Page 1 de 10
Alain Senteni a débuté sa carrière académique comme professeur à la faculté
d’éducation de l’Université de Mo...
Page 2 de 10
Le numérique en éducation, medium ou message ?
Introduction
La transition vers une économie du savoir crée de...
Page 3 de 10
Les universités en particulier font face à des pressions économiques énormes, liées à une augmen-
tation dram...
Page 4 de 10
cinquième meilleure université du Royaume Uni - compte aujourd’hui plus de 270,000 étudiants.
Ce succès démon...
Page 5 de 10
remise à neuf et d’expansion à la périphérie de systèmes éducatifs conçus pour un autre âge, ca-
pables de se...
Page 6 de 10
L'avènement des tablettes, téléphones intelligents et autres appareils mobiles a certainement con-
tribué à c...
Page 7 de 10
amputé non pas nos oreilles ou nos yeux, mais notre être tout entier, pour le remplacer par une pro-
thèse to...
Page 8 de 10
plus pertinentes pour l'emploi et moins couteuses en temps et en argent que les options plus for-
melles. Ces...
Page 9 de 10
éducatif moderne. En ce sens, le numérique peut aider à reconstruire le lien entre le monde de
l’éducation et...
Page 10 de 10
Crozier, M., Friedberg, E. (1977) L’acteur et le système, Editions du Seuil, Paris, 1977.
Daniel, J.S. (1997...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

#Dauphine 2014

593 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
593
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

#Dauphine 2014

  1. 1. Page 1 de 10 Alain Senteni a débuté sa carrière académique comme professeur à la faculté d’éducation de l’Université de Montréal, de 1989 à 1995. Il est aujourd’hui le doyen de la Faculté d’e-Éducation de Hamdan Bin Mohammed Smart University à Dubai depuis sa création en 2009. De 2001 à 2008, il dirigeait le Virtual Center for Innovative Learning Technologies de l’Université de Mau- rice. Alain Senteni est titulaire d’un diplome d’ingénieur ENSEIHT(1969), d’un doctorat en informatique (1989) et d’une HDR (1995) de l’Institut Na- tional Polytechnique de Toulouse (INPT). En 2011, il recevait un Doctorat Honorifique de l’Université de Sherbrooke (Qc.) pour sa contribution au dé- veloppement international, et au changement en (e)-éducation dans les pays en développement. Le numérique en éducation, medium ou message ? Abstract En 1964, Marshal McLuhan écrivait: ‘le medium est le message’. Cinquante ans plus tard, cette relation symbiotique tourne souvent à la confusion lorsqu’il s’agit d’e-éducation. Que l’on parle de média numériques, de technologies mobiles, ou de TICE, le message éducatif dépend certes du medium, mais aussi des intentions derrière celui-ci. Le bénéfice que les apprenants peuvent tirer de la technologie est en grande partie conditionné par la façon dont le medium est déployé et intégré à des schèmes d’utilisation intentionnels, structurés, et cohérents, dans le contexte de struc- tures organisationnelles et sociales existantes ou à créer. La transition vers une économie du savoir crée des besoins nouveaux en matière de recherche pédagogique et d’épistémologie. Il s’agit de comprendre comment apprentissage, travail, et innovation peuvent s’intégrer de manière harmo- nieuse et efficace dans une dynamique favorisant l’émergence de nouvelles connaissances, compé- tences, et habiletés sociales. Le rôle des universités est de créer les ponts qui faciliteront la circu- lation et le transfert entre le nuage informel d’apprentissages tous azimuts rendus possibles par les réseaux, et des études plus formelles, sanctionnées par des diplômes conduisant à des emplois, pour ceux que cela intéresse. Dans une logique considérant le réseau comme une méta-organisa- tion, les média numériques sont des «entités qui font agir les gens» (Latour, 2002) offrant des points d’entrée à l’innovation et l’apprentissage organisationnel en agissant comme facteur de mu- tation de l’identité professionnelle des apprenants et des éducateurs confrontés aux doubles con- traintes d’un univers éducatif et socio-professionnel de plus en plus fragmenté.
  2. 2. Page 2 de 10 Le numérique en éducation, medium ou message ? Introduction La transition vers une économie du savoir crée des besoins nouveaux en matière de recherche pédagogique et d’épistémologie. Il s’agit de comprendre comment apprentissage, travail et inno- vation peuvent s’intégrer de manière harmonieuse et efficace dans une dynamique favorisant à la fois l’émergence de nouvelles connaissances et un meilleur accès à l’emploi. En réponse à la fin des certitudes, à l’accélération des flux de population contribuant à une hétérogénéité sans cesse croissante des groupes sociaux, les sociétés globalisées génèrent des réseaux évanescents qui obéissent à des logiques complexes et créent des besoins éducatifs d’un type nouveau. Dans ce processus de création et de diffusion de savoirs, et d’aptitudes sociales en perpétuelle (re)-cons- truction, les universités sont pressées d’évoluer dans une logique de compétition planétaire, avec en filigrane la crainte d’être laissées pour compte dans la course à l’innovation et à la performance. Partout dans le monde, média numériques et technologies mobiles - les Technologies de l’infor- mation et de la Communication pour l’Éducation (TICE) d’une manière générique - occupent une place centrale dans le discours sur l’innovation pédagogique et la transformation des institutions éducatives, universitaires en particulier. Pourtant, il reste à réfléchir aux méthodes qui feront que ce discours aura un effet tangible sur l’amélioration des pratiques pédagogiques. La portée des possibilités offertes par ces technologies pour soutenir et améliorer l’apprentissage est souvent limitée par une conception étroite de l’éducation, fondée sur trois dichotomies récurrentes et pro- blématiques. La première concerne la séparation artificielle entre apprentissage formel et informel, souvent respectivement associés à apprentissage académique et apprentissage sur les lieux de tra- vail; la seconde regarde le clivage entre les dimensions individuelle et collective de l’apprentis- sage; et finalement, la troisième repose sur la division entre apprentissage et développement de pratiques organisationnelles ou sociétales. 1. L’impact du numérique en éducation: tsunami ou avalanche ? Les métaphores - avalanche ou tsunami - utilisées ces dernières années par plusieurs auteurs pour décrire l’impact attendu du numérique sur les systèmes éducatifs ne révèlent certainement pas une vision optimiste du futur des universités et autres institutions d’enseignement (Hennessy, 2012; Barber, 2013; Davidenkoff, 2014). Si ces métaphores catastrophistes ne rendent peut-être pas bien compte des transformations en cours, ni du phénomène de mutation du métier d’enseignant qu’elles entrainent, elles ont néanmoins le mérite de mettre l’accent sur l’urgence de la situation. Face au conservatisme ambiant du milieu éducatif, ces auteurs insistent sur l’urgence d’innova- tions de grande envergure, faute de quoi les institutions les moins rapides à réagir se verront con- damnées à disparaître.
  3. 3. Page 3 de 10 Les universités en particulier font face à des pressions économiques énormes, liées à une augmen- tation dramatique de la demande due à la démographie et au développement, dans une dynamique de marché où la compétition est impitoyable. Ces pressions d’ordre surtout quantitatif, exigent une industrialisation accélérée des modes de production des contenus de cours et de programmes, et une transformation des modes de transmission des enseignements allant de pair avec une profes- sionnalisation et une spécialisation du métier d’enseignant, tenu de passer sans transition d’un statut d’artisan respecté à celui d’un ouvrier spécialisé dont l’expertise ne recouvre que quelques segments d’une chaîne de production en constante évolution. Selon une récente étude aux États-Unis, l’éducation représente aujourd’hui un marché de l’ordre de sept millions de millions de dollars, soit quelques cinquante sept fois la taille du marché de la publicité1 . La transformation actuelle de l'enseignement supérieur est comparable à celle que l’on a pu récemment observer dans l'industrie de la musique où des entrepreneurs audacieux ont remo- delé des pans entiers de ce secteur en l'espace de quelques années. Dans l'avenir, un enjeu majeur pour les institutions d'enseignement supérieur sera d’attirer et de retenir de tels entrepreneurs chargés de veiller en temps réel à leurs stratégies de développement et d’orientation, devenues critiques. C’est la recommandation d’un récent rapport de l'Institut de Recherche en Politiques Publiques, un think tank progressiste très influent au Royaume-Uni, qui annonce une avalanche sur le point de balayer l'enseignement supérieur (Barber, Donnelly & Rizvi, 2013). S’il ne s’agit pas d’une avalanche qui ne laisserait rien son passage, voyons y un phénomène à l’issue duquel ne subsisteront que les institutions qui auront été capables de s’adapter en temps réel à la demande croissante en nombre d’une clientèle exigeante, ouverte sur le monde, avide d’innovation, dont les attentes dès le plus jeune âge seront de plus en plus sophistiquées et indivi- dualisées. Car ces transformations quantitatives attendues arrivent simultanément à d’autres, plus qualita- tives, liées aux possibilités de communication, d’échange et de partage offertes sur les réseaux à des auditoires de plus en plus hétérogènes souvent évanescents, grâce aux technologies mobiles omniprésentes. Comme le remarque le Professeur Martin Bean, vice-chancelier de l’Open Univer- sity anglaise, la tâche des universités aujourd’hui est de proposer des ponts facilitant le transfert entre le nuage informel d’apprentissages tous azimuts rendus possibles grâce aux réseaux, et les études plus formelles, sanctionnées par des diplômes conduisant à un emploi pour ceux qui le désirent. Dans un ouvrage consacré aux méga-universités il y a presque vingt ans, Sir John Daniel (1997), alors vice-chancelier de la même Open University, décomptait 11 universités délivrant à distance des programmes à plus de 100,000 étudiants. On en comptait déjà plus de 25 en 2012, toutes d’une taille bien supérieure à 100,000 étudiants. À titre d’exemple, l’Open University - 1 http://www.knewton.com/digital-education/
  4. 4. Page 4 de 10 cinquième meilleure université du Royaume Uni - compte aujourd’hui plus de 270,000 étudiants. Ce succès démontre la possibilité offerte par le numérique d’augmenter l’accès et la qualité tout en réduisant les coûts. C’est pourquoi le concept a fait école, particulièrement en Asie ou par exemple l’Indira Gandhi National Open University (IGNOU) indienne a une clientèle de 4,000,000 d’étudiants. S’il y a une leçon à tirer de ces chiffres, c’est peut-être que les moyens technologiques actuels ont enfin permis de battre en brèche le lien insidieux que l’on prenait jusqu’à présent pour acquis, entre qualité et exclusivité. 2. La mécanique de l’innovation Gather-Thurler et Perrenoud (2003) soulignent que le processus d’innovation implique des chan- gements structurels et donc relativement durables du système d’activité des institutions. La maî- trise de cette transformation ne peut se faire sans une démarche systémique, prenant en compte les interactions dynamiques et l’équilibre nécessaire entre une logique descendante du pouvoir et un engagement librement consenti des acteurs. L’innovation ne repose jamais uniquement sur des initiatives individuelles, même si elles en sont souvent un point de départ. Le bénéfice que les apprenants peuvent tirer du déploiement du numé- rique dans les systèmes éducatifs est en grande partie conditionné par la façon dont celui-ci est déployé pour s’intégrer à des schèmes d’utilisation explicités, intentionnels, structurés, et cohé- rents, dans le contexte de structures éducatives, organisationnelles et sociales revisitées, existantes ou à créer. L’innovation est un processus constructiviste, interactioniste et anthropologique dont le résultat final dépend d’une dialectique de l’acteur et du système, tenant compte de la subjectivité des différents acteurs dans un dialogue destiné à vaincre les résistances, à surmonter les peurs et à modifier la vision du monde des acteurs concernés (Crozier & Friedberg, 1977). Dans un univers socio-éducatif fragmenté qui ne répond plus aux besoins, les éducateurs sont sou- mis à des contraintes souvent contradictoires. Innover exige une mutation de leur identité profes- sionnelle, alors qu’ils demeurent en même temps les agents d’un système dont ils sont tenus de respecter l’autorité, les plans, les programmes et les exigences de rendement académique. Qu’en est-il de leur responsabilité lorsqu’il s’agit de transcender les rôles traditionnels qui leur sont assi- gnés pour participer de manière plus active à la construction dynamique de pratiques et de savoirs nouveaux? Comme dans d’autres secteurs de l’économie, cette adaptation semble souvent plus aisée dans les pays émergents plus curieux de modèles nouveaux, que les pays plus industrialisés, soucieux de maintenir le rendement et les standards d’institutions solidement installées dont la réputation n’est plus à établir. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, le numérique ouvre des espaces de
  5. 5. Page 5 de 10 remise à neuf et d’expansion à la périphérie de systèmes éducatifs conçus pour un autre âge, ca- pables de servir de points d’entrée aux innovations incontournables. 3. Le numérique en éducation: un medium ou un message ? Lorsqu’en 1964, Marshall McLuhan, inventeur du village global, écrivait que «le medium est le message», il entendait par là qu’il existe une relation symbiotique entre les deux par laquelle le medium conditionne le message et influe sur la façon dont il est perçu (McLuhan, 1964). Cepen- dant, le message ne dépend pas uniquement du medium mais aussi des intentions derrière celui-ci, c’est à dire de la façon dont on entend tirer profit de sa nature décentralisée et ouverte. Alors seulement, nous serons assurés que le message est bien compris et ne manque pas sa cible. 3.1. Une boite à outils multi-fonctions, au service d’objectifs variés Pour mieux rendre compte de l’impact du numérique en éducation, commençons par en démêler les usages. Les modes de déploiement et d'utilisation des technologies éducatives seront mieux compris si l’on précise d’abord les objectifs et les différents rôles que l’on entend leur faire jouer dans la transformation du processus éducatif: • des objectifs purement économiques visant à accroître l'accès à l'éducation grâce aux écono- mies d’échelle. On parle alors d’un mode d'enseignement à distance en mode synchrone ou asynchrone, de façon à réduire les contraintes de temps et de lieux, et à autoriser les change- ments d’échelle et le clonage (scalability). • des objectifs d’ordre plus pédagogique et culturel, visant à assurer une plus grande efficacité des apprentissages en transformant la façon d’enseigner et d’apprendre, tout en améliorant de la qualité d’un enseignement à redéfinir. Ces différents usages répondent à des besoins différents qu’il est préférable d’éviter de confondre comme cela a trop souvent été le cas dans le passé. Au cours des dernières décennies, cette con- fusion entre la technologie comme véhicule de l’enseignement à distance et la technologie comme opportunité d’innovation pédagogique ouvrant la porte à de meilleurs apprentissages, s’est avérée très coûteuse pour les réformes de l’éducation dans de nombreux pays développés. Pour ajouter à cette confusion, la tâche de l'intégration des TICE dans l'enseignement a le plus souvent été confiée aux professeurs de technologie dont le principal souci était de couvrir leur propre curriculum in- formatique, plutôt que d'agir comme agents de changement dont la mission première aurait été de faciliter l'intégration des technologies à travers les autres disciplines. 3.2. Des apprenants plus autonomes
  6. 6. Page 6 de 10 L'avènement des tablettes, téléphones intelligents et autres appareils mobiles a certainement con- tribué à changer encore une fois la donne, en confiant aux élèves eux-mêmes les clés de l'intégra- tion technologique, ce qui leur donne par là même beaucoup plus de contrôle sur leur propre pro- cessus d’apprentissage, la gestion de leur temps, et les sources d’information auxquelles ils peu- vent accéder. Mais cela n’est possible qu’avec le concours de l’autorité - en l’occurrence l’école et les enseignants - dont on attend non seulement qu’elle le permette, mais surtout qu’elle l’encou- rage, le structure, et l’encadre. C’est pourquoi l’expertise numérique est devenu une compétence essentielle pour la profession enseignante, avec un rôle central à jouer dans les changements de paradigme nécessaires en édu- cation. Tout en se félicitant de l'approche ouverte sur le monde favorisée par les TICE, il est im- portant pour les enseignants de bien comprendre les enjeux éducatifs, didactiques, culturels et so- ciétaux en cause. Ces technologies ne sont pas nécessairement, en elles-mêmes, génératrices de changements éducatifs novateurs. Elles serviront aussi bien les approches comportementalistes, cognitivistes, ou (socio)-constructivistes. Elles seront aussi propices à l'isolement des individus qu’à des formes plus coopératives d'enseignement. La nature et la qualité de l'apprentissage dé- pendront essentiellement des orientations épistémologiques de la façon de structurer l'intégration des technologies dans le processus d’apprentissage (Aubé, 2000). 4. La pédagogie, une science en crise Le philosophe australien R.J. Parkes (2000) décrivait la pédagogie comme une science en crise dont le sens et la pratique sont remises en question dans un contexte profondément miné par la fin des certitudes. Seul un effort pour apporter des éléments de réponse à des questions aussi simples que «combien sommes-nous sur cette planète? sommes-nous capables d’y vivre ensemble?» per- mettra de participer à la «composition progressive d’un monde commun» (Latour, 2005) dans le- quel les individus que nous avons pour mission de former seront aptes à coexister avec leurs sem- blables, mais aussi avec une multitude d’entités technologiques et conceptuelles que Latour décrit comme «des entités qui font agir les gens». 4.1. Prendre en compte l’omniprésence du numérique L’omniprésence de la technologie n’est plus une question pour les nouvelles générations nées avec le numérique, cela fait partie de leur ADN comme veut en témoigner cette entrevue fictive de Marshall McLuhan (1911-1980) publiée dans le magazine WIRED (2013), dans laquelle le jour- naliste Gary Wolf imaginait ce que dirait aujourd’hui McLuhan si on l’interrogeait à propos de medium et de message: «Le véritable message des médias aujourd'hui est leur ubiquité. Il ne s’agit plus de quelque chose que nous faisons, mais plutôt de quelque chose dont nous faisons partie. Comme une confrontation venue du dehors, avec l'expérience sensorielle de l'histoire de l'humanité. Comme si nous avions
  7. 7. Page 7 de 10 amputé non pas nos oreilles ou nos yeux, mais notre être tout entier, pour le remplacer par une pro- thèse totale ou un automate». Face à la multiplication et à l’omniprésence de ces entités avec lesquelles il importe de cohabiter, les pédagogies traditionnelles, soucieuses de transmettre à des auditoires passifs des contenus pré- emballés, sont devenues des anachronismes. Ce point de vue holistique de la pédagogie prend en compte non seulement l’être humain dans son intégralité, mais également son rôle social et sa contribution à l’évolution de la société vers un avenir vivable pour une plus grande majorité d’entre nous. On en vient dès lors à questionner l’objet même de la pédagogie, glissant lentement mais surement d’un statut plus ou moins bien défini de science de l’éducation, vers une exploration moins maîtrisée aux sources mêmes de la sociologie et de l’épistémologie, acceptant une com- plexité qui seule permettra de commencer à envisager la continuité entre apprentissage et conduite du changement. 4.2. Proposer une vision intégrée du développement individuel et social Pour être pertinente, une pédagogie contemporaine doit proposer une vision intégrée du dévelop- pement individuel et social, dans laquelle l’apprentissage participe à la reconstruction systémique des contextes sociaux dans lesquels il s’opère. Nous disposons pour cela de grilles d’analyse et de modèles prenant en compte, au-delà des humains, les objets non-humains et les discours. C’est le cas par exemple de la théorie de l’acteur réseau (ANT) développée au centre de sociologie de l’innovation des Mines de Paris par Michel Calon, Madeleine Akrich Bruno Latour (2006). On peut aussi citer l’apprentissage par expansion d’Yrjö Engeström (1987) (Virkkunen & Ahonen, 1996) dont l’approche fondée sur la théorie de l’activité considère sur un pied d’égalité acteurs humains et objets technologiques ou conceptuels. Alors que ces modèles sont depuis longtemps acceptés et utilisés couramment dans l’industrie et la gestion des organisations, l’éducation traine encore les pieds, jugeant que «le numérique inter- roge sur ce qu’il y a d’humain dans la mission des profs» (Magazine L’Express, du 28 Mars 2014) au lieu de mesurer les enjeux des transformations en cours, et de mobiliser les mesures nécessaires à la reconstruction d’un lien opérant entre le monde de l’éducation et celui du travail. 4.3. Reconstruire le lien entre le monde de l’éducation et celui du travail. Les frontières entre apprentissage formel et informel sont souvent assimilées à la séparation entre l’éducation et un monde du travail qui perçoit l'apprentissage informel comme une solution rapide et adaptable en temps réel aux changements fréquents auquel il doit faire face. L’apprentissage par projet en situations réelles, avec attente de résultats, fait partie des techniques abordables, et faci- lement accessibles sur les lieux de travail. Les méthodes ainsi «situées» donnent à l’étudiant la responsabilité de son apprentissage, le plus souvent médiatisé par la technologie. Pour des appre- nants adultes qui ont généralement moins de temps à consacrer à l’étude, elles s’avèrent à la fois
  8. 8. Page 8 de 10 plus pertinentes pour l'emploi et moins couteuses en temps et en argent que les options plus for- melles. Ces apprenants veulent être considérés suffisamment adultes pour être tenus responsables de leur propre apprentissage qu'ils entendent gérer par eux-même. En outre, une bonne partie de ces activités d'apprentissage peut avoir lieu en ligne de manière asynchrone, offrant une flexibilité accrue et adaptée aux besoins de ceux qui désirent apprendre pendant leurs heures de travail. Mettre l’accent sur le rôle social de l’école, considérer le travail productif comme un principe fondateur de l'éducation à la base du développement des êtres humains, ne sont certainement pas des idées nouvelles. On les trouve déjà dans l’Institut Coopératif de l'École Moderne créé en 1947 par Célestin Freinet (1990,1993 pour la traduction anglaise), et un siècle plus tôt dans les écrits de John Dewey qui définit l'école en premier lieu comme une institution sociale: «Je crois que l'éducation est un processus de vie plutôt que la préparation à une vie future. [...] je crois que la place et le travail de l'enseignant dans l'école doit être interprété de la même façon. L'enseignant n'est pas à l'école pour imposer certaines idées ou pour former certaines habitudes chez l’enfant, il est avant tout un membre de la communauté pour choisir et orienter les influences qui affecteront particulièrement les enfants et pour les aider à bien répondre à ces influences”. (John Dewey, 1897) Freinet considère déjà le travail comme un processus de réorganisation spontanée de la vie à l'école et de la société. Utilisant la presse d’imprimerie comme technologie, il préconise une pédagogie du travail dans laquelle les élèves apprennent en fabriquant des produits utiles ou en fournissant des services utiles. L'apprentissage est alors coopératif et inscrit au sein d’un processus de produc- tion. Il utilise souvent l’enquête comme méthode d'essai et d'erreur impliquant un travail de groupe. Il suit une méthode «naturelle» basée sur une approche inductive globale qui encourage les intérêts de l’enfant. On trouve chez Freinet l’anticipation d’une pédagogie du changement qui entremêle pratiques technologiques, réflexion critique, conscientisation, négociation et prise de décision, dans une ap- proche participative et intégrée du transfert technologique, du changement et de sa gestion. Cette pédagogie repose sur la construction de sens, la création de connaissances nouvelles à la périphérie de l’existant, et la restructuration du contexte social de l’apprentissage. Axée sur le développement des capacités à traduire ses intentions en action, sa pédagogie s’emploie à initier des espaces de création, de production et de développement. Des expériences comme l’école Freinet sont pourtant restées jusqu’ici au stade de projets pilotes, considérés comme des approches radicales et alternatives, dont l'impact reste limité à la marge de systèmes éducatifs plus traditionnels. C’est peut-être là précisément que le numérique apporte une perspective nouvelle. En accélèrant le désir et les possibilités d’autonomie des apprenants, il rend ces compétences non seulement accessibles, mais beaucoup plus près des fondations d’un système
  9. 9. Page 9 de 10 éducatif moderne. En ce sens, le numérique peut aider à reconstruire le lien entre le monde de l’éducation et celui du travail, notamment par le déploiement à plus grande échelle d’initiatives similaires à celle de l’Institut Coopératif de l'École Moderne. En conclusion Dans une logique considérant le réseau comme une méta-organisation, le numérique fait partie de ces «entités qui font agir les gens» offrant des points d’entrée à l’innovation et à l’apprentissage organisationnel et sociétal, en agissant comme facteur de mutation de l’identité professionnelle d’éducateurs confrontés aux contraintes d’un univers éducatif et socio-professionnel de plus en plus fragmenté. Dans une démarche visant à (ré)-assembler le social et à (re)-faire de l’éducation un facteur de rénovation et de reconstruction des contextes sociaux, le numérique peut aujourd’hui devenir l’élé- ment fondateur d’une utopie structurante, au service de pédagogies revisitées dont l’objectif pre- mier serait de participer à la composition progressive d’un monde commun. Cette vision intégrée du développement, individuel, technologique, et social implique une mutation de l’identité profes- sionnelle des éducateurs mettant l’accent sur leur responsabilité et leur rôle socio-politique, et les invitant à transcender les rôles traditionnels pour participer à la construction de pratiques et de savoirs nouveaux. Paraphrasant Vygotsky (1978), nous pourrons alors parler des espaces ouverts par le numérique comme de zones proximales de développement social et éducatif, définies comme ce qu’une société ne pouvait accomplir jusqu’ici qu’à des échelles réduites, mais que le numérique permet maintenant d’envisager à des échelles suffisantes pour répondre aux besoins actuels en éducation partout dans le monde. Références Akrich, M., Callon, M. & Latour, B. Éds.(2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, les Presses, « Sciences sociales », 2006. Textes rassemblés par le Centre de sociologie de l'innovation, laboratoire de sociologie de Mines ParisTech. ISBN2-911762-75- 4. Aubé, M. (2000). Fostering scientific thinking with new technologies: a socio-cognitive ap- proach. In J. A. Chambers, (dir.), Selected Papers from 11th International Conference on Col- lege Teaching and Learning: Challenges for Creating Sustainable Change in the New Mille- nium, (p. 1-8). Jacksonville, FL: Centre for the Advancement of Teaching and Learning, Florida Community College at Jacksonville. Barber, M., Donnelly, K., Rizvi, S. (2013) An avalanche is coming: higher education and the revolution ahead, Institute for Public Policy Research.
  10. 10. Page 10 de 10 Crozier, M., Friedberg, E. (1977) L’acteur et le système, Editions du Seuil, Paris, 1977. Daniel, J.S. (1997) Mega-universities and Knowledge Media: Technology Strategies for Higher Education, ISBN-10: 0749426349 | ISBN-13: 978-0749426347 | New Ed Davidenkoff, E. (2014) Le Tsunami Numérique, Stock, 2014 Dewey, John (1897) My Pedagogic Creed The School Journal, Vol. LIV, No. 3, January 1897 Engeström, Y. (1987). Learning by expanding. Helsinki: Orienta-Konsultit Oy. Freinet, Célestin (1993): Education Through Work [L’Education au travail] Lewiston, NY, Ed- win Mellen Press, ISBN 0-7734-9303-4 [traduction: John Sivell] Gather Thurler, M., Perrenoud, P. (2003) Innovation in Groux, D. Perez, S. Rust, IV.D., Tasaki, N. (Dir) “Dictionnaire d’éducation comparée”, Paris, L’Harmattan, pp.315-322. Hennessy, J.L. (2102) The Coming Tsunami in Educational Technology Stanford President, 40th CRA conference, 2012 Latour, B. (2005) Re-assembling the social. An introduction to Actor-Network Theory, Oxford University Press. Pour la traduction française : Changer de société - Refaire de la sociologie. Pa- ris : La Découverte 2006, 400 p. McLuhan, M. (1964) Understanding Media: The Extensions of Man McGraw Hill, NY, reissued MIT Press, 1994. Virkkunen, J., Ahonen, H. (2004) Transforming learning and knowledge creation on the shop floor, Int. J. Human Resources Development and Management, Vol. 4, N°1, pp.57-72. Vygotsky, L. S. (1978). Mind and society: The development of higher mental processes. Cam- bridge, MA: Harvard University Press

×