Didactique de littérature

2 823 vues

Publié le

Modèle de lecture pour améliorer la compréhension de texte littéraire chez l'étudiant. Analyse des marques de discours et lecture.

Publié dans : Formation
4 commentaires
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • trés bon résumé
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Un article relié à cette présentation a été publié.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • @israejamil Bonjour Israe,
    Oui, il y a une différence entre didactique de la littérature et didactique des textes littéraires.
    Le terme didactique réfère à l'enseignement de matière et son application dans les salles de classe. Comment on enseigne la littérature comme concept général. Pour comprendre les éléments reliés à la littérature il faudrait utiliser une théorie ou un modèle.
    La didactique des textes littéraires serait plus spécifique et va traiter plus le texte et l'analyse textuelle.
    Didactique de littérature serait donc plus large que celle des textes.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE DIDACTIQUE DE LA LITTÉRATURE ET DIDACTIQUE DES TEXTES LITTÉRAIRES?
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 823
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
4
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Didactique de littérature

  1. 1. May Abou ZahraUniversité Ein Shams Département de langue et de littérature
  2. 2. Colloque international sur les marques du discours et les connecteurs Centro de Linguística da Universidade Nova de Lisboa, 2006
  3. 3. LES MARQUES DUDISCOURS PEUVENT-ELLEJOUER UN RÔLE DANS LA DIDACTIQUE DE LA LITTÉRATURE?
  4. 4. Résumé Cette présentation fait le point sur la mise en place dun atelier d’application de grille d’analyse des marques discursives dont l’emploi est non acceptable d’un point de vue grammatical ou d’un point de vue cohésif. Certaines questions seront abordées dans cet exposé tel que : Ces formes d’emploi peuvent-elles poser des « difficultés de lecture » ou un blocage de communication pour les apprenants? Les relations référentielles cohésives se limitent-elles aux emplois anaphoriques ou déictiques? Lexposé aborde ces questions sous deux angles : lun méthodologique et lautre analytique. Nous fournissons d’une part une grille d’analyse méthodologique que nous avons proposé dans nos récents travaux[1] dans le cadre de la linguistique du texte : cohésion et cohérence (Corblin 1996, Kleiber 1992, Ménard 1990, Reboul 1990 et Patry 1993). D’autre part les résultats de l’essai de cette méthodologie auprès de groupes expérimental et de contrôle. La conclusion propose des pistes pour reconduire ou prolonger cet atelier en vue dune meilleure intégration pédagogique de l’analyse des marques du discours. [1] Abou Zahra May, 2001 May Abou Zahra - Marques du4 discours
  5. 5. Plan1.  Introduction2.  Marques du discours et processus de lecture2.1. Pré-test : mesure de compréhension sans application de méthode2.2. Difficultés d’établissement de lien d’inférence3. Analyse des marques discursives4. Résultat d’analyse : interprétation dici : anaphore indexicale ou déictique?5. Conclusion May Abou Zahra - Marques du 5 discours
  6. 6. 1. Introduction Selon les approches positionnelles (approchesfonctionnelles du discours), lorsque le référent se trouve àlintérieur du texte, on parle de relation cohésiveendophorique. Lorsquil se trouve hors du texte même, on parle derelation cohésive exophorique.•  Patry souligne en effet que [s]eules les relationscohésives de nature endophorique participent à lacohésion. Celles du second type relèvent de lapragmatique[1].[1] Patry, 1993. May Abou Zahra - Marques du 6 discours
  7. 7. •  Nous prenons en considération les relations cohésives.•  Nous ne nous limiterons pas à l’emploi endophorique ou, selon la terminologie adoptée par l’approche textuelle, à l’emploi anaphorique. May Abou Zahra - Marques du 7 discours
  8. 8. 2.Marques du discours et processus de lecturePour lire un texte, l’étudiant devrait reconstruire le sens à l’aide dun certain nombre de marques discursives intra- et extra-textuelles. Cette reconstitution de sens est commandée par le principe de cohérence textuelle. May Abou Zahra - Marques du 8 discours
  9. 9. Les difficultés peuvent être duesentre autres soit à :1- un déficit de compétence du lecteur,2- soit à un manque de connaissances contextuelles ou co-textuelles, nécessaires aux multiples opérations dinférences. May Abou Zahra - Marques du 9 discours
  10. 10. 2.1. Pré-test : mesure de compréhension sans application de méthode Nous avons demandé à groupe d’étudiant non- phrancophone, des futurs proffesseurs de français, de lire le texte de de Balzac Z.Marcas. L’apprenant devrait d’abord mener une lecture sans avoir recours à un outil d’analyse linguistique. May Abou Zahra - Marques du 10 discours
  11. 11. Premier exemple 1. Je nai jamais vu personne, en comprenant 24 2 même les hommes remarquables de ce temps, dont laspect fût plus saisissant que celui de cet homme; 2. létude de sa physionomie inspirait dabord un 11 1 sentiment plein de mélancolie, et 3. finissait par donner une sensation presque 7 1 douloureuse. 4. Il existait une certaine harmonie entre la 11 1 personne et le nom. 5. Ce Z qui précédait Marcas, qui se voyait sur 13 2 ladresse de ses lettres Et 6. quil noubliait jamais dans sa signature, 6 1 7. cette dernière lettre de lalphabet offrait à 14 2 lesprit je ne sais quoi de fatal. ------------------------------------------------------- ------------------- 8. Marcas! Répétez-vous à vous-même ce nom 17 2 composé de deux syllabes, ny trouvez-vous pas une sinistre signifiance ? 9. Ne vous semble-t-il pas que lhomme qui le 12 3 porte doive être martyrisé? Honoré de Balzac, La comédie humaine, Z. Marcas, May Abou Zahra - Marques du 11 discours
  12. 12. Second exemple (Z.M.11) — Ici Charles se tut, il parut oppressé par ses souvenirs. — Eh! bien, lui cria-t-on, quest-il arrivé? — Je vais vous le dire en deux mots, car ce nest pas un roman, mais une histoire. Nous ne vîmes plus Marcas. [...] Marcas ne laissa pas de quoi se faire enterrer, Juste et moi nous eûmes bien de la peine à lui éviter la honte du char des pauvres, et nous suivîmes tous deux, seuls, le corbillard de Z. Marcas, qui fut jeté dans la fosse commune au cimetière du Mont-Parnasse[1]. •  [1] Z.M, p. 760. May Abou Zahra - Marques du 12 discours
  13. 13. Les étudiants ontéprouvé desdiffucltés en lisantce texte :a. La source de laparole est ambiguëb. Lenchaînementréférentiel nest pasclaire. May Abou Zahra - Marques du 13 discours
  14. 14. 2.2. Difficultés d’établissement de lien d’inférence•  Dans le premier exemple nous avons un casdambiguïté, c’est-à-dire une confusion référentielle, due àlemploi dune longue cataphore : Charles. Cet élément estcohésif par reprise indirecte, car il est considéré commeune reprise de continuité du je : Ici Charles se tut. Ce nompropre réfère au locuteur désigné tout au long du récit parje et identifié par l’étudiant comme étant le narrateur.L’étudiant ne cherche pas le référent, linguistiquementparlant, du pronom je qui régit tout le texte; il lidentifie aunarrateur qui lui raconte lhistoire. Il néprouve de difficultéque lorsquil est obligé dassimiler le pronom je au nompropre Charles. May Abou Zahra - Marques du 14 discours
  15. 15. Le second exemple soulève unproblème d’agrammaticalité :Ici Charles se tut. L’emploi de cet embrayeur avecle passé simple est non acceptable d’un point devue grammatical, car dans un tel énoncé ons’attendrait à un adverbe tel que à ce moment làet non à l’adverbe ici. May Abou Zahra - Marques du 15 discours
  16. 16. 3. Analyse des marques discursiveMessage linguistique Sémantisme de Réception compréhension des énoncésLecture au sens courant du compréhension du texte Liberté de lecteurterme1er niveau : ce dont la 1er niveau :linguistique du texte nous interprétableallégorieinforme. métaphoriqueStructure linguistique 2ème niveau : qui demande plus dattention afin d’expliquer certains faits ou phénomènes linguistiques May Abou Zahra - Marques du 16 discours
  17. 17. 3.1. Démarche de lectureproposée aux étudiants :•  Répartir le texte en segment narratif•  Repérer les marques discursives.•  Analyser les temps verbaux•  Étudier le rôle des marques référentielles•  Étudier la fonction des connecteurs Abou Zahra - Marques du May discours 17
  18. 18. Grille d’analyse OUTIL NIVEAUX INDICES TEXTUELS QUE PEUT-ONMÉTHODOLOGIQUE D‘ANALYSE RECUEILLIS OBSERVER ET DÉDUIRE   PARTIR DES INDICES RECUEILLIS PAR RAPPORT AU STATUT DU SUJET PARLANT ?Cohésion/cohérence Marques Le terme ici (anaphore Métamorphose du sujet référentielles et indexicale ou parlant temporelles déiectique) Dualité de lecture Difficulté de Effet de réel lecture Violation d‘une règle syntaxique (agrammaticalité) Rupture Énonciative May Abou Zahra - Marques du 18 discours
  19. 19. 4. Résultat d’analyse : interprétation dici :anaphore indexicale ou déictique?•  Suite à cette analyse les étudiants ont pu constater que dans ce texte une double lecture est inscrite dans la situation d’énonciation s’adressant à deux destinataires à la fois, les narrataires fictifs et les lecteurs :•  Le terme ici renvoie au texte lui-même (dans cette partie du texte, Charles se tut). Il sera considéré ainsi comme anaphore indexicale et non comme déictique May Abou Zahra - Marques du 19 discours
  20. 20. Conclusion•  Les marques du discours se caractérisent par l’absence d’autonomie inférentielle. Elles sont en quelque sorte inférentiellement vides, ce qui invite en effet à les investir en fonction du but que l’on cherche à atteindre : il ne s’agit pas d’expliciter la place et le rôle dans la langue des éléments concernés, mais de les intégrer dans une démarche qui vise à éclairer un des aspects de l’usage de la langue.•  Nous espérons avoir montré qu’il faudrait arriver à identifier les situations et activités les plus propices aux apprentissages afin de développer les compétences de lecture à différents niveaux chez létudiant, élaborer des stratégies qui relient les marques du discours et la compréhension dune façon méthodique. May Abou Zahra - Marques du 20 discours
  21. 21. «Les marques du discours peuvent-elles jouer un rôle dans la didactique de la littérature? »Article publier dans:In H. T. Valentim & B. Moreira, EstudosLinguísticos / Linguistic Studies 2. Lisboa: Colibri /CLUNL, 2008
  22. 22. Merci pour votre attention May Abou Zahra E-mail : abouzahram@hotmail.com May Abou Zahra - Marques du22 discours

×