Arboriculture : limitation des maladies de conservation des pommes avec GREESTIM

1 035 vues

Publié le

En arboriculture, comment augmenter la conservation de pommes après récolte ? comment éviter les pertes ? Voici quelques explications sur les modes de contamination, les solutions et une nouvelle méthode de conservation des fruits : GREESTIM. Sans fongicides et non toxiques.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 035
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Arboriculture : limitation des maladies de conservation des pommes avec GREESTIM

  1. 1. Limiter les maladies de conservationdes pommes après récolteQuelles méthodes ?
  2. 2. La plupart des maladies de conservation apparaissent pendant le stockage, mais les contaminations par deschampignons pathogènes peuvent se faire avant la récolte. Voici quelques explications et solutions pour améliorerla conservation des pommes.Comment et par quoi les fruits sont-ils contaminés ?Les agents responsables des maladies de conservation des pommes vivent comme saprophytes sur différentesparties de l’arbre. Les spores, disséminées par l’eau de pluie, infectent les fruits où le champignon reste latentjusqu’à un certain degré de maturité des pommes. Les symptômes de pourriture se manifestent lors de laconservation, surtout sur des variétés sensibles.
  3. 3. On groupe différentes espèces de parasites de blessures (entrant par desblessures d’origine accidentelle dans la cuticule).Les 3 principaux :• Monilia fructigena,• Botrytis cinerea• Penicillium expansum).Des parasites latents : entrant par des portes d’entrée naturelles :• lenticelles,• œil,• pédoncule.Il est à noter que les pourritures lenticellaires constituent la principalesource potentielle de pertes en conservation pour les pommes.
  4. 4. Pour améliorer la conservation des fruits après récolte :• la lutte contre les maladies de conservation peut se faire en fin desaison, deux à trois applications de fongicides (http://e-phy.agriculture.gouv.fr/ ; Usage : POMMIER * TRAIT. PARTIESAERIENNES * MALADIES DE CONSERVATION (AU VERGER)• Il existe aussi la possibilité des traiter les fruits récoltés. Un fongicideautorisé, le thiabendazole, est appliqué pour le traitement après larécolte par pulvérisation sur les pommes.Pour ces traitements fongicides, il existe des contraintes de manipulation, auvue de leur toxicité des précautions d’emploi, parfois de traitement des eauxde rinçage (post récolte), de Limite Maximale de Résidus (LMR), de DélaiAvant Récolte (DAR)…Quelles méthodes complémentaires ou alternatives aux fongicides préou post récolte ?Depuis presque 1 an, un produit à base d’une levure (candida oléophila) estautorisé (uniquement sur Penicilium expansum et Botrytis cinerea) pourtraitement des pommes après récolte. Présent sur la base e-phy, nousn’avons pas trouvé d’informations disponibles sur internet. N’hésitez pas àposter des commentaires si vous connaissez ce produit.Le premier facteur améliorant la conservation des fruits après récolte est génétique.Certaines variétés sont sensibles au Gloéosporium (Pink Lady) d’autres beaucoup moins (Gala).
  5. 5. Les tailles ou conduites permettant de laisser entrer la lumière et circuler l’air défavorise les agents pathogènes.A contrario, l’utilisation de filets favorise plutôt le développement des champignons en limitant la circulation del’air. La présence de haies aura aussi un impact négatif sur le développement des maladies de conservation enprotégeant du vent et du soleil.
  6. 6. Concernant l’utilisation utilisation de matière fertilisante, la corrélation entre maladies de conservation etapport de calcium n’est pas évidente et difficile de trouver des publications sur le sujet.Un nouveau produit à appliquer au verger 30 jours avant la récolte (Greenstim) a fait l’objet de test surfruits à pépins et fruits à noyaux avec de bons résultats. Cet osmoprotecteur à base de glycine-bétaïne purifiée(extrait végétal) a une action limitative des portes d’entrée (microfissure de l’épiderme des fruits), améliore lafermeté (régule la pression osmotique dans la cellule) et permet ainsi, sans action fongicide, d’améliorer l’aspectdes fruits et leur tenue après la récolte.Il n’a pas de risques toxicologiques.www.agriculture-nouvelle.frL’atelier des curieux de l’agriculture : les nouveaux intrants : engrais, semences, plants, phyto, micro-organismes, les pratiques culturales, les O.A.D. …
  7. 7. Concernant l’utilisation utilisation de matière fertilisante, la corrélation entre maladies de conservation etapport de calcium n’est pas évidente et difficile de trouver des publications sur le sujet.Un nouveau produit à appliquer au verger 30 jours avant la récolte (Greenstim) a fait l’objet de test surfruits à pépins et fruits à noyaux avec de bons résultats. Cet osmoprotecteur à base de glycine-bétaïne purifiée(extrait végétal) a une action limitative des portes d’entrée (microfissure de l’épiderme des fruits), améliore lafermeté (régule la pression osmotique dans la cellule) et permet ainsi, sans action fongicide, d’améliorer l’aspectdes fruits et leur tenue après la récolte.Il n’a pas de risques toxicologiques.www.agriculture-nouvelle.frL’atelier des curieux de l’agriculture : les nouveaux intrants : engrais, semences, plants, phyto, micro-organismes, les pratiques culturales, les O.A.D. …

×