Réponse sur la foi et ses annulations 
Par le savant ‘Abder-Rahmân ibn Nâçir Al Barrâk. 
Louange à Allah qui fit grâce de ...
placent leur confiance en leur Seigneur. 3. Ceux qui accomplissent la prière et qui 
dépensent [dans le sentier d’Allah] d...
Et dans l’authentique de l’imam Mouslim, on rapporte de Abou Sa‘îd Al Khoudhrî –qu’Allah 
l’agrée- qu’il dit : « J’ai ente...
l’abandonner est une mécréance ? Mais ils ont divergé sur la mécréance de celui qui 
abandonne l’un d’entre eux, même si l...
affirme qu’il est musulman dans l’apparence, et s’il le reconnaît de sa langue et aussi 
intérieurement, alors il est réel...
Premièrement : Ce qui s’oppose à l’acceptation des deux attestations, il s’agit donc des 6 
catégories de mécréance que no...
5) Croire qu’il y a quelqu’un dans la création qui mérite d’être adorer avec Allah, et ceci est la 
croyance du polythéism...
Et l’ensemble de ce qui annule l’authenticité de l’attestation que Mouhammad est le messager 
d’Allah sont les points suiv...
Attention Il faut savoir que : 
Premièrement : Aucune excuse d’ignorance n’est à supposée pour ce que nous avons 
précédem...
« Un homme ne croira pas en Allah et en Son messager sans pratiquer une seule obligation 
exclusivement ordonnée par Mouha...
Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya dit dans « Majmoû‘at oul Fatâwâ » Vol. 22 p.49 : 
« Quant à celui qui persiste à l’abandonner ...
Et la mauvaise éducation n’est pas une excuse pour une personne responsable pour délaisser 
une obligation ni pour faire u...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Réponse sur la foi et ses annulations abder-rahmân ibn nâçir al barrâk

143 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
143
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Réponse sur la foi et ses annulations abder-rahmân ibn nâçir al barrâk

  1. 1. Réponse sur la foi et ses annulations Par le savant ‘Abder-Rahmân ibn Nâçir Al Barrâk. Louange à Allah qui fit grâce de la foi à qui Il a voulu. Et qu’Allah salue et fasse louange de Son dévoué messager, ainsi que sur les siens, ses compagnons et ceux qui les ont parfaitement suivit. Après quoi : Certains étudiants en science m’ont interrogé sur une question, au sujet de laquelle les polémiques se sont multipliées ces derniers temps. Cette question est : Est-ce que les actes sont dans la foi une condition de validité ou de perfection ? Et est-ce que la mauvaise éducation peut être une excuse pour celui qui insulte Allah ou Son messager ? Et la réponse à cela est de dire : Le Coran et la sounnah indiquent que la foi est un nom qui inclut : 1) La conviction du coeur, qui est la reconnaissance et l'aveu. 2) La reconnaissance de la langue. 3) L’acte du coeur, qui est la soumission du coeur, sa volonté, et ce qui suit cela comme actes du coeur, comme le fait de placer sa confiance (en Allah), l’espoir, la peur, l’amour… 4) Les actes des membres extérieurs, et la langue en fait partie. Et l’acte inclus les pratiques et abstinences de paroles et d’actes. Allah ta‘âlâ a dit : « Ô les croyants! Soyez fermes en votre foi en Allah, en Son messager, au Livre qu’Il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu’Il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Allah, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s’égare, loin dans l’égarement. » Et Allah ta‘âlâ dit : « Croyez en Allah donc et en Son messager, ainsi qu’en la Lumière [le Coran] que Nous avons fait descendre. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » Et Allah dit : « Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants: tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers » Et Allah dit : « 2. Les vrais croyants sont ceux dont les coeurs frémissent quand on mentionne Allah. Et quand Ses versets leur sont récités, cela fait augmenter leur foi. Et ils
  2. 2. placent leur confiance en leur Seigneur. 3. Ceux qui accomplissent la prière et qui dépensent [dans le sentier d’Allah] de ce que Nous leur avons attribué. 4. Ceux-là sont, en toute vérité les croyants: à eux des degrés (élevés) auprès de leur Seigneur, ainsi qu’un pardon et une dotation généreuse. » Et Allah dit : « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu’amour qu’on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l’aide et pour délier les jougs, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakāt. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu’ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! » Et Allah dit : « Quiconque a mécru en Allah après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. » Et Allah a dit : « Et ce n’est pas Allah qui vous fera perdre votre foi » Et il y a beaucoup de versets dans ce sens. Et dans les deux recueilles de hadîth authentiques, il est rapporté de Ibn ‘Abbas –qu’Allah l’agrée- que le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, lorsque l’ambassadeur d’Abdalqays vint à lui, il –salla llahou ‘alayhi wa sallam- lui dit « Qui est ce peuple ? Et qui est l’ambassadeur ? » Ils dirent « Rabî‘a. » Puis il dit « Bienvenu au peuple, ou à l’ambassadeur, sans aucune hostilité. » Ils dirent : « Ô messager d’Allah, nous ne pourrons venir à toi qu’au mois sacré, et il y a entre toi et nous la tribu mécréante des Modarites, ordonne-nous donc un commandement auquel nous appellerons ceux qui sont derrière nous et par lequel nous rentrerons au paradis. » Le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam leur interdit quatre choses et leur ordonna la foi en Allah uniquement. Puis il dit : « Savez-vous ce qu’est la foi en Allah uniquement ? » Ils dirent « Allah et Son messager savent mieux ! » Il dit alors : « C’est l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah et que Mouhammad est le messager d’Allah, d’accomplir la prière, de donner la zakât, de jeûner le ramadan et de donner un cinquième du butin. Soyez assidus sur cela et informez-en ceux qui sont derrière vous. » Et toujours dans les deux recueilles authentiques, on rapporte de Abou Hourayra que le messager d’Allah -salla llahou ‘alayhi wa sallam- dit : « La foi fait entre 63 et 69 branches, et la pudeur est une branche de la foi. » Et toujours dans les deux recueilles, on rapporte de Abou Hourayra que le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- fut interrogé : « Quel est le meilleur des actes ? »Il répondit : « La foi en Allah et Son messager.» Puis on lui dit « Et ensuite ? » Il dit : « Le jihâd dans le sentier d’Allah. » Puis on lui dit « Et ensuite ? » Il répondit « Un pieu pèlerinage. »
  3. 3. Et dans l’authentique de l’imam Mouslim, on rapporte de Abou Sa‘îd Al Khoudhrî –qu’Allah l’agrée- qu’il dit : « J’ai entendu le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- dire : « Celui d’entre vous qui voit une chose blâmable, qu’il la corrige de sa main, s’il n’en est pas capable alors de sa langue, et s’il n’en est pas capable alors de son coeur. Et ceci est le minimum de la foi. » Et il est répandu que les imâms de la sounnah comme Mâlik ibn Anas, Al Awzâ‘î, ibn Jarîr, Soufyân Ath-Thawrî, Soufyân ibn ‘Ouyayna, Wakî‘ ibn Al Jarrâh et beaucoup d’autre qu’eux disaient : « La foi est parole et acte. » Ce qu’ils voulaient dire par « Parole » c’est la parole du coeur et de la langue. Quant aux actes, c’est les actes du coeur et des membres extérieurs. Cheykh Al Islâm ibn Taymiya a dit dans « La croyance du juste milieu » (al ‘aqîdatoul wâçitiya) : « Et il fait partie des fondements des gens de la sounnah et de la jamâ‘a de dire que la religion et la foi sont paroles et actes : Paroles du coeur et de la langue, et acte du coeur, de la langue et des membres. » Il apparaît alors que le nom de la foi inclut tout ce qu’Allah et Son messager ont ordonné comme croyances, volonté, actes du coeur, paroles de la langue, actes des membres et pratiques et abstinences. Ce inclut donc de pratiquer les obligations et d’abandonner les interdictions et les choses déconseillées, de considérer ce qui est licite comme étant licite, et de considérer interdit ce qui est interdit. Et ces obligations et interdiction, voir les recommandations et les choses déconseillées sont tous de degrés très différents. Avec cela, il nous apparaît alors qu’il n’est pas correct de dire que les paroles et les actes sont une condition de validité ou de perfection de la foi, mais nous disons que cela demande une mise en détaille : En effet, le nom « acte » englobe les actes du coeur et des membres, la pratique et l’abandon. Il englobe aussi les obligations qui sont les cinq fondements de la religion et les autres, et cela inclut l’abandon du polythéisme et de la mécréance, et des autres péchés moindres que ces deux là. Quant-à l’abandon du polythéisme et des différentes variétés de mécréance et le désaveu de ceci, et bien c’est une condition de validité sans laquelle la foi ne se réalise pas. Quant à l’abandon du reste des péchés, c’est une condition de perfection de la foi obligatoire. Pour ce qui est de la soumission du coeur, c’est de s’incliner à suivre le messager ‘Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, et ce qui est nécessaire pour cela comme actes du coeur comme l’amour d’Allah et de Son messager, la peur d’Allah et espérer en Lui, reconnaître de sa langue, c’est à dire le témoignage qu’il n’y a de divinité qu’Allah et que Mouhammad est Son messager, c’est aussi une condition de validité sans laquelle la foi ne se réalise pas. Quant aux piliers de l’islam après les deux attestations, les gens de la sounnah ne se sont mis d’accord sur aucun d’entre eux : est-il une condition de validité ? Dans le sens que
  4. 4. l’abandonner est une mécréance ? Mais ils ont divergé sur la mécréance de celui qui abandonne l’un d’entre eux, même si le plus connu et le plus grand sur lequel ils ont divergé est les cinq prières obligatoires, car c’est le plus grand pilier après les deux attestations. Et il a été rapporté à son sujet des indications de la mécréance de celui qui abandonne la prière, comme par exemple le hadîth de Jâbir ibn ‘Abdallah qui dit : « J’ai entendu le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- dire « En un homme et la mécréance et l’idolâtrie, il y a l’abandon de la prière. » Et le hadîth de Bourayda ibn Al Houçayb qui dit : Le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- a dit « Le pacte qu’il y a entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne est certes devenu mécréant. » Pour le reste des obligations de l’islam après les cinq piliers, il n’y a aucune divergence entre les gens de la sounnah pour dire que ces actes sont des conditions de perfections de la foi de l’adorateur, et que le faite de l’abandonner est une désobéissance qui ne le sort pas de la foi. Il faut dès-lors savoir que ce que l’on veut dire ici par condition est son sens le plus général, c’est à dire : la chose dont dépend une réalité pour exister, et ceci que cette chose soit un pilier de cette réalité ou n’en fasse pas partie, ce que l’on appel ici condition de la foi fait bel et bien partie de la foi. Et cette explication est tout à fait conforme à la voie de la Sounnah et de la jamâ‘a. Si une personne ne considère pas celui qui abandonne la prière par paresse comme un mécréant, on ne dira pas d’elle qu’elle est un mourji’, tout comme on ne traitera pas de Haroûrî celui qui le considère mécréant. Une personne est un mourji’ lorsqu’il sort les actes du coeur et des membres de la nomination de la foi. S’il dit que les obligations sont obligatoires, et que les interdictions sont interdites, et qu’il en découle un châtiment alors ce sera la parole des mourji’at al fouqahâ biens connus, et c’est cela que les imams ont réprouvé et en ont démontrer l’opposition aux textes du Coran et de la sounnah. Et s’il dit : « les péchés ne nuisent pas à la foi, car la foi c’est la connaissance » alors c’est ce que disent les extrémistes mourjî’ comme les jahmya, qui sont mécréant selon les pieux prédécesseurs. Par ceci nous apparaît la réponse à la question « Est-ce que les actes sont une condition de validité de la foi ou de perfection ? Et quelle est la voie des mourji’ à ce sujet ? » Et je ne connais aucun imam parmi les anciens ayant parlé de ça, mais je ne le connais que de certains qui vinrent bien après. Avec tous ces détailles, nous avons préparé la réponse à deux questions : 1) Comment le mécréant de base se convertit t’il à l’islam et à partir de quand l’affirme t’on ? 2) Comment le musulman sort t’il de l’islam, devenant ainsi un apostat ? Pour la réponse à la première question : C’est que le mécréant se convertit à l’islam, et on lui affirme l’islam lorsqu’il accepte les deux attestations, l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah et que Mouhammad est le messager d’Allah. Quiconque reconnaît cela de sa langue sans le reconnaître dans son coeur alors on
  5. 5. affirme qu’il est musulman dans l’apparence, et s’il le reconnaît de sa langue et aussi intérieurement, alors il est réellement musulman et il a en lui le fondement de la foi. Il n’y a pas d’islam sans foi, et pas de foi sans islam. Et cette reconnaissance par laquelle s’affirme réellement l’islam inclut trois points : 1) La croyance dans le coeur 2) La soumission du coeur 3) La prononciation de la langue. Et la reconnaissance intérieure et extérieure se réalise par la soumission du coeur et la prononciation de la langue. Tous ceci inclut ce qui est connu chez les gens de science, de se conformer aux lois islamiques, qui est la foi en le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- et en ce avec quoi il est venu, nouer son coeur à son obéissance. Quiconque n’est pas en conformité avec cela n’accepte pas réellement (les deux attestations.) Quant à ce qui s’oppose à la reconnaissance du coeur, c’est le démentit, le doute et le détournement. Pour la soumission, elle inclut de répondre aux commandements, de les aimer, de les accepter et les agréer. L’opposé de cela est le refus, l’orgueil et la haine contre ce avec quoi est venu le messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. Quant à l’opposé de la prononciation de la langue, c’est le démentit ou l’hypocrisie : celui qui reconnaît dans son coeur et démentit de sa langue, alors sa mécréance sera le reniement. Et celui qui reconnaît de sa langue et démentit dans son coeur, sa mécréance sera l’hypocrisie. Il naît de cela six catégories de mécréance, toutes s’opposent à un fondement de l’islam. Ces catégories sont : 1) La mécréance par démentit. 2) La mécréance par doute. 3) La mécréance par détournement. 4) La mécréance par refus. 5) La mécréance par reniement. 6) La mécréance par hypocrisie. Et il fait partie de la mécréance par refus et orgueil : Se refuser de suivre le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- et de répondre à son appel, et ce même si dans le coeur il le croit véridique et l’avoue de sa langue. Ceci est semblable à la mécréance de Abou Tâlib et tous ceux qui avouent extérieurement la prophétie de Mouhammad –salla llahou ‘alayhi wa sallam- parmi les juifs et autres… Pour la deuxième question : Comment le musulman sort t’il de l’islam, devenant ainsi un apostat ? L’essentiel de la réponse est dans trois points :
  6. 6. Premièrement : Ce qui s’oppose à l’acceptation des deux attestations, il s’agit donc des 6 catégories de mécréance que nous avons cité précédemment, en effet lorsque le musulman tombe dans l’une de ces catégories, il annule ses deux attestations et devient apostat. Deuxièmement :Ce qui annule l’authenticité des deux attestations, qu’il n’y a de divinité vraie qu’Allah et que Mouhammad est le messager d’Allah. A) Ce qui annule l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah : En effet, l’authenticité de l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah est de mécroire au tâghoût et d’avoir foi en Allah, et ceci englobe le monothéisme et ses trois catégories : L’unicité dans la seigneurie, l’unicité dans l’adoration et l’unicité dans les noms et descriptions. Ceci inclut de croire qu’Il est –ta‘âlâ- le Seigneur de toute chose et le Roi Détenteur de toute chose, et que ce qu’Il veut est, et ce qu’Il ne veut pas n’est pas. Qu’Il est la vraie divinité, que rien d’autre que Lui ne la mérite, et qu’Il est Celui qui est décrit par toutes les perfections et purifié de tout défaut, et qu’Il est comme Il s’est décrit Lui-même et comme l’a décrit Son messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam- sans abolire (ces descriptions) et sans faire de comparaison avec les descriptions des créatures, d’après la parole d’Allah ta‘âlâ : « Il n’y a rien qui Lui soit semblable, et c’est Lui qui entend tout et voit tout. » Et en même temps, il faut L’adorer Lui uniquement, et désavouer ce qui se fait adorer d’autre que Lui. Il y a plusieurs choses qui annulent le monothéisme : 1) Renier l’existence même d’Allah, et ceci est la pire mécréance et déviance, et cela annule complètement le monothéisme. Le fait de croire en l’unique existence (wahdat-oul-woujoûd) en fait partie. 2) Croire qu’il y a un autre créateur avec Allah, un autre gérant indépendant d’Allah dans la gérance et le contrôle de l’univers, et ceci est le polythéisme dans la seigneurie. 3) Croire qu’Il y a quelque chose de semblable à Allah dans une description parfaite, comme Sa science et Sa puissance. 4) Faire ressembler l’Être d’Allah ta‘âlâ ou l’une de Ses descriptions ou l’un de Ses actes à une créature, comme le disent les anthropomorphistes : « Il entend comme moi j’entends, Il voit comme je vois… » Entre dans cela également le fait de décrire Allah par une qualité rabaissante, comme la pauvreté, l’avarice, l’impuissance ou Lui attribuer une femme ou un enfant.
  7. 7. 5) Croire qu’il y a quelqu’un dans la création qui mérite d’être adorer avec Allah, et ceci est la croyance du polythéisme dans l’adoration, même s’il n’adore pas un autre qu’Allah. Et ces cinq catégories font toutes parties de la mécréance et du polythéisme se rattachant à la croyance. 6) Adorer qui que ce soit avec Allah par n’importe quel type d’adoration. Ceci est le polythéisme dans l’adoration, que ce soit en croyant que cette chose profite ou nuise ou qu’il le prétende être un intermédiaire qui le rapproche d’Allah. Cela inclut de se prosterner pour une statue. La différence entre ici et ce qu’il y a avant est qu’ici, on parle du polythéisme de l’acte qui annule le monothéisme de l’acte, ce dernier étant : l’adoration d’Allah uniquement. Alors que celui d’avant est le polythéisme de la croyance, annulant la croyance de l’unicité d’Allah dans la divinité et le droit à l’adoration. Cette forme de monothéisme fut appelée l'unicité de la divinité et de l'adoration, du a l’implication qu’il y a entre les actes et la croyance. Et son opposé fut appelé le polythéisme dans la divinité et l’adoration 7) Renier les noms d’Allah et Ses descriptions ou la moindre chose de cela. 8) La sorcellerie, qui inclut : - Ce qui sépare le l’homme de son épouse, comme la magie des gens de Babylone. - Ce qui ensorcelle les yeux des gens, leur faisant voir les choses sous une forme irréelle, comme la sorcellerie des magiciens du pharaon. - La sorcellerie qui consiste à souffler sur les noeuds, c’est la sorcellerie que pratiquaient Loubayd ibn al A‘çam et ses filles. Et ces types de sorcellerie se font en donnant à Allah des associés en adorant un démon ou un astre. Quant à la magie truquée, qui consiste à la prestidigitation des mains et à faire des mouvements rapides, et la magie illusionniste qui consiste à faire apparaître les objets sous une forme irréelle par trucage, ces deux types de sorcelleries ne sont pas de la mécréance mais plutôt une forme de tromperie et de tricherie. B) L’authenticité de l’attestation que Mouhammad est le messager d’Allah : C’est qu’Allah l’a envoyé à toute l’humanité avec la guidée et la religion de vérité, et qu’il est le sceau des prophètes, et qu’il est le véridique que l’on croit dans tout ce qu’il informe, et que sa guidée –salla llahou ‘alayhi wa sallam- est la meilleure des guidées, de croire en lui, de lui obéir, et de l’aimer. Et le suivre est une obligation pour tout un chacun.
  8. 8. Et l’ensemble de ce qui annule l’authenticité de l’attestation que Mouhammad est le messager d’Allah sont les points suivants : 1- Renier Son message, salla llahou ‘alayhi wa sallam, ou le démentire, ou douter de sa véracité. 2- Renier qu’il soit le sceau des prophètes, ou prétendre qu’il y a un prophète après lui salla llahou ‘alayhi wa sallam, ou croire celui qui le prétend, ou douter de son mensonge. 3- Renier le fait que son message s’adresse à toute l’humanité, salla llahou ‘alayhi wa sallam, en croyant qu’il ne s’adresse qu’aux arabes ou le prétendre, et qu’il n’est pas obligatoire aux juifs ni aux chrétiens de le suivre, ou qu’il soit permis à quelqu’un de sortir de sa loi, salla llahou ‘alayhi wa sallam, comme le disent les philosophes et certains soufis ou autres du genre… 4- Rabaisser le messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ou critiquer sa personne ou sa guidé, ou son histoire. 5- Se railler du messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, se moquer de lui ou d’une des croyances qu’il nous a amener, ou de l’une de ses lois. 6- Le démentir, salla llahou ‘alayhi wa sallam- dans l’une des informations qu’il nous a donné du monde de l’invisible se rattachant à Allah, aux anges, aux livres, aux messagers, au commencement et au retour, au paradis ou à l’enfer. C) Ce qui annule les deux attestations en même temps, et cela inclut les points suivants : 1) Démentir que le Coran émane d’Allah, et renier une sourate, un verset ou une seule lettre du Coran, ou prétendre qu’il est une création, ou qu’il n’est pas la parole d’Allah. 2) Préférer les lois humaines inventées à la loi d’Allah et de Son messager, ou bien la considérer équivalente, ou légaliser de gouverner par ces lois humaines tout en préférant la loi d’Allah et de Son messager. 3) Déclarer ce qu’Allah et Son messager ont permis comme étant interdit, ou déclarer interdit ce qu’Allah et Son messager ont permit, ou obéir à quelqu’un dans cela.
  9. 9. Attention Il faut savoir que : Premièrement : Aucune excuse d’ignorance n’est à supposée pour ce que nous avons précédemment cité comme catégorie d’apostasie, comme renier l’existence d’Allah ou démentire le messager salla llahou ‘alayhi wa sallam. Ceci rend mécréant tout individu quel que soit son cas. Et il y a les cas ou l’on peut supposer que la personne est excusée par son ignorance ou sa mauvaise interprétation, comme par exemple : - Renier une chose avec laquelle est venu le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam-comme information ou loi. Pour cela, l’individu ne devient mécréant qu’après que la preuve lui ait été expliquée. Deuxièmement : C’est que quiconque laisse paraître sur lui l’une de ces catégories d’apostasie sérieusement, par plaisanterie, par flatterie ou par entêtement lors d’une dispute, c’est à dire sans y être contraint, devient mécréant, d’après la parole d’Allah tabâraka wa ta‘âlâ : « Quiconque a mécru en Allah après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. » Fait partie de cela : Se prosterner pour une statue par courtoisie envers les idolâtres, afin d’obtenir un rang social ou une faveur d’eux, en prétendant qu’il avait dans son coeur l’intention de se prosterner pour Allah et pas pour cette statue. Ceci car il laisse paraître la mécréance sans y avoir été contraint, il entre donc dans le verset : « Quiconque a mécru en Allah après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. » Troisièmement : Ce qui implique de façon apparente ou qui indique clairement l’absence d’acceptation des deux attestations à l’intérieur, et ce même si la personne, dans l’apparence, prétend qu’il accepte les deux attestations. Et ceci inclut : 1- Se détourner de l’a religion de l’islam, ne pas l’apprendre, ne pas la pratiquer, ne pas se soucier de ce que l’on abandonne comme obligations et de ce que l’on commet comme péchés, ni de ce qu’on ignore comme lois. 2- Il faut savoir qu’une personne responsable ne sort pas de la mécréance par détournement de la religion -qui implique l’absence d’acceptation de cette religion- en ayant quoi que ce soit comme qualité de piété ou de branche de la foi, car ces qualités se retrouvent chez des gens mécréants et croyants, comme le fait d’ôter du chemin ce qui l’obstrue, la bonté envers les parents ou rendre le dépôt. Mais plutôt, l’absence de détournement se réalise en accomplissant les obligations qui sont propres à la loi islamique avec laquelle est venu le messager d’Allah – salla llahou ‘alayhi wa sallam- comme la prière, la Zakât, le jeûne ou le pèlerinage, le pratiquant avec foi et dans le but d’en recevoir la récompense. Cheykh Al Islâm ibn Taymiya dit :
  10. 10. « Un homme ne croira pas en Allah et en Son messager sans pratiquer une seule obligation exclusivement ordonnée par Mouhammad –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. » (Majou‘at Oul fatâwâ Vol. 7 p. 621) Remarque : C’est ainsi qu’est rapportée l’expression dans la fatwâ, mais il serait peut-être plus adéquat de dire : « Un homme ne croit pas en Allah et en Son messager alors qu’il ne pratique pas une seule obligation exclusivement ordonnée par Mouhammad – salla llahou ‘alayhi wa sallam. » 2- Que le gouverneur instaure une loi inventée par l’homme contenant des lois contredisant les lois formelles de la charî‘a inévitablement connues en religion, en refusant de gouverner par elles et de revenir à elles pour juger les gens, et en punissant celui qui juge par la loi de la charî‘a s’opposant à sa loi, tout en prétendant accepter l’obligation de gouverner par la charî‘a de l’islam qui n’est que la loi d’Allah et de Son messager. Il fait partie de ces lois idoles (tâghoûtiennes) s’opposant à la loi d’Allah et de Son messager : A) La liberté de penser, on ne tue donc pas l’apostat ni ne lui demande de se repentir. B) La liberté d’agir, on n’impose donc à personne de prier ni de jeûner et on ne punit pas celui qui délaisse cela. C) Remplacer la peine du voleur, qui est l’amputation de la main, par une amende et une réprimande. D) Empêcher l’application de la sentence sur les adultérins en faisant passer un accord entre les deux, à moins que le mari en décide autrement, ou autre genre de lois incluant l’autorisation de l’adultère, ou l’abolissement de la peine de flagellation ou de lapidation. E) Autoriser la fabrication ou la vente d’alcool, et empêcher de punir celui qui le boit. 3- Se faire l’allié des mécréants juifs, chrétiens ou idolâtres en les secourant contre les musulmans. Allah ta‘âlâ dit : « Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. » 4- Le faite que le musulman abandonne la prière constamment, de tel manière qu’il ne prie que lorsqu’il y a des gens, pour se faire bien voir, et même sans être en état de pureté. En effet, l’abandon de la prière dans ce cas de figure ne peut émaner d’une personne qui accepte intérieurement son obligation. Sa mécréance sera donc ici causée non pas par l’abandon de la prière au sujet duquel les savants d’Ahl Sounnah ont divergé, mais par l’abandon de l’acceptation de l’obligation de la prière. Pour cette raison, il faut faire la distinction entre ceci et le cas de celui qui prie mais qui n’est pas constant dans sa prière, en l’abandonnant de temps à autre et en manquant à ses obligations, comme l’indique le hadîth de ‘Oubâdat ibn Sâmit qu’Allah l’agrée, qui dit qu’il entendit le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- dire : « Allah a prescrit 5 prière à Ses adorateurs. Quiconque les pratique sans perdre le moindre de leur droit par mépris, aura un pacte avec Allah pour entrer au paradis. Et quiconque ne les pratique pas et arrive sans avoir ce pacte avec Allah, Il le châtiera s’Il le veut, ou le fera entrer au paradis s’Il le veut. »
  11. 11. Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya dit dans « Majmoû‘at oul Fatâwâ » Vol. 22 p.49 : « Quant à celui qui persiste à l’abandonner et à ne pas prier du tout et meurt ainsi, une telle personne n’est pas musulmane. Cela dit, la majorité des gens prie de temps en temps et abandonnent la prière de temps en temps. Ceux-la ne sont pas constants sur la prière et sont menacés, c’est d’eux que parle le hadîth rapporté dans les sounan d’après ‘Oubâdat ibn Sâmit… (puis il cite le hadîth précédemment cité) Donc, celui qui est constant dans sa prière est celui qui la prie à son heure comme l’a ordonné Allah ta‘âlâ. Quant-à celui qui la prie des fois à son heure et des fois en retard, ou abandonne les prières obligatoires, une telle personne est sous la volonté d’Allah. Et il se peut que la pratique de ses prières surérogatoires complète ses manquements envers ses prières obligatoire comme ce fut rapporté dans le hadîth. » Il dit également, qu’Allah lui fasse miséricorde, que le messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam- nous informa qu’il y aura des gouverneurs qui retarderont leur prière, dans majmoû‘ Al Fatâwâ Vol. 22 p. 61 : « Et si l’on dit, et c’est l’avis correct, qu’ils la retardaient jusqu’à ce que son heure passe, et bien le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ordonna à la communauté de prier la prière dans son heure, et il dit : « Faite des prières que vous priez derrière eux des prières surérogatoires. » Et il leur interdit de les combattre. Celui qui la retarde jusqu’après son heure est un pervers, or la communauté n’est pas combattue pour le simple fait d’être perverse. Quant-à ces dirigeants là, ce sont des pervers, et il nous ordonna de prier derrière eux les prières en tant que surérogatoires. » Fin de citation. 5- Et également, jeter volontairement le Coran dans les toilettes ou uriner dessus, ou l’écrire avec des impuretés, ceci ne peut provenir d’une personne qui croit que c’est là la parole d’Allah –‘Azza wa djall-. Cheykh Al Islâm ibn Taymiya, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit dans les fatâwâ vol.7 p. 616 : « Et il est habituellement inimaginable qu’un homme soit croyant dans son coeur, accepte qu’Allah lui a imposer la prière, pratiquant la charî‘a du prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam et ce avec quoi il est venu, et que le gouverneur lui ordonne de prier, et qu’il refuse jusqu’à ce qu’il se fasse mettre à mort tout en étant croyant intérieurement. Il ne peut être qu’un mécréant, même s’il dit : « J’accepte qu’elle soit obligatoire, c’est juste que je ne la pratique pas. » Cette parole dans un tel contexte n’est qu’un mensonge. De même, s’il prend un Coran et le jette dans les toilettes en disant : « Je témoigne que ce qui se trouve dedans est la parole d’Allah ! » Ou qu’il se mette à tuer un prophète en disant « Je témoigne que tu es le messager d’Allah ! » Ou autres actes de ce genre annulant la foi du coeur. S’il dit « Je suis croyant dans mon coeur » dans un tel contexte, il aura alors mentit dans ce qu’il aura prononcé extérieurement comme propos. » Quant-à la question « Est-ce que la mauvaise éducation peut être une excuse pour celui qui insulte Allah ou Son messager ? » La réponse est : Insulter Allah ou Son messager est parmi les annulations claires et évidentes de l’islam, car c’est du mépris envers Allah et Son messager, car cela annule ce qu’impliquent les deux attestations comme glorifications d’Allah et de Son messager.
  12. 12. Et la mauvaise éducation n’est pas une excuse pour une personne responsable pour délaisser une obligation ni pour faire une interdiction, et encore moins pour commettre une catégorie de mécréance envers Allah. Et s’il était vrai que la mauvaise éducation soit une excuse pour ce genre de chose, les juifs et les chrétiens et autres qu’eux seraient alors excusés pour leur judaïsme, christianisme etc. Et un musulman ne dirait pas une tel chose, et celui qui prétend cela est un mécréant, on lui enseigne la chose et lui demande de se repentir, et s’il ne se repentit pas il est obligatoire de le mettre à mort pour apostasie. Dans les deux recueilles de hadîth authentiques, Abou Hourayra dit que le messager d’Allah – salla llahou ‘alayhi wa sallam- a dit : Tout nouveau-né naît sur une saine nature première. Ce sont ses parents qui le rendent juif, chrétien ou mazdéen, tout comme le bétail met au monde un animal intact, y sentez-vous des défauts ? » Puis Abou Hourayra dit : Si vous voulez, lisez la parole d’Allah : « Telle est la nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes - pas de changement à la création d’Allah -. » Et Allah ta‘âlâ dit : « Mais plutôt ils dirent: «Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion, et nous nous guidons sur leurs traces…» Et nous demandons à Allah de renforcer nos coeurs sur Sa religion, de nous faire aimer la foi et de l’embellir à nos coeur, et de nous faire haïr la mécréance, la perversité et la désobéissance, et qu’Il fasse de nous des guides, car Il est certes Entendeur des invocations. Et qu’Allah salue et fasse éloge de notre messager Mouhammad, sa famille et ses compagnons. Par son éminence le savant érudit Abder-Rahmân ibn Nâçir Al Barrâk. Source : Son site : http://www.islamlight.net//downloads/m2.doc

×