RÉTENTION,  DÉFLATION,  RÉINVENTION  
Décembre  2014  
Quand  les  classes  moyennes  parlent  de  prix,  de  pouvoir  d’a...
2  
6  ans  après  notre  première  enquête  sur  les  classes  moyennes  et  le  pouvoir  
d’achat,  2  ans  après  La  s...
3  
1.  LE  CHANGEMENT,  
C’ÉTAIT  AVANT.  
2.  VERS  UNE  CULTURE  
DE  LA  DÉFLATION  ?  
3.  LE  PRIX  AUX  PRISES    
...
4  
1.  LE  CHANGEMENT,  C’ÉTAIT  AVANT.  
5  
FLASH  BACK.  Les  mots  de  2012.   FAST  FORWARD.  Les  mots  de  2014.  
Phase  d’adaptation.  
Effort,  souffrance...
6  
a)  Des  repères  acquis.  Des  pratiques  stabilisées.  
Sans  dramatisation,  avec  un  sentiment  d’effort  et  de ...
7  
b)  Le  règne  du  moins  cher  remplacé  par  le  primat  de  l’expérience  
Du  paradigme  du  «  moins-disant  »  à...
8  
c)  Abandonner  les  pratiques  non  rentables  
S’économiser  soi-même  et  plus  seulement  économiser.  
«  Pour  l...
9  
d)  Mettre  en  place  et  généraliser  une  consommation  raisonnée  
Opérer  le  tri  sélectif  de  sa  consommation...
10  
Une  somme  de  bonnes  nouvelles  individuelles  
-  j’ai  apprivoisé  la  crise  –  
donne-t-elle  une  bonne  nouv...
11  
2.  VERS  UNE  CULTURE  DE  LA  DÉFLATION  ?  
12  
Adopter  et  partager  avec  ses  pairs  une  culture  de  la  déflation,  
c’est  obéir  à  un  certains  nombres  d...
13  
En  limitant  son  empreinte  consommation.  
Ce  qui  était  essayé  en  2012  est  
maintenant  systématisé.  
#1  ...
14  
+21  points.  La  part  de  Français  ayant  acheté  un  
produit  d’occasion  par  Internet  est  passée  de  
17%  ...
15  
Construire  un  nouveau  système  de  valeurs  :  
#1  De  consommer  moins  à  consumer  moins  
«  Pourquoi  change...
16  
#2  Privilégier  la  consommation  circulaire  
La  banalisation  
du  compost  
La  valorisation  
du  commerce  san...
17  
#3  De  la  rétention  au  report  
La  cristallisation  d’une  «  Culture  de  la  Déflation  »  
autour  de  2  pil...
18  
  «  Je  n’avais  pas  conscience  de  la  «  valeur  »  de  la  vie  
étant  enfant,  les  10frs  de  ma  grand-mère...
19  
3.  LE  PRIX  AUX  PRISES    
AVEC  UNE  CRISE  DE  VALEUR(S)  
20  
3.1  Des  prix  sans  valeur  
La  dénonciation  de  plus  en  plus  virulente  d’une  «  confusion  organisée  »  au...
21  
3.2  Des  prix  insincères  ?  
Une  perte  de  sens  et  de  confiance  
qui  génère  un  vocabulaire  de  la  défia...
22  
3.3  Reprendre  en  main  la  valeur  du  prix  
Inventer  une  autre  vision  du  prix  :  
plus  juste,  plus  comp...
23  
a)  Reconstruire  le  prix  à  partir  d’un  corpus  de  valeurs  
Remplacer  les  lois  de  l’économie  de  marché  ...
24  
b)  Juger  les  prix  et…  les  acteurs  en  fonction  de  cette  nouvelle  conception  
A  l’aune  de  cette  nouvel...
25  
c)  Agir  en  conséquence  :  la  chasse  aux  intermédiaires…  Une  Révolution  silencieuse  ?  
Permettre  aux  Fra...
26  
4.  ÉCHAPPER  À  LA  CULTURE  DE  LA  DÉFLATION  :  
PROMESSES  ET  LIMITES  DU  WEB  
27  
4.1  Refonder  la  société  de  consommation  :  
quand  le  web  change  la  donne  
a)  Le  retour  d’une  
informa...
28  
a)  Le  retour  d’une  information  presque  pure  et  parfaite  
Un  rééquilibrage,  en  faveur  du  consommateur,  ...
29  
b)  Le  web,  c’est  la  réintroduction  de  la  loi  de  l’offre  et  de  la  demande  
maîtrisée  par  le  consomma...
30  
c)  Le  web,  c’est  passer  de  la  Révolution  à  la  Réforme  
D’une  «  vision  révolutionnaire  »  
Les  petits ...
31  
4.2  Le  web  et  ses  limites  :  
doutes  et  dérives  de  la  nouvelle  donne  
Parce  qu’avec  lui  tout  va  plu...
32  
D’abord,  
parce  qu’il  peut  multiplier  artificiellement  les  offres,  les  possibilités,  les  prix.  
Pour  red...
Ensuite,    
parce  que  le  web  pourrait  devenir  un  renfort  à  la  Culture  de  la  Déflation,    
et  du  «  moins-...
34  
3  idées  à  retenir  
Un  durcissement  des  comportements  
de  restriction.  
Et  l’institutionnalisation  d’une  ...
@FreeThinkingLab  
35  
Merci  
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le web au secours d'un consommateur de plus en plus pauvre. Qu'en est-il vraiment ?

570 vues

Publié le

Présentation de Xavier CHARPENTIER, Directeur Général Associé de FreeThinking
Club Marketing 2.0 du 4 février 2015

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
570
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le web au secours d'un consommateur de plus en plus pauvre. Qu'en est-il vraiment ?

  1. 1. RÉTENTION,  DÉFLATION,  RÉINVENTION   Décembre  2014   Quand  les  classes  moyennes  parlent  de  prix,  de  pouvoir  d’achat   et  de  leur  nouvelle  société  de  consommation  en  2014  
  2. 2. 2   6  ans  après  notre  première  enquête  sur  les  classes  moyennes  et  le  pouvoir   d’achat,  2  ans  après  La  société  de  consommation  d’après,  nous  avons  réuni  sur   notre  plateforme  collaborative  :     104  Français  des  classes  moyennes.   Du  7  au  21  juillet  2014,     785  contributions  postées  sur  5  thèmes.   Constitution  de  la  communauté  :   •  Hommes  (48%)  et  femmes  (52%),   •  De  25  à  59  ans  (avec  47%  de  25-34  ans  et  53%   de  35-59  ans),   •  Actifs  (dont  24%  issus  du  secteur  public,  76%   issus  du  secteur  privé),   •  Habitant  Paris  et  la  Province,   •  Revenu  mensuel  net  du  foyer  :  1.800  à  2.400  €   pour  une  personne  seule  /  2.400  à  4.999  €   pour  un  couple.  
  3. 3. 3   1.  LE  CHANGEMENT,   C’ÉTAIT  AVANT.   2.  VERS  UNE  CULTURE   DE  LA  DÉFLATION  ?   3.  LE  PRIX  AUX  PRISES     AVEC  UNE  CRISE  DE  VALEUR(S)   4.  ÉCHAPPER  À  LA  CULTURE  DE   LA  DÉFLATION  :   PROMESSES  ET  LIMITES  DU  WEB  
  4. 4. 4   1.  LE  CHANGEMENT,  C’ÉTAIT  AVANT.  
  5. 5. 5   FLASH  BACK.  Les  mots  de  2012.   FAST  FORWARD.  Les  mots  de  2014.   Phase  d’adaptation.   Effort,  souffrance,  insécurité,  sacrifice.   Phase  de  normalisation  résignée.   Action,  pragmatisme,  solution,  expérience.   Principaux  registres  lexicaux   Principaux  registres  lexicaux  
  6. 6. 6   a)  Des  repères  acquis.  Des  pratiques  stabilisées.   Sans  dramatisation,  avec  un  sentiment  d’effort  et  de  coût  beaucoup  moins  prégnant  qu’en  2012.   «  Cela  fait  déjà  bien  longtemps  que  notre   comportement  a  changé  :  recyclage,  achat  en   brocante,  composteur,  ou  restes  de  pain  rassi  aux   poules,  lorsque  c’est  possible,  nous  prenons  le  vélo   plutôt  que  la  voiture,  marche  à  pieds  le  soir  à  la   sortie  d’école  (cela  fait  du  bien  à  tous)  lorsque  nous   jetons  quelque  chose  c’est  inutilisable  pour  la   personne  qui  compte  le  récupérer  hors  d’usage  !   Éteindre  la  lumière  lorsque  l’on  quitte  une  pièce,   couper  l’eau  lorsque  l’on  se  brosse  les  dents.  Ce  qui   a  beaucoup  changé,  moins  d’achat  en  grande  surface   (…)  On  achète  davantage  sur  Le  Bon  coin  d’occasion   2  vies  aux  objets,  chaussures,  habits,  etc(…)  Et  je   cuisine  beaucoup  donc  cela  coute  moins  cher  que   d’acheter  des  plats  tout  prêts  qui  seront  bien  moins   bons  pour  la  santé  !  »    
  7. 7. 7   b)  Le  règne  du  moins  cher  remplacé  par  le  primat  de  l’expérience   Du  paradigme  du  «  moins-disant  »  à  un  paradigme  plus  positif   «  En  tant  que  consommateur  lambda,  on  a  tendance  à  croire  que  le  low  cost  est  moins  bon  que  le  reste.  Moi,  je   préfère  essayer  le  produit  avant  de  me  faire  une  idée  et  un  avis.  D’ailleurs,  on  se  rend  compte  que  souvent  le  moyen   de  gamme  (en  alimentation)  est  meilleur  que  certaines  marques.  (…)  Après,  cela  dépend  bien  sûr  des  produits.  Pour   des  produits  de  technologie,  je  préfère  acheter  des  marques  car  pour  avoir  essayé,  les  low  cost  ne  durent  pas   longtemps.  (…).  Je  me  suis  faite  arnaquer  comme  tout  le  monde,  mais  moins  que  la  plupart  des  gens  car  j’ouvre  mes   oreilles  et  je  reste  curieuse  de  tout.  Cela  prend  du  temps  mais  cela  vaut  le  coup  !  »  
  8. 8. 8   c)  Abandonner  les  pratiques  non  rentables   S’économiser  soi-même  et  plus  seulement  économiser.   «  Pour  les  courses  alimentaires  j’ai  un   peu  renoncé  à  comparer,  ça  prend  trop   de  temps,  alors  je  privilégie  le  drive,   service  «  dit  gratuit  »  mais  qui  oriente   les  consommateurs  en  proposant   forcément  moins  de  choix  et  une   comparaison  des  prix  plus  difficile.  »   «  J’ai  essayé  une  machine  à  pain,  je  l’ai   utilisé  même  pas  deux  mois,  car  la   cuisson  est  trop  longue  et  pour  6   personnes  il  était  préférable  d’aller   chercher  du  bon  pain  frais  à  la   boulangerie  »     -26,5%.   C’est  l’évolution  des   ventes  en  volume   des  machines  à  pain   en  2013  VS  2012   (2014  –  LSA)  
  9. 9. 9   d)  Mettre  en  place  et  généraliser  une  consommation  raisonnée   Opérer  le  tri  sélectif  de  sa  consommation.   «  Pour  l’alimentaire  je  préfère  acheter  le  plus  souvent  possible  à   des  producteurs  locaux  et  si  je  ne  peux  pas  j’achète  soit  des   MDD  soit  des  grandes  marques  connues  car  je  trouve  que  la   qualité  est  moindre  sur  les  produits  1er  prix.  Pour  ce  qui  est  de   l’informatique,  électronique  et  électroménager  j’achète   exclusivement  des  grandes  marques  soit  sur  internet  soit  en   magasin  en  fonction  de  la  disponibilité  ou  lorsque  j’ai  besoin  de   conseils  des  vendeurs,  bien  sûr  c’est  plus  cher  mais  on  s’y   retrouve  au  final  car  les  appareils  durent  plus  longtemps.  »     28%  de  nouveaux  consommateurs   de  produits  bio  au  cours  du   premier  trimestre  2014  ;  contre   15%  en  2013  et  10%  en  2012   (2014  –  Agence  Bio)  
  10. 10. 10   Une  somme  de  bonnes  nouvelles  individuelles   -  j’ai  apprivoisé  la  crise  –   donne-t-elle  une  bonne  nouvelle  collective  ?     «  Globalement,  j’ai  la  chance  de   ne  pas  avoir  de  problème  de   pouvoir  d’achat,  par  contre,  je   continue  de  rechercher  de  bonnes   affaires,  notamment  dans  le   domaine  des  loisirs  (sorties,  dvd,   voyages…)  via  internet.  »    
  11. 11. 11   2.  VERS  UNE  CULTURE  DE  LA  DÉFLATION  ?  
  12. 12. 12   Adopter  et  partager  avec  ses  pairs  une  culture  de  la  déflation,   c’est  obéir  à  un  certains  nombres  de  réflexes.   D’un  kit  de  survie   pour  temps  de  crise  en  2008…   …  À  un  mode  d’emploi  pérenne   de  la  société  de  consommation  d’après.  
  13. 13. 13   En  limitant  son  empreinte  consommation.   Ce  qui  était  essayé  en  2012  est   maintenant  systématisé.   #1  De  consommer  moins  à  consumer  moins     Une  permission  pour  continuer     à  consommer  par  ailleurs.   En  augmentant  le  ROI  de  sa  consommation.  
  14. 14. 14   +21  points.  La  part  de  Français  ayant  acheté  un   produit  d’occasion  par  Internet  est  passée  de   17%  en  2009  à  38%  en  2014  (2014  –  Ademe)   «  On  a  de  nouveaux  modes  de  consommation  :  le  troc,  l’échange,  le  partage,  site   de  revente  qui  permettent  désormais  d’obtenir  un  produit  de  plusieurs  façons  et   donc  pas  forcément  neuf.  C’est  super!  On  n’a  pas  tous  le  budget  pour  acheter  des   produits  neufs.  On  est  plus  vraiment  dans  le  «  j’achète  »  «  je  jette  »  et  on   commence  enfin,  progressivement  à  en  venir  à  de  l’échange,  du  recyclage  et  du   partage,  ça  permet  de  faire  des  économies  et  de  mieux  maîtriser  son  budget.  »   «Grâce  à  internet,  j’achète  des  affaires  d’occasion  en  très  bon  état  pour  3  fois  rien  de  même,  à   mon  tour,  je  revends  les  choses  dont  je  n’ai  plus  besoin.  Oui  internet  est  devenu  indispensable   pour  faire  des  achats  que  personnellement  je  ne  pourrais  pas  me  permettre  autrement.  »     «  Le  covoiturage  je  le  faisais  déjà  avant  gratuitement  et   maintenant  je  continue  mais  en  étant  rémunéré  lol  »  
  15. 15. 15   Construire  un  nouveau  système  de  valeurs  :   #1  De  consommer  moins  à  consumer  moins   «  Pourquoi  changer  mon  ordinateur  si  le  mien  fonctionne  bien  ?  Idem  pour   mon  téléphone  portable,  mon  petit  électroménager,  mon  multimédia.  Il  y  a  bien   des  nouveaux  produits  qui  m’attirent  mais  je  me  pose  toujours  la  question   suivante  :    «    En  ai-je  réellement  besoin  dans  ma  vie  de  tous  les  jours?  »   Surtout  quand  on  sait  que  l’obsolescence  est  souvent  programmée.  »      «  Je  ne  suis  pas  à  l’affut  absolu  de  l’augmentation  du  pouvoir  d’achat.  A  vrai  dire  je  ne  cherche  pas   même  à  plus  consommer.  Mais  plutôt  à  moins  et  mieux  consommer  et  à  limiter  mon  empreinte.   C’est  ce  biais-là  qui  m’a  fait  tendre  au  covoiturage,  c’est  d’ailleurs  efficace  et  agréable.  Surtout   quand  on  vit  dans  des  zones  mal  desservies  par  les  transports  en  commun.  Je  ne  consomme  pas   plus  que  ce  dont  j’ai  besoin,  et  limite  les  dépenses  énergétiques  inutiles.  Ni  plus,  ni  moins  »       Le  refus  de  l’éphémère,  du  «  Plus  »…     La    recherche  d’une  consommation  «  discrète  »…  
  16. 16. 16   #2  Privilégier  la  consommation  circulaire   La  banalisation   du  compost   La  valorisation   du  commerce  sans  emballage   2  comportements  emblématiques   Une  vision  militante   Une  vision  pragmatique   Un  «  succès  d’estime  »   Une  attente  d’offres  disponibles   «  A  Bordeaux,  un  nouveau  concept  vient  de  voir  le  jour  :  «  La   Recharge  »  un  commerce  propose  des  produits  de  consommation   basique  sans  emballage.  Je  trouve  que  c’est  une  belle  initiative  et   j’espère  qu’elle  sera  étendue  à  d’autres  départements.  »     «  Nous  recyclons  le  plus  possible  et  les  déchets   alimentaire  vont  directement  au  compost,  concernant   l’eau  nous  avons  une  cuve  de  récupération  d’eau  de   pluie  idéale  pour  les  WC...  »    
  17. 17. 17   #3  De  la  rétention  au  report   La  cristallisation  d’une  «  Culture  de  la  Déflation  »   autour  de  2  piliers  :     Consommer  bien,   c’est  consommer  demain   Consommer  avec  une  monnaie  forte   implique  de  moins  consommer   Être  capable  d’attendre,   de  reporter  ses  achats,   de  tenir  son  désir  en  respect   Avoir  dans  sa  poche   une  monnaie  précieuse,   c’est  considérer   que  rien  n’est  bon  marché  
  18. 18. 18    «  Je  n’avais  pas  conscience  de  la  «  valeur  »  de  la  vie   étant  enfant,  les  10frs  de  ma  grand-mère  me  laissaient   des  bonbons  pour  2/3  jours.  Mais  maintenant  avec   1,50€,  ils  sont  rapidement  mangés.  Dès  que  j’ai  dû   devenir  indépendant,  je  me  suis  confronté  à  la  loi  des   factures  qui  ne  cessent  d’augmenter.  Je  n’ai  jamais  eu   de  gros  salaires  donc  j’ai  toujours  fait  attention,  à   réfléchir  avant  d’acheter,  à  comparer  les  prix.   Il  y  a  10/15ans,  lorsque  le  gasoil  n’avait  pas  encore   franchi  la  barre  des  1€/L,  on  regardait  les  pubs  que  l’on   recevait  pour  guetter  les  promos.  Maintenant  avec   internet,  il  est  plus  facile  de  comparer  (...)  Moi  qui  suis   fan  de  jeux  vidéo,  je  ne  comprends  pas  les  personnes   qui  dépensent  50/60/70€  pour  un  jeu.  Perso  j’attends   plusieurs  mois  et  je  le  trouve  en  bon  état  d’occasion.  »     7  Français  sur  10  sont  prêts  à  reporter  un  achat  pour  pouvoir   l’acheter,  plus  tard,  avec  une  remise  (2014  –  LH2)  
  19. 19. 19   3.  LE  PRIX  AUX  PRISES     AVEC  UNE  CRISE  DE  VALEUR(S)  
  20. 20. 20   3.1  Des  prix  sans  valeur   La  dénonciation  de  plus  en  plus  virulente  d’une  «  confusion  organisée  »  autour  des   mécanismes  de  fixation  des  prix.   «  Un  prix  juste  …une  bonne  question.  Souvent  dans  les  magasins  ou  sur  les   sites  internet,  je  me  pose  aussi  cette  question.  Un  prix  juste  serait   normalement  un  prix  qui  correspond  au  prix  de  revient  du  produit  convoité  +   bien  sûr  la  marge  du  vendeur.  Mais  aujourd’hui  avec  les  diverses  promotions   du  style  1  gratuit,  1  acheté,  4  pour  3,  les  %  de  remises,  les  soldes  flottantes  ou   autres  promotions…on  s’y  perd  et  on  ne  sait  plus  ce  que  vaut  réellement  le   produit.  Je  pense  que  tout  est  fait  pour  que  le  consommateur  ne  calcule  plus   le  prix  juste  et  c’est  donc  à  nous  de  savoir  ce  que  l’on  veut  réellement   dépenser  pour  tel  ou  tel  produit.  »     Bonne  estimation  de  la   mémorisation  immédiate  du  prix   du  produit  acheté   (2014  –  Iri  pour  LSA)   «  Pour  finir,  les  prix  me  paraissent  chers  avec  l’obsolescence  programmée  des  produits   électroniques.  Quand  il  faut  acheter  un  ordi  tous  les  3  ans  et  un  téléphone  tous  les  ans,  le   prix  de  l’unité  n’est  pas  horrible,  mais  sur  10  ans,  le  budget  est  énorme.  »    
  21. 21. 21   3.2  Des  prix  insincères  ?   Une  perte  de  sens  et  de  confiance   qui  génère  un  vocabulaire  de  la  défiance   vis-à-vis  de  l’entreprise.   Accrue  par  des  phénomènes  comme   l’obsolescence  programmée,  la  «  fausse   gratuité  »,  les  baisses  de  prix  révélatrices...   «  Les  gammes  de  prix  ont  perdu  leur  sens  quand  le   low  cost  s’est  introduit  en  catimini  dans  les   grandes  marques  qui  ont  réduit  leurs  coûts  de   production  et  augmenté  leurs  marges,  leurs  prix,   leur  qualité  aux  dépens  des  consommateurs...    Un   exemple  tout  bête  qui  me  vient  à  l’esprit,  on  nous   martèle  qu’il  faut  acheter  des  voitures  Françaises,   elles  sont  pour  la  plupart  fabriquées  à  l’étranger,  je   ne  retrouve  pas  dans  ce  concept  la  confiance  en  la   marque,  dans  les  leçons  que  l’on  nous  donne  pour   consommer  «  responsable  »  »   «  Sur  internet,  il  y  a  une  seule  règle  d’or  :  «  Si  c’est  gratuit,   c’est  que  c’est  toi  le  produit  ».  Et  c’est  vrai  pour  les  réseaux   sociaux,  les  sites  qui  proposent  des  services  ou  des  produits  à   des  prix  extrêmement  bas.  »     «Le  dernier  en  date  est  le  secteur  des  télécoms,  si  un   abonnement  actuel  à  20  euros  en  tout  illimité  est  viable  pour   les  deux  parties,  pourquoi  il  y  a  5  ans  alors  que  l’illimité  n’était   pas  encore  là  il  ne  l’était  pas  en  dessous  de  40  euros  ?  Par   contre  quand  un  nouvel  acteur  arrive,  là  on  dévoile  nos  marges   monstrueuses…  Ce  fut  pareil  avec  l’alimentaire  et  le  hard   discount…  »    
  22. 22. 22   3.3  Reprendre  en  main  la  valeur  du  prix   Inventer  une  autre  vision  du  prix  :   plus  juste,  plus  compréhensible.     Reconstruire  une  grille  de  lecture   qui  permette  d’agir.  
  23. 23. 23   a)  Reconstruire  le  prix  à  partir  d’un  corpus  de  valeurs   Remplacer  les  lois  de  l’économie  de  marché  et  celles  de  l’offre  et  de  la  demande  qui  ne   fonctionnent  plus  …     Par  des  «  règles  »  faisant  la  part  belle  à  des  notions  d’ordre  éthique  ou  social.     Les  principales  associations  au  concept  de  «  prix  juste  »  en  2014     «  Le  juste  prix  c’est  celui  qui   récompense  tout  le  monde...  Un   producteur  qui  se  rémunère   dignement,  un  intermédiaire   raisonnablement  et  un   consommateur  qu’on  respecte…»    
  24. 24. 24   b)  Juger  les  prix  et…  les  acteurs  en  fonction  de  cette  nouvelle  conception   A  l’aune  de  cette  nouvelle  conception  du  prix,     l’horizon  d’un  prix  juste  et  maîtrisé  devient  une  utopie.     Peut-on  être  sûr  à  100%  que  tous  les  acteurs  de  la  chaîne  de  valeur  sont   correctement  rémunérés  ?     Que  les  petits  –  producteurs  &  consommateurs  –  ne  sont  pas  lésés  par  les  gros  ?   «  C’est  une  très  bonne  analyse  de  la  situation   actuelle  qui  fait  effectivement  perdre  tous  les   repères  de  la  valeur  du  travail  et  de  la  valeur   réelle  des  choses,  les  acteurs  principaux  de  la   production  étant  relégués  à  la  position  de   simples  sous  fifres  tandis  que  les  bénéfices  et  la   gloire  reviennent  aux  donneurs  d’ordres.  »    
  25. 25. 25   c)  Agir  en  conséquence  :  la  chasse  aux  intermédiaires…  Une  Révolution  silencieuse  ?   Permettre  aux  Français  de  reprendre  le  prix  en  main  &  tendre  vers  le  «  prix  juste  »   Lutter  contre  le  gaspillage   et  les  gaspilleurs   Privilégier  des  circuits  plus  humains   et  simplifiés,  donc  transparents   Lutter  contre  un  imaginaire   renouvelé  des  accapareurs   «  Pour  avoir  un  juste  prix,  il  ne  devrait  pas  y   avoir  d’intermédiaire,  une  personne  qui  produit   un  aliment  devrait  le  vendre  directement  à  son   voisin  ou  aux  gens  des  environs  pour  payer  le   moins  cher  possible  les  aliments  locaux.  »    
  26. 26. 26   4.  ÉCHAPPER  À  LA  CULTURE  DE  LA  DÉFLATION  :   PROMESSES  ET  LIMITES  DU  WEB  
  27. 27. 27   4.1  Refonder  la  société  de  consommation  :   quand  le  web  change  la  donne   a)  Le  retour  d’une   information  presque   «  pure  et  parfaite  »   b)  Le  web,  c’est  la  réintroduction  de   la  loi  de  l’offre  et  de  la  demande   maîtrisée  par  le  consommateur   c)  Le  web,  c’est  passer   de  la  Révolution   à  la  Réforme  
  28. 28. 28   a)  Le  retour  d’une  information  presque  pure  et  parfaite   Un  rééquilibrage,  en  faveur  du  consommateur,  des  forces  en   présence  :  une  asymétrie  d’information  perçue  comme  moins  forte.   «  Internet  a  révolutionné  ma  vie  de   consommateur.  J’ai  le  sentiment  de  pouvoir   visiter  les  magasins  de  la  terre  entière,  de   comparer  comme  je  l’entends  et  de  choisir  les   meilleurs  produits,  du  moins  ceux  qui  me   concernent  et  aussi  d’obtenir  les  meilleurs  prix.   J’ai  aussi  accès  à  des  données  techniques   complètes,  des  forums  d’utilisateurs,  des   comparateurs  de  prix…  Le  rêve  pour  acheter  le   mieux  possible...  C’est  un  sentiment  de  gagnant   face  au  marché  qui  se  développe.  »     Un  symbole  :  les  comparateurs  de  prix.     Une  réalité  déjà  ancienne  mais  omniprésente  dans   les  conversations  de  2014  :  près  d’un  commentaire   sur  2  (76  sur  168)  fait  référence  aux  comparateurs   de  prix  pendant  le  thème  discussion  intitulé  «  Quel   impact  du  web  sur  le  prix  ».  
  29. 29. 29   b)  Le  web,  c’est  la  réintroduction  de  la  loi  de  l’offre  et  de  la  demande   maîtrisée  par  le  consommateur   Un  pouvoir  retrouvé.   Celui  de  comprendre  les  prix.   Celui  de  renouer  avec   le  concept  de  «  prix  d’équilibre  ».   «  Un  même  article  peut  varier  du   simple  au  quadruple  sur  le  net.   Prendre  le  soin  de  bien  vérifier  en   passant  par  des  comparateurs   sérieux  tels  que  idéalo.fr.     Les  magasins  traditionnels   deviennent  des  showrooms  la   plupart  du  temps  ou  les  clients   font  des  repérages  et  concluent   leurs  achats  en  passant  par  le  net.   Les  commerçants  traditionnels   subissent  les  conséquences  de   leur  façon  de  plumer  le  client   avant  que  la  concurrence  voie  le   jour  et  c’est  tant  mieux  pour  eux.   Ce  n’est  pas  moi  qui  vais  pleurer   sur  leur  sort.  »    
  30. 30. 30   c)  Le  web,  c’est  passer  de  la  Révolution  à  la  Réforme   D’une  «  vision  révolutionnaire  »   Les  petits   contre  les  gros   À  une  «  vision  réformiste  »   Le  consommateur  peut  agir,   améliorer  les  choses  à  son  profit   Ton  conflictuel   Discours  plus  apaisé  voire  dépassionné   Evaluation  éthique   des  acteurs,  des  offres,  des  prix   Evaluation  pragmatique   des  acteurs,  des  offres,  des  prix   «  En  effet,  le  net  change  radicalement  ma  manière  de  consommer,  d’acheter.   Tout  d’abord  il  est  extrêmement  simple  de  comparer  les  prix,  soi-même  ou  avec  un  comparateur  (même  si  je  ne  crois  pas   ces  outils  très  fiable/objectifs  car  souvent  financés  par  des  boutiques,  assureurs).  Le  web  me  permet  aussi  de  trouver   des  produits  au  juste  prix,  lors  de  l’achat  de  produits  jamais  utilisés  :  de  l’électroménager,  aux  prestations  de  restauration/ hôtel,  en  passant  par  les  cosmétiques  tout  est  soumis  à  l’avis  de  l’internaute  et  nous  permet  d’acheter  les  choses  au   meilleur  rapport  qualité/prix.  Certaines  prestations  gratuites  sont  en  effet  mises  en  avant  (donnons.org),  le  système  de   solidarité  existait  déjà  mais  le  web  permet  de  plus  relier  les  gens  qui  de  prime  abord  ne  se  seraient  pas  rencontrés  pour   échanger  des  services  (woofing),  donner,  récupérer…  Cette  vision  du  client  comme  une  masse  de  même  manière  a   permis  la  fédération  des  personnes  devant  un  projet  commun,  organisé  cela  donne  groupon  par  ex.  »    
  31. 31. 31   4.2  Le  web  et  ses  limites  :   doutes  et  dérives  de  la  nouvelle  donne   Parce  qu’avec  lui  tout  va  plus  vite,   c’est  un  facteur  de  confusion  supplémentaire  
  32. 32. 32   D’abord,   parce  qu’il  peut  multiplier  artificiellement  les  offres,  les  possibilités,  les  prix.   Pour  redonner  un  pouvoir  illusoire  au  consommateur.   Vers  l’«  Offrobésité  »  ?       «  Internet  a  en  effet  changé  la  façon  d’acheter.  Les  prix  sont  désormais  beaucoup  plus  inégaux.  D’un  site  à   l’autre  tout  change.  Cependant,  la  transparence  n’est  pas  de  mise.  Des  sites,  gonflent  leur  prix  afin  de   proposer  des  produits  bénéficiant  de  forte  remise.  Même  les  comparateurs  de  prix  ne  sont  pas  forcément   de  bonnes  affaires.  Seuls  les  enseignes  cotisant  à  ces  comparateurs  en  bénéficient...  Internet  change  la   donne,  cependant  tout  ne  nous  est  pas  offert  sur  un  plateau.  Plus  que  jamais  attention  aux  arnaques.  »    
  33. 33. Ensuite,     parce  que  le  web  pourrait  devenir  un  renfort  à  la  Culture  de  la  Déflation,     et  du  «  moins-disant  ».   33   Payer  moins  en   étant  mieux   informé  :  OUI   Se  restreindre  toujours  davantage  sans  que  cela   ait  d’autre  sens  que  de  créer  une  société  de   travailleurs  et  consommateurs  pauvres  :  NON   «  Internet  permet  donc  les  échanges  avec  une   concurrence  sans  frontière.  Le  contexte   économique  actuel  est  très  morose.  Les  prix   tendent  à  la  baisse  sur  la  toile.  Mais  il  faut  raison   garder,  si  nous  voulons  préserver  les  emplois  il   nous  faut  être  raisonnables  :  tout  produit,  quel  qu’il   soit,  a  un  prix  de  conception,  de  distribution  qu’il   faut  prendre  en  compte  ;  il  faut  savoir  ce  que  nous   voulons  :  soit  il  nous  faut  payer  des  produits  au   juste  prix  soit  payer  des  chômeurs.  Aujourd’hui,  la   loi  du  marché  est  dictée  par  les  lobbies  mais  aussi   par  nous  qui  utilisons  la  toile.  Nous  ne  pouvons  pas   continuer  à  tout  acquérir  à  n’importe  quel  prix.  »    
  34. 34. 34   3  idées  à  retenir   Un  durcissement  des  comportements   de  restriction.   Et  l’institutionnalisation  d’une   consommation  en  parallèle  des  circuits   traditionnels  de  la  société  marchande.   Une  installation  durable   d’une  Culture  de  la   Déflation.   Qui  favorise  une  fuite   devant  la  consommation.   Une  crise  de  valeur  du  prix.   Derrière  laquelle  se  dessine   une  crise  de  défiance  vis-à- vis  des  entreprises  et  la   chasse  aux  intermédiaires.   Quelles  pistes  de  travail  pour  les  entreprises  ?   Remettre  de  l’ordre  dans  le  prix.   Lui  redonner  de  la  valeur  et  des  valeurs.   Un  enjeu  qui  doit  remonter  au  plus  haut  niveau  de   management  et  à  un  niveau  corporate.   Se  servir  du  web  comme  levier.   Pour  reprendre  le  contrôle  et  rejouer  le  jeu  de  la   société  marchande.   AVEC  les  gens,  nécessairement.   Vers  une  Révolution  Silencieuse  contre  la  société  de  consommation  ?  
  35. 35. @FreeThinkingLab   35   Merci  

×