HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationNºSCORECARD01*13HFVESAHöher...
HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºADMISSIONL...
HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºPAYSAGE DE...
HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºINTERVIEW«...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Akad business scorecard 01 13_actualités de l'esa

276 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
276
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Akad business scorecard 01 13_actualités de l'esa

  1. 1. HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationNºSCORECARD01*13HFVESAHöhere Fachschule VersicherungEcole supérieure assuranceVous avez entre les mains la première éditionde la newsletter Scorecard 2013 de l’ESA.L’Ecole Supérieure Assurance (ESA) redémarreen 2013 sur les chapeaux de roues. Le lancementdes deux classes de formation abrégée de l’ESA,qui a eu lieu le 1ermars à Berne et à Zürich, s’estdéroulé avec succès. Le séminaire teambuilding(une nouveauté pour le cursus abrégé) a visi-blement suscité l’enthousiasme des étudiants.La possibilité d’effectuer une formation abrégée(admission directe en 3esemestre, pour uneformation d’un an et demi) constitue une nou-veauté importante de la procédure d’admissionà l’ESA. Désormais, les spécialistes en assu-rances bénéficiant d’un brevet fédéral de capa-cité ne sont plus les seuls à pouvoir accéderdirectement au 3esemestre: les personnes titu-laires des diplômes suivants peuvent égalementbénéficier de la formation abrégée:** Brevet fédéral de conseiller(ère)financier(ère)*** Brevet fédéral de spécialiste enassurance maladie*** Brevet fédéral de spécialiste enassurances sociales*Vous trouverez des informations complémen-taires sur le nouveau règlement d’admissionsous www.hfvesa.ch.L’ESA a décidé de prolonger d’un an la collabo-ration fructueuse menée avec sa représentanteofficielle Manuela Jungo, professionnelle deKite Surf. Lors du PKRA Worldtour, au Maroc,Manuela Jungo était de nouveau dans lesstarting-blocks: dès le premier jour de la com-pétition, elle avait déjà obtenu des résultats à lahauteur de ceux de la dernière saison.Silvia Eugster, étudiante à l’ESA et spécialisteen assurances sociales avec brevet fédéral(Kessler & Co SA), est depuis peu ambassadricede l’ESA. Nous transmettrons régulierement desinformations au sujet de son rôle et ses expé-riences en tant qu’ambassadrice de notre école.NOUVELLE IMAGEUne séance photos pour le plus grand plaisirdes étudiantsTout renaît au printemps, et il en va de mêmepour l’image de l’Ecole Supérieure Assurance(ESA). De nouvelles photographies, plus mo-dernes et actuelles, devaient être réalisées. C’estchose faite. La représentante officielle de l’ESAet professionnelle de Kite Surf Manuela Jungos’est prêtée au jeu avec les étudiants: tous ontété superbement mis en valeur par le regardprofessionnel de la photographe Miriam Ben-Powerwomen:pouvoir etprestance: lesambassadricesESA ManuelaJungo (à g.) etSilvia Eugster* ou les diplômes fédéraux ad hocEtudiants (es) de gauche à droite: Caroline Strasser (Zurich), Marc Studer(La Mobilière), Stefan Oppliger (Bâloise Assurances SA & Baloise BankSoBa AG), Patrick Burger (Schulleiter HFV), Melinda Mejia (Bâloise Assu-rances SA), Silvia Eugster (Kessler & Co AG), Eva Rotar (AXA Winterthur)nouna. Plus de 550 photos ont été prises à diversendroits et dans des tenues différentes. Si lesséances étaient intenses et longues, tous les par-ticipants y ont visiblement pris goût! La journées’est achevée autour d’un repas italien durantlequel les étudiants ont eu plaisir à passer en re-vue tous les temps forts de la journée. Nul doutequ’ils garderont tous un excellent souvenir du«shooting» photo 2013. Nous tenons ici à remer-cier chaleureusement les participants et en par-ticulier Manuela Jungo, www.manuelajungo.ch,et Miriam Bennouna, www.stilbruch-foto.com,ainsi que les étudiants.Actualité del’Ecole supérieure assurance
  2. 2. HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºADMISSIONL’ESA ouvre ses portes aux titulaires d’autres brevets fédéraux de la branche AssuranceL’expérience et les connaissancesspécifiques très prisées«Pour la couverture des risques sanitaires parexemple, il faut des experts qui sachent s’yretrouver dans l’offre diversifiée en prestationsd’assurance pour répondre au mieux aux besoinsindividuels des clients», explique Daniel Wyler deSantésuisse, l’association faîtière de la branchede l’assurance-maladie sociale, également Pré-sident de la Commission d’examen. La branchea également besoin de spécialistes en assuranceayant un bagage d’études. L’adaptation descursus, au sein de l’ESA notamment, permet detenir compte de ces nouvelles exigences.Selon Wolfgang J. Pfund, responsable du servicePersonnel et logistique à la SUVA, les spécialisteschevronnés sont de plus en plus demandés dansla branche de l’assurance. «Le système de forma-tion duale avec l’ESA comme trait d’union est unvéritable modèle de réussite», estime WolfgangJ. Pfund. La formule consistant en un appren-tissage relayé par des formations supérieuresspécifiques vient compenser l’académisationcroissante du monde du travail.Du brevet fédéral au diplôme en économied’assurance avec l’ESA«Le nouveau système de qualification profes-sionnelle du secteur de l’assurance, de par saperméabilité et ses interconnexions, pourraitinciter des personnes titulaires d’un brevet fédé-La tendance à la mondialisation et la dynamiqueaccrue dans quasiment tous les domaines de lavie ont aussi des répercussions sur le perfection-nement dans le secteur de l’économie d’assu-rance. «Le développement des collaborateurs, lepositionnement à l’international et la priorité auxbesoins de la clientèle constituent autant de défisque la branche de l’assurance doit relever», ex-plique Matthias Stettler, directeur de l’Associationpour la formation professionnelle en assuranceAFA et chef de département à l’Association Suissed’Assurances (ASA). Les différents secteurs d’ac-tivité devraient donc eux aussi s’adapter à l’évo-lution des exigences. En Suisse, les collaborateursles plus demandés sont ceux capables de «penseren réseau», qui disposent aussi bien de compé-tences techniques et managériales spécifiquesque de connaissances globales approfondiesdans le domaine de l’assurance. L’objectif de lastratégie de perfectionnement de la branche est,selon M. Stettler, de former des spécialistes dotésd’une expérience pratique ainsi que de connais-sances précises et approfondies du domaine del’assurance.Possibilité de formation abrégéeen un an et demi dès l’été 2013L’Association Suisse d’Assurances (ASA) estdonc passée à l’offensive dans les domaines dela formation et du perfectionnement. A partir del’été 2013, le cycle de formation abrégée (accèsdirect au 3esemestre) de l’Ecole supérieure assu-ral à suivre le cycle de formation en économied’assurance ES», affirme Jean-Michel With,gérant associé de Versicherungspartner BernAG et membre du Comité directeur de l’Associa-tion suisse des courtiers en assurances (SIBA).Dans le domaine du courtage en assurance,par exemple, on a besoin de collaborateurs dis-posant des compétences nécessaires pour à lafois mener à bien des tâches récurrentes dans lequotidien professionnel et parvenir à relever desdéfis complexes. Les courtiers de la SIBA opèrentessentiellement pour les entreprises et pour lespouvoirs publics (ou les établissements chargésd’un mandat public) ainsi que pour les organisa-tions à but non lucratif. «La combinaison brevetfédéral de spécialiste en assurances sociales –diplôme en économie d’assurance ES est idéalepour le courtage», estime Jean-Michel With. «Cetype de profil est extrêmement prisé par les cour-tiers de la SIBA.»rance (ESA) est désormais ouvert à tous les titu-laires d’un brevet fédéral dans les domaines del’assurance maladie, des assurances sociales etdu conseil financier. Cette passerelle validée parl’Association pour la formation professionnelleen assurance (AFA) permet par exemple à unepersonne en possession du brevet fédéral de spé-cialiste en assurance maladie de suivre une for-mation d’un an et demi pour devenir diplômé(e)en économie d’assurance ES. La reconnaissancemutuelle de certificats de qualification relais, trèsaxée sur l’avenir, et la perméabilité du secteurtertiaire répondent parfaitement aux objectifs dela politique de formation publique.Un perfectionnement durabledes collaborateursPour Stephan Bolli, responsable ManagementDevelopment, et Barbara Bourouba, responsabledes ressources humaines chez Helsana, c’estune évidence. «La prise en compte accrue desbesoins de la clientèle et la nécessité d’identi-fier des interactions dans un environnementtoujours plus complexe nécessitent un perfec-tionnement à l’attention des collaborateurs».Il convient en effet de développer la compé-tence technique individuelle tout en améliorantdurablement la compétitivité des compagniesd’assurance. L’ESA apporte une importantecontribution dans l’exploitation de ces synergies.
  3. 3. HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºPAYSAGE DE LA FORMATIONESA: la formationqui mène au diplômeFormation professionnelleNiveausecondaireIINiveautertiaireIntermédiaire d’assurance AFAEuropean Insurance Intermediary EII (eficert)Scolarité obligatoireBrevet fédéralde spécialisteen assuranceEcole supérieure assurance (ESA)Cycle de formation abrégée (un an et demi)PhD (Doctorat)(Executive) MBAVoie universitaireHaute école spécia-lisée Bachelor HES(Passerelle)Université MasterMAS/DAS/CAS(Master/Diploma/Certificate of AdvancedStudies)Haute écolespécialisée MasterMaturité gymnasialeEPG ES (Etudes postgrades)Vous trouverez des informations détaillées sur les conditionsd’admission dans le règlementd’admission.* ou diplômes fédéraux correspondants** marketing/droit/économie de l’assuranceBrevet fédéralde spécialisteen assurancemaladie*Brevet fédéralde spécialisteen assurancessociales*Maturité professionnelleBrevetfédéral deconseiller(ère)financier(ère)*Examens d’admission**Assistant/-e d’assurance AFACertificat fédéral de capacité / AutresUniversité BachelorCert. fédéral de capacité Employé/-ede commerce / Ou équivalentEcole supérieure assurance (ESA)Cycle de formation en trois ansLe diplôme d’économiste dassurancediplômé(e) ES permet de suivredes études postgrades (EPG ES) et debénéficier d’offres de perfectionnement(MAS/DAS/CAS) des hautes écolesspécialisées. L’accès aux programmesBachelor en économie d’entreprise deshautes écoles spécialisées est possiblepar équivalence.
  4. 4. HFV ESAUne coopération entrel’AFA et AKAD BusinessEcole supérieure reconnuepar la ConfédérationSCORECARD 01*13NºINTERVIEW«L’équipe et la classe sont des facteurs essentiels de réussite»en cours d’emploi me permettant de continuer àtravailler à 100% a évidemment influé sur monchoix. Mon métier, pour moi, c’est vraiment unevocation! C’est pourquoi je ne m’imaginais enaucun cas repartir sur des études à plein temps.J’apprécie en particulier tout ce qui a trait àl’économie et le travail de diplôme est pour moipassionnant. Je vois bien quels sont mes pointsforts pour cette formation. En revanche, pour lapartie comptabilité et statistiques, je vais devoirfournir un effort supérieur à la moyenne. Lesystème de notation me donnera en tout cas lapossibilité de compenser ces matières. Je risquefort d’en avoir besoin!Suivre une formation en cours d’emploi peutentraîner une forte pression sur le lieu detravail, notamment en termes de performanceet de gestion du temps. Comment gérez-vousce stress?J’ai la chance de pouvoir compter sur le grandsoutien de mon chef Raphael Arn et de mescollègues. J’en profite d’ailleurs pour lesremercier chaleureusement – on ne change pasune équipe qui gagne! La planification joue évi-demment, là encore, un rôle très important. Mesclients et mon équipe du service externe doiventcontinuer à pouvoir prétendre respectivementà un excellent service et à un engagementoptimal. Il faut donc savoir se fixer des priori-tés et, parfois, faire appel à la coopération del’ensemble de l’équipe. Mais il convient aussi dese ménager des pauses de temps à autre, pourrefaire le plein d’énergie et être d’attaque pourRené Biri a débuté en mars à l’Ecole supérieureassurance (ESA) à Berne une formation s’effec-tuant parallèlement à l’exercice de la profession(formation abrégée ESA). En sa qualité deconseiller en assurance et en prévoyance auprèsde Mobilière Suisse, il dirige le départementVente de l’agence générale de Zofingen. Nous luiavons posé quelques questions sur saformation et sur son métier.Quelles est votre première impressionde l’institut de formation et de vos collègues?J’avais déjà eu un premier contact avec l’ESA àl’occasion d’une séance d’information au seinde la Mobilière. J’avais déjà constaté que l’écoleétait dotée d’une organisation particulièrementefficace et qu’elle offrait de bonnes basespour un perfectionnement de qualité. Lors duséminaire teambuilding, j’ai appris à connaîtremes collègues dans une ambiance ludiqueet conviviale qui a développé à un véritableesprit d’équipe. Je me réjouis d’ores et déjàde collaborer avec eux pendant un an et demi.Pour moi, le travail d’équipe et la dynamiquede groupe constituent des facteurs essentielsde réussite. Or, il existe dans la classe un justeéquilibre entre personnes possédant une solideexpérience et personnes venant d’achever unperfectionnement. Pour moi, il était égalementimportant que les cours soient dispensés par desintervenants orientés vers la pratique. Jusqu’àprésent, l’ESA a répondu entièrement à cesattentes. Les conditions de la réussite sont pré-sentes. Reste à la concrétiser personnellement.le travail exigeant et le perfectionnement. Jeme change donc les idées en m’offrant de petitsséjours improvisés ou un superbe repas. J’aimeaussi beaucoup les randonnées en pleine natureou à vélo, cela me permet de bien décompresser.Le facteur de réussite déterminant reste toute-fois l’optimisme et un intérêt très marqué pourl’économie d’assurance en tant que discipline.Une formation représente un énorme inves-tissement en temps. Comment parvenez-vousà mener de front une activité professionnelleet une formation sans pour autant oublier lesloisirs? Comment conciliez-vous vie profes-sionnelle et vie privée?La planification est essentielle. Mon postede responsable des vente et de conseiller enassurance et en prévoyance me laisse unegrande marge de manœuvre en ce qui concernela prise de rendez-vous. J’ai donc la possibilitéde me réserver un créneau quotidien poureffectuer mes exercices et réviser mes cours.En fin d’après-midi et le soir, je suis souvent envisite chez des clients. Je me garde en généralle week-end pour préparer les leçons ou traiterles séquences didactiques. J’ai donc dû mettreun peu le holà sur mes loisirs. Mais lorsque l’oncommence un perfectionnement, on sait exacte-ment à quoi sen tenir. La formule proposée parl’ESA et le site de l’école facilitent par ailleursune bonne gestion du temps. Les cours ont lieuà Berne tous les mardi après-midi et soir, etparfois le samedi. Grâce à ce système ainsi qu’àl’emplacement même de l’école, je ne perds pastrop de temps dans les trajets. Ma compagne semontre aussi très compréhensive et me soutientbeaucoup.Quels objectifs vous êtes-vous fixés dans lecadre de cette formation?Le plus important pour moi, c’est d’obtenir mondiplôme et de rester performant sur le plan pro-fessionnel. Le fait qu’il s’agisse d’une formationRené Biri,classe ESAHEBE113Pour plus d’informations sur l’Ecole supérieureassurance: www.xing.to/HFV www.facebook.com/HFVESA www.vimeo.com/HFVESA www.issuu.com/HFVESA

×