PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES                                    EN MILIEU SCOLAIRE     Quelles sont les actions de pr...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire                           OBJECTIFS DE L...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire     Contribuer à lutter contre les inéga...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire      Impliquer dès le départ toutes les ...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire                Pour être efficace, les a...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire                Les méthodes interactives...
Prévenir les conduites addictives                              en milieu scolaire          La connaissance du public conce...
Prévenir les conduites addictives                             en milieu scolaireEn 2012, à la demande de l’Agence régional...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prévention des conduites addictives milieu scolaire

2 634 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 634
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
949
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Prévention des conduites addictives milieu scolaire

  1. 1. PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES EN MILIEU SCOLAIRE Quelles sont les actions de prévention des conduites addictives les plus efficaces en milieu scolaire ? Quels critères de qualité doivent-elles respecter ? Quels types d’actions faut-il proscrire ? 21 préconisations issues de la recherche scientifique et proposées par un collège d’experts bretons. Avril 2013
  2. 2. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire OBJECTIFS DE LA PREVENTION 1. Agir sur les déterminants de santé pour lutter contre les inégalités sociales de santé 2. Développer des compétences personnelles (de vie) chez les jeunes 3. Développer des compétences d’adaptation sociale chez les jeunes 4. Développer les compétences sociales et civiques, l’autonomie et l’initiative des jeunes 5. Développer des stratégies de réduction des risquesMOBILISATION DES ACTEURS METHODES A PRIVILEGIER6. Impliquer l’ensemble des partenaires 11. Utiliser des modèles théoriques validés7. Impliquer les parents 12. Travailler dans la durée en cohérence8. Impliquer des jeunes formés à la avec le projet d’établissement prévention 13. Intervenir précocement sur les questions9. Impliquer des intervenants compétents de prévention des consommations10. S’appuyer sur les instances de santé et 14. Favoriser un bon climat scolaire de citoyenneté 15. Délivrer des messages positifs 16. Utiliser des méthodes interactivesMETHODOLOGIE DE PROJET et pas uniquement la transmission d’information20. Bien connaitre la population des jeunes 17. Proposer des actions adaptées aux jeunes (connaissances, besoins, intérêts, entour ayant des comportements à risque age, lieux de vie…) 18. Proscrire les stratégies d’appel à la peur et les témoignages de vie21. Evaluer les interventions 19. Proscrire les propos moralisateurs
  3. 3. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire Contribuer à lutter contre les inégalités sociales de santé. Les projets de prévention peuvent agir sur certains des déterminants de ces inégalités : l’alphabétisme et l’éducation, l’environnement scolaire, les relations avec la famille, la culture… Développer des compétences personnelles appelées compétences « de vie » : Savoir résoudre des problèmes – savoir prendre des décisions / Avoir une pensée créatrice - avoir une pensée critique / Savoir communiquer efficacement - être habile dans les relations interpersonnelles / Avoir conscience de soi - avoir de lempathie pour les autres / Savoir gérer son stress - savoir gérer ses émotions. Pour développer les compétences sociales des élèves, faire réfléchir sur les normes sociales et les influences sociales véhiculées par les groupes de jeunes. Par exemple, boire beaucoup peut être valorisé dans certains groupes mais pas dans d’autres. S’appuyer sur les programmes scolaires pour développer les compétences sociales et civiques, l’autonomie et l’initiative des jeunes Comporter des objectifs et des actions qui visent la réduction des risques (par exemple : apprendre la position latérale de sécurité en cas de pré- coma ou de coma éthylique, prévoir un mode de transport sûr pour rentrer chez soi après une fête, boire de l’eau entre les verres d’alcool…)
  4. 4. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire Impliquer dès le départ toutes les personnes concernées par le projet : le chef d’établissement, les élèves dès le plus jeune âge, les parents, les enseignants, les personnels médico-sociaux et éducatifs, la police et la gendarmerie, et tout autre partenaire du secteur associatif ou médico-social qui intervient avec une expertise reconnue. impliquer les parents dans les projets de prévention, d’une manière ou d’une autre, en raison de l’influence majeure du milieu familial sur les enfants, les adolescents. Partenaires à part entière dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets, impliquer d’autres jeunes (des pairs) formés à la prévention. Soutenir des actions initiées par les jeunes avec un encadrement adapté. Tutorat, les apprentissages coopératifs sont aussi des moyens à promouvoir dans le domaine de la prévention des conduites addictives. La prévention des conduites addictives fait appel à des compétences spécifiques. Impliquer des acteurs avec une expertise reconnue (agréments) S’appuyer sur les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté, ou sur des instances de concertation équivalentes.
  5. 5. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire Pour être efficace, les actions doivent se baser sur des modèles théoriques, validés ou sur des programmes de prévention évalués positivement. Ces modèles et programmes sont accessibles sur des sites de l’INPES, et de l’EMCDDA. Travailler dans la durée, tout au long du parcours scolaire, en cohérence avec le projet d’établissement. Des interventions ponctuelles, construites en réponse à des événements particuliers (crises), ne peuvent constituer à elles seules un projet de prévention. Les interventions de prévention des conduites addictives doivent être délivrées précocement, dès l’école primaire, en adoptant des supports adaptés au stade de développement de l’enfant. Des outils sont présentés sur le sites de l’INPES. un climat scolaire positif est un facteur « protecteur » vis-à-vis des conduites addictives. Favoriser les bonnes relations entre les jeunes, les adultes, respecter des règles de vie commune. Ader les élèves à régler les problèmes qu’ils rencontrent quel que soit le niveau de gravité perçue (maltraitance, suicide, rackets, ou vols de téléphone mobile, d’ordinateur portable, gestion de son profil sur un réseau social…) peut contribuer à diminuer les conduites à risque et les consommations. Utiliser des messages positifs sur la santé.
  6. 6. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire Les méthodes interactives qui favorisent les expériences (jeux de rôle, co-construction de projets…) sont plus efficaces que la seule transmission d’information, qui ne suffit pas et peut être contre productive. Les actions plus individualisées sont à privilégier pour les jeunes qui ont des comportements à risque (consommations importantes et répétées). Les personnels médico-sociaux peuvent utiliser des méthodes de repérage précoce (à l’aide de questionnaires par exemple), puis mener des interventions brèves qui expliquent rapidement aux jeunes qu’ils se situent dans une zone dangereuse pour leur bien-être. Les stratégies de prévention qui font appel à la peur ou aux témoignages de vie de personnes ayant eu des consommations ou des comportements à risque ne sont pas adaptées aux actions collectives destinés à tous les jeunes. Les propos moralisateurs « c’est mal de…» doivent être évités dans les projets de prévention.
  7. 7. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaire La connaissance du public concerné (entourage, lieux de vie, besoins, intérêts, stade de développement, moment approprié, consommations…) est un préalable indispensable à la construction du projet de prévention. Un projet de prévention des conduites addictives doit être évalué pour permettre de l’améliorer. L’évaluation peut aussi permettre d’obtenir des financements. Par exemple, « AVAL », l’outil développé par le pôle de compétences en éducation et promotion pour la santé, aide les organisateurs de projet de prévention à prévoir et à construire leur évaluation. Ce diaporama est complété par des documents et ressources accessibles sur le site de l’AIRDDS Bretagne.
  8. 8. Prévenir les conduites addictives en milieu scolaireEn 2012, à la demande de l’Agence régionale de Santé de Bretagne, l’AIRDDS a mené uneétude sur les recommandations de prévention des conduites addictives en milieu scolaire.Pour y parvenir, l’AIRDDS s’est appuyé sur un comité de pilotage impliquant toutes lesparties prenantes de l’éducation des jeunes en Bretagne et sur un groupe régionald’universitaires et de professionnels de la prévention, experts de ces questions. Pilotage Experts Académie de Rennes, Direction de l’enseignement Béatrice Breton (Anpaa 29), Jean-Michel Chucz catholique, Direction de l’agriculture, Direction (rectorat), Agnes Ducros (EHESP), Gérard Guingouain interrégionale de la Mer, Conseil régional, Pôle de (Université), Guillaume Jégousse (Douar Nevez), Fabienne compétences en éducation et promotion de la Lavolé (CHS de Plouguernevel), Valérie Lemonnier santé, Préfecture de Bretagne, Agence régionale de (IREPS), Romain Moirand (CHU), Marc Perrin (CSAPA), Marie- Santé de Bretagne. Pierre Thibault (Collège), Claire Schmitt (Liberté Couleurs)

×