Partir... Le désir de migration des jeunes

567 vues

Publié le

présentation dans le cadre de la journée organisée par l'AFPEC (Association de formation à la psychanalyse et d'échanges cliniques) sur le théme de : Adolescence et société en transition.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
567
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • 28.OOO migrants à bord des embarcations de fortune ont quitté la Tunisie vers l’Europe pendant l’année 2011.
    1500 disparus ont étés enregistrés entre 2011 et 2012.
    Ce flux a diminué d’un cran en 2013 pour atteindre 1300 migrants.
    Un croisement de données récoltés auprès des familles des migrants disparus en mer renverse les stéréotypes des chômeurs qui quittent pour travailler à l’autre rive. Nous avons ainsi constaté que la majorité des disparus sont soit des élèves soit des étudiants.
  • L’exclusion sociale et le manque d’opportunités dans le pays d’origine agissent comme des facteurs d’expulsion et poussent les jeunes à fuir. Ainsi, l’absence de support institutionnel, de contenance sociale et de perspectives alimente le projet migratoire.
    La rupture du tunisien avec son milieu familial et social représente une donne déterminante de l’acte de franchissement irrégulier des frontières.
    Le durcissement des législations tunisiennes et européennes en matière de migration.
    Le déficit démocratique: les frustrations d’un changement qui tarde à venir après la révolution de 2011 poussent les jeunes à s’en aller.
    L’Eldorado occidental : l’image véhiculé nourrit cette convoitise de l’Europe idéalisé. Ainsi la possibilité de tirer avantage des opportunités et de la protection sociale formelle ou informelle dans le pays de destination peuvent constituer un facteur d’attraction.
  • La grande majorité des migrants « irréguliers» en mer prennent une décision quasi suicidaire et ce depuis les premières esquisses de l’élaboration du projet migratoire.
    Il existe des réseaux qui « organisent » ces déportations en masse vers les cotes européennes contre des sommes parfois importantes.
    Les informations à propos de ces réseaux se diffusent de bouche à oreille et circulent parmi les jeunes ayant les mêmes conditions socio-économiques et faisant face au même sentiment d’accablement.
    Bon nombre de ces jeunes décèdent ou disparaissent en mer.
    L’impact psychologique sur les familles est très important.
  • Souvent les parcours migratoires en méditerranée centrale ont une issue funeste pour les migrants dont les rêves se racolent aux frontières européennes. Les tragédies en mer ont coutées la vie à des milliers de jeunes adolescents. Pour d’autre ils sont tout bonnement portés disparus. Ses disparitions rappellent la notion d’appartenance de ses jeunes à une sphère familiale et sociale. De part et d’autre des mouvement de lutte du collectif des mères des migrants tunisiens disparus.
    Les disparitions sont alors une soustraction des corps à leur familles, une sorte d’effacement de la vie, de l’existence même.
    S’attaquer à l’enfant reviendrait à s’attaquer à l’unique identité sociale d’une mère. Celle-ci pour survivre elles endossent l’ultime rôle de la révolutionnaire, de la militante et de la revendicatrice
  • Le système éducatif ne répond plus aux aspirations des jeunes et notamment dans sa fonction d’ascenseur social:
    -les échecs
    -la déperdition scolaire (autour de 100 000 abondons scolaire/an).
    Le pourcentage des jeunes qui ne sont pas scolarisés, qui ne travaillent pas et ne suivent pas une formation est très élevé avec des disparités entre le milieu urbain et le milieu rural:
    -en milieu rural 46,5% pour les garçons et 81.5% pour les filles
    -en milieu urbain 34.6% pour les garçon et 60.2% pour les filles
    Le contenu de l’enseignement n’est pas attractif pour les jeunes et ne leur permet ni d’utiliser leur potentiel ni de leur offrir les opportunités qui correspondent à leurs aspirations et talents.
    les programmes de formation professionnelle existent mais restent limités et nécessitent une mise à jour pour être plus attractifs pour les jeunes et mettre en valeur leurs talents.
  • Le non accès à l’éducation ne signifie pas la non utilisation des technologies de communication puisque: 1/3 des jeunes utilisent l’internet.
    Ils sont connectés pour suivre les informations, chercher un travail ou travailler.
    Sur les 4.6 millions utilisant le Facebook, 68% sont âgés entre 15-29 ans.
    Ces incursions dans un monde virtuel, ne font qu’augmenter la déchirure entre leurs aspirations et la réalité de leur situation.
    Ce monde virtuel incontrôlable est également une source de contacts, d’informations et peut être à la base d’intégration de mouvements sociaux, politiques religieux…
  • L’Article 8 de la Constitution Tunisienne déclare que « La jeunesse est une force agissante au service de la construction de la Nation et que L’Etat veille à fournir les conditions permettant aux jeunes de développer leurs capacités, d’épanouir leur énergie, d’assumer leurs responsabilités et d’élargir leur participation au développement social, économique, culturel et politique. »
    L’Article 47 de la Constitution Tunisienne assure le Droit à l’éducation « Les droits à la dignité, à la santé, aux soins, à l’éducation et à l’enseignement sont garantis à l’enfant vis-à-vis de ses parents et de l’État. »
    Cet engagement de l’état tunisien est plus prononcé dans l’Article 139 qui assure : « Les collectivités locales adoptent les mécanismes de la démocratie participative et les principes de la gouvernance ouverte afin de garantir la plus large participation des citoyens et de la société civile à la préparation de projets de développement et d’aménagement du territoire et le suivi de leur exécution, conformément à la loi. »

  • Partir... Le désir de migration des jeunes

    1. 1. Partir... Le désir d'immigration chez les jeunes … Adolescence dans une société en transition Journée organisée par AFPEC Dr. Amira Yaakoubi Frida Ben Attia
    2. 2. Si les oiseaux avaient besoin d’un visa pour leur migration, qui autoriserait le chant, bannirait l’hiver ou sélectionnerait le printemps ?
    3. 3. Périr pour exister
    4. 4. Historique et cadre Personne ne pourrait s’affranchir de la réalité du climat socio-politique et sécuritaire tumultueux de la Tunisie depuis la chute de la dictature de Ben Ali. Un marasme social vient alors activer chez les plus vulnérables, les frustrations d’une société de marginalisation et d’exclusion. Face à ceci, les jeunes tunisiens qui se sont soulevés contre la marginalisation et pour la dignité optent pour un ultime recours ; celui de la fuite.
    5. 5. Ces jeunes aux abois…. Ce désespoir conduirait à des conduites à risque : Drogue Contrebande Terrorisme Migration clandestine Ce sont les réponses des jeunes à l’exclusion à laquelle ils font face. Tous ces phénomènes reflètent l’impossibilité de réaliser ou même de réfléchir à un projet de vie.
    6. 6. Et pour cause… • 28.OOO migrants à bord des embarcations de fortune ont quitté la Tunisie vers l’Europe pendant l’année 2011. • 1500 disparus ont étés enregistrés entre 2011 et 2012. • Ce flux a diminué d’un cran en 2013 pour atteindre 1300 migrants. Les études renversent les stéréotypes des chômeurs qui quittent pour travailler à l’autre rive: la majorité des disparus sont soit des élèves soit des étudiants.
    7. 7. Disparitions en mer: Les adolescents prennent l’eau … 11% migrants disparus âgés entre 15 et 19 ans 46% disparus âgés entre 15 et 24 ans 37% migrants disparus âgés entre 25 ans et 29 ans 14% de migrants disparus ont plus de 30ans
    8. 8. Car l’herbe semblerait toujours plus verte ailleurs … L’exclusion sociale et le manque d’opportunités dans le pays d’origine agissent comme des facteurs d’expulsion et poussent les jeunes à fuir. L’absence de support institutionnel, de contenance sociale et de perspectives alimente le projet migratoire. La rupture du tunisien avec son milieu familial et social. Les législations tunisiennes et européennes en matière de migration. Le déficit démocratique L’Eldorado occidental
    9. 9. • Les migrants « irréguliers» en mer prennent une décision quasi suicidaire et ce depuis les premières esquisses de l’élaboration du projet migratoire. • Il existe des réseaux qui « organisent » ces déportations en masse. • Les informations à propos de ces réseaux se diffusent de bouche à oreille. • Bon nombre de ces jeunes décèdent ou disparaissent en mer. • L’impact psychologique sur les familles est très important.
    10. 10. Les familles: entre tango et roulis Souvent les parcours migratoires en méditerranée centrale ont une issue funeste pour les migrants; Les tragédies en mer ont coutées la vie à des milliers de jeunes y compris des adolescents. Pour d’autre ils sont tout bonnement portés disparus. Appartenance de ses jeunes à une sphère familiale et sociale: mouvement de lutte du collectif des mères des migrants tunisiens disparus. S’attaquer à l’enfant reviendrait à s’attaquer à l’unique identité sociale d’une mère. Celle-ci pour survivre, endossent l’ultime rôle de révolutionnaires, de militantes et de revendicatrices.
    11. 11. L’émigration est un processus mondial qui incarne le droit à la liberté du mouvement; ce processus est multiple, Dans le contexte tunisien il oscille en effet entre et l’épique et le dramatique • Émigration régulière dans le contexte tunisien vise l’emploi ou le regroupement familial. • Émigration irrégulière qui présente actuellement plusieurs natures: -migration clandestine par des moyens communs vers des pays développés -migration clandestine via les bateaux en mer vers les pays développés -migration clandestine vers le marché de travail offert par les sectes ou organismes extrémistes. -migration clandestine visant le « djihad ».
    12. 12. Migration clandestine vers les sectes extrémistes Il existe de multiples réseaux de recrutement des jeunes; ces réseaux visent les jeunes et adolescents psychologiquement fragiles -Il existe des réseaux de recrutement sur internet via Facebook et les autres réseaux sociaux. -Un réseau de recrutement est également établit au niveau des prisons pour les jeunes qui sont emprisonnés pour délits mineurs. -Des réseaux de recrutements au niveau des quartiers populaires. -D’autres au niveau des mosquées… -La liste n’étant pas exhaustive.
    13. 13. • Les raisons qui poussent les jeunes à partir ne sont pas nécessairement d’ordre religieux, certains partent parce qu'ils cherchent un travail! • Ce nouveau type de migration pose un problème sécuritaire. • Il s’agit d’un défit à surmonter à l’échelle du pays. • Ce défit n’est pas momentané puisque la problématique ne sera traitée que si on arrive à traiter les vraies causes de cette fuite vers un comportement suicidaire basé sur un déni de la réalité. • Le changement de valeur chez les jeunes est le résultat direct de la conjoncture socio-politico-économique ou ils se trouvent et qui les impacte négativement.
    14. 14. Nos jeunes: comment les contenir ? La Jeunesse a un poids démographique important: Du fait de la transition démographique et de la baisse de la fécondité le pourcentage des jeunes a augmenté. Il continuera d’augmenter jusqu’en 2025. De ce fait la Tunisie n’a que peu de temps pour profiter du bonus démographique et améliorer les compétences des jeunes pour un adaptation au marché du travail, aux technologies récentes, à la mondialisation et pour assurer un transfert entre les générations.
    15. 15. Chômage : une préoccupation Des taux de chômage élevés auprès des jeunes entravant leur insertion dans le tissu économique : Le pays compte en 2014, 241000 diplômes chômeurs contre 125000 en 2009. Le chômage des diplômés à 20.9% pour les hommes et 43.5% pour les femmes.
    16. 16. Autonomisation des jeunes ? Un accès faible au système bancaire qui ne leur permet pas de profiter des opportunités d’investissement et la création des petits projets. 3.4% des jeunes seulement ont eu des contacts avec les banques pour le développement d’un projet.
    17. 17. Dépendance financière La relation Parent-Jeune –Adolescent oscille entre rébellion et soumission: Le célibat prolongé ainsi que le manque d’autonomie des jeunes par rapport à leurs parents en raison de leur situation sociale et économique engendre des problèmes sociaux qui dans certaines situations conduisent à des solutions de plein désespoir y compris l’immigration irrégulière.
    18. 18. Réussir malgré le système scolaire ? • Le système éducatif ne répond plus aux aspirations des jeunes et notamment dans sa fonction d’ascenseur social. • 100 000 abondons scolaire/an • Le pourcentage des jeunes qui ne sont pas scolarisés, qui ne travaillent pas et ne suivent pas une formation est très élevé avec des disparités entre le milieu urbain et le milieu rural. • Le contenu de l’enseignement n’est pas attractif pour les jeunes.
    19. 19. Le monde virtuel: une arme à double tranchants Le non accès à l’éducation ne signifie pas la non utilisation des technologies de communication puisque: 1/3 des jeunes utilisent l’internet. Sur les 4.6 millions utilisant le Facebook, 68% sont âgés entre 15-29 ans. Ces incursions dans un monde virtuel augmentent la déchirure entre leurs aspirations et la réalité de leur situation.
    20. 20. Des jeunes qui ont perdu confiance dans les ONG et les institutions de l’état
    21. 21. Il existe une absence de politiques de développement centrées sur les jeunes qui accentue leur exclusion sociale et économique et renforce leur désespoir.
    22. 22. Actuellement La Législation tunisienne accorde beaucoup d’importance aux jeunes • L’Article 8 « La jeunesse est une force agissante au service de la construction de la Nation et que L’Etat veille à fournir les conditions permettant aux jeunes de développer leurs capacités, d’épanouir leur énergie, d’assumer leurs responsabilités et d’élargir leur participation au développement social, économique, culturel et politique. » • L’Article 47 « Les droits à la dignité, à la santé, aux soins, à l’éducation et à l’enseignement sont garantis à l’enfant vis-à-vis de ses parents et de l’État. » • l’Article 139 « Les collectivités locales adoptent les mécanismes de la démocratie participative et les principes de la gouvernance ouverte afin de garantir la plus large participation des citoyens et de la société civile à la préparation de projets de développement et d’aménagement du territoire et le suivi de leur exécution, conformément à la loi. »
    23. 23. Une migration organisée peut apporter un bénéfice notable aux personnes et aux pays; cette dernière ne peut se faire que dans le respect des droits humains fondamentaux. L’accès à une protection sociale et juridique adaptée dans le pays d’origine permet de garantir que la migration soit un choix et non une nécessité (OIM, 2010).
    24. 24. Alors, partir? Peut-être pas…

    ×