Sermon sur la piété

227 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
227
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sermon sur la piété

  1. 1. Sermon sur la piété Par l’Imâm ‘Abd Al-Qadîr Al-Jîlânî http://bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com/ 1
  2. 2. Fait à la Madrassa, le 17 Rdjab de l’année 545 de l’Hégire : Voici quelques conseils données par le Prophète Muhammad -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « Si quelqu’un désire être le plus honorable des hommes, en toutes circonstances, il doit craindre Allâh. Si quelqu’un aspire à être le plus fort des hommes, il doit, dans toutes ses affaires, se résigner à Allâh. Si quelqu’un ambitionne d’être le plus riche des hommes, il lui faut compter, non sur ce qu’il possède, mais sur ce qui se trouve dans les mains d’Allâh. Enfin, si quelqu’un aspire à occuper un degré élevé dans le monde et dans l’autre : « qu’il soit pieux. » Car Allâh dit dans le Coran que : « Le vêtement de la piété est le meilleur. »1 - « En vérité, le plus honorable parmi vous, devant Allâh, est le plus pieux d’entre vous. »2. ». Ainsi donc, devant le Seigneur, la gloire et l’honneur ne se forment que de la piété. http://bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com/ 2 On s’honore, en se dirigeant vers Allâh. On s’abaisse en s’éloignant de Lui. On s’ennoblit en s’unissant à Lui. On s’avilit en Lui associant d’autre divinité. Quiconque désire être fortifié dans la Religion d’Allâh dans l’Islam ; qu’il se soumette à Allah. Car la résignation améliore le coeur, elle lui donne la force et la fermeté ; elle le dirige vers le droit chemin ; elle lui révèle beaucoup de mystères. Ne te fie donc pas à ta richesse et à tes moyens. Car si tu comptes sur eux, cette confiance pourrait faire que tu sois perdant. Aie foie en Allâh, car c’est Lui qui t’accorde cette force et qui te soutient, C’est Lui qui peut te pourvoir de dons sur « la provenance desquels tu ne comptais pas. »3. Dans un cas semblable, tu peux devenir le plus fort des hommes. Si quelqu’un souhaite se distinguer et figurer parmi les notabilités, alors hormis Allâh, il ne lui faut redouter personne ! Qu’enraciné devant la porte du Seigneur, il espère et attende tout de Lui ; qu’il ne le fonde aucun espoir sur autrui ; et que, s’il lui arrive de porter ses regards sur les puissants et sur les riches, il ne se laisse pas éblouir et ne leur accorde aucune importance, et les considère avec ses yeux du coeur. 1 Sourate Al A‘araf, verset 25. 2 Sourate les appartements, verset 13. 3 Sourate le divorce, verset 2.
  3. 3. Ô Toi qui a délaissé la piété ; tu t’es ainsi frustré de l’honneur de la Religion. Ô Toi qui as escompté l’aide des créatures et les choses de ce monde ! Tu as perdu ainsi l’aide d’Allâh, et la gloire que l’on acquiert par Lui. Ô Adolescent ! Si tu souhaites la piété, la résignation avec la sécurité, fais provision de patience ! Car le fondement de tout bien est la patience. Et dès que ton intention, que ta résolution d’user en tout de patience seront fermement établies, Allâh t’en récompensera, en développant dans ton coeur Son amour. Pour peser les bonnes oeuvres, il existe une balance. Mais pour mesurer la patience, il ne s’en trouve pas. La rétribution de la patience pour celui qui la pratique, comportera des bienfaits incalculables en ce monde, ainsi qu’en de merveilleux Paradis. Le Coran nous en donne l’assurance comme suit : « La terre d’Allâh est vaste, en vérité ceux qui sont patients seront rétribués pour leur salaire, sans compter ! ». (Sourate les troupes, verset 13) Certes, à n’en pas douter, les mérites des différents oeuvres pies seront évalués par des mesures spéciales. Quant au prix accordé à la patience, pour celui qui l’aura pratiquée dans différente situation malheureuses, s’il n’y a pas de mesure pour l’évaluer, c’est que la récompense qui lui est attribuées est si puissamment prodigieuse, qu’il faut la comparer à lune pluie torrentielles, dont la générosité se déverse sans mesure. Quant à toi, comment peux-tu prétendre avoir la foi, puisque tu es sans patience ! Ô Toi ! Comment peux-tu prétendre te dire initié, puisque tu n’as pas accepté avec résignation ton sort, et que tu ne t’en déclares pas satisfaits Ces précieuses et indispensables vertus ne peuvent se démontrer par de simples paroles ! Si tu en es doué, c’est par des actes qu’il faut en faire la preuve ! Tu ne peux en parler avant l’avoir posé ta tête sur le seuil de la porte de la résignation, et, sans le maudire, supporter le pied du destin, lorsqu’il te foulera et te fera sentir son poids pesant. Qu’il meurtrisse alors ou ton corps ou ton coeur comblé d’amertume ; que le malheur ou le bonheur te visite et t’éprouve, tu dois demeurer impassible. Tel un corps privé de reflexes sensibles ; ou si tu veux, comme un homme dont la tête a été tranchée, et qui est dans la complète impossibilité de se mouvoir. Bref, en toutes circonstances, les preuves à fournir doivent être celles de la patience et du calme ; d’un calme qui ne permette ni aux doute, ni à aucun sentiment d’opposition de se manifester. Il faut, qu’affranchi de toute attache avec les choses de ce monde, la créature sache garder son coeur et son esprit libre et sans émoi, dans tous les événements qui marquent son destin. Nombreux sont les mystères dont je vous fais part, et je ne m’aperçois pas que vous en profitiez. Que de vérités ne vous ai-je pas déjà exposées, vous les expliquant, parfois longuement parfois brièvement, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre ; que de conseils ne vous ai-je pas déjà donnés ! http://bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com/ 3
  4. 4. http://bibliotheque-islamique-coran-sunna.over-blog.com/ 4 Mais vous ne les suivez pas ! Qui peut ainsi obscurcir vos intelligences ? D’où peut provenir votre dureté de coeur et votre ignorance ? Ô Adolescent ! Sache, qu’il n’y aura pas de salut pour toi, tant que tu n’auras pas abandonné à autrui la possession des choses de ce monde, te réservant pour toi-même « la vie future ». Pour conclure, réfugie-toi en Allâh, ton Seigneur et ton Créateur, et là, en Lui tu seras à l’abri des contingences et à l’abri de l’infirmité des créatures. »

×