. 2. Hadith 15 : On rapporte d’Oummi Salama - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Celui qui boit dans les récipients en argent avale des gorgées du feu de la Géhenne ».. [Hadîth agréé / Mouttafaqoun ‘alayhi] ا لَّذِ ي « – عن أُمِّ سَلَمَةَ - رَضِيَ الله تعالى عَنْ هَ ا – قا لَت : قَالَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم يَشْ رَبُ فِ إِنآءِ ا لْفِ ضَ ةِ ، إِنَ ا يُ رْجِ رُ فِ بَط نِهِ نارَ » جَ هَ نَمَ ]مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ [ 1. Ceux qui boivent dans les récipients en argent (donc ceci est encore plus valable pour les récipients en or), chaque gorgée qu’ils avalent sera un châtiment pour eux en enfer. 2. Cette action fait partie des grands pêchés (kabâ-ir), car il y a un « wa’îd » (annonce d’une menace telle que le châtiment ou la malédiction d’Allah …) qui est associé à cette action. Et le grand péché est différent du petit péché car le grand péché n’est pas pardonné par les adorations telles que la prière ou le jeûne ou autre, il faut absolument se repentir. De plus, en faisant un grand péché la personne perd son honorabilité et c-a-d que son témoignage est rejeté. 3. Le fait de manger dans les récipients en argent fait également partie des grands péchés. 4. Les savants disent que c’est la même chose pour les récipients recouverts d’or ou d’argent (ex : un récipient en cuivre recouvert d’or ou d’argent). Hadith 16, 17, 18 : On rapporte d’Ibn ‘Abbâs - رضي هاللّ تعالى عنهما - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - avait dit : « Si la peau d’un animal est tannée, elle devient pure ». [Hadîth rapporté par Mouslim].Les quatre y ajoutèrent : « N’importe quelle peau tannée … » إِذَا دُبِغَ « - وَعَنِ ابْنِ عَ بَّاسٍ - رَضِيَ الله عَنْ هُمَا - قَالَ : قَالَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم » أَييَُّا إِهَابٍ دُبِغَ « : أَخْرَجَهُ مُسْلِمٌ [. وَعِنْدَ الأَرْب عََةِ [ » الإِهَابُ فَ قَدْ طَهُرَ On rapporte de Salama Ibn Mouhabbiq - رضي اللّ تعالى عنه - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - avait dit : « Tannez la peau des bêtes mortes la rend pure ».. [Hadîth qualifié d’authentique par Ibn Hibbân]. « - وَعَنْ سَلَمَةَ بْنِ الْمُحَبِّقِ - رَضِيَ الله تعالى عَنْهُ - قَالَ : قَالَ رَسُولُ الله - صلى الله عليه و سلم صَحَّحَهُ ابْنُ حِبَّانَ [ [ » دِبَاغُ جُلُودِ الْمَيْتَةِ طُهُورُهاَ On rapporte de Maymoûna - رضي هاللّ تعالى عنها - qu’elle a dit : Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - était passé auprès d’un groupe de gens qui traînaient une brebis. Alors il - صلى اللّ عليه و سلم - leur dit : « Prenez sa peau ». Ils répondirent : « C’est une bête morte. » Et le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم – dit alors : « L’eau et le « qaradh » (plante utilisée pour le tannage) la purifient. » [Hadîth rapporté par Aboû Dâwoud et An-Nasâ-î]. وَعَنْ مَيْمُونَةَ - رَضِ يَ الله تعالى عَنْ هَا -، قَالَتْ : مَرَّ النَّ يِ ب - صلى الله عليه و سلم - بِشَاةٍ يَُيرون هََا،
  3. 3. أَخْرَجَهُ أَبُو دَاوُدَ، [ » يُطَهِّرُهَا الْمَاءُ وَالْقَرَظُ « : فَ قَالُوا : إِن هََّا مَيْتَةٌ، فَ قَالَ » لَوْ أَخَذْتُُْ إِهَاب هََا « : فَ قَالَ وَالنَّسَ ائِ ي ي [ Les hadiths concernant la peau des animaux sont cités ici car il existe des récipients faits avec ce genre de peau. 1. la bête morte impure (ex : un mouton trouvé mort ou un mouton qui n’a pas été égorgé selon les règles de la législation musulmane), toutes ses parties sont impures (la viande, la graisse, l’intestin, le foie …) sauf les poils (chèvre, vache, chameau …), la laine (mouton), les plumes (oiseau). Ex : si un mouton ou un chameau meurt et qu’on enlève ses poils, ceux-ci sont purs car le sang ne rentre pas à l’intérieur des poils 2. il y a divergence des savants concernant les os : - la majorité disent qu’ils sont impurs - certains comme Ibnou Taymiyah (ra) disent que non car ils sont comme les poils, c-a-d que le sang n’y entre pas, mais il faut juste nettoyer l’extérieur de l’os 3. concernant la peau d’une bête morte (ou qui n’a pas été sacrifiée selon la législation islamique) : - avant le tannage elle est impure car le sang y entre, donc cette peau est interdite à l’utilisation que ce soit pour transporter de l’eau ou du lait ou autre chose, sauf s’il s’agit d’un animal qui est pur même lorsqu’il est trouvé mort comme le poisson - si cette peau est complètement tannée et qu’il n’y a plus de mauvaise odeur elle est pure comme la peau d’une bête sacrifiée comme le montre ces 3 ahâdîth, et on peut l’utiliser comme récipient pour transporter de l’eau ou du lait ou autre - mais s’il s’agit d’un animal fondamentalement interdit à la consommation (loup, tigre, lion, chien, chat, porc …) il y a divergence des savants, mais l’avis le plus juste est que leur peau reste impure même après le tannage ; en effet, le sacrifice d’un tel animal (« adhdhakâh ») ne le rend pas licite et ne le rend pas pur, donc le tannage ne peut pas non plus rendre pur sa peau. Hadith 19 : On rapporte d’Abî Tha’labata l-Khouchanîy - رضي اللّ تعالى عنه - qu’il a dit : J’ai dit : « Ô Prophète d’Allah, nous sommes dans un pays de gens du Livre, peut-on manger dans leurs récipients ? » Le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - répondit : « N'y mangez pas, sauf si vous n’en trouvez pas d’autres. Et alors lavez-les et mangez-y ». [Hadîth agréé / Mouttafaqoun ‘alayhi] قُ لْتُ : يَا رَسُولَ الله، إِنَّا بِأَرْضِ قَ وْمٍ أَهْلِ كِتَابٍ، « : وَعَنْ أَبِِ ث عَْلَبَةَ الُْْشَنِِِّ - رَضِيَ الله تعالى عَنْهَ - قَالَ مُتَّ فَقٌ [ » لاَ تَأْكُلُوا فِيهَا، إِلاَّ أَنْ لاَ تََِدُوا غَيْ رَهَا، فَاغْسِلُوهَا، وَكُلُوا فِيهَا « : قَالَ » ؟ أَفَ نَأْكُلُ فِِ آنِيَتِهِمْ عَلَيْهِ [ 1. il est permis de vivre avec les gens du livre (juifs et chrétiens) dans leur pays d’après la parole « nous sommes dans un pays de gens du livre » ; mais ceci à condition de pouvoir faire apparaître sa religion et que les musulmans puissent être différenciés des mécréants ; si ce n’est pas le cas, la hjidjarh (émigration) devient obligatoire 2. le Prophète عليه الصلاة والسلام a défendu (interdit ou déconseillé) de manger dans les récipients des gens du livre (c-a-d les récipients qu’on leur a empruntés) pour que l’on ne soit pas trop proche d’eux
  4. 4. en s’échangeant les récipients, et non pour leur impureté (beaucoup de savants disent que c’est lié aux impuretés telles que le porc). Si on n’en trouve pas d’autre, on les lave et on y mange. Mais s’ils nous invitent à manger, on mange dans leurs récipients car c’est ce qu’a fait le prophète عليه الصلاة والسلام (comme à Khaybar) Hadith 20 : On rapporte de ‘Imrâne ibn Houssayn - رضي هاللّ تعالى عنهما - que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - et ses compagnons avaient fait leurs ablutions de l’outre (récipient en peau) d’une femme polythéiste ». [Hadîth agréé dans un long hadith / Mouttafaqoun ‘alayhi fî hadîthin tawîl] وَعَنْ عِمْرَانَ بْنِ حُصَيٍْْ - رَضِيَ الله تعالى عَنْ هُمَا -, أَنَّ النَّبَِّ - صلى الله عليه و سلم - وَأَصْحَابَهُ تَ وَضَّئُوا مِنْ مَزَادَةِ امْ رَأَةٍ مُشْرِكَة . ]مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ، فِِ حَدِيثٍ طَوِيلٍ [ 1. les récipients faits avec des peaux venant des sacrifices des associateurs sont purs si ces peaux ont été tannées : en effet le récipient duquel les compagnons (ra) ont fait leurs ablutions était fait en peau venant de sacrifices des polythéistes, et leurs sacrifices sont des bêtes mortes pour les musulmans et donc ces sacrifices sont impurs, mais le tannage de ces peaux les a rendus purs 2. donc la peau des bêtes mortes est pure si elle est tannée, et donc l’eau transportée par les récipients faits avec cette peau reste pure 3. il est bien pour celui à qui on rendu un service de donner une compensation équivalente, même si c’est un mécréant, car c’est ce qu’a fait le prophète عليه الصلاة والسلام en donnant à cette femme de la nourriture pour l’eau qu’ils avaient utilisée (voir la version longue du hadîth) 4. il est permis de s’adresser à une femme étrangère (« adjnabiyyah »), mais à 2 conditions : - qu’il n’y ait pas de danger de fitnah (tentation) - qu’il y ait un besoin (« hâdjah ») dans le fait de lui parler ; mais si elle fait partie des femmes à qui il est coutumier («‘âdah ») d’adresser la parole, comme l’homme qui parle à sa belle-soeur (la femme de son frère) et lui passe le salâm lorsqu’elle est dans la maison et elle-même lui rend le salâm, il n’y a pas de mal Hadith 21 : On rapporte d’Anas ibn Mâlik - رضي اللّ تعالى عنه - que le vase (récipient qui est utilisé pour boire) du Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - s’était cassé. Alors, le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a réparé la cassure avec une chaîne en argent. [Hadîth rapporté par Al-Boukhârî]. وَعَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ - رَضِيَ الله تعالى عَنْهُ - أَنَّ قَدَحَ النَّبِِّ - صلى الله عليه و سلم - انْكَسَرَ، فَاتَََّّذَ مَكَانَ الشَّعْبِ سِلْسِلَةً مِنْ فِضَّةٍ . ]أَخْرَجَهُ الْبُخَارِ ي [ 1. la présence d’une petite quantité d’argent dans un récipient telle que ce qui permet de l’attacher (c- a-d le réparer en cas de cassure) est excusable en cas de besoin. Donc il y a 4 conditions : - que ce soit pour réparer une cassure - que ce soit une petite quantité - que ce soit en argent - que ce soit pour un besoin 2. si quelque chose se casse et qu’il est possible de l’arranger il faut le faire car c’est la sounna, et non pas la jeter et la changer comme le font les gaspilleurs
  5. 5. 3. nous avons ici une preuve de la modestie du prophète عليه الصلاة والسلام car il buvait dans des récipients qui étaient réparés (après une cassure).

×