Monecole mtb

614 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
614
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Monecole mtb

  1. 2. Réalisation : Francis
  2. 3. et la valse des souvenirs …
  3. 4. L’odeur de la craie, l’encre violette, des cartables en cuir, l’odeur des crayons taillés..!! Entendez-vous encore tinter la cloche..?
  4. 5. Les plumes     Avant, quand l’école a commencé, on n’écrivait pas avec des stylos-bille mais des plumes. Ce n’était pas toutes les mêmes. Il y en avait beaucoup comme, par exemple, la plume Henry, la plume Sergent-Major. La plume métallique a été introduite dans les écoles primaires au milieu du XIX° siècle.
  5. 6. La plume et son porte-plume sont indissociables dans la mémoire des écoliers d’autrefois
  6. 7. Les chers porte-plumes à vues en ivoire ou en os « Dagron »
  7. 8. Les cahiers    Les cahiers était faits pour écrire. Souvent, les cahiers étaient décorés. Ils n’avaient pas le même nombre de pages. Il y avait des cahiers de 10, 20, 30, 40 pages. Les cahiers de maintenant ont 60, 70, 80, 90 pages.     Avant, il n’y avait pas de grands cahiers mais que des petits. Il y avait des cahiers pour chaque matière : le cahier de géographie, de mathématiques, de français, de dessin, de devoirs...     Il y avait un seul dictionnaire: c’était celui du maître. Maintenant, il y a plusieurs dictionnaires. Louis Libra
  8. 10. CHER PETIT ENFANT, NOUS TE DEMANDONS DE LIRE ATTENTIVEMENT CES QUELQUES LIGNES ... Tu aimes ta famille, Tu aimes ton pays, Tu dois aimer tous les hommes sans exception , Et tu dois aimer la Liberté par dessus tout. Car il n'y a rien de plus noble et de plus beau que la Liberté. Il ne faut haïr personne. Tu dois toujours respecter la liberté d'autrui. Afin que ta propre liberté soit également respectée . IL N'Y A PAS DE PLUS GRANDE VERTU QUE LA TOLERANCE . Ne laisse jamais la haine pénétrer dans ton cœur. Il faut aimer tous les hommes. Ce n'est pas leur faute s'ils sont nés dans un autre pays, s'ils ont une autre religion que toi, ou s'ils en ont aucune. Toutes les idées, toutes les croyances, doivent être libres. Est-ce de leur faute s'ils sont catholiques, protestants, juifs, ou libres penseurs. Tu peux discuter leurs idées, tu as même le droit de combattre leurs opinions, mais tu ne dois pas les haïr, encore moins les persécuter ... CHER PETIT ENFANT !  IL FAUT T'INSTRUIRE ! portrait de Jules Ferry, u n des principaux fondateurs de l'Ecole laïque
  9. 11. L’école républicaine s’occupait de la morale et du civisme. Buvard consacré à deux figures de notre histoire nationale réunies par le fait d’avoir été toutes deux victimes du fanatisme : Michel Servet savant et libre penseur et Jean Jaurès apôtre du socialisme, de la laïcité et de la Paix
  10. 13. La responsabilité du remplissage des encriers !!! Que du bonheur !!!
  11. 14. Voilà quel était le contenu du cartable d'un écolier d'autrefois: ardoise et craie, trousse (crayons et compas), plumier (porte-plume et plumes sergent-major, à baïonnette ou droites), cahiers lignés... et pour jouer: toupie, osselets et surtout billes. Qu'y-a-t-il dans les sacs des enfants d'aujourd'hui?
  12. 16. Une dictée de certificat en 1957 Sur le paquebot… Après une journée étouffante le soir semble venir vous délivrer…C’est la vie qui renaît d’un coup à l’heure routinière où le reste du monde va dormir. En un clin d’œil tout change. La mer la première s’assombrit, la vague claire prend un ton gris d’étain, puis le ciel se cendre et l’on ne voit plus au couchant que la gorge rose du jour que l’horizon marin paraît trancher. Là-bas une barque de pêcheur emporte dans sa voile ce qui reste de lumière. C’est fini, la nuit tombe…ou plutôt non, elle monte. Elle s’élève de la mer comme un brouillard, comme un lourd voile bleu qui joint la vague au ciel. A onze heures tout s’éteint. L’escalier se remplit des derniers rires, le bar se vide : tout le paquebot va dormir.
  13. 17. La distribution des prix, un rituel qui se renouvelait chaque année en fin d’année scolaire … Cette tradition qui a disparu de nos jours était un hommage rendu au mérite des élèves, en quelque sorte le salaire des plus méritants.
  14. 19. La maîtresse donnait des bons points aux élèves les plus méritants. Je me souviens très bien de ce petit bout de carton rose, comme un pétale d'école républicaine... Je m'en souviens d'autant plus que j'en ai reçu une tripotée, de bons points. Ben oui, à l'époque, j'étais plutôt bonne élève. Malgré des souvenirs assez précis, j'ai quand même du mal à savoir si la maîtresse nous donnait les bons points directement, si elle les plaçait sur notre bureau avant que nous ne rentrions en classe, les genoux mercuro-chromés par nos mères, ou encore si elle les glissait dans le cahier, à la page contenant l'exercice de la veille.. Toujours est-il que ces bons points ont rythmé avec bonheur mes jeunes années scolaires. Pour les ranger, je me servais d'une boite de comprimés Solutricine vitamine C, boîte en fer à l’époque.
  15. 20. … Comme vous le savez tous, avec 10 bons points, nous avions droit à une récompense. Et peu importait à l'époque qu’il ne s'agisse que d'une image. Car avec 10 images, nous pouvions obtenir le Saint-Graal des gratifications : la photo! Les images, j'ai en gardé quelques-unes. Il y  en a qui représentent des oiseaux, des légumes, des fruits, des insectes ou encore des métiers. Ainsi je me souviens de celle sur laquelle figurait l'Armageddon des patates, le dragon tuberculicide : le splendide, l'inimitable... doryphore ! Authentiques images , leur obtention annonçait une soirée parfaite à la maison, soirée veloutée d'une fierté peu feinte. En me souvenant de tout ça, je me rappelle que nous étions heureux et que nous sortions parfois à bord de notre bonne vieille camionnette au démarreur manuel ! Je me rappelle que j'avais 9 ans. Je me rappelle d'une enfance heureuse, je m'aperçois que j'ai eu beaucoup de chance...
  16. 22. … Génération de l’école publique, poussière des parquets arrosés avec un entonnoir avant d’être balayés, poussière de la craie tombée le long des tableaux, chaleur des poêles à bois, odeur de l’encre d’imprimerie qui colle à la feuille de papier, L’école remplissait notre enfance.
  17. 23. Je fais donc partie de ceux, de plus en plus rares ou vieillissants, qui ont appris à écrire au porte-plume, ont connu la petite boule sur le majeur, les « pâtés » sur le cahier, le buvard. J’adorais la plume Sergent-Major pour ce qu’on n’appelait pas encore son design. Son doux crissement sur le papier rythmait le silence de la création. Je me délectais de la beauté du tracé avec les pleins et les déliés. Ces sensations s’effacèrent avec l’usage du stylo à bille. Aujourd’hui, le clavier de l’ordinateur a formaté l’écriture qui s’est faite scripte. Si je m’attarde, avec un brin de nostalgie, sur ce temps de l’insouciance, c’est que je suis persuadée d’y avoir puisé le goût du savoir et de la pensée, l’intérêt pour la lecture et l’écriture, le plaisir des images et des sons, la curiosité ...
  18. 24. Malgré le temps qui s’envole, Il n’en est pas moins vrai , Que ce qui ne s’oublie jamais … Ce sont les souvenirs d’école !!!
  19. 25. En souvenir de mes chères maîtresses et chers maîtres. J’essaye de transmettre à mon tour, et de conserver intact, ce goût du savoir, de la connaissance et de toutes les valeurs que vous m’avez inculquées, pour que fleurisse encore longtemps notre belle devise républicaine: Liberté Egalité Fraternité

×