guide                       officiel                          La RSE «Made in France» !                                   ...
LE J U S T E É Q UILIBRE D’UNE GASTRO N O M I E R A F F I N É E , R E S P O N S A B L E & A C C E S SIBLE                 ...
EDITORIALTo be RSE … or not to be !Une exigence concrète désormais incontournable pour laplupart des entreprises qui veule...
SOMMAIREAvant-Propos                                                                                                      ...
AVANT-PROPOSAncrer durablement la RSEdans les comportementsLa France figure parmi les pays les plus avancés en matière de ...
AVANT-PROPOSLa responsabilité sociale etenvironnementale de l’entreprisedevient une véritable exigenceLa crise que nous tr...
Comprendre, maîtriser, agir   Leader des formations spécialisées « énergie – climat » à haute valeur ajoutée   Le concepte...
LES BONNES PRATIQUES                            La démarche volontaire de neutralité                            en CO2 du ...
L’information stratégique            pour les acteurs du               développement durable                              ...
LES BONNES PRATIQUES                                 Les bureaux de Poste, vitrines                                 de l’e...
CONGRES RSE  LEADERSHIP                                                                                                  S...
SALLE 351                                                                     CONGRES RSE  LEADERSHIP                     ...
CONGRES RSE  LEADERSHIP                                                                                                   ...
SALLE 351                                                                      CONGRES RSE  LEADERSHIP                    ...
PROGRAMME EXPERTS  SOLUTIONS       MERCREDI 3 AVRIL 2013                           10h30 à 11h15                          ...
PROGRAMME EXPERTS  SOLUTIONS                                                                                              ...
PROGRAMME EXPERTS  SOLUTIONS    MERCREDI 3 AVRIL 2013                          15h30 à 16h15                              ...
PROGRAMME EXPERTS  SOLUTIONS                                                                                              ...
PROGRAMME EXPERTS  SOLUTIONS    JEUDI 4 AVRIL 2013                           15h30 à 16h15                                ...
Association des Professionnels                                  en conseil carboneRéduiRe sA déPendAnce éneRgétiQueet Anti...
Présentation des    Partenaires
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Guide officiel produrable 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guide officiel produrable 2013

4 715 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 715
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
124
Actions
Partages
0
Téléchargements
94
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide officiel produrable 2013

  1. 1. guide officiel La RSE «Made in France» ! 3 & 4 avril 2013 Palais des Congrès de Paris - Porte Maillot 6e édition Sous le haut Avec le soutien de : patronage du : www.produrable.comSponsors officiels : Silver Sponsors :
  2. 2. LE J U S T E É Q UILIBRE D’UNE GASTRO N O M I E R A F F I N É E , R E S P O N S A B L E & A C C E S SIBLE Des recettes innovantes 100% BIO certifiées par Ecocert® www.toutbio.tv l 7 rue de Liège 75009 Paris Lisa TA l T. : 01 80 60 35 59 l F. : 01 80 60 35 70 l lisa.ta@toutbio.tv Toutbio est une marque du Groupe Eurosites
  3. 3. EDITORIALTo be RSE … or not to be !Une exigence concrète désormais incontournable pour laplupart des entreprises qui veulent perdurerLa responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est ladéclinaison des principes du développement durable àl’échelle de l’entreprise. Elle signifie essentiellement queles entreprises, de leur propre initiative, contribuent à amé-liorer la société et à protéger l’environnement, en liaisonavec les parties prenantes. De plus en plus d’entreprisesreconnaissent leur responsabilité sociétale en mettant enœuvre des dispositifs au sein de leur structure et avec leursparties prenantes.La multiplication des expériences concrètes de RSE notam-ment en Europe mais également dans le monde indiquedésormais qu’il s’agit plus d’un mouvement de fond irréversible de management qualitatifintégré que d’un effet de mode passager aux seuls relents médiatiques ou d’une seule obser-vation stricte des règles et normes en vigueur.Il en irait même de la survie des organisations…..Une catastrophe écologique, un mouvement social de grande ampleur, un scandale finan-cier, sanitaire ou alimentaire (les exemples récents sont nombreux), sont toujours facteurs dedestruction de valeurs matérielles et immatérielles considérables pour les entreprises et leursecosystèmes.Enjeux, gouvernance et critères. Outils, et normes. Aspects opérationnels, mise en œuvre etretours d’expérience, les 2 journées du salon PRODURABLE permettront aux grands comptescomme aux PME, des secteurs privés et publics de mieux comprendre la RSE…. pour sel’approprier.Mais surtout, l’objectif poursuivi reste de prouver par A+B que « efficacité économique » etperformance « extra financière » ne font qu’un, que les entreprises responsables sont plusperformantes et pérennes que les autres, et que chacune se doit d’intégrer une nouvelle visionde la RSE comme levier de création de valeur partagée, de compétitivité et d’innovation.Merci à nos partenaires, conférenciers, exposants et visiteurs de leur contribution à cette6eme édition de PRODURABLE, place à la RSE « Made in France » et très bon salon à tous !Cécile Colonna d’IstriaFondatrice associéeTODDAYLa société Todday décline toute responsabilité pour les Le Guide Officiel PRODURABLE 2013 est impriméerreurs ou omissions de quelque nature qu’elle soit, qui par Pure Impression™ avec des encres végétalespourraient se trouver dans la présente édition du Guide sur un papier PEFC garantissant une gestionOfficiel PRODURABLE 2013. durable des forêts. Produrable 2013 I 1 www.produrable.com
  4. 4. SOMMAIREAvant-Propos 5Bonnes Pratiques 9Congrès RSE Leadership – Mercredi 3 avril 12Congrès RSE Leadership – Jeudi 4 avril 14Programme Experts Solutions – Mercredi 3 avril 16Programme Experts Solutions – Jeudi 4 avril 19Présentation des Partenaires / Exposants / Sponsors 23Merci à : Partenaires Réseaux Partenaires Médias Partenaires Evénements Production audiovisuelle dédiée au Développement Durable Agence de Relation Presse Recyclage et collecte Traiteur 100% Bio des déchets de bureau Aménagement floral et paniers de fruits de saison Bilan et compensation carbone Champagne éco-responsable et vins issus d’une viticulture raisonnée Bouteille écologique réutilisable Créateur de chocolat Mobilier récyclé porteur de sens Produrable 2013 I 3 www.produrable.com
  5. 5. AVANT-PROPOSAncrer durablement la RSEdans les comportementsLa France figure parmi les pays les plus avancés en matière de RSE.Elle est l’un des premiers pays à avoir formalisé un cadre réglementaireconcernant le reporting environnemental et social. Par ailleurs l’enca-drement normatif des démarches éthiques des entreprises se renforceen faveur d’un engagement plus efficace. A titre d’exemple un nombrecroissant d’entreprises françaises, dont un très grand nombre de PME,adhèrent volontairement au Pacte Mondial et s’acquittent de l’obligationde reporting. J’ai la conviction que ces démarches démontrent la maturitécroissante des entreprises françaises en matière de RSE.L’environnement économique instable constitue pourtant une menacepersistante sur la RSE. Dans ce contexte la tentation de choix court-termistes au profit de la rentabilité est forte. C’est un défi permanent pourla fonction RSE qui chaque jour doit faire la preuve de son utilité dans lagestion des enjeux de réputation, mais également dans la gestion durisque.Dans ce contexte BNP Paribas fait le choix d’ancrer durablement la RSEdans les comportements. Le Groupe organise désormais sa démarche dedéveloppement durable autour de 4 piliers - économique, social, civique, environnemental - et douze engage-ments. Pour améliorer la compréhension de notre démarche RSE par nos collaborateurs, nous mettons l’accentsur la formation en ligne consacrée aux politiques de financement et d’investissement dans les secteurs sensibles,que nous avons conçu en sept langues et qui est intégrée au parcours de formation des commerciaux.Autre enjeu important dans un Groupe qui opère dans 80 pays : s’assurer que chaque pays en y intégrant sesspécificités locales, s’approprie les axes stratégiques de la RSE et garde le cap. Nous nous attachons par ailleursà promouvoir les meilleures pratiques au sein de notre sphère d’influence, notamment en dialoguant avec nosparties prenantes (collaborateurs, clients, fournisseurs et communauté).Enfin l’intégration de critères extra-financiers dans la rémunération variable des 5 000 premiers collaborateursde l’entreprise constitue un aiguillon puissant à l’action et contribue à l’évolution des pratiques professionnelles.Laurence Pessez,Déléguée à la Responsabilité Sociale et Environnementale, BNP Paribas Produrable 2013 I 5 www.produrable.com
  6. 6. AVANT-PROPOSLa responsabilité sociale etenvironnementale de l’entreprisedevient une véritable exigenceLa crise que nous traversons remet en cause profondément un systèmequi a vu la finance prendre le dessus sur l’économie. Elle amène tous lesacteurs et notamment les entreprises à s’interroger sur leur responsabilité.Ma conviction est qu’avec cette crise, la responsabilité sociale etenvironnementale de l’entreprise est non seulement un choix, maisdevient une véritable exigence.C’est la raison pour laquelle le groupe La Poste a défini 3 axes prioritaires. Crédit photo : Photothèque Groupe La PosteLe premier, c’est la qualité de service qui fonde la relation de confianceet la satisfaction des clients. Le deuxième c’est la qualité de vie autravail, parce qu’opposer économie et qualité de vie professionnelle n’apas de sens ; les entreprises dont les collaborateurs se sentent biendans leur travail sont celles qui réussissent le mieux. Enfin, le troisièmeaxe, c’est la bonne santé économique qui est indispensable pour solidi-fier les deux premiers. Qui pourrait croire en effet qu’une entreprise endifficulté soit capable de progresser en qualité, d’assurer le bien-être deses collaborateurs et puisse avoir véritablement un avenir ?Ceci nous pousse à apporter une réponse équilibrée aux attentes de toutes nos parties prenantes. Cetteréponse passe par une attitude totalement ouverte et respectueuse vis-à-vis d’elles, par l’intégration desenjeux RSE dans la stratégie du Groupe.Elle repose sur une vision de la responsabilité sociale et environnementale propre à notre entreprise, enlien avec notre identité : faciliter l’accès à tous les échanges – humains, physiques, numériques – quirelient et unissent les personnes, les entreprises, les collectivités, les territoires entre eux.Cette vision spécifique se traduit en engagements concrets qui nourrissent la confiance dans le groupeLa Poste ; le Groupe continue ses efforts pour mettre en place une offre plus responsable : améliorationcontinue des conditions d’accès des offres pour tous, rénovation de plusieurs centaines de bureaux pour enassurer l’accessibilité, poursuite du travail engagé autour de l’offre bancaire responsable et notamment del’ISR, lancement de la lettre verte, le zéro émission de CO2 pour tous et pour tous les produits courrier et colissans supplément de prix, commercialisation d’un colissimo éco-conçu, etc.Et pour que l’engagement du Groupe en faveur de l’environnement soit encore plus significatif, nous noussommes engagés dans une démarche de réduction d’empreinte carbone depuis plusieurs années, avecnotamment notre action en faveur du véhicule électrique, la formation de 71 000 facteurs et factrices àl’éco-conduite. Au-delà de ces actions de réduction d’empreinte carbone, nous compensons intégralementnos émissions résiduelles en finançant des projets permettant la réduction des émissions de gaz à effets deserre dans le monde entier. Une initiative sans précédent ni équivalent en Europe.Les nouveaux services que nous proposons dorénavant autour de la mobilité durable avec nos filiales Greeno-via ou Mobigreen, ou encore notre activité en faveur de la collecte et du recyclage du papier usagé via notreoffre Recygo et le fait que notre Groupe soit l’un des membres fondateurs de l’Institut de l’économie circulairequi vient d’être créé, témoignent de notre volonté de répondre aux attentes de tous et de chacun en termesde responsabilité sociale et environnementale du Groupe.La pérennité de La Poste, et au-delà, de toute entreprise, n’est assurée que si elle crée de la va-leur ajoutée économique, sociale et environnementale à long terme en la co-construisant et en lapartageant avec l’ensemble de ses parties prenantes. Quoi de plus naturel donc pour le groupeLa Poste que d’être partenaire de cette 6ème édition de Produrable qui offrira, j’en suis sûr, denombreuses idées pour œuvrer à une transition vers une nouvelle économie, plus responsable.Jean-Paul Bailly,Président Directeur Général du groupe La Poste Produrable 2013 I 7 www.produrable.com
  7. 7. Comprendre, maîtriser, agir Leader des formations spécialisées « énergie – climat » à haute valeur ajoutée Le concepteur et animateur exclusif des formations à la méthode Bilan Carbone®. Un réseau unique de partenaires experts en matière de stratégie, d’environnement, d’énergie et de climat. Une pédagogie résolument tournée vers l’opérationnel. Une offre en perpétuelle adaptation, pour coller aux évolutions règlementaires, normatives et techniques. De nouveaux modules chaque trimestre. Un développement à l’international.notre offre actuelle :près de 30 modules répartis dans les catégories suivantes Fondamentaux : développement durable, énergie, climat Méthodes, outils et démarches : • Bilan Carbone®, BEGES réglementaire, GHG Protocol • Affichage environnemental, finance carbone, plans d’actions, etc. Sectorielles : bâtiments, hôtellerie, restauration, transports, achats... bordeaux Plans climat : évaluation, financement, lyon communication marseille montpellier Efficacité énergétique paris Biodiversité nantes Eau Et aussi... luxembourg suisse belgique dom-tom www.if-carbone.com Appel gratuit depuis un poste fixe
  8. 8. LES BONNES PRATIQUES La démarche volontaire de neutralité en CO2 du Groupe La Poste ContexteSECTEURServices Conscient de la nécessité de devoir contribuer à la préservation du climat, pour lui-même, pourTAILLE DE L’ENTREPRISE ses clients comme pour la société, le groupe La Poste a décidé en 2007 d’amplifier sa politiqueGrand Compte de réduction de ses émissions de CO2.PAYSFrance Objectif(s) Pour cela, le groupe La Poste s’est engagé dans une action de fond : politique de transports plus propres, éco-conception de ses offres, nouvelles offres comme la Lettre verte, gestion responsable des bâtiments, sensibilisation de ses clients, promotion des éco-gestes auprès des postiers, formation à l’éco-conduite, optimisation des tournées, utilisation du vrac… Objectif : -20% de CO2 d’ici 2015 par rapport à 2008 pour le Courrier. En complément de cette politique de réduction de ses émissions de CO2, le groupe La Poste a décidé d’aller plus loin en assurant la neutralité carbone intégrale de ses offres Courrier, Colis et Express par la compensation de ses émissions de CO2 résiduelles et incompressibles. Démarche Le groupe La Poste assure la neutralité carbone intégrale de ses offres Courrier et Colis depuis 2012 en France (Chronopost et Exapaq) et à l’international, sans surcoût pour ses clients, qu’ils soient particuliers ou entreprises. Toutes les offres sont couvertes par la neutralité carbone : les offres Courrier papier, hybrides, numériques ainsi que les offres Colis et Express ; toutes les sources d’émissions de CO2 liées à ces activités, y compris celles des sous-traitants sont prises en compte. Pour compenser les émissions qui ne peuvent être réduites, le groupe La Poste a choisi de financer des projets qui permettent la réduction des émissions de CO2 et améliorent également les conditions de vie des populations locales. Le Courrier par exemple soutient un projet de mise à disposition de filtres pour le traite- ment de l’eau au Kenya : les prélèvements de bois dans la forêt pour faire bouillir l’eau diminuent les émissions de gaz à effet de serre aussi, tout en facilitant la purification de l’eau pour éviter les maladies. GeoPost, la filiale express du groupe La Poste soutient un projet au Cambodge, en Colom- bie et en France sur la déshydratation de la Luzerne. Grâce à ces projets, le groupe La Poste entend participer activement au défi collectif que représentent l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et le réchauffement du climat qui affecte les conditions de vie des populations dans les pays en développement comme dans les pays industrialisés (élévation du niveau des eaux, catas- trophes climatiques plus fréquentes, etc.). Sponsor officiel : Produrable 2013 I 9 www.produrable.com
  9. 9. L’information stratégique pour les acteurs du développement durable DÉPÊCHES EN TEMPS RÉEL LETTRES QUOTIDIENNES OU HEBDOMADAIRES DOSSIERS THÉMATIQUES REVUE DE PRESSE NOMINATIONS JOURNAL OFFICIEL RSE Éco-Responsabilité Actualité des organisations et standards internationaux Stratégie RSE des entreprises et des collectivités territoriales Reporting extra-financier Gouvernance des organisations Investissement socialement responsable Énergies et Environnement Politique environnementale et énergétique Suivi des négociations internationales sur le changement climatique Pour recevoir nos dépêches, Marché européen du carbone ABONNEZ-VOUS ! Réglementations nationales et européennes claire.boccard@aef.info Politiques budgétaires et fiscales 01 53 10 09 64 www.aedd.fr/tester aedd.fr est une agence d’information du groupe AEF, média de référence pour 20 000 professionnels
  10. 10. LES BONNES PRATIQUES Les bureaux de Poste, vitrines de l’engagement RSE du Groupe La Poste Contexte SECTEUR Services La Poste est le 1er réseau de proximité en France (17 000 points de contacts) et le 2ème opéra- TAILLE DE L’ENTREPRISE teur postal européen. Le groupe La Poste a défini, dès 2003, une politique de développement Grand Compte durable, affirmant son engagement à développer sa performance dans le respect de la société PAYS et de l’environnement. France Objectif(s) Avec ses 2 millions de clients présents chaque jour et ses 54 000 collaborateurs, les bureaux de poste sont essentiels au fonctionnement et à la réussite du Groupe et de la société dans son ensemble. L’ambition est de renforcer le caractère unique de ce réseau de proximité multi-métiers pour faire la preuve de sa différence. Démarche Le groupe La Poste contribue à l’insertion sociale et sociétale, avec l’accessibilité et le service à tous. Dans ce cadre, les bureaux de poste bénéficient d’un important programme de moder- nisation engagé depuis 2008, afin d’améliorer l’esprit de service auprès des clients. Au- jourd’hui, plus de 1200 bureaux sont certifiés par l’AFNOR pour la qualité du service client et l’entreprise a pour objectif d’atteindre un taux de 95% de clients satisfaits d’ici fin 2015. Chaque année, plusieurs centaines de bureaux de poste font l’objet de rénovations. Plus de 200 bureaux de poste sont mis en conformité réglementaire chaque année pour l’ac- cessibilité des personnes à mobilité réduite avec la mise en place de rampes d’accès. Ce sont aussi des équipements internes qui sont déployés avec des amplificateurs de son, des bandes de guidage et de vigilance au sol… Ces rénovations sont menées dans le souci d’une démarche RSE qui s’articule en 3 axes : l’accessibilité à tous, notamment aux personnes en situation de handicap, le confort ther- mique et l’efficacité énergétique ainsi que l’éco-aménagement. Pour son réseau de bureaux de poste, le Groupe s’engage également d’un point de vue environnemental à travers la réduction de son empreinte énergétique. Pour ce faire, de nombreuses mesures ont été et continuent à être prises : réduction de la consommation de chauffage grâce à la pose de régulateurs de chaudière, LED remplaçant les tubes fluores- cents (46% d’économie d’énergie) pour la signalétique externe, choix des matériaux plus respectueux de l’environnement pour le mobilier mais aussi les signalétiques internes fabriqués à partir de PVC recyclé à 65%, transformations lourdes de la ventilation et la cli- matisation, automates bancaires et distributeurs de billets (avec prises pour casque audio et système de pilotage avec la voix) à 1,30 m du sol… Facteur(s) clés du succès • ne démarche et des engagements responsables pensés sur le long terme U • n projet mobilisateur en interne pour les chefs d’établissement et leurs équipes U Contribution à la performance Bénéfices sociaux de l’entreprise et/ou environnementaux • Meilleure maitrise des enjeux contem- • Depuis 2008 le nouveau concept d’éclairage porains (sociaux et environnementaux) a permis aux bureaux de réduire 45% de leur Sponsor officiel : • Sensibilisation des clients et des four- consommation. nisseurs aux critères RSE • Les équipements de bureaux ont été repensés • Amélioration de la performance éner- pour permettre aux personnes en situation de gétique des bâtiments, et donc écono- handicap d’écrire et les personnes malenten- mies d’énergie. dantes d’utiliser des amplificateurs de son. • Une vingtaine de produits dans les bureaux1 Par le chiffre d’affaires sont éco-conçus. Produrable 2013 I 11 www.produrable.com
  11. 11. CONGRES RSE LEADERSHIP SALLE 351 MERCREDI 3 AVRIL 2013 LA RSE « Made in France » 9.00 La RSE Made in France En partenariat avec 10.15 Tour d’horizon de la RSE Made in France : Avec le concours de : BSRPLENIERE  Existe-t-il un modèle Français de RSE ?  uelles sont ses forces, ses faiblesses ; ses pratiques les plus inspirantes ? Q  Est-elle innovante, audacieuse ? Trop Normative ?  omment est-elle vécue par les entreprises françaises et étrangères ayant des intérêts en France ? C Enfin comment est-elle perçue et impacte t-elle le reste du monde ?  émoignages sur «les nouvelles géographies de la RSE», qui se réinventent en Chine, en Inde… T Michel Capron, Sandra CORNET VERNET- Michel Doucin, Président, Forum LEHONGRE, Directrice du Ambassadeur chargé Citoyen pour la Développement Durable, de la bioéthique et de la RSE Alcatel-Lucent responsabilité sociale des entreprises, Ministère des Affaires Etrangères Robert Durdilly, Georges Lefebvre, Modérateur : Président du Comité Délégué général, chargé Farid Baddache, RSE Medef, des politiques transverses Directeur Europe, BSR Président de l’UFE et de la cohésion, Groupe La Poste 10.30 Les nouvelles économies : l’économie circulaire, positive, En partenariat avec 11.15 de fonctionnalité. Décryptage Visions La 3eme révolution économique est en marche. Des modèles alternatifs de croissance émergent et prennent déjà corps. Certains, comme l’économie circulaire, reposent sur la combinaison de nouvelles sources d’énergies et de matières premières, le zéro déchet, d’autres sur les nouvelles technologies et les changements de comportements, d’autres sur l’amélioration des conditions humaines et du bien-être collectif qu’ils induisent immédiatement. Séance à la fois prospective sur les nouvelles économies avec des témoignages d’entreprises qui ont engagé le changement de modèle. Hubert de Boisredon, Sophie-Noëlle Némo, Sylvère Ode, Modérateur : PDG, Armor Group Directrice de la Vice-Président, Matthieu Quiret, délégation à l’économie Solving Efeso Journaliste, responsable du courrier, Les Echos Groupe La Poste 11.30 Spécial « Consommation » : Quelle confiance dans les produits ?  omment l’eco-innovation, la traçabilité et l’affichage peuvent-ils répondre aux nouvelles exigences du C 12.15 consommateur sur l’Origine, la Composition, l’Impact sur la santé et l’environnement.  xtraits du baromètre annuel Ethicity sur les attentes et comportements des français en matière de E consommation responsable et de RSE en 2013. François Labbaye, Martine Loyer, Elizabeth Pastore Modérateur : Directeur Général, Directrice Marketing, Reiss, Directrice, Camille Harel, Ecover France General Mills Ethicity journaliste, lsa France 12.30 Remise des Trophées Mecenova de l’engagement sociétal des collaborateurs 13.00 Organisés par IMS-Entreprendre pour la Cité dans le cadre des European CSR Award Scheme. Ils récompensent les entreprises qui favorisent le mieux l’implication de leurs salariés dans des projets sociétaux. Cette cérémonie de remise des prix réunira des personnalités du monde de l’entreprise et des pouvoirs publics et permettra de découvrir les initiatives les plus impactantes et les plus innovantes menées par des entreprises engagées. Avec la présence exceptionnelle de Jean-Paul Bailly, Président d’IMS-Entreprendre pour la Cité. Cette cérémonie est organisée avec le soutien d’Extramuros, L’Express, Novethic et sera suivie d’un cocktail réservé aux VIP Produrable 2013 I 12 www.produrable.com
  12. 12. SALLE 351 CONGRES RSE LEADERSHIP MERCREDI 3 AVRIL 2013 LA RSE « Made in France » 14.00 Risques extra financiers : de la gestion des risques à l’excellence RSE En partenariat avec Avec le concours de : NOVETHIC 15.15  a gestion des risques au-delà de la défense des intérêts de l’entreprise peut-elle constituer une LPLENIERE véritable démarche de RSE ?  e prémunir des risques financiers, des risques juridiques sont-ils le «minima» d’une démarche RSE ? S  e management de la relation avec les parties prenantes est-il un bon moyen de gérer les risques liés à L ces acteurs qui impactent l’entreprise et vice et versa ?  a nature des risques pour qui ? Dans quel but pour les entreprises et leurs parties prenantes ? L  ne pratique française ou inspirée des pays voisins ? U  isque naturel, risque chronique, risque technologique, comment s’y retrouver ? R Jacques Faye, Directeur Marc-Antoine Manoelle Lepoutre, de la Prévention, de la Horenfeld, Directrice Environnement Pollution et des Risques, Resp. Dév. RSE, et DD, Total Ministère de DNV Business l’Ecologie, du DD Assurance France et de l’énergie Ariane Thomas, Elisa Vacherand, Modérateur : Directrice Responsable Dominique Blanc, Environnement, produits RSE, Responsable de la re- L’Oréal BNP Paribas cherche, Novethic 15.30 Le reporting extra-financier : vers un reporting intégré En partenariat avec Avec le concours de : ORSE 16.15  uelles sont les pratiques privilégiées en matière de reporting ? Q  usqu’à quel point impliquer les parties prenantes dans le processus de reporting ? J  e reporting intégré est-il une tendance lourde ? L  uels retours des entreprises qui le pratiquent ? Q Yves Contassot, Patrick d’Humières, Dominique Ledouble, Modérateur : Responsable du Président, Expert-comptable, François Fatoux, Service Développement Institut RSE Commissaire aux Délégué Général, Durable, Banque de comptes Orse France 16.30 Réseaux sociaux et logique de réputation : on ne badine plus avec la Marque ! Avec le concours de : AACC / UDA 17.15  ’image de marque de l’entreprise est devenue un indicateur très concret de sa performance non finan- L cière. Elle influence le recrutement, la signature des partenariats, le chiffre d’affaires, et même le cours de Bourse… Sous l’impulsion de la société civile et de ses nouvelles exigences d’une part, et des réseaux sociaux d’autre part, les champs « sociaux et environnementaux » arrivent sur le devant de la scène et l’entreprise est désormais exposée à un champ de risques nouveau dit de réputation. Emmanuel Ronan Boussicaud, Modérateur : de Saint-Bon, Community Manager, Claudie Président, la Psyche du Web Voland-Rivet, The Roxane Social Directrice Marketing et Company Innovation, UDA 17.30 Le BoP en France : comprendre la pauvreté pour concevoir En partenariat avec 18.45 des offres «accessibles à tous» Avec le concours de : IMS-ENTREPRENDRE POUR LA CITéPLENIERE  ans les pays développés, de nombreux biens et services essentiels restent inaccessibles pour une D partie de la population. Certaines entreprises françaises s’engagent et développent des offres acces- sibles à tous pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle.  tratégie philanthropique ou sujet de performance pour les entreprises ? Repenser le business model S fait-il ses preuves ?  émoignage des entreprises pionnières. T Mouna Aoun, Responsable des Clientèles Raphaèle Leroy, Responsable des Modérateur : en situation de fragilité financière à la relations avec les associations de Isabelle Bluche, Direction Banque de détail, consommateurs banque de détail Directrice des La Banque Postale en France, BNP Paribas Relations Entreprises, Didier Ponsot, Responsable de la Bernard Saincy, Directeur IMS-Entreprendre Mission économique du Mouvement, de la responsabilité sociétale, pour la Cité ATD Quart Monde Gdf Suez Produrable 2013 I 13 www.produrable.com
  13. 13. CONGRES RSE LEADERSHIP SALLE 351 JEUDI 4 AVRIL 2013 LA RSE « Made in France » 9.00 Les Territoires à la reconquête de l’énergie Avec le concours de : IDDRI 10.15 Si les plans climat-énergie territorial (PCET) visent à fixer des objectifs en matière de réduction des gaz àPLENIERE effet de serre et maitrise de l’énergie, la structure institutionnelle actuelle de l’énergie n’offre pas aux territoires l’ensemble des moyens dont ils devraient disposer. Dans le cadre des discussions pour les deux futures lois sur la transition énergétique et la décentralisation, la question des compétences énergétiques aux niveaux territoriaux se pose. De nombreux exemples étrangers montrent la pertinence du niveau territorial dans la mesure où il dispose des moyens nécessaires pour avoir une maitrise d’ensemble de la question énergétique : transport, aménagement, réseau, production, fiscalité, usages…. De quels moyens doivent disposer les territoires et comment organiser le transfert de compétence nécessaire dans le respect des grands principes républicains (équité territoriale notamment) ? Quels sont les enjeux d’une telle transition (efficacité économique, solidarité, acceptabilité, financement…) ? Nicolas Blanc, Directeur projets Hélène Gassin, Vice-Présidente, Modérateur : innovation et développement durable, Région-Ile-de-France Michel Colombier, Caisse des Dépôts Directeur scientifique, IDDRI Gérard Magnin, Délégué Général, Bertrand Le-Thiec, Directeur Adjoint Energy Cities des Affaires Publiques à la Direction des Relations Institutionnelles, EDF 10.30 Le Développement Durable crée-t-il de la valeur ? Avec le concours de : c3d 11.15  omment participer à la création de valeur BUSINESS en intégrant les enjeux du développement durable ? C  es entreprises responsables sont elles plus performantes que les autres ? L  uelle est la valeur ajoutée d’un manager « responsable » ? Q Franck Sprecher, Virginie GATIN, Elise THETARD-HENRY, Modérateur : Délégué national Directrice Développement Chargée de missions Cyrille Souche, Performance Globale, Durable Qualité, à la Direction Générale, Directeur de la CJD JCDECAUX en charge de la RSE, publication, Membre du c3d Paprec, Membre du CDURABLE Info c3d 11.30 Transport décarboné, décollage immédiat ! En partenariat avec  ù en est le transport décarboné : état des lieux, perspectives, projet pilote et déploiement. O 12.15 A quand la généralisation ? Joseph Beretta, Patrick Coroller, Yves Xémard, Modérateur : Président, Avere Chef du Service Directeur Général Olivier LAGUITON, France Transport et Mobilité, Adjoint du Courrier, Administrateur, ADEME Président de Viapost, APCC Groupe La Poste 12.30 Achats et sourcing : être responsables dans ses pratiques ! En partenariat avec Avec le concours de : OBSAR 13.15 La médiation inter-entreprise, La CGPME, Le Réseau GRANDDE et CEDRE témoignent de leurs pratiques visant à améliorer leurs relations donneurs d’ordre/fournisseurs. Guillaume de BOdart, Président de la Sabine Dubois, commission environnement et Directrice Commerciale, Cèdre développement durable, CGPME Jean-Michel Thouvignon, Modérateur : Président du Réseau Grandde Pierre Pelouzet, Président ObsAR, Médiateur National des relations inter-entreprises Produrable 2013 I 14 www.produrable.com
  14. 14. SALLE 351 CONGRES RSE LEADERSHIP JEUDI 4 AVRIL 2013 LA RSE « Made in France » 14.00 « Capital naturel », une valeur qui n’a pas de prix ! En partenariat avec Avec le concours de : orée 15.15 La biodiversité, longtemps ignorée dans l’activité économique mondiale, devient une valeur « à part entière »PLENIERE rendant compte des services rendus dans toute la société. Cette table ronde illustrera cette tendance au travers de témoignages d’entreprises et tentera de répondre à un certain nombre de questions :  éfi global, réponses Locales ? D  omment prendre en compte la partie prenante « muette » de nos économies et en rendre compte…. C  omment mettre l’innovation au service de la biodiversité ? C Yves Barbin, Directeur Gilles Bœuf, Biologiste Laurent Piermont Modérateur : du Pôle Actifs Végétaux, Français Professeur à Président-Directeur Nathalie Boyer, Botanical Expertise, l’UPMC et Président du Général, CDC Déléguée Générale, laboratoires Pierre Muséum national Biodiversité et Directeur Orée Fabre d’histoire naturelle de la Mission Economie de la Biodiversité de la Caisse des Dépôts 15.30 Le dialogue avec les parties prenantes en France : spécificités et enjeux Avec le concours de : comité 21 16.15 Cette Conférence examinera les pratiques de dialogue des entreprises avec leurs parties prenantes en France. D’origine anglo-saxonne, le dialogue parties prenantes s’est récemment développé en France. Quelles sont ses particularités ? Existe-t-il une forme de dialogue « à la française » et des normes spéci- fiques ? Quelles sont les évolutions envisageables ? Elisabeth Laville, Antonio Manganella, Bertrand Swiderski, Modérateur : Présidente et Fondatrice, Chargé de Directeur Développement Elise Attal, char- Cabinet Utopies plaidoyer RSE, CCFD- durable, groupe gée de mission RSE Terre Solidaire Carrefour et dialogue parties prenantes, Comité 21 16.30 Eco-socio innovation compétitivité : les belles histoires Avec le concours de : CENTRE FRANCILIEN DE L’INNOVATION 17.15 Oser l’innovation ! Partons à la découverte d’initiateurs qui ont fait le pari d’innover sur le champ environnemental et / ou social, et pour qui développement durable et compétitivité ne font qu’un. Paul-Adrien Menez, Fabien MICHEL, Président-Directeur général, Directeur Associé, ZEROGACHIS ENERTIME Philippe Schiesser, Modérateur : Président, Michel Daigney, Apedec Responsable Développement Durable, Centre Francilien de l’Innovation 17.30 People First : Quand bonheur des collaborateurs rime 18.45 avec performance de l’entreprise  e retour de l’humain au cœur de l’entreprise : les secrets du succès LPLENIERE  ollaborateur heureux = collaborateur performant ? C  es collaborateurs partie prenante première dans l’organisation L  es nouveaux modes d’organisation du travail et de management responsable, les formes L d’organisations qui redessinent les contours de l’entreprise, le pouvoir des Scop... Catherine Candella, Jacques Fradin, Jean-Raphael Hétier, Directrice RSE, Docteur en Médecine, Directeur Développement Groupe Chèque Comportementaliste et Durable, Pepsico Déjeuner Cognitiviste, Directeur de l’Institut de Médecine Environnementale Claude-Emmanuel Agnès RAMBAUD, Modérateur : Triomphe, Fondatrice, Jean-Luc Laffargue, Délégué Général, DES ENJEUX ET Président, Astrées DES HOMMES Qualitique Produrable 2013 I 15 www.produrable.com
  15. 15. PROGRAMME EXPERTS SOLUTIONS MERCREDI 3 AVRIL 2013 10h30 à 11h15 11h30 à 12h15Nouvelles Obligations de reporting RSE : La CSV (création de valeur partagée) :Subir ou agir ? levier de performance business et sociétale ? proposé par EM STRASBOURG SALLE 352A  proposé par DES ENJEUX ET DES HOMMES SALLE 352BLa conférence vise à exposer les nouvelles attentes dans le reporting Le fondateur du management moderne, Michael Porter invite depuisRSE suite à la loi du grenelle 2. 2011 les entreprises à « sortir d’une vision étroite du capitalisme » et àIl en ressortira le besoin de nouvelles compétences dans le manage- repenser leur business à l’aune de la création de valeur partagée (« sha-ment DD et de la RSE. red value »), en conciliant la recherche de la performance économiqueCe management doit être partagé et élargi aux collaborateurs de l’en- et la réponse aux grands besoins sociétaux.treprise. Cette thèse n’est plus marginale. De nombreux groupes l’ont adoptée deAux côtés de la directrice de l’executive MBA Développement durable l’autre côté de l’atlantique (Cisco, Coca cola, Dow, GE, HP, IBM, Nestlé,et RSO de l’EM Strasbourg, Mme Bargain Directrice de la Responsabi- Novartis, …). Elle fait école et se décline en outils et méthodes.lité sociale et environnementale du Groupe la Poste, témoignera des A l’heure où la crise de légitimité des entreprises fait rage, la CSV est-apports et des nouveaux enjeux liés à un Reporting intégré. elle une piste à suivre ? La notion de CSV est-elle très différente de celle hristine BARGAIN, Directrice de la Responsabilité sociale et C de RSE au sens où les entreprises les plus avancées l’entendent, c’est à environnementale, GROUPE LA POSTE dire intégrée à leur business ? Cet atelier a pour objectif de vous aider à : Pia IMBS, Maître de conférences en sciences de gestion habilitée - mieux cerner le concept de CSV (Creating Shared Value) à diriger des recherches, Responsable de la chaire Développement - oir comment l’implémenter dans votre organisation : redéfinir les v durable, Directrice de l’EMBA Développement durable et offres produits/services, optimiser la productivité sur l’ensemble de responsabilité sociale des organisations à l’EM Strasbourg la chaîne de valeur et développer les collaborations avec vos parties prenantes clés… - esurer le retour sur investissement en termes de performance, mISO 26000 : retour d’expérience sur l’analyse des d’image, de relation à la communauté ou encore de mobilisation despratiques pour les organisations équipes. Il sera animé – de façon interactive – sur la base du retour d’expérience proposé par DNV BUSINESS ASSURANCE SALLE 352B concret d’une mission de sensibilisation à la CSV menée par nos consul-La Responsabilité Sociétale est un sujet qui concerne de plus en plus tants auprès de 150 top managers de Nestlé France, pour les amenerd’organisations, quelle que soit leur taille, que ce soit pour accompa- à faire évoluer leurs modes de prise de décision et à expérimenter desgner les mutations de notre environnement, créer une dynamique d’en- approches qui stimulent l’innovation.treprise, valoriser ses savoir-faire ou répondre aux sollicitations crois-  Olivier CLASSIOT, Directeur associé, Des Enjeux et des Hommessantes des donneurs d’ordre, se démarquer de la concurrence ou pours’adapter aux marchés.  Jean-Manuel Bluet, Directeur Développement Durable, NESTLE FranceDNV Business Assurance a mis au point une méthodologie de diagnostic,  Christelle FINCK, Chef de produit, HERTAl’Alpha 26000, qui définit cinq niveaux de maturité et d’adhésions auxbonnes pratiques de la RSE.Lors de cette conférence sur l’ISO 26000, nous vous proposerons une L’implication des collaborateurs dans les projetsapproche concrète, dynamique, adaptée aux besoins et aux enjeux del’entreprise. Des représentants de PME seront également présents pour sociétauxpartager leurs expériences.  proposé par IMS - Entreprendre pour la Cité  Jean-Christophe CARRAU, Consultant RSE DD, DNV BUSINESS SALLE 352A ASSURANCE Plus aucune entreprise n’envisage sa politique mécénat sans impliquer, d’une façon ou d’une autre, ses collaborateurs (80% des fondations d’entreprise impliquent leurs collaborateurs, contre 62% en 2009.Comment adapter la RSE à son contexte ? Source Baromètre Fondations IMS 2012).Un exemple, le Groupe Chèque Déjeuner Cela correspond d’ailleurs largement au souhait d’engagement des col- laborateurs : proposé par ACTIVE RSE- GROUPE CHEQUE DEJEUNER 88 % sont favorables à ce que l’entreprise leur propose de participer SALLE 353 à des actions de bénévolat (Enquête le Bénévolat Vous – IMS 2012). On constate que, outre l’implication dans des causes solidaires, les sala-Si une démarche RSE réussie ne peut se construire qu’avec le soutien de riés sont de plus en plus amenés à s’investir dans des programmes liésla gouvernance et un dialogue avec ses parties prenantes, chaque entre- à l’éducation et à l’emploi.prise ou organisation construit sa démarche unique en fonction de son Cet engouement des entreprises pour ce type de programme traduit unecontexte, de son activité, de son historique, de son modèle économique… réponse à de véritables enjeux d’entreprise, au-delà du soutien à l’intérêtL’objet de cette présentation est de donner un éclairage très concret sur général.le lancement d’une démarche RSE et sur son intégration progressive A travers les cas de Coca-Cola et d’Intel, nous verrons comment ce typedans la stratégie de développement d’une organisation, en s’appuyant de programme permet de s’inscrire de plus en plus dans la politiquesur l’expérience concrète du groupe Chèque Déjeuner. RSE de l’entreprise, et de contribuer à sa performance globale :Comment un Groupe acteur de l’Economie Sociale, évoluant dans un péri- • Développement de la cohésion interne, fierté d’appartenance, épa-mètre international sur un secteur concurrentiel s’est-il engagé dans la RSE ? nouissement personnel des salariés.Comment a-t-il utilisé l’ISO 26000 comme cadre de référence pour décli- • Décloisonnement des mondes, déconstruction des stéréotypes, évolu-ner une démarche pertinente ? tion du regard sur l’entreprise, les métiers, casser les représentations.Comment la concertation des parties prenantes internes a-t-elle été une • Enrichissement de sa politique de recrutement : faire connaitre ses mé-opportunité pour écouter, fédérer et mobiliser les collaborateurs ? tiers, attirer les talents qui ne se seraient pas tournés naturellement versLa conférence s’articulera autour de 3 axes : l’entreprise, améliorer sa marque employeur.• les enjeux d’une démarche RSE • Développement de l’ancrage territorial.• le choix méthodologique de l’ISO 26000  éraldine GUILLUY, Responsable Mécénat Solidarité, G• a réalisation d’une phase clé : un dialogue approfondi avec les parties l IMS-Entreprendre pour la Cité prenantes  lain HARRARI, Senior manager Affaire Publiques et Diversité, A sabelle DE BAYSER, Dirigeante, Active RSE I COCA-COLA ENTREPRISE Catherine CANDELLA, Directrice RSE, Groupe Chèque Déjeuner  rançois LEDOUX, Corporate Affairs Manager pour Intel Corporation F en France, INTEL Produrable 2013 I 16 www.produrable.com
  16. 16. PROGRAMME EXPERTS SOLUTIONS MERCREDI 3 AVRIL 2013 11h30 à 12h15 12h30 à 13h15La RSE dans les PME et les ETI Les bénéfices insoupçonnés du Bilan GES : création proposé par AUDENCIA NANTES SALLE 353 de valeur partagée et outil stratégique d’entrepriseQuelles sont les spécificités de la mise en place d’une démarche RSE  proposé par ELIADIS PUR PROJET SALLE 353dans les PME et les ETI ? Exemple concret avec un Groupe de protection sociale.Les PME et les ETI sont-elles plus innovantes en matière de RSE que les Alors que le Bilan GES est très souvent considéré comme une contraintegrands groupes ? réglementaire, venez découvrir pourquoi et comment cette obligation estComment former les dirigeants et managers à la RSE dans les PME et devenue, pour un Groupe de protection sociale, une véritable opportunitéles ETI ? de déployer une stratégie environnementale dans sa politique RSE.Présentation des recherches conduites sur le sujet et témoignage de la Dans une optique d’amélioration continue et durable, le groupe a misépart de dirigeants et salariés de PME et ETI engagées. sur une double compétence, logiciel collaboratif et conseil en stratégie André SOBCZAK, Directeur de la Recherche, AUDENCIA NANTES et Développement Durable, pour allier implication des collaborateurs, Rhona JOHNSEN, Directrice du MBA in Responsible Management, traçabilité des données et accompagnement au changement. AUDENCIA NANTES Quelle méthodologie a été utilisée ? En quoi le Bilan GES a été moteur Yves LE GOHEBEL, Créateur, CONNEXING dans la politique environnementale du groupe ? A la sortie de cet atelier de 45 minutes, vous disposerez d’arguments pour convaincre en interne les parties prenantes de votre projet. 12h30 à 13h15 Venez poser vos questions et échanger avec les deux intervenants :  Abdel EL ASSAD, PDG, ELIADISIntégrer et déployer une stratégie de développement  Alexis KRYCEVE, Co-fondateur, Pur Projetresponsable : quel retour économique ? proposé par SUSTAINWAY SALLE 352A Les 10 Commandements d’un ReportingComment un développement stratégique responsable permet-il d’anti- Environnemental systématisé et opposable aux tiersciper le risque business ?A quelles conditions une posture RSE permet-elle :  proposé par VERTEEGO SALLE 352B• d’éviter de perdre de la valeur économique ?• de maintenir la valeur économique ? Le reporting environnemental est l’ultime étape d’un reporting durable• de générer une plus-value économique additionnelle ? pour votre entreprise, à l’heure où le reporting financier d’une part (CA,Quelle différence économique entre une approche défensive et une ap- marge brute, EBITDA,...) et social de l’autre (absentéisme, accidents duproche offensive de la responsabilité sociétale ? Quels risques et oppor- travail,...) sont des processus bien calés et normés.tunités commerciaux et financiers ? Au cours de cet atelier, Verteego présentera les étapes-clés de laComment évaluer la performance globale de l’entreprise à court, moyen construction d’un reporting environnemental :et long terme ? • Intégré dans les enjeux business de l’entrepriseComment rendre compte d’une manière qui pérennise cette perfor- • Systématisé, tant dans la collecte des indicateurs que dans la produc-mance globale ? tion de tableaux de bord d’aide à la décisionLa solution mise en place : • Opposable à des tiers, c’est-à-dire facilement ‘auditable’ et permettant• Une vision de filières d’approvisionnement responsable intégrées de ce fait au management de prouver à ses parties prenantes qu’il tient• Une approche en valeur globale ses engagements en matière de RSE.• Une démarche collaborative pour sécuriser l’acceptabilité sociétale de Des indicateurs fiables et remontés de manière robuste sont la clé d’uneses clients prise de décision saine et urbanisée dans la stratégie de l’entreprise.Exemples donnés sur le champ de la biodiversité, filières de sourcing de  L’atelier sera animé par les experts en reporting RSE des équipes dematières premières, partenariat fournisseurs. Verteego Olivier DUBIGEON, Président fondateur, SUSTAINWAY Alex SAUNOIS, Responsable RD Lipochimie et Extraction Végétale, LABORATOIRES EXPANSCIENCE Salle 353 Conférence Enjeux Cabone : quelles stratégies pour les organisations à partir de 2013 15h00 à 16h00 Session 1 : Énergie et carbone : quelles opportunités en temps de crise ? Les entreprises et organisations font aujourd’hui simulta- 16h30 à 17h30 nément face à une nécessité de réduction des coûts et à Session 2 : Un Bilan GES : et après ? des exigences croissantes en matière environnementale. Les différentes méthodes existantes (Bilan Carbone©, Les questions énergie/carbone sont à la croisée des chemins. GHG Protocol, Bilan GES Réglementaire, etc.) vous Au-delà de la maitrise des impacts environnementaux, la engagent à passer à l’action suite au bilan. Découvrez démarche bas carbone constitue un levier de performance comment mettre en place une stratégie bas-carbone devenu à présent incontournable pour les entreprises. en interne afin d’accroitre votre performance globale.  Jacques AFLALO, Président de l’APCC Des exemples de plans d’actions issus de cas concrets vous seront présentés.  Frédéric Chômé, membre de l’APCC et formateur IFC  Jacques AFLALO, Président de l’APCC  François Kornmann, directeur de l’IFC  Frédéric Chômé, membre de l’APCC et formateur IFC  Un représentant du MEDDE  Un représentant de l’ADEME Programme susceptible de modification Pause
  17. 17. PROGRAMME EXPERTS SOLUTIONS MERCREDI 3 AVRIL 2013 15h30 à 16h15 16h30 à 18h30Marketing et innovation sociétale made in France Impulsio : votre solution complète d’éco-innovation proposé par ETHICITY SALLE 352B  proposé par ERNST YOUNG - QUANTIS SALLE 352BPeut-on améliorer à la fois ses ventes et son impact sociétal ? Quantis et Ernst Young vous invitent à venir découvrir IMPULSIO, laComment mieux relier les attentes sociétales et de RSE des français avec la solution qui vous permet de concrétiser votre démarche éco-conceptionperformance de l’entreprise et de ses marques ? en combinant une approche formalisée et un logiciel intégré réellementClés du succès et cas concrets en France... innovant. Elizabeth PASTORE-REISS, Fondatrice, ETHICITY En cherchant à améliorer la performance environnementale d’un pro- duit, une entreprise peut renouveler et multiplier les pistes d’innovation. Cette démarche, c’est l’éco-innovation.Réussir son Reporting RSE Jusqu’à présent, le marché proposait soit des outils d’Analyse de Cycle de Vie assez techniques, soit un accompagnement qui limitait notre ca- proposé par TENNAXIA SALLE 352A pacité à internaliser la démarche.Réussir son Reporting RSE : au-delà de la conformité, une formidable Ernst Young et Quantis ont développé une solution simple, complèteopportunité de valoriser sa performance durable. et pragmatique pour organiser et piloter l’éco-innovation tout en vous permettant d’internaliser ce savoir-faire. ertrand DESMIER, Directeur Conseil RSE, TENNAXIA B Notre conférence sera l’occasion de vous présenter cette solution avant- gardiste, nous recevrons pour cela les premières entreprises à avoir ex- 16h30 à 17h15 périmenté Impulsio, Air France et Gobi.  rnaud HERRMANN, Manager - Responsable Eco-conception / AEconomie circulaire, levier de différenciation et de Consommation durable, Ernst Youngcréation de valeur pour les PME/ PMI  mmanuelle AOUSTIN - Directrice, Quantis France E proposé par RSE DEVELOPPEMENT SALLE 352A  Julien BOUCHER - Product manager Ecodesign, QuantisDans un contexte de loi Grenelle 2 sur l’environnement, les entreprises  orothea DUPOND-ZIOB, Manager Développement durable, AIR Dfrançaises sont encore nombreuses à se demander comment intégrer FRANCEet valoriser cette notion de RSE à leurs activités. L’upcycling est une  Florence HALLOUIN, Fondatrice, Génération Plume-HAMACsolution idéale pour les sociétés qui souhaitent s’engager en matièrede RSE.Le cabinet RSE DEVELOPPEMENT a imaginé et développé « Corpo- A partir de 17h30 : networking et collationrate Upcycling », une solution clé-en-main de revalorisation circulairedes déchets basée sur l’upcycling, procédé qui consiste à transformerdes matériaux récupérés dans l’entreprise - ou des produits devenussans usage en nouveaux objets désirables, symboliques et à fortevaleur ajoutée esthétique et mode. Mais la démarche est également éco-sociale puisqu’elle va bien au-delà de l’aspect revalorisation.Ce programme socio-économique et environnemental est réalisé en co-production avec la créatrice de mode Sakina M’sa, styliste solidaire quiprône une mode éthique. Ce concept innovant dédié aux acteurs éco-  Marketing /Communication  Entreprise / Solidariténomiques permet de répondre aux exigences de RSE via une approche Stratégiques / Gouvernance   Environnementd’économie circulaire innovante mêlant recyclage, insertion sociale, re- / Financevalorisation solidaire et marketing éthique. Programme susceptible de modification arc JACOUTON, Dirigeant-Fondateur, RSE DEVELOPPEMENT M Sakina M’SA, Créatrice de mode  Marion WILBOIS, Responsable qualité/ RSE, Phone Régie Stand K+M Les ateliers du reporting RSE : Mercredi 3 et jeudi 4 questions-réponses avec les experts 10h15-10h30 : Quel tableau de bord d’indicateurs 15h-15h15 : Comment bien structurer votre de performance RSE pour votre entreprise ? reporting dans la perspective de la vérification ?  Isabelle Pegliasco, consultante  Nicolas Jandot, consultant senior 11h15-11h30 : Comment communiquer de 15h30-15h45 : Quel système d’information pour manière lisible et performante à partir de votre la RSE ? reporting RSE ?  Christiane Saint Gratien, manager associée  Charlotte Barbe, consultante 16h-16h15 : Quel est l’enjeu eau pour le 12h15-12h30 : Comment répondre de manière reporting RSE des entreprises ? efficiente aux agences de notation extra-financière ?  Christiane Saint-Gratien, manager associée  Nicolas Jandot, consultant senior  Jean-Baptiste Bayart, expert empreinte eau, Quantis 16h30-17h : Présentation d’e-reporting 13h30-14h : Quelles évolutions pour GRI, en lien  Raphaël Barnier, Directeur associé, Aavana avec la nouvelle version G4 présentée à Amster-  Patrick d’Humières, président de l’Institut RSE dam fin mai 2013 ?  Patrick d’Humières, président de l’Institut RSE Produrable 2013 I 18 www.produrable.com
  18. 18. PROGRAMME EXPERTS SOLUTIONS JEUDI 4 AVRIL 2013 10h30 à 11h15 11h30 à 12h15Parties prenantes : élaborer et mettre en œuvre une Le financement du changementstratégie opérationnelle et performante  proposé par GREENFLEX SALLE 353 proposé par IMAGIN’ABLE SALLE 353 Comment déterminer et piloter le retour sur investissement d’une dé-Afin de répondre à l’évolution des enjeux des entreprises, le dévelop- marche de réduction ? Panorama des solutions et des outils pour finan-pement durable est devenu pour un certain nombre d’entre elles une cer le changement et illustration.dimension évidente et permanente dans l’exercice de leurs métiers.  rédéric RODRIGUEZ, Président, GROUPE GREENFLEX FAprès avoir identifié les principaux enjeux, les entreprises ont structuréleurs démarches RSE, fixé des objectifs avec un besoin fondamentald’établir des relations avec leurs parties prenantes pour mener à bien 12h30 à 13h15leurs missions.A travers le retour d’expérience de Christelle Capdupuy, directrice du Maîtrise de l’énergie, l’Iso 50001développement durable de Bouygues Immobilier, l’atelier a pour ob-jectif de vous donner des clés pour répondre aux questions suivantes :  proposé par BUREAU VERITAS CERTIFICATION SALLE 353• omment identifier les enjeux prioritaires de la RSE pour les parties C externes ? Comprendre les enjeux de la certification ISO 50001 et ses particula-• uels outils mettre en place pour établir un plan d’action permettant Q rités  ? Quels retours sur investissement ? Les certificats d’économie d’inscrire dans la durée la qualité du dialogue ? d’énergie : quelles modalités de fonctionnement ?• ourquoi et comment dresser l’état des lieux de la qualité du dialogue P  urélie GILOTTE, Responsable Projet, A avec les PP externes ? BUREAU VERITAS CERTIFICATION homas BUSUTTIL, Fondateur, IMAGIN’ABLE T Christelle CAPDUPUY, Directrice du développement durable, BOUYGUES IMMOBILIER Mesurer l’empreinte sociale et économique d’une entreprise sur son territoire : enjeux, méthode exemples d’utilisationARMOR OFFICE PRINTING acteur engagé dans SALLE 352A  proposé par UTOPIES l’économie circulaire L’évaluation de l’impact local d’une activité, d’un site est depuis proposé par ARMOR SALLE 352A longtemps pratiquée par les entreprises, mais aussi par les acteurs locaux soucieux d’évaluer la contribution des entreprises au développe-Cartouches remanufacturées : un modèle d’économie circulaire ment économique autour de leurs implantations, leur consommationDepuis plusieurs années Armor Office Printing propose à ses Clients une des ressources locales, les externalités environnementales généréesoffre originale de produits remanufacturés et de services associés selon par leurs sites industriels. Mais il reste rare de voir chiffrée l’empreinteun modèle d’économie circulaire complet. économique et sociale, que les entreprises mettent pourtant en avantCe modèle organisationnel intègre l’écoconception, le remanufacturing, pour argumenter sur leur impact globalement positif sur leur éco-la distribution, la collecte des cartouches usagées, le tri, le traitement système. De fait, l’impact économique et social local est la clef de la100% écologique de fin de vie et la vente de produits dérivés. Il s’appuie « licence to operate » (droit à opérer) sur certains territoires - via la créationsur un plan de développement durable fort prenant en compte tous ses d’emplois directs et indirects, le sourcing local, la contribution fiscale,axes. le transfert de technologies, la contribution à l’attractivité de la région.Armor a confié à son partenaire Revialis la collecte des cartouches laser, Cette nécessité de prouver la contribution locale positive de l’entreprisele tri, le traitement de fin de vie et le développement des produits déri- est particulièrement importante pour certaines activités commevés issus de ces cartouches. l’hôtellerie-tourisme, les industries extractives, les délégations de ophie LANSAC, Directrice Marketing et Communication, ARMOR S service public, la construction… C’est aussi un enjeu majeur pour les Office Printing secteurs de la grande consommation à l’heure où les consommateurs, Pierre-Antoine PLUVINAGE, Directeur Commercial et Développement affichent de manière croissante pour le « made in France » ou pour les durable, REVIALIS produits issus des circuits courts. Régis THEBAUD, Directeur des Opérations et du Développement  lisabeth Laville, fondatrice-directrice, Utopies E Durable, ARMOR Office Printing  rnaud Florentin, expert associé, Utopies A  e témoignage de la Direction des opérations de Center Parcs L 11h30 à 12h15Le comportement, socle de la culture RSE 15h30 à 16h15 proposé par DNV BUSINESS ASSURANCE SALLE 352A Efficacité énergétique dans la chaîne de productionLe comportement est aujourd’hui une question clé en RSE qui concerne industrielletout type d’organisations, au cœur de tous les domaines qui la compo-sent : gouvernance, sociétal, santé, sécurité au travail, environnement...  proposé par SOLVING EFESO SALLE 353Point incontournable pour un système efficace, le comportement des Comment conjuguer excellence opérationnelle et efficacité énergé-individus. Nous avons donc mis en place un programme de recherche tique de la chaîne de production au travers de ses machines, systèmes,dédié à ce thème tout en développant, avec l’aide de nos clients, une ap- équipements ou encore réseaux d’énergie (chaleur, froid, vapeur,proche opérationnelle intégrant le comportement des individus et leur éclairage, ...)!implication.  ierre FOUGERAT, Directeur, SOLVING EFESO PNous vous présenterons, lors de cette conférence un état des lieux, uneanalyse des difficultés, un recueil de bonnes pratiques observées, et untémoignage d’entreprise. arc-antoine HORENFELD, Responsable Développement RSE en M France, DNV BUSINESS ASSURANCE Jean-Marie CAYLA, Responsable Gestion Comportementale, DNV BUSINESS ASSURANCE Produrable 2013 I 19 www.produrable.com
  19. 19. PROGRAMME EXPERTS SOLUTIONS JEUDI 4 AVRIL 2013 15h30 à 16h15 16h30 à 17h155 étapes pour satisfaire la demande croissante Social cockpit : une définition innovante et opérationnelled’informations environnementales pour un dialogue maîtrisé avec vos parties prenantes proposé par HOP-CUBE SALLE 352A SALLE 352A  proposé par C3 PEP EcoPassport, FDES, affichage environnemental, EN 15084, Bilan Présentation d’une approche innovante de dialogue et d’acceptabilitécarbone, Reporting RSE, labels, information CO2 sur le transport... sociale.Le volume d’informations environnementales à traiter croît chaque an- Présentation de Social Cockpit, une suite d’outils logiciels de gestion denée, au gré des nouvelles exigences réglementaires et des attentes des la relation avec les parties prenantes.clients. • Présentation de cas concrets et REXDurant cette conférence, les intervenants détailleront les 5 étapes es- • Echanges avec la sallesentielles à respecter lors de la manipulation et du traitement d’informa-tions environnementales.  hierry CONRAUD, Président, C3 EUROPE TEn particulier, les professionnels invités réaliseront un retour d’expé-rience sur des problématiques communes à tous les services environne-ment des entreprises :• omment impliquer les départements marketing/commercial, achats, C ISO 26000 production, système d’information (...) dans la démarche ?  proposé par AFNOR GROUPE SALLE 353• omment collecter efficacement des données environnementales de la C part des fournisseurs ? De la mise en œuvre à l’évaluation : les organisations témoignent.• omment organiser l’activité et orchestrer la gestion des informations C  érylle AUBRUN, Experte développement durable AFNOR Groupe M environnementales de l’entreprise ?• omment garantir la fiabilité des informations collectées et réduire C l’incertitude ?• omment optimiser les coûts liés à la collecte et l’analyse des informa- C tions environnementales ? Stratégiques / Gouvernance / Finance• omment assurer la confidentialité des informations environnemen- C  Environnement tales pour les fournisseurs comme pour les clients ?• uels outils mettre en place pour organiser la collecte, l’analyse et la Q Programme susceptible de modification publication de données environnementales ? omain VAILLEUX, Directeur Général, HOP CUBE R Quentin SOISSONS, Ingénieur impacts environnementaux, Direction Marketing, LAFARGE Jean-Marc Barbier, Responsable service Innovation du pôle ameublement, FCBA Institut Technologie du Bois Les Formations PROGRAMME JUIN-septembre 2013 - Paris éligibles au DIF Des Formations en Développement Durable et RSE sur des enjeux clés pour votre métier ! 6 juin : Mesurer et réduire ses émissions de gaz à 26 sept. : concevoir et mettre en œuvre votre effet de serre stratégie de communication responsable sur les nouveaux médias 6 juin : e Management collaboratif au cœur de la L transformation des organisations 26 sept. : Réaliser un audit énergétique et mettre en place un système de 7 juin : Développement Durable et RSE : gestion énergétique selon ISO 50001 comment convaincre en interne 27 sept. : Empreinte eau 7 juin : eporting extra-financier : répondre aux R obligations et créer de la valeur 27 sept. : Mixité professionnelle, comment passer à l’action ? Découvrir le programme : www.produrable.com Vous inscrire : 01 45 22 94 40 ou info@produrable.com Nombre de place limité à 8 participants par Formation. Produrable 2013 I 20 www.produrable.com
  20. 20. Association des Professionnels en conseil carboneRéduiRe sA déPendAnce éneRgétiQueet AnticiPeR les contRAintesde demAinQu’est-ce Que l’APcc ?Association des Professionnels en conseil carboneUne Association nationale regroupant les Professionnels du Conseil Carbone.Elle est l’interlocuteur officiel des pouvoirs publics et de l’ensemble des par-ties prenantes du management carbone en France : DGEC ; MEDDE, ADEME,Association Bilan Carbone…Elle fédère depuis 2010 plus de 120 professionnels du conseil carbone enFrance qui peuvent vous accompagner dans toutes les problématiques liées àla réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) : réalisation de BilansGES (Bilan Carbone©, Bilan d’émission de GES réglementaire, GHG Protocol,etc.), élaboration de plans d’action dans le cadre du management carbone detous types d’organisations : entreprises, collectivités locales, institutions…L’APCC s’est créée fin 2010 pour représenter les professionnels du conseil relatif aux émissionsde Gaz à Effet de Serre (GES) ; favoriser le développement d’une culture technique collectiveaxée sur cette activité de conseil ; contribuer à la bonne qualité des prestations visées, par le dé-veloppement d’une charte de bonnes pratiques et d’un dispositif de qualification d’entreprisepour les prestataires du secteur.Rendez-vous sur le site de l’APCC : www.apc-carbone.fr Association des Professionnels en conseil carbone 12-14 rue de Vincennes - Tour Orion - 93100 Montreuil l’APcc à Produrable Tél. 01 84 16 95 76 - contact@apc-carbone.fr www.apc-carbone.fr/produrable
  21. 21. Présentation des Partenaires

×