Université Hassan II - Mohammedia
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de
Mohammedia
Département de Philosophie, S...
2
L’anthropologie dynamique
 Cadre d’émergence d’une socioanthropologie de la
ville africaine.
 Approche théorique fondé...
3
Approche de la ville et des sociétés africaines
LA VILLE =
 Le produit des cultures locales.
 Un laboratoire de change...
4
Fondements du courant dynamique
1. Critique du colonialisme Clic
2. Critique des théories fonctionnaliste et
structurali...
5
1. Critique du colonialisme
Le colonialisme est rejeté en tant que système
de domination et d’exploitation des sociétés
...
6
2. Critique des théories dominantes
 Critique radicale du fonctionnalisme pour son
approche fonctionnelle des sociétés ...
7
Distinction des « sociétés froides » et « sociétés
chaudes » par Claude Lévi-Strauss
1. Sociétés froides = sociétés de l...
8
3. L’accent sur l’histoire
Balandier approuve l’idée que les sociétés de la tradition mettent e
place des mécanismes de ...
9
4. L’accent sur les crises et les ruptures
Balandier critique le dualisme classique sociétés
traditionnelles/sociétés mo...
10
5. La critique d’un certain ordre de réalité
L’anthropologie doit être critique :
 En faisant prendre conscience que d...
11
6. Approche dynamique des sociétés
Cette approche est basée sur la nécessité de
reconnaître « la société comme ordre ap...
12
7. L’élaboration d’une nouvelle méthode
Balandier est critique de l’opposition classique de la
sociologie et de l’anthr...
13
Références bibliographiques
• BALANDIER, Georges. 1955. Sociologie actuelle de l’Afrique
noire. Paris : PUF.
• BALANDIE...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Azizi_Approche dynamique & Socioanthropologie de la ville africaine

695 vues

Publié le

Diaporama de cours à l'attention des étudiants de la Filière de Sociologie de Mohammedia (6e sem.).

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
695
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Azizi_Approche dynamique & Socioanthropologie de la ville africaine

  1. 1. Université Hassan II - Mohammedia Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia Département de Philosophie, Sociologie et Psychologie Filière de Sociologie U.E: Anthropologie urbaine Niveau: 6ème semestre Professeur : Mme Souad AZIZI L’ANTHROPOLOGIE DYNAMIQUE
  2. 2. 2 L’anthropologie dynamique  Cadre d’émergence d’une socioanthropologie de la ville africaine.  Approche théorique fondée par Georges Balandier.  Terrain de Balandier : sociétés africaines en voie de décolonisation, Gabon et Brazzaville, de 1948 à 1954.  Balandier : auteur de la 1ère étude d’une ville africaine, Brazzaville, qu’il appréhende comme « une ville noire et non comme la réalisation équatoriale d’une ville blanche dont les ‘centres indigènes’ (les Brazzavilles noires) ne seraient en quelque sorte que les compléments serviles. » (Balandier, 1985: IX)
  3. 3. 3 Approche de la ville et des sociétés africaines LA VILLE =  Le produit des cultures locales.  Un laboratoire de changements sociaux et culturels.  Terrain d’étude des principaux problèmes qui se posent aux sociétés africaines en voie de décolonisation. LES SOCIETES AFRICAINES   Des entités traditionnelles a historiques aux structures sociales intemporelles.  Des entités essentiellement différentes des sociétés occidentales.
  4. 4. 4 Fondements du courant dynamique 1. Critique du colonialisme Clic 2. Critique des théories fonctionnaliste et structuraliste Clic 3. Accent sur l’histoire Clic 4. Accent sur les crises et les ruptures Clic 5. Critique d’un certain ordre de réalité Clic 6. Nécessité de reconnaître « la société comme ordre approximatif et toujours mouvant » Clic 7. Élaboration d’une nouvelle méthode Clic 8. Approche comparative des sociétés
  5. 5. 5 1. Critique du colonialisme Le colonialisme est rejeté en tant que système de domination et d’exploitation des sociétés autres, mais aussi en tant que matrice d’une vision ethnocentriste des sociétés dominées. Retour
  6. 6. 6 2. Critique des théories dominantes  Critique radicale du fonctionnalisme pour son approche fonctionnelle des sociétés autres comme des totalités fonctionnelles, closes et sans histoire.  Critique plus modérée du structuralisme pour son approche des sociétés primitives comme des « sociétés froides » que l’on eut décrire comme des structures et systèmes hors du temps. Critique de l’usage de la notion de « sociétés froides » pour qualifier les sociétés autres. Rappel
  7. 7. 7 Distinction des « sociétés froides » et « sociétés chaudes » par Claude Lévi-Strauss 1. Sociétés froides = sociétés de la tradition, dont l’histoire est lente, proche du « zéro de température historique ». Des sociétés qui ont conscience que les changements sont inévitables, mais mettent en place des « mécanisme d’équilibrage » pour se préserver de changements trop brusques ou trop rapides. 2. Sociétés chaudes = sociétés modernes où le changement est recherché parce qu’il constitue le moteur de leur développement. Retour
  8. 8. 8 3. L’accent sur l’histoire Balandier approuve l’idée que les sociétés de la tradition mettent e place des mécanismes de régulation permettant de neutraliser ou prévenir les effets du changement. L’oralité = un de ces mécanismes qui permettent d’assurer une certaine permanence des structures et des croyances. Balandier insiste sur :  La nécessité de reconnaître leur capacité de changement et  La nécessité de ne pas minimiser l’importance des rapports hiérarchiques et des inégalités entre individus et entre groupes.  Nécessité d’appréhender les sociétés dites « primitives » dans leur contexte historique réel.  Nécessité de prendre en compte leurs rapports avec d’autres sociétés. Retour
  9. 9. 9 4. L’accent sur les crises et les ruptures Balandier critique le dualisme classique sociétés traditionnelles/sociétés modernes. Il propose de :  Appréhender la relation dialectique tradition/modernité dans toutes les formes de société.  Étudier le changement social en termes de rupture et de continuité et non en termes de déstructuration. Retour
  10. 10. 10 5. La critique d’un certain ordre de réalité L’anthropologie doit être critique :  En faisant prendre conscience que dans toute société, il existe « un décalage entre les apparences de la réalité sociale et cette réalité elle-même ».  Dans toute société, il existe un premier niveau de réalité qui affiche une cohérence superficielle des structures officielles qui cache un deuxième niveau plus profond où se dissimule les rapports réels et fondamentaux.  L’anthropologie doit révéler ces 2 niveaux, mettre à jour leur rapports, leurs contradictions et la dynamique du système social. Retour
  11. 11. 11 6. Approche dynamique des sociétés Cette approche est basée sur la nécessité de reconnaître « la société comme ordre approximatif et toujours mouvant ». Retour
  12. 12. 12 7. L’élaboration d’une nouvelle méthode Balandier est critique de l’opposition classique de la sociologie et de l’anthropologie. Il considère sa méthode comme « peu respectueuse de la frontière dressée entre l’ethnologie et la sociologie et critique à l’égard des théories si bien établies qu’elles étaient génératrices de routine ». 8. Une approche comparative des sociétés. Retour
  13. 13. 13 Références bibliographiques • BALANDIER, Georges. 1955. Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Paris : PUF. • BALANDIER, Georges. 1985 (1955). Sociologie des Brazzavilles noires. 2ème édition revue et augmentée. Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques. 306 p. • BALANDIER, Georges. 1986 (1971). Sens et puissance. Les dynamiques sociales. 3ème édition. Paris : Quadrige/PUF. 334 p. • BALANDIER, Georges. 1985 (1974). Anthropo-logiques. 2ème édition. Paris : Librairie Générale Française. • COPANS, Jean.1996. Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie. Paris : Éditions Nathan, (coll. 128). • LEIRIS, Michel. 1969 (1950). « L’ethnographe devant le colonialisme », p. 83-112, in : Cinq études d’ethnologie. Paris : Éditions Denoël Gonthier.

×