Zemmour : le slalom de la peur !

325 vues

Publié le

Analyse du livre d'Eric Zemmour : " Le suicide français "

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
325
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Zemmour : le slalom de la peur !

  1. 1.   1     Eric  Zemmour  :  le  slalom  de  la  peur     Eric  Zemmour  et  son  intelligence  auraient  pu  contribuer  à  l'élaboration  de   pistes  afin  de  sortir  de  notre  crise  sociétale.  A  défaut,  il  exécute  un  curieux   slalom  dont  la  peur  est  la  boussole.   La   crise   est   durable,   autant   que   la   crise   sociale.   Avec   9   millions   de   personnes   en   précarité   voire   en   pauvreté   avérée,   le   doute   sociétal   se   répand  à  la  vitesse  d'un  cheval  au  galop.   Parlant  de  cheval,  Eric  Zemmour  préfère  le  temps  des  fiacres  et  affirme  ne   pas  aimer  notre  siècle,  au  profit  du  XVIIIème.  Le  sociologue  Alain  Touraine   a  démontré  qu'il  faut  un  minimum  d'empathie  avec  la  situation  observée   pour  être  en  capacité  d'en  rendre  compte  analytiquement...   "  Le  suicide  de  la  France  "  mérite  d'être  lu.  Que  l'on  soit  en  symbiose  ou  en   désaccord,  répétons-­‐le  ce  texte  mérite  lecture.  D'évidence,  on  y  retrouve  un   condensé   de   peurs   :   peur   de   l'islamisation   de   la   France   (   mot   d'invasion   utilisé  dès  l'emplacement  253,  livre  numérique  Kindle  ),  de  son  déclin,  du   délabrement  de  son  système  éducatif,  du  projet  européen,  etc.   L'auteur   nous   envoie   des   messages   où   le   brassage   des   sources   nous   fait   croire   à   son   discours.   C'est   sa   force.   Oui,   c'est   un   homme   de   persuasion.   Mais  croire  un  instant  –  le  temps  d'un  déclic  de  smartphone  -­‐,  ce  n'est  pas   équivalent  à  la  situation  de  devenir  un  lecteur  convaincu.  Pour  une  simple   raison  :  les  faits  sont  agglutinés  tels  des  abeilles  voulant  rentrer  dans  une   ruche   et   le   taux   important   d'imprécisions   –   maîtrisées   –   nuit   aux   diagnostics.     Exemple  ponctuel.  Chapitre  nommé  1970,    mort  du  Général  de  Gaulle  :  "  Il   pleut  sur  le  char  qui  porte  le  cercueil  ceint  d'un  drapeau  tricolore.  "  Il  faut   savoir  être  précis  et  respectueux  lorsqu'on  traite  de  sujets  qui  intéressent   nos  Armées.  Loin  d'être  un  char,  le  Général  reposait  sur  un  Panhard  EBR  (   engin  blindé  de  reconnaissance  )  dépourvu  de  sa  tourelle.   Plus  consistant  :  "  Nixon  voulait  engager  à  son  service  l'homme  qui  avait   écrit  le  message  du  président  Pompidou  :  "  Le  Général  est  mort,  la  France   est  veuve.  Comme  cela  est  beau  et  comme  c'est  très  français  "  s'extasiait-­‐il.   (209).  On  a  le  droit  d'être  un  lecteur  pressé  mais  on  peut  aussi  décrypter  à   mailles   fines.   Ecrire   que   l'homme   de   lettres   qu'était   l'ancien   Président   n'aurait  pas  su  rédiger  son  intervention  télévisée  (  source  INA,  durée  1  mn   26   )   et   que   "   quelqu'un   avait   écrit   le   message   "   est   inconvenant.   Que   le  
  2. 2.   2   lecteur   se   rapporte   à   Alain   Frèrejean   (   "   C'était   Georges   Pompidou   "   ,   Fayard,  2007  ).  Monsieur  Zemmour  nous  confiera-­‐t-­‐il  le  nom  du  rédacteur  –   allégué  –  du  message  pompidolien  ?   Le   regard   sur   la   condition   féminine   confine   à   l'absurde   puisqu'elle   n'est   réalisée   qu'à   charge   et   que   l'auteur   ne   sait   qu'être   un   Torquemada   moderne.   Depuis   la   loi   Neuwirth   jusqu'à   la   loi   de   juin   1970   définissant   l'autorité  parentale.  "  On  oubliait  que  la  famille  n'avait  jamais  été  conçue   dans  la  nuit  des  temps  comme  le  lieu  privilégié  de  l'amour  et  du  bonheur   privés,   mais   comme   l'institution   matricielle   qui   permettrait   de   fonder   un   peuple,  une  société,  une  nation.  "  (  308).  Certes...   Quel   dommage   de   ne   pas   relier   Olympe   de   Gouges,   Marie   Curie,   Simone   Veil,   Claudie   Haigneré   ou   Anne   Lauvergeon   pour   se   cantonner   dans   une   description   noire   Soulages   du   déclin   du   modèle   du   pater   familias,   de   la   primauté   de   l'homme   sur   "   bobonne".   Quelle   insulte   à   nos   avancées   sociétales  !   Ni  feu  Raymond  Barre,  ni  Jean-­‐Hervé  Lorenzi,  ni  les  "économistes  atterrés"   ne   poseraient   longtemps   leurs   yeux   sur   les   lignes   du   soi-­‐disant   suicide   français.  Il  faut  la  rigueur  analytique  d'un  Nicolas  Baverez  pour  pouvoir  se   hisser  au  rang  de  déclinologue.   Eric  Zemmour  utilise  de  manière  pernicieuse  une  méthode  lorsqu'il  traite   d'économie   :   il   a   recours   –   sans   frein   ni   modération   –   à   l'enthymème   qu'Aristote   définissait   ainsi   :   "   L'enthymème   est   composé   de   termes   peu   nombreux   et   souvent   moins   nombreux   que   ceux   que   constituent   le   syllogisme.   En   effet,   si   quelqu'un   de   ces   termes   est   connu,   il   ne   faut   pas   l'énoncer;  l'auditeur  lui-­‐même  le  supplée."   Chaque  chapitre  est  une  porte  de  son  slalom  et  hélas  un  corridor  vers  le   déni   existentiel   de   l'autre   avec   un   A   majuscule.   Hélas,   car   tant   de   brio   intellectuel   mériterait   d'être   mis   au   service   de   la   notion   de   fraternité.   L'heure  est  à  la  créativité  et  à  l'innovation  (  au  ski  hors-­‐piste,  en  somme  )  et   non  à  un  chapelet  d'idées  souvent  déjà  lues.   L'anti-­‐américanisme   de   l'auteur   pousse   à   garder   en   mémoire   Gérard   Vincent  (  "  Les  jeux  français  ",  1978  :  chapitre  13  "  l'américanosphère  ".)   "  La  France  n'échappera  à  l'assujettissement  qui  la  menace  que  si  elle  ouvre   les  yeux  sur  les  grands  défis  de  l'époque  et  s'emploie  à  y  répondre.  "  (  André   Fontaine,  "  La  France  au  bois  dormant  "  1978  ).    Il  est  troublant  de  relire  des   extraits  de  ces  différents  livres.  Certains  diront  érudition,  d'autres  diront  –   dans  un  style  british  –  que  tout  skieur  démarre  son  slalom  après  le  passage   de  l'ouvreur.  
  3. 3.   3   Lire  Zemmour  suppose  de  ne  pas  omettre  le  mode  d'emploi,  "  la  théorie  du   texte   comme   une   hyphologie,   de   hyphos   :   toile   d'araignée   "   (   Roland   Barthes  ).   Ainsi,  l'auteur  ose  écrire  "  En  France,  personne  ne  s'intéresse  au  droit  "  (   410)  ce  qui  remplira  d'allégresse  vinaigrée  les  lecteurs  du  Cercle  Les  Echos   qui   sont     souvent   des   praticiens   accomplis   des   matières   juridique   et   judiciaire.   S'en   suit   une   critique   à   boulets   vifs   du   Conseil   constitutionnel   dont   la   teneur   est   fort   voisine   de   "   L'opinion   dissidente   "   de   René   de   Lacharrière   (revue   Pouvoirs,   1980,   n°   13   ).   Lire   Zemmour,   c'est   donc   retrouver  des  idées  déjà  énoncées  ?   Son   analyse   du   monde   politique   est   souvent   très   fondée   :   sur   ce   plan,   Zemmour  est  le  Jean-­‐Claude  Killy  du  décryptage.   Killy,  c'était  les  J.O  de  1968  :  une  date  qui  génère  un  trop-­‐plein  phobique   pour  l'auteur.  Evidemment  quand  une  société  se  met  en  marche,  ses  sujets   deviennent  citoyens  comme  l'a  souvent  dit  le  visionnaire  Antoine  Riboud.     Quand  André  Kaspi  s'étonne  "  que  l'on  multiplie  les  journées  de  repentance   pour  satisfaire  un  groupe  de  victimes  "  (sic),  Eric  Zemmour  énonce  alors  :  "   Après  ces  fortes  paroles,  on  ne  fit  rien.  Les  journées  commémoratives  sont   désormais   un   droit   acquis   au   nom   de   "   la   réconciliation   des   mémoires   ".   Une  belle  antiphrase  "  (  5741).   Et   alors   !   L'unité   d'un   pays   qui   a   parfois   vu   s'opposer   des   franges   de   sa   population  mérite  ces  heures  d'introspection  collective.  Raboter  des  quais   pour   des   trains   trop   larges   nous   coûtera   plus   cher   que   ces   journées   qui   éloignent   l'odeur   des   chairs   meurtries   par   les   sinistres   méandres   de   l'histoire  nationale.   Zemmour   ajoute   :   "   Chacun   rêvait   de   devenir   victime,   et   d'acquérir   la   puissance   –   réelle   et   fantasmée   à   la   fois   –   que   cette   condition   victimaire   avait  apportée  aux  Juifs  "  (  5741).  Le  lecteur  jugera.   Remettant   en   cause   les   travaux   de   Robert   Paxton   qui   "   jugeait   que   l'antisémitisme   d'Etat   de   Vichy   avait   précédé,   favorisé,   décuplé   l'extermination   nazie   "   (1278),   l'auteur   avance   avec   une   détermination   entière,   qu'avec   "   l'appoint   de   Klarsfeld,   la   doxa   paxtonienne   est   indestructible.   Incontestable.   Incontestée.   Pourtant   la   question   subsiste,   lancinante.  ".  En  est-­‐on  si  sûr  ?    Plus  loin  se  tient  une  phrase-­‐clef  :  "  Des   historiens  comme  Robert  Aron  rappelaient  que  la  France  vaincue,  sous  la   botte   allemande,   était   soumise   aux   pressions   permanentes   de   Hitler.   Les   mêmes  expliquaient  le  bilan  ambivalent  de  Vichy  par  la  stratégie  adoptée   par   les   Pétain   et   Laval   face   aux   demandes   allemandes   :   sacrifier   les   Juifs   étrangers  pour  sauver  les  Juifs  français."  (1249).  
  4. 4.   4   Les   pages   qui   suivent   ce   début   de   réinterprétation   de   l'histoire   claquent   pour  dire  ce  que  pense  Eric  Zemmour.  Pour  ma  part,  ma  vie  d'économiste  –   je  n'évoque  donc  pas  des  points  personnels  –  m'a  fait  travailler  des  années   avec   Francis-­‐Louis   Closon,   Compagnon   de   la   Libération,   directeur   des   finances   de   "   La   France   libre   "   à   Londres,   puis   Préfet   à   Lille   en   1944   et   directeur   de   l'INSEE.   Dans   son   livre   "   Le   temps   des   passions   ",   il   y   a   les   réponses  aux  questions  que  se  posent  l'auteur  du  "  Suicide  français  ".  En   Sorbonne,  j'ai  travaillé  pour  et  avec  le  doyen  Henri  Bartoli,  "  Juste  parmi  les   Nations  "  (  1988  )  et  il  m'a  rapporté  la  peur  terrible  des  juifs  de  France  (   Français  ou  non  )  dès  les  lois  antisémites  de  fin  1940.  Même  en  ayant  été   plus  d'une  décennie  commissaire  aux  comptes,  je  ne  sais  pas  compter  entre   les  déportations  de  juifs  étrangers  et  celles  de  juifs  français.  Comme  l'a  si   bien   incarné   le   Cardinal   Lustiger   :   chaque   homme   doit   pouvoir   rester   en   possession  de  sa  condition  d'homme.   Trouver   des   mérites   au   régime   de   Vichy   qui   aurait   su   préserver   les   Juifs   français  du  funeste  destin  des  "  autres  "  est  un  exercice  périlleux.  Il  suffit  de   relire  les  minutes  du  procès  Papon  pour  comprendre  l'inanité  factuelle  de   ces  affirmations  par-­‐delà  leur  caractère  aussi  outrancier  que  choquant.   Lire  Zemmour  c'est  donc  se  méfier  de  l'hyphologie  précitée  qui  précipite  le   lecteur  vers  des  analyses  insoutenables  et  dignes  d'une  salle  de  médecine   légale.   Depuis  le  11  septembre  2001,  le  XXIème  siècle  ne  sera  pas  paisible.  Depuis   l'explosion   des   flux   migratoires,   le   vivre   ensemble   devient   complexe.   Depuis  l'émergence  de  nouveaux  pays,  notre  Europe  est  face  à  un  sérieux   défi  économique.   Alors,   pourquoi   n'escompter   qu'un   "   salaire   de   la   peur   "   quand   l'auteur   aurait  pu  être  un  skieur  de  descente  :  un  homme  de  ligne  droite.  Tel  que   l'était  Stanley  Hoffmann  :  "  Essais  sur  la  France,  déclin  ou  renouveau  ?  "  (   1974  ).   40   ans   après,   sa   question   reste   centrale   :   "   Le   rôle   de   la   France   sera-­‐t-­‐il   autre  chose  qu'une  survivance  ?  "  Nous  y  pensons  tous.  Avec  appréhension   mais  volonté  de  faire.  Ce  faire  où  faillit  Zemmour.   Le  lecteur  ne  sort  pas  indemne  de  ce  pamphlet  qui  a  les  proportions  d'un   essai  mais  ne  sera  pas  le  dictionnaire  de  notre  avenir  collectif.     Après  cette  lecture  d'un  homme  d'exception  qui  voit  notre  nation  suicidée,   je  suis  allé  me  replonger  dans  quelques  feuilles  noircies  par  Aristide  Briand   qui  croyait  aux  valeurs  du  siècle  des  Lumières  et  qui  a  su  œuvrer  pour  la   réconciliation  de  l'humanité.   Octobre  2014.  

×