Les chroniques de l'académie von einzbern test

526 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
526
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les chroniques de l'académie von einzbern test

  1. 1. Académ rn ie Von Einzbe Les Chroniques del’Académie Von Einzbern
  2. 2. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern Les Chroniques de l’Académie Von EinzbernVoici une version test pour se souvenir de nos sujets favoris sur le fo-rum. Vous pouvez me demander votre propre version. N’hésitez pas nonplus à commenter cet exemplaire, un de mes objectifs est de travaillerma mise en page ;) . Pour tout souci contacter moi par mp. PS: vouspouvrez cliquer sur les titres des sujets pour vous rendre au chapitresouhaité. Remerciements à Johann pour m’avoir fourni tous ses visuels, et à ma chère Shamandalie pour m’avoir encouragé.
  3. 3. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern Académ rn ie Von Einzbe SommaireYunna et Leone : soirée avec un mafieux. 5Shamandalie et Shin : ça commence... 43 3
  4. 4. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Yuuna Leone4
  5. 5. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern Yuuna et Leone : Soirée avec un mafieux Cette fois-ci le jeune homme avait enfilé une chemise d’un sombre pourpre, dont la matière brillait assez pour en révéler la grande valeur. Une veste noire de bonne couture s’y était superposée, et un pantalon de même couleur et qualité en finissait le costume. Enfin pres- que, puisque s’étaient des chaussures d’un noir ciré qui se trouvaient au bout du corps de Leone. La famille Martillo ne plaisantait pas avec la bonne tenue, et avait veillé à ce que son héri-tier soit soigné de la tête aux pieds, et ce soir là, les cheveux du jeunehomme avaient étaient repoussés de son front, afin de lui donner uneallure moins enfantine. Il avait déjà l’habitude de faire attention àson apparence lorsqu’il réglait une affaire dans le monde de l’ombre,où être présentable était une obligation. Parce qu’il était sûr de s’en-nuyer , avec une femme collée à lui ce ne pouvait être que le cas, lejeune homme avait passé sa journée à s’entraîner non avec, mais surses hommes aux arts martiaux. Leone était souvent regardé commeun monstre dans sa maisonnée, pourtant tous le respectaient et avaitmême une certaine affection pour lui, cependant il était un peu tropdoué aux arts martiaux, et aimait un peu trop les combats. Entièrement propre et habillé de beaux tissus, le jeune homme at-tendait sa cavalière qui devait être dans une classe inférieure à la sien-ne. Il ne l’avait jamais vraiment remarqué, et espérait qu’elle ne soitpas trop féminine. Enfin, Leone était très étrange, il avait eu pas mal 5
  6. 6. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. d’aventures avec des femmes plus âgées, mais les jugeait superficiel- les. Ce qui était assez pour embrouiller ses propres sentiments, et ne plus savoir ce qu’il désirait. Surtout que sa dernière relation l’avait marqué plus durement qu’il ne pensait pouvoir l’être. Toujours était il que ce soir là il attendait une fille, sa cavalière pour une des fêtes étranges de l’académie. À sa droite des couples n’arrêtaient pas d’en- trer dans la salle de bal, l’air souriant pour certains, et anxieux pour d’autres. Le jeune homme, lui, soupira… ~ Le grand jour était arrivé, enfin. Nerveuse comme tout, Yuuna avait passé beaucoup de temps à choisir sa tenue. Sur le coup elle aurait beaucoup aimé s’ha- biller en homme pour rendre les choses plus simple mais après un bon temps de réflexion, il n’en était pas question! Disposant toutes les robes qu’on lui avait commandé sur son lit, elle décida de confier le choix au hasard, pile ou face, rien de plus simple! Cepen- dant, bien qu’elle n’arrivait pas à se décider, Yuuna avait tout de même quelques préférences, aussi elle lança sa pièce une bonne di- zaine de fois, afin de voir le «destin» se mettre d’accord avec elle. Des escarpins blancs aux pieds, la jeune fille finit alors par sortir de sa chambre vêtue d’une robe bleu clair à bustier à bretelles, lui arrivant jusqu’en dessous des genoux. La tenue comprenait également une longue écharpe de la même couleur mais Yuuna estima qu’elle allait sans doute la gêner. Et hop, un accessoire en moins égale à moins d’encombrement! Son maquillage se voyait à peine car c’était bien le but, faire «naturelle». Elle resta donc dans des tons clairs. Les seuls bijoux qu’elle porta furent un collier au pendentif en jade, dit impé- rial, rien d’extraordinaire mais elle aimait beaucoup cette pierre ainsi qu’une paire de petites boucles d’oreille passant presque inaperçue. Pour finir, toujours avec la pièce de monnaie, elle était tombée sur l’option «cheveux légèrement bouclé»...6
  7. 7. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern Passant rapidement aux cuisines, Yuuna s’empara d’un petit sac enpapier qu’elle avait préparé quelques heures avant, en espérant quecela plairait... Étant, selon le chauffeur de la famille, en retard, ellene put faire autrement que de monter dans la voiture de celui-ci. Direqu’elle pensait se rendre à l’académie à pieds! Quelle folie! Arrivéeau portail de l’établissement, elle confia un des deux petits paquetscontenus dans son sac à son chauffeur. Sa mission, le délivrer à unecertaine personne ... Yuuna se dépêcha ensuite de rejoindre la Salledes Orchidées. Devant la foule qui se présentait à elle, il était diffi-cile de repérer une personne en particulier, surtout qu’ils ne s’étaientsûrement jamais vu avant. La jeune fille n’avait que quelques indica-tions: «Cheveux verts, président du club de karaté, à peu près ta tailleet ‘mignon’ « lui avait dit une camarade de classe. Bien, la tâche nes’annonçait pas facile et ces informations ne l’aidaient pas beaucoup,d’ailleurs leur notion du ‘mignon’ était souvent différente, du moinspour les peluches, ce qui n’avait bien sûr rien à voir avec les êtreshumains! Après cinq bonnes minutes à jouer un peu des coudes, Yuuna réussitenfin à trouver son cavalier, du moins c’est ce qu’elle pensait. Ellevérifia que son présent n’était pas écrabouillé puis finit par s’avancerprudemment, espérant ne pas se tromper de personne. Question dechance, mais justement elle n’en avait pas. Il ne restait qu’à prier etprendre ses jambes à son cou en cas d’erreur!«Euh ... Leone-sen... pai ?» dit-elle prête à aller se cacher dans lafoule. ~ Regrettant déjà qu’il n’y ait pas d’alcool au bal, le jeune hommen’osait même pas pensé à sa cavalière, tant il en voyait l’image d’unefemme trop pomponnée et beaucoup trop parfumée. Une blessuredans sa poitrine, lui rappela qu’il n’était pas encore tout à fait guéritde sa dernière relation. Pour avoir utilisé la peur de le ‘salir’ commeprétexte à ne pas l’embrasser, et même à le jeter, cette femme devait 7
  8. 8. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. recevoir un terrible châtiment. Enfin, c’était ce que ce disait Leone en préférant remplacer la douleur par la colère. En réalité il avait l’in- tention de rien en faire, simplement imaginer l’apaisait. Ses pensées sombres, il les gardait pour lui, et souriait d’un air angélique à tous ceux qui le saluaient, ce qui re- présentaient tous ceux qui passaient prés de lui. Faisant partie des riches parmi les riches, le jeune homme était très connu dans l’école, et certains allaient même jusqu’à lui lécher les bottes. Après tout, son air angélique favori- sait ce genre de réaction, contrairement à l’attitude ren- frognée de Mat. Alors qu’il était sur une planète très lointaine, Leone sentit son es- prit rappeler par une voix hésitante. Sans aucun doute s’était une voix féminine, et fort probablement c’était celle de sa cavalière. Prenant son courage à deux mains afin d’affronter la planète terre, et les ga- mins de l’académie, il posa son regard sur la dite personne. Celle- ci ne ressemblait pas du tout à l’idée qu’il s’en était fait. Loin d’en avoir fait trop, la jeune fille paraissait naturelle. Ce qui faillit le laisser boucher bée. Heureusement il se reprit avant de dévoiler son fameux sourire joyeux et enfantin. «Oui c’est moi, tu es Yuuna-san, n’est-ce pas ? Tu es vraiment jolie» dit-il d’un ton enjoué. Leone était ravi, non seulement sa cavalière n’était pas une de ces filles de riches qui en faisaient trop, mais en plus elle était toute jolie. Voilà de quoi lui remonter le moral en flèche, bien que cela n’était pas forcement une bonne chose pour la jeune fille en question… ~ Oui, c’était bien le grand soir. Le bal original tant attendu par tous les élèves de l’établissement, du moins la plupart, offrait un spectacle incroyable à tous ceux qui s’y présentaient. Les décorations comme8
  9. 9. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern les participants étaient resplendissantes. Chacun s’était fait beau pour ce jour et tous allait enfin faire plus ample connais- sance avec leur cavalier ou cavalière. Yuuna quant à elle avait prévu de profiter de l’occasion pour s’amu- ser. Il était vital pour elle de se détendre et oublier les cours, cependant, le stresse ressenti avant de rencontrer son cavalier improvisé avait suffi à la refaire sombrer dans un état de panique. Un sac contenant un présent en main, Yuuna circula tant bien que mal dans la foule d’élèves, manquant de se faire écrabouiller à plusieurs reprises. Mais ce n’était pas la fin de ses péripéties, car ne sachant pas vraiment à quoi ressemblait Leone, la jeune fille pria pour que la personne qu’elle avait interpellée était celle qu’elle cherchait. Heureusement pour elle, la chance avait fait en sorte qu’elle ne se ridiculise pas et voilà que son cavalier se tenait devant elle. Tout d’abord, Yuuna hocha vivement la tête en signe de oui à la question de Leone puis, elle laissa échapper un petit «ouf»de soulagement. Cependant son état se détente totale ne fit pas long feu avec Leone le mafieux, du moins, la dernière phrase de celui-ci la transperça d’un coup. Comme à son habitude inchangée et inchangeable1, Yuuna ne sut quoi répondre et se mit à rougir. Elle réussit pourtant à caser un petit merci timide dans sa panique pour enchaîner tout de suite par un mouvement très rapide, presque automatique, comme un robot. En effet, Yuuna avait mis en avant son sac qu’elle tenait avec ses deux mains, le tendant à Leone. Le pauvre sac avait fini presque écrasé sur le torse du jeune homme. Heureusement, ce n’était pas avec la force d’hamster de Yuuna que le contenu serait endommagé. «Euh ... J’ai fait des biscuits pour l’occasion ...J’espère que ça te plaira ! ...» dit-elle toujours les bras tendus.1 [j’invente des mot °°] 9
  10. 10. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Puis se rendant compte qu’elle avait oublié quelque chose de cru- cial, Yuuna s’empressa d’ajouter en finissant par courber son dos telle une vraie japonaise : «Oh ! Et j’espère qu’on va passer une bonne soirée!» ~ Contrairement à un certain nombre d’élèves de l’école, Leone avait l’habitude des fêtes privées, puisqu’il faisait parti d’un groupe d’adolescent plutôt remuant. Il préfé- rait largement ce genre de fête au bal officiel, en repro- chant le manque d’alcool et le côté trop pompeux. Le jeune home aimait s’habiller de façon classe et cool, rien à voir avec l’apparence de prince qui était demandé lors des bals. Il pensait que ce type de réception était bien loin de la vérité, même riche personne ne vivait dans un conte de fées. Heureusement cette fois ci, il aurait une cavalière sans froufrous, ni parfum à assommer un cheval. En plus elle était jolie, mais bon Leone savait qu’il ne devait pas essayer de sortir avec une fille de l’école, si- non il risquait de perdre sa bonne réputation. Sans oublier que rien ne garantissait que la jeune demoiselle soit libre, même si cela n’aurait pas franchement arrêté Leone2. Pour le moment, la surprise s’afficha sur les traits du jeune homme quand un sac faillit s’écraser contre son torse. «Merci Yuuna-chan, c’est vraiment très gentil à toi. Dis moi je peux t’appeler Yuuna-chan au moins ?» dit il, un sourire lumineux et enfantin sur les lèvres. Il prit le cadeau dans ses mains, et se demanda ce qu’il allait en faire. Le jeter, oui il ferait cela parce qu’il se disait qu’il n’aimait pas tout ce 2 [ il doute de rien celui là mdr]10
  11. 11. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernqui était sucré. Contrairement à tout ce que ces filles pensait, Leonen’était pas un gamin…Et puis non, il ne le jetterait pas il le donneraità ses hommes, c’était encore mieux ainsi, une plus belle vengeance…Un combat intérieur faisait rage en Leone, alors qu’il essayait de sepersuader qu’il n’adorait pas ce qui était sucré et qu’il n’était pas dutout tenter de manger ses biscuits. Pourtant, le jeune homme avait dumal à taire sa gourmandise, et si son esprit s’inventait des faux désirs,il avait commencé à guider sa cavalière tout tenant bien fermementle fameux sac. ~ Peu à peu, Yuuna retrouvait son calme. Elle s’étaitlongtemps demandée ce qui l’attendrait à ce bal, de-mandée si c’était vraiment une bonne idée d’y parti-ciper. Tout le monde lui avait conseillé de s’y rendre,elle avait longtemps craint de regretter son choix, ce-pendant, la soirée semblait bien commencer, Yuuna sesentait assez à l’aise à présent. Chose plutôt normalepuisqu’elle n’avait aucune idée des pensées de son cavalier ! Ses biscuits acceptés, elle se sentit plus légère et espérait que sonautre paquet avait bien été livré à son destinataire. Elle se contentaensuite d’hocher la tête en signe de « oui », un petit sourire aux lè-vres elle aussi. A présent l’esprit tranquille, elle allait pouvoir profiterdu bal, ou du moins c’est ce qu’elle pensait… Tous deux avançantvers la salle de bal, il ne fallut pas beaucoup de temps à Yuuna pourapercevoir l’éblouissante lumière qui en provenait. Pour l’occasion,l’établissement n’y était pas allé de main morte, c’était le moins quel’on puisse dire ! Il y avait tellement de … « décorations » qu’il étaitpresque impossible d’en faire une liste complète et détaillée. Bref,Yuuna préféra ignorer tout cela, histoire de ne pas devenir aveugle etsalua comme elle put les quelques personnes qu’elle reconnaissait.Au loin elle vit Shamandalie et Timotee. Les voir ainsi réunis ne man-qua pas de lui faire tirer une petite grimace, sa dernière rencontre avecle jeune homme n’ayant pas été très agréable, même loin de là… Elle 11
  12. 12. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. essaya ensuite de trouver Aiden dans la foule de couple, tournant la tête à gauche et à droite, en vain. L’espace d’une seconde, ses sourcils se froncèrent mais firent rapidement place à une mine déçue. Peu de temps après, s’arrêtant net, Yuuna se tourna vers son cavalier, le re- gardant dans les yeux comme elle le faisait avec n’importe qui. « Et… Que sommes-nous censés faire à présent ? » questionna-t- elle presque inquiète du programme de leur soirée. La question pouvait paraître stupide mais c’était un fait, la jeune fille était toujours déboussolée lors de telles occasions. Lors du pré- cédent bal, Yuuna s’était quasiment faite traînée dans tous les sens, ne sachant pas quoi faire...! ~ Le jeune garçon évitait de regarder les décorations de la pièce, il y avait beaucoup trop de froufrous à son goût, ce qui lui donnait l’impression d’étouffer. Il se surprit même à tirer légèrement sur le col de sa chemise, comme si cela pouvait mettre fin à cette désagréable sensation. Leone se demandait comment les organisateurs du bal faisaient pour être des sans gênes pareils. Et puis ce thè- me du couple le plus beau et le plus mature c’était vrai- ment n’importe quoi. N’importe couple était beau quand les deux amoureux l’était l’un et l’autre. Bon pour le mature, là Leone séchait un peu, ce n’était pas son rayon. *Je me demande ce qu’elle en pense elle…* pensa t’il en jetant un regard vers sa cavalière. Son bras enlaçait toujours le fameux paquet, on aurait dit qu’il ne voulait pas s’en séparer. Leone recevait souvent des cadeaux par les femmes qu’il séduisait, mais jamais on n’avait cuisiné ainsi pour lui. Malgré sa volonté d’être un cœur de pierre, l’attention de la jeune fille l’avait touché.12
  13. 13. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern«Vu l’ambiance je suppose que je suis censé t’inviter à danser àla manière d’un prince charmant, puis te proposer de te servirà boire et faire de ta soirée un conte de fées…mais à vrai dire jedanse très mal, et je ne pense pas ressembler à un prince char-mant.» répondit-il avec un sourire angélique. Etonnant contraste qu’offrait le jeune homme entre son apparenceinnocente, proche d’un personnage de fiction, et l’aveu de ses dé-fauts. D’autant plus, que cela ne semblait pas l’embarrassé le moinsdu monde. Il semblait même plus mature dans cette façon de parler,ce qui était assez rare chez lui. Le jeune homme faillit reprendre la parole, lorsque deux de leurscamarades d’école les interpella avec un « Bonsoir les filles ! » qui neplut pas du tout au mafioso. Bon, cinq fois sur dix on se trompait surson sexe à cause de ses traits fins et de sa taille, et à chaque de ses foisl’aura de Leone devenait subitement très sombre. Cette expérience-cin’échappa pas à la règle, Leone se retourna donc vers les impertinentsavec une élégance glaciale.«Qui est une fille ?» demanda sa voix calme mais d’une note assezterrifiante. Visage d’ange mais démon à l’intérieur, le jeune homme fit vite fuirles accosteurs. Il ne se souvint de la présence de sa cavalière juste àcôté qu’après. Non seulement, elle devait être elle aussi touchée parson aura démoniaque, et certainement être effrayée, mais en plus elleavait vu des garçons le prendre pour une fille…la honte complète. Lesjoues de Leone se teintaient légèrement de rouge lorsqu’il fit face àla jeune fille.«Je suis désolé…je peux te servir quelque chose à boire si tu veux…enfin, si tu veux bien rester avec moi…» proposa t’il, embarrassé. 13
  14. 14. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. ~ Yuuna était bien perdue dans ce monde beaucoup trop éblouissant à son goût. Aussi elle préféra s’abs- tenir de regarder trop longuement ce qui l’entourait, mieux valait se concentrer sur les personnes. La jeune fille en revint donc à son cavalier qui tenait encore ses biscuits... Peut-être aurait-elle dû les lui donné plus tard, passer la soirée avec ce paquet dans les mains n’allait pas être commode pour Leone. Elle aurait bien aimé les lui prendre de suite et s’expliquer ensuite mais son cavalier ne semblait pas vouloir s’en séparer. Cette seule pensée lui fit plaisir et lui ôta toute envie de récupérer le petit sac. Par la suite, comme elle s’en était doutée, Yuuna ne sut quoi faire maintenant arrivée au bal. La réponse de son cavalier la fit cependant esquisser un sourire. Drôle de réaction peut-être mais le fait qu’elle ne soit pas la seule à avoir du mal avec la danse, malgré les entraine- ments intensifs qu’elle avait subi par le passé, lui plaisait infiniment. Ce n’était pas tous les jours qu’elle avait l’occasion de danser, aussi elle devait sûrement être rouillée à présent, mieux valait ne pas s’y risquer. «Prince charmant ou pas, avec une cavalière aussi maladroite mieux vaut éviter la piste.» dit-elle en riant, « Je préfèrerais ne pas te faire courir de danger avec mes talons démoniaques ... Je me demande bien comment Cendrillon a fait pour ne pas rendre son prince handicapé ...» ajouta-t-elle, en murmurant presque cette dernière phrase. La pièce de théâtre vue en compagnie de «Moe-chan» l’avait plu- tôt marqué après tout. Cendrillon avait sûrement un don inné pour la danse, contrairement à elle et son cavalier. Alors que les choses commençaient à s’agiter, Yuuna était perdue dans ses pensées. Elle14
  15. 15. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernmit donc plus de temps que Leone à comprendre les propos des autresélèves... Fronçant les sourcils, elle voulut intervenir mais avant même qu’el-le ait pu émettre le moindre son, Yuuna sentit comme des ondes néga-tives émaner de son cavalier. Non c’était même plus que ça, son auraétait presque meurtrière. L’espace d’un instant, elle crut même trem-bler de peur en entendant la voix du jeune homme. Cependant c’étaitune chose qu’elle ne put vraiment confirmer, ayant presque oublié cequ’elle venait de ressentir dès que son cavalier s’était retourné verselle, embarrassé. Un vrai contraste entre ce visage angélique et l’auradémoniaque qui l’entourait juste avant... A l’avenir elle saurait qu’ilvalait mieux éviter que Leone entende des sottises pareilles, quitte àlui boucher les oreilles elle-même ou le pousser dans une piscine pourqu’il devienne sourd l’espace d’un instant.«Ne t’excuse pas voyons, si tu ne l’avais pas fait je m’en seraischargée moi-même ! Bon certes avec moins ... d’autorité je dirais?», dit-elle presque amusée, «Bref ...! Va pour une boisson !» Ne souhaitant pas que Leone repense à cet incident toute la soirée,Yuuna préféra faire son possible pour lui faire oublier cette malheu-reuse rencontre. Aussi elle s’empara d’une main libre de son cavalier,un sourire aux lèvres, se lançant ainsi à la recherche des boissons.Néanmoins son projet rencontra un grand obstacle : avec la foule quise dressait devant elle, la jeune fille perdit son sens de l’orientation...Pas très malin dans un moment pareil, et elle qui voulait prendre leschoses en mains, c’était raté.«Bon ... Je crois bien qu’un GPS ne serait même pas suffisantpour me remettre sur le droit chemin. Mmh…» dit-elle en se tour-nant vers Leone, presque l’air implorant. ~ 15
  16. 16. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Leone Martillo s’accrochait toujours au fameux sac comme si sa vie en dépendait. Quand il y pensait, le jeune homme avait presque l’impression de flotter tant cela lui faisait plaisir. Toutefois, ce n’était pas vraiment pratique pour la soirée, et l’un des serviteurs en place vint lui proposer de veiller sur ses affaires. Très réticent, le mafieux ne cessa de pas- ser son regard du paquet à l’homme de service, de l’hom- me de service au paquet. Il était plus qu’évident qu’il fi- nit par céder uniquement à contre cœur. Une ombre de regret suivit même le paquet tant précieux quand celui- ci disparu vers les quartiers du personnel. Leo ne réalisa qu’après coup, qu’il aurait peut être du également confié sa veste, mais ne fit aucun commentaire pour ne pas souligner son manque de réflexion à ce moment là. En théorie, le couple était censé jouer les parfaits partenaires de soirée, mais Leone n’était pas certain de visualiser ce que «parfait» signifiait dans ces cas là. Un coup d’œil vers les membres du jury, qu’il pu repérer, le confirma dans son idée que la sélection serait « parfaitement » subjective. Le jeune homme ne s’amusait pas souvent aux événements de l’école, parce qu’il ne pouvait pas s’y détendre complètement. Contrairement aux soirées passées avec ses amis et un bon nombre d’admiratrices, pas mal de choses manquaient à son confort, comme par exemple avoir toujours Shun à ses côtés. Au ly- cée ce dernier n’était que le meilleur ami du jeune homme, mais à l’extérieur il était son bras droit, et ne le quittait que rarement. Pour- tant, et ce, petit à petit, Leone avait commencé à se sentir à l’aise ce soir. Il finit même par rire gentiment au commentaire de Yuuna sur les talons démoniaques. «Tu es vraiment une fille mignonne Yuuna, je me sens bien avec toi.» Un sourire sincère suivait ses paroles franches et directes. Il disait16
  17. 17. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern ce qu’il pensait d’une façon totalement naturelle, et sans même penser que cela pouvait mettre mal à l’aise la destinatrice. Le jeune homme était content de se trouver là, uniquement parce que sa cavalière était Yuuna, il venait tout juste de le réaliser. D’ailleurs, il était passé sans y faire attention du ‘Yuuna-chan’ au ‘Yuuna’, ce qui lui donnait l’im- pression de s’être rapproché d’elle, mais donnait également au com- plimenteur3 une dimension plus mature. Ensuite le rouge lui monta aux joues jusqu’à ce qu’il ressemble à une tomate en entendant le mot « autorité », mais sourit d’un air embarrassé. Quelque chose d’étrange se passait ce soir là : depuis quand le vi- sage de sa cavalière était-il entouré de lumières et de fleurs? À présent quand il la regardait, il sentait ses joues chauffées légère- ment, et peinait à remarquer autre chose qu’elle. Quand elle lui prit la main, il fut surprit d’avoir l’impression de sentir la douceur de Yuuna dans sa paume, et qu’en réponse, son cœur battait très fort. Leone était un peu paniqué à l’idée qu’elle puisse entendre la course folle de cet organe majeur. Toutefois, il se sentait heureux aussi surpre- nant et subit que cela lui semblait. Ils avaient beau être bloqué dans une foule dense, il paraissait au jeune homme être seul avec sa cava- lière. D’ailleurs, il ne réalisa la situation bloquée que lorsque Yuuna en parla de vive voix. Alors Leone passa devant sa cavalière avec un sourire qui ne demandait que sa confiance, et avança sans lâcher la précieuse main. «Je vais nous mener jusqu’au buffet». annonça t’il avec un sourire angélique, sans qu’il ait eu besoin de le préparer. Puis ils se mirent à avancer à pas de plus en plus régulier, curieuse- ment, grâce à l’aura naturelle de Leone la foule s’écartait légèrement autour d’eux pour leur ouvrir le chemin. Il n’utilisait même pas son3 [mot qui fait étrange à l’horizon, mais je le trouvais drôle ^^] 17
  18. 18. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. regard noir de mafieux pour effrayer ses camarades, bien au contraire, le jeune homme ne pouvait s’empêcher de sourire jusqu’à ce qu’ils se trouvèrent devant le service des boissons. «Que désires-tu ?» demanda t’il en coupant la parole de façon fla- grante à un serveur, qui comptait s’adresser à sa cavalière. Ce soir, il n’était pas question pour le jeune homme de partager avec qui que ce soit Yuuna. Leone avait déjà décidé de faire de son mieux pour rendre ce bal agréable, peu lui importait de concourir, il espérait seulement que la jeune fille apprécierait sa compagnie autant que lui appréciait la sienne. «Dans quel dortoir te trouves-tu ?» posa t’il, en ajustant toute son attention vers la réponse de sa cavalière. ~ Alors que Yuuna se demandait si sa petite inten- tion n’allait pas gêner son cavalier toute la soirée, un employé vint proposer ses services, libérant ainsi les bras du jeune homme. Elle pensait que ce dernier allait être soulagé mais l’expression qu’il affichait était tout autre. Aussi elle dut étouffer un petit rire, amusée par l’attention que Leone montrait pour les biscuits. Si le meilleur couple devait obligatoirement danser, alors le choix était vite fait, ces deux là n’avaient aucune chance de gagner. Mais cela était bien la dernière de leur préoccupation, le plus impor- tant pour Yuuna était de garder Leone sain et sauf et donc, de ne pas tenter l’impossible sur la piste de danse. Sans trop savoir pourquoi, la jeune fille fut de nouveau complimentée et eut droit au beau sou- rire de son interlocuteur. Elle n’allait décidément pas tenir la soirée si elle continuait à rougir à chaque compliment que lui faisait son cavalier…18
  19. 19. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern« Il … Il en va de même pour moi senpai! » réussit-elle à articulertoujours embarrassée, sans oser s’adresser plus familièrement à lui. En effet, Yuuna était plutôt heureuse chaque fois que quelqu’unl’appelait par son nom, cela lui donnait l’impression d’être au moinsamie avec la personne. Cependant elle avait appris que ce n’était pasle cas pour tout le monde, aussi ses parents lui ont toujours reprochéd’être impolie. De peur de lui manquer de respect, elle préféra ne rienrisquer. A présent elle commençait à comprendre pourquoi Kate avaitété aussi excitée lorsqu’elles avaient appris l’identité de son cavalier !Quoique … elle avait surtout insisté sur le ‘mignon’. Yuuna, elle, étaitplutôt captivée par la personne en elle-même, ou plutôt intriguée …? Le jeune homme était non seulement capable d’afficher un sourirecapable de faire battre à toute vitesse le cœur de n’importe quelledemoiselle mais aussi capable de se montrer soudainement dur et ex-trêmement menaçant face à des assaillants. Préférant garder l’angeà ses côtés, Yuuna entraina Leone dans sa recherche, tentant de luichanger les idées. Ce soir là, elle avait bien l’intention de prendre soncourage à deux mains. En temps normal, se comporter avec si peude gêne avec une personne du sexe opposé la terrifiait. Cette soiréene lui appartenait pas exclusivement mais était aussi celle de Leone.C’était aussi une bonne occasion pour elle pour s’entrainer à « com-muniquer » car depuis la fête passée avec Tomoe, Yuuna n’avait pasvraiment eu l’occasion « d’exploser ». Il fallait néanmoins un moyenpour elle de tout rater, et son mauvais sens de l’orientation pointa viteson nez. L’ange qu’était devenu son cavalier prit alors les devants,donnant un aperçu à Yuuna de ce qu’était un sourire presque divin. Lecœur de cette dernière se sentit comme réchauffé tout comme la mainque tenait Leone. Ce fut un des moments les plus impressionnantsauquel elle avait pu assister de toute sa vie. La foule se rangea sur lescôtés pour ouvrir un chemin au couple. Yuuna, bouche bée, suivit lapersonne qui semblait être le roi auquel on faisait cet honneur. Arri- 19
  20. 20. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. vée au buffet, ce fut à peine si la jeune fille avait entendu le serveur s’adresser à elle. Encore impressionnée, elle mit un certain temps à comprendre la question de son cavalier. « Hé ? … Ah euh … ! Je prendrai la même chose que toi ! » dit-elle encore abasourdie. ‘Comme tu voudras’, ‘je ne sais pas …’ … Tant de phrase dont Yuu- na n’arrivait pas à se débarrasser, elle s’en voulait d’ailleurs souvent de n’être jamais capable de prendre des décisions pour elle-même. Cependant, quelque chose de plus important à ses yeux la tracassait, et bien que cela ait pu sembler totalement futile, elle ne put s’empê- cher d’en parler… « Comment as-tu fait ça ?! Tout-… tout le monde s’est écarté comme ça et … et … C’était … ! … Incroyable. » finit-elle presque par murmurer, admirative. Voilà. Elle l’avait fait et à présent elle le regrettait. Elle qui vou- lait garder une image mature d’elle devant son cavalier, c’était raté. Il fallait la comprendre, s’exciter et s’inquiéter pour un rien était sa spécialité. Aussi sa soudaine intervention l’embarrassa plus que tout. Son visage vira au rouge vif et alors qu’elle baissait la tête pour le cacher, elle se rendit compte qu’elle tenait toujours la main du jeune homme et que celui-ci ne semblait pas vouloir se séparer de la sienne, ou du moins ne se rendait pas compte de la situation, ce qui la gêna encore plus. « Dé-… Désolée … C’est juste que … Ca m’a disons … impres- sionné et … désolée … » enchaina-t-elle presque immédiatement, en murmurant, la tête baissée et les joues brûlantes. Par la suite, un nouveau sujet put lui faire oublier un temps soit peu20
  21. 21. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernses agissements. Yuuna sauta sur l’occasion et tenta de répondre cal-mement. Raté.« The New Day House ! J’ai eu du mal à avoir la permission,sachant que ma principale raison d’y aller était la cuisine miseà disposition des élèves … Je fais régulièrement des fournées degâteaux même pour les autres dortoirs donc si tu en veux un journ’hésites pas ! » dit-elle un sourire radieux aux lèvres. Parler de gâteaux, pâtisseries et biscuits en tout genre l’enchantait.Aussi le fait que peu d’employés acceptaient de travailler dans ce dor-toir donnait plus de libertés aux élèves et c’est ce dont Yuuna rêvait.Disposer librement des cuisines, que demander de plus ? Bien sûr latâche ne fut pas de tout repos, il fallait convaincre son entourage de lalaisser s’y installer et ce fut assez éprouvant.« Et toi … ? Si ce n’est pas indiscret bien sûr … ! » ajouta-t-elle,curieuse de savoir si les deux dortoirs étaient trop éloignés pour queles distributions se fassent. ~ Plus Yuuna rougissait, plus le jeune homme la trou- vait charmante. Elle ne ressemblait en rien aux jeunes filles qui l’approchaient habituellement. Une fraicheur agréable émanait d’elle, cette sensation mettait Leone en confiance. Il se fit alors la promesse de prendre soin d’elle durant toute la soirée, si ce n’est plus. Cette pen- sée le fit rougir un court instant avant qu’il ne la mène au buffet. Il se servit de son aura de ‘demone’ pour creuser un passage dans la foule, tout en prenant garde de ne pas influencer sa cavalière. Quelque part, il craignait de la faire fuir,alors que son seul souhait était de rendre ce moment agréable.«Je pense que je vais prendre un jus d’ananas…humm tu es cer- 21
  22. 22. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. taine de vouloir la même chose ?» demanda-t-il d’un ton inquiet. Aussitôt son choix avoué, le jeune homme se demanda s’il ne faisait pas trop immature. En même temps, peu de boissons sur les tables permettaient de jouer les hommes mûrs. Il n’était pas question de servir de l’alcool à un bal officiel organisé au sein de l’école, si ce n’était un champagne doux et peu alcoolisé. De toute façon, il n’était pas très conseillé de laisser Leone boire en vue des conséquences que cela pouvait avoir. L’ananas risquait d’être un peu acide, mais il ne pouvait être que de bonne qualité, comme tous les jus divins que seuls de riches familles avaient les moyens de s’offrir. «Et bien, je suppose que ça doit être mon côté démoniaque qui leur à fait peur… J’ai du t’embarrasser, je n’ai pas réfléchi avant de…» dit-il avec un rire gêné, comme s’il essayait de plaisanter. L’admiration qu’il lisait dans les yeux de sa cavalière, plus que sa remarque le mit mal à l’aise, et le fit rougir. Leone ne savait pas vrai- ment comment gérer son ‘mauvais’ côté. Il n’avait aucune envie que Yuuna le connaisse, ainsi elle ne pourrait le détester. Et pourtant il lui répugnait de devoir lui mentir. Soucieux de la voir s’échapper, pres- que inconsciemment, le jeune homme tenait fermement mais avec douceur la main de la jeune fille. «Ce n’est rien…je…j’espère seulement que ce n’est pas une mau- vaise chose…» ajouta le jeune homme quand Yunna se révéla déso- lée. Elle aussi avait les joues rouges, mais sa tête restait baissée tandis que lui l’observait. Etrangement, il la voyait toujours avec des fleurs autour du visage, et une lumière bordant ses cheveux comme si elle avait été un ange. Il tenta alors de lancer une conversation un peu plus neutre, une façon également de mieux connaître sa cavalière.22
  23. 23. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern«Je viendrais avec plaisir ! » répondit-il immédiatement avec unsourire innocent. Il lui tardait de rendre visite à Yuuna après le bal, et de la voir endehors des tralalas de l’académie. Bien sûr, il aurait pu s’étonner deson choix de résidence, après tout seuls les plus pauvres d’entre lesélèves allaient à la New Day House, mais il était bien trop heureuxd’avoir reçu l’invitation de la jeune fille pour cela.«Moi ? Je suis au Palais de Gahan Antarjyoti...» Les rumeurs au sujet de son propre dortoir lui traversèrent l’esprit.Parfois, on disait que seuls les élèves un peu étranges se trouvaientdans cette residence. Leone espérait que sa cavalière n’en avait pasentendu parler. La joie à l’évocation de se revoir après le bal lui avaitfait oublier durant un moment le plus important. Le jeune hommeaimait bien Yuuna, elle lui plaisait même sincérement, ce pourquoi ilposa ses deux mains sur les bras de sa cavaliére pour capter toute sonattention.«Yuuna, si jamais un jour je te semble agir étrangement ne vienssurtout pas me voir. S’il-te-plait, éloignes toi le plus possible demoi. Je ne peux pas t’expliquer pourquoi mais il faut que tu fassesce que je te demande, tu veux bien?» demanda-t-il d’un air sérieuxen plongeant son regard doré dans celui de la jeune fille. Leone comptait bien prévenir sa cavalière, et faire en sorte qu’ellene voit jamais son côté démoniaque s’il pouvait empêcher cette catas-trophe d’arriver. Il ne pensait pas pouvoir supporter qu’elle finisse parle haïr à cause de sa part d’ombre. ~ Yuuna était heureuse, heureuse de pouvoir rencontrer des personnes 23
  24. 24. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. si étonnantes et sympathiques dans cette académie. Ce soir là ne faisait pas exception, et c’est avec bon- ne humeur qu’elle tenta de s’ouvrir et profiter du bal en compagnie d’un cavalier pour qui certaines seraient prêtes à tout … Elle se demandait d’ailleurs si une photo souvenir ferait plaisir à Kate, elle qui raffolait des beaux garçons … Toujours aussi indécise, la jeune fille laissa son cavalier décider des boissons, de toute façon, elle n’était pas très difficile. Elle fut alors agréablement surprise par son choix qui la fit esquisser un petit sourire. « Oui ça me convient parfaitement ! » dit-elle amusée, « J’adore les jus fruits en plus ! Je vois que nous avons un point commun ! » Règle numéro 1 pour s’entendre avec les autres : avoir des inté- rêts/goûts semblables ! Ou du moins c’est ce que racontait un de ses magasines, bidons pour certains mais indispensables à Yuuna qui les considérait comme ses bibles. Aussi cela lui donnait l’impression d’être plus proche des personnes qu’elle fréquentait, ce qui ne lui déplaisait pas à cet instant ! Peu importe le temps qu’ils passeraient ensemble, le charisme de Leone laisserait toujours la jeune Ashford bouche bée. Elle avait d’ailleurs bien du mal à contenir son admiration et c’est ainsi qu’elle réussit à embarrasser son cavalier sans le vouloir. Alors que le jeune homme semblait s’excuser, Yuuna se mit à hocher la tête de gauche à droite en signe de « non » et s’excusa à son tour, désolée de s’être laissée emporter. « Ton côté démoniaque qui leur a fait peur ? … Vu sous cet angle là c’est encore plus impressionnant … » finit-elle par murmurer.24
  25. 25. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern En effet, curieuse, elle tenta d’imaginer un ‘dark Leone’ mais la tâ-che fut plutôt complexe. De plus, penser que ce qu’elle avait admiréavait pu effrayé les autres rendait tout cela presque fascinant … Gênée par ses propres paroles et sa main prisonnière, elle ne mit paslongtemps à se débarrasser de son teint rougeâtre, heureuse commetout que le coup des gâteaux ait à nouveau fonctionné. Elle remerciaitle ciel de lui avoir accordé la capacité de cuisiner des choses que laplupart des gens acceptaient de consommer.« Oooh ! Le Palais c’est tout un autre univers d’après ce que j’aientendu dire ! Ca me gênerait presque de te faire venir à mondortoir … Peut-être que je devrais commencer à livrer ? » dit-elle, pensant déjà au bazar qu’elle créerait durant la confection de sespâtisseries en tout genre. En effet, à ses yeux, le Palais de Gahan Antarjyotiétait était surtoutréputée pour son exotisme, sa beauté et ses masseurs ! Rien à voiravec le New Day House ... Yuuna s’était de son côté habituée auxconditions de vie de son dortoir, voulant à tout prix l’accès à ses cui-sines. Mais cela risquait de ne pas être évident pour les visiteurs, ensachant qu’ils faisaient régulièrement face à des pannes en tout genredans ce modeste dortoir ... Par la suite, prise par surprise, Yuuna fut soudainement noyée dansle beau regard de Leone. Ne comprenant pas vraiment la requête decelui-ci, elle se contenta d’hocher la tête de bas en haut, trop débous-solée par les yeux de son cavalier pour réfléchir. L’inquiétude ne mitcependant pas longtemps à s’emparer d’elle, qui pensait qu’il allaitprochainement faire face à des évènements douloureux.« Je veux bien mais … En es-tu sûr ? Je pourrais peut-être t’aidersi tu en as besoin ou juste être là pour toi ou … » dit-elle agitée,osant enfin affronter le regard de son cavalier. 25
  26. 26. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. L’art d’exagérer, sa spécialité ! Aussi la situation de Leone tourna vite en un scénario dramatique. Yuuna envisagea toutes les possibili- tés qui lui semblaient plausibles et bien sûr, elle ne pensa pas au côté démoniaque pourtant mentionné plus tôt ! « Si tu y tiens vraiment je suppose que les gâteaux seront tout aussi bons froids … » ajouta-t-elle, le regard vers le sol. Peut-être préférait-il qu’elle ne se mêle pas de ses affaires ? Après tout, ils se connaissaient à peine, elle n’était donc pas la mieux placée pour l’aider en temps de crise ... Yuuna et l’art de s’inquiéter pour tout et rien ! ~ Leone avait longuement hésité avant d’avouer son choix de bois- son, torturé par l’idée de paraitre trop enfantin. Il finis- sait même par se demander si un jus d’orange n’aurait pas fait plus mature, seulement le jeune garçon préférait l’ananas. Ses sourcils se froncèrent à force de réfléchir à ce qu’il aurait pu dire ou ne pas dire. Heureusement l’in- tervention de sa cavalière changea instantanément son expression en un étonnement heureux. «Je suis ravi que nous ayons un point en commun» commenta-t-il avec un sourire aux anges. De part son statut d’aîné, le jeune homme connaissait un nombre important d’élèves au sein du lycée. Il ne se réjouissait que rarement de se trouver un point commun avec l’un d’entre eux. En effet, mal- gré son apparence aimable, Leone restait la plupart du temps avec son groupe d’amis. Le jeune homme n’était pas de ceux à apprécier les nouvelles rencontres, parce que généralement, elles le décevaient. Cette fois-ci était différente, Yuuna ressemblait à ses yeux à un trésor inespéré. Plus il passait de temps avec elle, plus l’héritier mafieux oubliait tout le reste.26
  27. 27. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern« Tu sais…il n’y a rien d’admirable à faire peur aux autres…»murmura-t-il à son tour, sans oser la regarder. Son ton avait une note de regret, malheureusement sa nature reve-nait au galop lorsqu’il avait cru pouvoir l’oublier. Tandis que dans safamille son côté démoniaque le plaçait à un rang quasi divin, Leoneaurait aimé être normal. Ainsi il ne pousserait pas sans le vouloir sesamis dans des bagarres stupides. Pourtant, cette facette sombre étaitcertainement ce qui l’avait rapproché de ceux qu’il fréquentait. Il sedemanda alors comment Yuuna réagirait s’il la présentait à ses pro-ches. Son idée soudaine le fit brusquement rougir. Il pensait presqueà elle comme à une petite amie, ce qu’elle n’était pas.« Au contraire cela me ferait plaisir de venir te voir à la New DayHouse, le Palais a une réputation un peu bizarre, sans compterqu’il est facile de s’y perdre…je n’aurais peut être pas du direça…» réalisa-t-il en rougissant à nouveau. Et si Yuuna associait la bizarrerie de son dortoir à la sienne ? Curieu-sement il craignait que la jeune fille n’ait une mauvaise image de lui.D’habitude Leone ne se souciait pas autant de ce qu’on pensait de lui.Cette impression de marcher sur un fil au dessus du vide commençaità lui donner le vertige.*Elle ne doit pas connaître mon mauvais côté, sinon elle finira parme détester…* se dit-il. Le jeune homme finit par craquer et par mettre en garde sa cavalièrecontre lui-même, sans pour autant rien lui expliquer. Il s’attendaitpresque à la voir s’effrayer de son comportement un peu fou, mais ilespérait ainsi la pousser à la prudence. Voilà qui pourquoi la réaction de Yuuna le figea un long moment. 27
  28. 28. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Son cœur sembla s’arrêter de battre. Ses poumons interrompirent bru- talement leur respiration, comme s’il avait reçu un coup de poing violent. Les larmes lui montèrent aux yeux, mais il refusa de les lais- ser couler. Brusquement mais avec la douceur de celui qui manipule une porcelaine, Leone enlaça sa cavalière. Heureusement l’heure était au slow, alors son épanchement ne serait pas trop remarqué. Sans oublier qu’il ne dura qu’un instant, le temps pour le jeune homme de réaliser ce qu’il faisait. Alors il relâcha la jeune fille qui semblait briller plus fort que n’importe qui à cet instant, et détourna le regard. Leone espérait cacher ses yeux rougis à cause de l’émotion. Personne ne lui avait jamais dit ce qu’il venait d’entendre. Même si ses amis et ses hommes de clan seraient toujours là pour lui, il n’avait jamais lu en eux ce genre de sollicitude. Yuuna paraissait inquiète de ce qu’il pouvait ressentir, alors que lui-même se voyait, quelque part, comme un monstre. Visiblement, le jeune homme s’était aussi laissé emporter par le côté dramatique de la scène. « Je serais ravi de les manger chauds…de te voir les faire…ou même de t’aider si tu le veux bien…» dit-il après un moment de silence, la voix un peu tremblante. ~ Se réjouir devant du jus d’ananas, qui l’aurait cru ? C’était pourtant ce qu’il se passait et Yuuna en était plus que ravie. Elle se sentait de plus en plus chan- ceuse d’être tombée sur un cavalier aussi sympathi- que et de pouvoir passer une si agréable soirée en sa compagnie. Elle avait cependant toujours du mal à contenir son admiration envers lui, et était toujours abasourdie par son sourire, ce qui déclenchait auto- matiquement une réaction en chaine menant au teint rouge pivoine qu’elle arborait si souvent. Ce fut en- suite avec rapidité qu’elle s’empara des deux verres de jus qu’un serveur leur avait amené, remerciant ce dernier en inclinant légère-28
  29. 29. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern ment la tête. Yuuna tendit ensuite la boisson à Leone, tentant de redi- riger l’attention du jeune homme sur le verre plutôt que sur son visage rouge. « Et si nous trinquions ? Je ne sais pas à quoi mais ce n’est pas tous les jours qu’on assiste à un bal ! » En effet, bien qu’étant issue d’une famille adepte de soirées chics, Yuuna n’avait jamais réussi à s’habituer aux occasions de ce genre. C’était dans un sens, une bonne chose puisqu’il était presque impos- sible de ne pas l’impressionner. Toute personne sortant quelque peu de l’ordinaire en était aussi capable, et dans le cas de Leone qui était tout sauf ordinaire, Yuuna ne put s’empêcher de réagir. « C’est sûrement vrai … Mais tu ne fais pas peur ! Ou du moins je n’ai pas peur de toi ! Je suis juste intimidée … » dit-elle un sourire aux lèvres. Craignant d’avoir mis Leone mal à l’aise, elle tenta de mettre les choses au clair. A ses yeux, il était presque impossible d’être effrayé par le jeune homme et son sourire angélique ravageur. Il faisait sûre- ment partie des personnes les plus gentilles qu’elle avait eu la chance de rencontrer. Yuuna ne voyait habituellement que le ‘bon’ en chacun, ce qui la rendait d’ailleurs un peu trop naïve et facile à berner si ja- mais elle devait faire face à quelqu’un de rusé. Aussi, elle ne se serait jamais doutée que des doubles facettes comme celles de son cavalier pouvaient exister. « Ah … En effet, si c’est un labyrinthe qui m’attend mieux vaut que je m’abstienne ! » dit-elle en riant, « Et qu’entends-tu par ‘bizarre’ ? Aussi étrange que les plats qu’on nous sert parfois au réfectoire ? »44 [Yuuna, traumatisée par la nouvelle recette de Yuki Kamiku haha …] 29
  30. 30. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Etant entourée de beaucoup de personnes pouvant être qualifiées de ‘bizarres’, le bon sens de la jeune fille en avait pris un coup. Entre sa camarade de classe qui concoctait des plats douteux avec des ingré- dients banals, Aiden qui avait été piqué par une mouche ralentisseuse, Kate qui était capable de repérer des beaux garçons à des kilomètres à la ronde … De la diversité, il y en avait ! Aussi Yuuna avait de plus en plus de mal à interpréter ce mot. Par la suite, inquiète pour Leone, elle ne put s’empêcher de s’inté- resser à sa situation. Si quelque chose la tracassait, elle aurait aimé que quelqu’un soit là pour elle, elle appliqua donc cette logique à son cavalier. La réponse de ce dernier fut des plus surprenantes ! Yuuna eut à peine le temps d’apercevoir l’émotion sur le visage du jeune homme qu’elle atterrit dans ses bras. Relâchée presque de suite après, elle voulut être forte, pour elle et surtout pour lui, mais il lui était dif- ficile de ne pas réagir à pareille action. Aussi, ses jambes flanchèrent l’espace d’une seconde. Elle réussit heureusement à se rattraper, mais son cerveau était déjà entré en éruption, et elle se mit à rougir comme jamais. « Ca … Ca serait … Super. » balbutia-t-elle encore perturbée. A ce moment précis, il lui était impossible de remettre de l’ordre dans ses pensées. Le geste de son cavalier l’avait certes déboussolé, mais ce qui la perturbait le plus c’était sa propre réaction, ce qu’elle avait pu ressentir. La réponse de Leone sous entendait qu’elle pouvait l’aider, ce qui lui fit plaisir, même beaucoup trop. Etait-ce si facile de faire battre son cœur de cette façon ? Entre honte et bonheur, Yuuna s’empressa de boire plusieurs gorgées de jus, espérant que cela la calmerait. Voulant rester ‘normale’, elle tenta de reprendre la conver- sation. « Tu as des préférences ? Une allergie au chocolat ou autre … ? Il faudrait que j’évite de t’empoisonner ... » articula-t-elle, la tête à30
  31. 31. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernmoitié baissée osant à peine le regarder dans les yeux. Pour relancer une conversation après autant d’émotion, ce n’était,comme qui dirait, pas top … ~ Leone avait l’impression de flotter sur un nuage. Les visages autour d’eux paraissaient flous, si bien que le jeune homme ne reconnais- sait plus personne à part sa cavalière. Lorsqu’il prit le verre que lui tendait Yunna, ses doigts frôlèrent légè- rement ceux de la jeune fille. Ce contact imprévu res- semblait à la scène d’un manga pour filles à ses yeux, pourtant il fit curieusement plaisir au garçon. « Merci. C’est une bonne idée ! Nous pouvons trin- quer à notre rencontre ! », s’exclama-t-il, les joues légèrement rouges, le sourire toujours sur les lèvres. Contrairement à Yunna, le jeune homme était un habitué des évé-nements chics et des bals grandioses. Cependant, s’il proposa autrechose c’est parce que ce soir-là il ne voyait plus que sa cavalière. Lereste des invités, y compris ses amis, n’existaient plus. Petit à petit etpourtant si vite, Leone oubliait toute méfiance pour un sentiment biendifférent.« Si tu n’as pas peur, alors j’en suis heureux.» commenta-t-il avecun sourire en conséquence. Il sautillait presque de joie, mais se retenait à grand peine. En effet,il était important pour lui de paraitre mature aux yeux de la jeune fille.Yunna n’avait pas peur de lui, bon il l’intimidait, mais pas de peur àl’horizon ! Des ailes auraient pu lui pousser dans le dos qu’il ne seserait pas déplacé avec plus de légèreté. Son cœur battait fort dans sapoitrine quand il la regardait, pourtant il aimait la façon dont ses che-veux lui tombaient sur les épaules, ses yeux gris comme des perles, sa 31
  32. 32. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. peau blanche qui avait l’air si douce… « Oui…oui…très… » répliqua-t-il un peu rapidement. Le jeune homme paniqua. Il venait de se rendre compte qu’il fixait la jeune fille depuis un petit moment. Perdu dans ses pensées, il avait complètement décroché de la conversation. Heureusement, Leone parvint à revenir sur terre, même s’il commençait à se persuader d’avoir un ange à ses côtés. Suivant une envie irrésistible, le jeune homme prit un instant Yunna dans ses bras. Il n’avait pu réprimer ce geste tendre, toutefois il par- vint à y mettre un terme. Afin d’être sur de ne pas recommencer, mais aussi de cacher ses yeux encore rouges, il évita de poser à nouveau son regard sur sa cavalière. « Parfait ! Si nous nous retrouvions ce week end ? J’aime beau- coup les pommes, le café et le chocolat. Je ne suis allergique qu’au gingembre… » répondit-il. Quand Leone constata que la jeune fille osait à peine le regarder dans les yeux, tout comme lui-même avec elle. Il se rendit soudain compte qu’il avait plus que tout envie de revoir Yunna après ce bal. Non pas uniquement une fois, mais plusieurs fois et le plus souvent possible. Ses désirs lui faisaient un peu peur, le jeune homme connaissait bien la douleur de se faire rejeter. Il ne résista pas longtemps, et finit par demander d’une voix hésitante : « Yunna, est-ce qu’ensuite… tu aurais envie d’aller avec moi au cinéma ? Ou… autre part si tu préfères ? » Quand il comprit les mots sortant de ses lèvres, Leone sentit la cha- leur envahir son visage. Affligé, il réalisa que son visage devait avoir pris une couleur rouge tandis que la nervosité le faisait trembler lé- gèrement.32
  33. 33. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern ~ Décidément, la chance souriait à Yuuna ! Elle remerciait le ciel del’avoir faite rencontrer quelqu’un d’aussi « angélique» que Leone. Pour être honnête, elle avait longtempsété angoissée par ce bal, l’académie regorgeant d’élè-ves aussi farfelus les uns que les autres. Aussi, le faitqu’elle s’entende plutôt bien avec son cavalier lui sau-va la soirée. Avançant son verre de jus, ce dernier entrabrièvement en collision avec celui de Leone, laissantéchapper un son presque divin. Rien d’impressionnantvenant de cet établissement richissime mais Yuunaeut l’impression de le redécouvrir. Dire que son verrecontenait du jus d’ananas ! Ses parents auraient sûre-ment fait une crise à la vue du liquide !« Je devrais prendre exemple sur toi ! Ca m’éviterait de me faireécrabouiller par la foule … » murmura-t-elle les sourcils froncés. La jeune fille n’était pas bien costaude et sa nature timide n’arran-geait pas les choses. Pouvoir s’imposer, elle en rêvait. Cependantc’est grâce à ce rôle passif qu’elle était devenue plus réceptive à cequi l’entourait, aussi elle ne mit pas longtemps à ce rendre compteque l’esprit de son cavalier s’envolait parfois on ne sait où. Elle avaitbeau l’avoir remarqué, restait à en trouver la raison et c’était bien çale plus dur car elle était tout sauf perspicace ! Ce fut donc avec un airinquiet qu’elle approcha sa main libre du front du jeune homme. « Est-ce que ça va ? Tu veux prendre un peu l’air ? » demanda-t-elle en retirant progressivement sa main. Les seules possibilités auxquelles Yuuna avait pensées : fièvre, ma-laise … Elle ne constata néanmoins pas d’anomalie concernant latempérature de Leone, ce qui ne suffit pourtant pas à la convaincre. 33
  34. 34. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Comme pour fuir la réalité, elle commença à se dire qu’il était étran- ge que quelqu’un soit aussi chaleureux avec elle (bien que beaucoup l’était) et que le teint rouge du jeune homme était inquiétant. A croire qu’elle ne se rendait pas compte de l’état de son propre visage ! « Ca me va ! Je peux aussi faire du porridge si tu te sens mal ! Mais je ne pense pas pouvoir y ajouter du chocolat … » répondit- elle à la fois encore inquiète de l’état de santé de son cavalier et toute retournée par les péripéties de la soirée. Il devenait de plus en plus dur pour la jeune Ashford de faire face à son rythme cardiaque irrégulier. Quelle en était la cause ? La réponse lui faisait peur. Le visage d’Aiden ne cessait d’apparaitre dans sa tête. Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu ni même eu au télé- phone5. Elle l’aimait encore, restait à savoir à quel point, et c’était bien ça qui la tracassait. Comment pouvait-elle se demander une telle chose ? Plus elle y pensait, plus elle culpabilisait. Fille facile, elle ? Rien que cette pensée lui donna mal au crâne. Bien sûr elle faisait de son mieux pour ne rien laisser paraitre, mieux valait que son cavalier ignore le débat qui faisait rage dans son cerveau. Elle tenta de se rassurer, se persuader qu’elle n’avait trahi personne et qu’elle n’allait trahir personne… quitte à se mentir à elle-même. Ainsi, bien qu’elle perçut l’invitation de Leone comme un cadeau du ciel l’espace d’un instant, elle s’efforça de considérer cela comme une sortie entre « amis ». « Euh … Bien sûr ! Ca fait longtemps que je n’y ai pas mis les pieds en plus ! » dit-elle un petit sourire aux lèvres. Sa réponse n’avait pas du tout l’air de celle d’une simple amie. Ses joues étaient automatiquement devenues rouges et elle avait éprouvé une certaine joie à accepter. Mais … Et si elle avait mal interprété la 5 [HS : je ne sais pas si le perso va rester donc j’improvise pour avancer ! Ca fera du drame XD]34
  35. 35. Les Chroniques de l’Académie Von Einzberndemande de Leone ? Et si elle se tourmentait pour rien ? Yuuna eutun petit pincement au cœur à cette pensée, puis la culpabilité repritvite le dessus. Cela devenait impossible à gérer pour elle, c’est doncsans trop réfléchir qu’elle saisit une des mains du jeune homme pourl’emmener un peu plus à l’écart, là où il n’y aurait pas d’oreilles in-discrètes.« Je dois savoir. Je dois en être sûre. A tes yeux, suis-je une amieou … plus ? » murmura-t-elle. Elle ne mit pas bien longtemps à regretter ses paroles. Paniquée ettremblotante, elle n’arrivait pas à croire qu’elle ait pu demander unechose pareille. D’où était sorti ce courage ?! Aussi elle s’empressad’ajouter :« Euh non ! Ce n’est pas ce que je voulais dire … je suis censéeêtre en couple et … Ca me ferait vraiment vraiment vraimentplaisir d’y aller avec toi, plus que tu ne l’imagines mais … ce n’estpeut-être pas une bonne idée et … arrgh je sens que ma tête vaexploser … » balbutia-t-elle, cachant son visage entre ses mains. Pour la première fois de la soirée, Yuuna aurait voulu avoir un autrecavalier. Quelqu’un d’arrogant, orgueilleux et détestable. Au moinselle ne se serait pas sentie aussi perdue … ~ C’était bien la première fois que quelqu’un pensait devoir prendreexemple sur lui, et d’autant plus une fille. Leone restait sans voix,comme s’il n’avait pas entendu ce murmure si surprenant. Il ne pou-vait se cacher que ces paroles lui faisaient plaisir. Le jeune homme nepensait pas être un modèle à suivre, et avait même souvent honte deson côte sombre qu’il ne contrôlait pas très bien.« Je pense que tu es très bien comme tu es…» murmura-t-il en retour. 35
  36. 36. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. Il avait du mal à imaginer une foule osant écrabouiller une jeune fille aussi adorable, mais n’osa pas en faire le commentaire. Si jamais Yuuna venait à connaître son autre lui-même que dirait-elle alors ? En viendrait-elle à le détester ? Devenu blanc comme un linge le garçon ne pouvait empêcher la peur le submerger. Sa cavalière pourrait-elle accepter la partie de sa personnalité liée au monde de la mafia ? Étrangement, cela lui semblait très important pour lui alors qu’ils ne venaient que de se ren- contrer. La prochaine question lui parvient aux oreilles d’une façon loin- taine, sans qu’il ne sache vraiment quoi répondre. La main douce de la jeune fille sur son front le fit légèrement sursauter. Il ne s’attendait pas à un geste attentionné et encore moins un nouveau contact. Sans vraiment y réfléchir il recouvrit les doigts posés sur sa peau par les siens. Son cœur s’était de nouveau engagé dans une course folle, lui donnant l’impression d’être essoufflé. Ses traits dessinaient l’étonne- ment, mais aussi un soupçon de crainte. « Je vais bien ne t’inquiètes pas. Je goûterais avec plaisir tout ce que tu désireras me préparer.» dit-il d’une voix faible. Le rouge venait d’envahir de nouveau ses joues tandis qu’il prenait conscience du sens de ses propres paroles. Après coup, il craignait s’être montrer trop fleur bleue comme ces princes de contes de fées. Pour la première fois, il regretta d’avoir critiqué leurs mots suaves et belles paroles. Finalement, peut être que ce genre de phrases naissait toutes seules, se nourrissant de sincérité, sans se soucier de le faire paraitre niais. Cette impression disparut vite quand elle accepta la sortie à ses cô-36
  37. 37. Les Chroniques de l’Académie Von Einzberntés. Brusquement, le visage de Leone s’illumina d’un sourire heu-reux. Il ne pouvait plus empêcher ses lèvres de révéler à quel pointcette réponse lui faisait plaisir. Tout son corps semblait flotter dans unnuage doux et tiède de bonheur. De peu, il parvint à ne pas exprimersa joie en sautillant ou en la prenant dans ses bras. Heureusement, sacavalière le guida à l’écart quand il eu plus de mal à se contenir. Lasurprise lui permit de retrouver un peu de calme, et d’enregistrer lasuite des événements. Les murmures de la jeune fille lui parvint aux oreilles sans provo-quer chez lui la moindre réaction. On voyait sur son visage que legarçon avait besoin d’un moment pour en comprendre le sens. Puisson esprit se vida tel un ordinateur qui aurait laissé qu’un seul mes-sage énigmatique, du genre « error 504 ». Sa cavalière enchaina alors,avant même que les mots « je ne sais pas » puissent se former surles lèvres du garçon. À présent, elle cachait son visage derrière sesmains, il semblait à Leone que réfléchir se faisait plus aisé. Tandisqu’il intégrait les informations et acceptait enfin de les comprendre, ilréalisa que l’une d’elle le blessait. L’air devenait plus difficile à res-pirer, un poids dans sa poitrine le faisait souffrir, lui ôtant tout enviede sautiller. Imaginer Yuuna dans les bras d’un autre garçon lui parutalors insupportable. Cela le mit en colère jusqu’à ce qu’il parvienne àidentifier ce sentiment : la jalousie. Il était jaloux. Doucement, mais avec fermeté, il captura les mains de la jeune filledes siennes pour les faire glisser de chaque côté de son visage. Rete-nant celui-ci entre ses paumes, il plongea son regard doré dans celuide sa cavalière.« Yuuna, si tu me demande d’être sincère alors je ne veux pas quetu sois mon amie » Leone se montrait direct, il voulait éviter de parler longtemps pourcacher à quel point il avait peur. Plus que cela il était terrifié par la 37
  38. 38. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. réaction que pourrait avoir la jeune fille face à son comportement. Mais la boule au ventre, qui le tiraillait cruellement, ne l’avait pas dissuadé de se montrer honnête. Yuuna méritait la vérité, et il le lui devait. Alors soudainement, il l’embrassa tendrement sans oser s’at- tarder sur les lèvres de la jeune fille par crainte qu’elle ne cherche à s’enfuir. Le garçon n’était pas certain de pouvoir supporter d’être violemment rejeté. Alors, il interrompit vite son geste. Toutefois, il ne parvint pas à cacher par son expression le regret de devoir se retenir. Une partie de lui sentait qu’il venait de manquer sa dernière chance de profiter de ce contact. À cette pensée son cœur se serra, avant de tambouriner à nouveau contre sa poitrine. Leone n’entendait plus la musique, seule la sensation des lèvres de Yuuna sur les siennes lui parvenait encore. Puis, toujours avec douceur, il la relâcha complè- tement. «Je ne peux pas m’imaginer ne plus te revoir après le bal, cela me semble trop douloureux. Demande moi de ne plus te toucher, si c’est la condition pour laquelle tu serais d’accord pour me laisser t’approcher. Je le ferai. S’il-te-plait, passe du temps avec moi. Si c’est ce que tu préfères alors accepte de le faire comme avec... un ami » ajouta-t-il d’une voix légèrement tremblante, avant de pronon- cer difficilement ce dernier mot comme s’il était dernier douloureux à prononcer. Il venait de baisser les yeux en s’apercevant qu’il voyait flou. Si ja- mais des larmes devait couler, alors il ne voulait pas que la jeune fille puisse voir à qu’il était si sensible. Ce n’était vraiment pas viril de pleurer. Malgré ça, Leone ne parvenait pas à cacher sa tristesse et sa crainte. Il avait tellement peur de perdre Yuuna. Cela aurait pu lui pa- raitre ridicule parce qu’il venait juste de la rencontrer, et pourtant ce qu’il ressentait lui semblait à cet instant si naturel, si évident. Glacé par la peur, il tremblait. Une seule pensée cohérente demeurait dans son esprit, il ne voulait pas qu’elle s’enfuit.38
  39. 39. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern ~ Sur son petit nuage, Yuuna passait une soirée plus qu’agréable. Sonrythme cardiaque avait ses hauts et ses bas, pour le meilleur commepour le pire ... Perturbée par ses propres réactions etmalgré ses efforts pour agir normalement, elle sombraprogressivement dans une spirale infernale où joie etculpabilité ne cessaient de se combattre jusqu’à anéan-tir ce qui lui restait de retenue. Sa nature timide s’éclipsa l’espace de quelques se-condes, secondes qui suffirent à détruire toute chancede revenir en arrière. Ces quelques instants de fran-chise lui valurent une réponse qui la laissa bouchebée. Confuse, inquiète, voire blessée, ses sourcils sefroncèrent et elle osa à peine regarder son cavalier dans les yeux,l’idée qu’elle ne méritait même pas d’être son amie s’insinuait enelle. Le baiser surprise de Leone la sortit rapidement de sa confusion,mais provoqua un chaos total dans son esprit. D’abord pétrifiée, unede ses mains tremblantes vint lentement effleurer ses lèvres pendantqu’elle écoutait la réelle réponse du jeune homme. La déclaration deLeone la touchait beaucoup, et plus que nécessaire … Yuuna eut despincements au cœur en entendant les derniers mots de Leone, elleétait cependant consciente qu’il était lui aussi loin de pouvoir souriregaiement. Elle regretta amèrement son élan de bravoure qui n’avaitfait que compliquer les choses. Les larmes ne mirent pas longtempsà pointer le bout de leur nez, elle s’approcha alors de son cavalier etle prit dans ses bras sans réfléchir, l’empêchant par la même occasionde la voir pleurer comme une madeleine. Silencieuse un moment, ellefinit par prendre la parole tout en le serrant de toutes ses forces.« Je vais être franche, je … Je ne sais pas quoi te répondre. Je neme comprends pas moi-même. Je me réjouis déjà à l’idée de terevoir mais je ne sais pas comment je devrais interpréter ça. J’aipeur … de te faire du mal à toi et à Aiden … Je l’aime. Et honnê- 39
  40. 40. Yunna et Leone : soirée avec un mafieux. tement … ce soir, je pense avoir éprouvé des sentiments sembla- bles à ton égard… » dit-elle en s’efforçant de contenir ses larmes. Yuuna n’avait à présent qu’une envie, être enterrée au fin fond des entrailles de la Terre. Elle avait épuisé en une soirée l’équivalent d’un an de courage et se retrouvait à présent dans une impasse. Il lui sem- blait impossible de considérer son cavalier comme un simple ami à présent mais si c’était le seul moyen de le garder à ses côtés ne serait- ce que quelques instants de plus, elle était prête à accepter la proposi- tion du jeune homme. Elle voulait le revoir, lui parler plus et mieux le connaître sans se soucier de quoique ce soit. C’était égoïste et lâche de sa part, elle le savait et s’en voulait terriblement. L’estime qu’elle avait d’elle-même n’était jamais tombée aussi bas ... Lâchant prise et faisant un pas en arrière, Yuuna tenta de retrouver une respiration normale et s’empara d’une des mains de Leone. « Passe au dortoir samedi, c’est le jour où je fais un tas de four- nées spécialement pour mes … amis. » ajouta-elle difficilement en fixant sa main, « Je t’attendrais avec des brownies … ». En prononçant ces mots, elle finit par joindre son auriculaire à celui de la main prisonnière du jeune homme avant de le libérer, lui faisant signe à la japonaise qu’il s’agissait d’une promesse. La jeune fille réussit à le regarder dans les yeux puis esquissa tant bien que mal un petit sourire. Par la suite, pensant préférable de se retirer, elle s’inclina à 45° afin de s’excuser et fonça vers la foule pour rejoindre la sortie. A présent qu’elle avait commis l’irréparable, il ne lui restait plus qu’à s’enfer- mer dans sa chambre et s’étouffer sous sa couette jusqu’à ce que la culpabilité daigne lui offrir des vacances. Elle faillit appeler Aiden un bon nombre de fois mais se dégonfla à chaque fois, n’osant pas lui parler de la soirée. Yuuna ne ferma pas l’œil de la nuit et resta roulée en boule dans son lit toute la journée qui suivit …40
  41. 41. Les Chroniques de l’Académie Von EinzbernFin du chapitre 41
  42. 42. Shamandalie et Shin : ça commence... Shamandalie Shin42
  43. 43. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbern Shamandalie et Shin : ça commence... Sham marchait dans les couloirs, en direction dela sortie de l’académie. Les cours avaient fini tôtpour elle aujourd’hui, ce qui lui laissait le temps depenser à autre chose qu’aux examens qui risquaientd’arriver plus vite que l’on ne croyait. Elle s’arrêtâtprès d’une fenêtre, s’appuya contre le mur et entre-prit de chercher son portable dans son sac.* Un vrai sac de fille, c’est pas possible ! Il va être tout au fondsous mes livres, ça c’est sûr !!!* Elle fouillait dans son sac, espérant ne pas l’avoir oublié en classe…Quand il émergea, fier et vainqueur, niché entre son livre de math etson sachet de biscuit d’urgence pour les petits creux avant le repas…Ou même après ! Elle l’attrapa, l’ouvrit et commença à écrire un mes-sage. Elle ne savait pas encore si elle l’enverrait vraiment, comme àchaque fois qu’elle écrivait à Timotée. Il avait promis d’assumer leurrelation et de faire confiance à sa force à elle pour braver les innom-brables critiques qui seraient faites sur eux lorsque se serait su de toutel’académie, mais depuis, les premiers pas l’un vers l’autre avaient ététimides. Sham se disait bien qu’ils ne pouvaient pas arriver comme çaau lycée et se jeter dans les bras l’un de l’autre, mais on commençaità voir qu’il existait quelque chose entre eux et elle trouvait ridicule 43
  44. 44. Shamandalie et Shin : ça commence... de continuer à avoir peur. Elle avait déjà essuyé quelques critiques et remarques désobligeantes de la part de certaines camarades de classe. Elles trouvaient timotée changé quand Sham était près de lui, il sou- riait même des fois et la regardé plus longtemps que nécessaire. El- les avaient déjà remarqué, mais pour elles tout était étrange et Sham passait pour une opportuniste, « une fille de parvenus qui essaie de rentrer dans la haute » et Timotée comme un imbécile qui veut jouer au prolétaire au risque de tout perdre ! Leur relation n’étant pas réel- lement assumée, les gens pensaient qu’ils n’étaient pas sérieux, qu’ils s’amusaient… Sans compter les amis de Sham qui n’arrêtaient pas de lui rabattre les oreilles avec le fait que Timotée était un garçon froid et insensible, qu’elle risquait de souffrir… Elle releva la tête, sortant de son texto et de ses pensées pour se dire qu’après tout : *Les amis de Timotée… Ou du moins ses connaissances… Doi- vent penser que moi je l’utilise… aaaaaaah… Ça va pas être du gâteau… Mais je dois lui prouver, à lui et aux autres, qu’être pau- vre ça rend fort !* Elle se savait plus forte et plus résistante que ne le pensait les autres. Elle avait confiance en Timotée, même si de temps à autres ses dou- tes et ses peurs étaient revenus… Elle avait recommencé à penser à ce jour qui avait brisé ce qu’elle était, à cette amie qui l’avait trahi et à ce garçon qui l’avait utilisé… Elle avait eu peur qui Timotée ne soit pareil au final… Elle le craignait encore, il y a des peurs qu’on n’oublie pas facilement, mais à chaque fois qu’elle voyait ses yeux, elle ne doutait plus. Il restait quand même un problème : un garçon… Il la fusillait du regard chaque fois qu’ils se croisaient, la bousculait quand elle passait près de lui et elle savait que les réflexions idiotes sur les pauvres et l’argent qu’il débiter à voix haute à ses amis quand elle était là lui étaient destinées. *Je me demande ce qu’il veut lui… Mais ça va pas tarder à m’éner-44
  45. 45. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernver s’il continue ! Si le fils à papa s’est jamais pris une gifle, il vavite savoir ce que ça fait d’être puni comme un pauvre…* Sur ces pensées elle appuya sur l’icône d’envoi de son message.Elle disait à Timotée que ses cours étaient finis et lui demandait siil était libre pour aller faire un tour ensemble avant de rentrer. Ellen’ajouta rien de trop mielleux. Heureusement pour elle, elle n’étaitpas du genre à rabâcher 100 fois « je t’aime » dans un message ouà donner des surnoms stupides ou à mettre des smileys partout. Puisils n’en étaient pas là. Elle finit par un simple « je pense à toi ». Ellereferma son portable et s’apprêtait à le ranger quand IL apparut aucoin du couloir… ~ IL aurait très bien pu être le fameux Timotee Ryan, réputé pour être l’un des petits génies riches de l’école. Mais non, le IL était présentement un jeune homme n’ayant rien à voir avec Timotee ou encore Shamandalie, du moins à première vue. Élève en se- conde dans l’Académie, il n’avait strictement rien à faire à cet étage, mise à part peut être : parler à un professeur. Enfin, cette motivation aurait été bien trop sérieuse pour Shin Harukaze. Même si ses notes restaient correctes, il n’avait pas la réputation d’un étudiant studieux. D’ailleurs, il avait attendu la sortie de l’adulte avant de pénétrer dans la salle de classe après avoir guet-ter discrètement qui en sortait, et surtout, qui restait.*Parfait, elle est seule…*, pensa-t-il- comme un gamin préparant unmauvais coup. Avec nonchalance, le jeune garçon repoussa les cheveux couleurébène, qui lui tombaient devant les yeux, en les peignant de ses doigts.L’inconvénient d’une coiffure dégradée se situait dans les mèches 45
  46. 46. Shamandalie et Shin : ça commence... rebelles manquant de cacher son regard purement hostile envers la jeune fille. Ses yeux d’un rubis flamboyant marquaient souvent l’es- prit de ceux qu’il croisait, voire leurs faisaient peur. Il s’avança vers sa cible jusqu’à placer un mètre d’une distance raisonnable entre eux. Sa main et ses doigts fins se posèrent sur une hanche dans une pose qui devait lui donner un air sûr de lui. Emotion dont le jeune garçon était en réalité totalement dépourvue derrière son masque arrogant posé sur le visage. En effet, son cœur tambourinait désagréablement dans sa poitrine tandis qu’il fixait Shamandalie. « Tu ferais mieux de laisser tomber pour Timotee. Quelqu’un comme toi n’es pas fait pour lui.» parvient-il à dire d’un ton sec, en fronçant ses sourcils joliment dessinés mais curieusement fins pour un garçon. On pouvait bien se demander : « Mais diable pourquoi se mêlait- il des relations entre deux autres élèves ?! ». À vrai dire, le jeune homme lui-même n’était pas certain d’en connaître la raison. Depuis quelques temps, il avait remarqué les regards doux entre Shamanda- lie et Timotee, accompagné d’un sourire déconcertant sur les lèvres de ce dernier. Visiblement, celui qui se trouvait être son président de club semblait amoureux. Une idée laissant un goût trop étrange sur la langue de Shin pour qu’il puisse l’accepter. Depuis, il ressentait un pincement au cœur à chaque fois que le « couple » se croisait sous ses yeux. Aucune relation officielle ne les liait encore, et le fauteur de troubles était bien décidé à faire son possible que pour cela ne soit jamais le cas. ~ Elle le vit s’approcher, l’air sur de lui, ses yeux rouges brillants d’une lueur qui en disait long sur ses sentiments pour Sham… Elle le connaissait de réputation seulement mais ce que l’on disait de lui n’avait rien de compliments : élèves moyen, comportement à pro- blème, il avait eu des démêlés avec d’autres élèves… Mais surtout,46
  47. 47. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernelle ne le connaissait pas, ne lui avait jamais parlé etn’avait rien à voir de près ou de loin avec lui. Le faitd’être seule dans le couloir avec lui ne lui présageaitrien de bon. Il avait un comportement plus qu’hos-tile à son égard et ce face à face risquait d’être ex-plosif… et elle ne se trompait pas.« Pardon ?... Quelqu’un comme moi ? Mais tu teprends pour qui? Ce qui se passe entre Timoteeet moi ça ne te regarde pas !» Elle sentait le rouge lui monter aux joues. Il se prenait pour quice garçon ? Il envahissait son espace personnel, se mêlait de sa vieprivée et la détestait pour… Pour quoi d’ailleurs ?... Elle eut une il-lumination ! Impossible, ce garçon était jaloux ! Jaloux d’elle, ça ex-pliquait ses réactions à son encontre concernant Timotee. Ses yeuxs’agrandirent sous le choc !« Tu es jaloux… C’est pour ça que tu es si odieux avec moi !!!! Ah,c’est de la jalousie ! » Elle fut prise d’un fou rire incontrôlable durant quelques secondes !C’était trop ! Mais d’un coup ce garçon ne l’impressionnait plus tel-lement… Elle se demanda ce qu’il pourrait bien dire. Vue ce qu’ellesavait de lui, il ne laisserait pas tomber. Mais elle non plus ! Elle enavait assez de devoir subir les assauts des gamins de riches qui laconsidérait comme une impropre parce qu’elle n’avait ni sang bleu, nivieille fortune ! Timotee et elle étaient amoureux, bien que cela tiennedu miracle compte tenu du caractère du jeune homme, mais c’était lecas et il lui avait promis de lui faire confiance, donc elle ne se laisse-rait pas faire par cette andouille ! Mais elle gardait dans un coin le faitde parler de ce garçon a Timotee, il savait peut-être quelque chose. 47
  48. 48. Shamandalie et Shin : ça commence... ~ Shin toisait la jeune fille d’un air hostile, attardant son regard dans ses cheveux d’or roux aux reflets écarlates. Elle était plutôt jolie avec ses grands yeux noisette. Forcément, sinon Timotee Ryan ne l’aurait jamais regardé d’une façon aussi agaçante. Parvenus à la pointe de sa chevelure, son attention descendit le long des courbes de Shamandalie. Mince, son corps ne possédait pas les formes pulpeuses d’une femme sexy mais restait tout de même agréable à observer. En se fiant uniquement à son physique, oui, le garçon aurait pu comprendre l’inclination de son président de club. Cepen- dant… « Tu ne sais vraiment pas respecter ceux qui te sont supérieurs. Je suppose que je ne devrais pas m’en étonner. Très bien, je vais être plus clair : cesse de tourner autour de Timotee, paysanne ! » Le jeune homme adoptait un air faussement blasé, avant de croiser les bras. Il venait de prononcer le mot « paysanne » comme si cela avait été une des plus odieuses insultes au monde. Shin semblait s’at- tendre à voir la jeune fille capituler. Une attitude terriblement naïve. À moins que le garçon, ne connaisse pas véritablement la raison le poussant agir ainsi. Réputé pour sa mesquinerie, il n’hésitait pas à blesser ses camarades pourtant cela n’était que très rarement son but. Que cherchait-il alors en affrontant Shamandalie ? Celle-ci sembla soudain trouver une réponse à ses motivations. Toutefois, Shin ne s’attendait absolument pas à un tel dénouement, si bien que la surpri- se s’installa sur son visage, chassant toute autre émotion. Il paraissait alors beaucoup plus jeune, tandis que l’on pouvait lire sur son visage le chemin que prenaient ses pensées. Avait-elle raison ? Était-il véri- tablement jaloux ? Cela expliquait-il son comportement envers une inconnue ? Le rire de la jeune fille l’empêchait de pousser plus loin48
  49. 49. Les Chroniques de l’Académie Von Einzbernses réflexions. Il avait la curieuse impression qu’elle se moquait delui. Et il n’aimait pas ça. Ses joues rougirent alors d’embarras et sespoings se serrèrent.« Tu te surestimes, paysanne. Tu n’as pas ce qu’il faut pour merendre jaloux de Timotee. » articula-t-il d’un ton boudeur, en jetantun bref regard à la poitrine de la jeune fille. ~ Ce petit gosse de riche commençait à lui courirsur les nerfs avec son air supérieur et son hostilitéaffichée. Non seulement il l’insultait, si tant est que«paysanne» soit une insulte, mais en plus il la dé-taillait de haut en bas, sans se gêner! Il avait desidées rétrogrades sur les classes sociales visible-ment!! Sans compter qu’il ne comprenait rien de cequ’elle disait visiblement!! Sa réflexion sur la jalou-sie du jeune homme avait embarrassé ce dernier, ilen était devenue rouge de colère, ou de honte elle ne savait pas. Ellesourit de plus belle en entendant sa réponse. La croyait-il aussi va-niteuse et imbu d’elle même? Visiblement, il avait du mal à admettreque tout le monde ne soit pas comme lui...«Je n’ai jamais dit que tu étais jaloux... de Timotée... Je diraisplutôt que tu es jaloux... De moi! C’est pour ça que tu es si hostileavec moi...» Elle s’adossa au mur du couloir, détendue, les bras croisés. Elle nele craignait pas, des gamins comme lui l’école en regorgeait et elleles avait apprivoisé ou ignoré simplement. Ils n’étaient pas les plusà craindre... Certains élèves étaient réellement dangereux! Mais visi-blement pas lui... Elle ne devait pas céder!«De deux chose, l’une: Tim n’appartient à personne et il prend 49
  50. 50. Shamandalie et Shin : ça commence... ses décisions seul, comme un grand garçon... Deux: lui et moi, ça ne te regarde pas... Mais si tu as un truc à dire, je pense que Tim serait ravi que tu lui dises, puisque tu à l’air de penser qu’il a be- soin de toi pur réfléchir... Le connaissant... Il va adorer...» Elle connaissait Tim... Et elle savait qu’il détesterait qu’un garçon lui parle comme ça de ses décisions. Surtout que... «Au fait... Comment tu connais Tim?...» ~ Shin se mouvait au rythme du swing de la mélo- die de Moanin d’Arts Bakley1. Alors qu’il s’attendait à une capitulation dans les règles, la demoiselle ne le laissa même pas apercevoir le drapeau blanc. Du coup, le jeune homme aux joues encore rouges se demandait ce qu’il devait faire face à cette présomp- tueuse jeune femme. Il fut d’autant plus déstabilisé quand il comprit s’être trompé sur le sens des mots de Shamandalie. Alors, d’écarlate, son visage se mit à pâlir graduellement, tandis qu’il tentait de saisir toutes les implica- tions de la réponse portée à ses oreilles. Soupirant d’un air blasé, il vint se frotter l’arrière du crâne d’une main vive, ce qui ne manqua pas d’ébouriffer ses cheveux. «Je suis désolé, j’avais mal compris ce que tu voulais dire….» commença t-il d’un ton curieusement sincère. Puis, le garçon s’approcha de la jeune femme, adossée au mur du couloir et visiblement détendue. Usant de plus force que nécessaire, Shin attrapa l’un de ses poignets et plongea son regard de la couleur 1 (Ah ! Non ! ça c’était le narrateur…)50
  51. 51. Les Chroniques de l’Académie Von Einzberndu rubis dans celui de Shamandalie.« Je ne suis pas gay», dit-il très sérieusement, «et je ne prétendsposséder personne, moi.» Desserrant sa prise, le jeune garçon s’écarta légèrement mais restaassez près pour qu’elle puisse l’entendre murmurer.« Timotee n’a pas la réputation d’être un cœur tendre. Cepen-dant, c’est un excellent élève, particulièrement doué pour fairesemblant quand le devoir le lui impose. Comment peux-tu êtrecertaine qu’il ne t’utilise pas pour améliorer son image ?»La lâchant complètement, Shin s’éloigna encore d’un pas, une ombrefugace de douleur passa sur son visage tandis qu’il répondait :« Tu n’as pas envie de savoir….» avant d’adopter de nouveau un airdur «Tu ferais mieux de le laisser tomber, il n’est pas pour toi» ~ Sham ne supportait pas ce garçon... Elle sentaitque son animosité envers elle la poussait à le haïr,lui. Elle ne se sentait pas menacé mais elle ne vou-lait pas lui laisser le loisir d’avoir le dernier mot!Elle le vit pâlir de plus en plus. Il avait compris...Enfin! Et il avait l’air presque embarrassé de ne pasl’avoir comprise plus tôt... Ce garçon était de plusen plus étrange, il était agressif sans raison et d’uncoup devenait presque sincère dans son embarras...Soudain elle le vit s’approcher d’elle et lui saisirle poignet dans un étau qui surprit Sham. Il était mince mais pasdénué de force...«Tu es drôlement jaloux en tout cas... Et je ne possède pas Timoté, 51

×