Précarite et santé mentale

653 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
653
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Précarite et santé mentale

  1. 1. Précarité et Santé mentale de l’Enfant et de l’Adolescent. Amine Benjelloun aminebenjelloun@hotmail.com 1
  2. 2. L’ampleur et le poids des maladies mentales : un lourd tribut 2
  3. 3. Les troubles mentaux :un lourd fardeau économique, pour tous 3
  4. 4. Oui, cela coute bien cher… 4
  5. 5. 5
  6. 6. Troubles mentaux et pauvreté : un vrai cercle vicieux 6
  7. 7. Quelques idées princeps:• Le niveau de pauvreté d’une famille est l’élément le plus discriminateur du développement d’un enfant et notamment de sa santé mentale future (Aber,1994; Duncan 1997) – Statut Marital+++ : Jeunes filles mères (Insaf…) – Niveau d’instruction ( 50 % d’analphabétisme) – Chômage… question d’actualité +++ 7
  8. 8. Aux USA: le risque d’être ’’ pauvre’’Exp: pour les enfants âgés de moins de 6 ans: – Vivre avec sa mère célibataire: 6 ( attention à la stigmatisation) – Si parents ont un niveau ’’collège’’ seulement: * 4 – Enfant de mère célibataire et ne bénéficiant pas d’un travail à temps plein: 82 % – Corrélation aussi avec la qualité des services disponibles : équipements médicaux et sanitaires disponibles; crèches et écoles disponibles et accessibles; soutiens divers. • Quid chez nous quand les facteurs « s’additionnent »? • Avons-nous les moyens d’y répondre? – Intérêt de la prévention (≠ prédiction); d’interventions ciblées précoces « non iatrogènes » 8
  9. 9. Le modèle de Bronfen Brenner (1979) 2 Méso- développement: 3 Exo- la Famille développement: le Voisinage Dvlpt de l’Enfant Macro- 1 Micro- développement: développement: Contexte sociétal, Personne Ressource Systèmes et niveaux de celle ci politiques… 9
  10. 10. Micro développement: Pauvreté & personne ressource• Faible poids de naissance et mortalité accrue;• Malformations accrues, tube neural,…• Moins de stimulations & Répétitions à des stimuli pré et post nataux stressants (déprivations) : – Dysrégulations qualitatives et quantitatives des récepteurs cérébraux au cortisol: troubles de l’adaptation ultérieurs: self control, concentration, style d’attachement … – Synaptogénèse altérée et réduite (Dawson & Fisher 94) – Exp de la vision: au niveau occipital, densité et structure: troubles de perception, troubles moteurs… 10
  11. 11. Méso développement :Pauvreté & Famille• Globalement moins d’interactions avec le bébé et l’enfant; réponses parentales hostiles, intrusives, ou erratiques: style d’attachement insécure ou désorganisé (Pianta 1990; Shaw 1995). – Attachement insécure à 12 & 18 mois: troubles du comportement +++ à 3 ans (Shaw 1995) (≠ TED)• Facteur stressant le plus marquant: insecurité financière+++ :« financial insecurity, or interruption of employement, or perceived or actual lack of social support, either finacially or emotionally » (Aber 1997)• Dépressions maternelles plus fréquentes, plus sévères, plus longues, moins diagnostiquées…(Lyon-Ruth 1997)+++• QI à 3 ans corrélé aux capacités environnementales d’aprentissage, stimulation, lecture… étude (Home Observation For Measurement of the Environnement; Caldwell, 1984) 11
  12. 12. Exo développement :Pauvreté & Environnement• Exposition à la violence: intrafamiliale, ou avec les pairs, ou encore avec les institutions. – Plus de syndrome de stress post traumatique – Troubles de l’attachement, type désorganisé, et donc pathologie de la dépendance (indépendance) • Nécessité ABSOLUE d’un effort de COMPREHENSION Avec et Pour le patient, et NON PAS D’UNE DEMARCHE CLASSIFICATOIRE INOPERANTE ET NON ETHIQUE. • JE PARLE aussi à partir de mon expérience dans la Prison des Mineurs de Oukacha (Casablanca) 12
  13. 13. Macro développement:• Résultats paradoxaux: – Face à des programmes gouvernementaux (Family Support Act; Personnal Responsabilité and Work Opportunity and Réconciliation Act,…): Conséquences négatives concernant parents et enfants: plus de stress, plus de dépressions parentales, moins d’interactions parents enfants, troubles de l’estime de soi accrus chez les parents… • Très nombreuses études (Moore, Zaslow,Morre, Zaslow…) 13
  14. 14. 14
  15. 15. 15
  16. 16. QuickTime™ et u n décompresseursont requis pour visio nner cette image. 16
  17. 17. Diversité des Acteurs et Partenaires Les acteurs de la santé Une communication d’experts  Sur les pathologies  Sur la place du patient dans la société « non à l’exclusion, oui aux soins » Le grand public Les élus locaux et régionaux Une approche négative Une indifférence arrangeante• Une méconnaissance des questions • Ils éludent la question et leur part de santé mentale de Responsabilité • Une vulgarisation sémantique des Organisation • Ils calquent leur comportement termes liés aux troubles mentaux sur l’opinion publique Mondiale de la Santé Les associations Les autres acteurs Une action de terrain Un discours opportuniste • Auprès des organisations spécialisées • La folie créatrice (Dali, la Dior Addict,...) • Auprès des familles et des proches • La folie destructrice (les films) • Mais une faible visibilité (porte-parole, campagne...) Les médias Un discours alarmiste sur les maladies mentales • Sur tous les drames de notre vie quotidienne • Qui renforce les idées reçues sur les troubles mentaux • À l’exception du sujet de la dépression qui est largement couvert 17
  18. 18. PerspectivesPlan d’action sur la santé mentale pour l’Europe -40 % des pays n’ont aucune1. Promouvoir le bien-être mental pour tous politique de SM;2. Faire comprendre le rôle essentiel de la santémentale -30 % des pays n’ont aucun3. Lutter contre la stigmatisation et la discrimination4. Promouvoir les actions adaptées aux groupes d’âges programme de SM;vulnérables -90 % des pays ,n’ont aucune5. Prévenir les problèmes de santé mentale (et lesuicide/ prévention secondaire ciblée) politique ni programme de6. Garantir l’accès à des soins de santé primaires de SM de l’Enfant.qualité aux personnes atteintes de problèmes de santémentale7. Offrir aux personnes atteintes de graves problèmesde santé mentale des soins de qualité dans des servicesde proximité8. Établir des partenariats intersectoriels9. Déployer des effectifs suffisants et compétents10. Réunir des informations de qualité sur la santémentale11. Assurer un financement équitable et suffisant12. Évaluer l’efficacité des systèmes et produire denouvelles données probantes 18
  19. 19. Exemple du CAMSP de la Goutte de Lait • 216 bébés et enfants reçus• Ouvert il y a 6 mois; • 80 % des femmes ne travaillent pas• Phase « rodage »; • 43 % ont une couverture sociale (CNOPS =18 %; CNSS=30 %)• Suivi des anciens prématurés jusqu’à 8 • Gratuité accordée 7 % . ans, et offrir ces compétences à la population générale; • Nécessité d’un suivi + PEC = (60%) soit 130 patients• Aucune annonce publique; • Suivi non entrepris, ou arrêté: 25 %• ’’Equipement’’ et ’’recrutement’’ en – Plus de 10 % avec une assurance. cours; • 3 patients très démunis seulement• Bénévoles & salariés. poursuivent quand même les pec.• Tarifs : – consultations / 50 Dh. – Séances de rééducation / 50 dh. • Aller vers… – Bilan / 150 Dh. • Facilitateurs ( institutions, assurances,... Mais aussi la déontologie) • Partenariats , inventer d’autres modèles: Public /Associatif /Privé. • Formation continue et un même langage. • Ré évaluations (gestionnaires formés) 19
  20. 20. En vous remerciantpour votre écoute 20

×