Articulateur

1 657 vues

Publié le

يسم الله الرحمن الرحيم

Publié dans : Sciences
0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 657
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
232
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Articulateur

  1. 1. 1. Qu’est-ce qu’un articulateur ? • Un articulateur (ou simulateur) est un appareillage à charnière permettant de positionner les modèles maxillaire et mandibulaire l’un par rapport à l’autre. • Il permet la reproduction mécanique plus ou moins précise de la cinématique mandibulaire du patient. III. L’articulateur ou la reproduction de la cinématique mandibulaire
  2. 2. 2. Les différents types d’articulateurs a) Les occluseurs - Maintiennent les modèles en OIM. - Permettent un simple mouvement d’ouverture et de fermeture. - La charnière de l’occluseur ne correspond pas à l’axe charnière de la mandibule. - Il n’y a pas de reproduction de mouvement mandibulaire possible.
  3. 3. • b) articulateurs semi- adaptables: - Le modèle maxillaire est monté en bonne relation par rapport à l’axe charnière bi-condylien. - Ces articulateurs reproduisent la cinématique mandibulaire du patient. - L’animation de l’articulateur est influençée mécaniquement par le trajet des condyles et par le rapport que les dents antérieures entretiennent entre elles.
  4. 4. Mais l’articulateur n’a pas la prétention de rivaliser avec le patient ….. • Malgré ses insuffisances, l’articulateur constitue une aide précieuse: 1. lors de l’analyse occlusale et de l’étude du cas; 2. lors de toutes les étapes de réalisation prothétique: relais mécanique indispensable entre le cabinet et le laboratoire.
  5. 5. 3. Description de l’articulateur • Se compose de deux branches. 3.1. La branche supérieure  représente la partie moyenne de la face.  porte les boîtiers condyliens plus ou moins réglables qui configurent les fosses temporales.
  6. 6. La complexité de l’anatomie de la fosse temporale … …. S’oppose à la simplicité des boîtiers condyliens de l’articulateur.
  7. 7. 3.2. La branche inférieure:  représente l’étage inférieur mandibulaire  Supporte les boules condyliennes  Équivalent mécanique de la mandibule. • De par cette configuration, l’articulateur est dit anatomique.
  8. 8. Les boules condyliennes n’ont pas la forme ovoïde des condyles mandibulaires.
  9. 9. 3.3. La tige incisive et la table incisive: • Les 2 branches sont reliées entre elles par une tige incisive. • Cette tige incisive graduée, coulissant sur son support, fixe la dimension verticale de l’articulateur. • La graduation 0 correspond à une position horizontale des 2 branches.
  10. 10. 4. Transfert du maxillaire sur l’articulateur • Il est indispensable que chacun des moulages monté sur l’articulateur le soit par rapport à un même plan superposable entre l’articulateur et le patient. • Le plan de référence est: le plan axial-orbitaire. • La branche supérieure de l’articulateur épouse la configuration de ce plan.
  11. 11. • Le plan axial-orbitaire est défini par 3 points: - les deux points condyliens d’émergence de l’axe charnière - Le point sous-orbitaire droit; - L’arc facial enregistre dans l’espace, la position de l’arcade maxillaire, par rapport à ces 3 points. - L’arc facial est utilisé pour enregistrer cette information cliniquement et la transférer sur l’articulateur.
  12. 12. 1. Au niveau antérieur • Par référence à une norme statistique, on utilise un point d’appui au niveau de l’ensellure nasale. • La hauteur de ce point d’appui positionne l’arc représentant le plan de référence au niveau du point sous-orbitaire dans la majorité des cas.
  13. 13. 2) Au niveau postérieur • On utilise des repères anatomiques, les conduits auditifs externes, dont la position moyenne par rapport aux condyles a été définie statistiquement,puis incluse par construction dans le système de transfert.
  14. 14. Les repères anatomiques enregistrés par l’arc facial permettent de transférer sur l’articulateur la situation spatiale de l’arcade maxillaire. Du patient ……. …à l’articulateur.
  15. 15. Remarque: utilisation d’une table de montage • La table de montage permet de monter le maxillaire sur le simulateur. • Elle est inclinée de 10° par rapport au plan de référence (norme standard : nouvelle approximation…). • Seul, l’arc facial, est le garant des critères anatomiques spécifiques du patient.
  16. 16. 5. Utilisation clinique de l’arc facial chez le patient denté
  17. 17. 5. 1. Description de l’arc • L’arc permet la localisation arbitraire du plan de référence (embouts auriculaires, point d’appui nasal). • La fourchette, solidarisable à l’arc, permet l’enregistrement de l’anatomie occlusale.
  18. 18. 5.2. Préparation de la fourchette Trepied de stabilisation Feuille ce cire Moyco (repliée ou en bourrelet) Indentations précises, peu profondes
  19. 19. 5.3. Mise en place de la fourchette et stabilisation
  20. 20. 5.4. Mise en place de l’arc et blocage Réglage de la distance inter-auriculaire
  21. 21. 5.5. Mise en place de l’appui nasal et serrage L’index maintient l’embase en place sur l’arc, et tire l’ensemble en avant tandis que le pouce applique l’appui sur l’ensellure nasale.
  22. 22. 5.6. Serrage du dispositif de solidarisation de la fourchette à l’arc
  23. 23. 5.7. Transfert de l’arc sur le simulateur Avec l’arc facial « Mettez votre patient dans l’articulateur ».
  24. 24.  Blocage de l’arc sur le simulateur  La branche supérieure du simulateur vient en contact avec l’arc pour paralléliser branche supérieure du simulateur et PAO.  L’embout du support axial de l’arc est en contact avec le plan de travail.
  25. 25. Le modèle maxillaire est prêt à être monté sur l’articulateur.

×