Mazars _Présentation AIFM_301115

342 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
342
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mazars _Présentation AIFM_301115

  1. 1. Quelle stratégie dans un cadre réglementaire en pleine mutation ? Lundi 30 novembre 2015 Titre de la présentation1
  2. 2. SOMMAIRE 1. Panorama du marché et impact de la Directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers 2. Risques et opportunités liés à l’évolution de la réglementation 3. Diversification à l’international : passeport européen et enjeux de structuration 4. Conclusion Date2 Titre de la présentation
  3. 3. Date3 01 Panorama du marché et impact de la Directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers 1.1 Panorama du marché de l'investissement en Europe 1.2 Marché des gestionnaires de FIA Immobiliers 1.3 Étude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers
  4. 4. 1.1 Panorama du marché de l'investissement en Europe Date 4 Titre de la présentation Source : MBE Conseil / Catella Property * inclus bureaux, commerces, hôtels et bâtiments industriels Source : BNP Real Estate / CBRE Près de 200 Md€ investis en 2014 dans l’immobilier d’entreprise* en Europe • 80% des volumes investis en bureaux et commerces • Environ 70% des fonds investis proviennent d’Europe • Baisse des taux de rendement : - 20 bps sur le premier semestre 2015  3 pays leaders représentent 66% du marché en 2014 : Royaume-Uni, Allemagne et France  Des volumes placés en évolution significative
  5. 5. 5 1.2.1 Le positionnement de la gestion immobilière en France Monétaire, Obligataire, Actions Immobilier 84 dont 72 AIFM soit 86% Films 15 Prêts (loans) Environ 38 Des actifs financiers … vers les actifs réels Forêts, vin, vigne, terrain à dépolluer, carbone, etc. Private Equity 279 dont 168 AIFM soit 60 % Des techniques de gestion simples, …. mais souvent de plus en plus complexes Au 17/11/15 627 SGP 331 AIFM, soit 53% 83 agréments en gestion «instruments complexes»
  6. 6. 6 *Plusieurs OPCI n’ont pas été lancés et certaines sociétés de gestion ont, par ailleurs, abandonné leur projet. • 80 sociétés de gestion agréées pour gérer des OPCI • 211 OPCI vivants au 31 décembre 2014 (soit 27 OPCI de plus qu’au 31 décembre 2013) gérés par 48 sociétés de gestion, soit 8% des sociétés de gestion de portefeuille françaises • Un nombre d’agréments délivrés en forte augmentation 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 TOTAL Extension de programmes d'activité et agréments de sociétés 22 9 4 7 7 11 7 13 80 Agrément d'OPCI* 12 50 19 26 68 20 36 51 282 - dont OPCI pro 12 45 16 20 64 16 30 49 252 - dont OPCI 0 5 3 6 4 4 6 2 30 1.2.2 Les agréments et les points de vigilance 6
  7. 7. 1. Une bonne préparation en amont  Accompagnement éventuel par un professionnel  Une bonne prise en compte de la réglementation  Un appui sur la doctrine existante  Un traitement des problématiques atypiques 2. Un calendrier maîtrisé  Une réunion « pré-création » sur la base d’une présentation formalisée du projet  Dépôt d’un dossier complet traitant des problématiques identifiées lors de la première prise de contact 3. Adéquation qualitative et quantitative des moyens  Temps de présence des dirigeants et gérants, partages  Expérience des gérants, expérience en gestion collective, expérience des évaluateurs internes (immobilier et instruments financiers)  Business plan cohérent et étayé – Fonds propres suffisants 4. Gestion des conflits d’interêts  Gestion des conflits d’interêt (sourcing groupe, gestion de FIA sur des thématiques complémentaires (dette/ immo/ equity, etc.)  Co-investissements, répartition des cibles  Property, liens avec d’autres entités du groupe 7 1.2.2 Les agréments et les points de vigilance 7
  8. 8. 1. Gestion de la liquidité 2. Délégation des fonctions de la société de gestion 3. Investissement dans des positions de titrisation 4. Fonds propres réglementaires 5. Reporting 6. Évaluation 7. Rémunération 8. Dépositaire • Un enjeu de formalisation, mise en œuvre, traçabilité sur de nombreux points, y compris pour les sociétés de gestion déjà agrées. • Les futures thématiques en matière de suivi et de contrôle. 8 1.2.2 Les agréments et les points de vigilance 8
  9. 9. 9 • Une croissance significative des encours bruts (+119% en 2011, +36% en 2012 et +14% en 2013 contre +39% en 2014) qui s’expliquent par : • l’agrément de nouveaux véhicules (44% de la croissance) ; • la croissance de l’actif des encours existants (56% de la croissance). • Un taux d’endettement moyen en hausse (36% du total des actifs en 2014 contre 34% en 2013) qui s’explique par le lancement de nouveaux véhicules légèrement plus endettés que leurs prédécesseurs. 5,8 9,9 4,1 12,6 21,3 8,7 17,2 26,3 9 20,1 30,6 10,5 28,0 43,7 15,7 Encours nets (en milliards d'euros) Encours bruts (en milliards d'euros) Endettement (en milliards d'euros) 2010 2011 2012 2013 2014 • Encours bruts/nets et endettement 1.2.3 Analyse des encours au 31 décembre 2014 9
  10. 10. 10 Actif net supérieur à 300 m€ 11% des OPCI Actif net compris entre 100m€ et 300 m€ 35% des OPCI Actif net compris entre 50m€ et 100 m€ 18% des OPCI Actif net compris entre 10m€ et 50 m€ 27% des OPCI Actif inférieur à 10 m€ 9% des OPCI • Une hausse de 10,7% de la taille moyenne d’un OPCI (en montant de l’actif net) : 134 millions d’euros en 2014 contre 121 millions d’euros en 2013. • Selon leur taille d’actif net 1.2.3 Analyse des encours au 31 décembre 2014 10
  11. 11. • Un investissement en immobilier de bureau prépondérant malgré un léger repli par rapport à 2013 (la part des bureaux représente 51% en 2014 contre 52% en 2013) • Des stratégies d’externalisation des bureaux et commerces de groupes industriels et commerciaux renforcent cette classe d’actifs dans le patrimoine des OPCI • Un taux d’occupation stable sur 2014 : 89% toutes classes d’actifs confondues. 51% 26% 5% 5% 13% 52% 21% 6% 7% 14% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Bureaux Commerces Habitations Hôtels Autres 2014 2013 • Selon la typologie d’actifs détenus 1.2.3 Analyse des encours au 31 décembre 2014 11
  12. 12. 30% 35% 33% 2% Paris Ile-de-France Province Etranger 35% 35% 30% 2014 2013 • Une allocation géographique des actifs relativement stable par rapport à 2013 • Une part des investissements à l’étranger qui reste marginale mais en légère augmentation par rapport à 2013 (2% en 2014 vs 0,5% en 2013) • Selon la répartition géographique des actifs 1.2.3 Analyse des encours au 31 décembre 2014 12
  13. 13. 13 24% 76% Détention directe Détention indirecte 2014 Détention directe : l’OPCI détient des actifs immobiliers Détention indirecte : l’OPCI est détenteur d’entités (SAS, SCI, etc.) qui détiennent les actifs immobiliers et généralement l’endettement correspondant • Une détention indirecte privilégiée par les sociétés de gestion (76% contre 69% en 2013) 31% 69% 2013 1.2.4 Politique de détention des actifs immobiliers 13
  14. 14. 14 Enquête réalisée entre mai et octobre 2015 via un questionnaire en ligne et /ou entretiens Périmètre ¼ des gestionnaires agréés AIFM de FIA immobiliers en France ont été interrogés Organisation et gouvernance A) Reporting régulateur B) Règles de rémunérations C) Gestion des conflits d’intérêts D) Politique de gestion des risques E) Dépositaire F) Exigence en fonds propres et liquidités Stratégie G) Bénéfice de la directive AIFM pour votre société H) Opportunités et risques du passeport européen 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers Analyse des impacts de la directive sur 2 thématiques :
  15. 15. 36,4% 45,5% 63,6% 63,6% 63,6% 63,6% 72,7% 45,5% 45,5% 45,5% 45,5% 45,5% 45,5% 36,4% 27,3% 18,2% 0% 50% 100% Adaptation des référentiels et définition à l'immobilier Stress tests Délais trop courts Profil de liquidité Position front versus comptables Stratégies de couverture ou d'exposition Diversification du portefeuille Faible Moyen Elevé Date15 Titre de la présentation 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers • 2/3 des sociétés de gestion de notre panel ont eu recours à un conseil externe • 70% des sociétés de gestion de notre panel ont choisi d’internaliser intégralement la production de ce reporting A. Le reporting AIFM : un défi important pour beaucoup de gestionnaires • Une obligation en matière de reporting au régulateur nécessitant la mise en place d’un processus pour collecter et restituer les données • Les principales difficultés ont concerné la mise en place de stress tests et le manque d’adaptation des référentiels et définitions à l’immobilier
  16. 16. Reporting AIFM – Quels enseignements ? 16 Source : reportings AIFM recueillis en octobre 2014, janvier, avril et juillet 2015. Ventilation du nombre de fonds par type de FIA (exprimée en pourcentage) 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Fonds de fonds Fonds spéculatif Néant Autre Fonds de capital investissement Fonds immobilier Q3 2014 Q4 2014 Q1 2015 Q2 2015 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Fonds de fonds Fonds spéculatif Néant Autre Fonds de capital investissement Fonds immobilier Q3 2014 Q4 2014 Q1 2015 Q2 2015 Ventilation des encours nets par type de FIA (exprimée en pourcentage) 16
  17. 17. 17 Niveau d’exposition calculé selon la méthode brute (exprimé en pourcentage) Source : reportings AIFM recueillis en octobre 2014, janvier, avril et juillet 2015. Niveau d’exposition calculé selon la méthode de l’engagement (exprimé en pourcentage) 0 100 200 300 400 500 Fonds de fonds Fonds spéculatif Néant Autre Fonds de capital investissement Fonds immobilier Q3 2014 Q4 2014 Q1 2015 Q2 2015 0 50 100 150 200 250 300 350 Fonds de fonds Fonds spéculatif Néant Autre Fonds de capital investissement Fonds immobilier Q3 2014 Q4 2014 Q1 2015 Q2 2015 Reporting AIFM – Quels enseignements ? 17
  18. 18. 18 Source : reportings AIFM recueillis en octobre 2014, janvier, avril et juillet 2015. 0 20 40 60 80 100 Fonds de fonds Fonds spéculatif Néant Autre Fonds de capital investissement Fonds immobilier Clients professionnels Clients retails Reporting AIFM – Quels enseignements ? Catégorie de client par type de FIA 18
  19. 19. 19 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers 38% 50% 25% 13% 18% 10% 49% 32% 65% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Application du principe de proportionnalité Définition du périmètre des personnes concernées Règles de calcul et de versement des rémunérations Facile Moyen Elevé B. Un nouveau cadre plus complexe pour les rémunérations • Un objectif d’alignement des intérêts du gestionnaire et du FIA/investisseurs avec notamment : • la mise en place d’un comité de rémunération ; • de nouvelles règles pour la rémunération variable (clawback, sous forme d’instruments financiers) ; • la possibilité d’adapter ces règles sous certaines conditions en vertu du principe de proportionnalité. • Les principales difficultés rencontrées ont concerné : • Constats : • ¾ des SGP interrogées avaient totalement finalisé les adaptations et changements liés aux nouvelles règles de rémunérations ; • une majorité d’entre elles ont appliqué le principe de proportionnalité ; • ¾ du panel a eu recours à un conseil externe sur la politique de rémunération.
  20. 20. Date20 Titre de la présentation C. La gestion des conflits d’intérêts : un processus déjà très encadré par le Code Monétaire et Financier et l’AMF • Une opportunité pour les SGP françaises de rechallenger et d’affiner le processus notamment sur : - la politique de gestion des conflits d’intérêts - le processus d’escalade en cas de conflits non couverts - la procédure d’enregistrement des transactions personnelles • 1/5 du panel doit poursuivre la formalisation du processus 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers
  21. 21. 26 juin 201421 55% 73% 70% 73% 82% 36% 27% 30% 27% 18% 9% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Risques liés au marché immobilier Risques de liquidité Risques de crédit Risques de contrepartie Risques opérationnels Faible Moyen Elevé • Mise en place d’outils de monitoring des risques • Pas de changement dans les schémas de délégations de la gestion des risques • Pas ou peu de difficultés dans la définition des limites de risques (qualitatives/quantitatives) D. Politique de gestion des risques : un des points majeurs de la directive 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers
  22. 22. 41% 21% 10% 3% 7% 17% [0 - 0,01%] [0,01 - 0,02%] [0,02 - 0,03%] [0,03 - 0,04%] [0,04 - 0,05%] > 0,05% 26 juin 201422  Obligation de recourir à un dépositaire : une nouveauté pour les FIA par objet et pour les SCPI  Au 31.12.2014, 46% des SCPI entraient dans un régime d’exemption et n’ont de fait pas mis en place le dispositif  Pour être éligible au régime d’exemption, les SCPI doivent être fermées à la souscription et aux investissements supplémentaires après le 22 juillet 2013.  Focus SCPI : un coût marginal inférieur à celui des OPCI E. Dépositaire 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers Honoraires du dépositaire en 2014/ actif net  Élargissement des contrôles obligatoires pour tous les FIA avec l’ajout du cash monitoring  70% du panel considère que l’existence du dépositaire ne renforce pas forcément le dispositif de contrôle au quotidien
  23. 23. Date23 F. Exigences en fonds propres et en liquidités • Des exigences nouvelles en fonds propres et liquidités • Un niveau minimum de fonds propres de 125 K€ ou 300 K€ • Un surplus de 0,02% de la valeur des actifs sous gestion excédant 250 M€ (capital maximum de 10 M€) • Des fonds additionnels (0.01%) ou une assurance professionnelle • Il appartient à chaque AIFM de démontrer que le niveau de liquidités de l’AIF est suffisant en fonction de son profil de risques. • 60% des sociétés de gestion de notre panel disposaient de fonds propres suffisants pour couvrir les exigences de la directive • Les 40% restants ont renforcé leurs fonds propres pour couvrir le risque opérationnel compte tenu de la difficulté à trouver une police d’assurance adaptée 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers
  24. 24. Date24 Titre de la présentation n Faible nn Moyen nnn Fort OPCI SCPI Société commerciale SCI Dépositaire n nnn nnn nnn Fonction d'évaluation n n nnn nnn Contrôle interne et de gestion des risques n n nnn nnn Mise en œuvre d'un reporting régulateur nn nn nnn nnn Information des investisseurs n n nnn nnn Impact Global n nn nnn nnn FIA par nature FIA par objet Sur le plan organisationnel… 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers …un impact variable selon le type de FIA
  25. 25. 31% 19% 44% 13% 25% 37% 56% 56% 19% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Pouvoir bénéficier du passeport européen Argument marketing vis-à-vis des clients Réguler des pratiques de place Faible Moyen Elevé Date25 • Un consensus sur l’opportunité liée au passeport européen • Un effet label gage de sécurité pour les investisseurs G. Bénéfice de la directive AIFM pour votre société de gestion de portefeuille? 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers
  26. 26. 38% 25% 50% 62% 75% 50% 0% 50% 100% Passeport : un risque de délocalisation / concentration ? Passeport : un risque de concurrence accrue ? Coût supplémentaire substantiel ? OUI NON 26 Titre de la présentation H. Risques et contraintes de la directive et du passeport 1.3 Etude sur l’impact de la directive AIFM sur le business model des gestionnaires de FIA Immobiliers • ¾ des sociétés de gestion de notre panel considère que le passeport européen ne représente pas un risque de concurrence accrue pour les gestionnaires de FIA immobiliers
  27. 27. Conclusion de l’étude • La directive AIFM = un cadre harmonisé pour les gestionnaires de FIA en Europe avec un renforcement de la protection des investisseurs et des épargnants • En France, lors de la mise en conformité avec la directive les sociétés de gestion n’ont pas rencontré de difficultés particulières. • Deux sujets ne sont pas clos à ce jour - Stress tests - Politique de rémunération • … mais aussi des opportunités liées à la possibilité pour le gérant du FIA - de gérer des FIA étrangers depuis la France - de commercialiser des parts de FIA sur la zone Euro - de pouvoir bénéficier d’un effet label, gage de sécurité pour les investisseurs Date27 Titre de la présentation
  28. 28. Date28 Titre de la présentation 02 Risques et opportunités liés à l’évolution de la réglementation
  29. 29. 29 Titre de la présentation Panorama des textes réglementaires 2014 2015 2016 2017 2018 MIF 2 • Directive 2014/65/UE • Date de transposition : 3 juillet 2016 • Date d’application : 3 janvier 2017 • Sujet : redécoupage EI-SGP UCITS 5 • Directive 2014/91/UE • Sujet : agrément dépositaire, mise à niveau AIFM, rémunération • 28 août 2014 : publication au JOUE de la directive OPCVM V Application des dispositions législatives, réglementaires et administratives à partir du 18 mars 2016. PRIIPS • Règlement1286/2014 • Sujet : protection spécifique des clients retails (homogénéiser l’information précontractuelle à fournir aux investisseurs) : nouveaux documents • Règlement applicable directement au 31 décembre 2016 SFTR • Sujet : « shadow banking » - obligation de déclaration à un référentiel central • Négociations en cours : publication fin 2015 • Standards techniques à suivre • Reporting et nouvelles informations à suivre ELTIF • Règlement 2015/760 • Sujet : label de fonds d’investissement long terme • Mise en œuvre : décembre 2015 • Fait a minima : nouveau type de fonds TITRISATION • Sujet : un cadre européen pour des opérations de titrisation simples, transparentes et standardisées • Niveau 1 en cours de négociation BENCHMARK • Sujet : fonctionnement et gouvernance des indices de référence, limitation des possibilités de manipulation • Niveau 1 en cours de négociation (règlement applicable) • Agrément administrateurs et suivi des indices
  30. 30. Risques et opportunités liés à l’évolution de la réglementation (AIFM, Loi Macron, Solvabilité 2, MIF, etc.) Date30  Table ronde animée par Céline Kien, Associée Immobilier, MAZARS o Marc Bertrand, Directeur Général, LA FRANCAISE AM o Guillaume Defrance, Head of Corporate Finance RAF, Real Assets, AXA REIM o Joëlle Ekoulé-Tematio, Vice Président, Client Solutions, STATESTREET o Marc Laglace, Direction de la gestion d'actifs, division agréments et suivi, AMF
  31. 31. Date31 Titre de la présentation 03 Diversification à l’international : passeport européen et enjeux de structuration
  32. 32. Diversification à l’international : passeport européen et enjeux de structuration Date32  Table ronde animée par Alexandre Kasse, Senior Manager Immobilier, MAZARS o Serge Bataillie, Directeur Général, AEW EUROPE SGP o Olivier Dubois, Dir Asset Management, Président FREO Immo o Eglantine Lioret, Associée Responsable du département fiscalité du bureau de Paris, HERBERT SMITH FREEHILLS PARIS LLP
  33. 33. Diversification à l’international : passeport européen et enjeux de structuration Option 1 : Investors invest in SPPICAV 33
  34. 34. Diversification à l’international : passeport européen et enjeux de structuration Option 2 : Investors invest via a dedicated Luxco 34
  35. 35. Date35 Titre de la présentation 04 Conclusion
  36. 36. CONTACTS Date36 Serge Bataillie Directeur Général, AEW EUROPE SGP @ : serge.bataillie@aeweuropesgp.com NAMI – AEW Europe, société de gestion de portefeuille immobilier agréée par l’AMF (N° GP 10000007 en date du 9/2/2010), est une filiale d’AEW Europe, un des leaders européens du conseil en investissement et gestion d’actifs immobiliers pour compte de tiers. Avec 1,5 Md€ d’encours de capitaux, NAMI – AEW Europe dispose d’une expertise spécifique dans la création et la gestion de fonds réglementés (7 SCPI, 1 OPCI Grand Public et un Groupement Forestier). NAMI – AEW Europe accompagne plus de 25 000 associés dans leurs investissements immobiliers. Marc Bertrand Directeur Général, LA FRANCAISE AM @ : mbertrand@lafrancaise-am.com Les activités immobilières du Groupe La Française sont regroupées sous la marque La Française Global Real Estate Investment Managers. Cette holding héberge La Française REM, La Française Real Estate Partners et La Française Forum Real Estate Partners. La Française REM est le leader en France de l’immobilier physique avec 13 Mds $ sous gestion. Spécialiste de l’investissement et de la gestion pour compte de tiers, elle est présente sur l’ensemble des marchés immobiliers français. Elle développe également une offre de gestion de mandats immobiliers dédiés aux institutionnels sur des stratégies d’investissement Core/Core + mais aussi Value Added et Opportunistes au sein de la joint-venture La Française Real Estate Partners. Guillaume Defrance Head of Corporate Finance RAF, Real Assets, AXA REIM @ : Guillaume.DEFRANCE@axa-im.com AXA Investment Managers - Real Assets gère 62 milliards d’euros d’actifs, comprenant 49 milliards d’euros d’investissements directs en immobilier et infrastructure, ainsi que plus de 11,5 milliards d’euros en financements d’actifs réels, à fin juin 2015. Nous offrons une vision à 360° des marchés Real Asset, en investissant à la fois en fonds propres et en dette, dans diverses géographies et secteurs, et via des instruments privés et listés. Nous sommes le leader de la gestion de portefeuilles et d’actifs immobiliers en Europe, et parmi les plus importants acteurs au monde(1). Nos équipes ont plus de 30 ans d’expérience en gestion de fonds et de mandats. Elles comprennent plus de 600 collaborateurs répartis dans 14 bureaux dans le monde, opérant dans 24 pays et apportant leurs connaissances approfondies des pays, villes et secteurs. 1Source : Enquête INREV 2014 publiée en Mai 2015.
  37. 37. CONTACTS Date37 Eglantine Lioret, Associée Responsable du département fiscalité du bureau de Paris @ : eglantine.lioret@hsf.com Le groupe immobilier du cabinet Herbert Smith Freehills Paris se compose de 6 associés et 22 collaborateurs pluridisciplinaires. Il propose à ses clients un full service en immobilier pour les accompagner dans leurs opérations immobilières en France et à l’international grâce à la complémentarité des expertises de ses équipes en droit immobilier, droit bancaire et financier, droit des sociétés, droit fiscal et contentieux. Olivier Dubois Dir Asset Management, Président FREO Immo @ : O.Dubois@freogroup.com FREO Group (“FREO”) is a private equity firm specialized in real estate investment, development and asset management in Germany, London and other select markets in Central and Western Europe. The company employs a team of over 80 highly- qualified real estate and finance professionals, experienced in the areas of asset management and leasing, development, debt, equity and transaction structuring and fund management. FREO’s integrated business model and team of experienced local market experts make it a best in class operating partner for real estate investment and development and asset management. Marc Laglace Direction de la gestion d'actifs, division agréments et suivi, AMF m.laglace@amf—france.org Joëlle Ekoulé Tematio VP – Client Solutions , State Street Banque @ : JEkouleTematio@statestreet.com State Street Banque est la filiale française de State Street Bank & Trust, l’un des plus gros conservateurs d’actifs au monde. Présent en France depuis 25 ans, State Street Banque fournit des services aux investisseurs sur l’ensemble du cycle de vie de l’investissement (exécution, traitement des opérations de Middle Office et Back Office, Mesure de la Performance et du Risque, Reporting) et sur l’ensemble des classes d’actifs.
  38. 38. Titre de la présentation38 Mazars est présent sur 5 continents. CONTACTS Date Odile Coulaud Associée, secteur Immobilier Tél. : +33 1 49 97 62 44 @ : odile.coulaud@mazars.fr Céline Kien Associée, secteur immobilier Tél. : +33 1 49 97 68 94 @ : celine.kien@mazars.fr Alexandre Kasse Senior- Manager Immobilier  +33 (0)1 49 97 67 41  alexandre.kasse@mazars.fr

×