Equilibre acidobasique

8 367 vues

Publié le

equilibre acido basique

2 commentaires
3 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 367
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
228
Commentaires
2
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Equilibre acidobasique

  1. 1. Dr Boutaïna TAZI
  2. 2. I. IntroductionII. Définitions et rappelsIII. Régulation de l’équilibre acido-basiqueIV. Exploration: gaz du sangV. Troubles de l’équilibre acido-basiqueVI. Conclusion 2
  3. 3.  L’évaluation de l’équilibre acido-basique (EAB) et la mesure des gaz du sang constituent une urgence diagnostique et analytique. L’homéostasie acido-basique dépend des systèmes tampons présents dans les tissus et la circulation sanguine, de l’excrétion des acides gras par les reins et de l’élimination du C02 au niveau pulmonaire. La concentration sanguine en ions H+ est directement proportionnelle à la pCO2 et inversement proportionnelle à la concentration en HCO3- (qui représente le principal tampon extracellulaire). Les troubles liés à l’EAB réalisent soit des tableaux d’acidose ou d’alcalose (métabolique ou respiratoire). Le dosage de la [H+], de la pCO2 et de la pO2 reposent sur des méthodes électrochimiques. 3
  4. 4. 4
  5. 5.  Un acide ( AH ) est un donneur de protons ( H+ ) : AH⇔A− + H+ (1) Une base ( B- ) est un accepteur dH+ (ou un donneur d’OH- ce qui est équivalent) : B− + H+⇔BH Les formes acides et basiques dun même corps sont en équilibre dans des proportions caractérisées par la constante déquilibre Ka de la réaction chimique ( A- est la forme basique correspondante à lacide AH ). [H+ ] [A-] Ka = (2) [AH] 5
  6. 6.  Lacidité se mesure par le pH en rapport avec la concentration dH+ libres dans le milieu. Cette concentration est très faible dans la plupart des milieux biologiques, de lordre de 10⁻ à 10⁻ mmol/l. pH = antilog[H+ ]= log 1 [H+ ] Le pH est donc à 7 quand [H+] = 10⁻⁷. Le pH varie en sens inverse de la concentration dH+. Il diminue donc en cas dacidose et augmente en cas dalcalose. DEFINITIONS ET RAPPELS 6
  7. 7. Notion dacide fort ou faible. Un acide fort libère facilement ses protons, la constante Ka est élevée (équation 2), la majeure partie des molécules se retrouve sous forme dissociée A⁻ + H+ et une minorité reste sous forme combinée AH. Le pKa (antilog [Ka]) est faible. Un acide faible au contraire est beaucoup moins dissocié; la majeure partie des molécules reste sous forme combinée avec peu de protons libérés. La constante Ka est faible et le pKa élevé. Un acide fort apportant un plus grand nombre dH+ libres diminuera beaucoup plus le pH dune solution quun acide faible. DEFINITIONS ET RAPPELS 7
  8. 8.  La force dun acide ou dune base est donc caractérisée par son pKa qui correspond en fait au pH pour lequel 50% de l’acide est dissocié. Effectivement, à partir de l’équation (2) on obtient : 1/ [H+] = 1/Ka x [A-] / [AH] log 1/ [H+] = log 1/Ka + log [A-] / [AH] pH = pKa + log [A-] / [AH] pH = pKa + log base/acide (3) Equation de Henderson - Hasselbach Si la moitié des molécules sont dissociées [AH] = [A-] log1 = 0 et pH = pKa. DEFINITIONS ET RAPPELS 8
  9. 9.  Daprès la loi daction de masse, laugmentation des H+ libres favorise la recombinaison de AH alors que la diminution des H+ libres favorise au contraire sa dissociation. Si le pH est plus alcalin que le pKa lacide se retrouvera en majeure partie sous forme dissociée. Si le pH est plus acide que le pKa lacide se retrouvera en majeure partie sous forme combinée. DEFINITIONS ET RAPPELS 9
  10. 10. Systèmes tampons.1. Principe de fonctionnement La constance du pH étant une nécessité biologique ( les enzymes ne fonctionnent que dans une étroite bande de pH ) le milieu intérieur contient des systèmes tampons dont le but est de minimiser les variations de pH face à une agression acide ou basique donnée. Il sagit dun système associant généralement un acide faible et un sel de cet acide par une base forte. AH⇔A− + H+ AB⇔A− + B+ Par exemple le tampon bicarbonate de sodium - acide carbonique : H2CO3⇔H+ + HCO3 − NaHCO3⇔Na+ + HCO3 − DEFINITIONS ET RAPPELS 10
  11. 11.  Si lon rajoute un acide fort entièrement dissocié, les H+ libres vont se combiner préférentiellement avec les A- libres du sel tampon. Le cation du sel tampon va rester avec lanion de lacide fort. Par exemple si l’on ajoute de l’acide chlorhydrique : HCl⇔H⁺ + Cl − H⁺ + HCO3 − ⇔H2CO3 NaHCO3⇔Na⁺ + HCO3 ⇒ Na⁺ + Cl −⇔NaCl Le fonctionnement du système tampon correspond en fait à un échange standard dacide et de sel : on remplace un acide fort par un acide faible et le sel du tampon par un sel de lacide fort rajouté. La grande différence toutefois, cest que l’acide faible étant beaucoup moins dissocié, la quantité dH+ libres sera minorée. DEFINITIONS ET RAPPELS 11
  12. 12. 2. Pouvoir tampon. Le pouvoir tampon dun système donné est dautant plus fort que la variation de pH sera faible pour une agression acide donnée. Les deux principaux facteurs conditionnant le pouvoir tampon sont la masse de tampon disponible et lécart entre le pH de la solution et le pKa du système. L’influence de la masse de tampon découle directement de la loi daction de masse. Si lon part dun pH acide et que lon rajoute progressivement une base à une solution comprenant un système tampon (ou inversement en partant dun pH alcalin et en rajoutant un acide) le pH varie de la façon suivante : DEFINITIONS ET RAPPELS 12
  13. 13. pH courbe de titration du système tampon 12pKa ---------------------------------------------------------------------------- 0 Addition d’acide Addition de base mmoles 13
  14. 14.  On constate que le tampon nest efficace que dans une étroite bande de pH autour de son pKa. Quand le pH est trop alcalin par rapport au pKa lacide faible est alors complètement dissocié, se comporte comme un acide fort et na donc plus defficacité en tant que tampon. Quand le pH est trop acide la quasi-totalité du système se retrouve sous forme acide AH et il ny a plus de sel libre disponible pour pouvoir tamponner un acide fort. DEFINITIONS ET RAPPELS 14
  15. 15. 15
  16. 16. Objectif : maintien du pH du sang artériel entre 7.38 et 7.42 pH 7.40 = 40 nmol/l d’H+ Apport de métabolites acides : - acidité « volatile » : production d’acide par le métabolisme oxydatif, soit plus de 15 000 mmoles de CO2/24H éliminées par voie respiratoire CO2 + H2O ⇔ H2CO3 ⇔ H+ + HCO3- - acidité « fixe » bien moins importante, dépend largement de l’apport alimentaire, en particulier des protéines soit 60 – 80 mmol/l d’H+/24H. • l’acide sulfurique  oxydation des aa. soufrés. • l’acide phosphorique  catabolisme des ac. nucléiques, phospholipides, phosphoprotéines. • des acides organiques : ac. lactique, corps cétonique ... 16
  17. 17.  Des mécanismes efficaces régulent l’homéostasie du CO2 et des H+:1. Systèmes tampons extra-cellulaires et intra- cellulaires.2. Régulation rénale3. Régulation ventilatoire REGULATION DE LEAB 17
  18. 18. 1. Systèmes tampons Une substance tampon est constitué par un couple formé par un acide faible (incomplètement dissocié) et de sa base conjuguée. L’addition d’ions H+ au système HCO3-/H2CO3 oriente la réaction vers la droite en augmentant la quantité de H2CO3 et la consommation des ions bicarbonates. H+ + HCO3- H2CO3 REGULATION DE LEAB 18
  19. 19. Les tampons extra-cellulaires : première ligne de défense. HCO3- / H2CO3 tampon ouvert le plus important du LEC (33 % de la capacité tampon du sang). Le poumon règle l’élimination du CO2, le rein règle l’élimination du HCO3-. Le rapport normal = 20 (60 vol / 3 vol) Protéines / protéinates (pKa trop éloigné du pH plasmatique). H2PO4⁻ / HPO4⁻⁻ (tampon phosphate dans l’urine). REGULATION DE LEAB 19
  20. 20. Les tampons intra-cellulaires : deuxième ligne de défense (mise en oeuvre plus lente) Hémoglobine / hémoglobinate . L’oxygénation de Hb diminue sa capacité tampon, libérant ainsi des ions H+, qui vont se combiner aux HCO3- CO2. protéines / protéinates (muscle squelettique) tampon phosphate matrice protéique de l’os (phosphate et bicarbonate de Ca) REGULATION DE LEAB 20
  21. 21. 2. Régulation rénale Grande souplesse du système : pH urinaire peut varier entre 4.5 et 8, soit un facteur de 1 à 200 de variations [H+]. Rôle du rein est double : réabsorption des HCO3- excrétion des H+ avec régénération de HCO3- - Dans le tube proximal (réabsorption des HCO3- filtrés) • réabsorption de ≅ 85 % des bicarbonates filtrés (10% dans la branche ascendante large de l’anse de Henlé) • effet net : pour chaque proton excrété, un ion HCO3- revient dans le sang  régénération des réserves en HCO3- jusqu’à environ 28 mmol/l de filtrat . Au-delà, HCO3- est éliminé dans les urines, évitant ainsi une alcalose. Dans cette phase il n’y a pas d’excrétion acide nette. REGULATION DE LEAB 21
  22. 22. Réabsorption du bicarbonate filtré par les cellules tubulaires 22
  23. 23.  Dans le tube distal et collecteur (synthèse de novo de HCO3- et excrétion rénale des ions H+) • même génération intracellulaire d’H+ et de HCO3- • titration des 15 % de HCO3- luminal restant (pas de clivage de H2CO3 car pas d’A.C.) • captation des H+ par d’autres bases (quand la plus grande partie du HCO3- filtré a été réabsorbée) : * phosphate disodique HPO4 2- accepte 1/3 des ions H+ (=acidité titrable urinaire) (à pH urinaire minimal, le phosphate est sous forme H2PO4 30 à 40 mmol d’H+ excrétées). *ammoniac NH3 (désamination de la glutamine) accepte 2/3 des ions H+  NH4+ Ce tamponnement permet aux cellules de générer du bicarbonate au pro-rata des H+ excrétés REGULATION DE LEAB 23
  24. 24. Tube distal et collecteur 24
  25. 25.  Bilan des H+ est annulé, masse bicarbonatée reconstituée, équilibre AB sauvegardé. Le débit de sécrétion des H+ est modulé par de nombreux facteurs dont :- pH luminal- pCO2 systémique- les minéralocorticoïdes (aldostérone)  dans le tube distal, dusodium est réabsorbé sous l’influence de l’aldostérone, enassociation à l’excrétion de K+ et H+- ddp: l’activité des co et contre transporteurs contribue auxchangements de ddp entre la lumière et le sang.- compétition H+/K+ C’est la capacité à enrichir le sang en ions bicarbonates qui permet aux reins de jouer un rôle de premier plan dans la régulation de l’équilibre acido-basique REGULATION DE LEAB 25
  26. 26.  Le pH artériel est essentiellement déterminé par les concentrations relatives de l’acide carbonique et de sa base conjuguée (Henderson – Hasselbalch). [HCO3-] base pH = pK + log [H2CO3] acideSoit: [HCO3-] Facteur métabolique pH = 6.1 + log 0.03 pCo2 Facteur respiratoire Constante de dissociation Coefficient de solubilité de H2CO3 à 37°C CO2 dissous = α pCO2 26 REGULATION DE LEAB
  27. 27.  Pour un pH du LEC de 7.40, la conc. de HCO3- doit être 20 fois supérieure à celle du CO2 dissous. • pH  7.38 – 7.42 (limites compatibles avec la vie : 6.8 – 7.8) • pCO2  4.68 – 5.46 kPa soit 36 – 42 mmHg • HCO3-  24 – 27 mmol/lH+ (mmol/l) = 24 x PCO2 (mmHg) / HCO3- (mmol/l) REGULATION DE LEAB 27
  28. 28. 3. Régulation ventilatoire :les protons sont éliminés par l’adaptation ventilatoire H+ + HCO3 -  H2O + CO2 = consommation d’1 HCO3- devant être régénéré par le rein. Voie chimique- Passage du CO2 des tissus vers le plasma  5 % demeure dans le plasma (99.9 % sous forme de CO2 dissous exerçant une pression => mesure de la PCO2; et 0.1 % sous forme de composés carbaminés ou se liant à H2O).- Le CO2 diffuse dans les érythrocytes  95 %. une petite quantité sous forme de CO2 dissous, une partie se combine à Hb sous forme de CO2 carbaminé, une partie plus importante de CO2 est hydratée pour former H2CO3 …- Arrivée dans les alvéoles pulmonaires (phénomène inverse). L’oxygénation de Hb diminue sa capacité tampon avec libération d’H+ qui se combinent à HCO3- avec formation de CO2 qui diffuse dans les alvéoles. REGULATION DE LEAB 28
  29. 29. Passage du CO2 des tissus vers le plasmaTissus Plasma Erythrocytes (PCO2) CO2 dissous 99.9 % Diffusion Diffusion 95 % CO2 CO2 (5 %) CO2dissous 0.1 % H2O (réaction lente) R-NH2 H2CO3 R-NHCOO- +H+ +H+ + HCO3 Tamponné par les tampons du plasma 29
  30. 30. Transport du dioxyde de carbone dans le sang GR PlasmaCO2 CO2 H2O AC H2CO3 H+ HCO3- HCO3- Effet Hamburger Cl- Cl- H+ Hb- HHb 30
  31. 31. Les récepteurs impliqués dans la régulation de la ventilation.• Les chémorécepteurs centraux (très sensibles).• Les chémorécepteurs périphériques• Les récepteurs broncho-pulmonaires, les autres récepteurs ... REGULATION DE LEAB 31
  32. 32. 32
  33. 33.  Sur anticoagulant: héparine En anaérobiose stricte Dosage immédiat sinon placer dans de la glace (2h max.) Connaissance avec précision du site de ponction (artère, veine, prélèvement capillaire) Connaissance des conditions ventilatoires (air ambiant, oxygénothérapie, ventilation assistée) Un prélèvement capillaire nécessite une artériolisation correcte du site de ponction (bonne vasodilatation) EXPLORATION DE LEAB 33
  34. 34.  La mesure des gaz du sang et de [H+] repose sur des techniques électrochimiques utilisant des électrodes spécifiques. Les principaux paramètres donnés au cours d’un bilan sont: [H+] (pH), pCO2, pO2, [HCO3-], CO2 total et saturation en O2 de l’Hb. La mesure des électrolytes peut y être associée. Mesure spectrophotométrique de SaO2, Hb, MetHb, COHb par CO-Oxymétre. EXPLORATION DE LEAB 34
  35. 35.  Seuls le pH, la pCO2 et la pO2 sont mesurés.Le reste est calculé à partir de ces données et de latempérature (HCO3-, Excès de bases (+/- ), SaO2) La mesure de ces 3 paramètres est basée sur des principes électrochimiques. Mesure du pH: électrode de verre reliée à une électrode de référence (calomel ou Ag/AgCl) par un pont salin (KCl concentré) +++ (potentiométrie) EXPLORATION DE LEAB 35
  36. 36.  Mesure de la pCO2: électrode de Severinghaus électrode à membrane  électrode de pH qui baigne dans une solution de bicarbonate; séparée du milieu à analyser par une membrane perméable au CO2. Le CO2, en diffusant du spécimen vers la solution de bicar., modifie le pH de cette solution selon l’équation d’Henderson-Hasselbalch. Le pH est mesuré et est converti par calcul en pCO2. (potentiométrie) EXPLORATION DE LEAB 36
  37. 37.  Mesure de la pO2: électrode à membrane: électrode de Clarck (ampérométrie) Composée d’une cathode en platine (où l’O2 est réduit: O2 + 4 e− + 2 H2O → 4 OH−) et d’une sonde Ag/AgCl. L’électrode est placée dans une solution électrolytique et recouverte d’une membrane perméable à l’O2 pour éviter la précipitation des protéines au contact du platine. Toutes ces électrodes sont montées dans une chambre de mesure thermostatée. EXPLORATION DE LEAB 37
  38. 38. Circuit de mesure Référence Isolant Ag-AgCl Electrolyte verre Anneau membraneCathode en platine Sang 38
  39. 39.  Le calibrage des électrodes est réalisé avec: * des solutions tampons : pour le pH * des mélanges gazeux composés de CO2, d’O2 et de N2 et saturés en vapeur d’eau: pour la pCO2 et la pO2. EXPLORATION DE LEAB 39
  40. 40. Sang artériel Sang veineux pH 7,37– 7,43 7,33 - 7,48 PCO2 37 – 43 mm Hg 43 – 48 mmHg[HCO3-] 22 –29 mEq / L 24 -30 mEq /l PO2 80 – 100 mm Hg 37 – 40 mmHg 40
  41. 41. 41
  42. 42. Désordre primitif Troubles primaires Réponse compensatriceAcidose métabolique ↓HCO3- < 22 ↓pa CO2 < 36 mmHg pH < 7.38 mmol/l 4.68 kPaAcidose respiratoire ↑pa CO2 >42 mmHg ↑HCO3- > 26 mmol/l pH < 7.38 5.46 kPaAlcalose métabolique ↑HCO3- > 26 ↑pa CO2 >42 mmHg pH > 7.42 mmol/l 5.46 kPaAlcalose respiratoire ↓pa CO2 < 36mmHg ↓HCO3- < 22 mmol/l pH > 7.42 4.68 kPa Acidose mixte pa CO2 respiratoire↑ et HCO3 - métabolique↓ Alcalose mixte pa CO2 respiratoire↓ et HCO3 - métabolique↑ TROUBLES DE LEAB 42
  43. 43. Nomogramme acide-base avec intervalles de confiance à 95 % des compensations respiratoires et métaboliques Ac RA = acidose respiratoire aiguë Ac RC = acidose respiratoire chronique Ac M = acidose métabolique Alc RA = alcalose respiratoire aiguë Alc RC = alcalose respiratoire chronique Alc M = alcalose métabolique 43
  44. 44. Acidoses métaboliques : pH < 7.38 et HCO3- ↓< 22 mmol/l Compensation respiratoire : pH ↓ stimule le centre respiratoire – intensité et régulation ↑, PCO2 ↓. Correction rénale : l’acidose stimule la production de NH4, l’excrétion de H+, la réabsorption de HCO3-. sont consommés pour tamponner un excès de H+ HCO3- ↓ ou sont éliminés par voie digestive ou sont non réabsorbés par voie urinaire TROUBLES DE LEAB 44
  45. 45.  Biologie :- presque toujours une hyperkaliémie (tampons intra- cellulaires) H+ K+- mesure du trou anionique permet de rechercher la présence d’anions non dosés.- IA = TA simplifié = [Na+]- [Cl-]- [HCO3-] = 12 ± 4 mmol/l (protéines, acides organiques, phosphates, sulfates). *Si TA > 16  présence d’un anion indosé (A-) qui prend la place de HCO3- perdus. *Si TA < 16 HCO3- est remplacé par Cl-. TROUBLES DE LEAB 45
  46. 46. Acidose métaboliqueNormal TA normal TA augmenté hyperchlorémique normochlorémique A- A- A- 10 10 10 HCO3- HCO3- Na+ Na+ HCO3-Na+ 24 4 140 Cl - 140 4140 Cl - Cl - 126 106 106Anions indosés = protéines (charges négatives) : phosphates, sulfates, anions organiques.Cations indosés = Ca++ et Mg++. TROUBLES DE LEAB 46
  47. 47. 1. Acidoses métaboliques avec trou anionique > 16 mmol/lperte nette de HCO3- et accumulation du sel de Na del’acide organique dans le plasma.- acidose lactique : hypoxie tissulaire par insuffisancescirculatoires, insuffisances respiratoires ....traitement par biguanide  anion indosé = lactates↑ si IR- acidocétoses : diabète, jeûne, alcool  anion indosé = β-hydroxybutyrate.- intoxications : éthylène glycol, méthanol, surdosage desalicylé.- IR avec excrétion insuffisante. TROUBLES DE LEAB 47
  48. 48. 2. Acidoses métaboliques avec trou anionique normal < 16 mmol/l = acidoses hyperchlorémiques.HCO3- est remplacé par Cl-.Le TAU = UNa + UK – UCl permet d’en connaître l’origine.• TAU > 0 = origine tubulaire rénale (ATR).- incapacité proximale à réabsorber les HCO3-- incapacité distale d’élimination des H+ HCO3- perdusdans les urines• TAU < 0 origine extrarénale de l’acidose.- pertes gastro-intestinales de HCO3-- administration de ClNH4- charge acide importante, si l’anion est excrété rapidement TROUBLES DE LEAB 48
  49. 49. Alcaloses métaboliques pH↑ > 7.42 et HCO3- ↑ > 28 mmol/lHypoventilation compensatrice et ↑ PCO2. excès d’apport IV ou oral de HCO3-. perte d’ions H+ et d’électrolytes par voie rénale ou digestive. AlcM par excès d’apport de HCO3- : grande possibilité d’excrétion chez le sujet normal. Survient principalement chez l’IRC  (HHEC, oedèmes, hypervolémie) TROUBLES DE LEAB 49
  50. 50.  AlcM par pertes digestives d’ions H+ (vomissements, aspirations gastriques intempestives ...).  perte de H+, Na+, Cl- et d’eau entraînant une déshydratation extracellulaire (DEC)  ↑de la réabsorption rénale de Na+ qui dépend d’anions disponibles appropriés. ↓Cl- souvent associée  ↑ réabsorption de HCO3- et excrétion d’H+ et K+ (hypokaliémie). TROUBLES DE LEAB 50
  51. 51.  AlcM par pertes rénales d’ions H+.- avec DEC suite à administration excessive de diurétiques de l’anse (+++).Exemple : Furosémide, Bumétanide.  les diurétiques de l’anse (branche ascendante) inhibent le co transporteur Na+/K+/Cl- au niveau du tube distal : ↑de la réabsorption du Na+ en échange de H+c’est à dire perte de H+  ↑ HCO3- plasmatique.- avec HHEC dans les surcharges en minéralocorticoïdes.L’alcalose fait suite et se maintient par la réabsorption tubulaire distaledu Na+ en échange de H+. Perte parallèle de K+ qui stimule encorel’échange rénale Na+/H+.Exemple : hyperaldostéronisme primaire ou secondaire, hypercortisolimses, minéralo-corticomimétiques. TROUBLES DE LEAB 51
  52. 52.  AlcM dans le déficit en potassium.- déplacement de H+ du LEC vers les cellules.- sécrétion accrue de H+ par les cellules tubulairesdistales déplétées en K+(le rein cherchant à retenir K+).La baisse du taux plasmatique de Ca libre, conséquencedirecte de l’alcalose, peut provoquer : crampesmusculaires, paresthésie, tétanie. TROUBLES DE LEAB 52
  53. 53. Acidoses respiratoires pH ↓ < 7.38 et PCO2 ↑ > 45 mmHgLa PaO2 est diminuée, puisque l’hypercapnie est toujourssecondaire à une hypoventilation alvéolaire (sauf inhalation degaz riche en CO2). Forme aiguë à développement rapide (mn, h), la compensation rénale n’a pas le temps de se développer pour la réabsorption des HCO3- (il faut 48 à 72 heures). Pb principal = hypoventilation  coma  mort Exemples : étouffement, bronchopneumonie, poussée aiguë d’asthme ... TROUBLES DE LEAB 53
  54. 54.  Forme chronique. On observe une compensation rénale : réabsorption des HCO3- ↑ , échange Na+/H+↑(natrémie augmente, H+ est davantage sécrétés). Le pH est proche de la normalité malgré l’altération de la ventilation. (HCO3- plasmatique 2x normale)  compensation max. Exemples : BPCO, bronchite chronique ... Electrolytes : hypochlorémie corrélée à l’ ↑ des HCO3-, +/- hyperkaliémie, urines acides < 5, HCO3- absents. Diagnostic étiologique: anomalies de la commande neuromusculaire, anomalies thoracopulmonaires TROUBLES DE LEAB 54
  55. 55. Alcaloses respiratoires : pH ↑ > 7.42 et Pco2↓ < 36 mmHg Elle est toujours due à une hyperventilation alvéolaire Les signes cliniques sont neurologiques, l’hypocapnie peut entraîner une vasoconstriction cérébrale. Compensation :- ↓variable de la bicarbonatémie (hypocapnie chronique),- elle est de faible intensité dans l’hypocapnie aiguë (pH 7,60 –7,70). Biologie :- hypochlorémie moins marquée que l’hypobicarbonatémie,- hypokaliémie modérée de transfert,- Ca++ diminué (risque tétanie...), Ca total normal. TROUBLES DE LEAB 55
  56. 56.  Les principales causes d’AlcR :- Hyperventilations alvéolaires hypoxémiques hypocapnie avec hypoxémie.Exemples : embolie pulmonaire, pneumopathie aiguë,oedème pulmonaire cardiogénique.- Hyperventilations non hypoxémiques d’originecentrale avec poumon normal hypocapnie sans hypoxémie.Exemples : stimuli psychiques, hyperthermie majeure,affections du SNC, insuffisance hépatique, intoxication salicylée aiguë... TROUBLES DE LEAB 56
  57. 57.  L’évaluation de l’état acidobasique est effectuée en déterminant [H+], [HCO3-] et pCO2, qui sont les composantes du système tampon bicarbonate dans le plasma. Les problèmes principaux avec la production ou l’élimination des ions H+ se réflètent dans la`[HCO3-] et sont appelés troubles AB « métaboliques ». Les problèmes principaux avec l’élimination du CO2 se réflètent dans la pCO2 et sont appelés troubles AB « respiratoires ». L’organisme dispose de mécanismes physiologiques dont le rôle est de rétablir une [H+] normale. Ce processus est appelé « compensation ». La [H+] observée dans tout trouble AB traduit l’équilibre entre le trouble primaire et le degré de compensation. 57

×