Presentation christine pellat_140328

303 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
303
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Presentation christine pellat_140328

  1. 1. Facebook, Twitter représentent-ils un +, une valeur ajoutée au site diocésain ?
  2. 2. Contexte • Dans le cadre des chantiers initiés par la CEF • Analyse des pratiques des différents diocèses
  3. 3. Constat • Être présent sur internet aujourd'hui ne signifie pas seulement avoir un site : les possibilités offertes par les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisées. – Que permettent les réseaux sociaux en plus d'un site ? – Comment rendre complémentaires le site et les réseaux sociaux ? – Faut-il impérativement être présent sur ces réseaux ? • L'enjeu reste avant tout d'être là où sont les gens.
  4. 4. Quelle information pour quel canal de diffusion ? • Facebook : l’impact du visuel – Intérêts : partager des photos, des événements… et aussi des contenus d’autres pages Facebook, en cherchant l’interactivité – Public touché : toutes les couches de la population – Enjeu : que les internautes « likent » vos statuts et les partagent – Risques : les internautes ne vont pas forcément aller « hors » de Facebook pour lire un texte sur le site diocésain – Ce qui marche : les albums photos
  5. 5. Quelle information pour quel canal de diffusion ? • Twitter : 140 caractères pour partager la vie de votre diocèse – Intérêts : partager des statuts en 140 caractères max, en privilégiant l’immédiateté – Public touché : de plus en plus de jeunes ; des journalistes et des communicants – Enjeu : être retweeté, pour être lu par d’autres cercles. – Risques : lasser ses « followers » en publiant trop – Ce qui marche : l’information insolite et l’effet scoop/buzz
  6. 6. Comptes institutionnels vs comptes personnels • Sur Facebook et Twitter, diversité des comptes institutionnels et des comptes personnels • Pour un compte personnel – Gérer des échanges interpersonnels / donc mesurer son investissement en temps – Si le compte personnel présenté comme représentant de l’Église catholique, modération et exigence conseillées. • Pour un compte institutionnel – Positionnement plus transversal, d’apporteur d’informations • Qu’il soit institutionnel ou personnel, un compte doit être animé, pour faire vivre sa communauté.
  7. 7. Concurrence ? Surenchère ? Saturation ? • Du réseau au média social – À chaque média, son message – Jouer sur la complémentarité des outils • Exemple d’une conférence – Sur Twitter, poster en direct des échanges-clés – Sur Facebook, mettre en ligne l’album photos – Sur le site diocésain, rédiger un article plus détaillé, en ajoutant le texte du conférencier
  8. 8. Conclusion • Facebook et Twitter sont de vrais + pour le site diocésain, à condition de : – Les considérer comme des médias c’est-à-dire déterminer une ligne éditoriale, un planning rédactionnel, s’investir dans les relations avec les internautes, en bordant ces relations grâce à des chartes de modération par exemple. – Varier les informations sur les différents supports, afin de jouer avec leur spécificité. – Ne pas se contenter du virtuel : donner à voir, témoigner, inviter à des rencontres réelles.

×