La santé en Île-de-France
les chiffres clés de la santé
en Île-de-France
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
1
LES CHIFFRES CLÉS DE...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
2
1 SITUATION SOCIO-EC...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
3
1.2 Des indicateurs ...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
4
Précarité, pauvreté ...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
5
2 SITUATION SANITAIR...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
6
Causes des décès :
A...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
7
2.2 Focus : les maux...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
8
Maladies cardiovascu...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
9
Taux de découvertes ...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
10
Obésité des enfants...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
11
principalement dans...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
12
Ratio de
mortalité
...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
13
Risques liés à l’ha...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
14
Transports en Ile-d...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
15
moins de 57
entre 5...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
16
La densité d’omnipr...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
17
moins de 1,25
entre...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
18
3.2 Des modes d’exe...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
19
Les centres de sant...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
20
S’agissant des mont...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
21
200 établissements ...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
22
4 FINANCEMENT PUBLI...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
23
4.2 Dépenses consac...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
24
4.3 Dépenses de soi...
LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE
Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
25
Glossaire, sigles e...
35 rue de la Gare - 75935 Paris Cedex 19
Tél. : 01 44 02 00 00 Fax : 01 44 02 01 04
www.ars.iledefrance.sante.fr
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chiffres clés de la santé en Ile-de-France

2 029 vues

Publié le

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 029
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chiffres clés de la santé en Ile-de-France

  1. 1. La santé en Île-de-France les chiffres clés de la santé en Île-de-France
  2. 2. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011
  3. 3. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 1 LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE L’Ile-de-France est globalement plus riche et plus jeune que les autres régions françaises. En général, ses indicateurs de santé sont aussi meilleurs. Mais la région se caractérise par la présence de populations particulièrement touchées par des difficultés spécifiques : ♦ précarité des ressources économiques et des conditions de travail, temps de transports longs, ♦ difficultés de logement ou insalubrité, exposition au bruit ou à la pollution, vulnérabilités liées à la migration. Tous ces déterminants sociaux ou économiques ont un impact négatif et inégalitaire sur la santé. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE ..................................................................1 1 SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE DE L’ILE-DE-FRANCE..............................................................2 1.1 UNE REGION URBAINE, RICHE ET JEUNE .............................................................................................2 1.2 DES INDICATEURS FORTEMENT CONTRASTES PAR DES INEGALITES SOCIO-ECONOMIQUES ....................3 2 SITUATION SANITAIRE EN ILE-DE-FRANCE...................................................................................5 2.1 ESPERANCE DE VIE ...........................................................................................................................5 2.2 FOCUS : LES MAUX FRANCILIENS .......................................................................................................7 2.3 MALADIES INFECTIEUSES ................................................................................................................10 2.4 DES RISQUES LIES A L’ENVIRONNEMENT...........................................................................................12 3 L’OFFRE DE SANTE ........................................................................................................................15 3.1 DEMOGRAPHIE DES PROFESSIONS DE SANTE : LES GRANDES TENDANCES FRANCILIENNES ................15 3.2 DES MODES D’EXERCICE ALTERNATIFS.............................................................................................18 3.3 L’OFFRE EN PREVENTION ET EN SANTE PUBLIQUE .............................................................................19 4 FINANCEMENT PUBLIC DU SYSTEME DE SANTE DE L’ILE DE FRANCE...................................22 4.1 L’ETAT FINANCIER EN SANTE DE LA REGION ILE-DE-FRANCE ............................................................22 4.2 DEPENSES CONSACREES AUX ETABLISSEMENTS SANITAIRES ............................................................23 4.3 DEPENSES DE SOINS DE VILLE .........................................................................................................24 4.4 FINANCEMENT DU SECTEUR MEDICO-SOCIAL ....................................................................................24 GLOSSAIRE, SIGLES ET ABREVIATIONS.............................................................................................25
  4. 4. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 2 1 SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE DE L’ILE- DE-FRANCE 1.1 Une région urbaine, riche et jeune ♦ 11 746 000 habitants au 1er janvier 2009, soit environ19 % environ de la population française ♦ 15,4‰ naissances en 2007, contre 12,7 en moyenne en France métropolitaine ♦ 28,7% de la richesse nationale alors que la région représente moins de 20% de la population ♦ PIB/habitant (plus de 44 000 €) le plus élevé de toutes les régions. ♦ 800 000 entreprises ♦ l’un des premiers bassins d’emplois européens ♦ surreprésentation des cadres et professions intellectuelles supérieures Agriculteurs,exploitants Artisans,commerçants,chefs d'entreprise Cadres,professions intellectuellessupérieures Professionsintermédiaires Employés Ouvriers Retraités Autres,sansactivité professionnelle Ile-de-France France 1,4 4,6 11 14,6 11,9 17,8 32 6,8 0,1 4,1 21,3 17,4 14,2 12,7 24,4 5,8 0 5 10 15 20 25 30 35 Répartition des ménages selon la CSP de la personne de référence en 2006 (%) Ile-de-France France * CSP : catégorie socio-professionnelle - Source Insee – Recensement de la population 2006
  5. 5. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 3 1.2 Des indicateurs fortement contrastés par des inégalités socio-économiques La structure urbaine francilienne est fortement contrastée du point de vue de l’environnement. La zone centrale fortement urbanisée et densément peuplée s’oppose à la périphérie, où les espaces agricoles et naturels prédominent. Au centre, l’agglomération parisienne regroupe 83% de la population sur 23% du territoire de la région, tandis que le pourcentage d’espaces ruraux atteint plus de 80% en périphérie. La région se caractérise par des inégalités très marquées, au plan économique et social. Ecarts de revenus : Le revenu minimum (avec impôt) des 10 % les plus riches est 7 fois supérieur au revenu maximum des 10 % les plus démunis. Plusieurs indicateurs socio-économiques montrent que les inégalités infrarégionales tendent à augmenter depuis 25 ans, opposant de plus en plus un groupe de territoires aisés composé de Paris, des Hauts-de-Seine et des Yvelines, au reste de la région. Les habitants de Seine-Saint-Denis ont des revenus parmi les plus bas de France1 . 1 L.Auzet et al., “Niveaux de vie et pauvreté en France”, INSEE Première, n°1162, octobre 2007
  6. 6. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 4 Précarité, pauvreté : 653 000 ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté régional (moins de 760 € par mois de revenu par unité de consommation), soit 14 % des ménages franciliens2. En Seine-Saint-Denis, c’est 1 enfant sur 4 qui vit sous le seuil de pauvreté. La région concentre en outre les trois quarts des bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat. Part des bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) dans la population IDF au 31/12/2009. 2 Enquête logement de l’INSEE 2002 Source : Assurance Maladie Traitement : ARS Ile de France
  7. 7. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 5 2 SITUATION SANITAIRE EN ILE-DE-FRANCE 2.1 Espérance de vie On vit en moyenne plus vieux dans la région que dans le reste de la France mais l’espérance de vie est très contrastée d’un département à l’autre. Avec une espérance de vie à la naissance de 79 ans chez les hommes et 84,9 ans chez les femmes en 2007, l’Ile-de-France se caractérise par une durée de vie moyenne supérieure à celle constatée sur l’ensemble du territoire métropolitain (77,5 ans pour les hommes et 84,3 ans pour les femmes). Cependant l’espérance de vie est très inégalitaire. On vit en moyenne deux ans plus vieux dans les Hauts-de-Seine qu’en Seine-Saint-Denis. En 2007, les espérances de vie à la naissance les plus élevées sont observées à Paris, dans les Yvelines et dans les Hauts-de-Seine, tandis que les moins élevées sont observées en Seine-et-Marne, dans le Val-d’Oise et en Seine-Saint-Denis. Dans ces trois derniers départements, l’espérance de vie des femmes est même inférieure à la moyenne nationale. On observe en Ile-de-France une mortalité inférieure à celle de la France. Entre 2005 et 2007, la région enregistre de meilleurs résultats toutes causes de mortalité confondues, pour les deux sexes et à chaque âge de la vie, hormis la petite enfance. 79,1 78,9 77,4 79,9 79,6 79,7 78,4 77,9 84,9 85,0 83,5 85,4 85,5 85,6 84,0 84,1 Hommes IdF : 79,0 ans France métro : 77,5 ans Femmes IdF : 84,9 ans France métro : 84,3 ans Source : Insee – Exploitation ORS Ile-de-France
  8. 8. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 6 Causes des décès : Avec des spécificités régionales, en particulier liées aux pathologies infectieuses qui frappent de façon particulière l’Ile-de-France, le poids des causes de décès varie selon le sexe et l’âge. Mortalité des franciliens pour les principales causes de décès Mortalité des franciliennes pour les principales causes de décès Inégalités face à la mortalité périnatale et infantile : Le taux de mortalité infantile francilien, est aujourd’hui supérieur à la moyenne nationale (3,9 ‰, vs 3,6 ‰ en France métropolitaine) ; le taux de mortalité néonatale (au premier mois de la vie) est de 2,7‰ vivantes, vs 2,3 ‰ en France. Pour ces deux taux, on observe de fortes disparités entre départements ; la Seine-Saint-Denis conjugue les taux les plus élevés pour la mortalité infantile (5,4‰) et néonatale (3,6 ‰), la mortalité des 28 premiers jours dans ce département étant équivalente à la mortalité sur l’ensemble de la première année en France. Principales composantes de la mortalité infantile en 2006-2008 selon les départements (taux pour 1000 naissances vivantes). 0,61 0,87 0,80 0,80 0,93 0,89 0,91 0,92 0,85 0,87 Causes externes cardiopathies ischémiques dont cérébro-vasculaires Cardio-vasculaires poumon colo-rectal dont prostate Tous cancers dont prématurée Mortalité générale ICM 2005-2007 Base 1 France métro 0,80 0,86 0,78 0,81 1,20 0,94 1,06 1,01 0,95 0,92 Causes externes cardiopathies ischémiques dont cérébro-vasculaires Cardio-vasculaires poumon colo-rectal dont sein Tous cancers dont prématurée Mortalité générale ICM2005-2007 Base 1 France métro Source : Insee, Inserm CépiDc – Exploitation ORS Ile-de-France Source : Insee Etat-civil, exploitation FNORS, ORS Ile-de-France, 2010
  9. 9. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 7 2.2 Focus : les maux franciliens Cancers : Globalement, en Ile-de-France comme en France, si l’incidence tous cancers confondus augmente régulièrement depuis 1990, la mortalité recule, grâce aux progrès du dépistage et de la prévention et aux progrès réalisés en matière de prise en charge. Les hommes franciliens sont notamment moins touchés qu’au niveau national, par le cancer du poumon et le cancer colorectal, qui représentent, en France, les deux cancers les plus mortels. Moins mortel mais très répandu, le cancer de la prostate (7 % des décès sur la France entière en 2008) entraîne 11 % de décès de moins en Ile-de-France que sur la France entière. De même, le nombre de cas mortels de cancer du poumon est inférieur de 7 % en Ile-de-France, pour la période 2005-2007, à celui constaté sur l’ensemble de la métropole. Il est de 11 % inférieur pour le cancer colorectal. La situation des Franciliennes face au cancer est moins favorable que celle des hommes : l’incidence des cancers féminins tend à augmenter dans la région depuis 1990. Surtout, l’Ile-de-France se caractérise par une surmortalité des femmes par cancer. La mortalité par cancer des femmes franciliennes est supérieure à la moyenne nationale, essentiellement liée à une forte surmortalité par cancer du poumon (écart de 20 % par rapport à la moyenne nationale), et, dans une moindre mesure, par cancer du sein (écart de 6 %). La mortalité féminine par cancer est supérieure à la moyenne métropolitaine dans plusieurs départements franciliens (77, 93, 95). Niveau de mortalité tous cancers chez les femmes, par rapport à la moyenne régionale et sur la période 2004-2007
  10. 10. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 8 Maladies cardiovasculaires : L’Ile-de-France se distingue par une sous-mortalité par maladies cardiovasculaires pour les deux sexes : 145,1 décès pour 100 000 hommes et 84,8 pour 100 000 femmes contre, respectivement, 177 et 103,1 au niveau de la métropole en 2005-2007. Cette situation régionale présente néanmoins de forts déséquilibres entre départements. Si Paris, le Val- de-Marne et les Hauts-de-Seine affichent, tous sexes confondus, un niveau de mortalité par maladies cérébro-vasculaires très inférieur à la moyenne régionale, le Val-d’Oise, la Seine-Saint-Denis, la Seine- et-Marne et l’Essonne connaissent une situation de surmortalité très significative. Niveau de mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires : L’Ile-de-France est la région métropolitaine la plus touchée par le VIH/sida L’Ile-de-France concentre près de la moitié des nouveaux diagnostics de séropositivité enregistrés chaque année en métropole. Le nombre annuel de découvertes de séropositivité rapporté à la population y est 2,6 fois supérieur à celui observé sur la métropole (en 2008, 26,5 pour 100 000 habitants contre 10,3). L’épidémie touche de façon inégale la région : le nombre de nouveaux diagnostics de séropositivité pour 100 000 habitants varie, en 2008, entre 8,0 dans les Yvelines et 58,8 à Paris. La Seine-Saint-Denis est le deuxième département le plus affecté (35,3).
  11. 11. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 9 Taux de découvertes de séropositivité en Ile-de-France en 2008 pour 100 000 habitants Sources : InVS, Insee. Exploitation ORS. Sexualité : une prise de risque précoce La région présente certaines spécificités s’agissant notamment des comportements sexuels des adolescents : chez les filles, l’utilisation du préservatif est significativement moins élevée (18 % d’entre elles n’ont pas utilisé de préservatif au premier rapport, contre 10 % des filles résidant en province). En Ile-de-France, 7 % des Franciliennes de 15-17 ans sexuellement actives ont eu recours au moins une fois à une interruption volontaire de grossesse. Elles recourent davantage à la contraception d’urgence et au dépistage VIH que les jeunes filles de province, ce qui indique davantage de prises de risques sexuels en Ile-de-France3 . Santé mentale : les jeunes fragilisés La région francilienne diffère de la province par un risque plus élevé de tentatives de suicide : la proportion de jeunes filles déclarant avoir fait une tentative de suicide a fortement augmenté et est passée de 6 % à 8 % entre 1997 et 2005 en Ile-de-France4 . 3 ORS, « Jeunes en Ile-de-France », mars 2007 4 ORS, « La mortalité des jeunes de 10 à 29 ans en Ile-de-France », 2000 58,8 12,1 8 17,9 35,3 21,7 26,5 10,3 0 10 20 30 40 50 60 75 Paris 77 Seine-et- Marne 78 Yvelines 91 Essonne 92 Hauts-de- Seine 93 Seine-Saint- Denis 94 Val-de-Marne 95 Val-d'Oise IdF France
  12. 12. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 10 Obésité des enfants : Si le nombre d’enfants obèses ou en surpoids en grande section de maternelle a baissé sur les périodes considérées, il n’en reste pas moins que ce nombre est significativement plus élevé en Ile-de-France qu’en France. Ce constat se vérifie en CM2. Une étude récente de l'ORS et de la Mairie de Paris (2009) ne permet pas d'affirmer que la prévalence de l'excès de poids est en réelle diminution. Cette étude souligne par ailleurs des disparités infra régionales importantes. Si les enfants de Paris se caractérisent par une prévalence d'excès de poids moindre que ceux de la région Ile de France et de la France (3,3% d'enfants en grande section de maternelle en surpoids ou obèses en moins par rapport à la moyenne régionale et 1,7% en moins par rapport à la moyenne nationale), l'étude met en évidence de fortes disparités entre quartiers prioritaires (défavorisés) et quartiers non prioritaires. Le taux d'obésité infantile est 2 fois supérieur dans les quartiers prioritaires (5,5% des enfants en CE2) que dans les autres quartiers (2,7% des enfants en CE2)." 2.3 Maladies infectieuses Rougeole : La recrudescence de la maladie est observée en France depuis 2008 : 1525 cas déclarés en 2009 et plus de 5000 en 2010, alors qu'environ 40 cas par an étaient déclarés jusqu'en 2007. Pour l’Ile-de- France, le nombre de cas déclarés de rougeole est passé de 13 en 2006 à 773 en 2010. L’épidémie de rougeole est alarmante. Alors qu’en 2006 et 2007, une quarantaine de cas annuels de rougeole était déclarée en France, on a assisté en 2008 à l’apparition de flambées épidémiques … et en CM2 Source : DREES, cycle triennal en santé scolaire en grande section de maternelle et en CM2 Surpoids 3,6% 3,8% 4,1% 3,7% 15,7% 15,8% 15,8% 16,0% 2001-2002 2004-2005 2001-2002 2004-2005 Ile-de-France France Obésité 4,7% 3,7% 3,4% 3,1% 11,3% 9,9% 11,0% 9,0% 1999-2000 2005-2006 1999-2000 2005-2006 Ile-de-France France Proportions d’enfants atteints en grande section de maternelle…
  13. 13. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 11 principalement dans des écoles ou camps de vacances, où des enfants étaient incomplètement vaccinés. Cette épidémie s’est ensuite étendue et intensifiée. Il en est de même, en Ile-de-France, où le nombre de cas annuels déclarés de rougeole est en nette progression : 13 cas en 2006, 35 en 2008, 162 en 2009 et 773 en 2010. Les données récentes montrent une épidémie encore en augmentation cette année : 471 cas sont déclarés pour les 3 premiers mois de 2011. Les professionnels de santé ont un rôle primordial dans l’arrêt de la progression de la rougeole : la seule façon d’interrompre l’épidémie repose sur la vaccination des personnes âgées de 1 à 31 ans en s’assurant qu’elles ont bien reçu au total deux doses de vaccin trivalent (ROR). Epidémie de rougeole en Ile-de-France Tuberculose : La région recense 35 % du total des cas déclarés en France. La tuberculose reste un sujet de préoccupation. En effet, avec 15,8 cas de tuberculose avec symptômes pour 100 000 habitants et par an alors que la moyenne nationale est de 8,2 cas pour 100 000 habitants, l’Ile-de-France fait partie des régions à plus forte incidence et la vaccination par le BCG y est fortement recommandée. Ces chiffres s’expliquent en partie par une forte représentation dans la région des populations les plus à risque de tuberculose : personnes originaires de pays où l’endémie tuberculeuse est importante et personnes en situation de précarité économique et sociale. 13 35 162 773 471 0 100 200 300 400 500 600 700 800 2006 2008 2009 2010 1er trimestre 2011 Source : Inpes
  14. 14. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 12 Ratio de mortalité 1,2 - 2,0 2,1 - 2,5 2,6 - 3,3 Limites agglomération Paris 2.4 Des risques liés à l’environnement Des particularités propres à la région en matière de pollution, de températures et de bruit : Airparif recense ainsi jusqu’à 4 millions de personnes qui, à Paris et en proche couronne, sont exposées à des niveaux de dioxyde d’azote supérieurs à la valeur limite. Les températures extrêmes sont une des conséquences de l’hyper-concentration urbaine. La canicule de l’été 2003 a durement frappé la région et la mortalité des personnes âgées a atteint un pic suffisamment significatif pour laisser une trace durable dans la pyramide des âges régionale. Cette mortalité apparaît comme la résultante de l’accumulation de chaleur dans des ilots spécifiques couplée avec des caractéristiques socio-économiques défavorables. Canicule de l’été 2003 Le bruit est cité comme la première nuisance environnementale par les Franciliens. Ses effets sur la santé sont suffisamment connus pour mettre au premier plan la lutte contre cette nuisance. L’Ile-de- France est la première région à s’être dotée d’un observatoire du bruit (Bruitparif) et avoir développé des études autour des plateformes aéroportuaires. Sources : AirParif, 2009
  15. 15. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 13 Risques liés à l’habitat insalubre : L’Ile-de-France se caractérise par une problématique spécifique liée à l’insalubrité des logements ou à leur caractère indigne. Cela représente 5 % des résidences privées, soit 200 000 logements potentiellement indignes5 . Les trois quarts d’entre eux sont concentrés dans les zones urbaines centrales et concernent particulièrement les populations en situation de précarité économique. En 2008, 705 arrêtés d’insalubrité ont été pris en Ile-de-France, et près de 3 000 arrêtés plus anciens sont encore en cours. Les cas de saturnisme (intoxication au plomb), d’intoxications au monoxyde de carbone (utilisation de chaudières ou de chauffages d’appoints défectueux) ou de la tuberculose sont en outre favorisés par la sur-occupation des logements. Le taux de sur-occupation en Ile-de-France s’établit à 19% contre 11 % en moyenne nationale. Le saturnisme infantile frappe prioritairement Paris et la Seine-Saint-Denis qui comptent le plus grand parc de logements anciens et dégradés où subsiste encore une proportion importante de peinture au plomb : Présence d’amiante : Pour les professionnels du bâtiment mais également pour la population générale, l'exposition à l'amiante constitue un risque avéré. Ainsi il est estimé qu'en 2003, sur l'Ile-de-France, environ 460 cas de cancers étaient dûs à l'amiante (400 cancers du poumon et 60 mésothéliomes). 5 IAU, Le logement : Un champ d’étude et d’action pour Paris Métropole, juin 2010 85 30 99 16 1 4 0 11 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Répartitiondesnouveaux cas de saturnisme chez les jeunes de moins de 18 ans en Ile-de-France en 2006 Proche couronne Grandecouronne 75 92 93 94 77 78 91 95 Nombredenouveauxcasdesaturnisme Source: InVS – Systèmenationalde surveillance(mis à jour: mai2009)
  16. 16. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 14 Transports en Ile-de-France : Les salariés franciliens ont un temps de trajet domicile-travail généralement plus important que dans les autres régions. Les aléas des transports en commun ont des effets sur la santé, la vie professionnelle et privée de ces salariés. Un temps de trajet moyen domicile-travail aller-retour évalué à 2 heures en moyenne6 : Des conditions de trajets difficiles : Les trajets domicile-travail sont source de désagréments pour 60 % des Franciliens interrogés 6 Enquête de l’Observatoire Régional de Santé au Travail d’Ile-de-France (ORSTIF) réalisée d’octobre à décembre 2009
  17. 17. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 15 moins de 57 entre 57 et 64,8 entre 64,8 et 87,3 entre 87,3 et 106 plus de 106 Densité d’omnipraticiens pour 100 000 habitants 3 L’OFFRE DE SANTE 3.1 Démographie des professions de santé : les grandes tendances franciliennes 7 La densité médicale moyenne place actuellement l’Ile-de-France au deuxième rang des régions les mieux dotées, derrière la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec, 47 054 médecins, la densité moyenne est de 405 médecins pour 100 000 habitants, loin devant la densité moyenne nationale qui est de 336. La caractéristique francilienne est de compter une proportion de médecins spécialistes plus importante (57,21 %) qu’au plan national (51,25 %). C’est sur la médecine générale, spécialité centrale pour l’offre de soins de premier recours, que se concentrent dans notre région les plus grandes difficultés. 7 Pour une information plus détaillée, voir ARS, « Eléments de diagnostic de l’offre de santé en Ile-de-France », 30/03/11, sur http://www.sante- iledefrance.fr/ Sources : FNPS 2010 – INSEE 2008
  18. 18. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 16 La densité d’omnipraticiens libéraux francilienne est plus faible que la moyenne nationale (87 pour 100 000 habitants contre 99). Sur les 24 336 médecins généralistes franciliens inscrits à l’Ordre de médecins au 1er janvier 2009, dont environ 18 000 médecins en activité régulière, seuls 10 000 environ ont un exercice régulier libéral en cabinet (57 %), et 19 % exercent en centres de santé, alors que 18 % choisissent des exercices particuliers, avec pour conséquence une offre de médecine générale en premier recours assurée pour la région par environ 8 000 professionnels actifs hors médecines à exercice particulier, soit une offre bien moindre qu’en province. La profession infirmière présente une densité deux fois plus faible que le niveau national : 82 930 infirmiers en exercice dont 78 % dans le secteur hospitalier. Avec moins de 40 infirmiers libéraux pour 100 000 habitants ; ce mode d’exercice représente 8,7 % des professionnels infirmiers, contre 15 % au plan national. La région compte l’une des plus fortes densités de chirurgiens-dentistes (60 pour 100 000 habitants contre 54,6 en France) et ce malgré une diminution des effectifs (-6,6 % en Ile-de-France entre 2009 et 2 000 versus -2,1 % en France). Mode d'exercice des médecins généralistes franciliens (2009) exercice libéral en cabinet exercice en centre de santé exercices particuliers non précisé
  19. 19. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 17 moins de 1,25 entre 1,25 et 1,50 entre 1,50 et 1,75 entre 1,75 et 2 plus de 2 Densité d’officines pour 5 000 habitants Sources : FNPS 2009 – INSEE 2008 Le recours aux officines est fragilisé : on note des disparités entre, d'une part, Paris, qui connaît une forte concentration d'officines et, d'autre part, les marges rurales de la région telles que l’Essonne Sud et la Seine-et-Marne ainsi que les zones urbaines sensibles. Par ailleurs, cette concentration de l’offre engendre également des faiblesses financières qui se traduisent dans les chiffres de fermetures d’officines en Ile-de-France. Au sein de la région, la répartition de la ressource médicale est caractérisée par une très forte disparité entre territoires. Tous modes d’exercice confondus, la densité varie de 231 médecins pour 100 000 habitants en Seine- et-Marne, à 849 à Paris. La répartition des professionnels paramédicaux épouse le plus souvent la répartition des médecins et fait, là encore, de certains départements des territoires moins bien desservis que ceux de province. La densité régionale en spécialistes cache de fortes disparités entre territoires. Conséquence de la très forte concentration de l’offre dans le centre de la région, plus de 71 % des communes franciliennes ne recensaient aucun médecin spécialiste en 2010. Ainsi, si, à Paris, les deux tiers des médecins libéraux sont des spécialistes, cette proportion tombe à moins de la moitié en Seine-et-Marne.
  20. 20. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 18 3.2 Des modes d’exercice alternatifs Coordination des soins : l’expérience des réseaux Avec plus de 90 réseaux de santé, l’Ile-de-France est la région qui compte le plus grand nombre d’organisations de ce type en France. Le tiers des réseaux financés sur la région est concentré sur Paris et les Yvelines. Les réseaux de santé mènent des actions en faveur de la qualité des prises en charge : coordination des parcours de soins, maintien à domicile, gestion des urgences, entrées et sorties d’hospitalisation, liens avec les services sociaux, etc. et en matière d’éducation pour la santé. Maisons de santé pluri-professionnelles et pôles de santé : En Ile-de-France, il semble que ce mode d’exercice se diffuse peu : 12 dossiers ont été déposés dans l’appel à projets 2010. Les maisons de santé sont des lieux de regroupement de professionnels de santé exerçant, en interdisciplinarité, sur un territoire constituant un bassin de vie. 75 92 93 94 95 91 78 77 MSP de Pamfou MSP de Paris 19ème Pôle Santé Saint-Exupéry Grigny MSP de Créteil Pour un projet de santé aux Mureaux Cabinet Médical Val-de-France Villiers-le-Bel MSP de Saint-Denis MSP d'Evry MSP d'Othis MSP de Bagneux MSP de Champeaux MSP de Fleury Mérogis MSP de Drancy MSP de Chanteloup-les-Vignes MSP de Saint-Mard MSP de La Ferté-sous-Jouarrre MSP de la Courneuve MSP de Charonne Paris 11ème MSP de Forges-les-Bains MSP de Garges-lès-Gonesse MSP de Brie-Comte-Robert MSP de Mesnil-le-Roi MSP de Couvray MSP de l'Ourcq et du Clignon Crouy-sur-Ourcq Pôle de Santé Universitaire Pluridsciplinaire et Pluri-professionnel de Coulommiers MSP du Genji Provins MSP des Tarterêts Corbeil-Essonnes MSP de Saint-Chéron Maisons et Pôles de Santé Pluridisciplinaires Projets financés et/ou accompagnés par l'Agence Régionale de Santé d'Ile-de-France Situation au 1er janvier 2011 Zone urbaine (*) Plan MSP rurales- Circulaire du 27/07/2010. Appel à projets novembre 2010: Ouverture prévue fin 2011 (**) Ouverture prévue fin 2011 MSP en fonctionnement financée FIQCS MSP en fonctionnement financée FIQCS+Etat * MSP en projet financée FIQCS ** MSP en projet non financée FIQCS à ce jour
  21. 21. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 19 Les centres de santé sont fortement implantés en Ile-de-France : La région compte 300 centres actifs au 1er janvier 2010, salariant plus de 9 000 professionnels, 91 centres médicaux exclusifs, 51 centres dentaires exclusifs, 133 centres polyvalents (dentaire + médical) et 22 centres de soins infirmiers. Les centres de santé se concentrent en quasi totalité à Paris, dans la petite couronne et dans des chefs lieux de département, laissant de côté des secteurs entiers urbanisés depuis 1960, surtout en périphérie, où des populations en difficulté sont pourtant mal dotées en offre de soins libérale. 3.3 L’offre en prévention et en santé publique Le bilan des actions conduites révèle l’importante proportion de projets portés par des petites structures, avec, en 2010, 603 promoteurs d’actions de promotion et de prévention de la santé soutenus par l’Agence pour près de 1 000 projets présentés. L’offre de prévention et de promotion de la santé de 2010 est déclinée en 30 objectifs spécifiques et 2 axes transverses (Education Pour la Santé et Programmes Etudes et Statistiques) issus du Plan Régional de Santé Publique 2006-2010. Source : DRASSIF - mars 2009
  22. 22. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 20 S’agissant des montants de subventions attribués, l’offre de prévention est fortement centrée sur les trois thématiques suivantes : ♦ VIH/Sida, Hépatite C et autres infections sexuellement transmissibles (25.2%) ♦ Tuberculose (16.7%) ♦ Cancer (13%) S’agissant en revanche du nombre d’actions développées, les 5 thématiques suivantes sont particulièrement représentées: ♦ Santé des personnes vulnérables (19,6%) ♦ VIH/Sida, VHC et IST (14.9%) ♦ Santé mentale (11.8%) ♦ Addictions (11.8%) ♦ Nutrition (11.7%) L’offre des établissements de santé : L’offre de soins en médecine, chirurgie et obstétrique est globalement au plus près de la population, le temps médian pour accéder à cette offre y étant de 15 minutes alors qu’elle est de plus de 20 minutes dans la quasi-totalité des autres régions françaises8 . L’Ile-de-France compte : ♦ 97 sites d’accueil des urgences ♦ 107 centres périnatals ♦ 330 structures traitant de la psychiatrie ♦ 420 établissements de santé : - 70 établissements publics - 150 établissements privés à but non lucratif - 180 établissements privés commerciaux 8 F.Evain, « A quelle distance de chez soin se fait-on hospitaliser ? », DREES, Etudes et résultats, n°754, février 2011 5 principales thématiques d'actions développées en prévention (2010) Santé des personnes vulnérables VIH et IST Santé mentale Addictions Nutrition Actions diverses
  23. 23. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 21 200 établissements proposent des activités de chirurgie et 230 en médecine, 240 établissements proposent des soins de suite et de réadaptation une centaine d'établissements sont autorisés à la pratique de médecine d'urgence, une centaine de structures se répartissent à la pratique des activités de gynécologie-obstétrique, et la région compte 80 unités de réanimation. L’offre médico-sociale : Malgré une offre médico-sociale importante et variée l’Ile-de-France paraît sous-dotée comparée à d’autres régions. Prise en charge des personnes âgées La part des Franciliens de 75 ans et plus devrait augmenter et passer de 6,1 % de la population totale en 2005 à 7,3 % en 2020. On compte actuellement dans la région : ♦ 56 450 places en EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) ♦ 644 EHPAD ♦ 440 EHPA (établissement d’Hébergement pour Personnes Agées) ♦ 231 unités Alzheimer Ces équipements, inégalement répartis sur le territoire régional, font l’objet d’une politique volontariste pour la création de places notamment en Seine-Saint-Denis et à Paris mais elle se heurte à de fortes contraintes immobilières. Prise en charge des personnes handicapées Le taux d’équipement en places pour enfants handicapés au 31 décembre 2010 est de 7 places pour 1 000 jeunes de moins de 20 ans, par rapport à la moyenne nationale qui est de 8 places. Les 21 200 places offertes se répartissent entre des établissements de type IME ( institut médico-éducatif) et Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (ITEP) et des services à domicile : Services d’Education Spéciale et de Soins A Domicile (SESSAD, 6 818 places). Les structures telles que les Centre d’Accueil Médico-Social Précoce (CAMSP) et Centre Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP) ne sont pas comptabilisées dans ce bilan, le nombre de places n’étant pas significatif et l’offre devant s’évaluer en nombre d’enfants suivis. Pour les adultes handicapés, les Maisons d’Accueil Spécialisé (MAS) accueillent les personnes nécessitant des soins constants sur 3 299 places (soit un taux de 0,51 pour 1 000 habitants, versus 0,64 pour la moyenne nationale). Les foyers d’accueil médicalisés offrent 2 507 places à des personnes très dépendantes. Le travail protégé repose sur 16 406 places en Etablissements d’Aide par le Travail (ESAT), soit un taux de 2,53 places pour 1 000 habitants, versus 3,28 pour la moyenne nationale. Les Services d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH) dont les créations sont récentes, totalisent 1 177 places sur la région.
  24. 24. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 22 4 FINANCEMENT PUBLIC DU SYSTEME DE SANTE DE L’ILE DE FRANCE9 4.1 L’Etat financier en Santé de la Région Ile-de-France Les montants présentés portent sur le financement des acteurs de santé par l’Assurance Maladie et l’Etat. Ils ne prennent pas en compte l’ensemble des dépenses de santé, dont la part de financement qui reste à la charge des usagers. En comparant la situation de la région à celle de la France et de trois autres régions aux profils variés (Rhône Alpes, Picardie et Languedoc Roussillon), on observe que l’Ile-de-France représente 18,2% de la dépense nationale. La dépense de l’Ile-de-France représente 18,2 % de la dépense nationale : Réalisé 2009 (M€) ILE-DE-FRANCE France Part de la région dans la ligne de dépenses nationale DEPENSES DE SANTE PUBLIQUE (Crédits Etat et fonds prévention assurance maladie) 97,88 588,47 16,6% REMBOURSEMENTS DE SOINS DE VILLE 11 764,18 71 309,42 16,5% REMBOURSEMENTS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE 13 718,99 69 296,88 19,8% VERSEMENTS DES ETBS ET SERVICES MEDICO-SOCIAUX 2 372,37 17 723,29 13,4% AUTRES PRESTATIONS 1 553,07 9 092,09 17,1% AUTRES DEPENSES DE SANTE 1 428,50 2 196,15 65,0% TOTAL 30 934,98 170 206,29 18,2% 9 Les données sont issues en grande partie d’un outil, encore en phase de test, développé au niveau national avec la contribution des détenteurs de données. Les conventions de description des dépenses sont issues d’un travail entre le ministère de la santé, les régimes d’assurance maladie et les agences (CNSA, ATIH). Il s’agit d’états statistiques qui permettent de cibler les grandes caractéristiques de l’Ile de France en matière de dépenses publiques. Ils seront complétés d’analyses plus fines issues des systèmes d’information de l’assurance maladie ou des agences. L’état présenté dans cette note n’inclut pas les financements alloués par le Conseil Régional et les Conseils Généraux ou encore les communes sur lesquels les données ne sont pas disponibles.
  25. 25. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 23 4.2 Dépenses consacrées aux établissements sanitaires La part hospitalière est plus importante dans la région francilienne que dans d’autres régions. En ce qui concerne les établissements de santé on constate le poids de l’hospitalisation de court séjour, probablement dû à l’attractivité de la région. La répartition des dépenses entre hospitalisation privée et hospitalisation publique est proche de la répartition nationale, au contraire d’une autre région témoin. 41,9% 38,0% 40,7% 44,3% 10,4% 7,7% 5,3% 5,0% 4,6% 1,3% 0,35% 0,32% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 120% France ILE-DE- FRANCE DEPENSES DE SANTE PUBLIQUE (Crédits Etat et fonds prévention assurance maladie) AUTRES DEPENSES DE SANTE AUTRES PRESTATIONS VERSEMENTS DES ETBS ET SERVICES MEDICO-SOCIAUX REMBOURSEMENTS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE REMBOURSEMENTS DE SOINS DE VILLE POSTES Prestations en Etablissements de Santé 30,2% 33,2% 4,2% 5,0% 5,1% 5,2%0,7% 0,7% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% 35,0% 40,0% 45,0% 50,0% National ILE-DE-FRANCE Activité de SLD Activité de PSY Activité de SSR Activité de MCO
  26. 26. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 24 4.3 Dépenses de soins de ville L’étude des dépenses de soins de ville fait apparaître l’importance des médicaments dans la dépense régionale : au total, plus de 10% sont consacrés au financement direct des médicaments. 4.4 Financement du secteur médico-social L’analyse de la structure de financement des établissements médicaux sociaux montre que globalement la région consacre une part moindre des financements aux établissements médico-sociaux et en particuliers pour ceux accueillant des personnes âgées. POSTES DES SOINS DE VILLE 10,6% 9,7% 4,5% 2,9% 1,9% 1,9% 1,8% 1,2% 11,7% 10,9% 2,5% 2,0% 7,5% 0,3% 0,6% 1,2% 6,9% 1,5% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% 35,0% 40,0% 45,0% 50,0% National ILE-DE-FRANCE Autres remboursements de soins de ville Fonds d'intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS) Centres de santé Indemnités journalières Dispositifs médicaux (LPP) Médicaments Transports de malades Biologie médicale Honoraires paramédicaux Honoraires privés Versements Etablissements Médico-Sociaux 4,3% 2,7% 4,6% 3,9% 0,2% 1,1% 0,0% 2,0% 4,0% 6,0% 8,0% 10,0% 12,0% National ILE-DE-FRANCE Etablissements et Services d'Aide par le Travail Etablissements et services pour personnes handicapées Etablissements et services pour personnes âgées
  27. 27. LES CHIFFRES CLÉS DE LA SANTÉ EN ILE-DE-FRANCE Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France – Mai 2011 25 Glossaire, sigles et abréviations Mortalité- Morbidité La mortalité, ou taux de mortalité, est le nombre de décès annuels rapportés au nombre d'habitants d’un territoire donné. Elle se distingue du taux de morbidité, qui est le nombre de malades annuels rapporté à la population, et du taux de létalité, qui est le nombre de décès rapporté au nombre de malades. ♦ PIB : produit intérieur brut ♦ CSP : catégorie socio-professionnelle ♦ INSEE : institut national de la statistique et des études économiques ♦ IDF : Ile-de-France ♦ ARS : agence régionale de santé ♦ CMU : couverture maladie universelle complémentaire ♦ ORS : observatoire régional de la santé ♦ INSERM : institut national de la santé et de la recherche médicale ♦ FNORS : fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ♦ InVS : institut de veille sanitaire ♦ VIH : virus de l'immunodéficience humaine ♦ CM2 : cours moyen 2e année ♦ DREES : direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques ♦ CE2 : cours élémentaire 2e année ♦ ROR : répertoire opérationnel des ressources ♦ INPES : institut national de prévention et d'éducation pour la santé ♦ BCG : (vaccin de) bilié de Calmette et Guérin ♦ ORSTIF : observatoire régional de la santé au travail d'Ile-de-France ♦ FNPS : fichier national des professionnels de santé ♦ FIQCS : fonds d'intervention pour la qualité et la coordination des soins ♦ DRASSIF : direction régionale des affaires sanitaires et sociales d’Ile-de-France ♦ VHC : virus de l'hépatite C ♦ IST : infections sexuellement transmissibles ♦ EHPAD : établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ♦ EHPA : établissements d’hébergement pour personnes âgées ♦ ITEP : instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques ♦ IME : institut médico-éducatif ♦ SESSAD : service d'éducation spécialisée et de soins à domicile ♦ CAMSP : centre d’accueil médico-social précoce ♦ CMPP : centre médico-psycho-pédagogique ♦ MAS : maison d’accueil spécialisée ♦ ESAT : établissements et services d’aide par le travail ♦ SAMSAH : services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés ♦ CNSA : caisse nationale de solidarité pour l'autonomie ♦ ATIH : agence technique de l'information sur l'hospitalisation ♦ MCO : médecine, chirurgie, obstétrique ♦ SLD : soins de longue durée ♦ PSY : psychiatrie ♦ SSR : soins de suite et de réadaptation ♦ LPP : liste des produits et prestations ( soins de ville)
  28. 28. 35 rue de la Gare - 75935 Paris Cedex 19 Tél. : 01 44 02 00 00 Fax : 01 44 02 01 04 www.ars.iledefrance.sante.fr

×