Education en milieu pastoral au Tchad
Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB
PROGRAMME REGIONAL D’EDUCATION-FORMATION DES
POPULATIONS PASTORALES (PREPP) EN ZONE
Transfrontière Tchad-Niger
La présentation succincte de l’ADRB
• L’ADRB est reconnue officiellement comme ONG nationale en date
du 24 septembre 2009 ...
Domaines d’Activités
• Domaines prioritaires
• Economie rurale :
• Education :
• Santé :
Domaines transversaux
• Genre
• G...
Zones d’intervention actuelles
• Régions du Batha, Guéra, Hajer Lamis et Lac-
Tchad.
Partenaires techniques et financiers:...
Les raisons qui ont poussé l’ADRB à intégrer les enjeux
d’éducation et de formation
• La faible scolarité des enfants noma...
La conception et les principes qui sous tendent
les programmes d’éducation et de formation
• Intervention de l’ADRB articu...
La conception et les principes qui sous tendent les
programmes d’éducation et de formation (suite)
– La priorité à l’éduca...
Les acquis et les enseignements de
l’expérience de ADRB• Essais récents de scolarisation des enfants nomades
• La Coopérat...
Les acquis et les enseignements de
votre expérience
• La rareté des enseignants issus des communautés
nomades ;
• Ces acti...
•Résultats atteints
Aujourd’hui, les résultats auxquels nous sommes parvenus sont
spectaculaires et présentent une situati...
Les impacts
La prise de consciences de parents sur l’importance de l’éducation des
enfants et les méfaits de l’analphabéti...
Succès et limites de l’expérience
• les communautés touchées, les personnes formées jouent de relais et prônent
l’approche...
Perspectives
• rendre effective la multiplication des points d’eau et la
gestion de pâturage pour libérer les communautés ...
Cas du PREPP Résultats acquis au
cours de l’année 2014
 Ouverture de 18 centres-Cercles
 Inscription de 593 apprenants d...
Les effets
• L’ouverture au changement de certaines populations
pastorales qui étaient réfractaires à l’éducation.
• L’eng...
Carte du Tchad et zone d’activité
d’éducation en milieu Pastoral
B.E.T
Biltine
Ouadai
Salamat
Kanem
Batha
Chari-
Baguirmi
Education en milieu pastoral au Tchad Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Education en milieu pastoral au Tchad Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB

609 vues

Publié le

Education en milieu pastoral au Tchad Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
609
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Education en milieu pastoral au Tchad Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB

  1. 1. Education en milieu pastoral au Tchad Les enjeux vus par une organisation d’éleveurs: le cas de ADRB
  2. 2. PROGRAMME REGIONAL D’EDUCATION-FORMATION DES POPULATIONS PASTORALES (PREPP) EN ZONE Transfrontière Tchad-Niger
  3. 3. La présentation succincte de l’ADRB • L’ADRB est reconnue officiellement comme ONG nationale en date du 24 septembre 2009 par la direction des ONG. • Pour la traçabilité de son historique: • L’ADRB était d’abord un projet de développement avec trois volets T.38 (Action Pilote Elevage), T.39 (Education) et T.40 (Formation rurale) soutenu depuis 1994 par la Coopération Suisse au Tchad. • Cinq ans plus tard, les différents volets sont fusionnés en un seul Programme pour asseoir ses actions de développements dans toute la région. • Objectif général : Contribuer à l’amélioration des conditions de vie socio-économique des populations en milieu pastoral.
  4. 4. Domaines d’Activités • Domaines prioritaires • Economie rurale : • Education : • Santé : Domaines transversaux • Genre • Gouvernance locale
  5. 5. Zones d’intervention actuelles • Régions du Batha, Guéra, Hajer Lamis et Lac- Tchad. Partenaires techniques et financiers: • Coopération Suisse, UE, FIDA, APESS, AFD, Etat Tchadien
  6. 6. Les raisons qui ont poussé l’ADRB à intégrer les enjeux d’éducation et de formation • La faible scolarité des enfants nomades liée à la non adaptabilité de l’école moderne au contexte de vie des éleveus nomades: – Le système d’éducation ne répond pas aux préoccupations des transhumants; – La rigidité du programme; – La mobilité; • Approche qui associe tous les partenaires actifs dans la thématique de l’Education des communautés pastorales/nomades à l’initiative de la DDC
  7. 7. La conception et les principes qui sous tendent les programmes d’éducation et de formation • Intervention de l’ADRB articulée autour de la politique de l’Etat avec une adaptation liée au contexte de la vie des éleveurs: • Cette éducation doit être de qualité, et adaptée aux circonstances de vie des éleveurs. – Une offre de système d’éducation qui prends en compte les préoccupations des transhumants basée dans un premier temps sur les écoles coraniques – Avec un programme flexible (tps de travail) et un contenu adapté – Type d’école mobile, rélais ou semi-nomade
  8. 8. La conception et les principes qui sous tendent les programmes d’éducation et de formation (suite) – La priorité à l’éducation des filles qui sont trop souvent oubliées ; – le curriculum national et les actions à entreprendre sont réfléchis avec les stratégies et les modes de vie des éleveurs ; – le plaidoyer pour la création des institutions essentielles à une politique et une stratégie efficace.
  9. 9. Les acquis et les enseignements de l’expérience de ADRB• Essais récents de scolarisation des enfants nomades • La Coopération Suisse au Développement a crée au cours de l’année scolaire 1994/1995 des écoles nomades bâties sur de nouvelles bases, à savoir : • Scolarisation des enfants nomades dans des écoles fixes en milieu nomade ; • Formation des maîtres communautaires à partir de 1994, et de ‘néophytes’ (personnes analphabètes issues de la communauté et résidentes dans le village, recrutées et formées à l’enseignement) à partir de 1996 ; • Conception et production des programmes d’éducation et de manuels ; • Formation technique dans le domaine de l’élevage dans les centres de formation des membres de la communauté nomade.
  10. 10. Les acquis et les enseignements de votre expérience • La rareté des enseignants issus des communautés nomades ; • Ces actions ont soulevé un certain nombre de problèmes : – Manque de compréhension de la population nomade vivant en petites communautés ethniques isolées; – Difficulté dans la prise en charge des maîtres communautaires par les parents nomades ; – La manque de pâturages, rendant indispensable la mobilité et donc l’absence de l’école;
  11. 11. •Résultats atteints Aujourd’hui, les résultats auxquels nous sommes parvenus sont spectaculaires et présentent une situation où même les filles participent aux cours aux côtés des garçons. Les écoles nomades totalisent 750 élèves dont 390 filles. Elles sont tenues par 54 enseignants communautaires pris en charge par les comites scolaires. • Il faut reconnaître cependant que si l’école a absorbé beaucoup de jeunes, elle a provoqué chez les adultes un désir réel d’apprendre à lire et à écrire. D’où la création de 27 centres d’alphabétisation avec 1098 apprenants dont 502 femmes. • Les cours commence l’après-midi ou la nuit tout juste après la traite des vaches. La période de la formation est en moyenne de quatre mois . La durée est de 3 séances par semaine et les horaires sont de 2 heures de cours. • Le contenu du programme des centres d’alphabétisation en milieu nomade est assez spécifique : certains thèmes sont liés aux activités de l’élevage (santé animale, production animale, transformation des produits animaux, gestion des troupeaux et de pâturage).
  12. 12. Les impacts La prise de consciences de parents sur l’importance de l’éducation des enfants et les méfaits de l’analphabétisme; - L’augmentation du taux de la scolarisation ; - La scolarisation des filles; - La prise de conscience de l’implication de la femme dans les organisations communautaires ; - La multiplication des écoles sous l’effet tâche d’huile( 80 écoles dont 25 en milieu nomade) ; - Effectifs =12365 élèves dont - La réduction des poids des us et coutumes ; - La création des centres d’alphabétisation( 27 centres d’alphabétisation avec 1098 apprenants dont 502 femmes). - L’évolution du semi-nomadisme vers la sédentarisation
  13. 13. Succès et limites de l’expérience • les communautés touchées, les personnes formées jouent de relais et prônent l’approche aux autres qui s’interrogent. • Les femmes qui ne sortaient pas pour les réunions sont les plus nombreuses dans les organisations communautaires où elles émettent des opinions, des avis dans le cadre de développement. Cette participation des femmes à des activités de développement a entraîné naturellement la présence massive des filles à l’école; • Tout le monde a réalisé de l’importance de l’école au regard de certains enfants qui ont poussé jusqu’au BAC et BEPC et surtout que l’école n’a rien enlevé sinon amélioré les habitudes • L’école finalement ne s’est pas limité à son rôle de pourvoyeur de connaissances mais plus un changement de mentalité telle que les populations nomades n’hésitent plus à envoyer leurs femmes et leurs filles en formation au centre • Les difficultés rencontrées dans les écoles et centres d’alphabétisation en milieu nomade sont : -suivi difficile à cause de la mobilité des nomades. -Insuffisance des manuels d’alphabétisation pour des thèmes spécifiques. -La dégradation de l’environnement - l’esprit d’assistanat
  14. 14. Perspectives • rendre effective la multiplication des points d’eau et la gestion de pâturage pour libérer les communautés à pouvoir faire d’autres réflexions; • Impulser l’État à l élaboration des curricula spécifiques pour les écoles nomades; • Développer un partenariat actif entre les différents acteurs ; • Le post-primaire adapté à ces écoles demeure un défi pour assurer la continuité des contenus de programme d’enseignement du primaire.
  15. 15. Cas du PREPP Résultats acquis au cours de l’année 2014  Ouverture de 18 centres-Cercles  Inscription de 593 apprenants dont 47% de femmes (soit 283 femmes)  Recrutement et formation de 20 facilitateurs dont 3 femmes  Mise en place de 18 COGES  Mise en place du comité transfrontalier Niger-Tchad
  16. 16. Les effets • L’ouverture au changement de certaines populations pastorales qui étaient réfractaires à l’éducation. • L’engagement de l’APESS, de l opérateur, des services de l’Etat (Education, Administration, etc) et des communautés en faveur du PREPP a été déterminant. • Le PREPP est le seul programme qui travaille dans ce milieu pastoral transhumant ( La flexibilité ) • Engouement des populations vis-à-vis du PREPP (effectifs pléthoriques) ; • Motivation pour la création d’autres centres.
  17. 17. Carte du Tchad et zone d’activité d’éducation en milieu Pastoral
  18. 18. B.E.T Biltine Ouadai Salamat Kanem Batha Chari- Baguirmi

×