Afnic Rapport d'activite 2012

691 vues

Publié le

Pour plus d'information sur le Rapport d'Activité 2012 de l'Afnic http://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/7047/show/rapport-d-activite-de-l-afnic-focus-sur-les-mutations-de-2012-1.html

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
691
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Afnic Rapport d'activite 2012

  1. 1. Rapport d’activité 2012
  2. 2. SommaireÉditorial : une mutation responsable p. 1Faits marquants 2012 p. 3Missions : contribuer au développement d’un Internet sûr et stable, ouvertaux innovations où la communauté Internet française joue un rôle de premier plan p. 4Gouvernance : mise en place des comités du Conseil d’administration p. 5Stratégie : conduire de manière responsable la mutation exigéepar les évolutions de l’environnement p. 8Un .fr toujours dynamique dans un marché en décélération p. 10L’Afnic s’engage au service du développement du .fr et de l’Internet p. 13L’Afnic, 1eropérateur technique de registre en France sur les nouvelles extensions p. 15Un an après le début de l’accréditation, panorama des bureaux d’enregistrement P. 17Des performances opérationnelles en ligne avec un niveau d’exigence toujours plus élevé p. 19Identifier, qualifier et maîtriser les risques globaux p. 202012, poser les bases d’outils communs pour un Internet sûr et stable p. 24Recruter les profils nécessaires au redéploiement stratégique de l’Afnic p. 28Plus de services centrés sur la satisfaction clients, une priorité pour l’Afnic p. 31L’Afnic se dote des moyens comptables de son nouveau modèle économique p. 33Cahier financier p. 38Prospective : quel rôle pour l’Afnic pour les prochaines années ? p. 40Éditorial : une mutation responsable p. 1Éditorial : une mutation responsable p. 1Faits marquants 2012 p. 3Faits marquants 2012 p. 3aux innovations où la communauté Internet française joue un rôle de premier plan p. 4aux innovations où la communauté Internet française joue un rôle de premier plan p. 4Gouvernance : mise en place des comités du Conseil d’administration p. 5Gouvernance : mise en place des comités du Conseil d’administration p. 5par les évolutions de l’environnement p. 8par les évolutions de l’environnement p. 8Un .fr toujours dynamique dans un marché en décélération p. 10Un .fr toujours dynamique dans un marché en décélération p. 10L’Afnic s’engage au service du développement du .fr et de l’Internet p. 13L’Afnic s’engage au service du développement du .fr et de l’Internet p. 13opérateur technique de registre en France sur les nouvelles extensions p. 15opérateur technique de registre en France sur les nouvelles extensions p. 15Un an après le début de l’accréditation, panorama des bureaux d’enregistrement P. 17Un an après le début de l’accréditation, panorama des bureaux d’enregistrement P. 17Des performances opérationnelles en ligne avec un niveau d’exigence toujours plus élevé p. 19Des performances opérationnelles en ligne avec un niveau d’exigence toujours plus élevé p. 19Identifier, qualifier et maîtriser les risques globaux p. 20Identifier, qualifier et maîtriser les risques globaux p. 202012, poser les bases d’outils communs pour un Internet sûr et stable p. 242012, poser les bases d’outils communs pour un Internet sûr et stable p. 24Recruter les profils nécessaires au redéploiement stratégique de l’Afnic p. 28Recruter les profils nécessaires au redéploiement stratégique de l’Afnic p. 28Plus de services centrés sur la satisfaction clients, une priorité pour l’Afnic p. 31Plus de services centrés sur la satisfaction clients, une priorité pour l’Afnic p. 31L’Afnic se dote des moyens comptables de son nouveau modèle économique p. 33L’Afnic se dote des moyens comptables de son nouveau modèle économique p. 33Cahier financier p. 38Cahier financier p. 38Prospective : quel rôle pour l’Afnic pour les prochaines années ? p. 40Prospective : quel rôle pour l’Afnic pour les prochaines années ? p. 40
  3. 3. « Mutation responsable », ces deux termessemblents’imposerd’eux-mêmespourdécrirel’Afnic en 2012.Mutationd’abord,parcequ’ilseraitdommage,voire dangereux, de rester statique dans unenvironnement Internet global connaissant deprofondes transformations. À titre d’exemple,la prochaine ouverture des nouvellesextensions génériques organisée par l’ICANNvient directement modifier le marché etchanger l’environnement des activités del’Afnic. Elle la conduit naturellement à élargirson offre à partir d’un cœur de métier où sescompétences ont été reconnues.Responsable, parce que le processus visant àtransformer les changements en opportunitésdoivent être choisies et menées en tenant compte des missions qui fondentl’existence de l’Association, au premier rang desquelles celle d’Officed’enregistrement du .fr.Plus que jamais, l’Afnic est un acteur responsable engagé au service d’unInternet sûr et stable, ouvert aux innovations, où la communauté Internetfrançaise joue un rôle de premier plan. C’est devant ses membres, cettecommunauté et devant l’État que l’Association est responsable de la gestionqu’elle fait du .fr en tant que ressource publique, aussi bien en termesd’implication dans son développement que de finances ou de qualité deservice.Rapport d’activité AFNIC 2012 01ÉditorialUne mutation responsable.Jean-Pierre DardayrolPrésident de l’Afnic
  4. 4. L’année 2012, a été marquée par trois événements majeurs :• l’Afnic a été reconduite comme Office d’enregistrement du .fr pourune durée de 5 ans. Cette confiance qui lui est accordée repose sur desengagements forts de sa part, notamment la mise en place d’une comptabilitéanalytique pour le .fr et la création d’un Fonds de Soutien au Développementde l’Internet (FSDI) ;• se positionnant sur les nouvelles extensions génériques, l’Associationa su convaincre 17 candidats français de la qualité de son offre ce quifait d’elle le premier opérateur technique de registres français en nombre declients ;• cette dynamique de développement est complétée par la mise en placed’un processus de gestion des risques globaux et par le renforcementde la Gouvernance, notamment avec la mise en place de comités du Conseild’administration (Finances et risques, Politiques de Registre).2013 promet d’être l’année de la concrétisation des orientations validées en2012. Création du FSDI, insertion dans la « racine » d’au moins une desnouvelles extensions auxquelles contribue l’Association, actions fortes depromotion du .fr et transferts des résultats de R&D : l’Afnic reste au cœurde l’Internet et des défis qui se présentent à tous ses acteurs, notamment entermes de sécurité. 02 Rapport d’activité AFNIC 2012
  5. 5. 12 janvier : ouverture de la période desoumission des dossiers nTLD auprès del’ICANN.11 mai : l’Afnic dépose ses dossiersde candidature pour la gestion du .fret des 10 autres extensions françaisesultramarines.31 mai : fin de la période d’envoi àl’ICANN des candidatures aux nouvellesextensions. L’offre d’opérateur techniquede registre de l’Afnic a été retenue par17 projets français.22 juin : publication par l’ANSSI et l’Afnicdu rapport Résilience de l’Internet – 2011 :état des lieux.28 juin : l’Afnic est reconduite pour cinqans comme Office d’enregistrement du.fr par arrêté de MmeFleur Pellerin, Ministredéléguée à l’économie numérique.3 juillet : l’enregistrement des IDN estouvert à tous après une sunrise period detrois mois.4 et 9 octobre : Registrar Days. Deuxjours pour faire le point avec lesbureaux d’enregistrement sur les grandschangements de l’année et discuter desperspectives.29 octobre : la cour d’appel de Parisconfirme que, concernant l’anonymatdes données Whois, la responsabilitéde l’Afnic est écartée et qu’elle n’estpas tenue de prendre des mesuresconservatoires sur les noms de domaineen cas de litige.14 novembre : 60 % des noms dedomaine .fr sont compatibles IPv6.1erdécembre : entrée en vigueur desnouveaux statuts visant à renforcer lesmodes de gouvernance de l’Afnic.6 décembre : les noms de domaine en.fr passent le cap des 2,5 millions.10 décembre : l’Afnic étend ses horairesd’accueil et met en place un service desupport téléphonique 24 h sur 24, ouvert7 jours sur 7.31 décembre : à cette date, plus de20 000 zones gérées par l’Afnic sontsignées en DNSsec.Rapport d’activité AFNIC 2012 032012Faits marquants
  6. 6. 04 Rapport d’activité AFNIC 2012Association loi de 1901 créée en 1997,l’Afnic a été désignée en 2012 commeOffice d’enregistrement du .fr. À cetitre, elle assure la gouvernance et la gestiontechnique de l’extension nationale française.L’Afnic gère aussi d’autres extensionsfrançaises : les .pm (Saint-Pierre et Miquelon),.re (Réunion), .tf (Terres australes etantarctiques françaises), .wf (Wallis et Futuna)et .yt (Mayotte).Son statut associatif permet à l’Afnic de réunirdans ses instances de gouvernance des repré-sentants de l’État, des bureaux d’enregistre-ment et des utilisateurs.L’Afnic s’est donnée pour ambition de contri-buer au développement d’un Internet sûr etstable, ouvert aux innovations où la commu-nauté Internet française joue un rôle de pre-mier plan.Elle remplit cet objectif au travers de ses mis-sions : exceller dans la fourniture de servicesessentiels résilients au cœur de l’infrastructureInternet en France, mais aussi développer etpartager son expertise afin de faciliter les tran-sitions vers l’Internet du futur.Depuis sa création, l’Afnic gère de manièreresponsable les extensions françaises qui luiont été confiées. Mobilisée dès 2008 sur leprogramme ICANN de création de nouvellesextensions, elle s’est affirmée comme un acteurprépondérant en France dans les activitésd’opérateur technique de registre.Fidèle à son héritage de « Network Informa-tion Center », l’Afnic est également un centred’expertise en matière de technologies Inter-net. Elle mène en permanence des actions deRecherche et Développement, de transfert deconnaissance et de partage d’expertise en rela-tion avec des partenaires situés en France aussibien qu’à l’international.Missions : contribuer au développement d’un Internetsûr et stable, ouvert aux innovations où la communautéInternet française joue un rôle de premier plan.
  7. 7. Rapport d’activité AFNIC 2012 05StructureLa structure du Conseil d’administration del’Afnic est le reflet de la volonté de ses fonda-teurs d’associer des représentants des pouvoirspublics, des bureaux d’enregistrement et desutilisateurs pour veiller à ce que les extensionsfrançaises de l’Internet soient gérées au servicede l’intérêt général. La structure du Conseild’administration de l’Afnic n’a pas connu demodification depuis sa création.Le président de l’Afnic est élu pour un man-dat de trois ans renouvelable une fois. Lesreprésentants nommés par l’État disposentde cinq sièges, à parité avec les représentantsdes membres élus pour trois ans renouvela-bles : bureaux d’enregistrement (2 sièges) etutilisateurs (2 sièges). Le président du Collègeinternational, élu par les membres de celui-ci,fait de droit partie du Conseil d’administrationde l’Afnic. Les administrateurs de l’Afnic neperçoivent aucune rémunération au titre deleurs fonctions.Au 31 décembre 2012, les 119 membres del’Afnic se répartissent comme suit :Répartition des membresde l’Afnic au 31/12/20123 %4 %Membres fondateursBE option 1Membres d’honneurBE option 2Personnes moralesPersonnes physiquesCollège internationalGouvernance : mise en place des comitésdu Conseil d’administration.30 %18 % 8 %8 %29 %
  8. 8. 06 Rapport d’activité AFNIC 2012Composition du conseild’administration de l’Afnicau 31 décembre 2012Représentants des pouvoirs publicsnommés par l’ÉtatPour l’Institut National de Recherche en Infor-matique et Automatique, INRIA• M. Jean-Pierre Dardayrol (Président de l’Afnic)• M. Stéphane Ubeda Pour le Ministère en charge de l’Industrie• MmeMireille Campana Pour le Ministère en charge des communi-cations électroniques• MmeAnne-Lise Thouroude Pour le Ministère en charge de la Recherche• M. Patrick DonathReprésentants élus par collègePour le collège (bureaux d’enregistrement)• ASCIO : M. Eric Lantonnet• MAILCLUB : M. Frédéric Guillemaut Pour le collège (utilisateurs)• ACFCI : M. Thierry Hinfray• ISOC France : M. Gérard Dantec Pour le Collège international• Université de Conakry : M. Abdoulaye DiakitéUn commissaire du gouvernement :M. Perica Sucevic, nommé par le Ministère encharge des communications électroniques.Les mouvements en 2012 :Membres nommés :• INRIA : M. Stéphane Ubéda a remplacé M. Bruno SportisseConcernant les membres élus :• ASCIO : M. Eric Lantonnet a remplacé M. Peter CousynUne volonté de renforcer lecontrôle interneEn 2012, l’Afnic a significativement renforcéson dispositif de contrôle interne, que ce soitau niveau de la Gouvernance (création descomités du Conseil d’administration), de lagestion des risques (identification, qualifica-tion et pilotage des risques globaux, politiquede sécurité du système d’information) ou desfinances (mise en place d’une nouvelle comp-tabilité analytique).Ces évolutions viennent compléter les actionstransversales déjà menées depuis plusieursannées en termes de définition des processusqualité, de traçabilité et d’archivage, d’élabo-ration et de suivi d’indicateurs stratégiques,d’évaluation de la satisfaction de nos clients.Plus généralement, l’Association est engagéedans une dynamique d’amélioration continuelui permettant de s’assurer en permanence queses modes de fonctionnement sont conformesaux bonnes pratiques reconnues comme auxlois en vigueur.Une innovation 2012 :la création des Comitésdu Conseil d’administrationLa création des comités du Conseil d’adminis-tration est une évolution importante dans lefonctionnement de celui-ci et dans les modesd’interaction entre administrateurs et membresde l’équipe de permanents de l’Afnic.
  9. 9. Rapport d’activité AFNIC 2012 07Leur objectif est d’aider les membres duConseil d’administration dans leur prise dedécision sur des questions touchant à la viede l’Association. Les membres de chaquecomité sont chargés, autour du thème relevantde la compétence de celui-ci, d’organiser laréflexion, d’apporter un éclairage fouillé, dedonner des avis et conseils en vue de faciliterla prise de décision des membres du Conseild’administration.Chaque comité est créé par décision duConseil d’administration et constitué princi-palement d’au moins trois administrateurs vo-lontaires. D’autres administrateurs de l’Asso-ciation, des salariés de l’Afnic, ou des expertsexternes peuvent, sur demande du comité,participer à certains travaux.Les deux comités thématiques créés en 2012sont :• Le Comité Finances et gestion des ris-ques, dont les missions sont notamment decontrôler et d’analyser les documents finan-ciers ; d’examiner la pertinence des choix etde la bonne application des méthodes comp-tables ; de contrôler la bonne application desprocédures internes de collecte et de contrôledes données comptables ; et de vérifier l’exis-tence de dispositifs de contrôle interne et leurbonne application. Au 31/12/2012 les mem-bres de ce comité étaient M. Thierry Hinfray(ACFCI) et MmeAnne-Lise Thouroude (Mi-nistère en charge des communications élec-troniques) suite au départ de M. Peter Cousyn(ASCIO) non encore remplacé à cette date.• Le Comité Politiques de registre a pourobjet d’étudier les politiques en vigueur et deproposer d’éventuelles modifications ; d’identi-fier les priorités de travail ; de veiller au respectdes éventuels processus de consultation exigésavant tout vote en Conseil d’administration ;de veiller aux respects des intérêts et de la priseen compte des besoins de la communautéInternet par les Politiques de Registre ; d’ana-lyser et de se prononcer sur les avant-pro-jets et projets de politiques de registre. Au31/12/2012 les membres de ce comité étaientMM. Gérard Dantec (Isoc France), PatrickDonath (Ministère en charge de la recherche)et Frédéric Guillemaut (Mailclub).Le Conseil d’administration del’Afnic s’est doté dès 2007 d’unCode de déontologie qui fixenotamment les engagementssuivants :• Devoir de loyauté : lesadministrateurs doivent entoute circonstance favoriser laréalisation de l’objet social del’Afnic. Ils ne peuvent prendrede responsabilités, sousquelque forme que ce soit,directement ou indirectement,dans des entreprises ou desaffaires concurrentes à cellesde l’Afnic, notamment sous laforme de conseils ;• Devoir de discrétion etde confidentialité : lesadministrateurs sont tenusà la discrétion et à laconfidentialité absolue surtout document ou informationde toute nature obtenu dansl’exercice ou à l’occasion del’exercice de leurs fonctions ;• Conflit d’intérêt : lesadministrateurs doivents’abstenir de se placer dansune situation de conflitd’intérêt entre leurs intérêtspersonnels ou professionnels etceux de l’Afnic.Les règles déontologiques du Conseil d’administration
  10. 10. 08 Rapport d’activité AFNIC 2012Des forces et des opportunitésEn tant qu’Office d’enregistrement du .fr,l’Afnic est un acteur reconnu du marché desnoms de domaine en France. Elle a consolidécette position éminente en 2012 en mettantson cœur d’expertise – le métier d’opérateurtechnique de registre – au service de 17 projetsde nouvelles extensions génériques.En prise directe avec les principaux acteursdu marché depuis sa création, l’Association esttrès bien intégrée dans son écosystème, com-me en témoignent les plus de six cent lettresde soutien reçues en avril et mai 2012 à l’occa-sion de sa candidature pour sa désignation entant qu’Office d’enregistrement des extensionsfrançaises.Les études menées annuellement auprès de sesclients démontrent que l’Afnic bénéficie d’uneexcellente image auprès d’eux, de même quesa participation active aux travaux des instan-ces internationales lui permet d’être reconnuepar ses pairs.Dans un marché en mutation profonde, aussibien du fait de la future apparition de centainesde nouvelles extensions que des évolutions desusages Internet, l’Afnic dispose d’avantagescompétitifs clefs pour saisir les opportunités quise présentent à elle. Cette démarche ambitieuseimplique en retour une capacité à faire évoluerses métiers et ses pratiques, mais aussi unegestion toujours plus exigeante des risques glo-baux comme de la qualité des services offerts.Réalisations saillantesdu plan d’action 2012À chaque axe stratégique de l’Afnic corres-pondent un certain nombre de lignes d’actionselles-mêmes subdivisées en actions. En 2012,les principales réalisations ont été, par axestratégique :• Opérateur technique de registre : parti-cipation à 17 projets de nouvelles extensions ;mise en capacité de les accompagner dans leprocessus de délégation, et de les gérer aprèsleurs insertions dans la racine fin 2013 ;• Préférence .fr : augmentation significativede la part de marché du .fr qui atteint presque35 % ; désignation de l’Association en tantqu’Office d’enregistrement du .fr ; mise en œu-vre des premiers engagements de la Conven-tion État-Afnic ;• Excellence opérationnelle : définitionet lancement de programmes d’excellence ;préparation du déménagement (choix desnouveaux locaux) ;• Résilience : travaux autour d’un 2eData-center ; publication du rapport sur la Résiliencede l’Internet en France en partenariat avecStratégie : conduire de manière responsablela mutation exigée par les évolutions del’environnement.
  11. 11. Rapport d’activité AFNIC 2012 09l’ANSSI ; identification et qualification desrisques globaux ;• Expertise et innovation : poursuite desprojets de Recherche et de Développement,publications notamment des Dossiers théma-tiques, de l’enquête Toile de fond technologi-que, de l’Observatoire du marché.Les axes stratégiquesde l’AFNIC 2012 – 2015Pour la période 2012-2015, l’Afnic articule sastratégie autour de 5 axes.1) Confirmer la préférence pour le .frLe .fr bénéficie de nombreux atouts : sa qualitéd’extension nationale française le relie à laFrance et aux contenus francophones, ainsiqu’au marché français. Affirmer la préférencedes utilisateurs français pour le .fr est un axestratégique incontournable de l’action del’Afnic, sans exclure les opportunités apportéespar l’ouverture à l’Europe.2) Être le principal opérateurtechnique de nouveaux TLD en FranceLe marché des noms de domaine va connaî-tre d’importantes mutations avec l’ouver-ture de centaines de nouvelles extensionsen 2013/2014. Capitalisant sur son cœur demétier, l’Afnic se positionne comme opérateurtechnique de registre pour le compte de socié-tés ayant décidé de porter des projets de TLD.3) Être un acteur majeurde la résilience de l’InternetEn tant qu’opérateur d’infrastructures clefs del’Internet, l’Afnic a la volonté de jouer un rôlemoteur dans l’optimisation de la résilience del’Internet, c’est-à-dire de la capacité de celui-cià résister à toute forme d’attaque ou de dys-fonctionnement. La démarche de gestion desrisques globaux s’inscrit dans cette optique.4) Valoriser ses expertisesL’Afnic dispose d’expertises rares dans seséquipes, dans un périmètre large autour deses métiers. L’Afnic a vocation à diffuser cesexpertises auprès de la communauté Internetet entend les valoriser notamment au traversde publications, de projets de Recherche etDéveloppement et de prestations spécifiques.5) Être reconnue pour son excellenceopérationnelleActeur de référence en France, l’Afnic doit ser-vir de référence sur le marché, tant au plan na-tional qu’international, que ce soit sous l’anglede la satisfaction client, de sa Gouvernance oudu développement de ses collaborateurs, l’Afnica pour objectif que cette excellence soit recon-nue par des tiers indépendants d’ici à 2015.RésilienceCertifié ISO 27001 à mi 2014Reconnu à l’internationalInvestissementcroissanceExcellenceopérationnelleEFQM400-500en2015Préférence pour le .fr10 % du CA de l’Afnic investisdans la promotion du .frInnovationFSDI financé à hauteur de 2,5 MEpar an à partir de 2015Opérateur techniquereconnu et rentable20-25 autres TLD, 15 % du CA,activité rentable dès 2015
  12. 12. 10 Rapport d’activité AFNIC 2012Un environnement mondialen mutation accéléréeL’analyse de l’environnement Internet permetd’identifier un certain nombre d’évolutionsse produisant au niveau mondial et suscepti-bles de modifier en profondeur la relation desinternautes au « Réseau des réseaux ».Si l’on reste au plus près des utilisateurs, unrapport de la société Cisco daté de février2013 (1) indiquait que le nombre de terminauxmobiles permettant de naviguer sur Internet(smartphones, tablettes, portables, télépho-nes…) devrait dépasser le nombre d’êtreshumains d’ici la fin de l’année. Cette évolu-tion qui s’est fortement matérialisée en 2012est structurante pour les modes d’accès et deconsultation des contenus Internet.La « facilitation » de l’accès à l’Internet favo-rise le développement fulgurant des réseaux etmedia sociaux. Avec ses 693 millions d’utilisa-teurs mensuels, Facebook reste le réseau socialle plus fréquenté au monde, largement devantson challenger Google+ (343 millions) et Twit-ter (288 millions). Mais à eux trois, ces géantsreprésentent plus d’un milliard d’utilisateursmensuels, selon une étude de Trendstream (2).Le phénomène des réseaux sociaux, toutcomme le développement des « Apps » sur lestablettes et la consultation de sites Internet viades mobiles, sont autant d’usages émergentsou affirmés susceptibles d’impacter les pra-tiques des internautes en termes de noms dedomaine. Facebook comme Twitter peuventêtre utilisés sans passer par d’autres noms dedomaine que ceux de ces entreprises ; les« Apps » n’en nécessitent aucun au niveau del’utilisateur ; les mobiles créent des contraintesspécifiques en termes d’usabilité qui peuventconditionner le format des noms de domaine(succès des « raccourcisseurs d’URL »).Des évolutions sont aussi remarquables auplan technique, comme le déploiement d’IPv6,accéléré avec le processus « d’épuisement »du stock d’adresses IPv4 disponibles. Selon unarticle de l’association G6 France publié en no-Un .fr toujours dynamique dans un marchédes noms de domaine en décélération.(1) Mobile Internet devices ‘“Will outnumber humans this year”http://www.guardian.co.uk/technology/2013/feb/07/mobile-Internet-outnumber-people(2) Google+ Passes Twitter To Become 2nd Largest Social Networkhttp://www.thedomains.com/2013/01/28/google-passes-twitter-to-become-2nd-largest-social-network/(3) 1 % des utilisateurs de Google en IPv6http://g6.asso.fr/blog/2012/11/21/1-des-utilisateurs-de-google-en-ipv6/
  13. 13. Rapport d’activité AFNIC 2012 11vembre 2012 (3), les mesures du trafic IPv6 surle point d’échange d’Amsterdam (représentatifd’une grande part du trafic européen) mon-traient que le trafic IPv6 avait été multipliépar presque trois depuis le seul mois de juin2012, représentant 0,35 % du trafic global à ladate de publication de l’article. Ce même texteévoquait le fait que 1 % des internautes attei-gnant les serveurs de Google utilisaient uneconnectivité IPv6, ce chiffre à la progressionexponentielle s’élevant à 4,6 % pour la France(5,29 % début mars 2013).L’importance persistante sinon croissante desnoms de domaine dans le fonctionnementde l’Internet est par ailleurs démontrée parla montée en puissance des attaques prenantle DNS pour cible. Jamais la sécurité n’a étéaussi fortement ancrée dans les esprits et lesplans d’actions qu’en 2012. Le déploiement deDNSsec est un exemple – souvent couronnéde succès – du rôle moteur que peuvent jouerles registres d’extensions nationales dansl’adoption des nouvelles technologies et desnouveaux standards.Confrontés à un environnement à la dange-rosité croissante et à des usages évolutifs, lesnoms de domaine devront de plus en plus dé-montrer les « bénéfices clients » qu’ils appor-tent. La future création de centaines de nou-velles extensions est un élément de réponse àcette problématique, permettant l’apparitiond’adresses Internet encore plus signifiantes.Mais elle porte aussi en elle un facteur decomplexité qui va devoir être géré pour ne pasdétourner les utilisateurs de cet outil nécessaireet performant que sont les noms de domainepour « adresser » les contenus sur Internet.Des évolutions mondialescontrastéesL’année 2012 a vu le marché des noms dedomaine confronté à une certaine décélérationau niveau mondial, avec un taux de croissancede 9 % en moyenne contre 10 % en 2011. Lesévolutions sont d’ailleurs contrastées selonla nature des extensions, les TLD génériques(.com, .net, etc.) ayant le plus souffert avec unecroissance limitée à 3,4 % (10,8 % en 2011).De fait, ce sont les TLD géographiques ouccTLD qui ont le plus « tiré » le marché avecune augmentation de 17 % du stock en vo-lume. Cette performance masque cependantplusieurs phénomènes spécifiques, telle laremontée en puissance du .cn (Chine, + 90 %)après plusieurs années de « purges » sévères,l’ouverture de certains TLD comme le .pt (Por-tugal, + 28 %) ou les succès des .co (Colombie,+ 25 %) et .me (Monténégro, +14 %) atteignantdes volumes importants parce qu’étant com-mercialisés comme des TLD génériques. Lastbut not least, le .tk (Tokelau) aurait atteint les 8millions de noms de domaine en 2012 du faitde sa totale gratuité.Ces « situations spécifiques » biaisent l’appré-ciation que l’on peut faire des dynamiquesréelles des différentes catégories de TLD. Enfaisant exception du seul .tk, la croissancemoyenne des ccTLD est ainsi plus proche des11 %, contre + 15 % pour le .fr.Le marché français, un refletaccentué des dynamiquesmondialesLes phénomènes observés au niveau mondialse retrouvent en France, mais de manièreencore plus accusée : le .fr croît ainsi fortement(+15 %), en regagnant des parts de marché surles autres TLD et notamment le .com qui, lui,perd plus de 3 % en volume.D’après des estimations croisant les donnéesde la base Afnic avec celles de la société Zoo-kNIC, la part de marché du .fr s’élevait ainsià 35,94 % au 31 décembre 2012 contre 32,3 %un an auparavant. Le .com apparaît néanmoinstoujours comme l’extension la plus déposée
  14. 14. 12 Rapport d’activité AFNIC 2012sur le territoire national, avec 43 % des nomsde domaine contre 46 % fin 2011. On trouveen troisième position le .net (7 % de part demarché), suivi par les extensions .org, .eu, .info,.biz et .mobi.La dynamique du .fr depuis fin 2011 s’expliqueen particulier par plusieurs modifications inter-venues au cours de cette période : l’ouverturede l’extension à l’Europe en décembre 2011, etl’ouverture complète à compter de juillet 2012des noms de domaine intégrant des caractèresaccentués.Selon ces mêmes estimations, le nombre totalde noms de domaine enregistrés en Francesous le .fr et les principales extensions généri-ques serait de plus de 7 millions en décembre2012. Au total, l’extension .fr a progressé de320 000 domaines en 2012, franchissantle 2,5 millionième .fr enregistré, alors quele .com perdait 100 000 noms de domainedans la même période.Évolution des créations etdu taux de renouvellementLe rythme des créations et le niveau du tauxde renouvellement sont les deux métriquesclefs pour apprécier la santé d’une extension.Le graphique ci-joint montre que la tendancedes créations de .fr est clairement orientée à lahausse, même si elle est soumise à des varia-tions saisonnières régulières ou impactée pardes événements d’ordre plus macro-écono-mique comme la crise financière. L’Afnic estd’autant plus vigilante à ce sujet que la corré-lation est forte entre le nombre de nouveauxenregistrements et le nombre de créationsd’entreprises.Le taux de renouvellement du .fr semblepour sa part orienté à la baisse par rapportaux niveaux de 2004-2006, ce qui s’expliquepar plusieurs facteurs notamment l’ouvertureaux particuliers en 2006, qui pèse tendan-ciellement sur le taux de renouvellement (lesparticuliers abandonnant plus volontiers leursnoms de domaine que les entreprises). Lesparticuliers représentent depuis 2006 environ50 % des nouveaux enregistrements et 39 %des titulaires à la fin 2012. Second facteurvisible en 2008-2010, la crise économique quipèse sur les budgets et incite les entreprisescomme les particuliers à se séparer de nomsinutilisés. Le graphique montre cependant quele taux de renouvellement s’est stabilisé depuis2011 aux alentours de 81 %, un niveau appré-ciable par rapport à ceux que Verisign indiquepour les .com et .net (de l’ordre de 74 %).Évolution du nombre de créations de noms de domaineen .fr (2008 - 2012)Évolution du taux de renouvellementdu .fr (2008 - 2012)janv.0880 00070 00060 00050 00040 00030 00020 00010 000095 %90 %85 %80 %75 %2008 2009 2010 2011 2012avr.08juil.08oct.08janv.09avr.09juil.09oct.09janv.10avr.10juil.10oct.10janv.11avr.11juil.11oct.11janv.12avr.12juil.12oct.12janv.13
  15. 15. Rapport d’activité AFNIC 2012 13Désignée Office d’enregistrement du.fr le 30 juin 2012, l’Afnic a signé uneconvention avec l’État destinée à for-maliser ses engagements dans le cadre de cettemission.L’Association s’est ainsi engagée à renforcerses actions pour le développement du .fr, autravers notamment de l’élaboration d’un Planstratégique sur 5 ans soumis à l’approbationde la Ministre et d’un budget de promotioncorrespondant à 10 % du chiffre d’affaires del’Office d’enregistrement. Sont aussi prévus lelancement, avant fin 2013, de l’enregistrementmulti-années des noms de domaine en .fr, ainsique l’enregistrement des noms composés d’unou deux caractères. Le prix du .fr proposé parl’Afnic, qui est déjà inférieur de 20 % à celuidu .com, devra en outre baisser d’au moins 5 %avant la fin 2014. Une étude menée par TNSSOFRES en 2012 a permis de poser les jalonsdu Plan stratégique.Une autre famille d’engagements concerne lemaintien d’une qualité de service optimale.Elle se traduit par la publication sur le site del’Afnic d’un tableau de bord mensuel rendantcompte de l’atteinte des objectifs de qualité ali-gnés sur les meilleures pratiques internationa-les ; de la mise en place d’une permanence dusupport technique et opérationnel, joignable24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ; de la réali-sation d’une enquête de satisfaction annuelle,destinée aux bureaux d’enregistrement et por-tant sur la qualité des services Afnic. Ces troisengagements ont été réalisés dès 2012.Une troisième catégorie d’engagements pré-voit des mesures pour garantir un niveau desécurité et de fiabilité maximal. Elle recouvrel’élaboration et la mise en œuvre d’un planstratégique sur 5 ans visant à accompagner ledéploiement de DNSsec ; un budget annuel de8 % du chiffre d’affaires de l’Office d’enregis-trement destiné à l’acquisition de matériels etlogiciels concourant à la sécurité et la stabi-lité du .fr ; et l’affectation de 10 % du chiffred’affaires de l’Office d’enregistrement à desactions de Recherche et Développement ainsiqu’à des actions de partage d’expérience auniveau international.L’Afnic s’engage au service du développementdu .fr et de l’Internet.
  16. 16. Le Fonds de Soutien au Développementde l’Internet fera l’objet d’un abondementde plus d’un million d’euros pour la périodes’étendant du 1erjuillet 2012 au 31 décembre2013. Sa gestion ainsi que l’allocationdes fonds aux différents candidats serontconfiées à une Fondation abritante, dans lerespect d’orientations données par l’Afnic.Les financements du Fonds ne pourront pasêtre affectés à des projets liés aux secteursd’activités de l’Afnic.FSDI 14 Rapport d’activité AFNIC 2012Enfin, l’Afnic s’est engagée à créer avant la fin2013 un Fonds de Soutien au Développementde l’Internet et à l’abonder chaque année àhauteur de 90 % du résultat net dégagé par le.fr. Le montant total des financements pourraitatteindre 8 millions d’euros sur 5 ans. Dotéd’une gouvernance indépendante, ce Fondsfinancera des actions de recherche pour ledéveloppement d’Internet.Sensible aux besoins des ayants-droit, l’Afnic aen outre proposé de rembourser 150 euros (surun montant global de 250 euros) aux requé-rants des procédures SYRELI si la décisionleur est favorable. Elle mettra en place avantfin 2013 une procédure supplémentaire derésolution de litiges prévoyant l’interventionde tiers, en partenariat avec l’OMPI.
  17. 17. Un processus susceptible demodifier en profondeur lemarché des noms de domaineInvestie par le gouvernement américain de lamission de gestion du système « racine » duDNS, l’ICANN a annoncé en juin 2008 à Parissa décision de s’engager dans un programmeambitieux de créations de nouvelles extensionsgénériques. Après plusieurs reports, le pro-cessus d’appel à candidatures a finalement étélancé en janvier 2012.La liste officielle des 1930 dossiers reçus aété publiée le 13 juin et le tirage au sort desordres de priorités de classement a été opéréle 17 décembre. Même en tenant compte descandidatures portant sur les mêmes termes,ainsi que des éventuelles objections qui serontopposées à certaines par des tiers privés oupar des gouvernements, on peut raisonnable-ment anticiper la création d’un bon millier denouvelles extensions dans les deux à trois ansqui viennent. Les principaux jalons identifiés(fin de la période d’objections, signature descontrats, tests de pré-délégation…) permettentde situer au 3etrimestre 2013 le lancementeffectif des premières nouvelles extensions.L’année 2012 a donc été pour de nombreuxacteurs un moment charnière dans la prépara-tion de leurs projets.Ce phénomène va induire des évolutionsen profondeur pour le marché des noms deL’Afnic, 1eropérateur technique de registreen France sur les nouvelles extensions..PARIS 200 .SNCF 1076.BZH 204 .FROGANS 1209.LANCASTER 617 .AQUARELLE 1686.CANALPLUS 784 .LECLERC 1625.OVH 827 .BANQUE 1850.BOSTIK 869 .AQUITAINE 1840.TOTAL 870 .MUTUALITE 1862.ALSACE 1020 .MMA 1869.CORSICA 1030 Tableau des rangs de traitement de clients gTLDLe numéro d’ordre le moins élevé est le plus prioritaire.Ordre de traitement des clients gTLD de l’Afnic dans le processus ICANNRapport d’activité AFNIC 2012 15
  18. 18. 16 Rapport d’activité AFNIC 2012domaine, et ceci d’autant plus que pour lesextensions génériques l’ICANN a supprimé leprincipe de « séparation verticale » interdisantaux registres d’avoir des activités de bureauxd’enregistrement et réciproquement. Les cartesvont donc être redistribuées entre les acteurs,avec à la clef un enjeu vital pour les registresde ccTLD qui doivent accompagner cettemontée en puissance du marché des exten-sions génériques pour bénéficier des mêmeséconomies d’échelle que leurs concurrents« gTLD » tout en se maintenant aux standardsinternationaux en termes de qualité de service.Forte de cette conviction, l’Afnic s’est engagéedepuis 2008 dans la valorisation de son cœurde métier – celui d’opérateur technique deregistre. Les résultats de cette orientation stra-tégique sont patents : avec 17 clients, l’Associa-tion est aujourd’hui le principal acteur françaissur le segment des nouvelles extensions.Ce que les nouveaux TLDvont changer pour l’AfnicL’Afnic a élaboré une offre permettant d’ac-compagner ses clients gTLD aussi bien pen-dant la préparation de leur dossier de candida-ture que durant les étapes ultérieures, jusqu’àla délégation technique et la gestion techniqueultérieure des extensions. L’évolution engagéeva changer la physionomie de ses activités àplusieurs niveaux.La transition vers un système « multiregistres »Exerçant toujours de manière responsableses activités d’Office d’enregistrement du .fr,l’Afnic va progressivement élargir son « por-tefeuille » d’extensions, réalisant une mutationqui transforme ses modes opératoires et sonsystème d’information tout en lui permettantde diversifier ses sources de revenus.Un alignement sur les standards internationauxMême si les clients « nouvelles extensions »de l’Afnic sont aujourd’hui tous situés enFrance, l’environnement de travail est celui del’ICANN. Les standards fixés par les contratsICANN en termes de qualité de service, desécurité ou de processus se transforment ainside facto en standards internationaux, quel’Afnic se doit de respecter voire d’optimiser.Un certain nombre d’actions initiées dans lecadre des engagements pris sur le .fr dans laconvention État-Afnic viennent ainsi renforcerles mesures prises dans le cadre des gTLD etréciproquement, la synergie étant souvent trèsforte entre les missions d’Office d’enregistre-ment et les activités d’opérateur technique deregistre. La démarche de gestion des risquesglobaux ou la préparation de la refonte dusystème de facturation sont de bons exemplesde ce type de synergies.Une adaptation de la structure et de l’équipeL’équipe est régulièrement renforcée par l’arri-vée de nouveaux talents permettant à l’Associa-tion d’absorber la charge de travail supplémen-taire occasionnée par les nouvelles extensions,tout en préparant l’avenir. C’est en partie ce quiexplique le nombre de recrutements opérés en2012, mais aussi les investissements consentisen matériels et en infrastructures.La diversification des clientsDepuis sa création, l’Afnic n’avait qu’un seultype de clients : les bureaux d’enregistre-ment, qui déposent auprès d’elle les nomsde domaine pour le compte de leurs propresclients. En 2012, cette situation s’est enrichieavec l’arrivée de clients porteurs de projetsgTLD, qui ont des besoins différents de ceuxdes bureaux d’enregistrement. La création depostes de responsables « grands comptes » faitpartie des évolutions rendues nécessaires parle positionnement de l’Afnic sur ce nouveausegment d’activité.
  19. 19. Un an après le début de l’accréditation,panorama des bureaux d’enregistrement.Évolution du nombre de bureaux d’enregistrement Afnic (2004-2013)La loi du 22 mars 2011 a modifié le cadrejuridique des noms de domaine. Parmiles changements instaurés par le nouveaudispositif a été introduite l’obligation pourl’Office d’enregistrement du .fr d’accréditer sesbureaux d’enregistrement.L’Afnic a mis en place une procédure d’accré-ditation et diffusé un guide pratique à l’inten-tion des bureaux d’enregistrement. Initiée fin2011, l’accréditation des bureaux d’enregistre-ment déjà en activité au moment de l’entréeen vigueur de la loi a pris fin au 1ersemestre2012.L’une des conséquences attendues de cetteévolution a été la réduction du nombre debureaux d’enregistrement. De nombreux« petits » acteurs ont en effet préféré devenirrevendeurs de structures accréditées. Le faiblevolume des portefeuilles concernés a cepen-dant atténué l’impact en termes de concen-tration. Au 31/12/2012, les bureaux d’enre-gistrement accrédités par l’Afnic étaient aunombre de 504, contre 697 au 31/12/2011. Les10 premiers bureaux d’enregistrement repré-sentaient 77 % des .fr déposés contre 75 % au31/12/2011.Rapport d’activité AFNIC 2012 176/1/201312/1/201212/1/201112/1/201012/1/200912/1/200812/1/200712/1/200612/1/200512/1/20046/1/20126/1/20116/1/20106/1/20096/1/20086/1/20076/1/20066/1/20051 1001 0009008007006005004003002001000TOTALOPTION 2OPTION 1
  20. 20. Les critères à remplir par lebureau d’enregistrement pourobtenir une accréditation sontdéfinis par le décret n° 2011-926 du 1erAoût 2011. Le bureaud’enregistrement sollicitantune accréditation de l’Afnicdevra démontrer qu’il :• maîtrise les principes et lesmodalités de fonctionnementdu système des noms dedomaine de l’Internet ;• maîtrise les matériels et lesrègles techniques permettantd’effectuer les enregistrementsauprès de l’Office ;• a mis en place uneprocédure de vérificationdes données d’identificationfournies par les demandeursde noms de domainepermettant de répondre, lecas échéant, aux demandesde l’Office d’enregistrement ;• dispose des RessourcesHumaines et techniquesnécessaires pour assurer lamise à jour des donnéesadministratives et techniquesfournies par les demandeursde noms de domaine pour leuridentification ;• dispose des matérielset logiciels informatiquesnécessaires pour assurerla sécurité des donnéespersonnelles fournies par lesdemandeurs de noms dedomaine et conserve cesdernières dans le respect desdispositions de la loi n° 78-17du 6 janvier 1978 ;• offre des conditionsd’accueil du publicadéquatesLes conditions d’accréditation 18 Rapport d’activité AFNIC 2012
  21. 21. Rapport d’activité AFNIC 2012 19Au travers de la convention État-Afnic comme du contrat ICANN,l’activité de l’Afnic doit répondre àdes exigences croissantes en termes de qualitéde service. Cette tendance lourde passe parune profonde évolution des infrastructurescomme de l’amélioration de la chaîned’enregistrement. Le phénomène est renforcépar le développement du .fr et de l’activitéDNS qu’il supporte.Amélioration desperformancesLa performance de la chaîne d’enregistrementest mesurée par le taux de disponibilité del’opération de création de .fr combiné au délaide traitement des opérations de création. Sonévolution illustre parfaitement les difficultésrencontrées et les progrès accomplis en 2012en matière de renforcement de la chaîne et desinfrastructures : Poursuite du déploiementdu réseau anycastLe programme de déploiement du réseauanycast s’est poursuivi en 2012 avec l’installa-tion d’un nouveau nœud à Londres. L’objec-tif est d’améliorer les performances via unemeilleure proximité entre les utilisateurs et lesserveurs du .fr, mais aussi de renforcer la rési-lience globale de l’extension au travers d’uneredondance accrue de ses serveurs DNS.IPv6, une réalité sous .frLes dernières mesures effectuées par l’Afnic(novembre 2012) ont montré que 60 % desnoms de domaine .fr sont compatibles IPv6,une hausse de 19 points par rapport à 2011.La France fait partie des pays les plus avancésen matière d’IPv6 si l’on en réfère aux chiffrespubliés par Google. 1ertrimestre 2etrimestre 3etrimestre 4etrimestre Année 96,2 % 93,4 % 89,9 % 97,6 % 94,3 %Ce même taux était de 98,4 % dans les premiers mois de 2013.Des performances opérationnelles en ligneavec un niveau d’exigence toujours plus élevé.
  22. 22. Structurer la gestiondes risques globauxL’année 2012 a vu se développer de manièresignificative les attaques ciblant le DNS,en particulier les attaques par déni de ser-vice (DoS). En tant que registre de Top-levelDomain, l’Afnic fait partie des acteurs poten-tiellement menacés par ce phénomène qu’ilserait dangereux de sous-estimer. Une prise deconscience au niveau mondial conduit au dur-cissement des exigences en termes de sécurité.Mais ces risques d’ordre technique ne sontpas les seuls auxquels peut être confronté unregistre tel que l’Afnic. Les activités de l’Asso-ciation se sont transformées en 2012, avec ladésignation du .fr et les dépôts de candidaturesde nouvelles extensions (passage du « monoregistre » à un « multi-registres »). C’est ainsique les traditionnels bureaux d’enregistrementcoexistent désormais avec les futurs titulairesde nouvelles extensions génériques, liés par denouveaux types de contrats et qui exprimentde nouveaux besoins.Afin d’assurer la pérennité du développementde ses activités et l’atteinte de ses objectifs,l’Afnic veille à la prévention et à la bonnemaîtrise des risques auxquels elle est exposée.Dans ce cadre, le conseil de sécurité de l’Afnicest la structure de concertation et de coordina-tion de toutes ses activités dans le domaine dela sécurité.Une démarche d’analysePour tendre vers cette maîtrise de ses risquesglobaux, l’Afnic a mis en œuvre en 2012 unedémarche de recensement et d’analyse desprincipales menaces auxquelles elle peut êtreconfrontée. Grâce au maintien permanent dece référentiel, l’Afnic a déployé son dispositifde gestion de ces risques visant à les éliminerou à en réduire la probabilité d’occurrence età en limiter les impacts.Les résultats de cette analyse globale ont étéprésentés au Conseil d’administration enseptembre 2012. L’objectif est de traiter lesrisques identifiés comme les plus critiquespour l’activité de l’Afnic et dont l’impact surcelle-ci apparaît le plus fort. Dès lors, les plansd’actions ont pu être définis et mis en œuvre.Leur suivi fera désormais partie de la revuerégulière des risques globaux effectuée par leConseil d’administration.Une vigilance permanenteLa gestion des risques procède d’une approcheglobale et d’une prise en compte de plus enplus fine de toutes les vulnérabilités anciennesou nouvelles pouvant entraver la bonne mar-che de la structure. Cette démarche intégréedans la stratégie globale de l’entreprise estdevenue un élément fort qui influe sur tousles principes d’organisation, les processus etIdentifier, qualifier et maîtriserles risques globaux. 20 Rapport d’activité AFNIC 2012
  23. 23. Rapport d’activité AFNIC 2012 21les pratiques de l’Afnic. Les engagements prisreposent aussi sur des principes d’organisation,d’actions et de transparence et s’appuient surune culture de sûreté partagée par l’ensembledu personnel. Ils donnent lieu à des formationsrégulières et intègrent également les systèmesde management de l’association.Analyser les risques, engagerun plan d’actionsPour chaque risque majeur, l’Afnic a dégagéles scenarii à appliquer et établi un calendrierd’actions. Sur les 132 risques identifiés, dix desrisques les plus critiques seront traités en 2013.Présentation de la démarcheLa cartographie des risques a été réalisée avecles objectifs suivants :• Identifier l’ensemble des risques selon leursimpacts et leurs occurrences sur les objectifsstratégiques de l’Afnic ;• Mesurer l’importance de ces risques afin dedéfinir de possibles plans d’actions pour lesréduire ou les contrôler ;• Élaborer graphiquement une représentationdes risques en fonctions de leurs impacts pourl’entreprise ;• Donner l’impulsion à un processus de ges-tion des risques organisé ;Typologie et répartition des risques identifiésCriticitévulnérabiliténoirerougejaunevertefaible moyen élevé312108326367241830 stratégique2 stratégique0 stratégique1 stratégique1 stratégique7 stratégique13 stratégique1 stratégique1 stratégique1 stratégique2 stratégique1 stratégique0 externe3 externe3 externe3 externe2 externe5 externe9 externe3 externe0 externe3 externe10 externe2 externe3 interne7 interne7 interne4 interne0 interne14 interne14 interne3 interne1 interne1 interne6 interne0 interne
  24. 24. 22 Rapport d’activité AFNIC 2012• Favoriser l’élaboration du rapport de contrô-le interne ;• Favoriser la communication autour desrisques de l’entreprise dans un souci de clartéauprès des actionnaires et des autorités.La base du travail a permis de répertorier lesprocessus permettant d’avoir une vision glo-bale de l’entreprise et d’identifier de façon pré-cise les risques liés aux objectifs stratégiques.Les risques ont notamment été analysés sous5 angles :• Les risques stratégiques,• Les risques financiers,• Les risques opérationnels (fraude interne,fraude externe, sécurité des systèmes, clients,produits et pratiques commerciales, domma-ges actifs corporels, dysfonctionnement del’activité et des systèmes, exécution-livraisonet gestion des processus, pratique en matièred’emploi),• Les risques de conformité et de réputation(aspects légaux et réglementaires, risque desanction administrative, judiciaire, discipli-naire, risque de réputation, risque en matièrede déontologie),• Les risques exogènes (piratage,malveillance…).Étant au cœur du métier de l’Afnic, la partieExemples de risques inclus dans le référenciel des risques globauxrisques stratégiques risques exogènesrisques de réputation risques financiersrisques opérationnels• Évolution de la réglementation• Modific ation de l’environnement concurentiel• Perte d’un partenariat• Concurrence• Terrorisme/malveillance extérieure• Piratage• ...• Gestion médiatique défaillante d’une crise• Dénigrement• Non respect des règles éthiques• Mise en cause d’un dirigeant• Dysfonctionnement d’un processus administratif et financier• Défaillance partenaire• Fraude• Défaut de gouvernance• ...• Carence fournisseur/ sous-traitant• Perte/défaillance d’un système d’information• Pertes d’hommes clefs• Grève• Engagements contractuels non tenus• Indisponibilité des services de base• ...
  25. 25. Rapport d’activité AFNIC 2012 23système d’information a demandé une analyseplus approfondie et toutes les questions tradi-tionnelles d’un audit des systèmes d’informa-tion ont été couvertes.Le conseil de sécuritéde l’AfnicLa maîtrise des risques passe par la mise enplace d’une structure de gouvernance et desupervision. Le conseil de sécurité de l’Afnicvalide et supervise les moyens que l’Afnic meten œuvre pour atteindre ses objectifs stratégi-ques en matière de sécurité :• Résilience de ses systèmes• Évolutivité/réactivité face aux incidents desécurité• Intégrité des données du Registre• Disponibilité de la chaîne• Traitement confidentiel des données person-nelles et usage non commercial• Sécurité physique des locauxLe conseil se réunit régulièrement, émet desrecommandations consécutives aux incidents,contrôle l’efficience de l’organisation ainsi quedes dispositifs mis en œuvre dans le domainede la sécurité.En mai-juin• Validation de la Directiongénérale sur la démarched’analyse des risques globaux,• Présentation àl’administratrice désignée parle Conseil d’administration• Mise en place de la structurede pilotage,• Planification des réunions decadrage - Direction générale, - Direction de la sécurité, - Directions des activités : toutes les activités doivent participer à cette démarche. Il parait nécessaire néanmoins de définir un ordre qui soit le mieux adapté aux responsabilités et aux contraintes,• Organisation duquestionnaire généralinformant de la démarche etde l’organisation des réunions,• Planification des réunionsd’analyse avec l’ensembledes participants.Juillet• Préparation des synthèses,• Organisation des plansd’actions par activité,• Préparation de lacommunication interne etexterne.Septembre• Finalisation et identificationdes priorités et présentation enConseil d’administration,• Lancement d’actionsprimordiales pour lequatrième trimestre 2012. Ils’agit principalement de laréduction immédiate desrisques considérés commemajeurs.Novembre• Insertion dans le pland’action 2013.Mise en place des actions sur l’année 2012 - Calendrier opérationnel
  26. 26. 24 Rapport d’activité AFNIC 2012Une activité R&D de haut niveau,en prise avec l’environnementL’équipe R&D de l’Afnic est présente sur denombreux sujets. Elle mène une veille sur lesévolutions technologiques de l’Internet, contri-bue aux travaux des instances internationales,et réalise différentes actions de partage de sonexpertise.Enquête « Toile de fond technologique » :un aperçu du futurLes résultats de la seconde enquête « Toile defond technologique » ont été publiés en octo-bre 2012. Pilotée par le Conseil scientifiquede l’Afnic et menée par la société INIT, cetteétude visait à rechercher une vision communedes tendances technologiques. S’appuyant surles prévisions faites par des professionnels etdes utilisateurs de l’Internet, il ressort notam-ment de cette enquête que, dans les dix ans àvenir les supports tels que tablettes, Smartpho-nes, TV, prendront définitivement le pas surles ordinateurs fixes ou portables pour l’accèsà Internet.Créer les standards de mesure de la résiliencede l’Internet – l’Observatoire de la Résiliencede l’Internet en FrancePublié conjointement par l’Afnic et l’ANSSIen juin 2012, le rapport vise à proposer uncertain nombre d’indicateurs – sous les anglesBGP et DNS – et à dresser un premier bilandu niveau de résilience de l’Internet français.Les premiers résultats recueillis ont mis envaleur que l’Internet français est bien placéquant à sa résilience. L’approche de l’Afnic estinspirée des quatre ans d’existence du modèlesuédois, mais en y ajoutant les résultats de sapropre expérience. À terme, l’Afnic a pour ob-jectif que toute la communauté puisse mesurerla résilience de l’Internet sur les mêmes baseset les mêmes critères.Un nouveau standard pour l’Internet des objetsFruit d’une collaboration internationale danslaquelle GS1 France et l’Afnic ont joué unrôle moteur, la nouvelle version 2.0 du stan-dard ONS (Object Name Service), appeléeaussi ONS fédéré, a été ratifiée puis publiéeen décembre 2012. GS1 France et l’Afnicsouhaitent poursuivre leurs efforts pour ac-compagner l’écosystème de l’Internet desobjets dans l’adoption de l’ONS. Accéderà des informations complémentaires sur lesproduits (« emballage étendu »), identifierleur origine et renforcer leur traçabilité, luttercontre la contrefaçon ou organiser le rappeldes produits, tels sont des exemples d’usagede l’ONS dans les domaines de la logistiqueet de l’approvisionnement. L’ONS participeà l’émergence d’une nouvelle génération deservices destinés aux consommateurs et auxentreprises.2012, poser les bases d’outils communspour un Internet sûr et stable.
  27. 27. Rapport d’activité AFNIC 2012 25L’Afnic participe aux travauxde nombreuses organisationsinternationales, sur un vasteéventail de problématiquesnotamment :• La Gouvernance del’Internet (ICANN, CENTR,Forum pour la Gouvernancede l’Internet…)• L’élaboration des standardset protocoles techniques : IETF(« Internet EngineeringTask Force »). L’Afnic a étépartenaire de son 83eCongrèsà Paris du 25 au 30 mars 2012• La gestion des services IP(RIPE Réseaux IP Européens)• La gestion des problèmeset incidents touchant à lasécurité et à la stabilité du DNS(DNS-OARC)Par ailleurs l’Afnic soutient :• La FING (Fondation InternetNouvelle Génération) qui aideles entreprises, les institutionset les territoires à anticiperles mutations liées auxtechnologies et à leurs usages,• L’ISOC (Internet Society)dont le rôle est de promouvoirle développement, l’évolution,et l’utilisation de l’Internet aubénéfice de tous les individusà travers le monde.• Le développement dulogiciel BIND utilisé par laplupart des serveurs DNS.Une association ouverte sur le mondeLa sélection et le pilotage des projets R&D de l’AfnicL’un des principes structurants de l’activité dela R&D, posé dès sa création en 2007, est queses objectifs doivent être alignés avec la straté-gie de l’Afnic et ses moyens définis au momentde l’élaboration du budget annuel, avec desperspectives pluriannuelles pour des projetsdépassant une durée d’un an.Le cycle de vie type d’un projet innovantcommence généralement par la générationd’idées. À l’Afnic, ce processus se déroule toutd’abord, de manière informelle et en continu,par les moyens électroniques qui alimententune boîte à idées partagée. Cette boîte à idéesest consolidée périodiquement, notamment àl’occasion de réunions dites de « brainstorm »lors desquelles l’ensemble des acteurs del’innovation (R&D, Marketing, Opérations…)est convié et les idées d’innovations poten-tielles recensées. Une présélection d’idées estalors effectuée selon un premier jeu de critères(stratégiques, marché, faisabilité, budget…),puis soumise à un processus d’évaluation etd’arbitrage interne en comité de direction, enphase avec les exercices d’élaboration de lastratégie, du plan d’action et du budget an-nuels de l’Afnic.Le plan d’action R&D annuel issu de ceprocessus est ensuite présenté pour avis auConseil scientifique de l’Afnic, avant d’êtrevalidé et entériné par la Direction de l’Afnic etpar son Conseil d’administration dans le cadredu plan d’action annuel.Une fois un projet lancé, et tout au long de soncycle de vie, un état d’avancement régulierest effectué en interne à l’occasion des revuespériodiques du plan d’action, et aussi à l’occa-sion des réunions du Conseil scientifique. Cesévaluations régulières permettent à l’équipeR&D de poursuivre, d’amender ou le caséchéant d’abandonner des projets, de manièremotivée.Enfin, chaque projet qui se termine fait l’objetd’un bilan détaillé, avec un accent particuliersur ses retombées effectives et les éventuellesopérations de transfert qui en découlent.
  28. 28. 26 Rapport d’activité AFNIC 2012Le Collège internationalde l’Afnic,vecteur deco-développementBénéficiant d’un apport exceptionnel du Mi-nistère des Affaires Étrangères et Européennesfrançais, le Fonds du Collège internationala soutenu en 2012 à hauteur de 200 K€ desprojets visant à :• renforcer l’infrastructure Internet en Afriqueà travers le développement des réseaux d’in-terconnexion universitaires ;• améliorer les pratiques de promotion marke-ting et de distribution des noms de domaine etservices associés ;• renforcer la résilience de l’Internet africainen aidant les registres africains à bénéficier duservice anycast opéré par AFRINIC (AfricanNetwork Information Center) qui leur permetd’améliorer la résolution des noms dedomaine ;• Renforcer les capacités opérationnelles despersonnels opérant dans les registres africains ;• Financer des bourses d’accompagnementindividuel permettant de participer à des évé-nements importants pour la gouvernance del’Internet.Pour les bénéficiaires cela s’est traduit par :• Renforcement de capacités ;• Trois formations sous l’égide de l’AFTLDavec le concours du NSRC à Ouagadougou(Burkina Faso), Livingston (Zambie), AFTLD àKhartoum (Soudan) ;• Une formation Société De L’Information àBrazzaville, Congo ;• 10 bourses Fellowship pour une participa-tion à des événements Internet : deux pourICANN44 (Prague) et ICANN45 (Toronto),six pour EuroSSIG (European Summer Schoolon Internet Governance, Meissen, Allemagne)et deux pour la formation des ccTLD à lacommunication. Six bourses pour la formationEURO-SSIG (European Summer School onInternet Governance) à Meissen (Allemagne),deux pour la formation SDLI (Congo) ;• Accompagnement au développement deRéseaux nationaux dédiés à la technologie,l’enseignement et la recherche• iRENALA, Madagascar ;• RITER, Côte d’Ivoire ;• Renforcement de la résilience et la qualité deservice de l’Internet en Afrique de l’Ouest• Implantation de deux nœuds Anycast pourle nuage du serveur L de la racine Internet ;• Implantation d’un nœud anycast pour leserveur DNS du .ci (novembre 2012).
  29. 29. Rapport d’activité AFNIC 2012 27Intégré à la programmation del’Afnic, le Fonds est administréet géré par le comité du Fondset par le directeur du Fonds. Lecomité du Fonds est l’instancede pilotage et de décision duFonds du Collège internationalde l’Afnic, tant en matièred’orientation stratégiquequ’en matière d’attributiondes subventions.La composition du comité duFonds est la suivante :• le président du Collègeinternational de l’Afnic ;• le directeur général del’Afnic ;• le directeur du Fonds ;• deux membres du Collègeinternational, nommé parle président du Collègeinternational pour un mandatde trois ans.Le directeur du Fonds estnommé par le président duCollège international del’Afnic sur proposition duDirecteur général de l’Afnic.Le directeur du Fonds etson équipe administrentau quotidien le Fonds duCollège international del’Afnic et mettent en œuvreles décisions du comité duFonds. Ils sont les « principauxinterlocuteurs des responsablesde projet ».Le comité du Fonds et ledirecteur du Fonds peuventêtre assistés par des expertsindépendants, choisis sur labase de critères définis parle comité. Ils sont chargés defournir un avis sur la qualitétechnique des projets reçus etleur pertinence au regard deleur contexte de réalisationet des objectifs du Fonds. Ilss’appuient sur une grille decritères approuvée par lecomité. Le détail de cette grilleest accessible en ligne (1).Gestion du Fonds du Collège international(1) Guide du proposant : http://www.afnic.fr/medias/documents/College_International/Fonds_du_College/FCI2013/afnic-fonds-ci-guide-proposant-2013.pdf
  30. 30. 28 Rapport d’activité AFNIC 2012Une équipe en pleinecroissance soudée autourdes valeurs de l’AfnicLes évolutions de l’Afnic l’ont conduite à tra-vailler sur différents axes en matière de Res-sources Humaines : politique de recrutement,formation, gestion des compétences et actionsdestinées à favoriser l’épanouissement des col-laborateurs. Une politique axée sur la conduitedu changement a été engagée, passant parune redéfinition des valeurs de l’Associationmais aussi par un certain nombre d’actionsvisant à informer l’équipe sur la stratégie afinde renforcer la cohésion interne. Des enquêtesde satisfaction ont ainsi été menées auprès dessalariés et un séminaire de « team building »organisé en novembre. De la même manière,les salariés ont été étroitement associés auprocessus de choix du lieu d’implantation desfuturs locaux de l’Afnic.2012, une année marquante entermes de recrutementsPour répondre aux besoins nés de ses nouvel-les activités, l’Afnic a réalisé dix recrutementsportant sur des profils variés : techniques, juri-diques et administratifs. 10 autres recrutementssont déjà à l’ordre du jour pour 2013. Cesnouvelles recrues ont bénéficié d’un parcoursd’intégration pour assurer leur arrivée dansdes conditions optimales. Des efforts spécifi-ques ont en outre été consentis pour faciliter lacirculation des informations en interne et afinque chacun ait une bonne compréhension deson rôle à l’intérieur de l’équipe.Recruter les profils nécessaires auredéploiement stratégique de l’Afnic.Évolution du nombre de salariés(CDD et formations en alternance inclus)ArrivéesDépartsFin 2008 Fin 2009 Fin 2010 Fin 2011 Fin 20127065605545504030352520151050114957 5561 67612 101048 6 42TOTAL AU 31/12
  31. 31. Rapport d’activité AFNIC 2012 29Mise en place d’un compteépargne tempsLa mise en place d’un compte épargne tempspermet désormais aux collaborateurs d’ac-cumuler des droits à congé rémunéré ou debénéficier d’une rémunération, immédiate oudifférée, en contrepartie des périodes de congéou de repos non prises.Signature du nouvelaccord salarialDans le cadre des Négociations AnnuellesObligatoires, un nouvel accord salarial a étésigné en décembre (prenant effet en 2013)mettant essentiellement en place un systèmede prime sur objectifs pour tous.La formation, un atout pourla performance de l’Afnic etde ses collaborateursL’Afnic considère la formation comme un axefort de sa politique de gestion des RessourcesHumaines. Elle s’est engagée à consacrer cha-que année plus de 3 % de sa masse salariale aufinancement d’actions de formation profession-nelle continue.L’Association met ainsi en œuvre une poli-tique ambitieuse de formation en lien avecsa stratégie, l’évolution de ses services et destechnologies. Cette politique a également pourobjectif de développer les compétences descollaborateurs de l’Afnic et de favoriser leuremployabilité.• Agir au quotidien et constamment avec intégrité• Mettre notre professionnalisme au service de la communauté Internet• Placer les personnes au centre de toutes nos actions• Former une équipe au service de la réalisation d’un bien commun : l’Internet• Absorber les changements avec détermination et persévéranceLes valeurs de l’AfnicPanorama de l’équipe en chiffresÂge moyen au 31/12/2012363738394002008 2009 2010 2011 2012
  32. 32. 30 Rapport d’activité AFNIC 2012Part de femmes dans l’effectif au 31/12/2012Répartition des salariés par ancienneté au 31/12/2012Répartition par métier/activité9 %7 %JuridiqueR & DAdministratif & financierComm., marketing,chargés d’affairesService ClientIT & développementsTransverse10 %16 %13 %7 %36 %30 %25 %20 %15 %10 %5 %0 %< 6 mois10 %19 %25 %15 %13 %16 %6 mois - 3 ans 3-5 ans5-10 ans10-13 ans>13 ans50 %40 %30 %20 %10 %0 %200838,8 %36,5 %200920102011201241 %34 % 35,6 %
  33. 33. Rapport d’activité AFNIC 2012 31Attentive à satisfaire les besoins expri-més par ses clients et par la commu-nauté de l’Internet, l’Afnic a poursuivien 2012 ses efforts en vue d’étendre ou d’amé-liorer qualitativement sa gamme de services.Cette stratégie s’est matérialisée au travers del’extension des horaires d’accueil du servicesupport ou de la mise en œuvre de la procé-dure SYRELI de résolution des litiges (ouverteen novembre 2011). Une nouvelle enquête desatisfaction menée auprès des bureaux d’enre-gistrement accrédités vient confirmer leur hautniveau de satisfaction.Le service support de l’Afnicétend ses horaires d’accueilLa transformation du Service Client opérée en2011 se prolonge en 2012 par la mise en placed’un service de support téléphonique ouvert24h sur 24, 7 jours sur 7. Avec un accueilbilingue français / anglais, ce service apporteconseil et expertise quelle que soit la localisa-tion des appelants. Cette extension des horai-res d’accueil répond à un engagement prispar l’Afnic en tant qu’Office d’enregistrementdu .fr.SYRELI : bilan après un and’existenceLa plateforme mettant en œuvre la procédurede résolution des litiges SYRELI a été ouvertepar l’Afnic le 21 novembre 2011. Elle s’appli-que à la fois au .fr et aux autres extensions depremier niveau gérées par l’Afnic (Mayotte, laRéunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, les Terresaustrales et antarctiques françaises et Wallis-et-Futuna).Au terme de sa première année d’existence,157 dossiers SYRELI ont été déposés et 138décisions rendues par l’Afnic. On note uneaccélération progressive, avec des valeursPlus de services centrés sur la satisfactionclients, une priorité pour l’Afnic.Évolution du nombre de décisions SYRELI rendues09/12 10/12 11/1208/1207/1206/1205/1204/1203/1202/1201/201212/201112/201210 101091518212422111552
  34. 34. 32 Rapport d’activité AFNIC 2012approchant ou dépassant la vingtaine dedécisions mensuelles depuis l’été 2012. Cetteévolution prouve qu’un nombre de plus enplus important d’ayants droit sont informés del’existence de cette procédure et n’hésitent pasà y recourir.Les requérants demandent le transfert du nomde domaine concerné dans la plupart des cas(93 %). Seuls 7 % d’entre eux demandent unesuppression du nom sans transfert. À l’is-sue des procédures SYRELI, deux tiers desdemandes des requérants ont été acceptéespar le collège Afnic contre un tiers qui ont étérefusées.Scope, une nouvelle sourced’information sur SYRELIDepuis octobre 2012, l’Afnic met à dispositionde ses clients un nouveau support de statisti-ques d’infographie. Synthétiser les donnéesde la procédure et les diffuser au plus grandnombre, tel est l’objectif de Scope sur SYRELIaccessible sur le site Afnic.fr (Rubrique« Résoudre un litige »).Un indice de satisfaction desbureaux d’enregistrementtoujours très élevéComme chaque année, l’Afnic a mené uneenquête approfondie auprès de ses bureauxd’enregistrement pour connaître leurs appré-ciations de la qualité de ses services ainsi queleurs attentes.Réalisée par la société INIT, l’étude 2012montre un niveau de satisfaction particulière-ment élevé de 97 % (contre une médiane de90 % dans le secteur des services aux entre-prises), en progression de 5 points par rapportà 2011. Cette performance est en large partiela conséquence d’un double effort portantsur l’élargissement de la gamme de servicescomme sur l’amélioration continue de la qua-lité des services déjà offerts. On peut aussi yvoir l’impact très positif de la mise en place en2011 de chargés de clientèles, très appréciéedes bureaux d’enregistrement par le renforce-ment de la proximité qu’elle permet.Les principales attentes identifiées en 2012portent sur les procédures de gestion permet-tant de déployer DNSsec, la facilité à trouverl’information sur le site web et les procéduresimpliquant une validation par email du bureaud’enregistrement et/ou du titulaire.Répartition des décisions selon l’issuede la procédure SYRELIQuel est votre niveau de satisfactionglobale concernant l’Afnic ?65 %35 %Demandes desRequérants accordéesTout à fait satisfait% des clientssatisfaits : 92 %% des clientssatisfaits : 97 %Plutôt satisfaitPlutôt pas satisfaitPas du tout satisfaitDemandes desRequérants refusées150Global 2011 (brut) Global 2012 (brut)13734 %58 %5 %3 %42 %55 %3 %
  35. 35. Rapport d’activité AFNIC 2012 33Une gestion responsableL’Afnic a toujours géré ses ressources en pre-nant le moins de risques possibles. La créationd’un « Fonds de réserve » devant atteindreune année de masse salariale et de chargeslocatives fait partie de cette approche saine etprudente des fonds confiés à l’Association autravers de l’exploitation du .fr.Le niveau des réserves de trésorerie atteintaujourd’hui témoigne des résultats de cettestratégie de gestion. Il offre à l’Afnic unecapacité d’action au service des engagementsqu’elle a souscrits dans le cadre de ses mis-sions d’Office d’enregistrement, comme desorientations qu’elle a prises pour faire face auxévolutions de son environnement.Ce qui a changé en 2012Deux paramètres ont fondamentalement mo-difié en 2012 la manière dont l’Afnic a géré sesressources : la mise en place d’une nouvellecomptabilité analytique permettant d’identi-fier clairement les flux liés au .fr d’une part, etd’autre part l’engagement pris d’abonder 90 %du résultat net dégagé par l’activité .fr au profitdu Fonds de Soutien au Développement del’Internet.Il est en effet souhaitable d’isoler précisémentles flux financiers (ressources, dépenses, inves-tissements) liés à une activité d’Office d’enre-gistrement relevant d’un mandat spécifiqueconfié par l’État, des flux financiers induits parles autres activités de l’Association notammentsur les nouvelles extensions.Ces évolutions sont entrées en vigueur au 1erjuillet 2012, l’Afnic ayant été désignée le 30juin comme Office d’enregistrement du .fr.L’exercice 2012 est donc particulier en ce qu’ilcomporte un premier semestre relevant del’ancien cadre, et un second semestre relevantdu nouveau contexte défini par la conventionÉtat-Afnic.La comptabilité analytique :principes et méthodologieLa comptabilité analytique mise en place viseà établir, par famille de domaine de premierniveau définie précédemment, un compte derésultat retraçant les produits et les chargesalloués. Une section analytique correspond àchacune des trois catégories de familles d’ex-tension (.fr, ultra-marins, gTLD).Principes d’allocationLa technique d’allocation consiste à établir :• la relation de causalité entre les coûts encou-rus, directement (coûts directement attribua-L’Afnic se dote des moyens comptablesde son nouveau modèle économique.
  36. 36. 34 Rapport d’activité AFNIC 2012bles à une seule extension) ou communs (coûtstransverses à au moins deux extensions), etune extension ;• la relation de causalité entre les produits,directs et communs, et une extension.Les produits et les charges directs (hors impôtsociété et participation), sont les produits et lescharges directement imputables à une exten-sion. Ils sont comptabilisés dans la sectionanalytique de l’extension concernée ou de lafamille d’extensions concernées définies précé-demment.Clefs de répartition des produits et charges communscomptabilisés en sections analytiques transversesPour les produits et les charges communs,le lien de causalité n’est pas lié à une seuleextension. Par conséquent, des clefs de réparti-tion sont identifiées puis affectées aux sectionstransverses identifiées.L’activité de l’Afnic consistant à gérer desnoms de domaine quelles que soient les ex-tensions, la clef de répartition selon la taille duportefeuille de noms de domaine permet defaire équitablement peser sur chaque extensionsa part d’utilisation des ressources de l’Afnic.Pour les extensions déjà ouvertes à l’enregis-trement, l’extension .fr et extensions ultramari-nes, le nombre de noms de domaine gérés enfin de période (au 31 décembre de l’année N)apparait comme la clef de répartition la plusreprésentative de l’activité.Pour les extensions qui ne sont pas encoreouvertes à l’enregistrement en revanche, laclef ne peut se référer au nombre de domainegéré ; une estimation à 3 ans est donc privilé-giée. En effet, un grand nombre de travaux derefonte des systèmes d’information et divershonoraires d’accompagnement au changementengagés par l’Afnic depuis mi-2012 bénéficie-ront à terme aux autres extensions que cellesactuellement gérées par l’Afnic.Les grands principes de cette comptabilitéanalytique se résument donc comme suit :• La clef de répartition choisie entre les diffé-rents TLD ouverts et gérés par l’Afnic (.fr, ul-tra-marins) est le nombre de noms de domaineau 31/12/N, de préférence au chiffre d’affairesou au temps passé ;• Une estimation des noms de domaine à 3ans est privilégiée pour les charges « de prépa-ration du futur », couvrant également les TLDnon encore ouverts (gTLD) ;• Les chiffres utilisés s’appuient soit sur desdonnées Afnic fournies dans ses dossiers decandidature lors des appels d’offre portant surla sélection des Offices d’enregistrement, soitsur les statistiques fournies par les différentsclients gTLD de l’Afnic dans les dossiers sou-mis à l’ICANN (Q48a) ;• Les charges communes à tous les TLD géréspar l’Afnic sont réparties selon une clef com-posite basée sur le temps passé par les salariéssur chacune des catégories, la masse salarialeétant la charge principale du compte de résul-tat de l’Afnic.L’abondement au Fonds deSoutien pour le Développementde l’Internet : mécanismes etprojectionsLa convention entre l’État et l’Afnic a étéconclue en date du 9 juillet 2012. Cetteconvention prévoit notamment des obligationsfinancières, dont le reversement d’une partiedu résultat .fr au Fonds de Soutien au Dévelop-pement de l’Internet.Le Conseil d’administration du 18 avril 2013 aarrêté la note méthodologique permettant dedéterminer le résultat .fr.La convention ayant été signée le 9 juillet2012, l’analyse des obligations financières aété réalisée du 1erjuillet 2012 au 31 décembre2012, et non par référence à la moitié du ré-sultat annuel 2012. Ainsi, au titre de la période
  37. 37. Rapport d’activité AFNIC 2012 35du 1erjuillet 2012 au 31 décembre 2012, lemontant du reversement au Fonds de Soutienau Développement de l’Internet, comptabiliséen charge et déduit fiscalement, s’élève à 165238 euros.Agrégé avec celui du résultat de l’année 2013,ce montant sera versé à l’issue de l’exercicebudgétaire 2013 sur le compte du FSDI, fondshébergé au sein d’une fondation reconnued’intérêt public.Commentaires surles comptes 2012Un fort rebond de la croissance du chiffre d’affairesAlors que la croissance du chiffre d’affaires nettendait à diminuer certaines années, l’année2012 est marquée par un fort rebond de cedernier à plus de 13 M€, soit une croissancede 20,3 %. Cette croissance s’explique pardeux facteurs cumulés :• le dynamisme du .fr, avec environ 15 % decroissance du nombre de noms de domainegérés, conséquence notamment de l’ouverturedu .fr à l’Europe et dans une moindre mesurepar l’ouverture des IDN en juillet 2012 ;• l’apport des gTLD (correspondant auxdépôts des 17 dossiers dont nous sommes lesopérateurs techniques).À noter que la baisse des forfaits bureaux d’en-registrement, prévue en raison de la mise enplace de l’accréditation sous .fr, a bien conduità une baisse de 17 % des produits associés.Une croissance des charges conforme au budget votéen Conseil d’administrationÀ périmètre constant c’est à dire hors FSDI,les charges d’exploitation s’élèvent à plus de11,25 M€, en hausse de 14,8 % par rapportà 2011. Cette hausse est conforme au budgetapprouvé par le Conseil d’administration(11,2 M€). Elle est portée par :• la croissance des salaires et traitements(+ 14,5 %), qui s’explique par la hausse de l’ef-fectif de 63,4 équivalents temps plein en 2012contre 56,5 en 2011 ;• un fort recours à des prestations externespour les développements et projets informa-tiques, ainsi que pour l’accompagnement auchangement (gTLD, Next) ;• l’accroissement des charges liées à l’héberge-ment en Data center. En raison du calendrierdes acquisitions (concentrées sur le derniertrimestre), l’effet sur les dotations aux amortis-sements est peu sensible en 2012.Pour le second semestre, la plupart des engagementsde la convention Etat-Afnic sont tenusLa convention État-Afnic énumère des engage-ments de l’Afnic, dont certains peuvent se véri-fier au travers de l’arrêté des comptes. Pour lesecond semestre 2012, ces engagements sonttenus pour :• Les actions de R&D et de transfert (12,7 %du chiffre d’affaires .fr sur un semestre, alorsque l’objectif est de 10 %).• L’investissement pour la sécurité du .fr (18 %du chiffre d’affaires .fr pour un objectif de 8 %)• Les dépenses de formation (4,3 % de lamasse salariale pour un objectif de 3 %).• Le versement de 10 % du bénéfice au sensde la convention, à la réserve de précaution.D’une manière générale, tous les écarts, à lahausse ou à la baisse, entre les engagements .fret leur réalisation dans les comptes annuels,ont vocation à être lissés sur la durée de laconvention.Enfin le montant à verser au futur FSDI autitre de la convention .fr est de 165 k€. Sonmontant est lié à la saisonnalité du chiffred’affaires de l’Afnic, toujours plus importantau premier semestre.
  38. 38. 36 Rapport d’activité AFNIC 2012L’activité gTLD a connu une accélération avec ledépôt des dossiers de candidatureCette accélération a été particulièrement sensi-ble au premier semestre avec le dépôt des17 dossiers de candidature.Une consolidation des réserves et de la tréso-rerie au moment d’aborder la double transi-tion FSDI - gTLD.Le résultat net de l’exercice est en nette hausseà 1,1 M€ (1,3 M€ avant FSDI) contre 770 k€en 2011. Ce bénéfice représente avant FSDIun peu moins de 10 % du chiffre d’affairescontre 7,1 % en 2011 et 8,1 % en 2010. Grâce àce résultat positif, les réserves de l’Associationdemeurent au-delà de l’objectif de gestion.Cette situation saine est nécessaire pour pré-parer l’Afnic aux profondes mutations de sonmodèle économique : le versement de la plusgrande part du bénéfice .fr d’une part, la pour-suite de l’investissement dans les gTLD d’autrepart puisque les lancements ne devraient inter-venir en masse qu’en 2014.Évolution du produit d’exploitation (en Me)Évolution des charges d’exploitation (en Me)14121210108866442200Ex. 2008Ex. 20086,7176,4478,3297,6029,8238,76410,9169,79813,1711,417Ex. 2009Ex. 2009Ex. 2010Ex. 2010Ex. 2011Ex. 2011Ex. 2012Ex. 2012
  39. 39. Rapport d’activité AFNIC 2012 37Évolution des investissements corporels et incorporels (en Ke)Structure des ressources de l’Afnic en 2012 Rappel 201160,5 %62 %8,9 %5,2 %3,1 %0,7 %4,4 %0,6 %26,8 % 27,9 %Adhésions/forfaitsMaintenanceCréationsDiversSubventionspour projetsÉvolution du résultat d’exploitation (en Me)2,0001,7501,5001,2501,0000,7500,5000,2500Ex. 20080,2700,7271,0601,1181,753Ex. 2009 Ex. 2010 Ex. 2011 Ex. 20121 4001 2001 0008006004002001 6000Ex. 2008Ex. 2009Ex. 2010Ex. 2011Ex. 2012418 5841 386975932
  40. 40. Cahier financier. 38 Rapport d’activité AFNIC 2012Bilan simplifiéEn K€ 31/12/2012 31/12/2011 Net NetACTIF Immobilisations incorporelles 549 451Immobilisations corporelles 1 305 885Immobilisations financières 123 93ACTIF IMOBILISÉ 1 978 1 429Créances d’exploitation 12 573 10 157ACTIF CIRCULANT 12 573 10 157TOTAL ACTIF 14 551 11 586 PASSIF Fonds propres 5 692 4 923Résultat de l’exercice 1 108 770Autres fonds associatifs 332 281FONDS ASSOCIATIFS 7 132 5 973PROVISIONS 47 DETTES 7 371 5 613TOTAL PASSIF 14 551 11 586
  41. 41. Rapport d’activité AFNIC 2012 39Compte de résultat simplifiéEn K€ 31/12/2012 31/12/2011Chiffre d’affaires 13 034 10 832Autres produits 136 84Produits d’exploitation 13 170 10 916Autres achats et charges externes 4 383 3 744Impôts, taxes et versements assimilés 390 312Salaires, traitements et charges sociales 5 588 4 888Autres charges dont Amortissements 1 056 854Charges d’exploitation 11 417 9 798Résultat d’exploitation 1 753 1 118Produits financiers 204 148Charges financières 0 0Résultat financier 204 148Résultat courant avant impôts 1 957 1 266Produits exceptionnels 113 135Charges exceptionnelles 211 251Résultat exceptionnel -98 -117Participation des salariés aux résultats 194 111Impôts sur les bénéfices 557 267Bénéfice ou perte 1 108 770
  42. 42. Prospective : quel rôle pour l’Afnicpour les prochaines années ? 40 Rapport d’activité AFNIC 2012Panorama des objectifs 20132012 a été pour l’Afnic une année de confirma-tion de son statut d’Office d’enregistrement etd’affirmation de ses nouvelles orientations stra-tégiques. 2013 s’annonce comme une périodede concrétisation des premiers résultats.Tout d’abord au travers de la mise en œuvredes différents engagements de la conventionÉtat – Afnic, qui prévoit notamment cette an-née la mise en place d’un second Data center,mais aussi une homologation de sécurité, unrôle accru de l’Association dans le déploie-ment de DNSsec en France, l’ouverture desenregistrements des noms en 2 caractères etdes enregistrements multi-années.Le développement du .fr (mise en œuvre duplan de promotion présenté à la validation duConseil d’administration) et la naissance duFonds de Soutien au Développement de l’In-ternet font partie des objectifs clefs de l’Afnicen 2013.Un accompagnement fort des clients porteursde projets de nouvelles extensions devraitpermettre d’aboutir dès 2013 à l’insertion d’aumoins l’une de ces nouvelles extensions dansla racine gérée par l’ICANN.La réduction des risques globaux fait enfinpartie des grandes ambitions de l’Associationcette année, cet effort devant naturellements’inscrire dans la durée tout comme nosactions en termes de qualité et d’améliorationcontinue.Mathieu WeillDirecteur général de l’Afnic
  43. 43. Rapport d’activité AFNIC 2012 41Tendances du marchéL’ouverture des nouvelles extensions représen-te la grande inconnue à moyen terme dans lespronostics sur l’évolution du marché des nomsde domaine.Il est probable que l’impact sera cependantmodéré en 2013, la plupart des TLD étantinsérés dans la racine à partir de l’été au plustôt et les premiers lancements commerciauxdevant intervenir vers la fin de l’année.On peut s’attendre en revanche à ce que les« cartes » continuent d’être battues entre lesacteurs souhaitant se positionner pour profiterau mieux de l’explosion prévisible en 2014.Les problématiques de sécurité pour leur partdevraient continuer à croître, rendant d’autantplus nécessaire l’approche développée parl’Afnic.La stratégie définie et mise en œuvreaujourd’hui permet à l’Association de profiterau mieux des opportunités qui se présententà elle, dans une logique permanente de res-ponsabilité envers l’État, envers ses clients etenvers la communauté de l’Internet.
  44. 44. 42 Rapport d’activité AFNIC 2012Secrétariat de rédaction : AfnicConception-réalisation : SemiostyleImmeuble International78181 Saint-Quentin-en-Yvelines cedexFranceTél. : +33 1 39 30 83 00Fax : +33 1 39 30 83 01www.afnic.frfacebook.com/afnic.frtwitter : @afnic
  45. 45. Rapport d’activité AFNIC 2012 43
  46. 46. www.afnic

×