Ad6 Review!Du 17 Décembre 2012 :    « Guerre des brevets, frein ou levier à l’innovation ?»« S’inspirer » des technologies...
Américaine. La notion d’inspiration, en effet Apple la société révolutionnaire, reconnait s’être« Inspiré » par le design ...
Cependant depuis l’affaire du brevetage des rectangles aux coins arrondis (CF : Affaire Apple-Samsung), il y a une remise ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ad6 Review - Guerre des brevets - 17 décembre 2012

233 vues

Publié le

« S’inspirer » des technologies d’un produit pour l’améliorer en innovant sur ses fonctionnalités ou créer de nouvelles innovations totalement différentes du produit de base ? Dans tous les cas, l’innovation est bien présente, cependant nous pouvons constater que sur un secteur habitué à innover sur les technologies existantes, ces dernières années la tendance s’est inversée. Popularisée par les attaques en justice de la part d’Apple ces dernières années,...

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
233
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ad6 Review - Guerre des brevets - 17 décembre 2012

  1. 1. Ad6 Review!Du 17 Décembre 2012 : « Guerre des brevets, frein ou levier à l’innovation ?»« S’inspirer » des technologies d’un produit pour l’améliorer en innovant sur ses fonctionnalitésou créer de nouvelles innovations totalement différentes du produit de base ?Dans tous les cas, l’innovation est bien présente, cependant nous pouvons constater que sur unsecteur habitué à innover sur les technologies existantes, ces dernières années la tendance s’estinversée. Popularisée par les attaques en justice de la part d’Apple ces dernières années, laguerre des brevets a instauré de nouvelles règles sur le marché où le poste juridique est devenuclé à même titre ou au détriment de l’innovation diront certains, au sein des entreprises.Effectivement, les sociétés d’hier ont pu bénéficier d’innovations du même secteur pour devenirles sociétés d’aujourd’hui. A l’instar d’Apple qui en 1984 dévoile un ordinateur révolutionnairenommé Lisa, premier ordinateur doté à l’époque d’une souris, cette dernière, inventée dans leslaboratoires de Xerox mais jamais réclamée par cette dernière. Tout comme Windows qui s’estinspiré de l’interface graphique d’Apple.Cependant ces dernières années, la guerre des brevets mis au grand jour en partie par la sociétéde Cupertino, a remis en cause cette pratique du secteur alors qu’elle-même a pu en bénéficierpour ses blockbusters. Une nouvelle notion naît lors du procès Apple/Samsung grâce à la firme
  2. 2. Américaine. La notion d’inspiration, en effet Apple la société révolutionnaire, reconnait s’être« Inspiré » par le design de de Sony, « Cela brise en effet un peu le principe de« Révolutionnaire, innovante » d’Apple qui finalement n’est qu’une entreprise comme une autrequi s’inspire elle aussi du design de ses concurrents », estime l’analyste Rob Enderle. On peutdonc parler « d’évolution » plutôt que révolution. Du coté de chez Sony il est commenté : « C’estun fait connu que Steve Jobs s’est beaucoup inspiré de Sony dans beaucoup de domaines etnotamment le design », souligne un responsable de constructeur nippon qui préfère garderl’anonymat. A cela on peut ajouter la tablette tactile faisant une apparition dans le film del’Odyssée de l’Espace en 1968, ou encore on peut rappeler Adam Bogue en 2003, ancienchercheur chez Mitsubishi présentait la Diamond Touch, table tactile permettant de zoomer avecdeux points de contact à des cadres d’Apple.Puis de brevets « techniques » les sociétés répondent par des brevets « Esthétiques » à l’instard’Apple cet été, avec le rebond lors d’un scroll ou le rectangle à coins arrondis, ou par des brevets« pratique » à l’instar de Samsung avec des fonctions basiques comme attacher une photo dansun email, sélectionner plusieurs images et jouer de la musique en tâche de fond en utilisant uneautre app.Amazon et Microsoft ne sont pas d’en reste, respectivement chacun ont brevetés respectivementla capacité d’effectuer par simple clic de souris des paiements en ligne et un brevet concernant lafonction double clic pour l’ouverture d’application, on peut imaginer la portée de ces derniers encas d’attaque en justice des autres site e-commerce, plateformes de paiement en ligne, le doubleclic sur les autres OS…… Ce qui n’empêche en rien l’éditeur de Windows, sans passer par lestribunaux de trouver des accords de licence globale ce qui entend le paiement de royalties pourtout terminal vendu comprenant une technologie breveté Microsoft. (Par exemple, environ 10$par terminal comprenant un port SD)Les sociétés possédant des brevets techniques à l’image de Samsung possédant des brevets surla 3G, LTE ou Motorola qui possède des brevets sur l’échange de données wifi, codec video… nese voient guère aidés dans leurs plaintes ou leur défense car soit leurs brevets relèvent du FRAND(Fair, Reasonable, and Non-Discriminatory), soit les juges estiment que ces derniers devraientêtre soumis à cette dernière.Sur le secteur High Tech usuellement « friendly », les brevets ont évolué passant d’un titre depropriété à un moyen d’attaquer les concurrents ou de se défendre de ces derniers. Les guerresjuridiques étant devenues part entière de la stratégie d’entreprise, tout est breveté pourcommercialiser ou évincer un concurrent. Cette stratégie offensive consistant à mettre des bâtonsdans les roues des concurrents est appelé le « Patent troll ».
  3. 3. Cependant depuis l’affaire du brevetage des rectangles aux coins arrondis (CF : Affaire Apple-Samsung), il y a une remise en cause de la réglementation, du cadre et de la mise en applicationdes brevets.En effet les acteurs du marché comme Google qui cette année a racheté Motorola Mobility et ses17 000 brevets pour 8,7 milliards d’euros. Acquisition commentée par Eric Schmidt, président duconseil d’administration de Google : « Nous l’avons fait pas uniquement pour les brevets.Motorola dispose de produits fantastiques ». Cependant bien que Google par le biais de sa filialeMotorola a crée le prototype de la Google Eye, la gamme Nexus sortie récemment assemblée parLG, Asus, Samsung, les nombreux procès Motorola-Microsoft, Motorola-Apple… on peut dire àl’heure actuelle que le bénéfice de l’acquisition pour Google est vraiment sur le portefeuille debrevets.Ce genre d’acquisition étant vouée à croître a des prix conséquent, le secteur est témoins del’apparition de spéculateurs, n’ayant rien à voir au High Tech mais qui font l’acquisition desociétés possédant un portefeuille de brevets technologique afin de les vendre au prix fort.Au final on ne peut pas vraiment parler actuellement d’un frein ou levier à l’innovation maisplutôt d’une transformation, évolution d’un secteur qui 30 ans plus tôt débutait avec des petitesstructures friendly pour devenir aujourd’hui un secteur ultra concurrentiel comprenant des géantsqui ne veulent pas perdre leurs acquis. Alors qu’à l’époque le secteur était habitué à « s’inspirer »des technologies des autres comme l’invention de Xerox qui créa le bureau virtuel et qui inspiraApple et Microsoft. Depuis l’iPhone, l’iPad les règles ont changés et pour contourner les brevets,les sociétés innovent en créant des produits à partir d’une technologie différente, en effet suiteaux tablettes tactiles saturées de brevets par Apple et laissant peu de marge de main d’œuvre,les concurrents se démarquent en proposant du coup des modèles hybrid à l’instar d’Asus et sonTFT, Microsoft et la Surface ou Archos et la 101XS. Pour ce qui concerne les smartphones, cesera l’esthétique qui sera mis à l’avant sachant que la différence se fait à travers l’OS. Adriano RUIZ, Chargé de marketing et de communicationSource: Brevet du zoom Source: Xerox Source: Motorola Source: GoogleMotorola Source: Design Sony Source: Apple vs Samsung

×