Les sciences du hadith

655 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
655
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
46
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les sciences du hadith

  1. 1. Introduction aux Sciences du Hadith - 1 - ___________________________________________________________________________ IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN AAUUXX SSCCIIEENNCCEESS DDUU HHAADDIIHHSS
  2. 2. Introduction aux Sciences du Hadith - 2 - ___________________________________________________________________________ I- Introduction générale ......................................................................................................5 I- Introduction générale ......................................................................................................5 (1) I – 1 La nécessité de la Sunna pour la compréhension du Coran .....................................5 I – 2 Quelque règles fondamentales pour l’interprétation des Hadit (2) .................................7 (4) II - Les premiers transmetteurs du hadîth ...........................................................................9 II – 1 Le principe de la vérification des informations ..........................................................9 II – 2 Les çahâba..............................................................................................................10 II - 3 Les tâbi'în ................................................................................................................11 II – 4 Les raisons de la prédominance de la transmission orale des hadîths........................12 II – 5 L'existence précoce d'écrits et de recueils individuels de hadîths..............................13 II – 6 La consignation écrite officielle des hadîths............................................................14 III Aperçu des principaux recueils de hadîths......................................................................17 III – 1 Du IIème - Vème siècle de l'hégire / VIIIè - XIè A.C.............................................17 III – 2 Les collections de recueils (à partir du VIè siècle /XIIè A.C ).................................17 IV Aperçu historique des sciences du normes du hadîth......................................................20 IV – 1 Sciences du hadith au 2ème siècle............................................................................20 IV – 2 Sciences du hadith au 3ème siècle............................................................................20 IV – 3 Sciences du hadith du 4ème siècle au 7ème siècle .....................................................20 IV – 4 Sciences du hadith du 7ème siècle au 10ème siècle ....................................................20 V - Notions premières..........................................................................................................22 1. Le hadith...............................................................................................................22 2. La Science des Normes du hadîth -........................................................................22 3. L'information traditionnelle - ......................................................................22 4. L'information traditionnelle au sens large - ...................................................22 5. La chaîne des transmetteurs - .....................................................................23 6. La chaîne de transmission - .........................................................................23 7. L'énoncé de l'information traditionnelle -
  3. 3. .....................................................23 8. La référence [al-mousnad] - .......................................................................23 9. Le rapporteur de chaîne de transmetteurs [al-mousnid]..........................................23 10. Le connaisseur du hadîth [al-mouhaddith] .........................................................23 11. L'érudit [al-hâfiz] ..............................................................................................23 12. L'autorité [al-hâkim]..........................................................................................24 13. Science du Hadîth .............................................................................................24 14. Science traitant des narrateurs du hadîth ['ilm rijâl Al-Hadîth]...........................24 15. Science dite de la Critique du Hadîth [Al-Jarh wa At-Ta'dîl] .............................24 16. Science des défauts du hadîth ['ilal Al-Hadîth] ..................................................24 17. Le hadith [Chadh] .............................................................................................24 VI - Traitement de l’information traditionnelle ....................................................................26 VI – 1 Division de l’information traditionnelle selon le mode de sa réception : ................26 VI – 2 Moutawâtir - Consécutif (ou notoire) .....................................................................26 VI – 3 Ahad - isolé ...........................................................................................................26 VI–3–1 Mach'Hour - célèbre (ou réputé).......................................................................26 VI–3–2 Aziz - rare, fort.................................................................................................26 VI–3–3 Gharib - étrange ...............................................................................................27 VII - L’information traditionnelle valide :.............................................................................27 VII - 1 Division de l’information valide...........................................................................27 VII - 2 Valide-sûr en lui même .........................................................................................27 VII - 3 Bon en lui même ...................................................................................................28 VII - 4 Valide-sûr par autre que lui ...................................................................................28
  4. 4. Introduction aux Sciences du Hadith - 3 - ___________________________________________________________________________ VII - 5 Bon par autre que lui .............................................................................................28 VII - 6 L’information traditionnelle unique valide, à validité suivie d’autres indices. ........29 VII - 7 Division de l’information traditionnelle valide selon qu’elle est exécutoire ou non29 VII- 7-1 Le Hadîth ayant directement force de et celui sujet à divergence loi [al-mouhkam wa al- motachabih]. ......................................................................................29 VII- 7- L’abrogeant et l’abrogé. ....................................................................................29 VIII - L’information traditionnelle irrecevable :....................................................................29 VIII-1 La faible [ad-da’îf] :...............................................................................................30 1. Définition : ...............................................................................................................30 VIII -2 L’irrecevable en raison d’un vide dans la chaîne des transmetteurs .......................31 VIII-2-1 Signification du manque dans la chaîne de transmetteurs [as-saqt min al-isnad] .....................................................................................................................................31 VIII-2-2 Les formes de manque : ..................................................................................31 1. Mou'allaq - arrêté, suspendu..................................................................................31 2. Moursal - altéré.....................................................................................................31 3. Mou'adal - défaillant .............................................................................................32 4. Mounqati' – cassé, discontinu................................................................................32 VIII -3 L’irrecevable en raison d’un défaut imputé au transmetteur...................................33 VIII – Références .................................................................................................................37
  5. 5. Introduction aux Sciences du Hadith - 4 - ___________________________________________________________________________ 1ére 111ééérrreee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee :: IIIINNNNTTTTRRRROOOODDDDUUUUCCCCTTTTIIIIOOOONNNN GGGGEEEERRRREEEERRRRAAAALLLLEEEE
  6. 6. Introduction aux Sciences du Hadith - 5 - ___________________________________________________________________________ I- Introduction générale Louange à Allah qui a doté la communauté islamique de savants qui ont réfuté et continuent à réfuter ces doutes. Nous ne devons guère oublier qu'Allah Le Très Haut, par Sa Grâce, a garanti la protection de Sa religion en préservant la révélation sainte comme il le dit dans le Coran : « Nous avons fait descendre le rappel (la révélation) et c'est Nous qui en sommes les gardiens ». (s15/v9). Sachons que cette révélation est composée de deux parties : Le Coran et la Sunna. Il est faux de croire qu'Allah a protégé le Coran mais pas la Sunna. Car le premier ne peut être compris et mis en pratique que par l'intermédiaire du second. C'est pourquoi tous les domaines de la religion comme le dogme (âqida), le culte (îbada), la jurisprudence (ah-kam), les relations (moâmalat) familiales, sociales, commerciales, sont basées sur ces deux sources. L'une des spécificités de la communauté musulmane par laquelle elle se différencie des autres religions est la chaîne de transmission (isnad) des textes religieux venant de la tradition prophétique. Sans celle-ci, n'importe qui pourrait attribuer au Prophète (saw) ce qu'il voudrait comme l'a souligné L'Imam Moslim dans l'introduction de son recueil. Il est désolant de constater qu'un grand nombre d'ouvrages, traduits ou composés en langue française ont totalement ou partiellement négligé la vérification du degré d'authenticité du hadith qu'ils rapportent, comparable en cela au ramasseur de bois la nuit, qui ne distingue pas ce qu'il ramasse. Tout cela parce que la communauté n'accorde plus d'importance à cette distinction. C'est pourquoi... nous souhaitons contribuer à la prise de conscience, par les musulmans, de l'importance de vérifier l'authenticité des hadith avant de les citer ou de les mettre en pratique. Il faut également être attentif au fait que beaucoup de livres traitant des questions de religion sont vendus dans un but uniquement commercial et sont dénués de cette qualité. Tout chercher avisé peut constater que les bases et fondements essentiels de la Science de la Relation et de la Transmission des informations traditionnelles se trouvent dans le Coran et la Tradition prophétique (Sunna). Ainsi dans le Coran : « Vous qui avez cru, si un pervers venait à vous apporter une nouvelle, alors vérifier(- la) » .Quant à la Sunna, le Prophète (bénédiction et salut de Dieu sur Lui) : a dit : « Dieu agrée un homme qui nous a entendu dire quelque chose et l’a transmis comme il l’a entendu. Car il se peut souvent, ce que celui à qui l’on transmette saisisse mieux que celui qui a entendu » At-Trmîdhi (Bon-valide sûr). Et dans une autre relation du Hadith : « ..Car il se peut souvent que le porteur de connaissance religieuse transmette à qui est plus savant que lui et, souvent, le porteur de connaissance ne soit pas savant » I – 1 La nécessité de la Sunna pour la compréhension du Coran (1) Allâh ( ) a dit à Son Prophète ( ): {Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent.} (16/44)
  7. 7. Introduction aux Sciences du Hadith - 6 - ___________________________________________________________________________ Le Prophète ( ) s'est élevé à cette tâche, expliquant la révélation par ses paroles, ses actes et ses acquiescements, de manière claire et explicite. C'est ce qu'on appel la sounna. Il est obligatoire pour tout musulman de ne pas faire de différence entre le Coran et la Sunna, c'est à dire de puiser des deux et bâtir des règles de législation en se basant sur ces deux et c'est cela l'assurance pour qu'il ne penche pas de droite à gauche et qu'il ne s'égare pas et cela conformément à la parole du Messager d'Allah (saw) qui dit : « Je vous laisse deux choses, vous ne vous égarerez jamais si vous vous y cramponnez : Le Livre d'Allah et ma Sunna. Et ils ne se sépareront jamais jusqu'à ce que me soit présenté le Hawd » Exemple 1 Allah Taâla dit : « Ceux qui ont cru et n'ont point troublé la pureté de leur foi par quelque injustice, ceux-là ont la sécurité et ce sont eux les biens guidés ». (s6/v82) A la révélation de ce verset, les Compagnons furent troublés et dirent au Prophète (saw) :Ô Messager d'Allah ! Qui d'entre nous ne commet pas d'injustice ?. Le Prophète (saw) répondit :Ce n'est pas cela dont il est question ici, l'injustice c'est le Chirk (le polythéisme) n'avez vous pas entendu ce que Loqman a dit En vérité l'Association est vraiment une injustice énorme. (s31/v13) Note Aceiweb : Sans ce hadith, comment auriez vous compris le mot Injustice cité dans le verset du Coran ? Exemple 2 Allah Sobhana Houwa Taâla a dit : « Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la Salat, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l'épreuve »(s4/v101) Il est clair que dans ce verset que c'est la crainte qui est la cause du raccourcissement de la Salat. Quelques compagnons demandèrent au Prophète (saw) : « Pourquoi devons nous raccourcir notre Salat alors que nous sommes en sécurité ? » Il répondit « C'est une aumône d'Allah, dont Allah vous fait part alors acceptez la ». Note Aceiweb : Sans ce hadith, comment aurions nous pu deviner que le raccourcissement de la Salat n'est pas lié uniquement à la crainte mais que même en étant en sécurité le raccourcissement nous est permis. Il incombe de rajouter que la Sunna qui a son importance dans la législation, c'est uniquement la Sunna authentique connue chez les savants du hadith. Non pas celle qui se trouve dans certains livres d'interprétation du Coran, de jurisprudence...car ils contiennent pleins de hadiths faibles et inventés. Il incombe donc aux gens de science, d'autant plus qu'ils font partie de ceux qui enseignent et donnent des fatwas de ne pas s'argumenter d'un hadith sans s'assurer de son authenticité.
  8. 8. Introduction aux Sciences du Hadith - 7 - ___________________________________________________________________________ I – 2 Quelque règles fondamentales pour l’interprétation des Hadit (2) S'aventurer à expliquer et à commenter un hadith est tout aussi grave que s'essayer à dégager le sens d'un verset coranique sans en avoir la science nécessaire. Mais beaucoup de gens inconscients ou vicieux continuent de nos jours à se livrer à ce jeux périlleux. Ils ont eu une lecture qui a altéré le sens du texte et les a conduit, ce faisant, à une application hasardeuse et infondée de l'Islam. Ils ont causé ainsi des séditions au sein même de la communauté musulmane, terni l'image de l'Islam et donné aux détracteurs de notre religion l'occasion rêvée de tenter de la discréditer en s'appuyant sur la pratique des musulmans eux-mêmes. Voici quelques règles fondamentales dans la compréhension de la Sunna : 1. les connaissances des finalités de la législation islamique 2. les Textes de la législation islamique forment un tout indivisible et harmonieux, car ils proviennent tous de la même source, à savoir la Révélation. Ainsi, la compréhension d'un texte doit se faire à la lumière des autres textes traitant de la même question, car les textes ne s'opposent pas et ne se contredisent point. Ainsi la Sunna doit être comprise à la lumière du Coran. 3. En cas d'opposition entre un hadith authentique et un hadith faible, c'est le premier qui est pris en considération et il n'est aucunement fait cas du second. 4. Exposer les textes équivoques (mutachabih) aux textes explicites (muhkam) et s'en tenir en dernier lieu aux textes dont l'authenticité et la signification sont indiscutables (Qari'ya). 5. Connaître les causes de l'émission et les circonstances du hadith.
  9. 9. Introduction aux Sciences du Hadith - 8 - ___________________________________________________________________________ 2èèèèmmmmeeee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee NNNNaaaaiiiissssssssaaaannnncccceeee ddddeeee llllaaaa sssscccciiiieeeennnncccceeee dddduuuu HHHHaaaaddddiiiitttthhhh eeeetttt ssssoooonnnn éééévvvvoooolllluuuuttttiiiioooonnnn
  10. 10. Introduction aux Sciences du Hadith - 9 - ___________________________________________________________________________ (3) II - Les premiers transmetteurs du hadîth II – 1 Le principe de la vérification des informations Tout chercheur avisé peut constater que les bases et fondements essentiels de la Science de la Révélation et de la Transmission des informations traditionnelles se trouvent dans le Livre auguste de la Tradition prophétique [sounna]. Ainsi, dans le noble Coran: {ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait.} (49/6) Quand à la sunnah, on peut y relever le dire du Prophète ( ): « Allah agrée un homme qui nous a entendu dire quelque chose et l'a transmis comme il l'a entendu. Car il se peut souvent, que celui à qui l'on transmette saisisse mieux que celui qui a entendu » At Tirmîdhi Et dans une autre relation du hadith: « ...Car il se peut souvent que le porteur de connaissance religieuse transmette à qui est plus savant que lui et que souvent, le porteur de connaissance ne soit pas savant » At Tirmîdhi, Aboû Dâwoûd, Ibn Mâjah et Ahmad Ainsi, dans ce noble verset et cet illustre hadith, figure le principe de la vérification des informations, comment les traiter avec vigilance, les comprendre, et la précision dans leur transmission à autrui. A partir de ce commandement, venant d'Allah, le Très Haut, et son Prophète , les Compagnons () vérifiaient scrupuleusement la transmission de la sincérité du transmetteur. De là, se présenta la question de la chaîne des transmetteurs et son importance en regard de l'acceptation du Sahîh de Mouslim, d'après Ibn Sîrîn, son propos suivant: Avant, ils ne posaient pas de questions sur la chaîne des transmetteurs [isnâd], mais lorsque l'épreuve corruptrice [fitna] apparut, ils dirent alors: Nommez-nous vos hommes (transmetteurs de l'information). S'il s'agissait des gens de la sounnah, on acceptait leur hadith ; s'il s'agissait de gens de l'innovation religieuse, alors on ne prenait pas leur hadîth en considération. (introduction du Sahih de Mouslim) De plus, comme l'information ne pouvait être acceptée qu'après la connaissance de sa chaîne de transmission, apparut alors la Science de la critique et de l'agrément [jarh wa ta'dîl] des transmetteurs, la connaissance des chaînes continues ou interrompues, des défauts subtils. Ainsi, on commença à émettre des réserves sur quelques transmetteurs, mais à une faible proportion, car rares étaient les rapporteurs désavoués en ces temps premiers. Ensuite, les savants approfondirent ce domaine, au point que se multiplièrent les Sciences ayant trait au hadith et sa maîtrise, comment le transmettre et le rapporter, l'abrogeant de l'abrogé, celui à caractère singulier, etc. Cependant, tout cela était traité oralement par les savants.
  11. 11. Introduction aux Sciences du Hadith - 10 - ___________________________________________________________________________ II – 2 Les çahâba Ceux qui ont compilé, codifié et transmis les paroles, les actes et les autres incidents dans la vie du Prophète Mohammed (saw) connus comme les Narrateurs des traditions, furent les compagnons du Prophète (saw) lui-même, leurs fils et leurs descendants qui vécurent jusqu'au quatrième siècle de l'hégire. Une fois que tous ces récits furent consignés par écrit, on procéda aussi à la rédaction de la biographie de tous les narrateurs ou autres personnes qui ont eu quelque lien avec la transmission de ces Traditions du Prophète (saw). Toute cette compilation encyclopédique - environ 100 000 esquisses biographiques- est connue sous le nom de : « Asmâ-Ur-Rijâl ». Le Docteur A. Springer, le célèbre savant allemand qui fût intimement lié aux activités littéraires de la société asiatique du Bengale jusqu'à 1854, et, qui publia, entre autres, « al- Maghâzi » d'al-Wâqidî, et « Al-Içâbah-fî-Tamyîz-is-Sahâbah », un recueil des compagnons du Prophète (saw) d'al-Hâfidh Ibn Hajar, souligne dans son introduction de « Al-Içâbah », l'exploit sans précédent dans la domaine de l'historiographie chez les musulmans. Il a écrit : « La gloire de la littérature chez les musulmans réside dans sa biographie littéraire. Il n'existe aucun peuple, qui, comme eux, a pendant douze siècles rédigé les récits de la vie de chaque homme de lettres. Si on faisait un recueil des récits biographiques des Musulmans, nous aurions probablement les biographies d'un demi millions d'hommes qui se sont distingués dans leurs domaines respectifs ; aussi verra-t-on qu'il n'y aurait pas une seule décennie, de leur histoire, ni un endroit important qui n'y trouverait pas sa place ». Le Prophète (saw) accompli son dernier pélerinage- le Pèlerinage d'Adieu- en compagnie de plus de 100 000 compagnons. L'histoire a enregistré les biographies d'environ 11 000 de ces compagnons qui ont transmis quelques hadîths aux autres. Le fait d'avoir transmis un hadîth leur a valu une mention dans l'histoire écrite. Le Saint Prophète (saw) quitta ce monde en l'an 11(A.H)/ 632 (A.C) alors que les vétérans parmi les compagnons vécurent jusque l'an 40 (A.H) / 660 (A.C). A cette époque il se trouvait encore parmi eux grand nombre de jeunes compagnons. Vers la fin du premier siècle A.H (Après l'Hégire), cependant, presque tous avaient quitté ce bas-monde. Voici les noms de ceux qui furent les derniers à rendre l'âme en différents endroits du monde islamique Nom Lieu de décès Année A.H / A.C Aboû Umâma-l-Bâhilî Syrie 86 /705 Abdallâh ibnou-l-Hârith Egypte 86 /705 Abdallâh ibn Abî Awfâ Al-Koûfah (Irak) 87 / 706 as-Sâ-ib ibn Yazîd Médine 91 / 709 Anas ibn Mâlik Al-Baçrah (Irak) 93 / 711 Anas ibn Mâlik qui fut le dernier des compagnons à être rappelé vers le Créateur, était le serviteur personnel du Prophète (saw) pendant dix ans à Médine.
  12. 12. Introduction aux Sciences du Hadith - 11 - ___________________________________________________________________________ II - 3 Les tâbi'în La période des successeurs des compagnons- connus sous le nom de Tâbi'în, commença en fait depuis l'émigration du Prophète (saw) Ils étaient les personnes qui avaient vu le Prophète et ont conversé avec quelques compagnons, mais non pas avec le Prophète (saw) lui-même. Beaucoup d'entre eux étaient déjà nés quand le Prophète (saw) était encore en vie ; Mais, étant trop jeune ou loin de Médine, ils n'ont pas partagé la compagnie du Prophète (saw) Abdurrahman ibnou-l Hârith naquit en 3 A.H / 624 A.C ; Qais ibn Abî Hâzim en 4 A.H / 625 A.C et Sa'îd ibn Mus'ab en 5 A.H / 626 A.C. Plusieurs autres, comme eux, sont considérés comme les disciples des compagnons. Ils s'étaient dispersés à travers les territoires, alors que les frontières islamiques s'élargissaient. Ils s'étaient installés dans les coins les plus reculés, enseignant et prêchant la religion islamique et les pratiques du Prophète (saw). Ils étaient très nombreux, car à Médine seulement, il y en avait 139 qui ont appris aux pieds des vétérans compagnons du Prophète (saw) , et 129 de plus qui ont appris les traditions de plusieurs compagnons autres que les vétérans, alors que 87 ont glané des informations sur le Prophète (saw) d'un ou deux de ses compagnons seulement. Il y avait donc, 335 de ces Tâbi'ine à Médine seulement, d'après un récit de Ibn Sa'd. Tous les autres se trouvaient dispersés à la Mecque, à Taif, à Basra, à Kufa, à Damas, au Yémen et en Egypte, propageant et disséminant la parole d'Allah et celle de son Prophète (saw) . Si nous supposons que chaque compagnon ait transmis à ses disciples, au moins, quelques hadîth, qui furent tous classifiés et compilés plus tard, que d'innombrables récits avaient du être notés en ce temps là ! Cependant, le nombre de traditions transmises par quelques uns des compagnons du Prophète (saw) , que vous trouverez dans le tableau ci-dessous, vous donnera une idée plus exacte du grand nombre de ces récits. Nom du compagnon Nombre de traditions ( hadîth ) Aboû Houreira ( mort en 59 / 678 ) 5374 Abdallâh ibn Abbas ( m. 68 / 687 ) 2660 Aïcha ( m. 58 / 677 ) 2220 Abdallâh ibn Omar ( m. 73 / 692 ) 1630 Jâbir ibn Abdallâh ( m. 78 / 697 ) 1560 Anas ibn Malik ( m. 93 / 711 ) 1266 Aboû Saïd Al Khudri ( m. 74 / 693 ) 1170 Ces nobles compagnons vécurent assez longtemps après la mort du Prophète (saw), pour propager toute leur science à un grand nombre de personnes. C'était l'époque où la connaissance des Traditions du Prophète (saw) jouissait de la plus haute estime et du patronage de la société, garantissant une position honorable dans les cercles religieux aussi bien que mondains. Des milliers de compagnons se conformaient ainsi aux paroles de leur Maître bien-aimé qui dit : « Propagez tout ce que vous entendez de moi », et
  13. 13. Introduction aux Sciences du Hadith - 12 - ___________________________________________________________________________ « Apprenez à ceux qui ne sont pas présents tout ce que vous entendez de moi et ce que vous me voyez faire » Ils considéraient cela comme un devoir et s'employaient à transmettre d'instruire leurs progénitures, amis et connaissances dur les enseignements du Prophète (saw). Avant que cette génération eût disparu, cette ardente soif de connaissance et cette sollicitude qu'elle avait éveillée amenèrent dans son sillage d'étudiants et de savants débordant de zèle et d'enthousiasme, avides de préserver ce précieux trésor que leurs prédécesseurs leur avaient légué. II – 4 Les raisons de la prédominance de la transmission orale des hadîths La méthode d'enseignement, à cette époque, consistait à apprendre par coeur chaque mot et à le répéter devant l'enseignant, qui à son tour, devait s'assurer que l'élève a bien su avant que celui-ci puisse se permettre d'enseigner aux autres. Le Prophète (saw), tout en insistant sur la propagation de ses paroles et ses actes, a également prévenu : « Celui qui, à dessein, déforme mes enseignements ou propage des faussetés est condamné à la perdition » On rapporte que certains des éminents compagnons et savants érudits, tremblaient de tout leur corps de crainte de commettre une faute en récitant un hadîth et encourent, de ce fait, la colère éternelle de Dieu. Abdallâh ibn Mas'ûd était si prudent qu'une fois, lorsqu'il rapportait quelque chose à propos du Prophète (saw), sa figure devint pâle comme la mort et il s'empressait d'ajouter : « Le Prophète (saw) l'avait dit ainsi ou dans ce sens. » Une mémoire solide était pour les Arabes un don de Dieu. Ils avaient l'habitude de retenir des centaines de vers chantant les éloges de leurs tribus, leurs ancêtres et même leurs chevaux de bonne souche. Comme toute autre faculté de l'homme une mémoire tenace se développe par un usage constant. Les compagnons et leurs successeurs, qui étaient avides de retenir le plus petit détail se rapportant au Prophète (saw), avaient développé cette faculté au plus haut degré de perfection. Ils avaient l'habitude d'apprendre par coeur chaque parole, chaque action, chaque événement de la vie du Prophète (saw) avec le même soin méticuleux par lequel les musulmans, de nos jours, apprennent le Coran. Chaque Narrateur pouvait répéter, mot par mot, des dizaines de milliers de traditions. Quoiqu'ils les rédigeaient parfois par écrit, ils ne pouvaient prétendre mériter le respect des autres, aussi longtemps qu'ils ne les récitaient pas de mémoire. D'ailleurs, le recours aux notes était considéré comme le témoignage d'une mémoire défaillante et pourrait discréditer le savant, on ne réservait ordinairement de telles annotations que pour son usage personnel. Les raisons sont multiples pour expliquer l'hésitation des compagnons à consigner en écrit les traditions du Prophète (saw) au début même de sa mission. 1. Première raison. Le Prophète (saw), aux premiers jours de sa mission, avait défendu qu'on écrive quoique ce soit sauf la parole sacrée d'Allah. On rapporte que le Prophète (saw) avait dit à ses compagnons :
  14. 14. Introduction aux Sciences du Hadith - 13 - ___________________________________________________________________________ « N'écrivez rien qui vient de moi sauf le Coran » Cet ordre était destiné à l'homme ordinaire pour éviter que les révélations se confondent avec les traditions. Mais plus tard, lorsque la révélation était sur le point de cesser et le peuple eut appris à distinguer entre les deux, le Prophète (saw) permis aux compagnons d'écrire ce qu'ils entendaient de lui. Il y avait cependant des compagnons qui, par excès de prudence, s'abstenaient toujours d'écrire, fût- ce une seule tradition, de crainte de commettre une faute et encourir ainsi le déplaisir du Prophète (saw) 2. Deuxième raison. Les Arabes dédaignaient d'écrire tout ce qui devaient être appris par coeur. Quelques-uns des compagnons étaient d'avis que, du moment que les traditions du Prophète (saw) auraient été rédigées en écrit, les gens abandonneraient la pratique de les apprendre par coeur. Selon eux, l'habitude d'écrire rendait les gens indolents, car à tout moment ils ne feraient que consulter leurs notes. Cette crainte n'était pas entièrement injustifiée, puisque nous voyons qu'à mesure que les annotations des traditions augmentaient, les érudits en abandonnaient graduellement la mémorisation. Avec le temps, leur transcription écrite ne constitua cependant nullement un obstacle à l'érudition. 3. Troisième raison. Les Arabes n'aiment pas écrire quelque chose et puis l'apprendre par coeur. Selon eux, c'est signe d'une mémoire courte. Pour cette raison, s'ils devaient écrire quelque chose, ils essayaient toujours de le dissimuler. Les premiers érudits étaient d'avis que, tout ce qui est gravé dans le coeur était plus en sécurité et plus durable, que ce qui est écrit. Ils pensaient qu'un texte écrit était toujours exposé aux risques d'interpolation et de destruction tandis que ce qui est renfermé dans la mémoire de l'homme se trouve hors de la portée de tout intrus. Toutefois, il est inexact d'affirmer que les récits ayant trait aux enseignements, à la vie et à la conduite du Prophète (saw) furent transmis uniquement par voie orale pendant les 90 ou 100 premières années, comme les orientalistes le prétendent. Cette idée erronée est attribuée au fait que « Al-Mouwatta » de l'Imam Mâlik ( mort en 179 A.H / 795 A.C ) est généralement considéré comme la première compilation de hadîth. II – 5 L'existence précoce d'écrits et de recueils individuels de hadîths Plusieurs récits se rapportant aux paroles du Prophète (saw), aux événements et incidents le concernant, avaient été compilés de son vivant même. Lors de la prise pacifique de la Mecque, le saint Prophète (saw) avait fait un sermon. Al- Boukhâri et d'autres auteurs des traditions ont rapporté qu'à la requête d'un compagnon venant du Yémen, du nom d'Abî Shâh, le Prophète (saw) avait fait rédiger le sermon en écrit. On rapporte qu'Aboû Houreira avait dit une fois que personne, sauf Abdallah ibn Al As, ne possédait un plus grand recueil de hadîth que lui. La raison était que Abdallâh ibn Al As écrivait tout ce qu'il entendait du Prophète (saw), alors qu'Aboû Houreira ne le faisait pas.
  15. 15. Introduction aux Sciences du Hadith - 14 - ___________________________________________________________________________ Un autre hadîth rapporté dans «As-Sunan» d'Aboû-Daoûd et dans « al-Musnad» d'Ibn Hanbal dit que Abdallâh ibn Amr avait, en une occasion, cessé d'écrire tout ce qu'on entendait du Prophète (saw) parce que celui-ci pouvait être d'humeur différente en différentes occasions : heureux ou mécontent, et que ses remarques en de telles occasions pouvaient ne pas s'appliquer à ceux qui n'étaient pas présents. Plus tard, Abdallâh ibn Amr souleva la question avec le Prophète (saw), qui, indiquant ses lèvres, répondit : « Vous pouvez écrire. Tout ce qui sort de ces lèvres est juste et correct. » L'honneur d'avoir transmis le plus grand nombre de tradition parmi les compagnons revient à Aboû Houreira. Un de ses disciples Hammâm ibn Munnabih compila un recueil de traditions apprises de son maître. Ce recueil a pour titre « Sahîfat Hammâm » et fut incorporé dans le second volume du «al-Musnad » d'Ibn Hanbal (p. 312-318). Hammâm naquit en 50 A.H / 670 A.C et mourut en 124 A.H / 741 A.C. De descendance Qureishite, il fut un brillant et diligent étudiant, et des soins minutieux qu'il prenait pour réunir tout ce qui concerne le Prophète (saw), ses collègues peuvent en témoigner. On raconte qu'il approcha chaque Ançarite de Médine et lui demanda de lui faire le récit de tout événement ou incident qu'il connaissait ayant trait au Prophète (saw). Ainsi, il put mettre en écrit des récits complets avec les noms de leurs narrateurs après les avoir soigneusement vérifiés. C'était l'époque où un grand nombre des compagnons était encore en vie, et il profita pleinement de leur savoir. Aussi, il avait lui-même beaucoup de disciples à qui il dicta les traditions. L'impression générale - d'ailleurs erronée- qui existe chez beaucoup de gens pas très entendus à cette science, surtout parmi les orientalistes, est que la compilation des ouvrages de hadîths a commencé au cours du deuxième siècle de l'ère Islamique puisque concluent-ils, ce sont les Tâbi'ine (les fils et successeurs des compagnons) qui ont initié la littérature du hadîth et les compagnons étaient encore en vie vers la fin du premier siècle. Cela est loin de la vérité. Les Tâbi'ine, s'ils n'avaient pas eu l'occasion d'être en compagnie du Prophète (saw), avaient cependant conversé et étaient intimement liés aux compagnons du Prophète (saw). Comme nous l'avons déjà dit, l'expression « Tâbi'ine » s'applique également à ceux qui naquirent durant l'existence du Prophète (saw) mais étaient soit trop jeunes, soit trop loin pour être en la compagnie du Prophète (saw), et à ceux qui virent le jour juste après la mort du Prophète (saw). Ainsi toute personne née aux environs de l'an 11 A.H, quand le Prophète (saw) quitta ce bas-monde, fait partis des Tâbi'ine. L'ère des Tâbi'ine, donc, commence immédiatement après le départ du Prophète (saw) de ce monde en l'an 11 A.H, ou même avant, mais non un siècle après. C'est aussi faux de dire que les Tâbi'ine ont commencé la compilation du hadîth un siècle après que tous les compagnons eurent quitté ce monde. La période s'étalant de la mort du Prophète (saw) jusqu'à la fin du premier siècle de l'Hégire est certes contiguë à la période des Tâbi'ine, et personne ne pourra prétendre à cet honneur après que tous les compagnons du Prophète (saw) eurent quitté ce monde. Ce serait vraiment une grave erreur de dire que la compilation du hadîth commença un siècle après la mort du saint Prophète (saw) II – 6 La consignation écrite officielle des hadîths C'est sous le règne du calife Omar ibn Abdel'Aziz que le hadîth va connaître, pour la première fois, un travail d'assemblage relativement comparable à l'oeuvre dont le Coran avait été l'objet sous le califat d'Aboû-Bakr. Le Calife Omar ibn Abdel'Aziz qui mourut en l'an 101 A.H / 719 A.C, fut un brillant érudit et avait été le gouverneur de Médine avant d'être nommé Calife en 99 A.H / 717 A.C.
  16. 16. Introduction aux Sciences du Hadith - 15 - ___________________________________________________________________________ Aussitôt après son accession au Califat, il envoyât un édit à al-Qâdhî Aboû-Bakr ibn Muhammad ibn Amr ibn Hazm Al-Ansari (m.117 A.H / 735 A.C) disant : « Commencez à compiler les traditions du Prophète (saw) car je crains qu'elles ne se perdent graduellement ». L'ordre de Omar ibn Abdel'Azîz , mentionnée dans la « Tabaqât » d'al-Boukhâri, « Al Mouwatta » de l'Imam Malik et le « al-Musnad » de Dârimî, fut exécuté par al-Qâdhî Aboû- Bakr qui réunit tous les récits qu'il pouvait trouver et les soumit au Calife. Des exemplaires de cet ouvrage furent envoyés dans toutes les capitales à travers l'empire islamique. Al-Qâdhî Aboû Bakr fut spécialement choisi pour cette oeuvre car il était le Qâdhî (juge)à Médine. Une autre raison de plus pour le choix de al-Qâdhî Aboû-Bakr était le fait que la soeur de sa mère, 'Amra, était la disciple de Aïcha, l'épouse du Prophète (saw). Donc, tout ce que 'Amra avait appris de son vénérable guide, avait été consigné en écrit par al-Qâdhî Aboû-Bakr. C'est pour cette raison que le Calife Omar ibn Abd Al Aziz lui avait demandé de porter une attention particulière à la classification des traditions transmises par Aïcha. Cette oeuvre marque la première tentative officielle d'assemblage des hadîths qui serait relativement comparable à l'assemblage du Coran sous le règne du calife Aboû Bakr. Elle fut précédée par une tentative du 2ème calife Omar Ibnou-l Khattâb, qui lui aussi avait envisagé de faire rédiger les traditions du Prophète (saw), mais finalement, il revînt sur sa décision craignant que cela puisse être considéré comme une innovation. La période durant laquelle les traditions du Prophète (saw) et les données historiques s'y référant, furent réunies et compilées, peut être divisée en trois parties. ¤ La 1ère comprend la période durant laquelle les traditions furent notées par les compagnons ayant directement accès à ces informations ou étant eux-mêmes témoins de ce qu'ils écrivaient. Cette période s'étend plus ou moins jusque la fin du premier siècle de l'Hégire ¤ La 2ème comprend la période pendant laquelle les gens se mirent à rédiger les traditions en se renseignant auprès de ces compagnons qui avaient été témoins et qui avaient eu directement ces informations. Elle s'étend jusqu'à 150 A.H. ¤ Finalement la 3ème partie est la période où, la rédaction du hadîth qui existe aujourd'hui, fut entrepris. Cette période s'étend jusqu'aux premières décades du 4ème siècle Ainsi la première phase coïncide avec l'époque des compagnons et les vieux Tâbi'ine, la deuxième avec celle des jeunes Tâbi'ine et la troisième comprend cette période où les érudits tels que Muhammad ibn Ismaïl Al-Boukhâri, Moslim ibn Hajjâj al-Qushairi, Muhammad ibn Îssa-t-Tirmidhî et Ahmad ibn Muhammad ibn Hanbal rédigeaient leurs oeuvres après avoir réuni tout le matériel disponible. Les compilations du hadîth de la deuxième phase existent encore et constituent le matériel le plus précieux, le plus authentique et le plus digne de foi que l'histoire ait jamais possédé. Aucune autre documentation historique sur des événements du passé existant aujourd'hui n'a été si méthodiquement et si soigneusement rédigé que le hadîth. Le grand érudit feu Shibli, qui fut aussi un historien de grande réputation, disait que presque chaque peuple avait eu à consigner ses traditions orales en écrit très souvent des siècles après que ces événements eurent lieu pour le besoin de son histoire.
  17. 17. Introduction aux Sciences du Hadith - 16 - ___________________________________________________________________________ Ce qu'ils faisaient d'ordinaire dans presque chaque cas, c'était de noter tout bavardage insignifiant sans se soucier de la vérité ou de la source de ces histoires. Ensuite les historiens procédaient au tri et au choix des événements probables en éliminant ceux qu'ils jugeaient inauthentique. Voilà comment l'histoire de chaque peuple a été écrite. Les anciennes annales des peuples européens n'échappent pas à cette règle. Le critère établi par les musulmans pour s'assurer de l'authenticité historique des faits était beaucoup plus sévère. Le narrateur initial dans une chaîne de narrateurs devait obligatoirement être un témoin oculaire de l'événement qu'il transmettait. Le caractère et les antécédents de chaque narrateur de la chaîne devraient être aussi examiné à la loupe. Ainsi les savants devaient être satisfaits du haut niveau de la conduite morale, de l'intelligence et de la confiance qu'inspire chaque narrateur de la chaîne avant d'accepter une tradition comme authentique. C'était sans doute une tâche herculéenne, que de chercher tous ces détails sur chacun des centaines des milliers de personnes qui formèrent la chaîne dans la transmission des hadîths. Les savants, cependant, se dévouèrent corps et âme à toute personne ayant quelque lien avec le narrateur d'un hadîth fut-il le narrateur d'un hadîth pour prendre tous les renseignements nécessaires, et s'assurer de la solidité de la chaîne dans la transmission des hadîths. Et c'est ainsi que pris naissance la science dite : « Asma Ur Rijal » ou le dictionnaire des biographies qui fait la lumière sur au moins 100 000 personnes ayant un lien quelconque avec la transmission des traditions du Prophète (saw). Des règles furent aussi formulées pour passer au crible et évaluer les récits transmis par les narrateurs. Les savants se montrèrent si francs et honnêtes dans leurs décisions et verdicts que leur efforts et leurs travaux constituent un glorieux chapitre de l'histoire islamique. Parmi, les narrateurs de traditions, il se trouvait aussi des rois et des puissants potentats qui régnaient d'une main de fer, mais les savants et les érudits en matière de hadîth, imbus de la foi et, ignorant la frayeur, leur accordèrent à chacun la place et le mérite qui leur étaient dus en vertu de leur caractère personnel, leur piété, leur intégrité et autres qualités. L'imâm Wakî', un compilateur des traditions, dont le père était à la tête du trésor publique, n'acceptait les transmissions de son père que quand il avait trouvé un narrateur digne de foi pour les étayer; sinon, il les rejetait. Mou'âdh ibn Mou'âdh rendit un jour visite à Mass'oûdî, un autre savant en l'an 154 A.H / 770 A.C. Alors que celui-ci rapportait des hadîth, il consultait ses notes écrites. Là-dessus, Mou'âdh n'eut plus confiance en lui, en raison de sa faible mémoire, et sans hésitation, il déclara que Mass'oûdî n'était pas digne de confiance. En une autre occasion, on offrit à Mou'âdh ibn Mou'âdh 10 000 dinars en or simplement pour s'abstenir de donner son témoignage au sujet de la probité d'une certaine personne. Il rejeta avec dédain cette offre en disant : « Je ne saurai jamais cacher la vérité » Existe-t-il un tel exemple de candeur et de probité dans les annales d'un autre peuple ? Aussi étrange que cela puisse paraître, toute cette accumulation de matériel d'envergure encyclopédique, comprenant de récits jugés corrects ou incorrects, authentiques ou faux par les savants qui acceptent les uns et rejettent les autres, tout cela est à notre disposition, même aujourd'hui, pour être triés et évalués selon les principes et les règles établies pour leur vérification.
  18. 18. Introduction aux Sciences du Hadith - 17 - ___________________________________________________________________________ III Aperçu des principaux recueils de hadîths III – 1 Du IIème - Vème siècle de l'hégire / VIIIè - XIè A.C Le premier assemblage officiel s'est fait, rappelons-le, sous la demande de Omar ibn Abdelaziz (8ème souverain omeyyade, c'est- à- dire depuis la mort d'Ali ). Son règne ne dura que deux ans ( 99 -101 de l'hégire / 717-719 A.C). C'est un tabi'î, petit-fils du calife Omar; Il est qualifié de « cinquième calife guidé » pour la piété et la justice qui marqua sa politique. Craignant la disparition ou l'oubli du hadîth, il demanda au gouverneur de Médine, ville du Prophète (saw) et donc lieu de sa tradition, d'inviter les savants à collecter les hadîths. C'est az-Zouhrî (mort en 124 / 741), un savant érudit de Médine, qui se chargea de la tâche et compila le premier recueil officiel, dont on n'a de traces pour le moment que les témoignages des historiens et traditionalistes des premiers siècles de l'islam. Les recueils se sont ensuite succédés : Une quinzaine qui remonte au deuxième siècle de l'hégire / 8è A.C dont cinq environ sont publiés. Le plus célèbre est le Mouatta de Mâlik mort en 179 / 795 (cf. tableau ci-joint). Une trentaine de recueils, environ, remonte au troisième siècle de l'hégire / 9è A.C , dont au moins la moitié est publiée. Parmi eux figurent les six références célèbres à savoir les deux « çahîh » d'al- Boukhâri et de Moslim et les quatre appelés « Sounan » d'Aboû Daoûd, at- Tirmidhi, an-Nassâi et ibn Mâjah (cf. tableau). Environ une autre quinzaine, remonte au quatrième siècle / 10è A.C, Et quelques recueils remontent, enfin, au cinquième siècle de l'hégire / 11è A.C La seule caractéristique commune à l'ensemble des recueils de cette période de l'histoire du hadîth est l'existence de la chaîne des transmetteurs. Même les compilateurs du Ve siècle, qui sont relativement éloignés de l'époque du Prophète (saw), citaient pour chaque hadîth de leurs recueils tous les rapporteurs qui le font remonter jusqu'au Prophète (saw). III – 2 Les collections de recueils (à partir du VIè siècle /XIIè A.C ) A partir du VIème siècle, c'est un travail de grandes collections de hadîths qui va être entamé. Les spécialistes de hadîths vont se pencher sur les recueils précédents, comptant d'un à plusieurs milliers de hadîths. Leur objectif est de réunir plusieurs de ces recueils dans un même ouvrage, en reclassant leurs hadîths par thème ou, par fois, par ordre alphabétique tout en évitant les répétitions des mêmes hadîths qui pourraient avoir lieu dans ces recueils de bases. Une douzaine de titres de collections publiées remontant à l'époque qui va du VIème au XIème siècle de l'hégire / 12ème - 17ème A.C La plus importante d'entre elle est le livre de Alâ-ouddine al Hindî (mort en 975 / 1567) intitulé « Kanz-oul 'Ommâl » et rassemblant 46 624 hadîths. Sa matière est puisée dans 92 recueils de base. Beaucoup de ces recueils sont encore manuscrits ou sont probablement perdus. Ce sont les auteurs de ces collections qui ont
  19. 19. Introduction aux Sciences du Hadith - 18 - ___________________________________________________________________________ pu sauvegarder leur contenu. Les publications successives de manuscrits anciens ne font que confirmer le travail fait par ces auteurs tardifs. Ce qui caractérise ces grandes collections de recueils c'est que leurs auteurs se sont contentés de noter les énoncés des hadîths (matn) sans mentionner leurs chaînes de transmetteurs. Ces chaînes étant toujours vérifiables dans les recueils de bases d'avant le Vème siècle. Un autre aspect marquant les ouvrages de hadîths de cette époque, c'est l'aspect critique. En effet, les spécialistes de cette période se sont penchés sur ces recueils de bases pour refaire le tri de leurs hadîths. Aidés par les répertoires biographiques et critiques des transmetteurs, établis dès les premiers siècles, ils mettaient leurs chaînes à l'examen, collectionnaient les versions et classaient les hadîths selon leur degré de fiabilité. Ce travail continue à se faire jusqu'à nos jours, puisque nous savons pertinemment que seul al- Boukhâri et Moslim se sont fixés comme règle de ne citer dans leurs recueils qu'un hadîth « çahîh », c'est-à-dire authentique. La plupart des autres compilateurs de recueils se sont posés seulement comme condition de ne pas citer de hadîth inventé. Leur but était de rassembler les informations attribuées au Prophète (saw). En citant les chaînes et les sources de leurs informations, ils laissaient la porte ouverte à tout examen ou vérification ultérieure. TABLEAU DES PRINCIPAUX PREMIERS RECUEILS DE HADÎTH COMPILATEUR TITRE 1er siècle Hammam Ibn Mounabbih (mort 101h/719c) Disciple d'Aboû Houreira, il est donc un « tâbi'i » puisqu'il n'a pas vu le Prophète mais il a rencontré ses compagnons. C'est de la bouche de son maître qu'il a entendu tous les hadîths figurants dans son recueil. SAHÎFA de Hammam Nombre de hadîths : 137 Caractéristiques : Le plus ancien recueil de hadîth qui nous est parvenu. Il remonte à la première moitié du premier siècle, étant écrit avant l'année 58/677, date de la mort d'Aboû Houreira. 2ème siècle Malik Ibn Anas (93/711-179/795) à Médine C'est un ''Tabi'-at-Tabi'i'', c'est-à-dire qu'il appartient à la deuxième génération de musulmans après les compagnons du Prophète (). Fondateur de la deuxième école juridique après Aboû-Hanîfa (mort 150h/767c) qui était l'un de ses maîtres en fiqh. AL MOUATTA Nombre de hadîth : 500 hadîths environ. Caractéristiques : hadîths classés par thèmes. Il n'est pas consacré aux seuls hadîths du Prophète () puisqu'il cite aussi des dires des compagnons ou des ''tabi'in''. (traduit en français)
  20. 20. Introduction aux Sciences du Hadith - 19 - ___________________________________________________________________________ Ahmed Ibn Hanbal (164/780-241/855) à Baghdad Il est de la troisième génération après les compagnons. Véritable encyclopédie de hadîth, puisqu'il en connaissait 750000 par coeur. Fondateur de la 4ème école de droit (après Aboû Hanîfa, Mâlik et Chaféi') ; ce dernier était l'un de ses maîtres en fiqh et en hadîth. Parmi ses principaux disciples : al- Boukhâri, Moslim, Aboû Daoûd Al MOUSNAD Nombre de hadîths : 40 000, dont 10 000 étaient reformulés. Caractéristiques : hadîths classés selon les compagnons qui les rapportent. Il regroupe tous les hadîths d'un compagnon dans un même chapitre quel que soit leur sujet. Les chapitres de cet ouvrage se présentent ainsi : Les hadîths rapportés par Aboû Bakr Les hadîths rapportés par 'Omar Les hadîths rapportés par 'Othman, etc. Al-Boukhâri Ismâ'ïl (194/809-256/869) à Samarcande Il a commencé à apprendre le hadîth avant l'âge de dix ans. Il a voyagé vers la plupart des villes où enseignaient des savants de hadîths, et en a rencontré plus d'un millier. Il apprenait 100 000 hadîths çahihs et 200 000 non çahihs. Il lui a fallu 16 ans de recherche pour élaborer son recueil. Parmi ses disciples : at-Tirmidhi, Moslim, an-Nassâ'i. AL-JÂMI'AÇ-ÇAHIH Nombre de hadîth : 7397 dont 2602 ''nets'' = non reformulés. Caractéristiques : hadîths classés par thèmes. Ce recueil ne contient que des hadîths çahih. L'auteur vérifiait la rencontre effective du rapporteur avec la personne qui lui a transmis le hadîth. Contrairement à Moslim, qui se contentait de s'assurer que ces deux personnes étaient contemporaines l'une à l'autre. Commentaires du Çahih - traduit en français et en anglais. Moslim Ibn Hajjaj (204/ 819-261/ 874) à Nichapour Il a voyagé à Khorassan, en Arabie, en Irak, en Egypte, pour rencontrer les maîtres de hadîths. Parmi ces principaux disciples : at- Tirmidhi. AÇ-ÇAHIH Nombre de hadîth : 7 275 dont 4 000 ''nets'' = non reformulés Caractéristiques : hadîths classés par thèmes. Ce recueil ne contient, également, que des çahihs. Aboû-Daoûd as-sajistâni (202/817-275/888) AS-SOUNAN Nombre de hadîth : 5 274 hadîths dont 4 393 çahihs et 881 faibles (Albâni) At-Tirmidhi (Aboû 'Issa) (209/824-270/883) AS-SOUNAN Nombre de hadîth : ? dont 3 101 çahihs (Albâni) 3ème siècle Ibn Mâjah (207/822 - 273/886) AS-SOUNAN Nombre de hadîth : 4451 hadîths environ dont 3503 çahihs et 948 faibles (d'après al- Albâni)
  21. 21. Introduction aux Sciences du Hadith - 20 - ___________________________________________________________________________ an-Nassâ'i (215/830-303/915) à Khorassan AS-SOUNAN Nombre de hadîth : ? dont 5314 çahihs (Albâni) N.B. Les quatre sounan contiennent des hadîths çahih et d'autres non çahih (faibles entre autres). Un grand spécialiste contemporain dans la critique des hadîths (Naçreddine al-Albâni) les a dernièrement réédités en séparant les hadîths çahih et bon, d'une part, des hadîths faibles d'autre part. IV Aperçu historique des sciences du normes du hadîth IV – 1 Sciences du hadith au 2ème siècle IV – 2 Sciences du hadith au 3ème siècle IV – 3 Sciences du hadith du 4ème siècle au 7ème siècle IV – 4 Sciences du hadith du 7ème siècle au 10ème siècle
  22. 22. Introduction aux Sciences du Hadith - 21 - ___________________________________________________________________________ 3éme 333ééémmmeee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee :: SSSScccciiiieeeennnncccceeeessss ddddeeeessss NNNNoooorrrrmmmmeeeessss dddduuuu hhhhaaaaddddiiiitttthhhh
  23. 23. Introduction aux Sciences du Hadith - 22 - ___________________________________________________________________________ V - Notions premières 1. Le hadith a) Au sens propre: synonyme de jadîd au sens de nouveau. Son pluriel est ahâdîth, contrairement à la construction régulière. b) Au sens terminologique: ce qui est rapporté du Prophète (
  24. 24. ) comme paroles, actions, acquiescements ou caractéristiques. 2. La Science des Normes du hadîth - C'est une science composée de sources référentielles et de règles, par laquelle on connaît l'état de la chaîne des transmetteurs de l'information et de l'énoncé de l'information, de manière à l'accepter ou à la refuser. Son domaine est la chaîne des transmetteurs et l'énoncé de l'information traditionnelle, de manière à l'accepter ou à la refuser. Son intérêtest de discerner l'authentique du défaillant parmi les ahadîth. La chaîne de transmission - Information traditionnelle L'énoncé de l'information traditionnelle - 3. L'information traditionnelle - a) Sens propre: l'information, au pluriel: akhbâr b) Sens terminologique. Il y a trois avis: - Règles - Principes .. l. Il a le même sens que le hadîth, c'est-à-dire qu'ils ont le même sens terminologique. 2. Il lui est différent. Ainsi, le hadîth est ce qui provient du Prophète () tandis que l'information [al-khabar} est ce qui provient d'un autre que lui. 3. Son sens est plus général que le hadîth. Ainsi, le hadîth est ce qui provient de l'Envoyé () et l'information traditionnelle ce qui provient de lui ou d'un autre que lui. 4. L'information traditionnelle au sens large -
  25. 25. a) Sens propre: athar signifie ce qui reste de la chose. b) Sens terminologique: il y a deux avis: 1. même sens terminologique que le hadîth. Accepter Refuser
  26. 26. Introduction aux Sciences du Hadith - 23 - ___________________________________________________________________________ 2. différent de lui: c'est ce qui est rapporté des Compagnons [Sahâba] et des Suivants [tâbi'în], comme paroles ou actes. 5. La chaîne des transmetteurs - س Elle a deux significations: a) C'est imputer le hadîth à son locuteur, en relatant la succession des transmetteurs. b) C'est la succession des personnes conduisant à l'énoncé du hadîth. En cela, il a le même sens que sanad. 6. La chaîne de transmission - a) Sens propre: synonyme de support [mou'tamad]. Appelé donc ainsi, car le hadîth s'appuie et repose sur elle (la chaîne des transmetteurs). b) Sens terminologique: la chaîne des hommes conduisant à l'énoncé de l'information traditionnelle. 7. L'énoncé de l'information traditionnelle - a) Sens propre: lieu quelconque de la terre, dur et élevé. b) Sens terminologique: l'énoncé des termes de l'information traditionnelle, à la suite de la chaîne des transmetteurs. 8. La référence [al-mousnad] - a) Nom passif, au sens d'être rapporté à quelque chose. b) Sens terminologique: trois significations. 1. Tout livre dans lequel est réuni ce qui est attribué à chaque Compagnon, séparément, comme relations d'informations traditionnelles. 2. Le hadîth remontant jusqu'au Prophète () dont la chaîne de transmetteurs est continue. 3. A le même sens que sanad [chaîne de transmetteurs] 9. Le rapporteur de chaîne de transmetteurs [al-mousnid] Celui qui rapporte le hadîth avec sa chaîne de transmetteurs, qu'il en ait une science ou qu'il se borne simplement à la rapporter. 10. Le connaisseur du hadîth [al-mouhaddith] Celui qui s'occupe de la Science du hadîth en la rapportant, et aussi en la maîtrisant, et qui a connaissance de nombreuses relations d'informations traditionnelles et de l'état de leurs transmetteurs. 11. L'érudit [al-hâfiz] Deux avis: a) même sens que le mouhaddith [connaisseur du hadîth]. b) il est à un rang plus élevé que le mouhaddith, de sorte que ce qu'il sait de chaque génération de transmetteurs l'emporte sur ce qu'il ignore.
  27. 27. Introduction aux Sciences du Hadith - 24 - ___________________________________________________________________________ 12. L'autorité [al-hâkim] Celui dont la Science recouvre l'ensemble des hadîth, de sorte que seul un nombre restreint d'entre eux, lui manque. C'est l'opinion de certains savants. 13. Science du Hadîth On entend par science du Hadîth, la parfaite connaissance de l'énoncé des hadîths, de leur chaîne de transmission jusqu'au prophète ( ), avec la connaissance d'éventuelles imperfections ou brisures dans la chaîne de narration et également le degré d'authenticité de chaque Hadîth. 14. Science traitant des narrateurs du hadîth ['ilm rijâl Al-Hadîth] Science fondamentale pour que le savant analyse les maillons de la chaîne de narration du hadîth, les noms des narrateurs, leurs surnoms, leurs titres, leurs lignées et leurs biographies. 15. Science dite de la Critique du Hadîth [Al-Jarh wa At-Ta'dîl] Science minutieuse qui permet d'analyser l'authenticité du hadîth en connaissant avec précision les qualités de chaque narrateur et leur capital en terme de confiance, mémoire, savoir, honnêteté, véridicité. 16. Science des défauts du hadîth ['ilal Al-Hadîth] C'est la science qui traite des défauts du Hadîth. 17. Le hadith [Chadh] Al-'Iraqi ( ) a dit: Ce qui contient une irrégularité (Choudhoudh) est ce qui contredit quelqu'un qui est fiable et ce qui est abondamment préservé, et Ach-Chafi'i a vérifié cela. (Al-Alfiya) Ibn Hajar ( ) a dit: Ainsi, si une narration est opposée à ce qui est plus crédible, alors la narration correcte est ce qui a été préservé et ce qui le contredit est considéré Chadh. (Nakhba)
  28. 28. Introduction aux Sciences du Hadith - 25 - ___________________________________________________________________________ 4èèèèmmmmeeee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee TTTTrrrraaaaiiiitttteeeemmmmeeeennnntttt ddddeeee llll''''iiiinnnnffffoooorrrrmmmmaaaattttiiiioooonnnn ttttrrrraaaaddddiiiittttiiiioooonnnnnnnneeeelllllllleeee
  29. 29. Introduction aux Sciences du Hadith - 26 - ___________________________________________________________________________ VI - Traitement de l’information traditionnelle VI – 1 Division de l’information traditionnelle selon le mode de sa réception : (Selon le nombre de rapporteurs impliqués dans chaque étape de la chaîne de transmission) VI – 2 Moutawâtir - Consécutif (ou notoire) Définition : Ce dit d'un Hadîth qui est rapporté par un si grand nombre de personnes qu'il est impossible qu'ils se soient concertés pour convenir d'un mensonge. Il n'existe aucun doute sur la validité, la véracité et l'authenticité d'un tel Hadith. Pour ce genre de tradition, il n'y a aucun besoin de faire des recherches sur l'état des transmetteurs et des narrateurs (Râwi). Son incidence : Valide Ses catégories : - Verbal = « Celui qui ment sur moi volontairement, qu'il s'attende à siéger à sa place en l'Enfer », plus de 70 compagnons - Par le sens = c'est le cas du Hadith concernant l'action de lever ses mains pendant l'invocation. Des ouvrages spécifiques ont été rédigés par les savants afin de compiler ce genre de Hadiths. On pourrait citer à titre d'exemple le Qatf oul Azhâr de l'Imâm As-Souyoûti et le [Nazm oul Moutanâthir min al Hadithil Moutawâtir] de Mouhammad Al Kattâni. VI – 3 Ahad - isolé Définition : C’est l’information qui ne réunit pas les condition du notoire moutawatir. Son incidence : il implique la science déductive, c’est à dire la science reposant sur l’examen des argumentation. Sa division en rapport au nombre de ses sources VI–3–1 Mach'Hour - célèbre (ou réputé) Le Hadîth a été rapporté à chaque niveau de transmission par au moins trois rapporteurs. Certains savants utilisent l'appellation de [Hadith Moustafîdh] pour se référer à ce genre de Tradition. VI–3–2 Aziz - rare, fort A n'importe quelle étape de la chaîne, deux rapporteurs au moins relatent le Hadîth.
  30. 30. Introduction aux Sciences du Hadith - 27 - ___________________________________________________________________________ VI–3–3 Gharib - étrange A un certain moment de la chaîne, seulement un rapporteur relate le Hadîth. VII - L’information traditionnelle valide : VII - 1 Division de l’information valide Le valide se divise, selon ses différents degrés, en deux principales parties : Valide-sûr (çahih) et le bon (hasan). Chacune des deux se décompose elle-même en deux caractéristiques : « en lui même » et « par autre que lui ». On a donc quatre subdivisions du valide : 1. Valide-sûr en lui même 2. Bon en lui même 3. Valide-sûr par autre que lui 4. Bon par autre que lui Voici présenté en détail de ces subdivisions : VII - 2 Valide-sûr en lui même 1. Définition : a) Au sens propre : il représente le contraire de qui est dans un état de maladie (saqîm) b) au sens terminologie : Celui dont la chaîne des transmetteurs est continue et dont chacun de ces transmetteurs est témoin honorable(‘adl) fiable (dâbit), et cela jusqu’à la fin de la chîne, sans qu’il y apparaisse de marginalité ou de défaut. 2. Commentaire de la définition Cette définition regroupe des termes qu’il est obligatoire de réunir, pour donner au hadith son caractère valide-sûr. Ces termes sont : 1) Liaison et continuité de la chaîne des transmetteurs 2) Honorabilité des transmetteurs 3) Sûreté des transmetteurs 4) Absence de marginalité (l’opposition de qui est sûr et témoin honorable avec qui sont plus sûr et plus honorable que lui) 5) Absence de défaut (‘illa) 3. Ses conditions : Si une de ces cinq conditions n’est pas remplis, alors le hadith n’est pas désigné comme valide. 4. Exemple : C’est qu’a rapporté al-Boukhari dans son « çahih » en disant : « Nous a tenu propos AbdAllâh Ibn Yousouf disant, nous a informés Mâlik d’après Mohammad Ibn Joubeyr Ibn Mot’im d’après son père qui a dit : « j’ai entendu le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) lire au cours de la prière du maghrib, la sourate at-tour (le mont) ». 5. Le premier ouvrage ayant regroupé strictement le valide-sûr (çahih) :
  31. 31. Introduction aux Sciences du Hadith - 28 - ___________________________________________________________________________ Le premier ouvrage ayant réuni uniquement le valide-sûr est le çahih d’al-Boukhari, puis vient le çahih Mouslim. Ce sont les deux livres les plus sûrs en validité après la Coran. La communauté des croyants est unanime à la considérer avec approbation. 6. Où trouve-t-on le reste des hadith valide-sûrs ayant échapé à al-Boukhari et Mouslim ? Nous les trouvons dans les livres de référence célèbre, comme Le Çahih d’Ibn Khouzeyma, le Moustadrak d’’alhâhem, les quatre ouvrages de sounan (les sounanes d’ad-Daraqotni, d’al-Bayhaki,..etc.) 7. Les degrés de valide sûr 8. La norme des deux chekhs (chart ach-cheykhan) 9. Signification du terme « daccord sur lui » (mottafak alayh) 10. Est-il posé comme condition au valide-sûr qu’il soit à caractère « puissant » (aziz) ? VII - 3 Bon en lui même 1. Définition : a) Au sens propre : adjectif qualificatif comparatif de « al-housn », signifiant la beauté b) au sens terminologie : définition d’Ibn Hajar (dans Nokhbato al-fikar): « l’information traditionnelle « unique » dont la transmission est faite par témoin honorable, d’une fiabilité complète, dont la chîne de transmetteurs est liée continue, et qui représente ni défaut ni marginalité, voilà le « valide sûr en lui même ». Si la fiabilité est moindre, voilà le « bon en lui même » ». 2. Son caractère juridique Il équivaut au valide-sûr dans son utilisation comme source argumentaire, bien qu’il lui soit inférieur en force probante. C’est pourquoi, l’ensemble des juristes s’y réfèrent et lui donnent valeur d’exécution. VII - 4 Valide-sûr par autre que lui 1. Définition : Il s’agit du hadith « bon en lui même », alors qu’il est aussi rapporté par une autre voie, de force égale ou supérieure. Le caractère valide-sûr n’est pas dû à sa propre chaîne, mais à l’addition d’une autre chaîne à lui-même. 2. Son degré : Il est plus élevé que le « bon en lui-même » , mais que le « valide-sûr en lui-même ». 3. Exemple : VII - 5 Bon par autre que lui 1. Définition :
  32. 32. Introduction aux Sciences du Hadith - 29 - ___________________________________________________________________________ Il s’agit du hadith « faible », rapportés par divers voies, dont la cause de la faiblesse ne situe ni dans la perversité d’un transmetteur, ni dans son mensonge. 2. Son degré : Il est plus inférieur que le « bon en lui-même » , mais que le « valide-sûr en lui-même ». 3. Son caractère juridique Il est partie du valide dont on tire argument. 4. Exemple : VII - 6 L’information traditionnelle unique valide, à validité suivie d’autres indices. 1. Préliminaire 2. Ses formes 3. Son caractère juridique VII - 7 Division de l’information traditionnelle valide selon qu’elle est exécutoire ou non L’information traditionnelle valide est de deux sorte : exécutoire et non exécutoire. De cela il ressort deux formes parmi les divisions des Sciences du Hadîth : • Le Hadîth ayant directement force de loi [mouhkam] et celui sujet à divergence [motachabih] • L’abrogeant et l’abrogé. VII- 7-1 Le Hadîth ayant directement force de et celui sujet à divergence loi [al-mouhkam wa al- motachabih]. 1. Définitions 2. Exemples 3. Comment faire le lien ? 4. Que doit-on faire en présence de deux hadîths valides divergents ? 5. Son importance et ses spécialistes 6. Les ouvrages les plus célèbres en la matière VII- 7- L’abrogeant et l’abrogé. 1. Définitions 2. Son importance, sa difficulté et ses plus célèbres connaisseurs 3. Comment reconnaître l’abrogeant de l’abrogé ? 4. Les ouvrages les plus célèbres en la matière VIII - L’information traditionnelle irrecevable : 1. Définition :
  33. 33. Introduction aux Sciences du Hadith - 30 - ___________________________________________________________________________ C’est celle où l’on ne distingue pas la prévalence de sincérité de son transmetteur, car il manque une condition, ou plus, parmi les conditions de validité vues précédemment dans l’étude du « Valide-sûr ». 2. Sa classification : Les savants ont divisé l’information traditionnelle irrecevable en plusieurs catégories et ont donné à nombre d’entre elles une dénomination propre. Quant aux cause de l’irrecevabilité du hadîth, elles sont multiples, mais sont dues en général à deux causes premières : a) un vide dans la chaîne de transmetteurs b) un défaut imputé au transmetteur. Chacune se divise en plusieurs formes (voir chapitre..). VIII-1 La faible [ad-da’îf] : 1. Définition : - sens propre : contraire de fort - sens terminologie : celui qui ne réunit pas les qualités du « Bon ». 2. Ses niveaux : Sa faiblesse varie en fonction de l’importance de la faiblesse de ses transmetteurs et de sa fragilités, comme la valide-sûr. On y trouve donc le faible, le très faible, l’incertain, le reprouvé. Le degré pire étant l’inventé. 3. Les chaînes de transmetteur les plus certaines 4. Exemples 5. Son caractère juridique de sa relation 6. Le caractère juridique de son application Conditions pour l’acceptation des Hadîts faibles Il faut savoir que ceux qui ont autorisé l'acceptation du hadith faible dans le domaine du mérite des oeuvres ont posé certaines conditions qui réglementent leur acception. Elles sont au nombre de trois : 1. Il est unanimement reconnu que le hadith ne doit pas être extrêmement faible. Cela exclut tous les hadith contenant dans leurs chaînes de transmission, un menteur ou accusé de mensonge ou un rapporteur dont les erreurs de mémoire sont courantes. Donc, le hadith très faible, l'inventé ou le rejetable et d'autres dont le degré est plus bas que celui du hadith faible, ne doivent pas être appliqués même s'ils ont trait aux mérites des oeuvres. 2. Le hadith doit être conforme à un des fondements généraux de la religion. Cela exclut tout hadith inventé qui ne repose sur aucun fondement. 3. Lors de la mise en application du hadith, il ne faut pas croire en son authenticité afin de ne pas attribuer au Prophète (saw) ce qu'il n'a pas dit. Ces conditions sont rigoureuses et très importantes. Aussi, si elles étaient respectées par ceux qui utilisent les hadith faibles dans le domaine du mérite des oeuvres, le résultat serait que le domaine de leur application serait très limité, voire même supprimé.
  34. 34. Introduction aux Sciences du Hadith - 31 - ___________________________________________________________________________ En réalité, celui qui jette un coup d’oeil sur les hadîhts authentiques, concernant les mérites des actions trouvera qu'ils nous suffisent largement par rapport à ceux qui sont faibles. Nous pourrons ainsi fermer la porte à ce problème dont on se passerait bien, sans compter le temps perdu à vérifier si un hadith faible concernant les mérites des oeuvres répond aux conditions citées ci-dessus ou non, alors qu'on a extrêmement besoin de ce temps. Aussi, le fait de tolérer la pratique des hadiths faibles quant aux mérites des oeuvres a poussé beaucoup de gens à sous-estimer la gravité de rapporter ce genre de hadith. En effet, beaucoup d'orateurs ou de prêcheurs transmettent des hadiths faibles en mentionnant le degré de faiblesse mais sans expliquer forcément les trois conditions qui autorisent de le pratiquer et sans indiquer qu'il n'est pas permis de l'adopter dans la législation (règles juridiques) et le dogme (âqida). 7. Les ouvrages les plus célèbres en la matière VIII -2 L’irrecevable en raison d’un vide dans la chaîne des transmetteurs VIII-2-1 Signification du manque dans la chaîne de transmetteurs [as-saqt min al-isnad] Par manque dans la chaîne, on veut dire qu’il y a une coupure dans la succession de la chaîne des transmetteurs, par la manque d’un transmetteur ou plus, volontairement de la part de certains transmetteurs ou involontairement, que ce soit au début de la chaîne, à sa fin, ou dedans, que ce soit un manque apparent ou caché. VIII-2-2 Les formes de manque : Le manque dans la chaîne des transmetteurs prend, deux formes différentes, selon qu’il est apparent ou caché . VIII-2-2 -1 Le manque apparent 1. Mou'allaq - arrêté, suspendu Ce dit d'un Hadîth dont un ou plusieurs narrateurs qui se suivent ont été retiré au début de la chaîne de transmission. Ce genre de Hadith est considéré comme étant irrecevable dans l'argumentation, sauf s'il est mentionné dans un ouvrage sûr et fiable (Sahîh Boukhâri par exemple), auquel cas, son statut est différent. 2. Moursal - altéré Il y a déjà quelques divergences dans la définition du moursal. Les 2 définitions que l'on trouve majoritairement sont : 1. Il manque le compagnon dans l'isnad Il est dit dans la Bayqouniya : [wa mursal minhu al-sahabi saqata]. 2. L'isnad s'arrête au niveau d'un suivant Les terminologistes préfèrent cette définition. On utilise alors le terme [mursal ul-sahabi] pour faire référence à la situation 1.
  35. 35. Introduction aux Sciences du Hadith - 32 - ___________________________________________________________________________ Si l'isnad s'arrête sur un suivant, on ne sait pas s'il rapporte d'un compagnon ou d'un suivant qui pourrait être non fiable... La majorité des spécialistes du hadith pense qu'on ne peut pas se prononcer (à moins évidemment qu'un autre chaîne vienne renforcer le hadith). De nombreux juristes pensent qu'on peut l'utiliser sous certaines conditions. Par exemple, l'imam Ach-Châfi'i admettait les marasil de Sa'id b. al-musayyab. D'après l'Imâm Abou Hanifa, Mâlik et Ahmad Ibn Hambal (selon l'avis qui a été le plus retenu de lui), le Hadith Moursal est acceptable (sous deux conditions : le Tâbi'i est sûr, et il a l'habitude, lorsqu'il cite un Hadith Moursal, de le tenir d'une personne sûre et fiable). L'un des ouvrages les plus connus recensant des Traditions de ce genre est le Marâsîl Abou Dâoûd. 3. Mou'adal - défaillant Ce dit d'un Hadîth dont le rapporteur omet deux (ou plus) rapporteurs de la chaîne, les uns à la suite des autres. Ce genre de Hadith est unanimement considéré comme étant Dha'îf. 4. Mounqati' – cassé, discontinu Ce dit d'un Hadîth dont le lien à n'importe quel endroit de la chaîne avant le successeur est manquant. Ibn Hajar ( ) a dit : Malik et Al-Boukhari ont une différente compréhension de la validité des hadiths. Malik ne considère pas l'interruption dans la chaîne comme une défaillance dans le hadith. Pour cette raison, il cite des hadiths avec des chaînes interrompues du type moursal et mounqati', et des communications sans chaînes (balaghat) comme une partie de l'objet principal de son livre (al-Mouwatta), alors que Al-Boukhari, considère l'interruption comme une défaillance dans la chaîne de transmission. Ainsi, il ne cite pas ces hadiths sauf comme quelque chose en dehors de l'objet principal de son livre (al-jami' al-sahih), par exemple les commentaires (ta'liq) et les titres de chapîtres. (Hadi al-sari p.21) VIII-2-2 -2 Le manque caché Cette forme n’est perçue que par les sommets douées de la minutie et d’une vaste science quant au voie de Hadîth et aux défauts des chaînes des transmetteurs. Il comprend deux dénominations : 1. Le dissimulé [Al-moudllas] Définition : Dissimilation d’un défaut dans la chaîne des transmetteurs et embellissement de son apparence. 2. Le « détaché subtil » [al-moursal al-khafi] Définition : C’est rapporter de celui qu’il a eu à rencontrer ou dont il est contemporain, ce qu’il n’a pas entendu de lui, en termes équivoques pouvant aussi bien indiquer l’audition ou autre chose, comme « il a dit ».
  36. 36. Introduction aux Sciences du Hadith - 33 - ___________________________________________________________________________ VIII -3 L’irrecevable en raison d’un défaut imputé au transmetteur VIII-3-1 Défaut d'honorabilité [Al-adala] 1. Le mensonge 2. L'imputation de mensonge 3. La perversion 4. L'innovation 5. L'ignorance VIII-3-2Défaut de fiabilité [Ad-dabth]: 1. L'erreur grossière 2. Le défaut de mémoire 3. L'étourderie 4. Le grand nombre fausses impressions 5. La contradiction avec les hommes sûrs
  37. 37. Introduction aux Sciences du Hadith - 34 - ___________________________________________________________________________
  38. 38. Introduction aux Sciences du Hadith - 35 - ___________________________________________________________________________ 5èèèèmmmmeeee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee CCCCrrrriiiittttiiiiqqqquuuueeee eeeetttt llll’’’’aaaaggggrrrréééémmmmeeeennnntttt ddddeeeessss ttttrrrraaaannnnssssmmmmeeeetttttttteeeeuuuurrrrssss
  39. 39. Introduction aux Sciences du Hadith - 36 - ___________________________________________________________________________ 6èèèèmmmmeeee PPPPaaaarrrrttttiiiieeee :: LLLL’’’’EEEETTTTHHHHIIIIQQQQUUUUEEEE DDDDEEEE LLLLAAAA RRRREEEELLLLAAAATTTTIIIIOOOONNNN DDDDUUUU HHHHAAAADDDDIIIITTTTHHHH....
  40. 40. Introduction aux Sciences du Hadith - 37 - ___________________________________________________________________________ VIII – Références (1) Précis des Sciences du Hadith 5Mahmoud AT-TAHHAN) (2) Le Statut de la Sunna du Cheikh Mohamed Nassir Al Albani Ed. Al Sunna (3) Les hadith faible et inventés, leur effet néfaste et leur danger Editions Dar Al Hadith - Bruxelles 2001. (4) l'ouvrage ''Introduction à l'étude du Hadith'' par le Centre d'Etudes et de Recherches sur l'Islam (CERSI) (5) http://islamfrance.free.fr/

×