607_6nov_09

11 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
11
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

607_6nov_09

  1. 1. Une annonce porteuse d’avenir pour l’Ontario Le 27 octobre dernier, le premier ministre McGuinty annonçait son intention d’offrir, d’ici cinq ans, des programmes de mater- nelle et de jardin d’enfants à temps complet à tous les enfants de la province. De tels programmes existent déjà dans nos écoles, la communauté franco-ontarienne ayant reconnu il y a longtemps leur importance pour la réussite scolaire et le développement de l’identité culturelle des enfants qui vivent en milieu minoritaire. Le projet gouvernemental viendra bonifier ce qui a déjà été mis en place. D’abord, le financement que toucheront nos conseils scolaires pour les maternelles/jardins permettra de libérer des sommes des budgets actuels. De plus, selon le modèle proposé, chaque classe de maternelle/jardin sera confiée à une enseignante ou un enseignant ET une éducatrice ou un éducateur de la petite enfance. En misant sur la complémentarité de l’expertise qu’offrent ces deux groupes de personnel, cette formule assurera, selon nous, le meilleur départ possible aux jeunes francophones. Des défis sont à prévoir, car nos écoles vont perdre l’exclusivité de programmes qui influencent favora- blement le choix de certains parents, en dépit d’obstacles comme la distance. Il faudra aussi que les personnes affec- tées à une même classe apprennent à se partager les tâches selon leur rôle respectif. Ultimement toutefois, les enfants seront les grands gagnants de cette décision, car ils bénéficieront d’un appui accru pendant des années qui sont déterminantes pour leur réus- site scolaire. Les critiques ont été prompts à repro- cher au gouvernement cette dépense additionnelle considérable au moment où l’Ontario traverse une période économique difficile. L’AEFO croit au contraire que les libéraux de Dalton McGuinty font le bon choix en inves- tissant dans la ressource la plus impor- tante pour l’avenir de notre province : les enfants. Le président, Benoit Mercier En BrefBLOC-NOTES Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens Numéro 607 Le 6 novembre 2009 Si vous souhaitez offrir bénévolement de la formation à des enseignantes et enseignants d’un pays en développement l’été prochain, posez votre candidature au Service outre- mer de la FCE, avant le 18 novembre. INFO : www. aefo.on.ca sous Babillard n Inscrivez vos équipes au tournoi provincial de volleyball pour les écoles élémentaires qui aura lieu à Sudbury, les 11 et 12 décembre. Frais : 150 $/équipe. INFO : www. activelifesports.ca sous Registration ou Shane St-Louis à info@activelifesports.ca ou 705 665-6963 n Le Muséoparc Vanier à Ottawa offre maintenant plusieurs activités en lien avec le programme d’études sociales de la 3e année. INFO : www. museoparc.ca/education « ...les libéraux de Dalton McGuinty font le bon choix en investissant dans la ressource la plus importante pour l’avenir de notre province : les enfants. » Grippe A H1N1 : à savoir Lors d’une rencontre à laquelle assistait l’AEFO, le 21 octobre, la ministre de l’Éducation a indiqué en termes clairs qu’elle s’attend à ce que les conseils scolaires se conforment aux directives émises par la Dre Arlene King, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, en ce qui a trait à la gestion de la pandémie de grippe A H1N1 dans les écoles. Voici certai- nes de ces directives qui peuvent concerner directement le personnel scolaire. On doit vérifier régulièrement le matériel pour le lavage des mains pour s’assurer• qu’il est toujours disponible et accessible. (L’AEFO s’attend à ce que cela soit fait par le personnel d’entretien dûment qualifié.) En l’absence d’installations pour le lavage des mains, des désinfectants à mains à• base d’alcool doivent être mis à la disposition de toutes et tous. Chaque école doit élaborer une stratégie mettant l’accent sur le nettoyage des• surfaces souvent touchées ou des zones très fréquentées. (L’AEFO s’attend à ce que cela soit fait par le personnel d’entretien dûment qualifié.) Afin de limiter le partage des fournitures scolaires, il faut inciter les élèves à utiliser• leur propre matériel. Les écoles doivent disposer de protocoles concernant la communication avec les• parents/tutrices/tuteurs lorsqu’un enfant présente des signes d’affection pseudo- grippale à l’école. Cet enfant doit être isolé des autres. Le personnel surveillant doit lui remettre des mouchoirs en papier pour se couvrir la bouche et le nez lorsqu’il tousse et éternue, et veiller à ce qu’il reste à au moins deux mètres des autres et se nettoie fréquemment les mains. (L’AEFO s’attend à ce que le personnel surveillant soit adéquatement formé et équipé par l’employeur.) Si vous êtes d’avis que votre lieu de travail ne respecte pas ces directives, communi- quez avec votre unité/section locale de l’AEFO. Pour toutes les consignes à l’intention des membres et du personnel scolaire, consultez le www.aefo.on.ca.
  2. 2. Ça bouge à l’AEFO Maintenir un contact étroit avec les membres, faire du réseau- tage dans le monde syndical et de l’éducation, et participer à la vie communautaire francophone : voilà des mandats dont s’acquittent de diverses façons les dirigeantes et dirigeants de l’AEFO. Voici, en photos, quelques-unes des activités qui ont rehaussé la visibilité de l’AEFO depuis la rentrée scolaire. Le président Benoit Mercier a assisté à la conférence du président de Radio-Canada au Club canadien de Toronto le 27 octobre. Il en a profité pour saluer des élèves de l’école secondaire catholique Jean-Vanier de Welland qui étaient les invités de leur conseil scolaire à cette activité. On le voit ici avec, dans l’ordre habituel, Alexandre Lafontaine, James McLaughlin, Stéphanie McDonald et John Éric Rowley. La FEO et ses quatre filiales, dont l’AEFO, tiennent conjointement une réception lors de l’assemblée annuelle de chacun des trois principaux partis politiques de l’Onta- rio. L'assemblée générale annuelle du parti libéral, tenue à Windsor les 30 et 31 octobre, a permis à des membres de l’AEFO de créer et de resserrer des liens avec des députées et députés de ce parti. L’équipe de la péda- gogie culturelle, projet parrainé par l’AEFO, a assuré l’animation de plusieurs ateliers lors du congrès de l’Association cana- dienne d’éducation de langue française tenu à Vancouver, du 2 au 4 octobre. De g. à d. : Benoit Mercier, président provincial, Roger Leblanc, président de l’unité Sud-Ouest catholique, Madeleine Meilleur, ministre des Services sociaux et communautaires et ministre déléguée aux Affaires francophones et Stéphane Leblanc, enseignant à l’école élémentaire Mgr-Augustin- Caron de Lasalle et membre du comité exécutif de l’unité Sud-Ouest catholique. Le 15 octobre, le président provincial, Benoit Mercier, a présenté les dossiers de l’heure lors d’une session de formation organisée par l’unité Centre-Est catholique à l’intention de ses déléguées syndicales et délégués syndicaux. De g. à d. : Benoit Mercier, Marie-Pierre Bourdon, éc. cath. La Source d’Orléans, Stéphanie Hickey, éc. cath. de Barrhaven, Sébastien Lang, éc. cath. Lamoureux d’Ottawa et Carol Jolin, président de l’unité. Réjean LaRoche, directeur général, Anne Vinet-Roy, vice- présidente du comité exécutif, Benoit Mercier, président et Denis Bonin, vice-président du comité exécutif, représen- taient l’AEFO au congrès de l’ACELF qui s’est déroulé sous le thème Quoi de neuf en 2009? Lorsque l’innova- tion pédagogique rencontre la construction identitaire.
  3. 3. L’AEFO contribue depuis longtemps à la Fondation franco-ontarienne dont les fonds soutiennent de nombreuses initiatives de la communauté francophone. Les Soirées Vins et fromages de la Fondation sont d’excellentes occasions de faire du réseautage dans la communauté francophone. Solidarité syndicale Le 9 octobre, l’unité Moyen-Nord catholique a remis une contribution financière au fonds de grève des Métallos dont plus de 3 000 mem- bres, qui travaillent pour Vale Inco à Sudbury et Port Colborne, sont en grève depuis le 13 juillet. Le 4 octobre, le pré- sident Benoit Mercier a exprimé notre solidarité avec les travailleuses et tra- vailleurs syndiqués du Centre Toronto- Dominion de Toronto, d’abord mis en lock-out puis arbitrairement congédiés par Cadillac-Fairview, une corpora- tion gérée par le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants. L’AEFO et les autres filiales exercent également des pressions auprès du Régime dans cette affaire. Grâce à l’initiative de l’enseignante Alina Parau, les élèves de l’école élémentaire Georges P. Vanier de Windsor ont pu fêter en grand la Journée du drapeau franco-ontarien. En réponse à la demande de l’enseignante, le maire Eddie Francis a accueilli les élèves à une cérémonie pendant laquelle le dra- peau a été hissé pour la première fois sur le mât de l’hôtel de ville de Windsor. En leur expliquant la signification du dra- peau, le maire a encouragé les jeunes à s’afficher et s’affirmer comme franco- phones. On se propose maintenant de rendre cette cérémonie annuelle. Bravo! Sur les photos, l’enseignante Alina Parau et le président de l’unité Sud-Ouest catholique, Roger Leblanc, avec le maire de Windsor, Eddie Francis. Deux membres du comité exécutif de l’unité Nord-Est catholique, Jacques Larochelle et Marc Bérubé, et Paul Taillefer, président de l’unité, se sont rendus à la Cuvée de la Fondation, tenue pour la première fois à Kapuskasing, le 20 octobre. Le président Benoit Mercier en compagnie de Clarisse Steers, ancienne direc- trice d’école et Christiane Fontaine, directrice générale du Regroupement des inter- venantes et intervenants francophones en santé et services sociaux. De g. à d. : Denis Bidal, agent d’unité, Myles Sullivan, représentant syndical, John Fera, président de la cellule 6500 des Métallos et Conrad Mazerolle, prési- dent de l’unité Moyen-Nord catholique.
  4. 4. Bien écrire dans les deux langues Le tout nouveau Portail linguistique du Canada offre à la popula- tion un accès gratuit à une vaste gamme d’outils linguistiques, y compris à TERMIUM Plus® , la banque de données terminologiques du gouvernement du Canada. Il renferme notamment un outil de conjugaison, un dictionnaire des cooccurrences, un guide de rédaction et un outil qui traite des difficultés de grammaire, de syntaxe et d’usage, et un répertoire de liens à toutes les ressources canadiennes du domaine langagier. Une adresse à retenir : www.noslangues.gc.ca. : pour les profs aussi! Vous savez sans doute que les élèves des écoles de langue française de la 1re à la 12e année peu- vent obtenir de l’aide en utilisant le service de messagerie ou en communiquant en temps réel avec les enseignantes et enseignants qui travaillent à SOS Devoirs, de 16 h 30 à 21 h, du lundi au jeudi. Mais SOS Devoirs, c’est aussi 1 200 pages de ressources dans plusieurs matières, surtout en mathématiques et en sciences, que vous pouvez utiliser en salle de classe. Par exemple : des ani- mations illustrant le calcul de l’aire d’un triangle, le principe des leviers ou encore l’avancée des troupes alliées pendant la Seconde guerre mon- diale. Le site vous permet aussi de consulter en ligne le Petit Robert et le Robert junior gratuite- ment. À visiter dès aujourd’hui et à recommander à vos élèves : www.sosdevoirs.org. Je suis enceinte. Comme je travaille avec des tout-petits, mon médecin juge que je suis davantage à risque de contrac- ter la grippe A H1N1 et m’a fourni un certificat médical recommandant que je sois réaffectée temporairement à un poste exigeant moins de contact avec les élèves. Mon conseil refuse de réaffecter les femmes enceintes et indique qu’elles doivent s’acquitter de leurs fonctions régulières ou s’absenter en utilisant leurs congés de maladie. Que puis- je faire? Les conventions collectives de l’AEFO prévoient qu’une enseignante enceinte peut, sur présentation d’un certificat médical, demander une affec- tation provisoire si ses condi- tions de travail comportent des risques de maladie infectieuse ou des dangers pour sa santé ou celle de l’enfant à naître. L’affectation provisoire d’une femme enceinte est donc à toutes fins pratiques une mesu- re d’accommodement. Les demandes d’accommodement doivent être considérées au cas par cas, en tenant compte des circonstances particulières du dossier. Par conséquent, un employeur qui refuse d’accommoder une employée enceinte avant même de prendre connais- sance de son dossier, ou qui l’oblige à prendre des congés de maladie au lieu de l’ac- commoder, contrevient peut- être au Code des droits de la personne de l’Ontario, en plus de contrevenir à la convention collective. L’AEFO déposera un grief pour chaque cas de ce genre qui lui sera signalé. Toute enseignante enceinte qui se voit refuser une affectation provisoire ou à qui l’employeur demande d’utiliser ses congés de maladie devrait communi- quer immédiatement avec son unité de l’AEFO. QUELS SONT MES DROITS? 681, chemin Belfast, Ottawa ON K1G 0Z4 Tél. : 613 244-2336, 1 800 267-4217 Téléc. : 613 563-7718, 1 888 609-7718 Courriel : aefo@aefo.on.ca Site Web : www.aefo.on.ca L’En Bref est un bulletin bimensuel publié par l’AEFO. Tirage : 8 775 ISSN 0714-5578 Bravo! Nicolas Lacelle, enseignant à l’école secondaire catholique de Plantagenet, est l’un des 84 récipiendaires du Prix du premier ministre (du Canada) pour l’excellence en enseignement 2009, certificat assorti d’une bourse de 1 000 $. M. Lacelle enseigne l’art dramatique et coordonne l’équipe sco- laire d’improvisation. Modeste, il avoue ne pas avoir recherché cet honneur. « Je ne savais même pas que ce prix existait avant que des parents ne soumettent ma candidature, dit-il. Ça ne changera pas ma motivation première d’amener les jeunes à se dépasser, mais les compliments, ça fait du bien, et je constate que ça rend mes élèves davantage fiers d’être dans ma classe. » Josée Lortie, auteure et enseignante de la région d’Ottawa Un jeu original et éducatif sur la géographie, à utiliser en classe ou à offrir en cadeau! Pour les 10 ans et plus. De g. à d. : (assis) Marc Lepage, unité Est catholique, Jean-Marc Chenard, unité Nord- Est publique; (debout) Luc C. Bigras, employé cadre et secrétaire du comité et Blaise Yongsi Nguendo, unité Centre- Sud et Sud-Ouest publique. Si vous connaissez un membre du personnel enseignant ou de soutien qui se démarque par son travail remarquable, posez sa candidature au Prix du premier ministre (de l’On- tario) pour l’excellence en enseigne- ment! Deux formulaires sont disponi- bles : pour individu ou pour groupe. Date limite : 1er février 2010. INFO : ontario.ca/prixenseignement Partagez vos succès Vous avez développé du maté- riel et des pratiques pédago- giques reliés à la construction identitaire ou à la pédagogie culturelle? Partagez-les en sou- mettant une proposition d’ate- lier aux organisateurs du GREF, le Grand rassemblement de l’éducation en français (GREF) qui se tiendra du 15 au 17 avril 2010 à Halifax. INFO : www.fncsf.ca/gref Des changements à l’horizon Le comité de législation s’est réuni au bureau de l’AEFO le 8 octobre pour passer au peigne fin les changements qui seront proposés aux Statuts, Règlements et Lignes de conduite de l’AEFO, lors du congrès de mars 2010.

×