Chap 7 les besoins naturels

356 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
356
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 7 les besoins naturels

  1. 1. CHAPITRE 7 : BIENSEANCE DANS LA SATISFACTION DES BESOINS NATURELS - Allah est miséricordieux envers nous et Son bienfait envers nous est immense lorsqu’on regarde la nourriture : * d’abord qui l’a faite sortir de la terre : c’est Allah → َ نوُعِراَّزلا ُ نْ حَن ْ مَأ ُهَنوُعَ رْ زَت ْمُتْنَأَأ َ نوُهَّكَفَت ْ مُتْلَظَف اًماَطُ ح ُهاَنْلَعَ جَل ُءاَشَن ْ وَل َ نوُمَ رْ غُمَل اَّنِإ _ أَفَرَأَيْتُمْ مَا تَحْرُثُونَ « Voyez-vous donc ce que vous labourez ? Est-ce vous qui le cultivez ? ou (en) sommes Nous le cultivateur ? Si Nous voulions, Nous le réduirions en débris. Et vous ne cesseriez pas de vous étonner et (de crier) : "Nous voilà endettés » * toute la chaîne pour qu’elle arrive à notre bouche par la grâce d’Allah * le fait d’éprouver du plaisir lorsqu’on la mange * les signes qu’Il a mis à l’intérieur de notre corps → وَفِي أَنْفُسِكُمْ أَفَلا تُبْصِرُونَ « ainsi qu'en vous- mêmes. N'observez-vous donc pas ? », le foie, les intestins, les rhins, la rate… : chaque organe a une fonction précise avec la permission d’Allah * puis Allah nous fait bénéficier de ce qui est profitable dans cette nourriture et nous débarrasse de ce qui ne l’est pas et ceci avec facilité (sauf pour celui qui est touché par une maladie). Si Allah voulait l’urine serait bloquée et on serait détruit… . Ainsi si l’être humain voulait dénombrer tout ces bienfaits il en serait incapable, comme Allah le dit وَإِنْ تَعُدُّوا نِعْمَةَ اللََِّّ لا تُحْصُوهَا → « Et si vous comptez les bienfaits d'Allah, vous ne saurez pas les dénombrer ». - De même Allah nous a comblé de Son bienfait en légiférant un dhikr (formule d’évocation) à l’entrée de la nourriture et à sa sortie : * en mangeant "bismillêh" au début et "al hamdoulillêh" à la fin * il y a une dou’â (invocation) en entrant aux toilettes et il y en a une autre en en sortant. - La législation islamique est globale, elle englobe toute chose : l’habillement, la nourriture, les boissons, le sommeil, l’entrée dans la mosquée, dans la maison, dans les toilettes, les rapports intimes… . Et donc il est possible que l’homme fasse de tout ces actes des adorations avec lesquelles il se rapproche d’Allah. - L’accomplissement des besoins naturels comportent des « âdâb » (règles de bienséance) par la parole et par les gestes, en entrant et en sortant et en s’asseyant. Hadith 77 : On rapporte d’Anas ibn Mâlik - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - avait l’habitude d’ôter sa bague (pour la poser) lorsqu’il voulait entrer dans le lieu d’accomplissement des besoins ». [Hadîth rapporté par les quatre mais il est défectueux]. عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : كَانَ رَ س و ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - إِذَا دَخَلَ اَلَْْلآءَ وَضَعَ خَاتَََه . ]أَخْرَجَه اَلأَرْب عََة , وَ هوَ مَعْل و ل [ 1. le prophète عليه الصلاة والسلام portait une bague, soit sur la main gauche, soit sur la main droite, et certains ont dit qu’il la portait le plus souvent dans la main gauche. Il utilisait cette bague lorsqu’il écrivait aux rois pour les appeler à l’islam. On lui a dit que ceux-ci (les rois) n’acceptaient les lettres qu’avec une signature et donc il utilisa la bague comme signature. Il était écrit sur la bague du prophète عليه الصلاة والسلام : « Mouhammadoun rassoûloullâh », « Mohammed » en bas, « rassoûl » au milieu, et « Allah » en haut. Le prophète عليه الصلاة والسلام portait sa signature sur la main pour éviter de la perdre et pour qu’elle soit en sécurité contre une mauvaise utilisation, surtout qu’à cette époque leur vêtement était essentiellement le izâr (pagne) et le ridâ, et donc ils n’avaient pas de poche pour y ranger ces choses
  2. 2. 2. le fait de porter une bague n’est pas une sounna mais c’est autorisé aux hommes, car le prophète عليه الصلاة والسلام l’a portée par besoin et non en tant qu’acte d’adoration ; quant aux femmes cela fait partie de leur parure et il leur est demandé de se parer pour leur mari autant que possible avec ce qui ajoute de la tendresse entre eux. Quant aux hommes c’est juste une autorisation sauf qui leur est interdit de porter des bagues en or, car le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit cela aux hommes 3. le prophète عليه الصلاة والسلام ôtait sa bague en entrant aux toilettes car il était écrit dessus le nom d’Allah et de là les savants ont dit qu’on ne doit pas entrer aux toilettes avec quelque chose écrit dessus le nom d’Allah, il faut éviter ceci mais ce n’est pas interdit car le prophète عليه الصلاة والسلام ne l’a pas interdit ; mais s’il doit garder cette chose avec lui il la cache pour que le nom d’Allah n’apparaisse pas et ce en cas de besoin comme la peur qu’on lui vole ou qu’il l’oublie ou qu’il y ait quelque chose de privé comme une feuille qu’il ne veut pas que les gens puissent lire, donc en cas de besoin il n’y pas de mal surtout si elle est cachée dans sa poche. Par contre pour le « moushaf » (Coran) les savants ont qu’il est interdit de le rentrer aux toilettes car la parole d’Allah est la parole la plus honorée et donc elle doit obligatoirement être éloignée des endroits sales, sauf en cas de « daroûrah » comme le cas où on se trouve dans un endroit public et on a peur qu’on lui vole ce n’est pas grave mais il faut le couvrir (cacher dans la poche) pour qu’il ne soit pas visible. Hadith 78 : On rapporte d'Anas - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : lorsque le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - entrait dans le lieu d’accomplissement des besoins, il disait : « Allâhoumma innî a’oûdhou bika minal-khoubthi wal-khabâ-ith » « Ô Allah, je Te demande protection contre le mal et les gens du mal ». . [Hadîth rapporté par les sept]. وَعَنْه - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : كَانَ رَ سو ل اَللَّهِ صلى الله عليه و سلم - إِذَا دَخَلَ أَخْرَجَه اَلسَّبْ عَة[ [ .» اَللَّ همَّ إِ ي نِّ أَع وذ بِكَ مِنْ اَلْْ بثِ وَالَْْبَائِثِ « : اَلَْْلآءَ قَالَ 1. « lorsque le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - entrait dans les toilettes » veut dire lorsqu’il voulait entrer aux toilettes et non lorsqu’il était entré, et ceci est répandu dans la langue arabe : Allah a dit فَإِذَا قَرَأْتَ الْقُرْآنَ فَاسْتَعِذْ بِاللََِّّ مِنَ الشَّيْطَانِ الرَّجِيمِ « Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d'Allah contre le diable banni » → ici cela veut dire « lorsque tu veut lire le Coran demande la protection d’Allah contre le diable juste avant cette lecture » 2. « al khoubth » veut dire le mal ; « al khabâ-ith » veut dire les gens du mal : on demande protection contre ces 2 choses. Il y a également une version qui dit « al khoubouth » et les savants ont dit que dans ce cas « al khoubouth » veut dire les « chayâtînes » mâles (démons mâles) et « al khabâ-ith » veut dire les chayâtînes femmelles. La version avec « al khoubth » est plus générale et plus globalisante et la version avec « al khoubouth » est plus spécifique à cet endroit (les toilettes) car c’est le lieu des démons. Le mieux est de réciter la formule la plus générale donc avec « al khoubth » 3. les endroits où l’on fait ses besoins sont les demeures des démons alors que les demeures des anges sont les maisons d’Allah c-a-d les mosquées, et ceci fait partie de la Sagesse d’Allah 4. il est conseillé de réciter cette formule d’évocation avant d’entrer aux toilettes car les demeures des démons sont des endroits sales et mauvais, et si l’on rentre il se peut que l’on soit touché par un mal de ces démons et donc on demande cette protection d’Allah ; et c’est pour cela que la plupart des fois où les djinns font du mal à quelqu’un c’est dans ces endroits (les toilettes) car ce sont leurs demeures 5. si on fait ses besoins dans la nature (« al barr ») on la récite en faisant le dernier pas avant de s’asseoir
  3. 3. 6. il y a un autre hadith qui n’est pas dans les deux traditions authentiques qui ajoute également le fait de dire « bismillèh », donc on dit « bismillèh Allâhoumma innî a’oûdhou bika minal-khoubthi wal- khabâ-ith » (ce qui apparaît c’est qu’on ne dit pas cette formule si on entre aux toilettes et qu’on ne va pas accomplir ses besoins) Hadith 79 : On rapporte d'Anas - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : « Lorsque le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - entrait dans le lieu d’accomplissement des besoins, moi et un jeune garçon de mon âge lui apportions un petit récipient rempli d'eau ainsi qu’une petite lance (« ’anazah »). Alors, il se lavait avec l'eau ». [Hadîth rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim]. وَعَنْه - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : كَانَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - يَدْ خل اَلَْْلآء , فَأَحِْْل أَنَا وَغ لام نََْوِي إِدَاوَةً مِنْ مَاءٍ وَعَنَ زَة , ف يَسْتَ نْجِي بِالْمَاءِ ] متَّ فَ ق عَلَيْه[ - * « al khalâ » c’est l’endroit fait pour faire ses besoins comme les toilettes actuellement. * « al idâwah » est un petit récipient en peau dans lequel on met l’eau * « al ‘anazah » est un bâton muni d’une pointe de fer (petite lance) que le prophète عليه الصلاة والسلام utilisait en voyage lorsqu’il voulait faire ses besoins afin de se couvrir avec le vêtement qu’il mettait dessus et il l'utilisait également en tant que « soutra » (barrière) pour la prière. 1. il y a dans ce hadith la preuve qu’on a le droit de faire al istindjâ (le fait de se laver) avec de l’eau pour l’urine et les selles et cela est suffisant même si on n’a pas fait al istidjmâr (essuyage) avec des pierres ou l’essuyage avec du papier, car Anas (ra) n’a pas évoqué le fait d'apporter également des pierres pour le prophète عليه الصلاة والسلام . Quelqu’un pourrait dire : "comment peut-il faire ceci et remplir sa main d’impuretés ?". Nous dirons qu’il salit sa main avec des impuretés pour justement enlever ces impuretés et ceci n’est pas une chose mauvaise ou contraire à la bonne moralité ; exemple : quelqu’un en état d’ihrâm (sacralisation) est touché par du parfum sur son vêtement ou son corps, puis il prend de l’eau et lave le parfum, ici il va toucher le parfum alors que ceci est interdit pour le mouhrim, mais il touche le parfum justement pour enlever le parfum et donc il n’est pas considéré comme celui qui utilise le parfum 2. il y a également la preuve de l’autorisation d’avoir à son service (domestique) quelqu’un de libre (c'est-à-dire qui n’est pas esclave) car le prophète عليه الصلاة والسلام a eut à son service Anas Ibnou Mâlik (ra) et également le jeune qui était avec lui ; et ceci avec un salaire ou non, mais pour les petits ce n’est qu’avec l’autorisation du tuteur, sauf pour ce qui est de la coutume (des habitudes admises) comme un petit service rapide 3. il y a également la vertu et le mérite de Anas Ibnou Mâlik car il était au service du prophète عليه الصلاة والسلام Hadith 80 : On rapporte de Al Moughîra Ibn Chou’bah - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : un jour, le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - m'a dit: « Prends le récipient » ; alors il s'éloigna jusqu'à ce qu'il disparaisse de ma vue, alors il satisfit ses besoins ». [Hadîth rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim]. وَعَن اَلْ مغِيرةَِ بْنِ شعْبَةَ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : قَالَ لَِ اَلنَّبُِِّ - صلى الله عليه و سلم - فَانْطَلَقَ حَتََّّ تَ وَارَى عَينّ , فَ قَضَى حَاجَتَه ] متَّ فَ ق عَلَيْه[ .» خذِ اَلِْْدَاوَة «
  4. 4. - Al Moughîra Ibn Chou’ba (ra) était avec le prophète عليه الصلاة والسلام pendant l’expédition de Taboûk, et il l’accompagnait et il était à son service pour ses ablutions et son istindjâ 1. le prophète عليه الصلاة والسلام ne s’est pas éloigné pour cacher sa nudité (« ‘awrah ») car ceci est une obligation et il n’y a pas besoin de s’éloigner pour que cela se réalise, mais il a fait cela pour que personne ne le voit dans cette situation et ceci fait partie de la pudeur et la bienséance dans l’accomplissement des besoins. Donc il ne faut pas accomplir ses besoins devant les gens même s’ils ne voient pas nos parties intimes car ceci est vilain et contraire à la bonne moralité. Donc il est conseillé si on se trouve dans « al barr » (le désert ou la campagne) de s’éloigner pour accomplir ses besoins pour ne pas être vu, soit on se cache derrière un arbre, ou sur un monticule (butte), ou derrière une voiture, l’essentiel est de ne pas s’asseoir devant les gens et même s’ils ne voient pas notre nudité 2. il y a également dans ce hadith la vertu et le mérite d’Al Moughîra Ibn Chou’ba (ra) car il était au service du prophète عليه الصلاة والسلام . Hadith 81 : On rapporte d'Abî Hourayra - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit: « Faites attention aux deux maudits : celui qui satisfait ses besoins sur le chemin des gens ou à l'ombre utilisée par les gens » [Hadîth rapporté par Mouslim]. Aboû Dâwoud ajouta de Mou'âdh : « ... et sur les points d'eau ». Sa version est la suivante: « Faites attentions aux trois endroits qui sont la cause de malédiction : accomplir ses besoins dans les points d'eau, et au milieu de la route et à l'ombre (utilisée par les gens) ». [Hadîth rapporté par Abî Dâwoud]. Ahmed rapporta d'Ibni ‘Abbâs - رضي اللَّ تعالى عنهما - « ... ou dans les mares ». Les deux Hadîth de Mou’âdh et d'Ibni Abbâs sont qualifiés de faibles. At-Tabarânî rapporte d'Ibni 'Omar dans une chaîne de transmission qualifiée de faible l'interdiction de satisfaire les besoins naturels sous les arbres fruitiers et sur les rives d'un fleuve. -18 وَعَنْ أَبِِ هرَيْ رَةَ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : قَالَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و رَوَاه مسْلِم[ [ .» اِتَّ قوا اَللاَّعِنِيَ : اَلَّذِي ي تََخَلَّى فِِ طَرِيقِ اَلنَّاسِ , أَوْ فِِ ظِليهِمْ « - سلم .» وَالْمَوَارِدَ « : و زَادَ أَب و دَا ودَ , عَنْ معَاذٍ لاعِنَ الثَّلاثَةَ « : ولَفْظ ه َ .» اتَّ قوا الم : البَ رَازَ فِِ الْمَوَارِدِ , وَ قَارِعَةِ الطَّرِيقِ , و الظي ي ل وَفِيهِمَا ضَعْ ف .» أَوْ ن قَْعِ مَاءٍ « : - وَلِأَحَْْد عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ - رضي اللّه تعال عنه وَأَخْرَجَ اَلطَّبَ رَانُِِّّ اَلنَّ هْيَ عَن تََْتِ اَلْأَشْجَارِ اَلْ مثْمِرَة , وَضَفَّةِ اَلنَّ هْرِ الَْْارِي. ]مِنْ حَدِيثِ اِبْنِ ع مَرَ بِسَنَدٍ ضَعِيفٍ [ - « alla’nah » (la malédiction) c’est le rejet et l’éloignement de la miséricorde d’Allah. 1. ces ahadîth montrent les endroits où il est interdit d’accomplir ses besoins (urines ou selles) : - le chemin empreinté par les gens : ceci est interdit car cela fait du mal aux musulmans car cela engendre que leurs pieds et leur vêtement soient touchés par des impuretés, et cela gêne par la mauvaise odeur qui est dégagée, et cela peut dégoûter certaines personnes. Donc le prophète عليه الصلاة والسلام en a fait une cause de demande de malédiction
  5. 5. - les endroits ou les gens s’assoient généralement, que ce soient à l’ombre ou au soleil car les gens ont besoins d’endroits ensoleillés en hiver et d’endroits ombragés en été ; certains savants ont dit sauf si ce sont des endroits ou il y a le harâm tel que les endroits où les gens jouent aux jeux de hasard, se réunissent pour faire « al ghîbah » (la médisance), afin de les séparer, mais ceci est discutable car on peut éviter de faire ses besoins dans des endroits et en même temps y interdire le mal - sous les arbres fruitiers (qui sont visés par les gens) : * que ce soit des fruits que l’on mange comme le dattier ou les raisins… car il y a deux mauvaises conséquences : certains fruits peuvent tomber alors que la nourriture doit être respectée, et de plus celui qui veut cueillir ces fruits subira un mal par ces impuretés. * que ce soit des fruits que l’on ne mange pas car les gens viennent les cueillir pour un besoin quelconque 2. il est permis de maudire la personne ayant fait cela car le prophète عليه الصلاة والسلام a mis en garde contre la malédiction prononcée contre celui qui commet cet acte, et la malédiction ne peut se réaliser sur celui qui a fait un acte que si celui qui la prononce est dans son droit ; mais il ne faut pas le maudire en le désignant (c-a-d en disant « qu’Allah maudisse untel »), on dit plutôt « qu’Allah maudisse celui qui a fait telle chose ». Car ce qui est connu c’est que maudire quelqu’un de précis est interdit même s’il fait partie des plus grands mécréants, et même s’il se prosterne devant une statue 3. la législation islamique protège ses membres contre la nuisance car c’est l’objectif de la mise en garde dans ce hadith 4. il est interdit de nuire aux musulmans de façon générale que ce soit avec la parole, les actes … 5. même si le chemin appartient aux non musulmans il est interdit d’y faire ses besoins car la version de Mouslim dit « celui qui satisfait ses besoins sur le chemin des gens », et parce que la religion musulmane n’est pas une religion de haine et de nuisance, et donc tant qu’il y a entre nous et ces mécréants un pacte de paix ou de sécurité il nous est interdit de leur nuire. Même si certains de ces ahâdîth sont faibles, la règle générale est qu’il est interdit de faire ses besoins dans tout endroit qui nuit aux musulmans. Hadith 82 : On rapporte de Djâbir - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit: « Si deux hommes veulent aller à la selle, qu'ils se séparent et se cachent l'un de l'autre et qu'ils ne discutent pas, car Allah déteste cela ». [Hadîth rapporté par Ahmed et qualifié d'authentique par Ibnou-Sakan et Ibnou Qattân. Mais il est défectueux] إِذَا « - وَعَنْ جَابِرٍ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : قَالَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم تَ غَوَّطَ اَلرَّ ج لاَنِ فَ لْيَتَ وَارَ كلُّ وَاحِدٍ مِنْ همَا عَنْ صَاحِبِهِ , وَلا ي تََحَدَّثَا. فَإِنَّ اَللَّهَ يََْ ق ت عَلَى رَوَاه أَحَْْ د .وَصَحَّحَه اِبْ ن اَلسَّكَنِ , وَابْ ن اَلْقَطَّانِ , وَ هوَ مَعْل و ل .[ [.» ذ لِكَ - « al maqt » c’est le fait de détester le plus fortement (« achaddoul boughd »). 1. la religion musulmane est la religion du comportement élevé car la situation décrite dans ce hadith est clairement contraire au bon comportement, et donc le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit cela 2. si deux personnes veulent aller à la selle, la sounna est qu’ils s’éloignent l’un de l’autre pour ne pas se voir, en plus du fait de ne pas faire apparaître leur nudité (« al ‘awrah ») qui est harâm
  6. 6. 3. il y a également dans ce hadith la défense (« annahyi ») de discuter en accomplissement ses besoins même s’ils ne se voient pas comme dans le cas où ils sont dans deux toilettes voisins séparés par un petit mur 4. il y a ici l’affirmation de « al maqt » d’Allah, c-a-d qu’Allah déteste fortement une chose, et cet attribut d’Allah est confirmé avec ce mot « al maqt » et également le mot « al boughd » (le fait de détester mais moins fortement que « al maqt ») Allah dit ًتْقَم َ رُبَك َ نوُلَعْفَت لا اَم اوُلوُقَت ْ نَأ َِّاللَّ َدْنِ ع ا → « c’est une chose très détesté par Allah que vous disiez ce que vous ne faites pas » Le prophète عليه الصلاة والسلام a informé qu’Allah déteste (« youbghidou ») tel personne … ». Ceci montre l’affirmation de cet attribut d’Allah qui est le fait de détester, de façon légère (« khafîfah ») dans « al boughd », et fortement dans « al maqt ». « Ahloussounnah wal djamâ’ah » (les gens de la sounna et du groupe réuni autour d’elle) (qu’Allah nous en fasse faire partie, âmîn) disent qu’Allah aime et déteste vraiment (« haqîqatan ») car c’est ce qui est venu dans les textes, et cela fait partie de l’invisible et ce qui fait partie de l’invisible il faut obligatoirement y croire comme cela apparaît (« ‘ala dhâhirih ») ; quant aux gens du « ta’tîl » (négation de certains attributs d’Allah) ils disent qu’Allah ne déteste pas et que ce qui est visé par « al boughd » c’est le châtiment et la vengeance et ceci est clairement une altération (« tahrîf ») du sens du mot. En effet la vengeance et le châtiment, c’est autre chose que le fait de détester, mais c’est lié au fait de détester, ainsi si Allah déteste quelqu’un Il le châtie. → Donc il est obligatoire de croire et confirmer cet attribut et ne pas altérer le sens du mot. Et ceci est valable pour les autres attributs tels que « al ‘adjab » (l’étonnement), « arridâ » (la satisfaction), « al mahabbah » (le fait d’aimer) … . Mais ce « boughd » n’est pas comme le « boughd » des créatures car nous avons une règle générale et claire qui est la parole d’Allah لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْ ء → « rien ne Lui est comparable », donc Ses attributs et Ses qualificatifs ne sont pas équivalents aux attributs des créatures et leurs qualificatifs. Règle importante concernant la croyance: Les gens de ahloussounnah wal djamâ’ah donnent à leur Seigneur la description (« wasf ») qu’Il a donné de lui-même, et celle que son envoyé عليه الصلاة والسلام en a faite, sans falsification « tahrîf », sans négation « ta’tîl », sans s’interroger sur le comment « takyîf » et sans recourir à des comparaisons « tamthîl ». 5. il y a dans ce hadith l’interdiction de cette attitude qui est le fait que deux personnes se réunissent et accomplissent leurs besoins naturels et discutent ; on peut même dire que cela fait partie des grands péchés car un « wa’îd » (menace) lui a été associé, et les savants ont dit que tout péché auquel a été associé un « wa’îd » fait partie des grands péchés 6. Il y a également dans ce hadith une allusion au fait qu’il faut éviter de faire ce qui provoque un allongement de la durée du temps passé dans les toilettes car si des personnes discutent, elles sont insouciantes et restent plus longtemps aux toilettes : de là, les savants ont interdit de rester aux toilettes plus longtemps que ce qui est nécessaire, et dès que la personne a terminé elle doit se lever sauf si elle est malade tel que le cas où l’écoulement de l’urine se fait en plusieurs fois ; donc ceci est en fonction du besoin. Ainsi on voit que ce que font les mécréants en construisant des cuvettes sur lesquelles ils s’assoient et étendent leur pieds, et certains lisent un journal ou un magasine aux toilettes et y restent alors longtemps, est clairement contraire à la bonne moralité et fait partie de l’idiotie et la bêtise, mais Allah a fait avec Sa sagesse que chaque personne reste avec ceux qui lui ressemblent, ainsi comme les mécréants sont les alliés des démons ils restent longtemps dans ces mauvais endroits. Donc Al hamdoulillèh pour le bienfait de l’islam, et nous demandons à Allah de perpétuer ce bienfait envers nous et de nous faire mourir dans ce bienfait, Il est capable de toute chose. Âmîn.
  7. 7. Hadith 83 : On rapporte d'Abî Qatâdah - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : Le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit: « Qu’aucun de vous ne touche son sexe avec sa main droite alors qu’il urine, et qu’il ne s’essuie pas après les selles et l’urine de la main droite, et qu’il ne respire pas dans le récipient (en buvant) ». [Hadîth rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim qui en a donné la version]. « - وَعَنْ أَبِِ قَ تَادَةَ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : قَالَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم لاَ يََ سَّ نَّ أَحَ د كمْ ذكََرَه بِيَمِينِهِ , و هوَ ي بَ و ل , وَلاَ ي تََمَسَّحْ مِنَ اَلَْْلاَءِ بِيَمِينِهِ , وَلاَ ي تََ نَ فَّسْ فِِ اَلِْنَاءِ متَّ فَ ق عَلَيْهِ , وَاللَّفْ ظ لِ مسْلِمٍ [ [.» 1. le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de toucher son sexe avec sa main droite lorsqu’on urine. La majorité des savants disent que cet acte est déconseillé et non harâm car il concerne un « adab » (comportement) ; en effet la défense de faire cet acte a 2 causes possibles : soit pour honorer la main droite, soit par peur qu’il y ait des éclaboussures sur la main droite et à ce moment elle sentira mauvais ; et dans les 2 cas cela n’a pas pour conséquence que cet acte soit interdit. Mais l’avis disant que c’est harâm est un avis fort car il y a l’instance (avec le ن d’insistance) dans la parole du prophète عليه الصلاة والسلام . Mais si on est contraint à cela il n’y pas de mal 2. ce qui est apparent c’est qu’il est permis de toucher son sexe avec la main droite quand on n’urine pas ; mais certains savants ont dit que si le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu cela en urinant alors qu’on peut en avoir besoin, alors cela est défendu à plus forte raison pour autre chose. Les deux argumentations se valent donc le plus prudent est de ne pas toucher son sexe avec la main droite dans tous les cas, sans pour autant affirmer avec certitude que cette règle est générale 3. il est défendu lorsqu’on veut s’essuyer (« istidjmâr ») ou se laver (« istindjâ ») après les besoins de le faire avec la main droite, et certains savants ont dit également que c’est interdit et d’autres que c’est déconseillé, comme pour le fait de toucher son sexe avec la main droite en urinant 4. il est défendu de respirer dans le récipient lorsque l’on boit car il peut y avoir quelque chose de nuisible qui sorte ou un mal pour sa santé ou la santé d’autrui, donc si on veut respirer on le fait en dehors du récipient. Le fait de boire de l’eau comporte des sounnan « qawliyyah » (paroles) et « fi’liyyah » (actes) : - qawliyyah : *dire bismillèh avant de boire et ceci est obligatoire pour que chaytâne (satan) ne s’associe pas avec le buveur. *dire al hamdoulillèh à la fin. - fi’liyyah : *Respirer 3 fois en écartant le récipient de la bouche à chaque fois (on boit en 3 fois). *Siroter l’eau pour qu’elle descende petit à petit dans l’estomac et pour que la chaleur de la bouche donne une température adaptée au corps et ceci est spécifique à l’eau ; quant aux autres boissons on les boit à longs traits comme le lait ou le bouillon 5. dans ce hadith il y a la preuve de l’aspect globalisant de la législation islamique car elle n’a rien laissé sans le montrer aux gens. Hadith 84-85 : On rapporte de Salmâne - رضي اللَّ تعالى عنه – qu’il a dit « Le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - nous a défendu de faire face à la Qiblah lorsque nous allons à la selle ou quand nous urinons, ou de se laver avec la main droite après les besoins, ou de s’essuyer avec moins de trois pierres, ou de s’essuyer avec des excréments secs d'animaux ou un os ». [Hadîth rapporté par Mouslim].
  8. 8. وَعَنْ سَلْمَانَ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : لَقَدْ ن هََانَا رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - أَنْ نَسْتَ قْبِلَ اَلْقِبْ لَةَ بِغَائِطٍ أَوْ ب وَْلٍ , أَوْ أَنْ نَسْتَ نْجِيَ بِالْيَمِيِ , أَوْ أَنْ نَسْتَ نْجِيَ بِأَقَلَّ مِنْ ثَلاثَةِ « رَوَاه مسْلِمٍ [ [ .» أَحْجَارٍ , أَوْ أَنْ نَسْتَ نْجِيَ بِرَجِيعٍ أَوْ عَظْمٍ 85. On rapporte d'Abî Ayyoub que le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit: « Ne vous dirigez pas vers la Qiblah lorsque vous allez à la selle ou lorsque vous urinez et ne l’ayez pas derrière votre dos, mais prenez la direction de l'est ou de l'ouest ». [Hadîth rapporté par les sept]. وَلِلسَّبْ عَةِ مِنْ حَدِيثِ أَبِِ أَيُّوبَ لاَ تَسْتَ قْبِل وا اَلْقِبْ لَةَ بِغَائِطٍ وَلاَ ب وَْلٍ , ولا تَسْتَدْبِروها, وَلَكِنْ شَيرق وا أَوْ غَيرب وا. - Salmâne al fârisi (ra) a dit cette parole en réponse à un homme parmi les associateurs : celui-ci lui a dit « votre prophète vous a même enseigner comment aller à la selle ! » et Salmâne (ra) lui a dit « effectivement il nous a même enseigné cela, il nous a défendu de … » 1. le prophète عليه الصلاة والسلام n’a rien laissé, que ce soit les choses de la religion ou de la dounya (le bas monde), sans nous l’enseigner. Il n’y a pas un bien sans qu’il ne l’ait montré et qu’il ait motivé à l’accomplir. Et il n’y a pas un mal sans qu’il l’ait montré et ait mis en garde à son propos. Jusqu'à laisser sa communauté sur un chemin éclairé. Il nous a enseigner le comportement à suivre (« âdâb ») en accomplissant ses besoins, en mangeant, en buvant, en dormant, en entrant dans la demeure, en en sortant, en s’habillant … . En effet Allah dit وَنَـزَّلْنَا عَلَيْكَ الْكِتَابَ تِبْيَانًا لِكُلِّ شَيْءٍ وَهُدًى وَرَحْمَةً وَبُشْرَى لِلْمُسْلِمِينَ → « Et Nous avons fait descendre sur toi le livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux musulmans ». Et si la législation islamique a montré ces détails alors elle a montré le reste à plus forte raison ; et donc se sont trompés ceux qui ont dit que les versets et les ahâdîth qui concernent les attributs d’Allah on n’en comprend pas le sens, et alors ils ont remis le sens de ces attributs à Allah (« tafwîd ») ; ceux- ci ont fait la plus grande erreur 2. cela fait partie du comportement à suivre lors des besoins de ne pas faire face à la qiqlah (direction de la prière) en urinant ou en allant à la selle que ce soit en plein air ou dans les habitations car la qiblah est la direction de la demeure d’Allah et le fait qu’Allah ait rendu obligatoire le fait de se diriger vers la qibla lors de la prière montre sa grande place et sa vénération (ta’dhîm) ; et le fait de s’orienter vers elle lors de ses besoins contredit cette vénération. Donc le prophète عليه الصلاة والسلام a interdit cela. Par exemple à Médine il faut se diriger vers l’est ou l’ouest car le prophète عليه الصلاة والسلام a dit ceci aux gens de Médine dans le hadith 85. Lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام leur a indiqué les directions interdites, il leur a également indiqué les directions autorisées et ceci fait partie des habitudes du prophète عليه الصلاة والسلام , c’est à dire que lorsqu’il évoque un interdit, il évoque ce qui est permis pour faciliter aux gens l’abandon de ce qui est interdit 3. Abou Ayyoub al ansari (ra) a dit : « nous sommes arrivés au Chêm (Palestine, Syrie, Jordanie) et nous y avons trouvé des toilettes construits dans la direction de la ka’bah, alors nous nous tournions (changer de direction) et nous demandions pardon à Allah » : ceci montre que se diriger vers la qibla pendant ses besoins est interdit que ce soit en plein air ou dans les habitations ; et donc celui dont les toilettes sont dirigés vers la qibla il lui est obligatoire de le changer de direction, il casse la cuvette (siège) et la change de direction. Sinon il désobéit à Allah depuis le moment où il s’assit jusqu’au
  9. 9. moment ou il finit, et c’est renier un bienfait car Allah lui permet de faire ses besoins et on lui désobéit. Et Allah dit ََّاللَّ َعاَطَأ ْدَقَف َ لوُسَّرلا ِعِ طُي ْ نَم → « Quiconque obéit au messager obéit certainement à Allah » et donc celui qui désobéit au messager عليه الصلاة والسلام désobéit certainement à Allah. Et si quelqu’un dit : « si je casse la cuvette je vais perdre tel somme d’argent », nous lui disons « quel choix faut-il faire entre perdre le dîn ou la dounyâ : la dounya. Car par cette cause tu te mets hors de danger, ainsi que ta famille, ceux qui viendront après toi, également celui qui louera la maison ou qui l’achètera plus tard. Car dans le cas contraire, tu seras dans le péché ». Donc celui qui a des toilettes dirigés vers la qibla, il lui est obligatoire de les changer de direction pour que la qibla soit située sur la droite ou sur la gauche 4. concernant le fait d’avoir la qibla derrière le dos pendant l’accomplissement des besoins il y a ikhtilêf (divergence) : - si c’est en plein air (pas sous une construction) c’est harâm et il n’y a pas de doute là dessus. Donc en plein air il ne faut avoir la qibla ni en face de soi ni derrière soi, mais plutôt à sa droite ou à sa gauche - si c’est dans une construction (toilettes) il y a ikhtilêf : certains savants disent que c’est autorisé et d’autre que c’est interdit. Parmi ceux qui ont dit que c’est interdit il y a Ibnou Taymiyyah (ra) en se basant sur la généralité du hadith 85. Il est vrai que son avis est plus prudent, mais ce qui apparaît c’est que cela est autorisé d’après le hadith d’Ibni ‘Omar (ra) dans lequel il dit avoir vu le prophète عليه الصلاة والسلام faire ses besoins dans la demeure de Hafsa (ra) (sa soeur qui est l’épouse du prophète عليه الصلاة والسلام ) en ayant le Chêm devant lui et la ka’ba derrière lui. Et l’acte du prophète عليه الصلاة والسلام spécifie (particularise) la généralité de ses actes car tout ceci est la sounna, ses paroles et ses actes ; donc puisque le prophète عليه الصلاة والسلام a accompli ses besoins en ayant le chêm devant lui et la ka’ba derrière lui à l’intérieur d’une construction, on peut le faire et ainsi il est possible de réunir entre les textes 5. il n’est pas défendu (ni interdit ni déconseillé) de faire face à la qibla ou de l’avoir derrière le dos lorsqu’on fait al istindjâ, comme dans le cas de quelqu’un qui fait ses besoins dans un endroit et se déplace pour faire l’instindjâ dans un autre endroit ; ceci est permis car il n’y a pas de preuve l’interdisant 6. le fait de se dévier légèrement de la qibla n’a pas d’effet et n’est pas suffisant car le prophète عليه الصلاة والسلام a dit « prenez la direction de l'est ou de l'ouest », et ceci est une grande déviation. Et de ceci on peut également déduire une règle concernant le fait de se diriger vers la qibla dans la prière : si on dévie légèrement de la qibla cela n’est pas nuisible, et ce qui est nuisible c’est la grande déviation au point que la qibla soit sur sa gauche ou sa droite 7. le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de se laver ou s‘essuyer avec la main droite, que se soit avec les pierres ou le papier ou la terre ou l’eau, donc la main droite ne touche pas le sexe (devant et derrière), mais c’est la main gauche qui le fait car la main gauche doit être utilisé pour les impuretés, les saletés et la main droite pour le reste. Ainsi si quelqu’un veut se moucher il le fait avec la main gauche (ce n’est pas une impureté mais c’est une saleté) et non la main droite. Ainsi il est interdit de manger avec la main gauche mais il faut manger avec la main droite. De même on ne doit pas donner ou prendre de la main gauche mais on le fait avec la main droite 8. le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de faire « al istidjmâr » (l’essuyage) avec moins de trois pierres (c-a-d trois essuyages) même si l’endroit devient propre avec moins de trois pierres. Exemple : si quelqu’un, après avoir uriné, s’essuie deux fois et devient propre (c-a-d qu'il n’y a plus du tout de liquide) il doit absolument essuyer une troisième fois. Par contre si après avoir essuyé la troisième fois, on n’est pas propre on doit obligatoirement ajouter une quatrième fois, et si on est propre après la quatrième fois il est mieux d’ajouter une cinquième fois car le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné que l’essuyage se fasse en nombre impair en disant : « si l’un d’entre vous fait al istidjmâr qu’il le fasse un nombre de fois impair (« falyoûtir ») ». S’il est propre à la sixième fois il est mieux d’ajouter une septième fois…
  10. 10. 9. le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de s’essuyer avec les excréments secs des animaux ; la raison : - si ce sont des excréments impurs tels que ceux des ânes ou des mulets, il est interdit de faire al istidjmâr avec, car ils ne vont faire qu’ajouter de l’impureté - si ce sont des excréments purs tels que ceux des chameaux ou des vaches, il est interdit de faire al istidjmâr avec, car ce sont les aliments du bétail des djinns. Parmi les djinns il y a des musulmans et des mécréants, il y a des pieux et des moins pieux comme pour les êtres humains. Lorsque les djinns sont venu voir le prophète عليه الصلاة والسلام ils ont cru en lui et on écouté le Coran avec adab (respect) et sont restés jusqu’à ce que le prophète عليه الصلاة والسلام termine (car il ne faut pas partir lorsqu’il y a une assemblée où Allah est évoqué avant la fin sauf si on a une excuse). Ensuite ils se sont rendus chez leur peuple pour les appeler à l’islam. Allah dit : وَإِذْ صَرَفْنَا إِلَيْكَ نَفَرًا مِنَ الْجِنِّ يَسْتَمِعُونَ الْقُرْآنَ فَلَمَّا حَضَرُوهُ قَالُوا أَنْصِتُوا فَلَمَّا قُضِيَ وَلَّوْا إِلَى قَوْمِهِمْ مُنْذِرِينَ → « et lorsque Nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu'ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent à sa lecture ils dirent: "Ecoutez attentivement". Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple en avertisseurs » 10. le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de s’essuyer avec des os : - s’il font partie des animaux sacrifiés ils sont purs mais il est interdit de faire al istidjmâr avec car c’est la nourriture des djinns : lorsque l’on jette ces os, les djinns les retrouve plein de viande ; hadith : ثبت في الصحيح أن الجِ نَّ سَ أَلوه الزَ ادَ لَه مْ وَ لِدَ وا بِهِ مْ ف قال : لَكُ مْ كُ لُ عَ ظْ مٍ ذُ كِ رَ اسْ مُ اللَّ عَ لَ يهِ أَوْ ف ر ما يَكونُ لَحْ مًا، وَ كُ لُ بَعْ رَ ةٍ عَ لَفًا لِدَ وا بِكُ مْ → il est confirmé dans le sahîh que les djinns ont demandé la nourriture pour eux et pour leur bétail et alors il dit عليه الصلاة والسلام « vous avez pour vous tout os sur lequel a été évoqué le nom d’Allah plein de viande, et tout crottin comme nourriture pour votre bétail » Nous croyons en ceci car c’est le prophète عليه الصلاة والسلام qui nous en a informé, mais nous ne voyons pas ceci car les djinns nous sont invisibles de même que leur nourriture et leur situation, nous ne connaissons rien d’eux, mais nous croyons à ce dont a informé le véridique عليه الصلاة والسلام . Ainsi si on s’essuie avec un excrément sec 3 fois (d’animaux halâl) et que l’endroit devient complètement propre cela n’est d’aucun profit et l’endroit n’est pas purifié car on aura fait al istidjmâr avec ce qu’à interdit le prophète عليه الصلاة والسلام , et c’est la même chose pour les os. - s’ils font partie des animaux impurs tels que les ânes, c’est interdit car ils sont impurs et donc ne font qu’ajouter de l’impureté 11. il est interdit de faire du mal au droit d’autrui car le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de faire l’essuyage avec les excréments secs des animaux ou leurs os 12. al istidjmâr doit se faire avec quelque chose de pur et qui n’est pas une chose que l’on respecte telle que la nourriture, ou celle du bétail, ou des feuilles où Allah est évoqué ou des paroles des savants qui concernent la législation telles que le fiqh (par contre les paroles des gens où il n’y a pas de bien, il n’y a aucun mal à les utiliser) 13. il est permis de faire l’essuyage avec autre chose que les pierres si cela enlève l’impureté telle que le papier pur, du bois, de la terre sèche (il est interdit de s’essuyer avec une pierre humide car elle n’assèche pas l’endroit) 14. si quelqu’un s’est essuyé avec quelque chose que l’on a le droit d’utiliser pour cet « istidjmâr » avec le nombre demandé (minimum trois fois), c’est comme s’il avait lavé complètement son sexe avec de l’eau. Et si l’endroit devient après cela humide avec de la sueur ou autre, cela ne rend pas le corps et le vêtement impur car avec al istidjmâr l’endroit essuyé devient complètement pur.
  11. 11. Hadith 86 : On rapporte de 'Aicha - رضي اللَّ تعالى عنها - que le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم – a dit : « Que celui qui va au lieu d’accomplissement des besoins se cache ». [Hadîth rapporté par Abî Dâwoud] وَعَنْ عَائِشَةَ - رضي اللّه تعال عنها - أَنَّ اَلنَّبَِِّ - صلى الله عليه و سلم - قَالَ : مَنْ أَتَى اَلْغَائِطَ فَ لْيَسْتَتِْ ]رَوَاه أَب و دَا ود[. Le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné lorsqu’on va à l’endroit qui sert pour accomplir ses besoins de se cacher des gens et cet acte est de deux sortes : - un premier obligatoire qui consiste à cacher la « ‘awrah » (nudité) - un deuxième moustahabb (conseillé) qui consiste à cacher tout son corps en s’éloignant comme on l’a vu au hadith 80. Hadith 87 : On rapporte de ‘Aicha - رضي اللَّ تعالى عنها - que lorsque le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - revenait du lieu d’accomplissement des besoins il disait: « Ghoufrânak » (j'implore Ton pardon). [Hadîth rapporté par les cinq qualifié d'authentique par Abî Hâtim et Al-Hâkim]. وَعَنْ هَا - رضي اللّه تعال عنها - أَنَّ اَلنَّبَِِّ - صلى الله عليه و سلم -كَانَ إِذَا خَرَجَ مِنَ [ .» غ فْرَانَكَ « : اَلْغَائِطِ قَالَ أَخْرَجَه اَلَْْمْسَة . وَصَحَّحَه أَب و حَا ت, وَالَْْاكِ م [ 1. le prophète عليه الصلاة والسلام disait lorsqu’il sortait des toilettes « Ghoufrânak » c’est à dire « je Te demande Ton pardon » et ce qui est visé par « al maghfirah » (le pardon) c’est qu’Allah couvre le péché (« yastourouh ») et pardonne à la personne et donc ne la châtie pas pour celui-ci. « al maghfirah » est dans le bas monde et dans l’au delà : - dans le bas monde : les bonnes actions effacent les péchés. - dans l’au-delà : Allah est avec Son serviteur et il lui cite ses péchés en disant : « tu as fait telle chose tel jour … », puis Allah lui dit : « je te l’ai caché dans le bas monde et aujourd’hui je te le pardonne ». Donc si on sort des toilettes on avance le pied droit et on dit « ghoufrânak » pour suivre la sounna du prophète عليه الصلاة والسلام ; et c’est bien si on ajoute الحمد للَّ الذي أذهب عني الأذى و عافني « al hamdoulillêhi-ladhî adhhaba ‘anniyal adhâ wa ‘âfânî ». 2. les savants ont divergé sur la raison pour laquelle le prophète عليه الصلاة والسلام disait ghoufranâk : - certains ont dit que la raison est qu’il n’évoquait pas Allah pendant ses besoins et donc il demandait le pardon d’Allah ; mais cette raison est discutable car il n’évoquait pas Allah dans ce lieu par obéissance à Allah, de même qu’on ne demande pas à la femme qui est purifiée des menstrues de demander le pardon d’Allah - le plus juste est que lorsque quelqu’un a fait ses besoins et s’est débarrassé de se qui est mauvais pour son corps, il se souvient de ce qui est nuisible pour l’au-delà c-a-d les péchés et il demande à Allah de le débarrasser du mal qu’est la punition. En effet les péchés détruisent l’Homme ; de même l’urine et la selle font du mal à l’Homme, et s’ils ne sortaient pas l’Homme périrait.
  12. 12. Hadith 88 : On rapporte d'Ibni Mas’oûd - رضي اللَّ تعالى عنه – qu’il a dit : le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم – est allé à la selle, alors il m'ordonna de lui apporter trois pierres, mais je n'en ai trouvé que deux. Et alors, je lui ai apporté un crottin (d’âne). Il prit les deux pierres et jeta le crottin et dit: « ceci est une impureté ». [Hadîth rapporté par Al-Boukhârî. Ahmed et Ad-Dâraqoutnî y ajoutèrent: « Donne-moi autre chose »]. وَعَنِ ابْنِ مَسْع ود - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : أَتَى اَلنَّبُِِّ - صلى الله عليه و سلم - اَلْغَائِطَ , فَأَمَرَنِِّ أَنْ آتِيَه بِثَلاَثَةِ أَحْجَارٍ , فَ وَجَدْ ت حَجَرَيْنِ , وَلََْ أَجِدْ ثَالِثًا. فَأَتَ يْت ه بِرَوْثَةٍ . أَخْرَجَه اَلْب خَارِيُّ و زَادَ أَحَْْ د , [ » هَذَا رِجْ س أَوْ رِكْ س « : فَأَخَذَ ه ا وَأَلْقَى اَلرَّوْثَة , وَقَالَ ]» ائْتِنِّ بِغَيْرِهَا « : وَاَلدَّارَق طْنُِّّ 1. ce hadith montre que al istidjmâr avec moins de 3 pierres n’est pas suffisant car lorsque le prophète عليه الصلاة والسلام a jeté le crottin il lui a dit « donne-moi autre chose », et donc il faut absolument 3 pierres (c-a-d 3 essuyages) 2. al istidjmâr (l’essuyage) purifie complètement (car ce qui apparaît c’est que le prophète عليه الصلاة والسلام s’est contenté des pierres, car il a demandé 3 pierres et lorsque Ibnou Mas’oud (ra) en a apporté 2 il ne s’en ait pas contenté mais en a demandé une troisième, ce qui montre qu’il ne voulait pas faire suivre l’essuyage avec les pierres par le lavage avec l’eau) 3. l’essuyage avec quelque chose d’impur n’est pas valable car le crottin de l’âne est impur 4. il y a également dans ce hadith la vertu et le mérite de Ibnou Mas’oud (ra) car il était au service du prophète عليه الصلاة والسلام 5. il y a également la preuve de l’autorisation d’avoir à son service quelqu’un de libre car Ibnou Mas’oud (ra) était libre 6. le fait de donner un ordre à un domestique ne fait pas partie de ce qui est reprochable parmi les demandes (c-a-d demander aux gens) 7. il y a ici la preuve du bon comportement du prophète عليه الصلاة والسلام car il ne s’est pas mis en colère contre Ibnou Mas’oud Hadith 89 : On rapporte d'Abî Hourayra - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a défendu de s'essuyer (après les besoins) avec un os ou un crottin et a dit : « ces deux (os et crottin) ne purifient pas ». [Hadîth rapporté et qualifié d'authentique par Ad-Dâraqoutnî]. وَعَنْ أَبِِ هرَيْ رَة - رضي اللّه تعال عنه - أَنَّ رَ سولَ اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - ن هََى أَنْ رَوَاه اَلدَّارَق طْنُِّّ وَصَحَّحَه [ [ .» إِن همَا لَا ي طَيهرَانِ « : ي سْتَ نْجَى بِعَظْمٍ , أَوْ رَوْثٍ وَقَالَ Ce hadith confirme les précédents. C’est à dire que les os et le crottin ne peuvent pas être utilisés pour l’essuyage et ils ne purifient pas s’ils sont impurs.
  13. 13. Hadith 90 : On rapporte d'Abî Hourayra - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit: « Purifiez-vous de l’urine, car la majorité des châtiment dans la tombe en découle (c-a-d du fait de ne pas s’en purifier) ». [Hadîth rapporté par Ad-Dâraqoutnî]. Al-Hâkim rapporta: « La plupart des châtiments dans la tombe sont dus à l’urine ». [Hadîth ayant une chaîne de transmission authentique], وَعَنْ أَبِِ هرَيْ رَةَ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : قَالَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - أَكْث ر عَذَابِ « : اِسْتَ نْزِ هوا مِنَ اَلْبَ وْلِ , فَإِنَّ عَامَّةَ عَذَابِ اَلْقَبِْْ مِنْه ]رَوَاه اَلدَّارَق طْنُِّّ [. وَ لِلْحَاكِمِ وَ هوَ صَحِي ح الِْسْنَادِ [ [ .» اَلْقَبِْْ مِنْ اَلْبَ وْلِ 1. il faut obligatoirement se purifier de l’urine c-a-d de son urine (c’est ce qui est visé dans ce hadith) 2. la petite quantité d’urine n’est pas pardonnée mais les « fouqahâ » ont excepté la petite quantité pour celui qui a une incontinence urinaire constante alors qu’il se protège au maximum 3. il y a ici l’affirmation du châtiment de la tombe ; et le châtiment de la tombe est confirmé dans le Coran et la sounna : - dans le Coran : Allah dit النَّارُ يُعْرَضُونَ عَلَيْهَا غُدُ وًا وَعَشِي ا وَيَوْمَ تَقُومُ السَّاعَةُ أَدْخِلُوا آلَ فِرْعَوْنَ أَشَدَّ الْعَذَابِ → « le feu, auquel ils sont exposés matin et soir. Et le jour où l'Heure arrivera (il sera dit) : "faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment » → Le châtiment auquel ils sont exposés matin et soir est avant l’arrivée de l’Heure - dans la sounna : cette confirmation a été rapportée de très nombreuses voies : le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné qu’on demande protection contre 4 choses après le dernier tachahhoud de la prière et il a cité parmi ces 4 choses le châtiment de la tombe, et les musulmans n’ont cessé d’invoquer Allah avec cela dans toutes leurs prières 4. il y a ici l’attention du prophète عليه الصلاة والسلام concernant le fait de protéger sa communauté de ce qui lui fait du mal 5. le fait de ne pas se purifier de son urine fait partie des grands péchés (kabâ-ir) car il y a le châtiment qui est annoncé. Et ceci est confirmé les deux sahih d’après Ibni ‘Abbas (ra) qui a dit : « Le prophète عليه الصلاة والسلام passa près de deux tombes et dit : « leurs occupants sont certes châtiés et cela pour peu de choses (c'est-à-dire que ces choses ne leur paraissaient pas grand-chose au moment où ils les faisaient) : l’un d’eux ne se nettoyait pas après avoir uriné (ou ne se cachait pas quand il urinait dans une version du hadith) et l’autre se livrait au colportage (« annamîmah ») » etc. فعن ابْنِ عَبَّاسٍ رضي اللَّ عنهما قَالَ : مَرَّ النَّبِيُّ صَلَّى اللََُّّ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ بِقَبْرَيْنِ فَقَالَ : إِنَّهُمَا لَيُعَذَّبَانِ وَمَا يُعَذَّبَانِ فِي كَبِيرٍ ، أَمَّا أَحَدُهُمَا فَكَانَ لا يَسْتَنْزِه مِنَ الْبَوْلِ وَأَمَّا الآخَرُ فَكَانَ يَمْشِي بِالنَّمِيمَةِ ...الحديث . رواه البخاري ومسلم 6. la majorité des châtiments de la tombe pour les croyants vient du fait de ne pas se purifier de son urine ; quant aux mécréants c’est pour la mécréance, le chirk ... 7. il ne faut pas tomber dans le « waswâs » (les suggestions douteuses de satan) et l’exagération pour se protéger de son urine
  14. 14. Hadith 91 : On rapporte de Sourâqa Ibni Mâlik - رضي اللَّ تعالى عنه - qu’il a dit : « Le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - nous a enseigné lorsque nous accomplissons nos besoins de nous appuyer sur le pied gauche et tendre le pied droit ». [Hadîth rapporté par Al Bayhaqî dans une chaîne de transmission qualifiée de faible]. وَعَنْ سرَاقَةَ بْنِ مَالِكٍ - رضي اللّه تعال عنه - قَالَ : عَلَّمْنَا رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم - فِِ اَلْْ لاَءِ : أَنَّ ن قَْع دَ عَلَى اَلْي سْرَى, وَن نَْصِبَ اَلْي مْنَ . ]رَوَاه اَلْبَ يْ هَقِيُّ بِسَنَدٍ ضَعِيفٍ [ Ce hadith est faible et donc le mieux est soit de se tourner vers l’avis des médecins pour choisir la meilleure façon de s’asseoir pour faciliter les besoins, soit d’être son propre médecin en choisissant la position qui convient le mieux, car il n’y a pas de précision dans la charî’a concernant ce point. Hadith 92 : On rapporte de 'Îsâ Ibni Yazdâd - رضي اللَّ تعالى عنه - qui rapporte de son père qui a dit que le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم - a dit : « que celui qui urine presse son sexe trois fois » . [Hadîth rapporté par Ibn Mâdjah dans une chaîne de transmission qualifiée de faible]. إِذَا بَالَ « - وَعَنْ عِيسَى بْنِ ي زَْدَادَ , عَنْ أَبِيهِ قَالَ : قَالَ رَ سو ل اَللَّهِ - صلى الله عليه و سلم رَوَاه اِبْ ن مَاجَه بِسَنَدٍ ضَعِيفٍ [ [ .» أَحَ د كمْ فَ لْيَ نْث رْ ذكََرَه ثَلَاثَ مَرَّاتٍ Ce hadith est faible et donc le fait de presser le sexe après avoir uriné n’est pas sounna et Ibn Taymiyya (ra) a même dit que c’est une innovation car le texte n’est pas authentique et cet acte peut amener à avoir une incontinence urinaire et provoque également le « waswâs ». Mais nous disons que cela peut être recommandé si le seul moyen pour une personne de vider le conduit urinaire est de presser le sexe. Mais ce n’est pas une règle générale et la règle générale c’est que c’est bid’a, il amène au waswâs et c’est une exagération qu’il faut éviter de faire. De même certaines personnes ont besoin de faire quelques pas après avoir uriner pour vider le conduit urinaire. Celui qui est dans ce cas le fait (en mettant une protection pour ses vêtements), mais ce n’est pas une règle générale, car beaucoup de gens exagèrent sur ce point. Hadith 93 : On rapporte d'Ibni Abbâs - رضي اللَّ تعالى عنهما - que le Prophète - صلى اللَّ عليه و سلم – a interrogé les gens de Qoubâ en leur disant: « Allah vous vante ». Ils répondirent: « Nous utilisons de l'eau après avoir utilisé les pierres ». [Hadîth rapporté par Al Bazzâr dans une chaîne de transmission qualifiée de faible. La version originale est d'Abî Dâwoud et At-Tirmidhî. Ibnou Khouzayma l'a qualifié d’authentique selon le hadîth d'Abî Hourayra sans mentionner les pierres]. وَعَنِ اِبْنِ عَبَّاسٍ - رَضِيَ اَللَّه ت عَالََ عَنْ همَا - أَنَّ اَلنَّبَِِّ - صلى الله عليه و سلم - سَأَلَ أَهْلَ رَوَاه اَلْبَ زَّا ر بِسَنَدٍ [ .» إِنَّا ن تْبِ ع اَلِْْجَارَةَ اَلْمَاء « : فَ قَال وا .» إِنَّ الله ي ثْنِّ عَلَيْ كمْ « : ق بَاءٍ فَ قَالَ ضَعِيفٍ . وَ أَصْل ه فِِ أَبِِ دَا ودَ , واَلتي رْمِذِ ي وَصَحَّحَه اِبْ ن خزَيََْةَ مِنْ حَدِيثِ أَبِِ هرَيْ رَةَ - رَضِيَ اَللَّه تَ عَالََ عَنْه - بِ دونِ ذِكْرِ اَلِْْجَارَة[
  15. 15. Qoubâ est une cité de Médine et c’est là que le prophète عليه الصلاة والسلام s’est installé en arrivant à Médine lors de l’émigration et il y a construit la mosquée et c’est cette mosquée qui évoquée dans la parole d’Allah : لَمَسْجِ د أُسِّسَ عَلَى التَّقْوَى مِنْ أَوَّلِ يَوْمٍ أَحَقُّ أَنْ تَقُومَ فِيهِ فِيهِ رِجَا ل يُحِبُّونَ أَنْ يَتَطَهَّرُوا وَاللََُّّ يُحِبُّ الْمُطَّهِّرِينَ → « Car une Mosquée fondée dès le premier jour sur la piété, est plus digne que tu t’y tiennes debout [pour y prier]. On y trouve des hommes qui aiment se purifier, et Allah aime ceux qui se purifient ». Et ceci en opposition à « masdjid addirâr » (la mosquée de la rivalité et de l’opposition) qu’on construit les hypocrites afin de diviser les croyants, comme a dit Allah : وَالَّذِينَ اتَّخَذُوا مَسْ جِدًا ضِرَارًا وَكُفْرًا وَتَفْرِيقًا بَيْنَ الْمُؤْمِنِينَ وَإِرْصَادًا لِمَنْ حَارَبَ اللَََّّ وَرَسُولَهُ → « Ceux qui ont édifié une mosquée pour en faire [un mobile] de rivalité, d’impiété et de division entre les croyants, qui la préparent pour celui qui auparavant avait combattu Allah et son Envoyé ». Ils ont construit cette mosquée avec le conseil de Abi ‘Âmir l’hypocrite afin de réunir les gens pour combattre le prophète عليه الصلاة والسلام . Et il a prétendu l’avoir construit afin d’alléger aux vieillards, aux malades et autres pour qu’ils ne soient pas obligés d’aller à la mosquée de Qoubâ, qui a été fondée sur la piété. Après l’avoir construite ils sont venus voir le prophète عليه الصلاة والسلام et lui ont demandé de prier dedans. Et durant cette période le prophète عليه الصلاة والسلام se préparait pour la bataille de Taboûk. Alors il s’est excusé et leur a dit qu’il y prierait après son retour de Taboûk. Et lorsqu’il est revenu de l’expédition de Taboûk et qu’il ne restait plus qu’une heure de route avant son arrivée la révélation est descendue et donc Allah lui a défendu d’y prier (le prophète عليه الصلاة والسلام désigna 2 compagnons pour détruire cette mosquée). Quant à la mosquée de Qoubâ, le prophète عليه الصلاة والسلام s’y rendait tous les samedi pour y prier. Et il est rapporté du prophète عليه الصلاة والسلام que celui qui fait ses ablutions chez lui et s’y rend pour y prier 2 rak’at est comme celui qui a fait une ‘oumra (petit pèlerinage). Allah a décrit les gens de Qoubâ en disant qu’ils aiment se purifier et Allah aiment ceux qui se purifient : فِيهِ رِجَا ل يُحِبُّونَ أَنْ يَتَطَهَّرُوا وَاللََُّّ يُحِبُّ الْمُطَّهِّرِينَ → « On y trouve des hommes qui aiment se purifier, et Allah aime ceux qui se purifient ». 1. le fait de réunir l’essuyage et le lavage est meilleur que le fait de faire l’un des deux uniquement. Ensuite le mieux est d’utiliser l’eau uniquement car elle nettoie mieux, et le but est la propreté donc plus elle se réalise et mieux c’est. Puis le minimum est de faire uniquement l’essuyage, en sachant que l’essuyage purifie 2. le prophète عليه الصلاة والسلام ne connaît pas l’invisible (« al ghayb »), et donc ils leur a demandé pourquoi Allah les a vanté 3. celui qui a un degré et une place supérieure peut profiter de celui qui lui est inférieur, car le prophète عليه الصلاة والسلام a profité du sens du verset en les interrogeant ; donc il ne faut pas mépriser (rabaisser) autrui mais plutôt apprendre de lui car « au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant [plus docte que lui] » (sourate 12 verset 76). Et il est possible qu’une science se trouve chez une personne qui nous est inférieure 4. de même que la mosquée de Qoubâ est une mosquée fondée dès le premier jour (le jour où le prophète عليه الصلاة والسلام est arrivé à Qoubâ) sur la piété, la mosquée du prophète عليه الصلاة والسلام est une mosquée fondée dès le premier jour (le jour où le prophète عليه الصلاة والسلام est arrivé à Médine) sur la piété. Mais il n’y a pas de doute que la mosquée de Médine est meilleure que celle de Qoubâ ; ainsi on voyage spécialement pour se rendre à la mosquée de Médine et on ne voyage pas spécialement pour ce rendre à la mosquée de Qoubâ. La version authentique du hadith est celle dans laquelle seule l’eau est évoquée, mais la règle est comme nous l’avons citée au 1er point, même s’il n’y a pas de texte précis là dessus.
  16. 16. Questions-Réponses tirées des fatâwâ de Cheikh al ‘Outheymîne (ra) - Celui qui fait ses ablutions dans l’endroit où on accomplit les besoins et il est possible que son vêtement se salisse, lui est-il obligatoire de laver son vêtement ? → ….. (citation de la règle concernant le doute). Le vêtement avec lequel il est entré au lieu où on accomplit les besoins, s’il est taché avec de l’eau, qui nous dit que ce liquide est de l’urine ou de l’eau altérée par les selles ou quelque chose de ce genre ? Si nous ne pouvons pas affirmer cela alors la règle de base est la persistance de la pureté. Il est vrai qu’il se peut qu’on pense plus qu’il a été altéré avec quelque chose d’impur, mais tant qu’on en n’est pas sûr, la règle de base est la persistance de la pureté. Donc en réponse à cette question nous disons : « s’il n’est pas sûr que son vêtement a été touché par quelque chose d’impur la règle de base est la persistance de la pureté et il ne lui est pas obligatoire de laver son vêtement et il peut prier avec et il n’y pas de problème. Et Allah est plus Savant. - Quel est le jugement du fait d’uriner debout ? → Le fait d’uriner debout est permis sous 2 conditions : * qu’on soit à l’abri d’être sali par l’urine * qu’on soit à l’abri du fait que quelqu’un voit notre nudité (« ‘awrah ») - Est-il permis d’évoquer Allah dans la salle de bain (comportant des toilettes à l’intérieur) ? → Il faut éviter d’évoquer Allah dans la salle de bain (comportant des toilettes à l’intérieur), car ce lieu ne convient pas à cela, et si on L’évoque avec le coeur il n’y pas d’inconvénient sans prononcer avec la langue, sinon le mieux est de ne pas prononcer ces paroles avec la langue dans ce lieu et d’attendre jusqu’à en sortir. Mais si le lieu des ablutions est à l’extérieur du lieu d’accomplissement des besoins il n’y a pas de mal à évoquer Allah. - Si on est dans la salle de bain (comportant des toilettes à l’intérieur) comment fait-on pour faire la « tasmiyah » (dire bismillèh) ? → Si on est dans la salle de bain (comportant des toilettes à l’intérieur) on fait la tasmiyah avec le coeur et non avec la langue car l’obligation de la tasmiyah n’est pas l’avis le plus juste, car l’imam Ahmed (ra) a dit « rien n’est authentique venant du prophète عليه الصلاة والسلام concernant la tasmiyah dans les ablutions ». Ainsi Al Mouwaffaq l’auteur d’al moughnî et d’autres ont choisi l’avis disant que la tasmiyah dans les ablutions est une sounnah et non une obligation.
  17. 17. Résumé de l'explication de ce chapitre - L’accomplissement des besoins naturels comportent des « âdâb » (règles de bienséance) par la parole et par les gestes, en entrant et en sortant et en s’asseyant. Hadith 77 : - On ne doit pas entrer aux toilettes avec quelque chose écrit dessus le nom d’Allah, il faut éviter ceci mais ce n’est pas interdit. Par contre pour le « moushaf » (Coran) les savants ont qu’il est interdit de le rentrer aux toilettes. Hadith 78 : Il est conseillé de réciter cette formule d’évocation avant d’entrer aux toilettes : اَللَّهُمَّ إِنِّي أَعُوذُ بِكَ مِنْ اَلْخُبْثِ وَالْخَبَائِثِ ; il y a un autre hadith qui ajoute également le fait de dire « bismillèh » avant. Hadith 79 : Il y a dans ce hadith la preuve qu’on a le droit de faire al istindjâ (le fait de se laver) avec de l’eau pour l’urine et les selles et cela est suffisant même si on n’a pas fait al istidjmâr (essuyage) avec des pierres ou l’essuyage avec du papier. Hadith 80 : Il ne faut pas accomplir ses besoins devant les gens même s’ils ne voient pas nos parties intimes car ceci est vilain et contraire à la bonne moralité. Et s'il voient notre nudité alors c'est interdit. Hadith 81 : La règle générale est qu’il est interdit de faire ses besoins dans tout endroit qui nuit aux musulmans et aux gens en général. Hadith 82 : - Si deux personnes veulent aller à la selle, la sounna est qu’ils s’éloignent l’un de l’autre pour ne pas se voir, en plus du fait de ne pas faire apparaître leur nudité (« al ‘awrah ») qui est harâm. - Il y a également dans ce hadith la défense (« annahyi ») de discuter en accomplissement ses besoins même s’ils ne se voient pas comme dans le cas où ils sont dans deux toilettes voisins séparés par un petit mur. Hadith 83 : - Le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de toucher son sexe avec sa main droite lorsqu’on urine. - Le plus prudent est de ne pas toucher son sexe avec la main droite dans tous les cas. - Il est défendu lorsqu’on veut s’essuyer (« istidjmâr ») ou se laver (« istindjâ ») après les besoins de le faire avec la main droite. - Il est défendu de respirer dans le récipient lorsque l’on boit. Hadith 84 et 85 : - Le fait de se diriger vers la qibla pendant ses besoins est interdit que ce soit en plein air ou dans les habitations. - Concernant le fait d’avoir la qibla derrière le dos pendant l’accomplissement des besoins, ce qui apparaît c’est que cela est autorisé. - Le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de faire « al istidjmâr » (l’essuyage) avec moins de trois pierres (c-a-d trois essuyages) même si l’endroit devient propre avec moins de trois pierres. - Le prophète عليه الصلاة والسلام a défendu de s’essuyer avec les excréments secs des animaux ou des os.
  18. 18. - Al istidjmâr doit se faire avec quelque chose de pur et qui n’est pas une chose que l’on respecte telle que la nourriture, ou celle du bétail, ou des feuilles où Allah est évoqué ou des paroles des savants qui concernent la législation. - Il est permis de faire l’essuyage avec autre chose que les pierres si cela enlève l’impureté telle que le papier pur, du bois, de la terre sèche. - Si quelqu’un s’est essuyé avec quelque chose que l’on a le droit d’utiliser pour cet « istidjmâr » avec le nombre demandé (minimum trois fois), c’est comme s’il avait lavé complètement son sexe avec de l’eau. Hadith 86 : Le prophète عليه الصلاة والسلام a ordonné lorsqu’on va à l’endroit qui sert pour accomplir ses besoins de se cacher des gens et cet acte est de deux sortes : - un premier obligatoire qui consiste à cacher la « ‘awrah » (nudité) - un deuxième moustahabb (conseillé) qui consiste à cacher tout son corps en s’éloignant comme on l’a vu au hadith 80. Hadith 87 : Si on sort des toilettes on avance le pied droit et on dit « ghoufrânak » (je Te demande Ton pardon) pour suivre la sounna du prophète عليه الصلاة والسلام . Hadith 88 : - Al istidjmâr (essuyage) avec moins de 3 pierres n’est pas suffisant. - L’essuyage avec quelque chose d’impur n’est pas valable. Hadith 89 : Les os et le crottin ne peuvent pas être utilisés pour l’essuyage et ils ne purifient pas s’ils sont impurs. Hadith 90 : Il faut obligatoirement se purifier de son urine et le fait de ne pas se purifier de son urine fait partie des grands péchés (kabâ-ir). Hadith 91 : Ce hadith est faible et donc le mieux est soit de se tourner vers l’avis des médecins pour choisir la meilleure façon de s’asseoir pour faciliter les besoins. Hadith 92 : Ce hadith est faible et donc le fait de presser le sexe après avoir uriné n’est pas sounna mais cela peut être recommandé si le seul moyen pour une personne de vider le conduit urinaire est de presser le sexe. Hadith 93 : Le fait de réunir l’essuyage et le lavage est meilleur que le fait de faire l’un des deux uniquement. Ensuite le mieux est d’utiliser l’eau uniquement car elle nettoie mieux, et le but est la propreté donc plus elle se réalise et mieux c’est. Puis le minimum est de faire uniquement l’essuyage, en sachant que l’essuyage purifie.

×