Le décideur face à la désinformation géographique

372 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
372
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le décideur face à la désinformation géographique

  1. 1. Le  décideur  face  à   la  désinformation   géographique   Julien  Belvisi,  Président   Néogis  -­‐  Solutions  géomatiques   jbelvisi@neogis.ca    
  2. 2. Genèse  de  la  présentation   §  Une  présentation  à  vocation  informative  à  destination  de  la   communauté  géomatique.     §  Réflexion  sur  le  sujet  de  la  qualité  de  l’information  géographique.   §  Sujet  rebattu  dans  la  sphère  de  la  recherche  mais  souvent   effleuré,  voire  éludé  par  une  large  portion  de  producteurs  et   d’utilisateurs  finaux.   §  Quand  l’utilisateur  final  est  un  décideur,  cela  engendre  des   risques  (individuels,  organisationnels,  sociétaux)  et  des  coûts   associés.     §  Pas  de  généralisation  mais  une  tendance  lourde  néanmoins…   2  
  3. 3. Genèse  de  la  présentation   §  Évolution  rapide  des  technologies  de   l’information  en  général  et  de  l’information   géographique  en  particulier  .   §  Baisse  des  coûts  d’accès  aux  technologies,   généralisation  de  l’accès  au  Web,  applications   cartographiques  de  toutes  sortes,   hégémoniques  Google  (Map,  Earth,  Street   view),  Web  2.0  collaboratif,  logiciels  libres,  etc.)   =  démocratisation.   §  Démultiplication  des  «  producteurs  »  et     «  utilisateurs    »  d’informations  géographiques.           3  
  4. 4. La  décision     à  composante  spatiale    Le  décideur…   §  Personne  physique  ou  morale  habilitée  par  ses   fonctions  ou  sa  position  à  décider,  à  orienter  ou   bien  à  faire  prévaloir  une  décision  (Larousse,   2013).      …l’information  géographique   §  L'information  géographique  est  la   représentation  numérique  d’objets  ou  de   phénomènes  spatiaux  réels  (ou  virtuels)  à  un   moment  donné  et  quelles  qu'en  soient  la   dimension  et  l'échelle  de  représentation  =   abstraction/modélisation  du  monde  réel.   4  
  5. 5. La  décision     à  composante  spatiale   Autres  composantes   inhérentes  au   processus  décisionnel   Décideur   Action,   interventions,  mise   en  œuvre  de   stratégies,  etc.   Ainsi,  le  processus  décisionnel  à  composante  spatiale  s’effectue  au  travers   de  la  manipulation  de  cette  information  géographique  (observation,   analyse,  simulation,  représentation).  L’efficience  de  la  décision  dépend  à   des  degrés  divers  de  la  qualité  des  intrants,  dont  l’information   géographique  fait  partie.         5  
  6. 6. Qualité  de  l’information   géographique   §  La  qualité  de  l’information  géographique  est  composite.     §  Qualité  interne  (intrinsèque)  :  Généalogie  (processus  de  production),  précision/ exactitude  spatiale,    précision/exactitude  sémantique,  précision/exactitude   temporelle,  exhaustivité,  cohérence  logique.     §  Qualité  externe  :  adéquation  de  celle-­‐ci  avec  l’usage  prévu  «  fitness  for  use  ».     Besoins  de   l’utilisateur  1   Données     devant  être   produites   Qualité  interne   Données   produites   Figure  adaptée  de  Devillers  et  Jeansoulin,  2005     Qualité  externe  2   Besoins  de   l’utilisateur  2   Besoins  de   l’utilisateur  3   6  
  7. 7. La  notion  de     désinformation  géographique   §  La  désinformation  au  sens  ou  nous  l’entendons  n’est  pas  à   proprement  parlé  intentionnelle  (volonté  de  tromperie   associée  à  l’acception  courante  du  terme).     §  Il  s’agit  d’un  problème  de  qualité  interne  ou  externe.   §  Mène  le  décideur  à  avoir  une  image  biaisée  de  l’objet  ou   du  phénomène  représenté  entraînant  en  corollaire  une   prise  de  décision  à  son  tour  potentiellement  biaisée.   §  Conséquences  :  diminution  de  l’efficacité  des  actions/ interventions/stratégies,  augmentation  du  risque  (erreur,   improductivité,  bris,  incidents,  accidents,  pertes   financières,  poursuites  légales,…)         7  
  8. 8. La  notion  de     désinformation  géographique   §  §  §  Cette  désinformation  est  d’autant  plus   dommageable  qu’elle  est   omniprésente,  généralement     Qualité  de  l’IG   involontaire,  souvent  ignorée.   Une  responsabilité  partagée   (producteurs  et  utilisateurs)  :   énergivore  à  quantifier  ,  manque  de   moyens,  d’expertise,  de  temps,  crainte   du  résultat…,  etc.   Utilisateur   Producteur   Chacun  se  «  dédouane  »  à  sa  façon.   8  
  9. 9. Recherche  sur  la  qualité  de   l’information  géographique   §  Au  Québec,  leadership  de  l’Université  Laval  en  la  matière.     §  Groupe  de  chercheurs  très  actifs  (multiples  publications)  :  Yvan  Bédard  et   Marc  Gervais  (Département  des  sciences  géomatiques  de  l'Université   Laval),  Rodolphe  Devillers  (Memorial  University    -­‐  Terre-­‐Neuve)  pour  ne   citer  qu’eux.   §  Projet  «  CAREFUL  »  (Computer-­‐Assisted  Risk  Evaluation  For  Usage   Limitations  »  dirigé  par  Yvan  Bédard.   http://www.dusk.geo.orst.edu/buffgis/PPT/geo580_ethics.ppt           §  Protection  du  public  et  diffusion  éthique  des  données  géospatiales   http://dataquality.scg.ulaval.ca     9  
  10. 10. Normes  sur  la  qualité  de   l’information  géographique   §  Norme  ISO  19113  sur  la  qualité  de  l'information   géographique:   http://www.iso.org/iso/catalogue_detail.htm? csnumber=26018     §  Norme  ISO  19114  sur  les  procédures  d’évaluation  de  la     qualité  de  l'information  géographique:   http://www.iso.org/iso/catalogue_detail.htm? csnumber=26019                             §  Federal  Geographic  Data  Committee  (favorise  la   normalisation  des  données  géospatiales)      :  www.fgdc.gov/     10  
  11. 11. Quelques  éléments  clés  à   considérer  du  côté  du  décideur   et  autres  exemples  associés   11  
  12. 12. Les  métadonnées   §  Définition  :  Donnée  qui  renseigne  sur  la  nature  de  certaines  autres   données  et  qui  permet  ainsi  leur  utilisation  pertinente  (OQLF).     §  Plusieurs  limites  reliées  à  l’utilisation  des  métadonnées  :  énergivore  à   produire,  manque  de  clarté,  trop  générales,  difficiles  à  relier  avec  la   donnée  source…MAIS…   Une  donnée  sans  métadonnée  équivaut     à  un  médicament  sans  nom  ni  posologie  :  on  ne  l’utilise  pas.   12  
  13. 13. Normes  sur  les  métadonnées   §  Norme  ISO    19115  sur  les  métadonnées  géospatiales   http://www.iso.org/iso/catalogue_detail.htm?csnumber=26020   §  Ressources  naturelles  Canada  :  métadonnées  géospatiales  numériques   http://geoconnexions.rncan.gc.ca/995     §  FGDC  :  Federal  Geographic  Data  Committee,  section  Geospatial  Metadata   Standards   http://www.fgdc.gov/metadata/geospatial-­‐metadata-­‐standards#nap   §  FGDC  and  Dublin  Core  Metadata  Comparison  :   http://www.geomapp.net/docs/MetadataComparison_200903.pdf   §  Dublin  Core  :  http://dublincore.org/   §  Editeur  de  métadonnées  ISO  :   http://www.fgdc.gov/metadata/iso-­‐metadata-­‐editor-­‐review   13  
  14. 14. Généalogie   §  Il  est  crucial  d’avoir  accès  à  des  éléments  descriptifs   de  la  méthode  ayant  permis  la  production  de   l’information  géographique  (≈  traçabilité  de  la   donnée).   §  La  méthode  doit  être  documentée!  En  tant  que   décideur,  je  dois  comprendre  de  quelle  manière  une   information  a  été  produite  pour  l’utiliser  à  bon   escient.   §  Qui  sont  les  auteurs?  :  Adéquation  entre  l’expertise   des  auteurs  et  la  nature  de  l’information  produite.   §  Quelle  est  la  fiabilité  annoncée  (intervalle  de   confiance,  ex:  95  fois  sur  100,  une  visite  sur  le  terrain   confirmera  la  présence  de…)   14  
  15. 15. Généalogie/traçabilité    Répercussion  du  filtrage  moyen  d’un  MNT     Atténuation  des   bosses  et  des  creux  =   altère  la  profondeur   du  thalweg  et  les   pentes  de  talus  du   fossé   15  
  16. 16. Généalogie/traçabilité   §  Attention  au  «  data  mash-­‐up  »  :  donnée   composite  élaborée  à  partir  de  plusieurs   données  parfois  hétérogènes  du  point  de  vue   de  la  qualité  (interne  et  externe).     Donnée  A     QI  :  A’  /  QE  :  A’’   Donnée  B     Donnée  composite   QI  :  B’  /  QE  :  B’’   QI  :  ABCD’  /  QE  :  ABCD’’   Donnée  C   QI  :  C’  /  QE  :  C’’   Donnée  D     QI  :  D’  /  QE  :  D’’   16  
  17. 17. Généalogie/traçabilité    Plans  régionaux  de  conservation  des  milieux   humides  de  Canards  Illimités  de  l’Estrie     §  Donnée  produite  en  2007     §  Sources  :     ü  Milieux  humides  classifiés  de  l’Atlas  de  conservation  des  terres   humides  de  la  vallée  du  Saint-­‐Laurent  (analyse  des  images   LANDSAT  prises  en  1993-­‐94,  des  images  Radarsat  de  1999  et   validation  de  terrain  partielle  en  novembre  2002)  1  :  80  000,   Environnement  Canada  –  Service  Canadien  de  la  Faune;   ü  Milieux  humides  non  classifiés  de  la  BDTQ,  1  :  20  000,  1998,   MRNF.   17  
  18. 18. Généalogie/traçabilité    Plans  régionaux  de  conservation  des  milieux   humides  de  Canards  Illimités  de  l’Estrie     BDTQ  1:20  000e     SCF  1:80  000e     18  
  19. 19. Généalogie/traçabilité    Plans  régionaux  de  conservation  des  milieux   humides  de  Canards  Illimités  de  l’Estrie     SCF  1:80  000e   non  validé     SCF  1:80  000e   validé  sur  le  terrain     19  
  20. 20. Généalogie/traçabilité    Cartographie  pédologique  vectorielle  de  l’IRDA   Les  études   pédologiques   originales  ont  été   publiées  par  comtés,  à   des  années  (1943  à   2005)  et  des  échelles   différentes  (1:20  000  à   1:63  360).     Études  pédologiques  en  Montérégie   20  
  21. 21. Généalogie/traçabilité    Cartographie  pédologique  vectorielle  de  l’IRDA   Les  études   pédologiques   originales  ont  été   publiées  par  comtés,  à   des  années  (1943  à   2005)  et  des  échelles   différentes  (1:20  000  à   1:63  360).     Écart  important     de  qualité   Yamaska  (1:63  360e)  -­‐  1954   Richelieu  (1:20  000e)  -­‐  1990   21  
  22. 22. Exactitude  spatiale    MNT  issu  du  Lidar  aéroporté  et  calcul  de  pente   Profil  en  long  d’un  cours  d’eau  ou  d’un  fossé   Marge  d’erreur  annoncée  du  MNT  :  +/-­‐  15  cm   Dans  cet  exemple  :   -­‐Longueur  de  pente  :  480  m   -­‐Pente  :  1,25%  (5  m/480  m)   -­‐Marge  d’erreur  :  +/-­‐  0.06%  (30  cm)   22  
  23. 23. Exactitude  spatiale    MNT  issu  du  Lidar  aéroporté  et  calcul  de  pente   Profil  en  long  d’un  cours  d’eau  ou  d’un  fossé   Marge  d’erreur  annoncée  du  MNT  :  +/-­‐  15  cm   Attention  à  l’inversion  de  pente…   Dans  cet  exemple  :   -­‐Longueur  de  pente  :  550  m   -­‐Pente  :  0,02%  (13  cm/  550  m)   -­‐Marge  d’erreur  :  +/-­‐  0.05%   (30  cm  =  supérieure  à  la  pente)   23  
  24. 24. Exhaustivité  et  exactitude   temporelle      Cartographie  du  risque  d’inondation   §  Risque  =  aléa  (inondation)  x  vulnérabilité   (enjeux  humains  et  matériels).   §  Risque  naturel  :  variabilité  spatio-­‐temporelle.   §  «  L’information  qu’elles(*)  présentent  quant  au   caractère  inondable  des  lieux  était  valable  au   moment  où  les  relevés  conduisant  à  leur   publication  ont  été  réalisés.  Ces  cartes  ne   peuvent  donc  pas  tenir  compte  des   aménagements  du  territoire  réalisés  après  la   date  de  publication  »  (CEHQ).            (*)  les  cartes  de  zones  inondables   Source  :  MRN  &  CEHQ,  2013     24  
  25. 25. Exhaustivité     de  l’information    Occurrences  d’espèces  menacées  ou  vulnérables  du   CDPNQ   §   Les  inventaires  ont  lieu   principalement  aux   abords  des  voies  de   communication   (déterminisme  spatial)   Parc  du  Mont  Orford   §   Ce  n’est  pas  parce  qu’il   n’y  a  pas  de  relevé   d’occurrence  qu’il  n’y  a   pas  présence  d’espèce   menacée  ou  vulnérable.     Source    :Centre  de  données  sur  le  patrimoine  naturel  du  Québec   25  
  26. 26. Exactitude  temporelle  /   durée  de  vie  utile    BDTQ  :  Assise  cartographique  officielle  du   gouvernement  du  Québec  à  l’échelle  1:20  000.   Végétation  BDTQ   Photos  2009    26  
  27. 27. Exactitude  temporelle  /   durée  de  vie  utile    BDTQ  :  Assise  cartographique  officielle  du   gouvernement  du  Québec  à  l’échelle  1:20  000.   Hydrologie  surfacique  BDTQ   Photos  2000   27  
  28. 28. Exactitude  temporelle  /   durée  de  vie  utile    BDTQ  :  Assise  cartographique  officielle  du   gouvernement  du  Québec  à  l’échelle  1:20  000.   Hydrologie  surfacique  BDTQ   Photos  2009    28  
  29. 29. Exactitude  temporelle  /   durée  de  vie  utile    BDTQ  :  Assise  cartographique  officielle  du   gouvernement  du  Québec  à  l’échelle  1:20  000.   Réseau  routier  BDTQ   Photos  2000     29  
  30. 30. Exactitude  temporelle  /   durée  de  vie  utile    BDTQ  :  Assise  cartographique  officielle  du   gouvernement  du  Québec  à  l’échelle  1:20  000.   Adresses  Québec   Réseau  routier  BDTQ   Photos  2009     30  
  31. 31. Resistance  à  l’épreuve  du   «  monde  réel  »   §  S’autoriser  à  poser  des  questions  au   producteur.   §  Réaliser  un  échantillonnage  de   l’information  avant  son  utilisation  dans  un   contexte  décisionnel  ou  opérationnel.     §  Comparer  les  résultats  avec  la  fiabilité   annoncée  (intervalle  de  confiance)  de   l’information.     §  Éprouver  la  qualité  de  l’information  par   rapport  aux  résultats  anticipés  et/ou  à   l’expertise  thématique  et/ou  la  réalité   terrain.     §  Réaliser  des  requêtes  spatiales,  requêtes   attributaires,  des  visites-­‐terrain.     31  
  32. 32. Éthique  et  responsabilité   §  Éthique  du  côté  du  producteur  :       –  Vis-­‐à-­‐vis  de  la  qualité  interne  de  l’information   produite  ;   –  S’assurer  que  l’utilisateur  final  a  suffisamment   d’éléments  pour  évaluer  la  qualité  de  l’information.     §  Responsabilité  du  côté  de  l’utilisateur/ décideur  :       –  Prendre  connaissance  d’un  minimum  d’éléments   sur  la    qualité  interne  de  l’information  utilisée  ;   –  S’assurer  d’avoir  l’expertise  pour  juger  de   l’adéquation  de  l’information  avec  l’utilisation   visée.     32  
  33. 33. Éthique  et  responsabilité    Analyse  diachronique  de  l’évolution  du  couvert   forestier  dans  le  secteur  du  Mont  Bromont     1979   2009   33  
  34. 34. Éthique  et  responsabilité    Analyse  diachronique  de  l’évolution  du  couvert   forestier  dans  le  secteur  du  Mont  Bromont   1979     2009   -­‐   1393  ha   =   1304  ha   Tendance  :  statu  quo…(masque   une  dynamique  plus  subtile)   -­‐ 89  ha     -­‐ (-­‐6,4%  en  30  ans)   34  
  35. 35. Éthique  et  responsabilité    Analyse  diachronique  de  l’évolution  du  couvert   forestier  dans  le  secteur  du  Mont  Bromont   1979     2000   -­‐   1393  ha   =   1445  ha   +52  ha     -­‐ (+3,7%  en  21  ans)   Tendance  :  gains  modestes     35   mais  gains  tout  de  même…(déprise  rurale  importante)  
  36. 36. Éthique  et  responsabilité    Analyse  diachronique  de  l’évolution  du  couvert   forestier  dans  le  secteur  du  Mont  Bromont   2000     2009   -­‐   1445  ha   =   1304  ha   Tendance  :  pertes  rapides  (mitage   résidentiel  +  pistes  de  ski)   -­‐141  ha     -­‐ (-­‐9,8%  en  9  ans)   36  
  37. 37. Éthique  et  responsabilité   §  Scénario  1  :  Manque  d’éthique  et/ou  de   responsabilité  vis-­‐à-­‐vis  de  la  qualité  =   image  biaisée  du  phénomène  =   désinformation.   §  Scénario  2  :  Éthique  et/ou  responsabilité   vis-­‐à-­‐vis  de  la  qualité  =  image  fidèle  du   phénomène  =  information  pertinente.   37  
  38. 38. Documents  de  référence   consultés   §  Bédard,  Y.  et  Gervais,  M.  (2009)  «  Gestion  des  risques  liés  à  la  qualité  des  données  géospatiales  »,  Université  Laval,   Montréal,  21  octobre  2009,  support  de  conférence.  Lien  :   http://fr.slideshare.net/Geomatique2009/gestion-­‐des-­‐risques-­‐lis-­‐la-­‐qualit-­‐des-­‐donnes-­‐gospatiales   §  Bédard,  Y.  (2012)  «  Les  SIG  deviennent-­‐ils  le  nouveau  terrain  de  l’arbitraire?  Enjeux  de  Société  et  défis  de  recherche   pour  la  prochaine  décennie!  »  ,  ENSG,  Marne-­‐la-­‐Vallée,  support  de  conférence.  Lien  :   http://www.rencontres-­‐sig-­‐la-­‐lettre.fr/wp-­‐content/uploads/2012/01/R2012-­‐Bedard.pdf   §  Devillers,  R.  (2004)  «  Conception  d’un  système  multidimensionnel  d’information  sur  la  qualité  des  données   géospatiales",  Thèse  de  doctorat  en  sciences  géomatiques,  Université    Laval  en  collaboration  avec  l’Université  de   Marne-­‐la-­‐Vallée.  Lien:http://archimede.bibl.ulaval.ca/archimede/fichiers/22242/22242.html   §  Devillers,  R.  (2010)  "La  recherche  sur  la  qualité  de  l  information  ’information  géographique:  solutions,  enjeux  et   perspectives",  Rencontres  SIG  La  Lettre  2010,  Université  Memorial  de  Terre-­‐Neuve  (Canada),  2010,  support  de   conférence.  Lien:http://www.rencontres-­‐sig-­‐la-­‐lettre.fr/wp-­‐content/uploads/2010/05/Qualit%C3%A9-­‐Devillers2.pdf   §  Devillers,  R.,  Stein,  A.,  Bédard,  Chrisman  N.,  Fisher  and  ,  P.,  Shi  ,  W.  (2010)  “30  years  of  research  on  spatial  data  quality  –   Achievements,  failures  and  opportunities.  Transactions  in  GIS.” http://sirs.scg.ulaval.ca/wp-­‐content/documents/publications/557.pdf     38  
  39. 39. Documents  de  référence   consultés   §  Gervais,  M.  (2009)  «    Protection  du  public  et  diffusion  éthique  des  données  géospatiales  »,  Département  des  sciences   géomatiques,  Université  Laval,  Montréal,  21  octobre  2009,  support  de  conférence.   http://fr.slideshare.net/Geomatique2009/protection-­‐du-­‐public-­‐et-­‐diffusion-­‐thique-­‐des-­‐donnes-­‐gospatiales   §  Lévesque,  M-­‐A.  (2008)  «    Approche  formelle  pour  une  meilleure  identification  et  gestion  des  risques  d'usages   inappropriés  des  données  géodécisionnelles    »  Maître  ès  sciences  (M.Sc.),  Foresterie  et  géodésie  2008-­‐08,  Université   Laval.  http://archimede.bibl.ulaval.ca/archimede/meta/25565   §  Roche,  V.  (2000)  «  Impacts  de  l’incertitude  et  de  l’ambigüité  sur  la  pratique  des  SIRS  :  Exploration  à  l’aide  d’études  de   cas  en  assainissement  industriel  »,  thèse  de  doctorat,  Saint-­‐Étienne:  ENSMSE  et  Université  de  Montréal,  2000.   http://tel.archives-­‐ouvertes.fr/docs/00/85/06/49/PDF/2000_Roche_Vincent.pdf   §  Vasseure,  B.,    Jeansoulin,  R.,  Devillers,  R.  et  Frank,  A.  U.  (2005)    «  Évaluation  de  la  qualité  externe  de  l'information   géographique:  Une  approche  ontologique.  »  In  Qualité  De  L'information  Géographique:  Traité  Igat,  édité  par  Rodolphe   Devillers  et  Robert  Jeansoulin,  285-­‐301:  Hermes  Science,  2005.  ftp://ftp.geoinfo.tuwien.ac.at/frank/15_Vasseur.pdf   §  Versic,  A.  (2009)  «  Spatial  data  quality  control  process  bases  on  ISO  19113  and  ISO  19114»,  The  Environmental  Agency   of  the  Republic  of  Slovenia,  Proceedings  of  the  24th  International  Cartographic  Conference,  Santiago  du  Chili,  15-­‐21   novembre  2009,  acte  de  conférence.  http://icaci.org/files/documents/ICC_proceedings/ICC2009/html/nonref/3_18.pdf   39  
  40. 40. Conclusion    «  Les  données  géospatiales   sont  des  êtres  fragiles  qui,  à   force  d'être  torturés,   finissent  par  avouer  tout  ce   qu'on  veut  leur  faire  dire  »   Adapté  de  Alfred  Sauvy   40  
  41. 41. Merci!  Des  questions?   Julien  Belvisi,  Président   Néogis  -­‐  Solutions  géomatiques   jbelvisi@neogis.ca    

×