Adam

601 vues

Publié le

الله اكبر

Publié dans : Sciences
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
601
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
45
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Adam

  1. 1. Algie &/ou Dysfonctionnement de l’Appareil Manducateur (ADAM ) Clinique et Diagnostic
  2. 2. 1. DEFINITIONS Le syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur ou SADAM connue aujourd’hui sous le nom d’ADAM est définit « comme un ensemble de signes musculaires (douleur, trismus) et articulaires (douleurs, bruits, limitation de l’ouverture buccal) de l’appareil manducateur et traduit un défaut d’adaptation de l’appareil manducateur à une dysfonction ». (Rozencweig 1996)
  3. 3. ADAM : Historique 1934 : Syndrome du COSTEN 1955 : Syndrome musculo-tendineux SCHWARTZ 1959 : Syndrome dysfonctionnel de l’ATM SHORE 1969 : Syndrome oto-dentaire MYRHAUG 1969 : Syndrome algo-dysfonctionnel muscluo-dentineux LASKIN 1970 : SADAM ROZENCWEIG 1971 : Troubles occlusaux mandibulaires GERBER 1975 : Processus auto-destructif DRUM 1983 : Désordres crânio-mandibulaires FARRAR Mc CARTHY 1996 : ADAM ROZENCWEIG
  4. 4. ADAM : Epidémiologie Les épidémiologistes américains estiment que 20 % de la population est porteuse de cette pathologie et que 5% de cette population aurait besoin de traitement, sur un échantillon de patients non sélectionnés au sein duquel 75 % des sujets présentent au moins un signe de dysfonction de l'ATM. Dans 85 % des cas, la pathologie est bilatérale et le ratio femme- homme est de 8 à 9 pour 1.
  5. 5. 4 - SIGNES CLINIQUES ORIENTANT VERS UNE PATHOLOGIE TEMPORO- MANDIBULAIRE Un ADAM peut s’exprimer par un large éventail de symptômes dominés par les douleurs. Nous allons passer en revue les signes d’appel les plus significatifs.
  6. 6. 4 - 1. DOULEURS Tous les types de douleurs peuvent être rencontrés • - dans leur intensité : de la simple gêne jusqu'à la douleur intense ; • - dans leur évolutivité : de l'algie fugace et épisodique jusqu'à la grande douleur quotidienne permanente ; • - dans leur durée : de l'algie aiguë « symptôme » jusqu'à douleur chronique « maladie »; • - dans leur siège : douleurs localisées aux régions auriculaire et pré-auriculaire ou diffuses oro-crânio- faciales.
  7. 7. 4 - 2. LIMITATION D'OUVERTURE BUCCALE (dyskinésies) • La limitation d'ouverture buccale peut être permanente perturbant l'alimentation, troublant la vie sociale (élocution, bâillement). La limitation est parfois intermittente. Le patient connaît alors souvent les mouvements qui déclenchent le blocage ainsi que ceux qui permettent de le réduire.
  8. 8. 4 - 3. BRUITS ARTICULAIRES (Gnathosonies) Une ATM fonctionnant normalement ne fait pas de bruit. • Les bruits peuvent être qualifiés par le patient de : • - Claquements : on en distingue plusieurs types : · claquement intermittent unique banal, · claquement unique en fin d'ouverture buccale, · claquement double dit « réciproque » survenant systématiquement à l'ouverture et à la fermeture ; • - craquement : bruit correspondant à un claquement de forte intensité ; • - crépitations : comparées à une sensation de sable intra- articulaire.
  9. 9. 4 - 4. BLOCAGE EN OUVERTURE BUCCALE • Le blocage en ouverture buccale est lié à une luxation condylo-temporale. II est très douloureux et impose une réduction rapide par la manoeuvre dite de Nélaton. • Dans les cas de blocages itératifs en ouverture. le patient sait, en général, réduire seul sa luxation.
  10. 10. 4 - 5. AUTRES SIGNES D'APPEL D'autres signes peuvent être rapportés, fréquents en pathologie otologique ou audiologique, mais parfois liés à un ADAM. Ce sont : • - certains acouphènes qui dans les cas typiques voient leur intensité varier lors des mouvements articulaires, • - des vertiges ou sensations vertigineuses.
  11. 11. ADAM : Etiopathogénie L’étiologie d’ADAM est multi-factorielle SOMATIQUES LOCAUX : Les troubles de l’occlusion Anomalies posturales Traumatismes de l’appareil manducateur TROUBLES PSYCHIQUES : Anxiété Peuvent générer des parafonctions symptomatologiques : crispation dentaire et bruxomanie SOMATIQUES GÉNÉRAUX : Troubles métaboliques ou endocriniens
  12. 12. Diagnostics d’ADAM ETIOLOGIQUE Traumatismes Conséquences intra-articulaires des traumatismes : Rétro-pulsion condylienne Mauvaise posture Affections rhumatologiques Hémorragie intra-articulaire Hyperlaxité ligamentaire Bruxisme
  13. 13. Diagnostics d’ADAM ETIOLOGIQUE Traumatismes Conséquences intra-articulaires des traumatismes : Rétro-pulsion condylienne : Luxation discale réductible Luxation discale irréductible
  14. 14. La Clinique d’ADAM
  15. 15. Anamnèse et entretient clinique avec le malade souffrant d’ADAM Il existe dans la littérature un consensus pour envisager une conception plurifactorielle des pathologies fonctionnelles. En effet, les ADAM sont à considérer dans un modèle bio- psycho-social, la demande de soins étant fondamentalement soutenue de facteurs psychologiques, sociaux et culturelles. L’évaluation de la dysfonction du handicape douloureux et du statut psycho-social concerne l’entretien et l’examen clinique, l’un et l’autre étant complémentaire.
  16. 16. Anamnèse et entretient clinique avec le malade souffrant d’ADAM L’entretient a un double objectif : Une fonction évaluative Une fonction thérapeutiques Domaine d’évaluation méthodologie clinique. 1995 AXE 1 Condition dysfonctionnelle de l’appareil manducateur AXE 2 Handicape douloureux et statut psycho-social
  17. 17. Examen clinique Examen des mouvements Palpation des ATM Les mouvements s’observent, se palpent, et se mesurent
  18. 18. Examen clinique Auscultation articulaire Auscultation des ATM
  19. 19. Examen clinique Palpation musculaire PALPER ROULER PALPER À PLAT PALPER PINCER PALPER DÉCLENCHER
  20. 20. Examen clinique Palpation des muscles masticateurs et cervicaux Masséters Temporau x
  21. 21. Examen clinique Examen de la motricité cervicale
  22. 22. Examen clinique Cofacteurs occlusaux
  23. 23. Examens complémentaires RADIOGRAPHIE STANDARD Radiographie Panoramique Tomographie Imagerie par résonance magnétique VUE SAGITTAL DU CONDYLE EN IRM DÉTÉRIORATION DU DISQUE
  24. 24. Examens complémentaires AUTRES EXAMENS Axiographie Evaluation musculaire instrumentale Algométrie Électromyographie Pentographie Examen neurologique Certains traitements conservateurs dont les effets sont réversibles, sont parfois utilisés comme un outil de diagnostic
  25. 25. Examens complémentaires AUTRES EXAMENS Axiographie TRACÉ PHYSIOLOGIQUE TRACÉ DE LUXATION RÉDUCTIBLE LUXATION NON RÉDUCTIBLE
  26. 26. Approche diagnostique En pratique : les choses sont souvent moins simples et schématiques du fait : - de l'association possible de ces deux types de pathologies, - de la variabilité dans le temps et dans le mode d'expression de la douleur.
  27. 27. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Le polymorphisme des douleurs des ADAM fait évoquer au diagnostic différentiel l'ensemble des algies oro- crânio faciales.
  28. 28. Au terme de l'examen • On peut souvent classer le patient dans un des deux grands cadres cliniques des ADAM : l'ADAM musculaire : • les douleurs sont diffuses. à type de tension. de crampes, elles ne sont pas modifiées par la mastication, elles prédominent le matin et s'atténuent après une période de « déverrouillage ». · l'examen objectif des anomalies musculaires, une amplitude normale des mouvements sans bruit articulaire ;
  29. 29. Au terme de l'examen • - L'ADAM articulaire : · les douleurs sont pré-tragiennes, profondes, elles s'aggravent à la mastication et prédominent le soir, · l'examen trouve des bruits articulaires et éventuellement une limitation d'amplitude des mouvements.
  30. 30. LE TRAITEMENT • Le traitement des ADAM ne peut se concevoir que dans le cadre d’une équipe multi- disciplinaire. Après une première étape incontournable d’établissement d’un diagnostic précis, il convient, successivement: • - de soulager la douleur, • - de traiter la dysfonction, • - d'éviter qu'elle ne récidive.
  31. 31. LE TRAITEMENT • Dans un premier temps, le traitement des ADAM fait appel à des thérapeutiques réversibles, non-invasives et conservatrices. Celles-ci doivent être tentées durant une durée suffisante (entre six semaines et trois mois selon les auteurs) avant de conclure à leur inefficacité.

×