Etude du fiqh

765 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
765
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude du fiqh

  1. 1. 1 ETUDE DU FIQH (La Jurisprudence) BAÏT AL HIKMA Année scolaire 2011/2012 Par Abdallah HALOUI abdallah.haloui@wanadoo.fr 1 LLaa jjuurriisspprruuddeennccee nnee ss’’iinnttéérreessssee nnii aauuxx qquueessttiioonnss ssppiirriittuueelllleess,, nnii àà ll’’aacccceeppttaattiioonn ddeess aacctteess ddeess iinnddiivviidduuss.. SSoonn ddoommaaiinnee dd’’aaccttiioonn eesstt aaxxéé ssuurr lleess aacctteess pprraattiiqquueess ddeess ppeerrssoonnnneess rreessppoonnssaabblleess eett lleeuurr ccoonnffoorrmmiittéé aauuxx rrèègglleess llééggaalleess.. CC’’eesstt ppoouurr cceellaa qquuee ll’’oonn ppaarrlleerraa ddee vvaalliiddiittéé ddeess aacctteess eett nnoonn dd’’aacccceeppttaattiioonn.. 2
  2. 2. 2 Définition : étymologiquement (linguistique) Etymologiquement : une compréhension profonde. Dans le Coran Allah a utilisé le mot « fiqh » dans le même sens : : 91 ُول ...) ھود: 11 ا َ رًا ِِ ََُْ َ بُ ََُُْوا َ (َ « Ils dirent: Ô Chou`ayb, nous ne comprenons pas grande chose à ce que tu dis…» Hoûd 11/91 28، ن: 27 : 20 ا .) ط ِ وْ وا َ#َُْ . َِ$َِ نْ دَةً ُِْلْ ُ'( (وَاْ « Et dénoue un noeud en ma langue, afin qu’ils comprennent mes paroles. » Ţāha 20/27,28. 3 Définition : étymologiquement (linguistique) Et dans un hadith le prophète ( s.a.w ) dit :
  3. 3. َنْ َُوََِ ْنِ أَ َُِْنَ رَ َِ
  4. 4. َُْ َل : َ ِْتُ رَُولَ
  5. 5. َُول َ مَ
  6. 6. َِ وَ ََْ
  7. 7. : ن !د# ا ِ% ْ#) َُ ْرًا َ' ِ
  8. 8. رِدِ نْ ُ َ م ري و '# رواه ا D’après mou‘awiyah qu’Allah soit satisfait de lui, j’ai entendit le messager d’Allah ( s.a.w) dire : « Celui qu’ Allah lui veut du bien, Il lui donne une ccoommpprrééhheennssiioonn profonde de la religion ». hadith rapporté par el- Boukhari et Muslim. 4
  9. 9. 3 Définition : Terminologique TTeerrmmiinnoollooggiiqquuee :: le fait de connaître et bien comprendre les injonctions divines qui devraient être pratiquées par le musulman. L’étude de fiqh comprend tous les domaines de pratique religieuse : tous les enseignements de la religion qui gère la relation entre l’homme et Dieu aall ‘‘iibbââddââtt entre les hommes aall mmoouu’’ââmmaallââtt 5 LLeess bbrraanncchheess dduu ffiiqqhh Le Droit musulman s’articule entre deux principaux domaines: Le domaine des pratiques cultuelles « al ‘ibâdât »: Relations entre l’Homme et Son Créateur Le domaine des relations sociales et économiques « al mou’âmalât »: Relation des Hommes entre eux 6
  10. 10. 4 Les branches du fiqh Entre l’homme et Dieu : al ‘ibâdât relation entre l’homme et Dieu ou actes d’adoration Entre les hommes : al mou’âmalât enseignements de l’islam concernant la famille : ssttaattuutt ppeerrssoonnnneell, relations et transactions : ddrrooiitt cciivviill,, relations de l’Etat avec les citoyens : ddrrooiitt ccoonnssttiittuuttiioonnnneell (gestion de l’Etat) et droit administratif, ddrrooiitt ppéénnaall règles qui gèrent la relation de l’Etat musulman avec les autres états : ddrrooiitt iinntteerrnnaattiioonnaall ll’’éétthhiiqquuee eett llaa mmoorraallee Chaque musulman doit avoir un minimum de connaissance dans l’Islam : ceci constitue un devoir, une 7 obligation. Evolution du Fiqh # ططوورر اا اا 8
  11. 11. 5 Evolution du Fiqh (d’’après Kattane Al-Manna3 ) L’’ère de la Législation : اا ن. د* را # ء ا '# د ا , م، و و # د ا , ل * ث / L’’ère du fondement de la jurisprudence : # سس اا $+ رر اا , مم. # 0 وواانن . -(, رر اا , راق. # ا در ز، و 2/# ا در ن * وي 3 ر ا # وھو ا نن. - رر اا , L’’ère de la renaissance de la jurisprudence :
  12. 12. اا اا ذاھب. # س ا 95 ، و # ث وا د/# ن ا دو 5 و L’’ère de l’’imitation دد' رر اا , د. ,52: ب ا د ذاھب، و # رار ا 5 : وا L’’ère de l’éveil :
  13. 13. اا
  14. 14. اا [ د.[ 1 ,52: ب ا ;5% ، و د# ح ا =: ر، وا /# ر ا # ا % 9 [ نن.[ 1 طط# عع اا : B*# =@ اا A رر*5# اا B رر5 بب: 5 ررفف 5 . L’ère de la Législation وويي - دد اا # اا 2 3 رر اا 10
  15. 15. 6 a- Première époque : C’est l’époque du prophète (bsl). Quand les musulmans se posaient des questions, ils allaient voir directement le prophète (bsl). Quand le prophète était absent, ils se rendaient auprès des compagnons qui faisait l’ijtihad (= effort intellectuel). « Boukhari :Ammar était en voyage et en état de janaba et voulait prier. Il s’est alors mis nu et s’est enroulé dans la terre. Puis, de retour, il en a informé le prophète (bsl) qui lui a dit qu’il aurait seulement du frotter ses mains sur la terre et les passer sur le visage ». 11 a- Première époque : « Deux hommes voulaient prier, pas d’eau. Ils ont fait tayammum. Puis ils ont prié et ont trouvé de l’eau. L’un a refait la prière. De retour, ils ont interrogé le Prophète (bsl) dit au 1er : TTuu aass ssuuiivvii llaa ssuunnnnaa, et il dit au 2ème : TTuu aauurraass ddoouubbllee rrééccoommppeennssee ». « Le Prophète (bsl) a donné l’ordre de faire le asr seulement étant arrivés à un certain endroit. Ils ont prié à l’heure mas pas à l’endroit indiqué par le prophète (bsl). D’autres ont prié en retard mais au « bon endroit ». Le prophète (bsl) a dit qu’ils avaient tous bien agi ». 12
  16. 16. 7 Epoque des compagnons -(, رر اا , 13 b- Deuxième époque : CC’’eesstt ll’’ééppooqquuee qquuii vvaa ddee llaa mmoorrtt dduu pprroopphhèèttee ((bbssll)) àà llaa mmoorrtt ddeess 44 ffoonnddaatteeuurrss ddeess ééccoolleess.. Après la mort du prophète (bsl), l’Islam s’est répandue. Les compagnons sont allés chercher la science et ont fait l’ijtihad (= effort intellectuel). Il faut donc souligner le fait que l’avis des compagnons peut diverger. Deux types d’écoles vont se distinguer : Ecole de hadiths : qui se trouvait près de Médine Ecole de l’avis : ses élèves avaient moins d’informations que l’école de Médine et de la Mecque. Cette école était basée à Koufa (Irak). L’école des hadiths était plus sure au niveau des hadiths car ceux-ci étaient rapportés par les compagnons du prophète (bsl). 14
  17. 17. 8 L’ère de la renaissance de la jurisprudence (âge d’or du jurisprudence) # اا .# رر اا , 15 c - Les 4 imams fondateurs des 4 écoles : Les écoles de droit apparurent au cours du 2ème siècle de l’Hégire. Nombreuses d’entre elles firent leur apparition et disparurent pour plusieurs raisons (Thawrî, Layth, Awzâ‘î, Tabarî, Ibn Hazm Ibn Taymmiyya): - Le manque d’étudiants n’ayant pas perpétué le savoir du maitre. - Les étudiants n’ayant pas propagé la science du maitre. - Les étudiants n’ayant pas fait évoluer sa méthodologie Quatre principales écoles vont subsister et vont marquer le monde musulman sunnite: l’école hanafite, malékite, chafi’ite et hanbalites 16
  18. 18. 9 c - Les 4 imams fondateurs des 4 écoles : Abou Hanifa : il est né en 80 de l’hégire et mort en 150 (h). Il était la référence ddee ll’’ééccoollee ddee ll’’aavviiss.. Imam Malik : il est né en 93 (h) et il est mort en 179 (h). IIll ffaaiissaaiitt ppaarrttiiee ddee ll’’ééccoollee ddeess hhaaddiitthhss.. Imam Chafi’i : il est né en 150 (h) et il est mort en 204 (h). IIll ééttaaiitt pprroocchhee ddee ll’’ééccoollee ddeess hhaaddiitthhss. Son maître était l’imam Malik. Imam Hanbal : il est né en 164 (h) et il est mort en 241 (h). Il a vécu en Irak mais iill ééttaaiitt ddee ll’’ééccoollee ddeess hhaaddiitthhss. Il était élève de Chafi’i. 17 c - Les 4 imams fondateurs des 4 écoles : 18
  19. 19. 10 EEccoollee hhaannaaffiittee Cette école de Droit fut fondée par l’imam Abou Hanîfa An-nou’man ibn Thâbit, né à Koûfa( 80H-150H). Il était un tabi’i car il a rencontré des compagnons, notamment Anas ibn Mâlik. Il était l’élève de Hammad ibn abî Soulaymane, qui était l’élève d’Ibrahîm An-Nakh’i qui était l’élève d’Anas ibn Mâlik. Abou Hanîfa a accompagné son maitre durant 18ans, jusqu’à sa mort, ce qui lui a permis de devenir une référence pour les irakiens Sa méthode: - Le Coran - La sounnah - L’avis des compagnons - le raisonnement analogique - L’appréciation de l’érudit: Al istihsân - L’usage: al ‘ourf 19 EEccoollee mmaalléékkiittee La plus ancienne démarche de codification de la sounnah était celle de l’imam Mâlik ibn Anas (93H-179H) dans son recueil « al mouwatta ». Il était contemporain de Haroûn Rachîd, il a toujours vécu à Médine et il a refusé de quitter cette ville parce qu’elle était le lieu où la sounnah était le mieux préserver. Il a reçu l’enseignement juridique de Rabi’a ibn abdarrahmane surnommé: Rabî’atou Ar-ra’y (m: 136H), quant aux hadiths, on lui a dénombré 900 maitres dont 300 tabi’în. Il a commencé l’enseignement à 17 ans, après avoir acquis al ijâza auprès de 70 savants de Médine. SSaa mméétthhooddee: La méthode juridique de l’imam Mâlik est fondée sur 20 sources, dont les plus importantes sont le Coran et ses sciences et la sounnah et ses sciences. Ensuite, viennent les actions des gens de Médine, l’avis du Compagnon, le consensus des savants, l’analogie, l’intérêt relâché, l’appréciation de l’érudit, la 20 fermeture des prétextes, l’usage, etc.
  20. 20. 11 EEccoollee cchhaaffii’’iittee Muhammad ibn Idrîs Ach-Chafi’i (150H-204H) était surnommé « Nâsirou As-sounnah »: le défenseur de la sounnah. Il est né en 150H, l’année du décès d’ Aboû Hanîfa, il était qouraychite, hachémite. Il rejoint le prophète (pbdsl) dans son lignage par son ancêtre ‘Abd-Manâf. Après avoir mémorisé le Coran à l’ âge de 7ans, sa mère l’envoie dans la tribu de Houdhayl pour acquérir leur éloquence et la maitrise de la langue arabe et devint un spécialiste avec une maitrise sans égal de la langue arabe et de ses règles. Ses maitres à la Mecque furent Foudayl ibn ‘iyâd et Mouslim ibn Khâlid Az-zinjî qui lui accorda al ijâza alors qu’il avait 15 ans. Ensuite, il rejoignit imam Mâlik avec qui il restera jusqu’à sa mort (10 ans), puis il se rendra en Irak auprès de l’imam Ach-Chaybânî. SSaa mméétthhooddee: Les fondements de sa méthodologie juridique étaient: Le Coran, la sounnah, le consensus, l’analogie. Il ne se référait pas à l’avis des compagnons, car il pouvait être sujet à l’erreur, comme celui de tout être humain. Il rejetait « al istihsân » (l’appréciation de l’érudit) 21 EEccoollee hhaannbbaalliittee L’imam Ahmad ibn Hanbal (164H-241H), le prince des mouhaddithines, le défenseur des dogmes de l’islam est né à Baghdâd et a suivi l’enseignement du hadith dans sa ville natale auprès de Hachîm ibn Bachîr (m:283H). Ahmed ibn Hanbal fit de nombreux voyages pour collecter le hadith, Ibn Jawzî lui a dénombré 411 maitres dont une femme. Après être devenu le Hâfiz de son époque, il s’ intéressa à la jurisprudence dont son unique maitre fut Ach-Châfi’i, pour qui il vouait un respect et un attachement sans égal. Sa méthode: L’imâm Ahmad était très attaché à l’imâm Ach-Chafi’i. Il s’alignait souvent sur les avis de ce dernier, quand il n’avait pas d’avis propre. Les fondements de sa méthodologie juridique étaient presque identiques à ceux adoptés par Ach-Chafi’i, exception faite de l’avis du compagnon, qu’il prenait en considération, à l’inverse d’Ach-Chafi’i. 22
  21. 21. 12 Les écoles juridiques Hanafi Maliki Chafii Hanbali Les écoles juridiques Imam AbouHanifa (80-150) Imam Malik (93-179) Imam Chafii (150-204) Imam Amed (164-241) Coran, sunna, Consensus, le raisonnement par analogie Coran, sunna, Consensus, la pratique des habitants de Médine, le bien commun, le convenable Coran, Sunna même rapporté par une seule personne ,Consensus. Deux école Irak et Egypte Coran, sunna, Consensus, la tradition des compagnons Turquie, Afghanistan, Pakistan, Irak, Syrie, Réunion Le Maghreb et en Afrique Egypte, Indonésie, en Malaisie, Comores Arabie Saoudite et au Qatar L’école de l’opinion (mentale): Rechercher l’esprit du texte et l’adopter pour les situations similaires. L’école du Hadith (Textuelle): le texte passe avant l’opinion personnel ou l’analogie. 23 Plutôt Souple concilie le deux concilie le deux Plutôt Rigoureuse Troisième époque : Elle date de la mort de l’imam Hanbal jusqu’à la fin de l’empire Ottoman (1924). On constate une nette régression. Le fiqh a régressé. Les savants ne voulaient pas sortir de la réflexion des 4 écoles. Il était interdit de faire l’effort intellectuel. Il y avait beaucoup de fanatiques à cette époque. Ceci dura jusqu’à ce que les musulmans aient été colonisés. Ceci amena à la chute des califats en 1924. 24
  22. 22. 13 d- Quatrième époque : • L’’ère de l’éveil ( اا اا
  23. 23. ( • Les tendances actuelles dans le monde musulman est: • La spécialisation (Finances, famille, médical, ……) • Les conseils de fatwa 25 EExxeemmppllee dd’’iinnssttiittuuttiioonn ddee FFaattwwaa Majmaa Fikh Al-Islami (Mecque). Branche de la ligue mondiale islamique. Université Azhar Ac-Charif Majmaa Fikh Al-Islami (IslamAbad) Le Conseil Européen pour la fatwa et la Recherche 26
  24. 24. 14 Position par rapports aauuxx 44 ééccoolleess Le patrimoine de ces écoles, et des autres petites écoles, est une grande richesse pour la jurisprudence musulmane; Il n’y a aucun mal à apprendre le droit musulman dans le cadre de l’une des quatre écoles juridiques; Entre ceux qui ne reconnaissent pas les écoles et ceux qui veulent obliger tous les musulmans à suivre une école; Il n’est pas obligatoire pour le musulman de suivre l’une de ces 4 écoles; Les écoles ont évoluées avec le temps par les disciples et les grands savants de chaque école; La porte de l’IJTIHAD reste toujours ouverte et les savants (muftis) peuvent être en désaccord avec les écoles sur certains points. 27 Sources du Fiqh در ا , 28
  25. 25. 15 Sources du Fiqh - Sources principales : - le Coran - la Sunna - Sources secondaires : - le consensus des savants (idjma‘) - l’analogie (qiyas) - Autres sources : - l’intérêt général (al- maşalih al-mursalah) - législation des communautés précédentes - les coutumes Les 4 premières sources sont sujet d’unanimité par les 4 écoles. 29 Deux types d’enseignement du Coran et de la Sunna On peut tire 2 types d’enseignement du Coran et de la Sunna : 1/ un enseignement sans équivoque ( طَ :(ا PPaass ddee ddoouuttee ssuurr ll’’aauutthheennttiicciittéé dduu hhaaddiitthh.. LLeess vveerrsseettss eett tteexxtteess ssoonntt ssûûrrss :: lleess iinnjjoonnccttiioonnss ssoonntt ccllaaiirreess.. Il n’y a aucune divergence entre les savants sur ces enseignements ; Tel que l’obligation d’accomplir la salat de s’acquitter de la zakat, de jeûner le mois de ramadan, d’être bienveillant et obéissant envers les deux parents, l’interdiction de consommer l’alcool, la viande du porc, interdiction de mensonge et la fornication etc. 30
  26. 26. 16 Deux types d’enseignement du Coran et de la Sunna 2/ Un enseignement susceptible à d’interprétations diverses ظ : ا llee tteexxttee ppeeuutt êêttrree ssuujjeett àà pplluussiieeuurrss iinntteerrpprrééttaattiioonnss.. OOuu ll’’aauutthheennttiicciittéé ddee hhaaddiitthh ppeeuutt êêttrree mmiissee eenn ccaauussee.. Exemple : avec le verset qui correspond à l’ablution et le passage de la main sur la tête, plusieurs interprétations notamment à cause de la lettre (bi), (V6,S5). Par manque de textes sur un question donnée, c’est le savant qui va faire un effort intellectuel pour y répondre donc il est possible d’avoir plusieurs réponses. Exemple : pour le raccourcissement des prières lors d’un voyage, il y a plusieurs avis sur la distance. Ce type d’enseignement prend le terme « d’injonction équivoque ». 31 Causes de divergences entre les juristes 32
  27. 27. 17 Causes de divergences eennttrree lleess jjuurriisstteess - La langue arabe qui offre une multitude de sens: sens propre, figuré, usuel, légal, général, spécifique, etc. Cela induit donc une divergence linguistique entre les juristes dans le sens que l’un ou l’autre attribue au terme et en même temps une divergence dans la façon dont ils vont concevoir la règle de droit. - La grammaire arabe et son incidence sur les règles de droit. - La réception ou non d’un hadith, comme il peut s’agir de divergence dans la force ou dans la faiblesse de la voie de transmission d’un hadith jugé bon pour l’un, mais faible pour l’autre. - il y a celui qui choisi la règle du regroupement et l’autre la règle de la balance préférentielle 33 CCaauusseess ddee ddiivveerrggeenncceess eennttrree lleess jjuurriisstteess - Certains considèrent l’indication du texte catégorique ) طَ ا), d’autres la jugent conjecturale ( ظ ا), c à d un terme suggérant plusieurs sens à la fois. - Divergence dans les sources adoptées: les sources de Droit pris en considération par le juriste engendre des avis divergents. - L’évolution des modes de vie et les changements des systèmes gouvernementaux, donc, les facteurs sociologiques et géographiques interviennent dans la naissance d’un droit différent d’une région à une autre. Ces divergences sont devenues une science indépendante appelée: « فف67 مم اا '». Les divergences sont prise en considération par tous les juristes musulmans. 34
  28. 28. 18 La prière de vendredi dans les 4 écoles La prière de vendredi dans les 4 écoles Ecole: Hanafi Maliki Chafii Hanbali Obligatoire, en groupe, pour les hommes et facultative pour les femmes. Une prière de deux cycles précédée par un prêche . Aucune parole ne doit être prononcée pendant le prêche. L’interdiction de vendre ou d’acheter pendant la période de la prière. (commun entre les écoles) Temps début Après de zénith Après de zénith Après de zénith 20 minutes Après le levé du soleil Temps fin L’heure du Asr L’heure du Magrib L’heure du Asr L’heure du Asr Nombre 4 personnes 12 40 40 Langue Toutes les langues Arabe uniquement Arabe pour les arabes Arabe si possible Lieu Un lieu proche et ouvert au public Une mosquée uniquement Un lieu proche Un lieu proche Et c’est ainsi dans chaque détail de la pratique musulmane. 35

×