CHAPITRE 6 : LES MOSQUÉES 
- « Al masâdjid » est le pluriel de « masdjid » qui veut dire l’endroit où on se prosterne, que...
Ceci montre le mérite d’être au service de la mosquée, et de son nettoyage 
3. également il faut les parfumer que ce soit ...
- “Al yahoud” leur nom est “al yahoud” et “annasârâ” est “annasârâ” dans le Coran, la sounna, les paroles des savants, jus...
diviser les croyants) pour laquelle Allah a dit لَ تَ قُمْ فِيهِ أَبَدًا → « Ne te tiens jamais dans (cette mosquée) ». Et...
عليه الصلاة والسلام . C‘est comme s‘il lui disait ne me fait pas de reproche. Ceci n‘est pas un manque de respect envers ‘...
4. et si la vente ou la location s’est faite à la mosquée, le contrat est-il valable ou non? 
La réponse est qu’il n’est p...
رَأَيْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَسْتُ رُنِِ , وَأَنَا أَنْظُرُ إِلََ الَْْبَشَةِ ي لَْعَبُونَ فِِ « : وَعَنْ ...
لََ تَ قُومُ السَّاعَةُ حَتََّّ ي تََبَاهَى النَّاسُ فِِ الْمَسَاجِدِ « : وعَنْهُ قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله ع...
1. celui qui entre à la mosquée ne s’assoit pas sans avoir prié deux rak’ât, que ce soit le matin, le soir, après le ’asr,...
Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra) 
- Le fait de parler des choses du bas monde dans la mo...
Peut-on considérer l’imam qui les expulse comme étant en désaccord avec la parole d’Allah « Quant au demandeur, ne le repo...
- Quelle est le jugement du fait de mettre un mihrâb (niche pratiquée dans le mur de la mosquée et orienté vers la Mecque)...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chap 6 les mosquees

355 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
355
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 6 les mosquees

  1. 1. CHAPITRE 6 : LES MOSQUÉES - « Al masâdjid » est le pluriel de « masdjid » qui veut dire l’endroit où on se prosterne, que ce soit pour un endroit non construit, comme dans la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : وَجُعِلَتْ لِي الَْْرْضُ مَسْجِدًا وَط هُورًا → « et on m’a fait de la terre un lieu de prière et un moyen de purification », ou que ce soit pour un endroit construit spécialement pour la prière, la mosquée, et c’est ce qui est visé dans ce chapitre. - Les mosquées sont de 2 catégories : * Une catégorie spécifiée par Allah, ce sont 3 mosquées et pas plus : la mosquée sacrée, la mosquée prophétique et la mosquée Al Aqsâ. Ces 3 mosquées possèdent un mérite spécifique. La mosquée sacrée est la meilleure et la prière y vaut 100 000 prières. Puis la mosquée prophétique et la prière y est meilleure que 1000 prières accomplis ailleurs sauf dans la mosquée sacrée. Puis la mosquée Al Aqsâ et la prière y vaut 500 prières. Ce sont ces trois mosquées pour lesquelles ont voyage spécialement, comme l’a dit le prophète عليه الصلاة والسلام : لََ تُشَ د الرِّحَالُ إِالَ إِلَى ثَلَ ثَ مَسَاجِدَ : اَلْمَسْجِدِ الْحَرَامِ , وَمَ سْجِدِي هَذَا, وَالْمَسْجِدِ الَْْقْصَ → « Ne préparez vos montures que pour trois mosquées : La mosquée sacrée, ma mosquée-ci, et la mosquée Al Aqsâ » (Al Boukhâri et Mouslim). Si quelqu’un voyage pour viser une mosquée à Riyad par exemple, ceci est haram ; de même si quelqu’un voyage pour viser une mosquée à la Mecque autre que la mosquée sacrée, ceci est haram ; de même pour Médine ; de même pour la Palestine. Ces 3 mosquées si elles sont agrandies, l’agrandissement suit la même règle que la mosquée d’origine, quelque soit la grandeur qu’elle atteint ensuite. Par exemple, l’agrandissement qui a été effectuée à la mosquée sacrée, suit la même règle que la mosquée sacrée au temps du prophète عليه الصلاة والسلام . De même pour la mosquée prophétique ; et lorsque ‘Outhmâne (ra) a agrandi la mosquée du prophète عليه الصلاة والسلام du coté de la qibla, les musulmans priaient dans cette partie ajoutée et ils considéraient que le premier rang était le premier rang de cette partie ajoutée et ils ne reculaient pas pour rester dans la partie d’origine. Et c’est la même chose pour la mosquée Al Aqsâ. * Une catégorie choisie et construite par les hommes : c’est ce qui est visé dans le hadith 195. Hadith 195 : On rapporte de ‘Âïcha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : « Le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a ordonné la construction des mosquées dans les quartiers, et qu’elle soit nettoyées et parfumées ». [Hadith rapporté par Ahmed, Aboû Dâwoûd, et Attirmidhiy qui l’a qualifié de moursal]. أَمَرَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بِبِنَاءِ الْمَسَاجِدِ فِِ الدُّورِ « : عَنْ عَائِشَةَ -رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هَا- قَالَتْ رَوَاهُ أَحَْْدُ , وَأَبُو دَاوُدَ , وَالتِّ رْمِذِيُّ , وَصَحَّحَ إِرْسَالَهُ . .» , وَأَنْ ت نَُظَّفَ , وَتُطَيَّبَ 1. la construction des mosquées est un « fardou kifâyah » (obligation de suffisance) : il est obligatoire aux musulmans de construire des mosquées dans les quartiers, une mosquée dans chaque quartier, pour s’y réunir, y prier, y faire « al i’tikêf », y lire le Coran et la science 2. également il faut nettoyer les mosquées comme cela est dit dans le hadith 208. Et lorsque la femme noire qui nettoyait la mosquée est morte pendant la nuit, les compagnons n’ont rien dit au prophète عليه الصلاة والسلام certainement pour ne pas le déranger ; ils l’ont enterrée la nuit. Et lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام a demandé de ses nouvelles, ils lui ont dit qu’elle était morte, le prophète عليه الصلاة والسلام leur a dit “Pourquoi ne m‘avez-vous pas informé ?”. C’est comme s’ils avaient rabaissé de sa valeur, le prophète عليه الصلاة والسلام leur a dit “Montrez-moi sa tombe”, il est parti au cimetière et a prié sur elle.
  2. 2. Ceci montre le mérite d’être au service de la mosquée, et de son nettoyage 3. également il faut les parfumer que ce soit avec de l’encens ou autre. Ainsi les pieux prédécesseurs parfumaient les mosquées avec de l’encens comme dans le hadith de Nou’aym Ibnoul Moudjmir, les savants disent qu’il a été nommé ainsi car il encensait la mosquée (« youdjamirrou » c’est à dire « youbakhirou »). Donc dans ce hadith il y a la preuve de l’obligation du fait de construire les mosquées dans les quartiers et qu’on les nettoie et on les parfume, car se sont les demeures d’Allah, et les demeures préférée d’Allah sont les mosquées, et ce sont les demeures des anges. Et c’est pour cela que celui qui a mangé de l’oignon ou de l’ail (crus) il lui est interdit d’entrer à la mosquée et même s’il ne désire pas prier, il n’entre pas à la mosquée à cause de son odeur qui fait du mal aux anges. Hadith 196 : On rapporte d’Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Qu’Allah combattent les juifs : ils ont fait des tombes de leurs prophètes des mosquées ». [Hadith agréé]. Mouslim a ajouté : « et les nasârâ (chrétiens) ». Al Boukhâri et Mouslim ont également rapporté un hadith de ‘Âicha - رضي هاللّ تعالى عنها – disant : « Lorsqu’un homme pieux parmi eux mourrait ils construisaient une mosquée sur sa tombe ». Et on y trouve : « Ce sont les pires des créatures ». قَاتَلَ اللَّهُ الْيَ هُودَ : اِتَََّّذُوا « : وَعَنْ أَبِِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ .» ق بُُورَ أَنْبِيَائِهِمْ مَسَاجِدَ .» وَالنَّصَارَى « : وَزَادَ مُسْلِمُ كَانُوا إِذَا مَاتَ فِيهِمْ الرَّجُلُ الصَّالِحُ ب نََ وْا عَلَى قَ بِْْهِ « : - وَلََمَُا مِ نْ حَدِيثِ عَائِشَةَ -رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هَ ا .» أُولَئِكَ شِرَارُ الَْْلْقِ « : وَفِيهِ .» مَسْجِدًا 1. “al yahoûd” sont ceux qui prétendre suivre Moûssa عليه السلام . “Annasârâ” sont ceux qui prétendent suivre ‘Îssa عليه السلام . Et tous, après l’envoie du prophète Mouhammed عليه الصلاة والسلام ne suivent ni Moûssa ni ‘Îssa. * Les juifs ont mécru en Moûssa عليه السلام lorsqu’ils ont mécru en ‘Issa عليه السلام . Car les juifs mécroient en ’Îssa, il pense qu’il n’est pas un prophète et que Mariam la pure est une fornicatrice (qu’Allah nous en préserve) et ils disent que ’îssa est un enfant de l’adultère. Ainsi ils ont voulut le tuer mais ils n’y sont pas parvenu car Allah l’a élevé auprès de Lui ; mais dans leur intention et leurs actions ils sont des assassins. Ensuite ils ont mécru en Mouhammed عليه الصلاة والسلام , le sceau des prophètes. * Les chrétiens ont suivi ‘Îssa عليه السلام et ont cru en Moussa عليه السلام mais ils mécru en Mouhammed عليه الصلاة والسلام , ils ont donc avec cela mécru en ’Issa, en Moussa et Mouhammed عليه الصلاة والسلام . Les juifs et les chrétiens ont mécru en tous les messagers car celui qui a mécru en un messager a mécru en tous les messagers comme a dit Allah : كَاذبَتْ قَ وْمُ نُوحٍ الْمُرْسَلِينَ → « Le peuple de Noûh traita de menteurs les messagers » : le peuple de Noûh عليه السلام a mécru aux messagers alors qu’aucun messager n’a été envoyé avant Noûh عليه السلام , mais le fait de mécroire en Noûh عليه السلام les a rendu mécréants en tous les messagers.
  3. 3. - “Al yahoud” leur nom est “al yahoud” et “annasârâ” est “annasârâ” dans le Coran, la sounna, les paroles des savants, jusqu’a ce que l’Europe évolue alors qu’elle suivait la religion des “nasârâ”, alors ils se sont appelés les chrétiens pour faire croire aux gens qu’il suivent un prophète : donc ils se sont appelés “al massihiyîne” (les chrétiens) pour faire référence au “massîh” c’est à dire le messie ; et nous témoignons que ‘Issa عليه السلام se désavoue d’eux car ils ont mécru en Mouhammed عليه الصلاة والسلام et même en ‘Îssa عليه السلام car il leur a annoncé la venu d’un prophète nommé “Ahmed” et eux ont mécru en cela comme l’a dit Allah dans le Coran : وَإِذْ قَالَ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ يَا بَنِي إِسْرَائِيلَ إِنِّي رَسُولُ اللاهِ إِلَيْكُمْ مُصَدِّقًا لِمَا بَ يْنَ يَدَ ا ي مِنَ التا وْرَاةِ وَمُبَشِّ رًا بِرَسُولٍ يَأْتِي مِنْ بَ عْدِي اسْمُهُ أَحْمَدُ فَ لَاما جَاءَهُمْ بِالْبَ يِّ نَاتِ قَالُوا هَذَا سِحْرٌ مُبِينٌ → « Et quand Jésus fils de Marie dit: «Ô Enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera « Aḥmed ». Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent: « C’est là une magie manifeste ». » - Donc les juifs et les chrétiens sont des mécréants, et celui qui prétend qu’ils sont dans une religion qu’Allah accepte après l’envoie du prophète Mohammed عليه الصلاة والسلام est un mécréant comme eux et même pire qu’eux, car il renie le Coran qui les a rendu mécréants : إِ ا ن الاذِينَ كَفَرُوا مِنْ أَهْلِ الْكِتَابِ وَالْمُشْرِكِينَ فِي نَارِ جَهَنامَ خَالِدِينَ فِيهَا أُولَئِكَ هُمْ شَ ر الْبَرِيا → « Ceux qui ont mécru parmi les gens du Livre, ainsi que les associateurs iront au feu de l’enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires ». Donc celui qui dit que leur religion est acceptée, que les religions sont 3 ou quelque chose de pareil parmi ce qu’on répand parmi les gens, est un mécréant. Il n’y a aucune religion actuellement à part la religion de Mohammed عليه الصلاة والسلام . Toutes ont été abrogées par la religion de Mohamed عليه الصلاة والسلام et Celui qui les a abrogé est Celui qui les a légiférées au départ, et c’est Allah, c’est à Lui qu’appartient la décision. - Et sachez que les juifs et les chrétiens sont des alliés, et même s’ils montrent une haine entre eux et cela jusqu’a présent comme Allah a dit, alors qu’Il sait ce qu’il y a dans les poitrines : يَا أَي هَا الاذِينَ آمَنُوا لَ تَ تاخِذُوا الْيَ هُودَ وَالناصَارَى أَوْلِيَاءَ بَ عْضُهُمْ أَ ولِيَاءُ بَ عْضٍ → « Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres ». Il ne faut pas croire qu’il y a une différence entre les juifs et les chrétiens dans le combat contre l’islam. Tous combattent l’islam, et celui qui analyse l’histoire depuis son aube, sera que les faits sont comme Allah l’a informé, qu’ils sont alliés, s’entraident, se défendent les uns les autres, mais parfois de façon caché et avec tromperie, et parfois au grand jour 2. les juifs et les chrétiens ont fait des tombes de leurs prophètes des “masâdjid” et ceci est du “chirk” ou un moyen d’arriver au “chirk” et le prophète عليه الصلاة والسلام a dit cela pour mettre en garde contre ce qu’ils ont fait, et même avant de mourir il a dit cela عليه الصلاة والسلام . Et malheureusement dans la communauté musulmane aujourd’hui on trouve des gens qui ont fait des tombes de ceux qui sont d’un degré plus bas que les prophètes des mosquées : des “awliyâ” (amis d’Allah) et “Allahou a’lam” leur situation, et ils ont construits des mosquées sur leurs tombes, ils les visites, font le tawâf autour, les respectent, les glorifient, leur font des offrandes et tout ceci est soit du chirk, soit un moyen menant au chirk. Le prophète عليه الصلاة والسلام a été véridique lorsqu’il a dit que nous allions suivre ceux qui étaient avant nous et les compagnons ont dit “ Ô messager d’Allah, les juifs et les chrétiens ? ” et il a répondu “ Et qui donc ? ” c-a-d ce sont eux. Et donc une grande partie de la communauté a suivi les juifs et les chrétiens 3. donc le fait de construire des mosquées sur les tombes est haram, celui qui le fait est maudit comme en a informé le prophète عليه الصلاة والسلام . Si une mosquée a été construite sur une tombe il est obligatoire de détruire la mosquée ; et si elle reste par ordre de ceux qui sont au pouvoir, la prière y est interdite et elle est nulle car elle est pire que « masdjid addirâr » (la mosquée de la rivalité et de l’opposition, qu’on construit les hypocrites afin de
  4. 4. diviser les croyants) pour laquelle Allah a dit لَ تَ قُمْ فِيهِ أَبَدًا → « Ne te tiens jamais dans (cette mosquée) ». Et même si on doit prier seul à la maison, on ne prie pas dans une telle mosquée. Si la mosquée a été d’abord construite puis la tombe y a été enterrée il faut obligatoirement déterrer cette tombe et déplacer ce mort pour le mettre dans le cimetière des musulmans si c’est un musulman. Et si elle reste par ordre de ceux qui sont au pouvoir, on regarde : si elle est dans la qibla et qu’entre elle et la qibla il n’ y a pas de séparation, on ne prie pas dans cette mosquée car on va prier vers la tombe et le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit cela ; et si la tombe est à droite, ou à gauche ou derrière, la prière est valable car la mosquée précède la tombe 4. si quelqu’un dit : “ La tombe du prophète عليه الصلاة والسلام n’est elle pas dans la mosquée prophétique ? ”. Nous disons « c’est vrai » mais la mosquée du prophète عليه الصلاة والسلام n’a pas été construite sur la tombe du prophète عليه الصلاة والسلام et le prophète عليه الصلاة والسلام n’a pas été enterré dans la mosquée. Donc il n’y a ni le 1er interdit ni le second. Et la tombe du prophète عليه الصلاة والسلام était dans une chambre séparée de la mosquée, mais lorsque la mosquée a été agrandi à la fin du premier siècle de l’hégire (environ en 94 après l’hégire), ils ont entré la chambre dans la mosquée. Peut-être l’ont-ils fait par peur pour elle pour que personne ne lui fasse du mal, ou pour une autre raison, mais cela n’entre pas dans le fait de construire les mosquées sur les tombes, ni dans le fait d’enterrer les morts dans les mosquées. Donc il n’y a aucun argument ici pour ceux qui veulent l’utiliser. Et si quelqu’un l’utilise comme argument nous lui montrerons la différence. Hadith 197 : On rapporte de Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit : « Le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a envoyé un escadron, ils ont amené un homme, puis ils l’ont attaché à un des piliers de la mosquée ». [Hadith agréé]. ب عََثَ النَّبُِّ صلى الله عليه وسلم خَيْلاً , فَجَاءَتْ بِرَجُلٍ , « : وَعَنْ أَبِِ هُرَيْ رَةَ رضي الله عنه قَالَ اَلَْْدِيثَ . مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ . .» فَ رَبَطُوهُ بِسَارِيَةٍ مِنْ سَوَارِي الْمَسْجِدِ Il y a la preuve de l’autorisation de cette situation : qu’un mécréant entre dans la mosquée pour y être attaché à un des piliers, ou qu’il entre pour la da’wa (prêche) vers Allah, comme pour lui faire écouter le Coran ou autre. Egalement on peut le faire entrer pour une connaissance qu’il possède comme un électricien ou autre, car c’est pour un profit pour la mosquée. Mais si ce n’est pas pour un intérêt pour la mosquée, le mécréant n’entre pas. La Mecque (le territoire sacré) n’y entre pas les mécréants, ni les associateurs, ni les juifs, ni les chrétiens, ni celui qui ne prie pas car celui qui ne prie pas est un mécréant apostat. De même les mécréants n’entre pas dans les mosquées autres que la Mecque, sauf s’il y a un profit soit pour la mosquée, soit l’islam ou les musulmans. Hadith 198 : On rapporte de Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que ‘Omar - رضي هاللّ تعالى عنه – passa un jour devant Hassen Ibnou Thâbit qui récitait un poème dans la mosquée, il le fixa avec un regard de reproche, alors Hassen lui dit : « J’y récitais des poèmes, alors que s’y trouvait quelqu’un qui est meilleur que toi ». [Hadith agréé]. أَنَّ عُمَرَ رضي الله عنه مُرَّ بَِِسَّانَ ي نَْشُدُ فِِ الْمَسْجِدِ , فَ لَحَظَ إِلَيْهِ , فَ قَالَ : « : وَعَنْهُ رضي الله عنه مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ . .» " "قَدْ كُنْتُ أَنْشُدُ , وَفِيهِ مَنْ هُوَ خَيْ رٌ مِنْكَ ’Omar (ra) est passé devant le poète de l’islam Hassen ibnou Thâbit alors qu’il récitait un poème dans la mosquée, alors il le fixa comme pour lui faire le reproche, alors Hassen lui a dit : “ J’y récitais des poèmes, alors que s’y trouvait quelqu’un qui est meilleur que toi, c‘est à dire le prophète
  5. 5. عليه الصلاة والسلام . C‘est comme s‘il lui disait ne me fait pas de reproche. Ceci n‘est pas un manque de respect envers ‘Omar (ra) le chef des croyants car ‘Omar (ra) était heureux lorsqu‘on lui disait qu‘il y avait meilleur que lui et il avait une certitude totale dans le fait que le prophète عليه الصلاة والسلام était meilleur que lui.” Mais la récitation des poèmes qui contiennent des récits amoureux, des chants sur les femmes ou autre, est interdite. De même si cela gêne ceux qui sont dans la mosquée c’est interdit, car si le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit aux compagnons de réciter à haute voix le Coran (c’est à dire plusieurs personne récitent à haute voix chacun dans sa prière), alors le fait de réciter de la poésie est interdit à plus forte raison. Hadith 199 : On rapporte de Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Celui qui entend un homme annoncer la perte d’un animal dans la mosquée, qu’il dise : « Qu’Allah ne te la rende pas, car les mosquées n’ont pas été construites pour cela » ». [Hadith rapporté par Mouslim]. مَنْ سََِعَ رَجُلاً ي نَْشُدُ ضَالَّةً فِِ الْمَسْجِدِ فَ لْيَ قُلْ : « : وعَنْهُ قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ مُسْلِمٌ . .» لََ رَدَّهَا اللَّهُ عَلَيْكَ , فَإِنَّ الْمَسَاجِدَ لََْ ت بَُْْ لََِذَا Il est interdit d’annoncer la perte d’une chose (comme un animal) dans la mosquée, c’est à dire de se lever dans la mosquée et demander est ce que quelqu’un l’a vu. C’est pour cela que le prophète عليه الصلاة والسلام a dit que celui qui entend ceci, invoque Allah pour qu’il ne lui ramène pas ce qu’il a perdu, car ceci est interdit à la mosquée. Cette règle est valable que la perte soit de l’argent, un bien, un mouton ou autre. La phrase disant “car les mosquées n’ont été construites pour cela”, il est possible qu’elle fasse partie de ce que l’on doit dire après l’invocation pour apaiser le coeur de celui qui a commit l’interdit. Et il est possible également que cette phrase soit la raison de l’interdiction, et que l’on ne dise pas cette phrase à celui qui a demandé après son objet perdu. Mais si la personne voit que c’est mieux de lui dire qu’il le fasse. Hadith 200 : On de Abî Hourayra - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Si vous voyez quelqu’un vendre ou acheter dans la mosquée, alors dites-lui « Qu’Allah ne fasse pas réussir ton commerce » ». [Hadith rapporté par Annasâ-i et Attirmidhiy qui l’a qualifié de hassen (bon)]. إِذَا رَأَيْ تُمْ مَنْ يَبِيعُ , أَوْ ي بَْتَاعُ فِِ الْمَسْجِدِ , فَ قُولُوا : لََ « : وَعَنْهُ : أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ النَّسَائِيُّ , وَالتِّ رْمِذِيُّ وَحَسَّنَهُ . .» أَرْبَحَ اللَّهُ تَِِارَتَكَ 1. il est également interdit d’acheter et de vendre dans la mosquée. Il faut même faire une invocation contre celui qui le fait en lui disant “qu’Allah ne prospère pas ton commerce”. Fait partie de cette règle le cas ou quelqu’un dit à un autre « as-tu telle marchandise » ? Il lui dit « oui ». Alors il lui dit « laisse-moi de coté telle ou telle quantité ». Ceci est haram. Donc tout ce qui correspond à une vente est interdit. 2. par contre le fait de rembourser une somme que l’on devait n’est pas interdit à la mosquée car ce n’est pas du commerce. 3. mais si quelqu’un loue une maison à quelqu’un avec la parole ceci est interdit.
  6. 6. 4. et si la vente ou la location s’est faite à la mosquée, le contrat est-il valable ou non? La réponse est qu’il n’est pas valable. Hadith 201 : On rapporte de Hakîm Ibni Hizâm - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Les peines légales ne sont pas appliquées dans les mosquées, et la loi du talion n’y est pas infligée ». [Hadith rapporté par Ahmed et Abî Dâwoûd dans une chaîne de transmission faible]. لََ ت قَُامُ الُْْدُودُ فِِ الْمَسَاجِدِ , « : وَعَنْ حَكِيمِ بْنِ حِزَامٍ قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ أَحَْْدُ , وَأَبُو دَاوُدَ بِسَنَدٍ ضَعِيفٍ .» وَلََ يُسْتَ قَادُ فِيهَا 1. on n’applique pas les peines légales (liées aux péchés) dans la mosquée. Exemple de peine : celui et celle qui ont fait l’adultaire sans être “mouhsane” (c’est à dire avoir eut un rapport dans un mariage hallal), reçoivent 100 coups de fouet et sont expulsés du pays pendant 1 an complet. Le profit des peines légales est que celui qui subit la peine ne sera pas puni dans l’au-delà ; de même elle empêche les gens de pratiquer le péché en question, car si les gens savent qu’ils vont subir cette peine en faisant ce péché, ils vont l’abandonner. Donc il y a 2 profits : - un premier pour celui qui a commis le péché : cette peine lui expie son péché - un deuxième : elle empêche les autres de commettre ce péché. Parmi les peines, il y a également le fait de couper la main du voleur. Et il y a d’autres peines. 2. par contre le fait de punir avec un coup ou deux hors peine légale, il n’y a pas de mal si cela ne cause pas de tort aux gens de la mosquée. Hadith 202 : On rapporte de ‘Âïcha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : « Sa’d (Ibnou Mou’âdh) - رضي هاللّ تعالى عنه – fut blessé lors de la bataille du fossé, alors le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - lui dressa une tente dans la mosquée, afin de le visiter facilement ». [Hadith agréé]. أُصِيبَ سَعْدٌ ي وَْمَ الَْْنْدَقِ , فَضَرَبَ عَلَيْهِ رَسُولُ اللَّهِ صلى « : وَعَنْ عَائِشَةَ -رَضِيَ اللَّهُ عَنْ هَا- قَالَتْ مُتَّ فَقٌ عَلَيْه. .» الله عليه وسلم خَيْمَةً فِِ الْمَسْجِدِ , لِيَ عُودَهُ مِنْ قَرِيبٍ Sa’d Ibnou Mou’âdh était le chef des Aws et un très grand compagnon du prophète عليه الصلاة والسلام . Lorsqu’il fut blessé pendant la bataille d’Al khandaq, et il était très aimé par le prophète عليه الصلاة والسلام , le prophète عليه الصلاة والسلام lui dressa une tente dans la mosquée pour pouvoir lui rendre visite plus facilement. Donc il est autorisé de dressé une petite tente dans une grande mosquée pour une seule personne s’il y a un besoin ou un intérêt à cela, comme cela a été le cas pour Sa’d Ibnou Mou’âdh, tant que cela ne cause pas de tort aux gens de la mosquée (comme le manque de place par exemple). Hadith 203 : On rapporte de ‘Âïcha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : « J’ai vu le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - me cacher alors que je regardais les Abyssins jouer (avec leurs armes) dans la mosquée … ». [Hadith agréé].
  7. 7. رَأَيْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَسْتُ رُنِِ , وَأَنَا أَنْظُرُ إِلََ الَْْبَشَةِ ي لَْعَبُونَ فِِ « : وَعَنْ هَا قَالَتْ اَلَْْدِيثَ . مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ . » . . . الْمَسْجِدِ 1. il est autorisé dans les mosquées de jouer avec des armes, des épées, des lances, des fusils et autres, si il y a en cela un intérêt, comme l’a approuvé le prophète عليه الصلاة والسلام pour les abyssins alors qu’ils jouaient avec leurs lances, et ceci pour les approcher de l’islam et montrer que l’islam est une religion vaste dans laquelle il y a le pardon et la facilité 2. il y a également la preuve que la femme peut regarder un homme, et elle n’est pas comme l’homme car l’homme n’a pas le droit de regarder la femme sauf si elle fait partie de ses “Mahârim” ou qu’elle est sa femme. Mais la femme peut regarder les hommes tant qu’il n’y a pas d’envie ou de plaisir 3. il y a également la preuve du bon comportement du prophète عليه الصلاة والسلام avec ses épouses car il a permis à ‘Âicha (ra) de regarder les Abyssins et il la cachait pour qu’ils ne la voient pas. Hadith 204 : On rapporte de ‘Âïcha - رضي هاللّ تعالى عنها – qu’elle a dit : « Une jeune esclave avait une tente dans la mosquée, elle venait me voir et elle discutait avec moi … ». [Hadith agréé]. » . . . أَنَّ وَلِيدَةً سَ ودَاءَ كَانَ لََاَ خِبَاءٌ فِِ الْمَسْجِدِ , فَكَانَتْ تَأْتِينِِ , فَ تَحَدَّثُ عِنْدِي « : وَعَنْ هَا اَلَْْدِيثَ . مُتَّفِقٌ عَلَيْهِ . 1. ce hadith montre la même chose que le 202 c’est à dire qu’il est permis de dresser une tente dans la mosquée s’il y a un besoin ou un intérêt à cela, tant que cela ne gêne pas les prieurs. 2. il est permis de rester et dormir dans la mosquée, même pour les femmes, surtout pour ceux qui n’ont pas de demeure comme gens de « assouffah ». Hadith 205 : On rapporte de Anas - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Le crachat dans la mosquée est un péché, et son expiation consiste à l’enterrer ». [Hadith agréé]. اَلْ بُصَ اقُ فِِ الْمَسْجِدِ خَطِيئَةٌ « : وَعَنْ أَنَسٍ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ . .» وَكَفَّارَت هَُا دَفْ نُ هَا Il est interdit de cracher dans la mosquée et c’est un péché. Mais si quelqu’un l’a fait, l’expiation consiste à l’enterrer. Mais ceci était dans les mosquées qui étaient recouvertes de sable et de cailloux. Mais aujourd’hui l’expiation consiste à l’essuyer jusqu’à ce que la trace du crachat disparaisse. De plus à notre époque Allah a facilité les moyens, tout le monde peut avoir avec lui un mouchoir et cracher dedans si c’est nécessaire, ou même dans le vêtement, mais dans la mosquée c’est interdit. Hadith 206, 207 : On rapporte de Anas - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « L’Heure (du jugement) ne surviendra pas jusqu’à ce que les gens se vanteront de l’embellissement des mosquées ». [Hadith rapporté par les cinq sauf Attirmidhiy, et qualifié d’authentique par Ibnou Khouzaymah].
  8. 8. لََ تَ قُومُ السَّاعَةُ حَتََّّ ي تََبَاهَى النَّاسُ فِِ الْمَسَاجِدِ « : وعَنْهُ قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم أَخْرَجَهُ الَْْمْسَةُ إِلََّ التِّ رْمِذِيَّ , وَصَحَّحَهُ ابْنُ خُزَيَْْة . .» On rapporte d’Ibni ‘Abbâs - رضي هاللّ تعالى عنهما - qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Il ne m’a pas été ordonné d’embellir les mosquées ». [Hadith rapporté par Abî Dâwoûd et qualifié d’authentique par Ibnou Hibbân]. مَا أُمِرْتُ بِتَشْيِيدِ « : وَعَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ - رَضِيَ اللَّهُ عَ نْ هُمَا- قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم أَخْرَجَه أَبُو دَاوُدَ , وَصَحَّحَهُ ابْنُ حِبَّانَ . .» الْمَسَاجِدِ Il ne convient pas aux gens de se concurrencer dans l’embellissement des mosquées et ceci fait partie des signes de la fin des temps. Cet acte amène à une situation contraire à ce qui est demandé. En effet les mosquées ne doivent pas être un lieu de décor et de détournement des coeurs pour s’attarder sur la beauté de ces mosquées. Mais les mosquées doivent plutôt être modestes et ceci est plus proche d’amener à la concentration. Ainsi le prophète عليه الصلاة والسلام a dit : « Il ne m’a pas été ordonné d’embellir les mosquées ». Et certains ignorant disent en critiquant les mosquées qui ne sont pas décorées : “Si c‘était ta demeure, ne la décorerais-tu pas ?...”. Ils pensent que la demeure d’Allah qui est construite pour l’adoration et la lecture du Coran, la prière, le dhikr est comme la demeure de l’homme avec laquelle il veut se vanter devant les autres et les concurrencer. Ceci est une grande erreur : les mosquées sont faites pour l’adoration. Hadith 208 : On rapporte de Anas - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « On m’a montré les rétributions de ma communauté, jusqu’au brin de paille que fait sortir l’homme de la mosquée ». [Hadith rapporté Abî Dâwoûd et Attirmidhiy qui l’a qualifié de « gharîb » (étrange), et qualifié d’authentique par Ibnou Khouzaymah]. عُرِضَتْ عَلَيَّ أُجُورُ أُمَّتِِ , « : وَعَنْ أَنَسٍ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَوَاهُ أَبُو دَاوُدَ , وَالتِّ رْمِذِيُّ وَاسْتَ غْرَبَهُ , وَصَحَّحَهُ ابْنُ خُزَيَْْةَ .» حَتََّّ الْقَذَاةُ يُُْرِجُهَا الرَّجُلُ مِنْ الْمَسْجِدِ . Le nettoyage des mosquées est récompensé par Allah, et ne serait-ce que le faite de sortir de la mosquée une saleté infime comme un poil, une épluchure… . Hadith 209 : On rapporte d’Abî Qatâdah - رضي هاللّ تعالى عنه – qu’il a dit que le prophète - صلى اللّ عليه و سلم - a dit : « Lorsque l’un d’entre vous entre dans la mosquée, qu’il ne s’assoit pas jusqu’à ce qu’il prie 2 unités ». [Hadith agréé]. إِذَا دَخَلَ أَحَدُكُمْ « : وَعَنْ أَبِِ قَ تَادَةَ رضي الله عنه قَالَ : قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم مُتَّ فَقٌ عَلَيْهِ . .» الْمَسْجِدَ فَلَا يََْلِسْ حَتََّّ يُصَلِّيَ رَكْعَتَ يِْْ
  9. 9. 1. celui qui entre à la mosquée ne s’assoit pas sans avoir prié deux rak’ât, que ce soit le matin, le soir, après le ’asr, après le fajr, ou n’importe quelle heure. Et ceci si on a les ablutions. Mais si on n’a pas les ablutions et qu’on entre à la mosquée pour une raison quelconque ou pour écouter un cours et qu’on n’a pas les ablutions, bien sur on ne prie pas. Et rien n’est excepté ici. Même si on entre et qu’il y a une assemblée de dikr ou de lecture de Coran, on ne s’assoie pas sans avoir prié deux rak’at 2. les savants ont divergés sur ces deux rak’at : - Certains ont dit qu’elles sont obligatoires et que celui qui s’assoie sans les avoir prié a désobéi au messager d’Allah عليه الصلاة والسلام , et celui qui lui a désobéi a désobéi à Allah, et donc il est dans le péché. - La majorité des savants dit qu’elles sont “sounnah” mais c’est une “sounnah mou-akkadah” (fortement recommandée), il convient de ne jamais les délaisser 3. même si on entre alors que le prédicateur fait le sermon du vendredi, on ne s’assoit pas jusqu’à avoir prié deux rak’at, malgré que le fait d’écouter la “khoutba” est une obligation. Mais la prière de salutation de la mosquée est très importante. Mais dans ce cas on allège les deux rak’at, afin de se libérer pour écouter le sermon. 4. de même si on entre alors que le mou-addhin fait l’appel à la prière autre que l’appel du djoumou’ah, on reste debout jusqu’à ce qu’il termine l’appel à la prière pour répéter après lui, puis réciter l’invocation connue, puis on prie les deux rak’at. Par contre s’il s’agit du deuxième adhane du djoumou’ah (juste avant la khoutbah), on prie les deux rak’at et on ne répète pas après le mou-addhin, pour pouvoir se libérer pour écouter la khoutbah, car écouter la khoutbah est obligatoire alors que le fait de répéter après le muezzin est “sounnah” 5. si quelqu’un entre dans la mosquée et prie le maghrib donc 3 rak’at (ou une autre prière obligatoire) cela est suffisant et il n’a pas besoin de prier deux rak’at, car il a prié deux rak’at et a ajouté. Et si quelqu’un entre à la mosquée et que son intention est de faire le witr en une seule rak’a, ce qui apparaît c’est que cela est suffisant et qu’il a fait la prière de salutation de la mosquée, car la parole du prophète عليه الصلاة والسلام “jusqu’à ce qu’il prie deux rak’at” est basée sur la majorité des cas 6. si quelqu’un entre dans la mosquée et récite le Coran et passe par un verset où il y a une prosternation et se prosterne, cela ne suffit pas, car c’est une prosternation et non une prière complète 7. si quelqu’un entre dans la mosquée et qu’il veut boire, le mieux est qu’il boive debout puis prie deux rak’at avant de s’asseoir, car le fait de boire debout a été rapporté du prophète عليه الصلاة والسلام (il a bu de zam-zam debout, et il a également bu debout après s’être réveillé la nuit et avoir trouvé une petite outre accrochée) 8. si quelqu’un entre dans la mosquée et que l’imam prie la prière obligatoire et qu’il entre avec l’imam, cela est suffisant, car se sont deux adoration d’une même catégorie qui se sont réunies dans un même moment, donc elles se sont assemblées. Donc si on entre dans la mosquée pour la prière du fadjr et qu’on n’a pas prié la sounnah du fadjr à la maison, on prie ces deux prières ou on prie la “râtibah” et cela suffit pour la prière de salutation. Par contre la prière de salutation ne suffit pas pour la “râtibah”. Et si on met l’intention des 2 prières en ne faisant que 2 rak’at, il n’y a pas de mal.
  10. 10. Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra) - Le fait de parler des choses du bas monde dans la mosquée comme une situation qu’on a vu ou autre est permis ? → Il n’y a pas de mal, tant que ce n’est pas quelque chose d’interdit, comme le fait d’élever la voix et de déranger par cela ceux qui sont dans la mosquée, ou comme la vente et l’achat ou la location ou autres contrats qui sont interdits dans la mosquée. - Est-ce que la prière est valable à l’extérieur de la mosquée si la mosquée est pleine ? → Oui. Si la mosquée est pleine les prieurs prient dans la rue s’il le faut car ceci est une daroûra et un besoin. Mais si la mosquée n’est pas pleine et que des prieurs prient en dehors de la mosquée ils n’ont pas de prière, car il est obligatoire que la prière se fasse dans l’endroit où se trouve l’imam sauf en cas de daroûra. - Est-il permis de construire des minarets sur les mosquées, est est-ce sounna ou bid’a, et est-ce que ceci était connu à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام ? → La construction des minarets n’était pas connu à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام , mais les musulmans ont mis des minarets et je ne connais personne qui ait reproché cela, mais certaines personnes le reproche car ils n’existaient pas à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام . Il n’y a pas de doute que les minarets ont un rôle louable, car c’est le signe apparent de la mosquée et le fait de faire al adhâne à partir du minaret est plus efficace et se propage plus, donc son rôle est demandé et louable. - Est-ce que la salutation de la mosquée sacrée se fait par la prière de 2 rak’at ou par le tawâf ? → La mosquée sacrée est comme les autres mosquées, celui qui entre pour prier ou écouter le rappel ou autre chose de semblable, il prie 2 rak’at comme dans les autres mosquées, d’après la généralité de la parole du prophète عليه الصلاة والسلام : إِذَا دَخَلَ أَحَدُكُمْ الْمَسْجِدَ فَلَ يَجْلِسْ حَتاى يُصَلِّيَ رَكْعَتَ يْنِ → « Lorsque l’un d’entre vous entre dans la mosquée, qu’il ne s’assoit pas jusqu’à ce qu’il prie 2 unités ». Quant à celui qui entre pour faire le tawaf comme celui qui fait le tawâf de la ‘omra (petit pèlerinage) ou pour faire un tawâf surérogatoire, ici le tawâf suffit et il n’a pas besoin de faire les 2 rak’ât de salutation, car il va prier 2 rak’at après le tawâf. - Si quelqu’un perd les ablutions alors qu’il écoute la khoutba du vendredi, et qu’il part faire ses ablutions et revient dans la mosquée, s’assoit-il pour écouter la khoutba ou prie-t-il la prière de salutation ? → Il s’assoit et écoute le sermon et ne fait pas la prière de salutation, car il est sorti pour les ablutions et est revenu de suite ; et celui qui sort de la mosquée pour un besoin avec l’intention de revenir de suite, lorsqu’il revient il ne lui est pas demandé de prier la prière de salutation de la mosquée. Et donc en se basant là-dessus, lorsqu’il revient des ablutions il s’assoit et ne prie pas. - Quelle attitude adopter face aux mendiants devant les mosquées ? Doit-on leur donner l’aumône ou non ? L’imam peut-il faire taire ceux qui se lèvent après la prière pour demander de l’aumône ? → Les mendiants qui se trouvent devant la porte de la mosquée peuvent être tolérés s’ils sont sincères. Quant à ceux qui sont à l’intérieur, on doit leur en interdire l’accès puis leur dire : allez à la porte.
  11. 11. Peut-on considérer l’imam qui les expulse comme étant en désaccord avec la parole d’Allah « Quant au demandeur, ne le repousse pas. » (Coran, 93 : 10) ? → Il ne l’a pas repoussé, il lui a tout simplement demandé de changer de place. - Il existe dans une mosquée un rideau séparant les hommes des femmes. La nécessité de ce rideau a fait l’objet d’une divergence de vues. Certains pensent qu’il est superflu car à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام il n’y en avait pas. D’autres insistent sur son maintien. D’où une divergence qui pourrait conduire ceux qui ne le jugent pas nécessaire à abandonner la prière dans cette mosquée. Que faire ? → Le rideau doit rester. S’il n’existait pas à l’époque du prophète عليه الصلاة والسلام c’était soit parce qu’il n’y avait aucune raison pour son existence, soit parce qu’il y avait un empêchement. Quant à l’absence d’une raison, elle s’explique par le fait que les compagnons (ra) étaient armés d’une foi en Allah qui les empêchait de regarder les femmes. Quant à l’empêchement, il s’explique par le fait que la situation des compagnons avant les conquêtes, comme nous le savons, était difficile et ils ne pouvaient pas installer un rideau les séparant des femmes. Cela dit, nous devons voir quel est le cas qui permet de se préserver contre les tentations. Est-ce la présence ou l’absence du rideau ? Tout le monde dirait que la présence du rideau est plus à même de nous préserver des tentations. Dans ce cas, ce qui produit cet effet doit être prioritaire. Si vous dites que si nous insistons sur cette mesure certains cesseraient d’assister à la prière, nous dirions que c’est à eux-mêmes qu’ils auraient fait tort en agissant ainsi car la présence du rideau ne constitue pas pour eux une excuse. En effet, cette présence n’est pas un acte de désobéissance qui leur permettrait de dire : « nous ne viendrons pas assister à une désobéissance ». Aussi commettent-ils un péché en abandonnant la prière collective. » - Est-ce que la prière dans les mosquées de la Mecque comporte la même récompense que la prière dans la mosquée sacrée ? → Non, la multiplication de la récompense (par 100 000) est spécifique à la mosquée sacrée. Et c’est la même chose pour la mosquée prophétique (par 1000). Mais la prière dans les autres mosquées de la Mecque et de même de tout le territoire sacré est meilleure que la prière faite en dehors du territoire sacré, car lorsque prophète عليه الصلاة والسلام s’est installer à Al Houdaybiyyah, il a prié dans la partie d’ Al Houdaybiyyah qui se trouve dans le territoire sacré malgré qu’il était installé dans la partie se trouvant en dehors du territoire sacré. - Est-ce que la récompense de la prière mortuaire dans la mosquée sacrée est multipliée comme les autres prières ? → Les savants ont divergé sur ce point. Certains savants disent que les prières qui sont multipliées dans la mosquée sacrée sont les 5 prières obligatoires uniquement. Et ce qui apparaît du hadith c’est la généralité et donc la prière mortuaire entre dans cette généralité, elle est multipliée dans la mosquée sacrée. - Quel est le jugement du fait d’amener les enfants en bas âge à la mosquée s’ils dérangent les prieurs ? → Ceci n’est pas permis, car le prophète عليه الصلاة والسلام est sorti un jour à ses compagnons alors que ceux-ci priaient à haute voix, il leur dit alors « Qu’aucun de vous n’élève la voix au-dessus de l’autre avec le Coran ou il a dit dans la lecture ». Et s’il est interdit de déranger les autres avec la lecture du Coran, alors que dire si c’est avec l’amusement des enfants. Mais s’ils ne dérangent pas alors le fait de les amener est un bien car cela les entraîne a assister à la prière en groupe et cela les motive à venir à la mosquée.
  12. 12. - Quelle est le jugement du fait de mettre un mihrâb (niche pratiquée dans le mur de la mosquée et orienté vers la Mecque) dans la mosquée ? → Les savants ont divergé sur ce point : certains disent que c’est sounna, d’autre recommandé (sans être rapporté dans la sounna), d’autre permis. L’avis le plus juste c’est que c’est recommandé (voir zâd al moustaqni’), car il n’est pas rapporté dans la sounna, mais les textes de la législation montrent qu’il est recommandé pour ce qu’il comporte comme intérêts nombreux tels que le fait de montrer à l’ignorant où se trouve la qibla. Quant à ce qui a été rapporté du prophète concernant la défense d’avoir des mahârîb comme les mahârîb des chrétiens, cela concerne le fait d’avoir les même mahârîb, mais si les mahârîb des musulmans sont différents de ceux des chrétiens alors ceci n’est pas interdit.

×