24 rue du Maréchal JOFFRE
78000 VERSAILLES
tel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99
e-mail : hssy@hssy.info – Site We...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 2 (108)
SOMMAIRE
Pages
1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT. .....................................
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 3 (108)
8.1 L’EQUIPE EDUCATIVE DU CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE EST COMPOSEE COMME SUIT...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 4 (108)
1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT.
Mesdames, Messieurs,
Pour la neuvième et a priori...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 5 (108)
La rénovation des sanitaires. (travaux financés par DDT et DDCS) a été heureusem...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 6 (108)
Le détail de ces résultats vous sera présenté par notre trésorier.
Pour 2015, il...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 7 (108)
2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL
Après une année 2013 largement consac...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 8 (108)
2.2 ACTIVITE 2014:
2014 est la dernière année du CPOM signé en 2010. Grâce à une...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 9 (108)
Je souhaite aussi remercier les services de l'Etat et plus particulièrement la D...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 10 (108)
3. ORGANIGRAMME
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 11 (108)
4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU
Depuis plus de 20 ans, le Fo...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 12 (108)
 1 psychologue clinicien extérieur qui anime les séances mensuelles d’analyse ...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 13 (108)
Nous organisons ensuite le parcours logement en quatre étapes de la mise à l’ab...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 14 (108)
autonomie au sein du foyer où il reprend la main sur les actes de la vie quotid...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 15 (108)
4.6 LES HEBERGES :
 Nombre d’entrée et de sortie :
 Entrées 143
 Sorties 155...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 16 (108)
 Emploi et Ressources 2014
Concernant les situations professionnelles des 200 ...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 17 (108)
 Sorties 2014
 Durée des séjours pour les 200 hébergés présents sur l’année :...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 18 (108)
« qu’ils veulent sortir des foyers. Ils veulent un vrai logement avec une clé à...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 19 (108)
Nous avons consolidé nos partenariats avec des centres de cure en alcoologie si...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 20 (108)
2014 RELATIONNEL ACCOMPAGNEMENT
CONDITIONS
MATERIELLES
GLOBAL
juin-14 81% 68% 8...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 21 (108)
obligeant la directrice, le personnel du foyer et même les hébergés à le prendr...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 22 (108)
 Projets 2015 :
 Continuité et diversification des animations et des actions ...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 23 (108)
d’évolution dans le travail mené, dans la recherche d’une amélioration de la qu...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 24 (108)
5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES
5.1 LE CHRS
Le contexte de la fusion à ve...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 25 (108)
Le Secours Catholique met alors à notre disposition une grande pièce attenante,...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 26 (108)
5.1.2.2 DIVERSITE ET MIXITE DU PUBLIC
Le CHRS dispose de 4 places familles (cou...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 27 (108)
 Pièces d’identité :
Situation à l’entrée: 8 personnes ont un passeport, 2 ont...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 28 (108)
 Insertion professionnelle :
Concerne 6 personnes. Les contrats moyen séjour n...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 29 (108)
dans le parcours des personnes et un accompagnement extérieur est une garantie ...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 30 (108)
6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE
6.1 INTRODUCTION
Notre action au sein du ce...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 31 (108)
Pour 2014 les solutions durables de sorties pour les hébergés n’ont pas été nom...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 32 (108)
Nombre de journées réalisées pendant la période :
Tranches d'âges 18 à 25 7
26 ...
Rapport Annuel Exercice 2014 Page 33 (108)
6.5 ACTIONS
6.5.1 INDIVIDUELLES
 Santé
Il nous semble important d’avoir un tra...
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport annuel 2014

565 vues

Publié le

Rapport d'activité cité St Yves 2014

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
565
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport annuel 2014

  1. 1. 24 rue du Maréchal JOFFRE 78000 VERSAILLES tel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99 e-mail : hssy@hssy.info – Site Web : www.hssy.info Versailles le 09 juin 2015 Rapport Annuel Exercice 2014 Page 1 (108) HÔTEL SOCIAL SAINT YVES Rapport Annuel Exercice 2014
  2. 2. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 2 (108) SOMMAIRE Pages 1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT. ......................................................................................................... 4 2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL..................................................................................... 7 2.1 STATISTIQUES GENERALES :....................................................................................................................... 7 2.2 ACTIVITE 2014:..................................................................................................................................... 8 2.3 CONCLUSION......................................................................................................................................... 8 3. ORGANIGRAMME.................................................................................................................................10 4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU..........................................................................11 4.1 L’EQUIPE EDUCATIVE DU CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE EST COMPOSEE COMME SUIT : ..................................11 4.2 MOUVEMENT DU PERSONNEL :.................................................................................................................12 4.3 FORMATION CONTINUE :.........................................................................................................................12 4.4 ACTIVITE DE L’ANNEE..............................................................................................................................12 4.5 LE FONCTIONNEMENT DU FOYER................................................................................................................12 4.6 LES HEBERGES :....................................................................................................................................15 4.7 CONCLUSION :......................................................................................................................................22 5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES................................................................................................24 5.1 LE CHRS ............................................................................................................................................24 5.1.1 HISTOIRE ET EVOLUTION DU CHRS...........................................................................................24 5.1.2 LE PUBLIC ................................................................................................................................25 5.2 L’ACCOMPAGNEMENT......................................................................................................................26 5.2.1 LA RESTAURATION DES DROITS................................................................................................26 5.2.2 LE PROJET INDIVIDUALISE ........................................................................................................27 5.2.3 LES SORTIES.............................................................................................................................28 5.2.4 LE PARTENARIAT......................................................................................................................28 5.3 LES PROJETS ENVISAGES POUR 2015..................................................................................................29 6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE...................................................................................................30 6.1 INTRODUCTION .....................................................................................................................................30 6.2 OBJECTIFS 2014...................................................................................................................................30 6.3 FONCTIONNEMENT ................................................................................................................................30 6.4 HEBERGEMENT .....................................................................................................................................31 6.5 ACTIONS .............................................................................................................................................33 6.5.1 Individuelles.............................................................................................................................33 6.5.2 Collectives ...............................................................................................................................34 6.6 CONCLUSION........................................................................................................................................34 6.7 PERSPECTIVES 2015 ..............................................................................................................................34 7. RAPPORT D’ACTIVITÉ TRAPPES LA BOISSIERE .......................................................................................36 7.1 LE CHU LA BOISSIERE.........................................................................................................................36 7.1.1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE ...........................................................................................36 7.1.2 HISTOIRE : ...............................................................................................................................36 7.1.3 FONCTIONNEMENT..................................................................................................................37 7.1.4 PUBLIC.....................................................................................................................................37 7.1.5 L’EQUIPE .................................................................................................................................38 7.2 L’ACCOMPAGNEMENT......................................................................................................................38 7.2.1 LA RESTAURATION DES DROITS................................................................................................38 7.2.2 LE PROJET INDIVIDUALISE ........................................................................................................38 7.2.3 LES SORTIES.............................................................................................................................39 7.2.4 LE PARTENARIAT......................................................................................................................39 7.3 ANALYSE ET PROJETS.........................................................................................................................40 7.3.1 ANALYSE..................................................................................................................................40 7.3.2 PROJETS et OBJECTIFS 2015 .....................................................................................................41 8. RAPPORT D’ACTIVITÉ MAISON FAMILIALE VIROFLAY ...........................................................................42
  3. 3. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 3 (108) 8.1 L’EQUIPE EDUCATIVE DU CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE EST COMPOSEE COMME SUIT : ..................................42 8.2 MOUVEMENT DU PERSONNEL :.................................................................................................................42 8.3 FORMATION CONTINUE :.........................................................................................................................43 8.4 ACTIVITE DE L’ANNEE 2014 .....................................................................................................................43 8.5 LES HEBERGEES :...................................................................................................................................43 8.6 FONCTIONNEMENT DE LA MAISON FAMILIALE ...............................................................................................44 8.7 CONCLUSION :......................................................................................................................................52 9. RAPPORT D’ACTIVITE CENTRE DES MORTEMETS ..................................................................................53 9.1 RAPPEL DES ORIENTATIONS : ....................................................................................................................53 9.1.1 Finaliser l’évaluation interne de l’établissement. ......................................................................53 9.1.2 Réorganisation du service, suite à un départ. ...........................................................................53 9.1.3 Finaliser les travaux de rénovation...........................................................................................54 9.1.4 Maintien de l’équilibre budgétaire. ..........................................................................................54 9.2 ACTIVITES DE L’ANNEE ............................................................................................................................54 9.3 STATISTIQUE GLOBALE DE L’ETABLISSEMENT POUR L’ANNEE. RD........................................................................60 9.3.1 Nombre de personnes hébergées (présents et sorties au 31/12/2014) : ....................................60 9.3.2 Problématiques et préconisations ............................................................................................62 9.4 CONCLUSION ET PERSPECTIVES 2015 .........................................................................................................63 10. RAPPORT ACTIVITE DEMARCHES REGULARISATION .............................................................................64 10.1 OBJECTIFS 2014 ..............................................................................................................................64 10.1.1 La coordination du suivi avec les équipes éducatives............................................................64 10.1.2 L'actualité sociale et juridique .............................................................................................65 10.1.3 Le partenariat DDCS, Préfecture des Yvelines, DIRECCTE, ARS..............................................65 10.2 STATISTIQUES SUR L'ANNEE 2014.........................................................................................................65 10.2.1 Le profil des personnes accueillies........................................................................................65 10.2.2 Origines ..............................................................................................................................67 10.3 L'ACCOMPAGNEMENT LIE A LA REGULARISATION .......................................................................................67 10.3.1 La durée de prise en charge.................................................................................................67 10.3.2 La situation administrative des personnes accompagnées....................................................68 10.4 CONCLUSION ...................................................................................................................................69 11. RAPPORT ACTIVITE ACTIONS TRANSVERSALES .....................................................................................71 11.1 ÉVALUATION INTERNE ET EXTERNE.........................................................................................................71 11.2 PROGDIS (PROGRAMME DE GESTION DE DONNEES EN INTERVENTION SOCIALE) .............................................72 11.3 ENQUETE DE SATISFACTION .................................................................................................................73 11.4 BIENTRAITANCE ................................................................................................................................74 11.5 FLASH INFO .....................................................................................................................................74 11.6 SITE INTERNET..................................................................................................................................74 11.7 EMAIL PRO ......................................................................................................................................75 11.8 FORMATION ....................................................................................................................................75 11.9 OBJECTIFS 2015 ..............................................................................................................................75 12. RAPPORT FINANCIER ............................................................................................................................76 12.1 ACTIVITE 2014..............................................................................................................................76 12.2 2- ACTIVITE FINANCIERE ...............................................................................................................76 12.3 PERSPECTIVES 2015......................................................................................................................77 13. ANNEXES AUX COMPTES 2014..............................................................................................................78 14. RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES.......................................................................................102 15. LISTE DES SIGLES UTILISES...................................................................................................................107
  4. 4. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 4 (108) 1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT. Mesdames, Messieurs, Pour la neuvième et a priori dernière fois depuis ma prise de fonction, je tiens tout d'abord à vous remercier une nouvelle fois pour votre présence à l’Assemblée Générale de notre Association, présence qui témoigne une fois encore de votre intérêt à notre cause et de votre support à nos actions. Cette AG qui sera suivie d’une AGE est en effet la dernière de l’association Hôtel Social St Yves en tant qu’entité totalement autonome et ceci depuis sa création par le Secours Catholique en 1987. Comme expliqué déjà l’an dernier lors de notre dernière AG, nous avons entamé depuis 2013, sous l’impulsion de la délégation locale du Secours Catholique, une réflexion avec l’Association des Cités du Secours Catholique (ACSC) , Association dont la taille est environ dix fois la nôtre, sa couverture IDF (sauf le 78) et Provinces, importante, et dont les valeurs associatives sont quasiment identiques aux nôtres. Ce travail s’est donc déroulé sur les années 2013 et 2014 et doit trouver son aboutissement par la signature d’un traité de fusion / absorption fin juin 2015 avec effet rétroactif au 1er janvier 2015 pour tout ce qui concerne la gestion comptable. Nous en parlerons plus en détail lors de l’AGE qui va suivre cette AG Comme les années précédentes, j'ai souhaité dans ce rapport moral me concentrer sur les faits principaux qui ont marqué l'année 2014. Ensuite notre Directeur Général, Pierre Verzi vous commentera notre rapport d'activité puis notre Trésorier, Dominique Delattre poursuivra la réunion par la présentation de nos résultats financiers et la lecture du rapport du commissaire aux comptes Monsieur Blois. De plus vous trouverez dans le rapport annuel 2014 qui vous a été remis tous les détails concernant les six centres d’hébergement ainsi que quelques précisions concernant des activités globales de l’association (démarches régularisation, qualité, enquêtes satisfaction …) L'année 2014 a vu la poursuite de toutes nos actions d’hébergement et de réinsertion sociale dans nos centres qui totalisent fin 2014, 272 places (CHU, CHRS, STABILISATION et PTSH). A ces places en centre d’urgence s’ajoutent 2 appartements (4 places possibles) et 20 studettes louées par l’association. Nos établissements ont accueilli en 2014, 599 personnes en CHU ou CHRS avec un taux d'occupation toujours supérieur à 100%. (avec une durée moyenne de séjour de près de 9 mois !!) Un détail précis de l'activité ainsi que son analyse vous seront ensuite présentés par notre Directeur Général. Quels sont les faits principaux qui ont marqué la vie de l’Association en 2014 ?  Les travaux et bâtiments Concernant les bâtiments de Viroflay, Mantes la Jolie, Trappes et Versailles Ozanam, rien de bien particulier à signaler sinon les travaux d’entretien courants. L’état de vétusté du CHRS Versailles s’aggrave et quelques travaux de rénovation seront à prévoir. Le bail des Mortemets a été renouvelé (une dernière fois) pour 5 ans en avril 2013. Sous l’impulsion du Secrétaire Général de la Préfecture en poste à l’époque plusieurs réunions entre tous les partenaires (Préfecture, DDT, DDCS, Château de Versailles, le bailleur Versailles Habitat et HSSY) se sont tenues courant 2013. Constat a été fait que ce bâtiment arrivait en fin de vie et qu’il est nécessaire de le reconstruire. Où ? Avec quel financement ? de quelle taille ?
  5. 5. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 5 (108) La rénovation des sanitaires. (travaux financés par DDT et DDCS) a été heureusement faite courant été 2013 par notre bailleur Versailles Habitat. Ce dossier a pris du retard. Une réunion en Préfecture a eu lieu en mai 2015 et nous en attendons les conclusions. Il ne reste que 3 années de bail pour aboutir sur ce projet. Centre "Albert Viel" de Chatou. Inauguré en novembre 2012, ce nouveau centre (14 studettes neuves + 2 restaurées dans l’ancien pavillon) a maintenant une capacité d’accueil de 24 hébergés (hommes + femmes avec enfants). Il nous reste cependant des problèmes de finition, non réglés par l’architecte maître d’œuvre et la procédure engagée début 2014 n’a toujours pas abouti. Offre d'hébergement de type "intermédiation locative". HSSY loue deux studios mais a surtout développé son action dans le 78 en partenariat avec ACSC qui possède un agrément solibail sur IDF. Maison de famille de Mantes la Jolie. De plus, sur Mantes la Jolie, nous louons donc maintenant depuis fin 2013 un immeuble de 20 studettes auprès d’un bailleur privé et ceci en accord dès le départ avec la DDCS. Notre dossier d’agrément de cette structure en « Maison de Famille » n’a toujours pas abouti pour une raison avancée par la DDT (HSSY n’a pas l’agrément « Maître d’ouvrage » sur IDF). Heureusement l’association ACSC possède cet agrément et le dossier sera de nouveau déposé dès la fusion.  Les résultats financiers Quatrième et dernière année du CPOM HSSY / DDCS Ce CPOM (clos en 12/2014) nous a permis de maintenir globalement à leur niveau antérieur (année 2009) les subventions de l’Etat. Nos relations de partenariat avec la DDCS (notre organisme de tutelle) sont excellentes et nous comprenons leurs contraintes financières inhérentes à la situation actuelle de notre pays. Mais nous n’avons toujours pas réussi à faire évoluer en 2014 le montant du CPOM ou autres petites subventions d’organismes public et ceci tout en maintenant le même service d’accueil auprès de nos hébergés. Notre objectif 2014 était de terminer l’année en équilibre financier et surtout de laisser à ACSC une situation financière saine et transparente. Nous avons réussi en 2014 à diminuer de façon conséquente les postes d’achats de marchandises et de services ; nous avons maintenu les charges de personnel au niveau de celles de 2013. Néanmoins, force est de constater une perte de 117 243 € Cette perte financière est due à 3 raisons principales :  reprise d’une provision de 30 000 € concernant une subvention accordée par le Conseil Général (année 2011) pour la maison familiale de Viroflay mais jamais versée.  Provision de 40 000 € enregistrée dans compte 2014 (en accord avec ACSC) pour un prud’homme déposé par un salarié.  Perte de 45 000 € sur le compte d’exploitation de la maison familiale de Mantes du fait que l’agrément promis lors de la signature du bail n’est toujours pas acquis. (un élément non connu ; agrément Maître d’ouvrage que nous n’avions pas mais qui sera résolu avec la fusion ACSC) A noter néanmoins que notre résultat courant non financier est toujours largement positif et que notre trésorerie reste bonne tout au long de l’année.
  6. 6. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 6 (108) Le détail de ces résultats vous sera présenté par notre trésorier. Pour 2015, il faudra continuer à surveiller nos dépenses courantes, la masse salariale et surtout obtenir cet agrément pour la maison de Mantes. Et je terminerai mon rapport moral en adressant un grand remerciement à tous les bénévoles et partenaires qui travaillent auprès des accueillis, aux bénévoles qui font partie du Conseil d'Administration (notamment ceux qui œuvrent auprès des communes du 78, dans le maintien de la qualité de notre informatique, dans les finances ou qui nous aident dans les relations auprès de nos partenaires publics ou privés). Un grand merci également à tous les salariés de l'association, son DG en tête (75 salariés fin 2014 pour 10 en l'an 2000) qui ont, comme d'habitude, effectué un travail remarquable auprès des hébergés En ces douze années passées au conseil d’administration dont près de dix en tant que Président, j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même pour l’association mais j’ai surtout beaucoup appris dans des domaines qui m’étaient auparavant quasiment inconnus : le Social, la précarité, le grave problème de logement, la relation avec les salariés dans le cadre associatif assez différente de celle du privé mais également la relation avec « l’administration »… et même si j’ai essayé d’être vigilant au bon respect des procédures et à une gestion correcte, j’ai totalement occulté les objectifs que j’ai connus et vécus durant ma vie professionnelle : Chiffre d’affaire, part de marché, profitabilité, cours de l’action … Cela m’a beaucoup apporté et je tiens à tous vous en remercier très sincèrement. Je pense sincèrement que la décision prise par le Conseil d’Administration de se rapprocher et de fusionner avec ACSC est une très bonne décision qui assurera pour HSSY sa pérennité, son développement et de nouvelles opportunités pour ses collaborateurs. Il y aura bien évidemment un peu de changement mais dans la vie d’une société ou association, ne pas évoluer conduit souvent à la disparition. En vous remerciant tous une nouvelle fois pour votre dévouement et votre collaboration, je forme le souhait que l'année 2015 et les suivantes confirment ces propos. Jacques DUEZ Président
  7. 7. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 7 (108) 2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL Après une année 2013 largement consacrée à la préparation de la fusion avec l'ACC, l'année 2014 a permis de mettre en place tous les outils pour qu'elle aboutisse. Pour autant, nous avons mené de nombreuses actions en interne afin de répondre aux engagements pris dans le CPOM, développé l'offre de logement SOLIBAIL, et bien entendu gérer au quotidien les nombreux aléas de la vie des foyers 2.1 STATISTIQUES GENERALES : Le taux de remplissage avoisine les 100 % (99.8) avec un nombre de 97483 nuitées pour les 6 établissements agréés mais il faut ajouter les nuitées réalisées à la maison familiale de Mantes ainsi que les 25 appartements SOLIBAIL. La pérennisation des places PTSH (Plan Territorial de Sortie Hivernal) ne permet plus de dépasser de façon importante les 100 % du taux d'occupation à Chatou, au CHRS et à Trappes. Ces places financées par le passé uniquement pendant la période hivernale sont maintenant comptabilisées sur 365 jours et nous n'avons plus de places libres. Au cours de l'année, 599 personnes sont sorties de nos établissements soit un renouvellement de la population de 200 %. Ce renouvellement est toujours dopé par la mise à disposition du 115 de places d'urgence de courte durée à Chatou. La durée de séjour ne cesse d'augmenter. Si la durée moyenne de séjour des personnes sorties en 2014 est de 262 jours, pour celles restées 6 mois ou plus elle passe à 462 jours. En ne prenant en compte que les personnes restées au moins 3 mois et sorties de structure, la typologie de la population ne change pas par rapport aux années précédentes ; 40 % sont d’origine étrangère et la moyenne d'âge se situe à 40 ans. En 2014 nous avons connu une hausse importante de personnes de nationalité Tibétaine et cette tendance semble se confirmer en 2015.Cette situation est due à la facilité d'obtention rapide d'un titre de séjour et des avantages sociaux qui en découlent. Cette communauté bien organisée ne pose pas de problème de comportement mais, très bien informée sur la législation, elle bénéficie rapidement d'un hébergement en structure. A l'inverse des isolés très désocialisés qui, par exemple ne faisant pas de demande DAHO, ne sont ainsi donc pas prioritaires au SIAO Les personnes en attente de régularisation ainsi que les celles souffrant de problèmes psychologiques et/ou d'addiction (soit 35 %) ont des durées de séjour supérieures à 18 mois. Les statistiques montrent l'efficacité du travail effectué par les salariés dans le domaine de l'insertion, en effet comme les années précédentes les personnes en situation régulière, dont nous connaissons les orientations à la sortie après une période de présence supérieure à 9 mois, ont, pour plus de 90 %, un hébergement ou un logement de longue durée (CHRS, appartement relais, résidence sociale ou logement social). Par contre, comme nous l'avons vu plus haut, le suivi et les démarches à effectuer avec les résidents en attente de régularisation ou en souffrance sont interminables et peuvent décourager à terme, les travailleurs sociaux. Parmi les résidents ayant un revenu, 60% bénéficient de prestations sociales et seuls 6 % ont un CDI à temps plein. Et nous avons toujours plus de 30 % des usagers sans revenu et qui dans cette situation ne peuvent participer financièrement à leur hébergement. Dans les pages qui suivent ; les statistiques par établissement beaucoup plus détaillées vous permettront de mieux appréhender la réalité de chaque structure
  8. 8. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 8 (108) 2.2 ACTIVITE 2014: 2014 est la dernière année du CPOM signé en 2010. Grâce à une implication sans faille des membres du comité de pilotage et du responsable des actions transversales, les évaluations internes ont été réalisées dans tous les établissements, sans aide d'un cabinet extérieur, donc à moindre coût. L'évaluation externe du CHRS a confirmé la qualité du travail et l'efficacité de la méthodologie de l'évaluation interne. De ces évaluations, il ressort que l'Association répond aux obligations légales, assure un accueil et un accompagnement de qualité, respecte les droits des usagers mais manque cruellement de procédures écrites dans la plupart des domaines d'interventions. A ce jour, les axes d'améliorations pour chaque établissement sont clairement exprimés et dès à présent un plan d'action est mis en place afin de poursuivre le processus engagé. La mise en place de la démarche qualité, conjointement à celle de l'ACSC, est aussi engagée et se développera en 32015. L'ACSC, en fin d'année 2013 a reçu une réponse favorable à un appel d'offre régional sur le déploiement de SOLIBAIL et l'HSSY y a été intégré sur le département des Yvelines. En 2014 ce dispositif a pris toute son ampleur et l'Association a réussi pleinement à intégrer ce nouveau dispositif dans son activité. Je souhaite remercier vivement Audrey GUIYOULLE, chef de service du CHRS et de la BOISSIERE pour la qualité de son travail et la dynamique qu'elle a su créer avec son équipe ainsi que pour la qualité remarquable de la mise a en place des outils de gestion de ce dispositif si particulier. La préparation de la fusion avec l'ACSC est le fil conducteur de cette année. Si les comités de pilotage en sont les points forts, c'est au quotidien que ce projet est présent tant par la rédaction de documents que par le questionnement des salariés sur les changements à venir. Nous n'avons pas su pendant une période assez longue si le CPOM allait être prolongé d'un an ce qui n'a pas facilité l'anticipation de 2015. La décision finale retenue est l'intégration de l'HSSY au CPOM régional de l'ACSC. Je suis convaincu du bien-fondé de la décision de fusion du Conseil d'Administration. Je regrette que la finalisation ait été aussi longue. Ce délai a forcément occasionné des inquiétudes quant à l'organisation à venir. L'activité de l'Association se mesure globalement à l'aune des statistiques ; cependant au quotidien, l'activité, c'est le logement trouvé, l'emploi gagné, les petites et grandes joies partagées, le moment de tension qu'il faut gérer, les activités sportives ou culturelles partagées. Tout ce qui fait que chaque jour 24h/24 les résidents sont accompagnés vers une plus grande autonomie. Dans le cadre du développement de la politique du logement d'abord, la prise en charge des usagers dans un cadre collectif ne doit pas être sacrifiée, bon nombre des usagers sont bien trop éloignés de l'accès à un logement autonome sans compter ceux qui n'ont pas, faute de place, accès à ces établissements. 2.3 CONCLUSION En conclusion du rapport 2013 j'avais fixé plusieurs objectifs ; beaucoup ont été réalisés en 2014 mais il reste deux dossiers à finaliser : lancement de la construction du centre des Mortemets et agrément de la maison familiale de Mantes. Ces projets avancent mais ne sont pas encore réalisés. La fusion avec L'ACSC doit se concrétiser au mois de juin, Il s'agit donc de mon dernier rapport d'activité pour le compte de l'Association Hôtel Social Saint Yves, je veux remercier l'ensemble des Administrateurs, Trésoriers et Présidents qui se sont succédés et qui m'ont accordé leur confiance. Leurs réflexions pertinentes et leur engagement sans faille ont permis de faire vivre et grandir cette Association.
  9. 9. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 9 (108) Je souhaite aussi remercier les services de l'Etat et plus particulièrement la DDASS puis la DDCS, qui nous ont permis non seulement de financer nos actions mais nous ont aussi laissé la marge de liberté nécessaire à la mise en place de projets innovants qui aujourd'hui sont reconnus. Le professionnalisme dont ils font preuve, même lorsque nous sommes en désaccord, a largement facilité la réalisation de notre mission. Différents cadres sont passés au cours de ces années mais je souhaite remercier Madame BURET pour sa patience et son appui dans la gestion des CHRS ainsi que Monsieur AUDOIN qui assure, même tard le soir, l'ouverture en urgence de places d'hébergement hivernales. Je n'oublie pas non plus les salariés, qui pour certains sont présents depuis de nombreuses années, et assurent au quotidien le fonctionnement des structures. Malgré les désaccords, les oppositions parfois violentes, nous avons réussi à créer une "ambiance Saint Yves" qui je l'espère perdurera. La fusion avec l'ACS reste pour certains un sujet d'inquiétude, j'ai essayé avec le Président, de les rassurer sur le fait que la fusion n'entrainera pas de changements radicaux. Pour ceux qui ne sont pas convaincus, je citerai Héraclite qui il y a 2500 ans disait : " Rien n'est permanent, sauf le changement ". Pierre VERZI Directeur Général
  10. 10. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 10 (108) 3. ORGANIGRAMME
  11. 11. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 11 (108) 4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU Depuis plus de 20 ans, le Foyer Albert Viel a été en constante mutation. Au départ, il a été un simple appartement attribué par la Mairie au Secours Catholique pour la période hivernale. Puis en 1997, la Mairie a transféré cet accueil dans une maison et y a accueilli une douzaine d’hommes toujours pour la période hivernale. Bénévoles et salariés travaillaient ensemble. Le foyer fonctionnait 16h/24h toute l’année. Les bénévoles assuraient également les nuits. 2002 : les financements se sont pérennisés et le foyer a pu ouvrir toute l’année. La capacité est passée à l’accueil de 16 hommes et 18 durant le plan grand froid. Durant 10 ans, le Foyer a fonctionné avec des dortoirs de 4 à 6 lits, 2 douches et 2 WC pour des groupes atteignant parfois jusqu’à 25 personnes dans les pics hivernaux. Parfois, les hébergés en surnombre passaient la nuit assis sur des chaises dans la salle à manger pour ne pas rester dehors. Le foyer était très isolé et les partenaires n’y venaient quasiment pas à cause des conditions d’accueil et de la violence omni présente. 2010 : Afin d’améliorer l’accueil des hébergés, le Foyer a ouvert en continu 24h/24h. 2011 : La précarité, la forte promiscuité et l’inconfort des lieux ont fait que le Foyer a été choisi dans le Plan d’Humanisation de l’Etat pour optimiser l’accueil et l’hébergement en respectant les normes d’habitation. 2012 : Mise en place d’un accueil mixte (2 femmes et 2 enfants). Depuis, chaque studio individuel ou double dispose d’un coin cuisine et d’une salle d’eau. Une salle collective de restauration et d’animation est placée au centre du foyer. En parallèle, le Foyer n’a pas cessé d’améliorer ses pratiques professionnelles. La direction a eu la volonté constante de recruter de nouvelles compétences professionnelles créant ainsi une équipe multidisciplinaire (Educateurs diplômés DEES et M.E, conseillère en économie familiale et sociale, maîtresse de maison, veilleur de nuit, agent d’entretien et de maintenance.). Cet enrichissement professionnel a « technicisé» le travail social mené avec les hébergés en les intégrant dans un réel parcours d’insertion adapté à leurs difficultés et s’éloignant du simple accueil de la mise à l’abri. Le savoir faire reconnu des éducateurs avait besoin d’être professionnalisé. Les pratiques existantes y compris avec les bénévoles ont été clarifiées (ex : Elaboration d’une Charte des bénévoles) créant une nouvelle dynamique de partenariat et optimisant les interventions sur le foyer. La création de bureaux fermés a favorisé les interventions sur place des assistantes sociales, psychologue, infirmières… Aujourd’hui, le foyer est ouvert vers l’extérieur et les partenaires osent y venir. L’année 2014 a confirmé un fonctionnement rôdé et une organisation effective. La qualité d’accueil et le maintien d’une ambiance « familiale » positionne le foyer dans un climat serein et sécurisant. Nous n’avons connu aucun acte de violence cette année au sein du foyer. 4.1 L’EQUIPE EDUCATIVE DU CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE EST COMPOSEE COMME SUIT :  4.5 TP éducateurs sur des horaires d’internat dont 3 éducateurs spécialisés, 1 ETP moniteur éducateur, 1 moniteur-éducateur à mi-temps, 1 ETP 0.50 maîtresse de maison,  1.5 veilleurs de nuit.  0.20 ETP agent d’entretien et de maintenance.  1 directrice établissement à 0.40 ETP. Activité partagée avec la Maison familiale St Yves de Viroflay.
  12. 12. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 12 (108)  1 psychologue clinicien extérieur qui anime les séances mensuelles d’analyse des pratiques. 4.2 MOUVEMENT DU PERSONNEL : Démission de la maîtresse de maison. Recrutement en cours. Remplacement de la directrice titulaire (congé personnel) par une directrice diplômée CAFERUIS en CDD 8 mois jusqu’en juillet 2014. Accueil d’un stagiaire en formation 3 ème année d’éducateur spécialisé (stage 6 mois). Accueil pendant 2 ans, d’un apprenti en formation de moniteur éducateur. Il a obtenu son diplôme de DEEME en 2014 mais a préféré travailler auprès des handicapés mentaux. 4.3 FORMATION CONTINUE : Aucune demande n’a été formulée cette année. 4.4 ACTIVITE DE L’ANNEE En 2014, 200 personnes ont été hébergées au Foyer Albert Viel. Soit 196 hommes isolés et 4 mères avec leur enfant.  143 entrées  155 sorties. Nombre de nuitées réalisées : 9467 pour une ouverture en continu. Le Foyer Albert Viel a une capacité de 29 lits (30 lits pendant la période hivernale). Avec la rénovation du foyer, la capacité se décline comme suit :  9 studios doubles pour l’hébergement d’hommes isolés soit 18 places  1 studio double réservé à la nuitée 115, nuitée police (et PGF 6 mois de l’année) soit 20 places en studios double (21 avec la place en PGF 6 mois de l’année) .  4 studios individuels pour l’accueil d’hommes isolés plus autonomes soit 4 places  2 studios excentrés dans le pavillon pour l’accueil de 2 mères et de 3-enfants soit 5 places pour les familles en studios individuels.  La superficie du studio 16 le permettant, nous avons augmenté cette année d’une place supplémentaire le studio 16 permettant d’accueillir 2 enfants au lieu d’un. 4.5 LE FONCTIONNEMENT DU FOYER Depuis 2010, le foyer assure un accueil 24h/24h toute l’année contre 16h auparavant. Le foyer assure le gîte et le couvert pour la partie hôtelière. Trois repas sont servis et préparés par les hébergés sous le contrôle de la maîtresse de maison ou de l’éducateur et sur la base de menu collectif. Le Foyer Albert Viel est un centre d’hébergement d’urgence et fonctionne sous le principe de l’accueil inconditionnel et immédiat. Il n’y a pas d’entretien de pré-admission comme dans les C.H.R.S. Le principe commun est la personne qui se retrouve sans hébergement et qui fait appel au 115 du fait de sa précarisation. Un entretien d’accueil réalisé par l’éducateur a lieu dès l’entrée pour présenter la structure et expliquer son fonctionnement.
  13. 13. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 13 (108) Nous organisons ensuite le parcours logement en quatre étapes de la mise à l’abri immédiate où la prise en charge est totale jusqu’à la semi-autonomie avant la sortie définitive du foyer. 1er dispositif de l’extrême urgence: Les Nuitées 115 sur le principe des mises à l’abri immédiates. Accueils uniquement pour la nuit ou pour le WE. La personne peut se poser une nuit dans la semaine, prendre une douche, faire une machine à laver, manger et dormir dans un endroit chauffé et sec. Ensuite, la place doit tourner sur la semaine pour accueillir le plus de personnes possibles à la nuitée. Le Commissariat de Police dispose également d’une Nuitée Police. Ils ont la possibilité de nous amener même en pleine nuit une personne trouvée dans la rue et qui accepte de venir au foyer. Enfin, deux places pendant le Plan grand Froid, une qui est stabilisée pendant 6 mois et l’autre qui tourne quotidiennement comme la nuitée 115. Ces places sont destinées uniquement aux hommes isolés. 2ème dispositif d’urgence : Contrat de séjour Lorsqu’il y a une place vacante, elle est proposée à un hébergé qui est déjà venu plusieurs fois au foyer via le 115. Le règlement de fonctionnement et le livret d’accueil de l’établissement lui sont remis. A noter que le règlement de fonctionnement a été traduit en chinois et en russe : langues étrangères de plus en plus pratiquées au foyer et pour lesquelles nous n’avons aucune possibilité de communication (via l’anglais par exemple). Après huit jours d’observation et de repérage, il rencontre la directrice. Un entretien d’admission a lieu où le livret d’accueil et le règlement de fonctionnement sont relus et signés si la personne l’accepte. Le contrat de séjour lui est proposé en même temps et signé également. L’hébergement est alors contractualisé et le contrat de séjour est valable un mois et renouvelé deux fois. La direction ou l’éducateur renouvelle le contrat mois/mois et s’assure que l’hébergé souhaite toujours maintenir son hébergement. Ce contrat d’hébergement est lié à l’insertion. L’un ne va pas sans l’autre. Chaque partie a des droits et des obligations. S’ensuivent les entretiens avec l’éducateur référent qui après un diagnostic de sa situation, convient avec l’hébergé des actions à mettre en place en termes de restauration des droits administratifs, couverture santé, droits ASSEDIC ou autres, orientation psychologique ou médicale… L’hébergé doit également prendre contact avec une assistante sociale de droit commun qui l’accompagnera pendant tout son parcours d’insertion et après sa sortie définitive du foyer. Des entretiens réguliers ont lieu tous les 15 jours pour s’assurer des démarches réalisées par l’hébergé. Au terme des trois mois, si l’hébergé s’est positionné dans un parcours d’insertion et qu’il respecte le règlement de fonctionnement, un 3ème dispositif d’hébergement appelé Convention moyen séjour lui sera proposé où nous visons plus précisément le projet de sortie. La différence avec le contrat de séjour est qu’il est basé sur le Projet Individualisé de la personne. Ce dernier va devoir se projeter dans les deux/trois mois à venir en termes d’insertion et en tenant compte de ses problématiques. Ces conventions seront renouvelées tous les trois mois et seront rythmées toujours par des entretiens bi mensuels avec l’éducateur référent du foyer. L’assistante sociale de droit commun est partie prenante du suivi et accompagnera conjointement avec l’éducateur référent du foyer, l’hébergé dans son parcours via des synthèses régulières. Afin de concrétiser le projet de l’hébergé, les objectifs seront évalués régulièrement, l’accompagnement réparti entre l’éducateur référent du foyer et l’assistante sociale pour répartir les tâches de chacun en évitant les doublons et pour rendre le suivi le plus efficient possible. Toujours dans l’optique d’optimiser l’autonomie, depuis 2012, l’hébergé qui bénéficie de ressources régulières et qui est positionné sur des demandes de logement, intègre un dispositif de semi
  14. 14. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 14 (108) autonomie au sein du foyer où il reprend la main sur les actes de la vie quotidienne (confection de ses repas, courses…). Nous finalisons son parcours en termes de gestion du budget et d’appropriation du logement pour le rendre le plus autonome possible et limiter l’assistanat collectif du foyer avant sa sortie définitive vers un logement autonome. Nous maintenons le souci constant de respecter le plus possible l’équilibre entre vie individuelle et vie collective. L’équipe éducative a la charge des missions suivantes :  Mise à l’abri immédiate  Hébergement d’urgence et stabilisation du fait de la Loi DALO  Accompagnement social individualisé des hébergés via insertion emploi et relogement  Accompagnement des personnes vers le soin lorsqu’il y a repérage d’un trouble psychique ou addictif.  Orientation vers des partenaires adéquats,  Soutien dans le quotidien pour optimiser le « savoir habiter », le « savoir vivre ensemble » dans le respect de soi et le respect du collectif.  Appropriation du logement, gestion du budget.  Mise en place d’actions spécifiques dans le domaine de la santé, de l’insertion, de la culture et du bien être individuel. Afin d’être au plus près des difficultés rencontrées par les hébergés dans leur parcours d’insertion, l’ensemble de l’équipe se réunit deux fois par mois en réunion d’équipe avec la direction de l’établissement pour repérer les problématiques, débattre des dysfonctionnements, pointer les avancées positives, ou les orientations vers de nouveaux partenaires… Afin de soutenir l’équipe éducative dans ses suivis et la nécessité souvent de prendre du recul face aux questionnements soulevés, l’ensemble de l’équipe bénéficie mensuellement d’une analyse des pratiques avec un psychologue clinicien extérieur à l’association. Ce travail commencé depuis quatre ans apporte beaucoup à l’équipe et les soutient dans leurs difficultés et remises en question. A St Yves, les éducateurs travaillent seuls en service sauf sur les foyers dont les capacités sont supérieures à 60 lits. Les réunions sont donc fondamentales pour les éducateurs car ce sont les seuls moments où ils peuvent échanger, débattre de sujets et discuter de leurs pratiques professionnelles. Les interservices et les doublures occasionnelles du planning ne suffisent pas à combler ce sentiment de solitude et parfois, de vulnérabilité lorsqu’il y a des tensions à gérer dans le groupe.
  15. 15. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 15 (108) 4.6 LES HEBERGES :  Nombre d’entrée et de sortie :  Entrées 143  Sorties 155  Composition des ménages :  196 hommes isolés.  4 femmes avec 1 enfant chacune Soit 200 personnes hébergées pour 2014.  Les tranches d’âges Parmi les 200 personnes hébergées, tout comme l’année 2013, les 26/35 ans sont les plus représentés. La moyenne d’âge est de 38 ans.  Origine géographique 100% viennent de toutes les villes des Yvelines et 72 % nous ont été adressés par le SIAO URGENCE115.  Couverture santé D’un point de vu global, sur 200 personnes hébergées sur l’année, nous observons que beaucoup reste sans couverture santé : ce constat concerne majoritairement les nuitées 115 reflétant leur très grande précarité.
  16. 16. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 16 (108)  Emploi et Ressources 2014 Concernant les situations professionnelles des 200 personnes hébergées, nous constatons que la majorité est sans activités en lien avec le nombre majoritaire des 115 accueillis dans les nuitées d’extrême urgence. Très peu ont un emploi stable. Depuis 3 ans, des permanences CESF sont organisées au sein du foyer pour compléter le suivi éducatif. Dans l’optique du projet de sortie de l’hébergé vers l’autonomie, la conseillère en économie sociale et familiale soutient l’hébergé dans la gestion du budget et l’appropriation du logement. Les ressources reflètent la même précarité. Très peu ont des ressources stables et régulières. Sara dos Paladarès, CESF. "Le Foyer Albert Viel organise des permanences CESF bimensuelles. Une éducatrice diplômée CESF de la Maison Familiale de Viroflay anime ces rencontres. La CESF intervient sous forme de rendez-vous individuel avec les hébergés, différents thèmes sont abordés : le budget, les charges locatives et tous les domaines de la vie quotidienne (les papiers administratives, lire une facture, les dangers domestiques, l’alimentation…). Notre priorité étant d’aider les mères et les hommes seuls à gérer leur budget au quotidien à l’aide d’outils pédagogiques et de méthodes simples afin de pallier aux impayés de loyer. Le public reçu doit obligatoirement être en possession de ressources. Nous observons des différences notoires en matière de ressource entre les hommes, les femmes et les personnes en voie de régularisation. Les hommes selon leur situation peuvent bénéficier de l’ATA, le RSA, l’ASS et/ ou un revenu professionnel : les femmes sont pour la plupart bénéficiaires de prestations familiales telles que la PAJE, l’ASF, le RSA socle et/ou un revenu. Nous remarquons également que les hommes ont davantage de connaissances sur le domaine locatif que les femmes avec enfant du fait qu’ils ont déjà vécus seuls ou en couple au sein d’un logement autonome. Notre objectif est de rendre tous les hébergés autonomes avant leur sortie de la structure. Sara Dos Paladarès, CESF "
  17. 17. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 17 (108)  Sorties 2014  Durée des séjours pour les 200 hébergés présents sur l’année : La forte proportion des moins de 3 jours correspond aux nuitées d’extrême urgence.  Durée des séjours des personnes sorties en 2014 155 personnes sorties Même constat que le tableau précédent, la forte proportion des durées de moins de 3 jrs correspond majoritairement à l’accueil des nuitées d’extrême urgence (115), nuitées Police et Plan Grand Froid. La durée d’errance ne change pas d’une année à l’autre : les personnes accueillies sont en rupture de logement depuis des mois et certains n’ont pas eu de « lit » depuis plus d’une semaine avant d’arriver à Viel.  Relogement Sur la base des 155 personnes sorties Plusieurs freins sont observés dans l’accès au relogement : Faiblesse des ressources (ATA, RSA, ASS…) Offre de relogement limitée au logement privé ou SIAO INSERTION. Les hébergés ont accès au logement privé mais avec beaucoup de difficultés du fait de l’absence de garant, des ressources trop faibles pour des loyers très élevés. Seul dispositif fiable : le SIAO INSERTION pour des accès en logement passerelle ou en résidence sociale. Concernant les résidences sociales, beaucoup d’hébergés les refusent en expliquant
  18. 18. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 18 (108) « qu’ils veulent sortir des foyers. Ils veulent un vrai logement avec une clé à eux sans rendre compte à personne ». Il est regrettable de constater la suppression de certains dispositifs pour les hommes isolés tel que SOLIBAIL. Les demandeurs d’asile sont orientés en C.H.U.D.A. Les relogements restent donc minoritaires compte-tenu aussi de la forte proportion de personnes en voie de régularisation et du peu d’hébergés réunissant toutes les conditions nécessaires à l’obtention d’un hébergement ou d’un logement adapté. La forte proportion des personnes ressorties dans la rue sont à 95% les personnes entrées sur les nuitées d’extrême urgence. La situation à l’entrée et à la sortie ne change pas en 24 hrs.  Sanctions/ arrêt d’hébergement 2014 Un seul arrêt d’hébergement pour absences injustifiées et répétées. 23 avertissements notifiés principalement pour des absences injustifiées et non autorisées. Plus rarement, des retours après la fermeture du foyer le soir. Il est à noter que les hébergés ont la possibilité de partir les vendredis en WE jusqu’au dimanche 19h s’ils le souhaitent. Nous sommes donc moins permissifs sur les absences injustifiées de la semaine.  Accompagnement socio éducatif : Durant l’année 2014, 660 actes ont été réalisés (accueils 115, entretiens de suivis, synthèses avec les partenaires, permanence CESF, permanence du référent pour les régularisations auprès de la Préfecture, accompagnements divers (hôpital, Préfecture…), entretiens avec la direction (admission, validation des contrats, recadrage…). Nous observons une baisse significative par rapport à 2013 où 760 actes avaient été enregistrés. L’équipe éducative justifie cette baisse par un laxisme à remplir les données sur le logiciel PROGDIS.  Partenariat professionnel : Trimestriellement, nous rencontrons les conseillères sociales du CCAS de la Ville de Chatou pour établir un bilan, recouper nos informations, discuter des suivis difficiles. La psychologue de CAP SANTE met à disposition des hébergés une aide et une écoute pour ceux qui en ont besoin et qui le demandent Nous essayons là aussi de nous rencontrer lors des réunions d’équipe environ trois fois dans l’année pour faire part de nos observations sur les comportements des hébergés au sein du foyer qui sont suivis dans le cadre de cette permanence. Cela nous permet d’adapter nos postures professionnelles selon l’état psychique de l’hébergé afin de ne pas amplifier sans le savoir un mal- être plus profond.
  19. 19. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 19 (108) Nous avons consolidé nos partenariats avec des centres de cure en alcoologie situées en province : l’éloignement géographique permet de rompre avec les « mauvaises fréquentations » connues sur le territoire de la ville et alentours. Nous bénéficions d’un excellent partenariat avec des médecins généralistes d’un cabinet médical situé à côté du foyer. Ils reçoivent sans hésiter nos hébergés, sont à notre écoute dans les difficultés rencontrées par certains hébergés et font le lien avec d’autres partenaires médicaux. Les infirmières ou les assistantes de vie dans le cadre de l’APA acceptent maintenant d’intervenir au sein du foyer sans crainte. Nous n’avons pas réussi à développer un partenariat avec le CSAPA du secteur ce qui est fort dommage comparé à d’autres secteurs où une réelle collaboration s’est mise en place dans l’aide et soutien des personnes hébergées.  Partenariat avec les Bénévoles : Optimisation de l’intervention des bénévoles :  Aide à l’apprentissage de la langue française,  Cours d’informatique  Jeux de société  Partage du repas le soir,  Travaux de couture avec nos « mamies couture » qui interviennent toujours deux fois par mois pour recoudre les boutons de chemises, les déchirures de pantalons… Elles apportent beaucoup de chaleur et sont d’une telle gentillesse envers les hébergés que certains vont jusqu’à faire exprès de déchirer des boutons pour leur donner du travail quand personne n’a pensé à laisser un pantalon ou autre à réparer…. Aujourd’hui, elles marquent une pause et reviendront sans doute dans le courant de l’année 2015. Nous les attendons avec plaisir…. Les sorties mensuelles avec les bénévoles ont été proposées encore cette année même si nous avons constaté une baisse des inscriptions (Visite de Notre Dame, de la Basilique de Saint Denis, du château de Versailles…). Egalement des invitations au repas de Noël…  Communication : Concernant le recueil de la parole des usagers, nous maintenons des réunions pour être au fait avec les usagers : 2 Conseils de la Vie sociale ont été proposés en présence des responsables du Secours Catholique comme représentants institutionnels et observateurs de la vie interne du foyer ainsi que des professionnels de la Mairie de Chatou (ex : Responsable du Bureau du logement de la Ville). 2 réunions avec les hébergées et l’équipe éducative. Ces réunions ont pour but d’améliorer le quotidien en observant ce qui fonctionne et ce qui dysfonctionne dans la prise en charge éducative, hôtelière … des hébergés, et aussi de recueillir leurs propositions d’animations ou autres. Les enquêtes de satisfaction 2014 ont été réalisées par l’association en juin (15 hébergés) et en novembre (19 hébergés) sur un effectif total de 29 hébergés. Nous observons que le taux de satisfaction s‘est amélioré au cours de l’année preuve des efforts réalisés.
  20. 20. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 20 (108) 2014 RELATIONNEL ACCOMPAGNEMENT CONDITIONS MATERIELLES GLOBAL juin-14 81% 68% 81% 78% nov-14 97% 92% 91% 93% La direction et l’équipe éducative du foyer veillent à maintenir un cadre sécurisant et bienveillant au sein du foyer où une attention quotidienne pour chaque hébergé est privilégiée. Grâce sans doute à cette attention individuelle, nous remarquons que nous n’avons connu cette année aucun acte de violence ni envers l’équipe éducative ni entre les hébergés. Néanmoins, tout n’est pas idyllique et il y aura toujours des hébergés insatisfaits. Nous essayons de tenir compte de leurs remarques et d’y répondre du mieux possible.  Démarche qualité L’association St Yves a mené cette année l’évaluation interne des établissements St Yves. L’accent a été mis sur l’existence ou non de procédures écrites et sur les résultats des enquêtes de satisfaction réalisées auprès des hébergés. Un relevé des forces et des faiblesses par établissement a été réalisé au Foyer Viel de Chatou et à la Maison Familiale Saint Yves de Viroflay. Il est à noter que l’audit interne doit être réalisé par des collaborateurs formés ayant une bonne connaissance du métier. Fort de ses connaissances professionnelles, l’auditeur doit avoir une appréciation objective pour recueillir les données. Il est à rappeler que la démarche qualité part d’une analyse de l’existant. C’est une « photo » à un instant « T » de l’établissement. Cette « photo » permettra de mesurer les écarts par rapports aux exigences et d’identifier les pistes d’amélioration. Outre les procédures écrites et enquêtes de satisfactions retenues dans le cadre de cet audit interne, il est regrettable de constater que le relevé des forces et des faiblesses n’ait pas recueilli la réalité de l’existant pour les deux foyers de Chatou et de Viroflay en :  mettant de côté presque tous les aspects positifs de chaque établissement,  confondant ou ignorant une pratique d’accueil et d’accompagnement des hébergés dans leur quotidien et dans leur insertion,  ignorant les pratiques existantes et réglementaires dans la gestion du personnel. Pratiques pourtant conformes aux exigences de la Loi 2002-2 ou du Code du travail/Convention Collective. La direction de l’établissement s’est vue malheureusement dans l’obligation de reprendre ce relevé des forces et des faiblesses non conforme à la réalité apportant un discrédit sur la manière dont cette enquête a été réalisée et faisant perdre toute confiance sur les résultats à venir. Sans cette révision des forces et des faiblesses, il y avait une grande inquiétude à avoir sur les informations appelées à être transmises à l’audit externe.  Difficultés rencontrées De plus en plus, le Foyer Viel comme sans doute d’autres structures liées à l’urgence accueille des personnes qui rencontrent de grandes difficultés d’ordre médicale, psychologique, sanitaire… pour lesquels les centres d’hébergement d’urgence ne sont pas adaptés du fait de l’absence de personnels adéquats. En 2013, nous avions déjà accueilli une personne âgée souffrant de sénilité, incontinent fécal et malheureusement sans papiers administratifs. De ce fait et malgré les nombreuses sollicitations, il était impossible de faire intervenir des aides à domicile, des infirmiers… Cet hébergé ne pouvait ni se doucher ni s’habiller ni se nettoyer seul après être passé aux toilettes. Cela a duré plus d’un an
  21. 21. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 21 (108) obligeant la directrice, le personnel du foyer et même les hébergés à le prendre en charge dans le quotidien. L’année 2014 a fortement bousculé le foyer, personnel comme hébergé à cause du décès d’un hébergé qui habitait au Foyer Viel depuis 2012. Atteint d’un cancer généralisé, nous avons accueilli cette personne jusqu’à son transfert dans une unité de soins palliatifs où il est décédé dix jours plus tard. Nous avons constaté le dépérissement quotidien et progressif de ce Monsieur. L’équipe éducative et la directrice ont fait face et ont accompagné cette personne du mieux possible chaque jour aidés par les infirmiers et les médecins car cet hébergé bénéficiait d’une couverture santé. Les éducateurs et les veilleurs de nuit ont fait preuve d’une empathie remarquable. Ces deux évènements soulèvent comme je l’ai expliqué en amont la question de l’adaptabilité de nos structures à des cas médico sanitaires qui relèvent davantage de structures médicalisées avec ou sans couverture santé.  A quels moment devons nous faire cesser ces accueils et sommes nous en droit de le faire au vu de notre mission d’« accueil inconditionnel » ?  Et qu’adviendra t-il des hébergés sans papiers administratifs dont aucune institution ne veut car se pose d’emblée la question financière du paiement du lit médicalisé, des consultations, des radios, des médicaments…. ? Ces accompagnements extrêmes ont poussé chaque membre du personnel du Foyer Viel dans ses retranchements professionnels où la question du bien-être de l’hébergé était posée constamment et ce, au-delà de nos missions. Aujourd’hui, les structures sont amenées à réfléchir dans le cadre des recommandations des bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM à des thèmes comme la bientraitance/maltraitance dans nos établissements. Il serait déjà bon de se poser les questions jusqu’où vont nos missions dans nos établissements au regard des situations rencontrées et quelles réponses nos tutelles administratives et financières nous apportent en termes de moyens humains professionnalisés, financements, accès à des places en lits halte soins santé, lits d’hôpitaux pour des hébergés extrêmement dépendants, malades ou ayant des troubles psychiatriques, couverture santé ou pas.  A quel moment la bientraitance peut être remise en cause faute d’orienter cette personne dans une structure appropriée comme dans le premier cas où l’hébergé ne bénéficiait pas de couverture santé ? La bientraitance s’arrêterait elle aux seuls affiliés de la CPAM ?  Qu’en est-il de la bientraitance du personnel obligé de se transformer en aide ménagère, aide à la personne faute d’avoir le personnel adéquat ? Jusqu’où allons-nous pousser les missions du personnel dans ce type de structures où sous prétexte de l’accueil inconditionnel, nous continuons de prendre en charge des personnes qui relèvent de structures médicalisées ou psychiatriques ?  Animations proposées en 2014  Sortie à la mer en Normandie. La plage d’Etretat n’a pas retenue l’adhésion du groupe. Nous retournerons sans doute à Trouville l’année prochaine, plage plus appréciée par les hébergés semble t-il.  Activités en cuisine  Atelier peinture.  Activité piscine.  Atelier musique organisé par le stagiaire éducateur spécialisé : atelier fort apprécié.  Concerts.  Anniversaires des enfants.  Repas de Noël et du Nouvel An.  Repas culturels.
  22. 22. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 22 (108)  Projets 2015 :  Continuité et diversification des animations et des actions spécifiques au regard des problématiques constatées en matière de santé, d’accès à l’emploi, d’accès au logement  Recherche d’un partenaire plus enclin à travailler avec le foyer sur la prévention des addictions alcool et drogues.  Augmentation de la capacité d’accueil des mères avec enfants. Nous visons 3 studios supplémentaires pris sur l’effectif des hommes accueillis. Bien entendu, ce projet sera soumis à nos financeurs et dépendra des besoins sur le schéma territorial. 4.7 CONCLUSION : Depuis six ans, je travaille en tant que Directrice Etablissement au Foyer Albert Viel. A l’époque, l’isolement du foyer, de son équipe éducative et la précarité d’accueil des hébergés m’avait fortement interpellé. Tout au long de ces années, j’ai souhaité ramené ce foyer au niveau de la Maison Familiale de Viroflay que je gère en parallèle. Etablissement construit en 2008 et géré sur de nouvelles bases. Ma volonté a été de qualifier la prise en charge sociale des éducateurs en leur proposant des formations courtes (Droit Individuel à la Formation) aux salariés volontaires et en recrutant d’autres professionnels comme je l’ai indiqué en introduction. L’objectif était de rendre plus efficient le travail mené auprès des hébergés du foyer, porteur de multiples problématiques sociales, addictives… Les entretiens d’évaluation annuelle et professionnelle ont contribué à cette amélioration. Ces entretiens favorisent le recensement des demandes de qualification des salariés ou de perfectionnement dans l’exercice de leurs fonctions et les motive à poursuivre leur activité. L’accent a été mis aussi sur l’accueil de stagiaires en formation chaque année qui apportait un regard extérieur et observateur de nos pratiques. L’analyse des pratiques a beaucoup apporté en créant un espace de parole tiers pour l’équipe. Ces changements ont rendu plus efficace le travail mené et a motivé l’équipe. Le recrutement de nouveaux éducateurs diplômés a amené un souffle nouveau dans l’équipe existante. Savoir faire existant et nouveaux apports théoriques ont rendu plus efficient le travail social mené même si nous pourrions toujours critiquer les résultats. Nous avons travaillé ensemble, remis en question nos pratiques professionnelles et nos relations avec les partenaires existants. L’agrandissement du foyer nous a permis de solliciter de nouveaux collaborateurs nécessaires à l’accompagnement des hébergés accueillis. La rédaction pour les deux foyers de Chatou et de Viroflay d’un Projet de service avec un référentiel de toutes nos actions/moyens/ressources ont éclairci nos pratiques et les ont actualisées. L’écart entre le foyer de Viroflay et celui de Chatou s’est fortement réduit. Le niveau et la qualité du travail se rejoignent aujourd’hui même si les publics sont différents. Ces points positifs n’ont cependant pas transformé les problèmes constatés les années précédentes et qui restent récurrents : personnes en voie de régularisation, addictions diverses, absences ou précarité des ressources, difficultés à gérer les obligations locatives, le savoir habiter, le savoir vivre ensemble… Mais la qualité est là aujourd’hui dans l’ensemble même si nous pouvons toujours espérer faire mieux à Chatou comme à Viroflay. La rigueur budgétaire a été maintenue et a porté ses fruits remettant à l’équilibre le budget du foyer puisque le Foyer Viel a terminé l’année avec 0 euros de déficit sous réserve de la validation des comptes par le Commissaire aux comptes de l’association. Aujourd’hui, la page St Yves se tourne et une nouvelle page va s’ouvrir via la fusion avec l’Association des Cités du Secours Catholique. Je remercie l’ensemble de l’équipe pour ce qu’elle m’a apporté et pour m’avoir accompagné tout au long de ma pratique à St Yves. L’équipe a toujours répondu présente dans toutes mes sollicitations
  23. 23. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 23 (108) d’évolution dans le travail mené, dans la recherche d’une amélioration de la qualité d’accueil et de service rendu aux hébergés du foyer. J’espère que nous allons continuer ce travail ensemble et enrichir nos expériences actuelles avec je le souhaite, de nouveaux apports émanant de l’ACSC et des moyens humains et financiers plus développés. Merci à vous de m’avoir toujours suivi dans cette évolution et merci à P. Verzi de m’avoir laissé carte blanche dans la gestion de l’établissement. Laurence Michelitz Directrice d'Etablissement
  24. 24. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 24 (108) 5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES 5.1 LE CHRS Le contexte de la fusion à venir avec l’Association des Cités du Secours Catholique est l’occasion pour nous de proposer dans ce rapport un éclairage sur l’histoire et l’évolution du CHRS, structure atypique et qui a été la première de l’Association. Qui de mieux pour en parler que Monsieur Assane Seck, qui y travaille depuis plus de vingt ans. L’ « ancêtre » : extrait de l’entretien avec Assane SECK, veilleur de nuit à l’Hôtel Social Saint Yves depuis 1993, entretien réalisé en 2009, dans le cadre d’une action de professionnalisation des salariés et portant sur l’évolution de l’inconditionnalité dans l’Association.  Quelle était la prestation de l’hébergement au début ? Je qualifie mon travail à mes débuts comme de l’hôtellerie. Notre mission était d’accueillir des personnes, leur donner un repas chaud, leur permettre de prendre une douche et bien sûr un couchage pour la nuit. Le lendemain ils devaient sortir, on les orientait vers une assistante sociale.  Quel était le public accueilli ? Beaucoup d’hommes seuls, en situation de précarité, très désocialisés. Beaucoup de personnes rencontraient des problèmes de santé mentale ou d’addiction à l’alcool.  Quelle était la modalité d’hébergement ? Un accueil immédiat, pour une nuit en urgence, sans condition. Les seules personnes que l’on ne pouvait pas accueillir étaient les mineurs non accompagnés.  L’inconditionnalité était-elle un principe fondamental ? Oui, mais nous n’employions pas ce terme avant. La règle d’or était : aucune discrimination, aucune forme de condition et je dirai même que l’anonymat était accepté […]. Toute personne a le droit à sa vie privée et familiale.  Qu’en était-il du personnel ? Nous étions tous différents, non qualifiés. Cela apportait un équilibre dans le centre et un contact plus proche avec les usagers.  Quand le terme d’inconditionnalité s’est imposé dans les textes et pourquoi ? Ce mot a été introduit en 2005 avec l’agrandissement de l’Association. Notre expérience nous a permis d’acquérir un vocabulaire social pour enrichir le projet d’établissement, les rapports d’activité. Les différentes formations nous ont permis de nous professionnaliser. Progressivement, nous ne faisions plus de l’urgence mais un hébergement sur une période plus étendue 5.1.1 HISTOIRE ET EVOLUTION DU CHRS Le CHRS Hôtel Social St Yves est situé au centre Ozanam à Versailles, créé en 1987 à l'initiative du Secours Catholique, les statuts de l'association prévoient alors l'accueil en urgence et pour une courte durée de personnes en difficultés sociales. Pour exercer son activité, le Secours Catholique met à la disposition de l'association des locaux situés à Versailles au 24 rue du Maréchal Joffre (locaux toujours utilisés à ce jour). Cet établissement nommé "Hôtel Social Saint Yves" a gardé cette appellation depuis son origine. De 1988 à 1995, l'association offre une capacité de 18 lits. Dans un premier temps, seuls des hommes sans domicile fixe, bénéficient des prestations de l'association: accueil de nuit, douche, dîner, petit-déjeuner, écoute et orientation si possible vers des services sociaux. Seuls, trois salariés et quelques bénévoles en assurent le fonctionnement. Très vite, cette organisation atteint ses limites. Cinq salariés sont alors embauchés pour assurer le fonctionnement 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Dans le même temps, l'association reçoit de plus en plus de demandes d'hébergement pour femmes, les caractéristiques de la population évoluant. L'association décide donc de modifier le projet initial et d'accepter les femmes et les couples. Puis entre 1993 et 1995, une nouvelle population se trouve concernée : femmes et couples avec enfants.
  25. 25. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 25 (108) Le Secours Catholique met alors à notre disposition une grande pièce attenante, qui après quelques travaux, permet de disposer d'une capacité d'accueil de 23 places. Ce bâtiment se présente sur 3 étages avec des chambres à partager Les personnes seules quittaient la structure de 9h à 17h et étaient accueillies pour une période de 3 jours renouvelables 2 fois. Seules les familles pouvaient rester sur la structure en journée.  La mutation du CHRS: L’année 2007 s’est décomposée en trois étapes pour le CHRS :  jusqu’au 15 avril 2007 : le fonctionnement était centré sur 2 modalités d’hébergement selon le public accueilli.  un court séjour (9 jours maximum) pour les personnes sans enfant  un Moyen Séjour (1 mois renouvelable) pour les familles  du 15 avril au 15 août 2007 : la limitation de séjour est supprimée, mais l’objectif du CHRS est d’orienter dans les plus brefs délais les personnes hébergées vers des centres proposant des hébergements de longue durée, y compris des places de stabilisation (notamment vers les autres centres de l’association)  à partir du 15 août 2007 : la stabilisation des personnes se fait directement sur le CHRS. Mise en place d’un fonctionnement pour que cette stabilisation soit efficiente. La principale conséquence de ce changement de mission a été bien évidemment l’évolution du nombre de personnes accueillies. Longtemps passerelle entre la rue et des hébergements de plus longue durée, le CHRS a continué sa mutation durant l’année 2008 pour accompagner les personnes dans leur projet individuel. L’ouverture 24/24 opérée en juillet pour toutes les personnes hébergées a profondément modifié le fonctionnement et le mode de prise en charge du CHRS. Jusqu’en juillet 2014, le CHRS était financé pour 23 places et de 5 places financées dans le cadre du renfort hivernal, pour autant ces places étaient occupées à l’année. Ces 5 places sont pérennisées depuis le 1 juillet 2013 La capacité maximum d’hébergement est de 28 personnes et varie en fonction de la taille des familles accueillies. 5.1.2 LE PUBLIC Au cours de l’année 2014, le CHRS a accueilli 47 personnes, soit 9852 nuitées. Parmi celles-ci, 32 (68%) étaient déjà présentes en 2013 et 15 (32%) ont été orientées pour la première fois. La durée moyenne de séjour à la fois pour les personnes présentes en fin de période et pour les personnes sorties en 2014 est de 396 jours. Ces chiffres montrent qu’à la fois, le travail de stabilisation sur l’hébergement et l’accompagnement des situations administratives précaires sont long. 5.1.2.1 URGENCE ET STABILISATION 15 places d’hébergement sont dédiées à la stabilisation et 13 à l’urgence. L’Association applique le principe de continuité à l’hébergement d’urgence qui implique que les personnes accueillies en urgence bénéficient du même accompagnement que celles accueillies en stabilisation, seul le mode d’orientation diffère. Pour cette année 2014, nous avons accueilli un public relevant majoritairement d’un hébergement en stabilisation. Lors d’absences autorisées de plus d’une semaine (hospitalisation, démarches à l’étranger…), nous proposons des places en « dépannage » au 115 afin, autant que faire se peut, de ne pas laisser de place vacantes.
  26. 26. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 26 (108) 5.1.2.2 DIVERSITE ET MIXITE DU PUBLIC Le CHRS dispose de 4 places familles (couples avec enfants, femmes ou hommes seuls avec enfants), 1 place couple, 4 places femmes seules et 8 places hommes seuls. Cette diversité et mixité du public est un véritable atout et chacun semble trouver sa place. Malgré des locaux exigus et anciens, l’ambiance au CHRS continue d’être chaleureuse et conviviale et permet aux personnes de se maintenir. Le public, malgré des conditions d’hébergement très difficiles, se plaint peu et dans l’ensemble il y a peu de conflits. L’équipe éducative a un rôle très important dans la gestion des conflits et la présence d’éducateurs 24 h sur 24 et leur disponibilité permet de désamorcer ces conflits. 5.1.2.3 LES FAMILLES L’ouverture 24h sur 24 et le principe de continuité ont mis en avant le problème de l’inadaptation des locaux à la présence des enfants. Le projet de changement de public est toujours en réflexion. De plus, malgré un bâtiment exigu et tout en hauteur, nous avons accueilli en 2014 un enfant de 5 ans en situation de handicap moteur et une enfant de 8 ans en situation de handicap mental et des problèmes de motricité. Malgré les appréhensions des familles à leur arrivée, elles parviennent avec le soutien d’une équipe attentive et disponible, à trouver des solutions en dépit de l’inadaptation des locaux. De plus, l’ensemble des personnes accueillies sont attentives aux enfants et font preuve de solidarité. L’équipe du CHRS continue de proposer une ambiance au quotidien chaleureuse et conviviale. L’équipe du CHRS est composée : d’une directrice d’établissement (0.5 ETP), d’une chef de service (0.5 ETP), d’une équipe éducative de 6 éducateurs, d’une maitresse de maison. Mr Niangané fait partie intégrante de l’équipe et est bien identifié par le public. Les éducateurs effectuent toujours à tour de rôle une permanence de travailleur social, ce qui leur permet d’effectuer des accompagnements extérieurs et de réaliser les contrats de moyen séjour avec les personnes hébergées et leurs référents sociaux. Cette modalité de fonctionnement permet d’accompagner les personnes dans leur projet en le mettant en perspective avec certains éléments du quotidien. Le « partage » du quotidien permet en effet de soutenir ou de réajuster leur projet en fonction de nos observations. 3 professionnels bénéficient de formations depuis septembre 2013 : éducateur spécialisé, CAFERUIS et DEIS. 5.2 L’ACCOMPAGNEMENT 5.2.1 LA RESTAURATION DES DROITS Le premier temps de l’accueil doit permettre à l’équipe d’entamer l’ouverture ou la restauration des droits pour les personnes (santé, ressources, situation administrative et orientation vers un référent social extérieur). Parmi les 15 personnes accueillies dans le cadre de l’urgence :  Référent social : L’Hôtel Social Saint Yves souhaite poursuivre, en lien avec un référent social extérieur, l’accompagnement des personnes accueillies. Ainsi 10 personnes bénéficient d’un accompagnement par un référent social du Conseil général, 1 par le CCAS, 2 par Stuart Mill, 2 par le SPIP et une personne n’a pas de référent.  Santé : Situation à l’entrée: 3 n’ont aucune couverture de santé, 7 bénéficient de l’Aide Médicale d’Etat, 5 de la CMUC. Parmi les 3 personnes n’ayant aucune couverture de santé, une a ouvert des droits à la CMUC, 1 à l’AME et la troisième personne a quitté la structure avant d’obtenir un changement de sa situation. Pour les demandes d’ouverture de droits à une couverture de santé, l’équipe éducative constitue le dossier de demande et le transmet à Mme Botcazou (conseillère solidarité au pôle de garantie d’accès aux soins).
  27. 27. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 27 (108)  Pièces d’identité : Situation à l’entrée: 8 personnes ont un passeport, 2 ont une Carte Nationale d’identité, 4 ont un acte de mariage ou un acte de naissance, concernant les enfants Parmi les personnes ayant un acte d’état civil, une a pu obtenir sa carte nationale d’identité. Parmi les personnes ayant des situations administratives précaires : 1 n’avait aucune demande, 4 avaient constitué leur dossier de demande, 2 étaient en attente de décision et une avait un récépissé avec autorisation de travail.  Ressources : Situation à l’entrée: 13 personnes n’ont aucune ressource (dont 4 enfants), 1 est au RSA, 1 bénéficie de l’ATA. Parmi les personnes n’ayant aucune ressource, 1 a ouvert ses droits au RSA, 1 est passé du RSA à l’AAH et 1 a obtenu des ressources via l’emploi. 5.2.2 LE PROJET INDIVIDUALISE Le contrat de moyen séjour est l’outil qui permet d’accompagner les personnes dans leur projet individuel. Il permet d’inscrire la personne dans son projet, en adaptant les objectifs aux capacités et difficultés des personnes. Pour des personnes éloignées de l’insertion, il s’agit de soutenir leur projet en proposant des objectifs les plaçant en condition de réussite. Comme évoqué précédemment, le travail sur le quotidien et la relation avec les personnes accueillies sont une force et permettent aux personnes de se sentir considérées et de se stabiliser. Les contraintes organisationnelles dues aux formations, à l’absence de la maitresse de maison (depuis le mois d’avril 2014) et à la multiplication des accompagnements (Solibail) ont fait que nous avons pris du retard quant à la mise en place et à la régularité de ces contrats. La volonté de laisser du temps aux personnes arrivant, pour trouver des repères, a fait que les personnes investissent la structure mais manquent de lien avec leurs référents sociaux. Nous réfléchissons à la mise en place d’un outil plus accessible s’agissant du contrat moyen séjour pour les personnes accueillies. La régularité de son évaluation fait partie des objectifs essentiels pour 2015. L’équipe, qui est aujourd’hui stable, doit se mobiliser dans ce sens. Lorsque l’équipe éducative constate qu’une personne n’arrive plus à effectuer les démarches liées à son projet ou a des problèmes de comportements ou de non-respect du règlement et afin d’éviter mettre un terme à l’hébergement, l’équipe éducative propose un contrat d’engagement qui fixe des objectifs précis durant un mois afin que la personne puisse se remobiliser. En 2014, 29 personnes dont 7 enfants ont été accompagnées dans le cadre du moyen séjour. Les problématiques travaillées :  Stabilisation et soins : Pour 6 personnes, l’accompagnement porte sur la stabilisation à travers ces contrats. Parmi ces personnes 4 sont suivies par un CMP et 2 ont une problématique d’addiction. L’équipe s’appuie sur la relation au quotidien et un échange régulier avec le référent social extérieur qui propose souvent un accompagnement de proximité (notamment le CCAS de Versailles et Stuart Mill) et l’accès et la stabilisation dans le soin avec également des contacts très réguliers avec les CMP. Le partage du quotidien avec les familles et surtout la présence d’enfants impliquent que l’équipe éducative puisse lever certaines appréhensions des autres personnes hébergées. Un travail dans ce sens est effectué et permet à ces personnes d’être mieux intégrées au sein de l’hébergement. L’équipe de liaison du Réseau de Promotion de la Santé Mentale Sud Yvelines continue de nous soutenir et de nous rassurer quant à ces accompagnements. L’admission à bas seuil et une cadre souple mais rassurant permet une réelle stabilisation.  Régularisation : Elle concerne 5 personnes dont 1 couple. L’accompagnement effectué par Mr Niangané ainsi que par les référents sociaux de la Boutique Stuart Mill qui participent au moyen séjour, a permis la régularisation pour un couple présent depuis 3 ans sur le CHRS.
  28. 28. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 28 (108)  Insertion professionnelle : Concerne 6 personnes. Les contrats moyen séjour ne sont que très rarement axés seulement sur l’insertion professionnelle (régularisation et insertion professionnelle, insertion professionnelle et logement)  Logement et logement adapté Concerne 16 personnes dont 7 enfants. Parmi elle, 6 personnes soit 2 familles sont hébergées dans le cadre du logement temporaire de Velizy dont l’Hôtel Social St Yves est locataire. Le logement de Vélizy accueille une famille accompagnée par le CHRS et une famille accompagnée par la Maison Familiale. Pour 9 personnes, l’orientation a été le logement autonome avec des demandes effectuées dans le cadre de la prospection logement avec CAP LOGY. 2 personnes ont signés un contrat d’engagement avec l’équipe éducative : démarches, comportements inadaptés. 18 personnes n’ont pas ou pas encore accédé au moyen séjour : Il s’agit en particulier de personnes en situation administrative précaire pour lesquelles il n’y a souvent pas de référent social extérieur ou qui sont dans l’attente d’une réponse concernant leur situation administrative et qui n’expriment pas de besoin quand à un accompagnement social en dehors de leur situation administrative. Néanmoins, il parait nécessaire de proposer beaucoup plus cet accompagnement afin de faire émerger des besoins et être plus en relation. Il s’agit également de personnes qui ont quitté la structure ou pour lesquelles une fin d’hébergement a été décidé avant le passage en moyen séjour. Pour certains, la construction de la relation éducative au quotidien et donc d’une relation de confiance est plus longue. Ils éprouvent alors une certaine difficulté à cerner ce que peut leur apporter ce type d’accompagnement. 5.2.3 LES SORTIES 21 personnes sont sorties du CHRS en 2014 : 5 personnes dont 1 enfant sont sorties vers le logement autonome 1 famille (couple + 2 enfants) a été orientée vers un appartement relais et une famille (femme +2 enfants) ont intégré le logement de transition de Vélizy 1 personne est sortie vers un établissement de soins, 1 a été incarcérée 5 personnes (dont 1 femme et 2 enfants qui occupaient le logement de Vélizy) sont sorties pour des solutions d’hébergement chez des tiers. Pour 2 d’entre elles, ces départs étaient volontaires et non préparés avec l’équipe et pour la famille il s’agissait d’un arrêt de prise en charge. 1 personne est sortie sans solutions d’hébergement suite à une fin de prise en charge et 1 personne a sollicité l’aide au retour auprès de l’OFPRA 5.2.4 LE PARTENARIAT Le CMP1 de Trappes, Hôpital Charcot et le RPSM sont des partenaires qui, de par leur implication et leur soutien, permettent au CHRS de réaliser un accompagnement de qualité. Les TAS2 : si nous sommes bien connus des travailleurs sociaux des TAS environnants , il est compliqué de maintenir l’accompagnement pour des personnes suivies sur d’autres territoires, les travailleurs sociaux considérant que les personnes se stabilisant sur le CHRS ne relevaient plus d’un accompagnement par le territoire. Or malgré cette stabilisation, le CHRS n’est qu’une étape 1 Centre Médico Psychologique 2 Territoires d’Action Sociale
  29. 29. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 29 (108) dans le parcours des personnes et un accompagnement extérieur est une garantie de la continuité du parcours au-delà de l’hébergement. Le CHRS est un acteur bien identifié sur le territoire de Versailles, ce qui permet aux travailleurs sociaux prescripteurs d’affiner leurs préconisations et de préparer en amont les personnes accompagnées. Le CCAS de Versailles et la Boutique Stuart Mill sont des partenaires importants, avec lesquels l’équipe est très en lien pour un accompagnement au plus près des besoins des personnes hébergées. La participation du CHRS aux réunions de concertation des acteurs de terrain sur le territoire de Versailles permet une meilleure identification des partenaires, de créer un réseau et de rester au contact des besoins des usagers. 5.3 LES PROJETS ENVISAGES POUR 2015  La réécriture du projet d’établissement : le projet de fusion avec l’ACSC a fait que la réécriture du projet d’établissement semblait plus pertinente une fois le traité de fusion validé afin de le mettre en perspective avec les valeurs, le fonctionnement de l’ACSC  Humanisation des locaux : d’importants travaux sur le CHRS, rénovation des sanitaires vétustes, changement des fenêtres ont été réalisés en ce début d’année 2015. Un décapage est également prévu après la réalisation des travaux.  Les évaluations internes et externes du CHRS : ce travail a été réalisé en lien avec Adel Ahmad (Responsable des actions transversales) et accompagné par un comité de pilotage. Il a nécessité un investissement important de l’équipe et l’évaluation externe est le reflet de l’accompagnement réalisé au CHRS avec des axes d’amélioration qui soulignent les constats que nous avions déjà réalisés. Ils devraient permettre de proposer un accompagnement plus structuré avec une volonté forte de placer les usagers en tant qu’acteurs. Parmi les préconisations :  Mettre en place des outils de surveillance des activités et de la qualité des accompagnements mis en œuvre auprès des usagers Une implication plus forte de l’ensemble de l’équipe quant à l’utilisation de l’outil PROGDIS devrait permettre de répondre à cet objectif.  Réactualiser le contrat de séjour et le contrat de moyen séjour pour le mettre en conformité avec l’article L311-4 du CASF et le décret n° 2004-1274 du 26 novembre 2004 relatif au contrat de séjour  SOLIBAIL : poursuite de l’accompagnement social de ménages effectué depuis septembre 2013 dans le cadre de Solibail 5, en lien avec l’Association des Cités du Secours Catholique. Anne-Lise Lelong Directrice d'Etablissement
  30. 30. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 30 (108) 6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE 6.1 INTRODUCTION Notre action au sein du centre de Mantes s’inscrit dans le cadre d’un accueil lié à la prise en charge de 99 hommes répartis en 4 modes d’accueil : 1. CHU, 59 places : Je pense que dans le cadre des accueils d’urgence une interrogation se pose sur la notion de durée d’hébergement qui aujourd’hui, à mon sens, ne correspond plus à l’urgence telle que pensée en 1987 (date de création de l’HSSY). 2. CHRS, 30 places : Pour le CHRS seul le sigle et une partie du fonctionnement y correspondent car sa création est due à la mise en place de places de stabilisation. 3. HPVC, 10 places : Depuis 2006, nous accueillons 10 HOMMES AUTEURS DE VIOLENCE CONJUGALE, via une orientation en direct du TGI de Versailles et en lien avec l’ASSOEDY. 4. Homme auteur de violence à caractère sexuelle, 6 places : Cette action est menée conjointement avec le SPIP de Versailles ainsi que la DDCS des Yvelines. Elle fait l’objet d’une convention tripartite et a pour mission d’accueillir et accompagner six hommes AVS. Afin de mener à bien cette mission un salarié du centre assure les entretiens de suivis et le lien avec le SPIP. L’équipe du collectif veille à leur implication dans le fonctionnement du quotidien. 6.2 OBJECTIFS 2014 Agrément pension de famille et organisation qui va avec ce nouveau dispositif mis à la disposition des hébergés de Saint-Yves. Demande toujours en cours en lien avec ACSC. Evaluation du personnel. Reporté pour le 1er semestre de 2015 RDV TGI. RDV prévu pour juin 2015 Réflexion durée/urgence… PROJET D’ETABLISSEMENT. Reporté pour 2015 dans le cadre du résultat de l’évaluation interne réalisée en 2014. RDV SANTE d’envergure plus importante que précédemment. Réalisé en décembre 2014. Permanence et intervention SIDA PAROLE. Plusieurs rencontres dans le but de préparer une convention et mise en place d’une permanence pour 2015. Document unique médecine du travail. Reporté pour 2015 Bailleurs sociaux à rencontrer. Pas réalisé car attente du positionnement de HSSY entre autres sur le SOLIBAIL. Notre action dans ce cadre pourrait venir en doublon avec SOLIBAIL REPRISE DU GROUPE DE PILOTAGE. Reporté pour 2015 Utilisation du piano. Mise en place dans le cadre de l’atelier musique 6.3 FONCTIONNEMENT 1. Général Je tiens à remercier et féliciter l’ensemble de mon équipe qui a montré et prouvé son engagement pour HSSY, pour le centre et bien sûr pour les hébergés. Comme déjà exprimé en 2013, l’embauche d’un secrétariat est une réelle valeur ajoutée pour le fonctionnement. De plus, les missions qui lui incombent ont été réévaluées. De par sa volonté et sa prise d’initiative, elle est responsable d’actions telles que la gestion administrative et la participation au bon fonctionnement de la maison relais, la gestion des plannings, la mise en place et le suivi du partenariat avec l’Agence du Don en Nature. Son implication laisse à voir qu’elle est plus dans une fonction d’Office Manager.
  31. 31. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 31 (108) Pour 2014 les solutions durables de sorties pour les hébergés n’ont pas été nombreuses car nous avons rencontré de grandes difficultés avec le public que nous avons hébergé, population en grande précarité avec de faibles revenus et un grand nombre de demandes de régularisation. Je pense qu’une proposition intermédiaire entre le CADA et le logement social serait opportun pour les personnes en attente d’une régularisation et un tremplin pour ceux qui ont peu de revenus. Les réunions de 2014 nous ont permis de bien réfléchir aux actions et aux méthodes de suivis des personnes. Malgré cela nous avons rencontré des soucis de respect des consignes de fonctionnement. Il en résulte une demande forte exprimée par l’équipe sur la mise en place de commissions de réflexion en y associant les partenaires. 2. Collectif Le coordinateur a pu conforter sa place et prendre en considération l’ampleur de son poste et assoir sa fonction dans la dynamique du groupe de salariés. Encore une fois je pense que sa position n’est pas simple et de tout repos car sa responsabilité s’arrête à la mise en action de la dynamique et je pense qu’il serait opportun et temps de lui donner la responsabilité hiérarchique du groupe collectif dans la gestion du quotidien. Une réflexion doit être mise en place sur l’application des procédures et la compréhension de la notion d’accueil. Le cuisinier, présent depuis fin 2013, a réalisé d’importantes économies dans son fonctionnement. Il a une réelle fonction éducative et sensibilise les hébergés sur l’hygiène, l’équilibre alimentaire et le goût. Les repas confectionnés sont de qualité et appréciés de tous. Nous avons retrouvé les valeurs éducatives et de convivialité portées par HSSY. 3. Individuel L’équipe chargée du suivi individuel a été complétée par l’embauche de 2 salariées. Cela a permis un accompagnement plus adapté aux hébergés en 2014. L’embauche et le remaniement du fonctionnement a permis d’accompagner plus précisément les hébergés. Le dispositif du suivi individualisé 2014 est concluant et nécessite tout de même un développement qui doit aider à la mise en place d’un travail plus ciblé dans le cadre des lois et des dispositifs existants. Sur ce point il sera important pour optimiser le fonctionnement d’avoir un salarié dont la mission serait de travailler sur la mise en place d’actions spécifiques autour des réglementations, d’actions collectives ciblées telles que la santé, l’emploi, le logement, la création du lien avec les partenaires, tout cela en binôme avec le coordinateur. Une salariée se détache pour l’organisation et la mise en place dans ce mode de fonctionnement. Elle a en 2014 coordonné le rendez-vous santé. 6.4 HEBERGEMENT CHU/CHRS Nous avons en 2014 accueilli 153 personnes avec une moyenne d’âge de 41 ans : soit 46 personnes de moins qu’en 2013.
  32. 32. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 32 (108) Nombre de journées réalisées pendant la période : Tranches d'âges 18 à 25 7 26 à 35 47 36 à 45 54 46 à 55 30 56 à 65 13 + de 66 1 Non précisé 1 Nationalité Française 42 U.E 18 Hors U.E 90 Non précisé 3 Durée des séjours - de 2 jours 1 De 2 à 3 jours 0 De 4 à 6 jours 2 De 7 à 14 jours 1 De 15 à 30 jours 0 De 31 à 91 jours 6 De 92 à 192 jours 20 De 193 à 284 jours 12 De 285 à 364 jours 4 De 365 à 729 jours 35 730 jours et + 72 Couverture sociale Régime Général 23 Régime Général + Mutuelle 13 Régime Général + CMU Compl. 8 C.M.U. de Base 6 CMU de Base + Compl. 41 Aide Médicale d'Etat 41 Etudiant 0 Aucune 12 Inconnue 2 Non précisé 7 HPVC 19 personnes accueillies dans le dispositif. La prise en charge des HPVC ainsi que les durées d’accueil sont tenues en revanche. Nous devons pour 2015 nous positionner sur la fin de prise en charge, entre autres si l’auteur ne peut réintégrer le domicile. Dans ce cas quelle prise en charge devons-nous mettre en place et surtout doit-on le reprendre en direct ? Afin d’améliorer le fonctionnement, le coordinateur assure en lien avec le salarié chargé de l’accompagnement le suivi des HPVC.
  33. 33. Rapport Annuel Exercice 2014 Page 33 (108) 6.5 ACTIONS 6.5.1 INDIVIDUELLES  Santé Il nous semble important d’avoir un travail en lien avec les partenaires de santé car la population que nous hébergeons nécessite pour plus de 50 % d’entre eux un accompagnement lié à des problèmes de santé divers. Ainsi, l’année 2014 nous a permis d’organiser au sein de l’établissement une rencontre santé destinée aux hébergés avec le CSAPA, la CPAM, le service social de l’hôpital de Mantes-la- Jolie, le CMP, CAP SANTE, le CLAT des Yvelines, SIDA PAROLE, et un dentiste. Parallèlement, cette dernière confirme et renforce l’idée du maintien des permanences qui sont pour 2015 : ( voir bilan action santé ) Responsable de l’action Fatimata.  CPAM La permanence tenue et suivie par madame Ingrid Lascaux de la CPAM prend tout son sens car les hébergés ont été pris en charge dans leurs démarches administratives de santé avec des ouvertures de droits à la santé dans des délais courts.  CSAPA La permanence propose l’intervention le dernier vendredi du mois d’un travailleur social. Cette consultation animée par une psychologue et une assistante sociale de l’antenne a vu sa création, tout d’abord sur les questions autour de l’alcool, évoluer vers une approche plus globale des addictions. Ce temps de parole et d’écoute des usagers du foyer permet une approche différente pour les hébergés et pour certains d’entamer un suivi lié au problème d’addiction qu’il rencontre.  CMP La permanence propose l’intervention du même infirmier de psychiatrie ainsi qu’un médecin psychiatre le premier lundi du mois. 32 hébergés ont pu être reçus et orientés ensuite vers le CMP de Mantes la Jolie.  Logement  ADOMA 4 hébergés ont été orientés vers ce dispositif pour la période du 01/01/14 au 31/12/14  COALLIA Porcheville 3 hébergés ont bénéficiés d’un logement  Pension de famille Malgré l’attente de la demande d’agrément de type maison relais nous avons orienté 5 personnes sur notre dispositif.  Emploi L’emploi pour les hébergés n’est pas simple car ils sont pour un grand nombre en grande difficulté d’insertion professionnelle. C’est pourquoi en 2014 nous avons continué à développer le partenariat avec le pôle emploi et nous sommes encore à tenter de mettre en place une convention de fonctionnement. Toutefois un salarié a amorcé des démarches auprès des entreprises situées dans la zone d’activités des Closeaux, démarches qui doivent aboutir en 2015 par la mise en place d’atelier emploi, d’embauches temporaires sur proposition des entreprises de la zone.  Régularisation

×