02 préhistoire

1 507 vues

Publié le

BY hicham younes ,usek

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 507
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
63
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

02 préhistoire

  1. 1. UNIVERSITÉ SAINT-ESPRIT DE KASLIK - FACULTÉ DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUÉS HISTOIRE ET THÉORIE DE L’ARCHITECTURE I 2- LA PRÉHISTOIRE 201220/02/PRÉHISTOIRE 13/04/2013
  2. 2. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Âges préhistoriques Pour l’Histoire de l’art, la Préhistoire est la période qui recouvre l’évolution de l’homme avant l’écriture.La Trène 1.Fin du Paléolithique Moyen: Premières manifestations discrètes deHallstatt l’art préhistorique – Capacité d’abstraction des Homo Sapiens. Âge du fer o Bloc docre présentant des incisionsBronze final géométriques gravées, accompagné PROTOHISTOIRE de pointes bifaciales et doutils en osBronze moyen provenant du site de Blombos en Afrique du Sud, environ 75 à 80,000Bronze ancien ans av. J.-C. Âge du bronze 2. Début du Paléolithique Supérieur (-30,000 à -12,000 av. J.-C.):Chalcolithique Art pariétal – Dans les grottes ornées d’Europe. Réelle ampleur,Néolithique diversité des thématiques, des techniques et des supports. Représentations figuratives animales, anthropomorphes etMésolithique / nombreux signes.EpipaléolithiquePaléolithiquesupérieur PRÉHISTOIREPaléolithique moyen o Ours des cavernes dont le dessin desPaléolithique inférieur oreilles suggère une perspective, Grotte Chauvet – Paléolithique Âge de la pierre Supérieur
  3. 3. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE 2. Début du Paléolithique Supérieur (-30,000 à -12,000 av. J.-C.): Âges préhistoriques Art pariétal - Réelle ampleur, diversité des thématiques, desLa Trène techniques et des supports. Représentations figuratives animales, anthropomorphes souvent schématiques et nombreux signesHallstatt Âge du ferBronze final PROTOHISTOIREBronze moyenBronze ancien Âge du bronzeChalcolithiqueNéolithiqueMésolithique /EpipaléolithiquePaléolithique o La Vénus de Laussel, l’une des plus o Empreinte de main négativesupérieur PRÉHISTOIRE célèbres Vénus paléolithiques soufflée, Grotte Chauvet,Paléolithique moyen Paléolithique SupérieurPaléolithique inférieur L’art pariétal est localisé dans la profondeur des grottes surtout en Europe, hors de portée de la lumière du jour. Âge de la pierre
  4. 4. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIREo Figure gravée et peinte de o Mi-humain, mi-animal o Anthropomorphe utilisant la grotte des Trois-frères un relief naturel pour représenter le sexe o La Vénus de willendorf, o La Vénus de Lespugnes, grotte des Rideaux, vers 25000 av. J.-C. Lespugne
  5. 5. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Âges préhistoriques 3. Mésolithique (-12,000 à -8,000 av. J.-C.): manifestations artistiques figuratives rares - galets peints ou gravés de figures géométriques.La Trène 4. Néolithique (-8,000 à -3,000 av. J.-C.): Art rupestre. Localisation dans leHallstatt monde entier. Eléments figuratifs et animaux domestiques. Nouveaux supports ex. décor de poteries en céramique. Âge du ferBronze final PROTOHISTOIREBronze moyenBronze ancien Âge du bronzeChalcolithiqueNéolithique o Bhimbetka, Inde o Chasse aux cerfs, Le Levant, Espagne L’art rupestre se manifeste dans des abris sous roche peu profonds, à la lumièreMésolithique /Epipaléolithique du jour. Il diffère de l’art pariétal de manière radicale. D’une part il est beaucoup plus narratif, la vie quotidienne qui était régulièrement éludée par lesPaléolithique paléolithiques est maintenant un sujet courant. D’autre part la qualité est tout àsupérieur PRÉHISTOIRE fait différente, les figures, surtout les gravures par piquetage, sont en règlePaléolithique générale sommaires et maladroites, elles n’atteignent jamais la qualitémoyen exceptionnelle des figures paléolithiques.Paléolithiqueinférieur « Il arrive souvent dans l’histoire de l’art qu’à certaines périodes ou dans certains domaines, la qualité esthétique diminue quand s’accroissent le savoir et Âge de la pierre l’habileté techniques » Claude LEVI-STRAUSS
  6. 6. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Âges préhistoriques 4. Néolithique (-8,000 à -3,000 av. J.-C.): Le Mégalithisme: la plus ancienne forme d’architecture monumentale dans l’histoire deLa Trène l’humanité.Hallstatt Âge du ferBronze final PROTOHISTOIREBronze moyenBronze ancien Âge du bronze o Le site de Callanish sur l’île de Lewis, en ÉcosseChalcolithiqueNéolithiqueMésolithique /EpipaléolithiquePaléolithiquesupérieur PRÉHISTOIREPaléolithiquemoyenPaléolithiqueinférieur Âge de la pierre o Newgrange, Monument mégalithique d’Irlande
  7. 7. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Grande polémique Plusieurs théories d’explication de l’art préhistorique L’Art pour l’art Théorie désuète qui présente les hommes préhistoriques comme des esthètes à la recherche du « Beau ». (Gabriel de Mortillet) La grande majorité de l’art pariétal se situe dans des grottes, au fond des galeries, et presque toujours sans lumière naturelle. Comment, dans ce cas, imaginer que cette recherche et cette création de décoration (dornements) soient quasiment inaccessibles ? o Bison, Grotte Chauvet Le totémismeThéorie qui proclame qu’à chaque clan correspondrait un animal totémique objet de prohibitions,alimentaires en particulier, et parfois objet d’une sorte de culte.→ un nombre certain d’animaux est porteur de flèches ou de blessures incompatibles avec la prohibitionpropre aux animaux totémiques.
  8. 8. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Le pouvoir magique et la chasse Hypothèse soutenue par l’Abbé Breuil (1877-1961). L’ancêtre est présumé être un chasseur affamé, certains animaux paraissent atteints par des flèches, les figures mi-animales mi- humaines sont vues comme des chasseurs travestis pour approcher le gibier. Cette théorie de la chasse magique suppose une relation d’identité entre l’image et son sujet. Le bison dessiné est symboliquement tué avant de l’être réellement. Théorie de chasse magique plutôt que religion primitive (Grotte Lascaux: Chapelle Sixtine de la Préhistoire).→ Quelques animaux paraissent effectivement blessés par des flèches. Cependant les animaux blessés nesont pas très nombreux, surtout les fouilles montrent que le bestiaire représenté ne correspond pas à ce quiétait réellement consommé par les paléolithiques (échantillon culinaire).→ Ce pouvoir magique est contredit également par les nombreuses représentations d’animaux etd’éléments sans rapport avec la chasse (mains, figures humaines, …) Le structuralisme Aux années 60, A. Leroi-Gourhan (1911-1986), proclame que derrière le désordre apparent de l’art pariétal il existe un ordre, une structuration de la grotte dans son ensemble avec des figures d’entrée et de fond, une organisation des panneaux avec des figures centrales et périphériques, et surtout une dualité fondamentale femelle/mâle représentée par le couple symbolique bison-aurochs/cheval, à la fois opposé et complémentaire.Une cinquantaine d’années s’est maintenant écoulée sans que la structure tant cherchée n’ait pu être miseen évidence de manière sure. Bien au contraire certaines recherches ont abouti à une dualité bison/chevalmais de polarité sexuelle inverse.
  9. 9. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Histoire de l’art, Ernst Hans Gombrich Les tout premiers débuts de l’art sont aussi mystérieux que ceux du langage. Comprendre l’art du passé = Rechercher les buts qu’il visait.o Peinture de Cheval et de signes abstraits, Grotte de Construction et imagerie procèdent Lascaux, France vers 15000 – 10000 av. J.-C. du même esprit d’utilité. Dans le passé, peintures et sculptures sont des créations magiques. Pour comprendre ces étranges débuts de l’art, nous allons tenter de pénétrer l’esprit des peuples primitifs et comprendre ce qui les amenés à considérer les images comme une force utilisable o Bison, Altamira, Espagne, peinture sur calcaire, et non comme des choses agréables à regarder. vers 14000 – 10000 av. J.-C.
  10. 10. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE À coup sûr, personne n’aurait rampé jusqu’aux entrailles mystérieuses de la terre dans le simple but de décorer un endroit presque inaccessible. Il est beaucoup plus plausible d’y voir les plus anciens vestiges de cette croyance universelle du pouvoir magique de la peinture. Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse, mais une hypothèse que confirme singulièrement l’observation des peuples primitifs qui ont conservé jusqu’à nos jours leurs anciennes coutumes. o Peintures rupestres de la grotte de Lascaux, Paroi gauche de la grande salle des taureaux, vers 15000 – 10000 av. J.-C.
  11. 11. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE On demande à la peinture ou à la sculpture non d’être belles, mais d’être opérationnellesLes artistes travaillent pour les hommes de leur propre tribu, qui savent exactement ce que chaque forme etce que chaque couleur est censée signifier. On n’attend pas d’eux des nouveautés, mais seulement demettre dans leur travail toute leur habileté et tout leur savoir.Bien que déterminé par un schéma préétabli, l’art primitif laisse assez de champ à l’artistepour exercer ses dons.La maîtrise technique de certains artisans indigènes est vraiment extraordinaire. o Linteau provenant d’une case de chef Maori, début du XIXe siècle
  12. 12. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE L’histoire de l’art n’est pas le récit d’une marche vers le progrès technique, mais l’histoired’un enchaînement de variations dans les idées et dans les exigences. Ce n’est pas le niveau de technicité des indigènes qui diffère du nôtre, ce sont leurs idées mêmes. Si une œuvre paraît bizarre, ce n’est pas dû à un manque d’habileté, mais à une façon de réfléchir, à des idées bien particulières. o Tête de Noir, représentant probablement un souverain (Oni), provenant d’Ifé, Nigéria, XIIe – XIVe siècles o Oro, dieu de la guerre, Tahiti, XVIIIe siècle Découverte pleine d’enseignements: L’artiste indigène a pu apprendre à construire ses figures ou ses visages en choisissant des formes susceptibles de lui plaire ou de convenir particulièrement à la technique qu’il employait.
  13. 13. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE o Masque rituel de Nouvelle-Guinée, vers 1880 Il est destiné à une cérémonie où les jeunes hommes du village se déguisent en fantômes pour effrayer les femmes et les enfants. Mais, si ce fantôme nous semble bizarre et repoussant, il y a tout de même quelque chose de satisfaisant dans la manière dont l’artiste a construit un visage avec des formes géométriques.
  14. 14. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRELa Légende:Il y avait une fois un jeune homme dans laville de Gwais Kun qui paressait toute lajournée sur son lit jusqu’au jour où sa belle-mère lui en fit la remarque ; il en futhonteux, s’en alla, et décida de tuer unmonstre qui vivait dans un lac, senourrissant d’hommes et de baleines. Aidéd’un oiseau-fée, il fit un piège d’un troncd’arbre et y suspendit deux enfants commeappât. Le monstre fut pris, le jeune hommerevêtit sa peau et attrapa des poissons qu’ildéposait régulièrement sur le seuil de lamaison de sa belle-mère. Elle fut si flattéede ces présents inattendus qu’elle se pritpour une puissante sorcière. Lorsque, enfin,le jeune homme la détrompa, elle fut sihonteuse qu’elle mourut.o Maquette de la case d’un chef Haïda, Indiens de la côtedu Nord-Ouest, XIXe siècle
  15. 15. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Un masque comme celui-là peut nous paraître amusant, mais sa signification n’a rien de comique. Il représente un démon anthropophage de la montagne, le visage maculé de sang. Cependant, même si nous ne comprenons pas cela, nous pouvons apprécier la perfection avec laquelle les formes de la nature sont soumises à un agencement rigoureux. o Masque de danse inuit, Alaska, vers 1880
  16. 16. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE o Tête du dieu de la mort, provenant d’un autel maya en pierre de Copan, Honduras, vers 500-600 apr. J.-C.Cette sculpture provenant d’un autel des ruines de Copan, site del’actuel Honduras, nous remet en mémoire les macabres sacrificeshumains qu’exigeait la religion de ces peuples. Si la plupart des œuvres de ces civilisations nous paraissent étranges et peu naturelles, c’est sans doute en raison des idées qu’elles devaient exprimer et non par manque o Vase d’argile représentant une tête de borgne, d’habileté découvert dans la vallée de Chicanna (Pérou), vers 250 – 550 apr. J.-C. Capacité de représenter la figure humaine avec ressemblance chez les anciens Péruviens ou les Américains précolombiens
  17. 17. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE o Tlaloc, dieu aztèque de la pluie, XIVe – XVe siècle Cet exemple nous montre où peut conduire l’idée préconçue de construire un visage avec des formes données, bien loin de nos idées de sculpture imitant la nature. Il peut aussi nous faire entrevoir les raisons qui ont pu faire choisir cette méthode. Dans ces civilisations primitives, la création des images, tout en se rattachant à la magie et à la religion, était en même temps une première forme d’écriture.
  18. 18. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Le mégalithismeMégalithisme = forme darchitecture pratiquée un peu partout dans le monde à différentesépoques et en particulier en Europe par les peuples de la Préhistoire récente, au Néolithique(environ 5000 à 2000 avant J.-C.) ou beaucoup plus rarement durant la ProtohistoireMégalithes : du grec méga = grand ; lithos = pierreGrandes pierres érigées par des groupes préhistoriques à des fins religieuses ou sépulcrales maisaussi comme médium artistique Mégalithisme = la plus ancienne forme d’architecture monumentale dans l’histoire de l’humanité
  19. 19. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRECes monuments, s’ils semblent défier l’éternité, il faut savoir que l’état dans lequel ils sontparvenus jusqu’à nous est souvent très éloigné de leur apparence d’origine.Les grandes dalles assemblées de dolmens représentent les squelettes de tombeaux souventtrès élaborés, théâtres de pratiques funéraires complexes.Le mégalithisme, branche de larchéologie préhistorique, reste une science incertaine, une« science de limprécis », selon les termes de Serge Cassen, reposant sur des hypothèses.Les mystères du mégalithisme:1. Définition du milieu naturel dans lequel s’insère l’architecture mégalithique2. Problème de datation3. Techniques de construction4. Fonction du monument, symbolique des formes, signification profonde de l’érection de ces monuments qui ont incontestablement une dimension religieuse, mais religion dont on ignore les rites, les cérémonies, etc…
  20. 20. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE L’Ensemble cultuel de Stonehenge au Sud de l’Angleterre o Ensemble cultuel de Stonhenge, Comté de Wiltshire, Sud de l’Angleterre, vers 2950 – 1600 av. J.-C.
  21. 21. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Plan du site de Stonehenge 1. la pierre dautel 2 et 3. tumuli 4. la pierre de sacrifice 5. la « Heel Stone » (pierre talon) 6. deux des quatre « stations » 7, 8, 9. fossés, talus 10. l« Avenue » monumentale, qui mène à la rivière Avon, à 3 km à lest 11 et 12. les deux cercles de 30 trous « Y » et « Z » 13. les 56 trous dAubrey 14. entrée secondaire. Le monument (cromlech) est situé à lintérieur du cercle 12 : les mégalithes de grès « sarsen » sont en gris, et les « pierres bleues » en bleu.
  22. 22. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  23. 23. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIREChronologie et datation: Trois phases I, II, IIIStonehenge I (-2800 / -2100)Enceinte extérieure circulaire (fossé et talus), trous dAubrey ; Heel Stone, structure en bois ; les StationStones peut-être à la fin de cette période o Talus circulaire entouré d’une fosse avec les trous Aubrey du côté o La Heel Stone intérieur du talus
  24. 24. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIREStonehenge II (-2100 / -2000)Élargissement de la chaussée dentrée; creusement et remplissage du fosséde la Heel Stone ; construction de la première section de lAvenue ; érectiondu double cercle de pierres bleues, inachevé.Stonehenge III a (-2000)Transport des blocs de sarsen depuis la région de Marlborough ; démantèlement du double cercle de pierresbleues ; érection des trilithes de sarsen, du grand cercle de sarsen, de la Slaughter Stone ("pierre dessacrifices") et de son pendant ; gravures exécutées après lérection des sarsens. o Trilithe ouest o Pilier restant du o Gravures de l’âge du bronze o Le grand cercle de sarsen grand trilithe centralStonehenge III b (-2000 / -1550)Taille et érection des pierres bleues dans une nouvelle disposition circulaireStonehenge III c (-1550 / -1100)Démontage de la précédente structure de pierres bleues ; réérection des pierres bleues en un cercle et unovale concentriques, comme on peut encore en voir certaines aujourdhui
  25. 25. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE o Le plan oPhase 3 de Stonehenge
  26. 26. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  27. 27. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  28. 28. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  29. 29. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  30. 30. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  31. 31. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIREThéories sur Stonehenge•John Aubrey (1640) – fonction astronomique•Gerald Hawkins (1965) – hypothèse de « calculateur astronomique »•Alan Butler (récemment) – existence de « lignes de sel », une sériede 366 méridiens sillonnant le globe et marqueurs au sol d’unegéométrie mégalithique à 366 degrés, dont l’une passerait àStonehenge o Lever de soleil au solstice dété, selon le Nordisk familjebok (1918)
  32. 32. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE La tombe mégalithique de Newgrange, IrlandeCe n’est pas un tombeau comme les autres. Il s’agirait en fait d’une sorte de cathédrale préhistorique élevéeà la gloire du Soleil, symbole de vie.
  33. 33. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRENewgrange est un tumulus de 80 m de diamètre environ qui renferme une vaste chambre funéraire en forme de croix.Le monument est bordé d’un cercle de pierres constitué de 97 blocs, chacun mesurant plus de 3 m de long.Presque tous sont richement décorés de gravures mégalithiques.
  34. 34. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIREL’entrée débouche sur une galerie de 19,85 m de long, bordée de part et d’autre de 43 piliers de près de 2 m de haut,pesant chacun 10 à 12 tonnes. La dalle qui se tient aujourd’hui à droite du couloir d’accès est la pierre qui scellait autrefoisl’entrée, séparant ainsi le monde des vivants de celui des morts. A l’extrémité de cette galerie, un enchevêtrement depierres massives forme une chambre cruciforme, la chambre funéraire. Cette chambre fait 6,5 m de diamètre, et comprendtrois grandes absides (renforcements voûtés). Dans chacune d’entre elles, se trouve un bloc de pierre massif creux de plusde un mètre de diamètre, qui contenait les os humains incinérés.
  35. 35. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRELa majorité des monolithes de soutènement de la chambre funéraire et des absides sont magnifiquement décorés, surtoutpar des motifs en spirale et en zigzag, le plus admirable de tous étant la célèbre triple spirale.On estime que 300 hommes ont été nécessaires pour la construction du monument et qu’il a fallu environ 20 ans pourl’achever.A l’achèvement des travaux, la chambre et le couloir ont été scellés par un bloc de pierre et au cours des cérémoniesreligieuses ultérieures, personne ne fut admis à l’intérieur.
  36. 36. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Le 21 décembre, la chambre funéraire de Newgrange est illuminée par le Soleil.
  37. 37. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE Couloir daccès entre le monde des vivants et celui des morts
  38. 38. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  39. 39. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE
  40. 40. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/02/PRÉHISTOIRE

×