CHAPITRE 4 : LA « SOUTRA » (BOUCLIER) DU PRIEUR 
- La soutra est ce que le prieur met devant lui pour se protéger d’autrui...
2. il y a 3 cas ou il est autorisé de passer devant le prieur : dans le « matâf » (lieu du tawâf), lorsque la personne pri...
ي قَْطَعُ صَلََةَ الْمَرْيء الْمُسْلييم « : وَعَنْ أَيبِ ذَرٍّ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وس...
On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Quand l’u...
 La majorité des savants disent que le fait de mettre une soutra est une sounna et que n’est pas obligatoire (c’est égale...
- Quel est le houkm de la soutra ? Et quelle est sa taille ? 
→ La soutra dans la prière est une « sounna mou-akkadah » (f...
→ Les savants ont divergés le fait que celui passe devant les prieurs derrière l’imam soit dans le péché ou non : 
- certa...
→ La distance à l’intérieur de laquelle on empêche le passage devant le prieur si le prieur a une soutra est ce qu’il y a ...
- La soutra est ce que le prieur met devant lui pour se protéger d’autrui. Et elle comporte plusieurs profits. 
Hadith 180...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chap 4 la soutra

189 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
189
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 4 la soutra

  1. 1. CHAPITRE 4 : LA « SOUTRA » (BOUCLIER) DU PRIEUR - La soutra est ce que le prieur met devant lui pour se protéger d’autrui. Et le but n’est pas qu’elle le protège totalement mais il suffit qu’elle soit de la hauteur de la partie postérieure de la selle d’un chameau c’est-à-dire 2/3 d’une coudée, et même si on se protège avec une flèche c’est suffisant, et même si c’est avec moins que cela c’est suffisant. - Parmi les profits du fait de mettre une soutra devant soit pendant la prière il y a : - éviter une annulation de la prière si celui qui passe fait partie de ceux qui annulent la prière, ou une diminution de la prière s’il n’en fait pas partie - protéger le regard du prieur, car généralement le prieur pose son regard avant la soutra - cela facilite aux autres le passage car il ne les met pas dans la gêne en passant devant lui - cela évite de faire tomber le passant dans le péché par le fait de passer devant le prieur - c’est une obéissance à l’ordre du prophète عليه الصلاة والسلام et un suivi de sa guidance. Hadith 180 : On rapporte d’Abî Jouhaym Ibnil Hârith - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le Prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Si celui qui passe juste devant le prieur connaissait la gravité du péché qu’il commet, il aurait préféré attendre 40, plutôt que de passer devant lui ». [Hadith agréé et la version citée est celle d’Al Boukhâri]. Al Bazzâr l’a rapporté dans une autre version : « quarante automnes ». لَوْ ي عَْلَمُ الْمَارُّ « : عَنْ أَيبِ جُهَيْيم بْ ي ن الَْْاير ي ث رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم مُتَّ فَقٌ .» ب يََْْ يَدَ ي ا لْمُصَلِّي مَاذَا عَلَيْيه يمنْ ا يْ لْيْثْ لَكَانَ أَنْ يَيقفَ أَرْبَعييَْ خَيْ رًا لَهُ يمنْ أَنْ يََُرَّ ب يََْْ يَدَيْيه عَلَيْيه , وَال لَّفْظُ ليلْبُخَايريِّ . .» أَرْبَعييَْ خَيريفًا « : وَوَقَعَ يفِ "اَلْبَ زَّاير " يمنْ وَجْهٍ آخَرَ 1. « quarante automnes » cela veut dire 40 ans : si on resterait debout 40 ans ça serait moins grave que de passer juste devant le prieur car le péché acquis par cet acte est plus grave que le fait d’être bloqué comme cela (pendant 40 ans). Quelle serait la quantité de bien que l’on raterait en restant à attendre ce prieur pendant 40 ans : un bien énorme et en plus on subirait une grande fatigue, et malgré cela le péché est plus grand que cela. Et donc le fait de passer juste devant un prieur est « harâm » et si on disait qu’il fait partie des « kabâ- ir » (grands péchés) cela serait plausible ; alors que les gens se laissent aller concernant ce point, et donc ils passent devant le prieur sans faire attention. Et ceci leur est interdit et ils doivent obligatoirement attendre jusqu’à qu’il fasse le salâm (salut final) pour passer, ou passer d’un autre côté. Et si on estimait que c’est 40 mois, c’est très long ; 40 jours très long ; 40 semaines très long ; 40 heures très long ; 40 minutes, long pour certains, pourtant la personne ne patiente même pas 10 minutes le temps que le prieur fasse le salâm. Et ce qui apparaît de la généralité du hadith, c’est que cela inclus aussi celui qui se trouve à la mosquée sacrée de la Mecque ou celle de Médine. Il est interdit de passer devant le prieur et c’est ce qu’à montré Al-Boukhâri dans son sahih en titrant : « Chapitre de la soutra à la Mecque et autre » et c’est ce qui apparaît des ahâdîth. Quant au hadith disant que le prophète عليه الصلاة والسلام priait et que les « tâ- ifoûn » parmi les hommes et les femmes passaient devant lui, s’il est authentique, il concerne les tâ- ifînes (ceux qui font le tawâf -parcours autour de la ka’ba-) car ils ont besoin de passer contrairement aux autres, car l’endroit du tawâf est pour eux et ils y ont plus droit que quelqu’un d’autre. Et ce sujet est un point de divergence entre les savants.
  2. 2. 2. il y a 3 cas ou il est autorisé de passer devant le prieur : dans le « matâf » (lieu du tawâf), lorsque la personne prie sur le chemin, lorsque la personne prie avec un imam devant lui.  Le « matâf », il n’y a pas de mal à passer devant les prieurs si on fait le tawâf car le matâf est pour ceux qui font le tawâf et donc si les gens prient dans le matâf que ce soit derrière le « maqâm ibrâhîm » ou autre ils n’ont pas de droit concernant le passage devant eux ; et donc ce n’est pas interdit.  De même s’ils prient devant les entrées de la mosquée c’est-à-dire sur le passage des gens, il n’y a pas d’interdiction à passer devant eux car c’est eux qui ont été injustes envers les musulmans en se mettant sur leur passage.  De même si quelqu’un prie avec un imam, la soutra de l’imam est une soutra pour les ma°moûmîne (ceux qui le suivent dans la prière) et donc il n’y aucun mal à passer devant les ma°moûmînes, mais dans ce dernier cas il faut l’éviter sauf s’il y a un besoin car en passant on déconcentre les prieurs. Hadith 181,182 (cheikh Al Fawzane) : On rapporte de ‘Âicha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a été interrogé lors de la bataille de Taboûk concernant la soutra du prieur et il a répondu : « de la taille de la partie arrière de la selle (du chameau) ». [Hadith rapporté par Mouslim]. سُئيلَ رَسُ ولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم - يفِ غَ زوَةي تَ بُوكَ - « : وَعَنْ عَائيشَةَ - رَ ي ضيَ ال لَّهُ عَنْ هَا- قَالَتْ أَخْرَجَهُ مُسْليمٌ . .» يمثْلُ مُؤْي خرَةي الرَّحْيل « : عَنْ سُتْ رَةي الْمُصَلِّي . فَ قَالَ On rapporte de Sabrah Ibni Ma’bad Al Djouhany - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Protégez-vous (avec une soutra) dans la prière, ne serait-ce qu’avec une flèche ». [Hadith rapporté par Al Hâkim]. لييَسْتَيتِْ « : قَالَ رَسُ ولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم « : وَعَنْ سَبْ رَةَ بْ ي ن مَعْبَدٍ الُْْهَينِِّ رضي الله عنه قَالَ أَخْرَجَهُ اَلَْْاكيمُ .» أَحَدُكُمْ يفِ صَلََتييه وَلَوْ بيسَهْمٍ - Il y a dans ces 2 hadiths la taille de la soutra qui se trouve devant le prieur.  Ici مُؤْي خرَةي الرَّحْيل veut dire le morceau de bois qui se trouve à l’arrière de la selle du chameau et sur lequel celui qui monte le chameau appuie son dos ; sa taille est estimée à 2/3 d’une coudée soit environ 30 cm. Donc si le prieur a devant lui un objet debout de la hauteur de 2/3 d’une coudée, cela suffit comme soutra qui empêche le passage. Et dans le deuxième hadith il est dit « ne serait-ce qu’avec une flèche ». Le Prophète عليه الصلاة والسلام a montré dans le premier hadith la largeur maximum et la hauteur maximum de la soutra et dans le deuxième hadith la largeur minimum ; le prophète عليه الصلاة والسلام a prié vers un mur, il a prié vers une monture, il a prié vers une petite lance عنزة plantée dans le sol devant lui, ceci montre que la soutra devant le prieur est quelque chose de debout qu’il soit grand ou pas, large ou fin. Tout ceci convient comme soutra que ce soit un bâton, un mur, une pierre, un arbre, une selle, une lance plantée sur le sol … . Et il viendra ensuite le fait que si on ne trouve pas quelque chose qui tient debout, au minimum on trace une ligne devant nous. Hadith 183 : On rapporte d’Abî Dharr - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « La prière du musulman est coupée (annulée), s’il n’y a pas devant lui quelque chose tel que la partie arrière de la selle, par (le passage de) la femme, de l’âne et du chien noir ». Et il cita la suite du hadith. [Hadith rapporté par Mouslim]. Et on y trouve également : « Le chien noir est un démon ». Il a également rapporté d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – un hadith similaire sans « le chien ». Et Aboû Dawoûd et Annasâ-î on rapporté un hadith similaire d’Ibni ‘Abbâs - رضي هاللّ تعالى عنه – sans la fin du hadith. Et il a spécifié la femme en disant que c’est la pubère.
  3. 3. ي قَْطَعُ صَلََةَ الْمَرْيء الْمُسْلييم « : وَعَنْ أَيبِ ذَرٍّ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم اَلَْْ ي ديثَ . وَفيييه : .» - إيذَا لََْ يَكُنْ ب يََْْ يَدَيْيه يمثْلُ مُؤْي خرَية الرَّحْيل - الْمَرْأَةُ , وَالْْيمَارُ , وَالْكَلْبُ الَْْسْوَدُ أَخْرَجَهُ مُسْليمٌ .» اَلْكَلْبُ الَْْسْوَيد شَيْطَانٌ « وَلَهُ عَنْ أَيبِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه نََْوُهُ دُونَ : "الْكَلْ ي ب " وَيلَْيبِ دَا ودَ , وَالنَّسَائييِّ : عَنْ ايبْ ي ن عَبَّاسٍ - رَ ي ضيَ اللَّهُ عَنْ هُمَا- نََْوُه , دُونَ آ ي خيرهي . وَقَ يَّدَ الْمَرْأَةَ بيالَْْائي ي ض 1. le prophète عليه الصلاة والسلام a montré que si on prie sans mettre de soutra et que passe juste devant nous la femme ou l’âne ou le chien noir, la prière est annulée et il faut la recommencer (et si une femme passe devant une autre femme, la prière est également annulée). Donc c’est dans ces 3 cas : si c’est un âne, ou un chien noir, ou une femme qui est pubère ; mais si c’est une femme qui n’est pas pubère cela n’annule pas la prière, mais ça la diminue. (Cheikh Al ‘Outheymine (ra) est d’avis que celui qui rattrape une partie de la prière manquée avec l’imam est considéré à ce moment comme un prieur seul et donc il est interdit de passer devant lui, et si la femme pubère ou l’âne ou le chien noir passent devant lui sa prière est annulée). 2. mais s’ils passent derrière la soutra, il n’y a pas de mal ; et de même s’il n’y pas de soutra et qu’ils passent derrière l’endroit où on se prosterne il n’y pas de problème. 3. le prophète عليه الصلاة والسلام a été interrogé sur le fait de spécifier le chien noir et il a répondu que le chien noir est un démon (chaytâne), c-a-d un démon parmi les chiens et non un démon parmi les djinns (voir l’explication de zâd al moustaqni’). Hadith 184 : On rapporte d’Abî Sa’îd Al Khoudriy - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Si l’un d’entre vous prie face à quelque chose qui le protège des gens (une soutra) et que quelqu’un veut passer entre lui et la soutra, qu’il le repousse, et s’il refuse qu’il le repousse avec force car c’est un démon ». [Hadith agréé]. Et dans une autre version : « Car il est accompagné de son démon ». إيذَا صَلَّى أَحَدُكُمْ « : وَعَنْ أَيبِ سَعييدٍ الُْْدْيريِّ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم إيلََ شَيْءٍ يَسْتُ رُهُ يمنْ النَّا ي س , فَأَرَادَ أَحَدٌ أَنْ يََْتَازَ ب يََْْ يَدَيْيه فَ لْيَدْفَ عْهُ , فَيإنْ أَبََ فَ لْيُ قَاتيلْهُ , فَيإنَََّّا هُوَ مُتَّ فَقٌ عَلَيْيه . .» شَيْطَانٌ .» فَيإنَّ مَعَهُ الْقَيرينَ « : وَيفِ يروَايَةٍ Il y a dans ce hadith le fait que si quelqu’un a mis une soutra devant lui et prie et que quelqu’un veut passer devant lui c’est-à-dire entre lui et la soutra, il le repousse même si cela doit mener à le repousser avec force car celui qui veut passer lui fait du mal. Le Prophète عليه الصلاة والسلام a dit de celui qui refuse de ne pas passer que c’est un démon (chaytane). (Il est obligatoire de repousser celui qui veut passer si c’est dans une prière obligatoire et qu’il fait partie de ceux qui coupent la prière, sinon c’est sounna → voir l’explication de zâd al moustaqni’) Mais les savants ont dit que si le fait d’empêcher celui qui veut passer doit entraîner beaucoup de mouvements comme par exemple si beaucoup de gens passent, il n’est pas nécessaire de les empêcher car si on s’occupe trop de cela, la prière sera annulée. Hadith 185 (cheikh Al Fawzane) :
  4. 4. On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Quand l’un d’entre vous prie qu’il mette devant lui quelque chose, et s’il ne trouve pas qu’il plante un bâton, et s’il n’y en a pas qu’il trace une ligne, puis celui qui passera devant lui ne lui fera pas de mal ». [Hadith rapporté par Ahmed et Ibnou Mâdjah, et authentifié par Ibnou Khouzaymah, et celui qui a dit que ce hadith est déréglé s’est trompé, il est plutôt bon (hassen)]. إيذَا صَلَّى أَحَدُكُمْ فَ لْيَجْعَلْ « : وَعَنْ أَيبِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم تيلْقَاءَ وَجْيهيه شَيْئًا , فَيإنْ لََْ يَ يَدْ فَ لْيَ نْ ي صبْ عَصًا , فَيإنْ لََْ يَكُنْ فَ لْيَخُطَّ خَطًّا , ثَُّْ لََ يَضُرُّهُ مَنْ مَرَّ ب يََْْ أَخْرَجَهُ أَحَْْدُ وَابْنُ مَاجَهْ , وَصَحَّحَهُ ابْنُ ي حبَّانَ , وَلََْ يُ ي صبْ مَنْ زَعَمَ أَنَّهُ مُضْطَيربٌ , بَلْ هُوَ .» يَدَيْيه حَسَنٌ . Ce hadith est discutable mais Ibn Hadjar dit qu’il est « hassène » (bon) et le hadith hassène sert de preuve. - Il est dit qu’il faut mettre quelque chose devant soi lorsqu’on prie afin de délimiter l’endroit où il ne faut pas passer, en plaçant quelque chose qui tient debout, qu’il soit grand ou petit, même si c’est un bâton qu’on plante ou une flèche … ; et s’il n’est pas possible de planter cette chose (ex : un bâton mais le sol est dur) et qu’elle ne tient pas debout, on la pose devant soi ; et si on ne trouve rien, on trace une ligne sur le sol, et de la forme d’une courbe (comme la nouvelle lune – hilâl) d’après certains savants et si c’est une ligne droite il n’y a pas de mal. Et donc, il ne faut pas prier sans rien devant, sinon on risque de tomber dans le péché et de faire tomber quelqu’un d’autre dans le péché par le passage devant. Hadith 186 (cheikh Al Fawzane) : On rapporte d’Abî Sa’îd Al Khoudriy - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Rien ne coupe la prière, et protégez-vous autant que vous le pouvez ». [ Rapporté par Abî Dâwoûd, et sa chaîne de transmission est faible]. لََ ي قَْطَعُ الصَّلََةَ « : وَعَنْ أَيبِ سَعييدٍ الُْْدْيريِّ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّيه صلى الله عليه وسلم أَخْرَجَهُ أَبُو دَاوُدَ , وَيفِ سَنَ ي دهي ضَعْفٌ . .» شَيْءٌ , وَادْرَأْ مَا اسْتَطَعْتَ Ce hadith est faible, mais il est composé de 2 phrases : - La première disant que rien ne coupe la prière est faible et ne sert pas d’argument, et elle contredit le hadith 183 qui est dans les 2 sahih. - La deuxième disant de repousser celui qui veut passer, son sens est vrai et concorde avec le hadith 184. Profits de ce chapitre (cheikh Al Fawzane) :
  5. 5.  La majorité des savants disent que le fait de mettre une soutra est une sounna et que n’est pas obligatoire (c’est également l’avis de cheikh Al ‘Outheymine (ra) qui dit que c’est une sounna mou- akkadah) et la preuve de cela est qu’il est rapporté que le prophète عليه الصلاة والسلام a prié parfois sans soutra dans le désert, de même il a prié dans la mosquée sacrée sans soutra et les gens faisait le tawâf en passant devant lui. Le fait que le prophète عليه الصلاة والسلام l’ait ordonné et qu’il l’ait parfois délaissé montre que ce n’est pas une obligation. De même parfois il interdit une chose et la fait pour montrer que c’est autorisé (c-a-d que c’est déconseillé mais pas totalement interdit) car il doit montrer aux gens ce qui a été révélé.  La gravité du fait de passer devant le prieur en disant qu’il serait préférable d’attendre 40 ans, de plus il a le hadith du prophète عليه الصلاة والسلام dit que celui qui le fait est un satan, de plus il a dit de le repousser avec force s’il insiste. Tout ceci montre l’interdiction de passer devant le prieur sauf en cas de nécessité absolue.  Il y a 3 choses qui coupent la prière : l’âne, la femme (pubère) et le chien noir. - concernant le chien, le prophète عليه الصلاة والسلام a dit que c’est un démon - concernant la femme, les savants ont dit que c’est une fitna - concernant l’âne : ils ont dit que satan peut l’accompagner, et parce que la voix de l’âne est détestée comme l’a dit Allah  La taille de la soutra : le mieux est que ce soit quelque chose qui soit debout (levé) comme un poteau, un mur, une pierre, un bâton, une lance plantée ; et si on ne trouve rien on trace une ligne sur le sol. Certains savants (dont Ibnoul Qayyim) ont dit que si on prie vers un poteau ou une lance, on ne se met pas totalement en face mais on met notre côté droit ou notre côté gauche en face, sinon cela ressemble aux adorateurs des statues, et lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام priait vers quelque chose de levé (debout) il se décalait légèrement (cheikh al ‘outheymine (ra) dit que cela n’est pas nécessaire car le hadith citant cette règle est faible).  La soutra de l’imam est une soutra pour ceux qui sont derrière lui, et donc il n’y a pas de mal à passer devant les rangs et surtout en cas de besoin (histoire de Ibn Abbas), mais il est interdit de passer devant l’imam. Donc la soutra de l’imam est une soutra pour ceux qui sont derrière lui et il n’y a pas de divergence entre les savants là-dessus.  La distance entre le prieur et sa soutra : le prophète عليه الصلاة والسلام a dit de s’approcher de la soutra. Les savants l’on délimité à 3 coudées (environ 1,50 mètre) c'est-à-dire qu’entre les pieds du prieurs et la soutra 3 coudées ou moins et il ne faut pas s’éloigner de la soutra de plus de 3 coudées, car le prophète عليه الصلاة والسلام a prié dans la Ka’ba et entre lui et son mur il y avait 3 coudées. De même le prophète عليه الصلاة والسلام a prié face à un mur et entre lui et le mur il y avait la taille suffisante au passage d’un mouton ; ceci est la taille maximum de l’espace entre le prieur et la soutra, et plus on est proche mieux c’est, car cela permet de mieux empêcher le passage devant soi.  Est-ce que le fait de s’allonger devant le prieur, ou allonger les jambes devant lui, ou s’asseoir devant lui (c’est à dire de mettre le dos devant le prieur) est considéré comme le fait de passer devant lui ? La majorité des savants dit que ce n’est pas comme le passage et ce n’est pas interdit car cela ne s’appelle pas un passage. De plus Aicha (ra) dormait et elle allongeait les jambes devant le prophète عليه الصلاة والسلام qui priait la nuit, alors quant il voulait se prosterner il la touchait alors elle retirait ses jambes et lorsqu’il se levait elle allongeait ses pieds : donc ceci montre que cela n’est pas comme le fait de passer devant le prieur, de même que le fait d’être assis devant ou de s’allonger. Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra)
  6. 6. - Quel est le houkm de la soutra ? Et quelle est sa taille ? → La soutra dans la prière est une « sounna mou-akkadah » (fortement recommandée), sauf pour le ma°moûm (celui qui prie derrière l’imam), il ne lui est pas recommandé de mettre une soutra, il se suffit de la soutra de l’imam. Quant à sa taille : le prophète عليه الصلاة والسلام a été interrogé la concernant et il a dit : » مِثْلُ مُؤْخِرَةِ الرَّحْلِ « → « de la taille de la partie arrière de la selle (du chameau) ». Mais ceci est la hauteur maximum, et ce qui est plus petit est suffisant ; il a été rapporté dans le hadith » لِيَسْتَتِرْ أَحَدُكُمْ فِي صَلََتِهِ وَلَوْ بِسَهْمٍ « → « Protégez-vous (avec une soutra) dans la prière, ne serait- ce qu’avec une flèche ». Et il est rapporté dans un autre hadith rapporté par Abî Dâwoûd avec une bonne chaîne de transmission « فَ إنْ لَمْ يَكُنْ فَ لْيَخُطَّ خَطًّا » → « et s’il n’y en a pas qu’il trace une ligne ». Et donc la plus petite est la ligne et la plus grande est la taille de la partie arrière de la selle (du chameau). - Si une femme passe devant une autre femme qui prie sans avoir de soutra devant elle, doit-elle recommencer la prière ? → La femme et le chien noir et l’âne, si l’un d’eux passe entre le prieur et sa soutra, la prière est annulée et il faut obligatoirement la recommencer depuis le début ; sauf si on prie derrière un imam, rien ne coupe la prière, car la soutra de l’imam est une soutra pour ceux qui sont derrière lui : tout ceci si le prieur a une soutra devant lui. Et si le prieur n’a pas de soutra mais qu’il prie sur quelque chose (comme un tapis de prière) alors celui qui passe derrière ne coupe pas la prière même si c’est un des 3 (femme, chien noir, âne). Ainsi si la femme prie sur un tapis de prière et que passe derrière ce tapis un homme ou une femme ou un adulte ou un enfant, ceci ne diminue pas de la prière car c’est derrière le tapis. Et si le prieur n’a pas de soutra et ne prie pas sur un tapis de prière (ou autre chose de spécifique), alors la limite est la fin de son lieu de prosternation c-a-d le lieu où il pose son front en prosternation, et celui qui passe derrière cet endroit ne cause pas de mal. - Est-ce que la femme coupe la prière de la femme si elle passe juste devant elle ? → Oui, elle la coupe, car il n’y a pas de différence concernant les règles de la législation entre les hommes et les femmes, sauf lorsqu’il y a une preuve. Mais si elle passe derrière sa soutra si elle a une soutra, ou derrière son tapis de prière si elle prie sur un tapis de prière, ou derrière le lieu de sa prosternation si elle n’a pas de soutra et qu’elle ne prie pas sur un tapis de prière, ceci ne cause pas de mal et n’a pas d’effet. - Est-ce que les 2 territoires sacrés son exceptés de la règle concernant la coupure de la prière à cause de la difficulté ? → Le hadith n’a rien excepté, et ceci ne comporte pas de difficulté car tu peux empêcher les gens de passer et ils ne passeront pas. Et si ceci est difficile alors reporte la prière surérogatoire à un moment où il y a moins de monde, ou avances-toi dans un autre endroit qui est vide. Ou si c’est une prière surérogatoire fait-la à la maison, car la prière surérogatoire à la maison est meilleure qu’à la mosquée, que ce soit dans la mosquée sacrée ou la mosquée prophétique, ou tout autre mosquée car le prophète عليه الصلاة والسلام a dit alors qu’il était à Médine : « La meilleure prière de la personne est celle qu’il effectue dans sa demeure, sauf la prière obligatoire ». Et le prophète عليه الصلاة والسلام faisait les prière surérogatoire chez lui. - Est-ce qu’il est permis de passer devant le rang dans la prière en groupe ?
  7. 7. → Les savants ont divergés le fait que celui passe devant les prieurs derrière l’imam soit dans le péché ou non : - certains savants disent qu’il est dans le péché d’après la généralité de la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : .» لَوْ يَ عْلَمُ الْمَارُّ بَ يْنَ يَدَيِ الْمُصَلِّي مَاذَا عَلَيْهِ مِنْ الِْْثْمِ لَكَانَ أَنْ يَقِفَ أَرْبَعِينَ خَيْ رًا لَهُ مِ نْ أَنْ يَمُرَّ بَ يْنَ يَدَيْهِ « .» أَرْبَعِينَ خَرِيفًا « : وَوَقَعَ فِي "اَلْبَ زَّارِ " مِنْ وَجْهٍ آخَرَ → « Si celui qui passe juste devant le prieur connaissait la gravité du péché qu’il commet, il aurait préféré attendre 40, plutôt que de passer devant lui ». Al Bazzâr l’a rapporté dans une autre version : « quarante automnes » c-a-d 40 ans. Et en se basant là-dessus il est interdit de passer juste devant le prieur. - d’autres savants disent que le fait de passer devant les ma°moûmîne n’est pas interdit, car Ibnou ‘Abbas (ra) a dit : أَقْ بَ لْتُ رَاكِبًا عَلَى حِمَارٍ أَتَانٍ وَأَنَا يَ وْمَئِذٍ قَدْ نَاهَزْتُ الِِحْ تِلََمَ وَرَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ يُصَلِّي بِالنَّاسِ بِمِنًى إِلَى غَيْرِ جِدَارٍ فَمَرَرْتُ بَ يْنَ يَدَيْ بَ عْضِ الصَّفِّ فَ نَ زَلْتُ وَأَرْسَلْتُ الَْْتَانَ تَ رْتَعُ وَدَخَلْتُ فِي الصَّفِّ فَ لَمْ ي نُْكِرْ ذَلِكَ عَلَيَّ أَحَدٌ → « Je suis arrivé sur une ânesse alors que je venais d’atteindre la puberté et le prophète عليه الصلاة والسلام priait avec les gens à Minâ sans être dirigé vers un mur, alors j’ai traversé une partie du rang, je suis descendu et j’ai envoyé l’ânesse se reposer, et je suis entré dans le rang, et personne ne m’en a fait le reproche ». (Al Boukhâri). Ceci montre qu’il n’est pas interdit de passer juste devant les prieurs s’ils ont un imam, et cet avis est plus proche de la vérité, donc cela est permis. Mais si on craint de déconcentrer on ne le fait pas, car certains prieurs lorsqu’ils voient quelqu’un passer ils le surveillent depuis qu’il approche jusqu’à ce qu’il les dépasse, et donc cela provoque une déconcentration des prieurs ; et donc si on peut éviter de passer devant les prieurs c’est mieux, mais si on le fait il n’y a pas de péché, et si c’est une femme elle n’annule pas la prière. - Est-ce que celui qui ne met pas de soutra dans la prière est dans le péché ? → Si nous disons que la soutra est une obligation alors il est dans le péché, mais l’avis le plus juste c’est qu’elle n’est pas obligatoire, mais c’est plutôt une sounna, sauf pour le ma°moûm il ne met pas de soutra car la soutra de l’imam est une soutra pour lui. Et donc le prieur n’a pas de péché s’il prie sans soutra. - Quel est le jugement d’utiliser la sandale comme soutra ? → Il n’y a pas de mal sauf s’il y a clairement dessus une impureté, alors on ne la prend pas comme soutra. Mais le mieux est de ne pas l’utiliser comme soutra car dans l’habitude des gens la sandale est quelque chose de considéré comme sale, ainsi le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu au prieur de cracher devant lui (s’il prie dehors). - Ibnoul Qayyim (ra) a dit dans le livre « Zâdoul Ma’âd » qu’il fait partie de la sounna concernant la soutra pour le prieur, qu’il ne soit pas en face d’elle, mais à sa droite ou à sa gauche ; nous voudrions un éclaircissement. → Ibnoul Qayyim (ra) veut dire par cela que si on prie devant une soutra il ne faut pas être juste en face d’elle, mais on la met en face de la partie droite de notre corps ou de la partie gauche, car il a été rapporté un hadith du prophète , mais ce hadith contient une faiblesse ; et ce qui apparaît des textes c’est que la soutra est juste en face du prieur, et il n’a pas besoin qu’elle soit à sa droite ou à sa gauche. Et ce point contient une certaine largesse (facilité), si on se dirige vers elle il n’y a pas de mal, et on est loin de la prendre comme une idole, et si on la met légèrement sur notre droite ou sur notre gauche il n’y a pas de mal. - Quelle est la distance à l’intérieur de laquelle on empêche celui qui passe devant le prieur ?
  8. 8. → La distance à l’intérieur de laquelle on empêche le passage devant le prieur si le prieur a une soutra est ce qu’il y a entre lui et sa soutra, il est interdit à quiconque d’y passer. Et s’il n’a pas de soutra, s’il prie sur quelque chose comme un tapis de prière alors ce tapis est respecté, il n’est permis à personne de passer devant le prieur sur le tapis. Et s’il ne prie pas sur quelque chose de spécifique alors il est interdit de passer entre ses pieds et l’endroit où il se prosterne (front) d’après l’avis le plus juste (et de nombreux savants disent que la distance dans ce cas est de 3 coudées soit environ 1m50). - Nous savons que la soutra du ma°moûm est la soutra de son imam. Mais si l’imam fait le salut final, est ce que soutra reste pour celui qui rattrape la partie de la prière qu’il a ratée avec l’imam, ou faut-il mettre une nouvelle soutra, car j’ai vu que certains passent devant celui qui rattrape la partie de la prière qu’il a ratée avec l’imam et il ne lui fait rien. Quel est le jugement de ceci ? → Lorsque l’imam fait le salut final et que se lève celui qui a raté une partie de la prière, il est dans ce rattrapage un « mounfarid » (prieur seul), et il doit empêcher celui qui passe juste devant lui d’après l’ordre du prophète عليه الصلاة والسلام ; et le fait que certains laissent passer les passants est peut-être du à une ignorance de leur part concernant ce point, ou du à une mauvaise interprétation en pensant que le fait qu’ils aient atteint le groupe les rendait comme ceux qui prient derrière l’imam après s’être lever pour compléter. Mais il faut absolument que celui qui rattrape la partie de la prière qu’il a ratée avec l’imam empêche celui qui passe juste devant lui. - Si quelqu’un prie seul chez lui et qu’il n’y a personne d’autre dans la demeure met-il une soutra devant lui ? → Si quelqu’un est seul chez lui ou dans le désert et qu’il sait que personne ne passera devant lui, alors les savants ont divergés sur le fait qu’il soit sounna ou pas qu’il mette une soutra dans ce cas : et l’avis le plus juste c’est qu’il met une soutra même s’il ne craint pas le passage de quelqu’un, car parmi les profits de la soutra il y a le fait qu’elle empêche le regard de se balader à droite et à gauche. - Lorsque celui qui a raté une partie de la prière avec l’imam se lève pour compléter, parfois il y a une soutra éloignée de 2 ou 3 pas de lui, lui est-il permis de s’avancer vers cette soutra ? → Ce qui m’apparaît de l’acte des compagnons (ra) c’est que le « masboûq » (celui qui a raté une partie de la prière avec l’imam) ne prend pas de soutra et qu’il complète la prière sans soutra. Résumé de l'explication de ce chapitre
  9. 9. - La soutra est ce que le prieur met devant lui pour se protéger d’autrui. Et elle comporte plusieurs profits. Hadith 180 : - Si on resterait debout 40 ans ça serait moins grave que de passer juste devant le prieur car le péché acquis par cet acte est plus grave que le fait d’être bloqué comme cela. Et donc le fait de passer juste devant un prieur est « harâm ». - Il y a 3 cas ou il est autorisé de passer devant le prieur : dans le « matâf » (lieu du tawâf), lorsque la personne prie sur le chemin, lorsque la personne prie avec un imam devant lui. Hadith 181, 182 : - La sounna est de prier vers une soutra d’une taille équivalente à la taille de l’arrière de la selle du chameau : sa taille est estimée à 2/3 d’une coudée. - Le prophète عليه الصلاة والسلام a prié vers un mur, il a prié vers une monture, il a prié vers une petite lance عنزة plantée dans le sol devant lui : ceci montre que la soutra devant le prieur est quelque chose de debout qu’il soit grand ou pas, large ou fin. Tout ceci convient comme soutra que ce soit un bâton, un mur, une pierre, un arbre, une selle, une lance plantée sur le sol … . Hadith 183 : - Le prophète عليه الصلاة والسلام a montré que si on prie sans mettre de soutra et que passe juste devant nous la femme pubère ou l’âne ou le chien noir, la prière est annulée et il faut la recommencer. - Mais s’ils passent derrière la soutra, il n’y a pas de mal ; et de même s’il n’y pas de soutra et qu’ils passent derrière l’endroit où on se prosterne il n’y pas de problème. Hadith 184 : Il y a dans ce hadith le fait que si quelqu’un a mis une soutra devant lui et prie et que quelqu’un veut passer devant lui c’est-à-dire entre lui et la soutra, il le repousse même si cela doit mener à le repousser avec force car celui qui veut passer lui fait du mal. Hadith 185 : Il faut mettre quelque chose devant soi lorsqu’on prie afin de délimiter l’endroit où il ne faut pas passer, en plaçant quelque chose qui tient debout, qu’il soit grand ou petit, même si c’est un bâton qu’on plante ou une flèche … ; et si on ne trouve rien, on trace une ligne sur le sol Hadith 186 : Ce hadith est faible et il dit que rien ne coupe la prière : il ne sert pas d’argument et il contredit le hadith 183 qui est dans les 2 sahih.

×