La biomécanique de Meyerhold Par Andréane Roy Le mardi 8 décembre 2009
Mais qui est Meyerhold?
En 1898
Comédien, en Ivan le Terrible
Historique des révolutions                       russes <ul><li>1905 : Révolution de février.
1917: Révolution de février.
1917: Révolution d'Octobre.
1922 : Staline prend le pouvoir de l'URSS. </li></ul>
Le tsar Nicolas II
Lénine soulève le peuple
Staline et le communisme
RÉVOLUTION     THÉÂTRALE
 
<ul>«C'est  l'invraisemblance conventionnelle qui est la règle d'or de la scène.» Alexander Pouchkine </ul>
Le balagan
La commedia dell'arte et les corps de Jacques Callot
 
Constructivisme   <ul><li>Construire la vie soviétique
Art des lignes
Art des formes
Art de la profondeur
Art du rythme
Art du réel
Rejet de l'art bourgeois </li></ul>
El Lissitzky
Rodchenko et la photo
Lioubov Popova
Amitiés constructives
La biomécanique : intégrée dans la pièce constructiviste le Cocu Magnanime Le cocu magnanime
 
 
La biomécanique  et  l'homme-machine <ul><li>Technologie
Industrialisation
Taylorisme
Soviétisme </li></ul>
TAYLORISME
 
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

andreaneroy_presentatique.odp

3 067 vues

Publié le

Présentatique d'après la biomécanique de Meyerhold.

Publié dans : Formation
2 commentaires
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Historique des révolutions est en hyperlien vers un site qui contient les écrit de Trotsky, relatant les événements des révolutions
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • «Constructivisme» est un hyperlien vers un site spécialisé.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 067
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 333
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
2
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Présentation du sujet
  • Vsevolod Meyerhold est un acteur, un metteur en scène et un théoricien malgré lui, c&apos;est-à-dire à travers sa pratique révolutionnaire,. Russe, il a vécu les transformations majeures de la Russie au tournant du XXe siècle. Il a été un partisan invétéré du communisme, mais il a été fusillé en 1940 par les services secrets de Staline, parce que ces créations marginales ont fini par déranger l&apos;état. Avant cette période sombre, il fut un des instigateur du théâtre de masse, du théâtre pour le peuple, qui fut vite récupéré par l&apos;état comme un théâtre de propagande.
  • Dans sa prime jeunesse, il étudie auprès de Stanislavski, au théâtre d&apos;art de Moscou. On le voit ici lisant avidement Tcheckhov. Il reste au TAM jusqu&apos;en 1905. Il sera l&apos;un des élèves les plus doués de Stanislavski.
  • Stanislavski le considérait beaucoup, il lui donna même l&apos;occasion de le remplacer dans le rôle du premier tsar, le légendaire Ivan le Terrible. Meyerhold acteur était très polyvalent, il jouait de tout. Mais il préfère quitter le célèbre théâtre d&apos;art pour pousser plus loin ses recherches théâtrales. Il désire trouver un style différent du style naturaliste, un style qui puisse s&apos;adapter à la nouvelle tendance dramaturgique, les textes symbolistes.
  • Prmière tentative du prolétariat de détrôner le tsar Nicolas II. Les paysans, les ouvriers aspirent à de meilleures conditions, une plus grande considération de leurs besoins. La première Guerre a ruiné la Russie, les tensions grandissent. Deuxième soulèvement, cette fois avec les soldats. Suite à cette deuxième révolution, le tsar quitte le pouvoir. Gouvernement provisoire des mencheviks . Dirigée par Lenine. Son parti, les bolcheviks prend le pouvoir. Création des conseils d&apos;ouvriers, de paysans, appellés soviets. Unification des pays allogènes, c&apos;est le début de l&apos;URSS. Voyons ce résumé en images, avec les figures marquantes de la montée soviétique.
  • La dernière famille de tsar, celle de Nicolas II.
  • Voici Lénine, imminent stratège et adepte de la doctrine Marxiste, tandis qu&apos;il guide le peuple vers la révolution d&apos;Octobre 1917.
  • Le successeur de Lénine, mort d&apos;une attaque cérébrale, Joseph Staline. Il se débarrasse de tous les dissidents de son autorité et crée le KGB, police secrète d&apos;état, visant à assurer la stabilité de son gouvernement. C&apos;est le début de l&apos;épopée stalinienne, qui fut pour l&apos;intellegensia russe, un règne de terreur, de censure et de répression. Staline valorise l&apos;art si celui-ci est au service de l&apos;état communiste. Théâtre propagandiste, d&apos;agitation. Théâtre de la révolution. Théâtre soviétique.
  • Parallèlement à la scène socio-politique, la scène artistique est aussi en pleine révolution. Au théâtre l&apos;instigateur d&apos;un nouveau genre est Vsevolod Meyerhold, qui depuis son départ du Théâtre d&apos;Art de Moscou en 1905, élabore un nouveau langage théâtral, celui du théâtre de la convention.
  • Se basant sur ce principe évoqué par l&apos;illustre écrivain Pouchkine, Meyerhold crée ce qu&apos;il appelle «un théâtre de la convention». L&apos;invraisemblance et le théâtral remplacent le principe d&apos;imitation du réel propre au naturalisme du Théâtre d&apos;Art de Moscou.
  • Meyerhold rejette le style de théâtre psychologique et bourgeois des théâtres impériaux. Dans l&apos;élaboration de son Théâtre de la convention , il se tourne vers les formes de théâtre populaire. Parmi elles, on dénombre les jongleurs, les saltimbanques, le théâtre de foire, la commedia dell&apos;arte. Le balagan est le terme désignant le théâtre de foire dans les pays de l&apos;Est. Voici Meyerhold jouant le polichinelle dans Balagan , écrit par son ami le poète Alexander Blok.
  • Le théâtre populaire le mène donc à étudier le corps de l&apos;acteur et ses fonctions expressives. Parmi ses inspirations,il y a le dessinateur du Quattrocento italien Jacques Callot. Cet artiste a fait de nombreuses gravures de comédiens de la commedia dell&apos;arte. Les corps sont sinueux, vigoureux, les lignes de leur corps en action, très expressives. Il s&apos;inspire donc de ces lignes tracées par Callot pour jeter les bases de sa biomécanique.
  • Voici quelques règles du jeu de la commedia dell&apos;arte qui ont influencé le théâtre de la convention, que Meyerhold utilisera comme les préceptes de sa biomécanique: Absence de motivation psychologique, mais existence d&apos;une émotion théâtrale (joie, admiration de soi-même). Jeu défini comme l&apos;art de combiner librement un savoir technique corporel accumulé. Qualités acrobatiques qui exigent de l&apos;acteur une grande stabilité. Rapidité des réactions, capacité de répondre vivement aux tâches proposées. Orientation dans l&apos;espace et coordination du mouvement et de l&apos;espace, inspirées d&apos;un principe de Guiglielmo Ebreo di Pesaro, un des grands chorégraphes de l&apos;Italie du Quattrocento, auteur d&apos;un Traité de danse, où il énumère les qualités indispensables au danseur parmi lesquelles partire del terreno, c&apos;est-à-dire l&apos;habileté du danseur à juger de la surface où il va évoluer et à y ajuster ses pas .
  • Objectifs du constructivisme russe : C onstruire la nouvelle vie à l&apos;aide d&apos;un art débarrassé de toute forme de prétention bourgeoise ; Construire un art qui s&apos;adresse aux réprimés et donc au prolétariat ; Construire un art pour le peuple soviétique, un art qui puisse accompagner l&apos;ouvrier partout. Meyerhold fait partie du mouvement constructiviste. Son théâtre s&apos;inscrit dans l&apos;esthétique et les valeurs du mouvement. Les constructivistes ont orienté leur démarche artistique d&apos;après la vie du peuple, la technologie et la science moderne, l&apos;utilisation de matériaux nouveaux, s&apos;affranchissant d&apos;un art affectif et personnel. L&apos;art (le constructivisme) ne doit pas être une incartade hors du monde présent, il doit y vivre à tous les instants, accompagner l&apos;individu au travail, dans la rue, à la table, partout dans le monde réel et mettre fin au «délire», à la fuite de la vraie vie par la rêverie du romantisme.
  • Voici deux peintures du peintre constructiviste El Lissitzky. Ceci sera réparti entre les prochaines diapos, c&apos;est l&apos;explication des éléments caractérsitiques de l&apos;esthétique constructiviste. Un des premiers éléments invoqués par Naum Gabo, un des frères Pevsner, lors de sa lecture du Manifeste Réaliste , est le rythme intrinsèque des objets, des êtres et des choses et ce qu&apos;il a de particulier, d&apos;unique et de révélateur. Ils l&apos;appellent «rythme kinesthésique», c&apos;est-à-dire le rythme qui résonne dans l&apos;espace, qui est aussi lié au temps. Il occupe une place prépondérante dans l&apos;art constructiviste. Quant à la couleur, elle est un accident auquel ils choisissent de renoncer. Elle représente la valeur non-profonde d&apos;un objet. Seules la forme et la ligne sont considérées comme données valables de l&apos;apparence. Du même coup, les valeurs descriptive, poétique et allégorique de l&apos;art se trouvent donc rejetées. La profondeur issue des jeux de lignes est l&apos;unique aspect de l&apos;espace retenu par les fondateurs du mouvement. La profondeur est la caractéristique supérieure et manifeste de la matière. De la même façon, on ne considère pas la masse ou le volume en sculpture.
  • Alexander Rodchenko est un photographe marquant des années soviétiques. Constructiviste à l&apos;époque, il est aussi un ami de Meyerhold.
  • Lioubov Popova est la collaboratrice préférée de Meyerhold. Elle élabore avec lui, la plupart de ses scénographies à partir de 1920. Elle donne des cours aux acteurs de Meyerhold sur l&apos;art et l&apos;objet. Voici ici un croquis pour la scéno du Cocu Magnanime.
  • Voici une photo des artistes constructivistes de chaque domaine des arts: Maïakovski le poète à gauche en haut; A. Rodchenko le peintre et photographe à droite en haut; Dimitri Chostakovitch le musicienen bas à gauche Meyerhold l&apos;homme de théâtre en bas à droite. Comme quoi ils e fréquentaient tous et s&apos;influençaeint mutuellement au niveau artistique. Meyerhold a souvent insisté sur l&apos;importance du contact avec les artistes des autres domaines, pour l&apos;évolution de sa propre démarche.
  • I ssu d&apos;une collaboration avec Lioubov Popova, une artiste constructiviste, «Le Cocu Magnanime», présenté Aux Moscovites en 1922 à Moscou, est, de toute sa carrière, l&apos;oeuvre à laquelle Meyerhold accorde le plus d&apos;importance. C&apos;est l&apos;aboutissement d&apos;années de recherche et d&apos;expérimentations. C&apos;est une véritable révolution au niveau de la mise en scène, à travers à la fois l&apos;utilisation géométrique de l&apos;espace scénique, le dépouillement du décor constructiviste et surtout , l&apos;incorporation de la biomécanique.
  • Voici un extrait photograhique de biomécanique issu du Cocu. Remarquez les corps en jeu.
  • Voici une photo d&apos;archives montrant la scénographie constructiviste du duo Popova-Meyerhold.
  • Toute la plastique de la biomécanique a été fortement influencée par le concept du nouvel homme soviétique: homme machine, produit du taylorisme. Le taylorisme a influencé Meyerhold dans le sens du découpage des mouvements. Ce concept est la clé de la biomécanique. Taylor a inventé le taylorisme, travail à la chaîne, pour augmenter le rendement et permettre à l&apos;ouvrier de produire plus en se fatigant moins. Meyerhold a inventé la biomécanique pour que l&apos;acteur, selon certains paramètres précis, atteigne une plus grande efficacité expressive sur scène.
  • Voici un exemple de chaîne de montage, chaque ouvrier a sa tâche, son geste atitrés.
  • Bon c&apos;est une petite blague, mais tout de même, Chaplin, avec son film Les temps modernes , traite du taylorisme et de l&apos;aliénation de la répétition du travail à la chaîne.
  • Comprenez-vous mieux ce que je veux dire par le concept d&apos;homme-machine? Voici une photo éloquente de Rodchenko...
  • Le rythme Alternance et contraste: vite et lent Démonstration physique devant la classe d&apos;une séquence issue d&apos;une étude de biomécanique démontrant l&apos;intérêt d&apos;enchaîner des gestes dont les vitesses d&apos;excécution sont diamétralement opposées. Ex: l&apos;étude de l&apos;arc ou encore, la course dans l&apos;étude de la pierre. Il y a plein d&apos;exemples.
  • La musique à l&apos;intérieur :« Toute forme d&apos;art a la musique en tant que mouvement pur, comme destination.» André Biely «Le théâtre contemporain comme une forme en devenir sur un pont entre poème et musique.» A. Blok Pour Meyerhold, tout art doit être imprégné de musique. La biomécanique s&apos;exécute avec une musique à l&apos;intérieur. Elle donne un rythme, un état général. Parfois, les représentations d&apos;études se font accompagnées par de vrais musiciens. L&apos;exécution avec musique est plus difficile car elle contraint les acteurs à tout faire en concordance avec la musique, ensemble. On recommande la musique intérieure lors d&apos;exercices avec le bâton. Cela confère une toute autre énergie et atmosphère à l&apos;acteur.
  • La valse des contraires, poids/contrepoids : accompagné d&apos;une démonstration issue d&apos;une séquence d&apos;étude. Ex: la pierre (transmission) Lors d&apos;une étude, l&apos;acteur est constament en train de changer l&apos;équilibre du poids, de le transmettre d&apos;un membre à l&apos;autre. Cela garde toujours le corps en tension et suscite l&apos;intérêt du spectateur. L&apos;acteur demeure toujours actif et conscient du poids de son corps. Au fil du temps, il acquiert une plus grande stabilité.
  • L&apos;effort et l&apos;inertie : Même lorsque l&apos;acteur est en pause, c&apos;est-à-dire qu&apos;il ne bouge pas, sa pose est en tension, elle demande un grand effort, sollicite certains muscles ordinairement peu employés. Cette notion d&apos;effort dans l&apos;inertie est une notion importante de la biomécanique, car elle donne beaucoup de vigueur aux gestes, même lorsqu&apos;il n&apos;y a aucun mouvement en cours d&apos;exécution. Appuyé par une démonstration physique, tiré d&apos;une séquence d&apos;étude : la pierre ou l&apos;arc
  • Distribution dans l&apos;espace : accompagné d&apos;une démonstration issue de l&apos;étude du poignard. L&apos;acteur doit apprendre à se repérer dans l&apos;espace scénique. Calculer ses déplacements, compter les pas. Évaluer les distances par rapport au partenaire. Ex: le poignard
  • Développer la sensation du ou des partenaires par l&apos;entremise des études. Développer la cohésion, l&apos;écoute. On sens le rythme du plus lent et du plus rapide, on se suit, on se respecte, parec que c&apos;est l&apos;ensemble qui rend le maximum d&apos;expressivité. Meyerhold aimait beaucoup le théâtre de masse. Les études au bâton s&apos;exécutent souvent ainsi, en cercle, pour que tout le groupe travaille au même rythme. La concentration et le rassemblement intérieur partagé augmente les chances de réussites des exercices.
  • Les études au bâton peuvent être très élaborées. Meyerhold aime l&apos;utilisation de l&apos;objet comme prolongement du corps de l&apos;acteur. L e bâton de bois, mesure environ un mètre et a un contour arrondi. Le bâton développe surtout la sensation d&apos;équilibre, par l&apos;e xécution de figures simples, qu&apos;on complexifie au fur et à mesure, en utilisant différents plans de hauteur. Pratiqué en groupe, il est l&apos;exercice de biomécanique de prédilection pour l&apos;écoute active et la sensibilité au partenaire. Les figures principales sont la rotation, les vrilles et l&apos;équilibre sur divers points du corps(les épaules, les mains, les bras, les jambes, les pieds et même le nez ou le front). L&apos;utilisation de la musique externe ou interne, est recommandé. Peut se développer sous forme d&apos;études individuelles; cela suscite la créativité et la présence.
  • Au niveau des caractéristiques plastiques, l&apos;exécution des études de biomécanique est plus complexe que l&apos;exercice du bâton. Les études, développées autour d&apos;un thème précis tel que: le lancer de la pierre , la gifle ou le coup de poignard , sont un assemblage de séquences, elles-mêmes composées de gestes synthétisés dans le but d&apos;en dégager un maximum d&apos;expressivité. Les études développent chez l&apos;interprète la capacité de détacher les différentes parties de son corps, en faisant des séquences de gestes qui les opposent les unes aux autres. Démonstration de la pierre en entier à titre d&apos;exemple. Les études entraînent beaucoup la mémoire kinesthésique de l&apos;acteur. La fragmentation de l&apos;ensemble des séquences a ceci de particulier et de très adapté à l&apos;entraînement de la mémoire kinesthésique : c&apos;est que l&apos;interprète peut, à tout moment, décider de revenir à la séquence précédente ou choisir de passer à la suivante. L&apos;enchaînement est conçu pour cela.
  • Voici le geste fragementé appelé Dactyl. Il commence et termine chaque étude, il attire l&apos;attention du spectateur et permet à l&apos;acteur de se concentrer et de se préparer à l&apos;exécution d&apos;une étude.
  • andreaneroy_presentatique.odp

    1. 1. La biomécanique de Meyerhold Par Andréane Roy Le mardi 8 décembre 2009
    2. 2. Mais qui est Meyerhold?
    3. 3. En 1898
    4. 4. Comédien, en Ivan le Terrible
    5. 5. Historique des révolutions russes <ul><li>1905 : Révolution de février.
    6. 6. 1917: Révolution de février.
    7. 7. 1917: Révolution d'Octobre.
    8. 8. 1922 : Staline prend le pouvoir de l'URSS. </li></ul>
    9. 9. Le tsar Nicolas II
    10. 10. Lénine soulève le peuple
    11. 11. Staline et le communisme
    12. 12. RÉVOLUTION THÉÂTRALE
    13. 14. <ul>«C'est l'invraisemblance conventionnelle qui est la règle d'or de la scène.» Alexander Pouchkine </ul>
    14. 15. Le balagan
    15. 16. La commedia dell'arte et les corps de Jacques Callot
    16. 18. Constructivisme <ul><li>Construire la vie soviétique
    17. 19. Art des lignes
    18. 20. Art des formes
    19. 21. Art de la profondeur
    20. 22. Art du rythme
    21. 23. Art du réel
    22. 24. Rejet de l'art bourgeois </li></ul>
    23. 25. El Lissitzky
    24. 26. Rodchenko et la photo
    25. 27. Lioubov Popova
    26. 28. Amitiés constructives
    27. 29. La biomécanique : intégrée dans la pièce constructiviste le Cocu Magnanime Le cocu magnanime
    28. 32. La biomécanique et l'homme-machine <ul><li>Technologie
    29. 33. Industrialisation
    30. 34. Taylorisme
    31. 35. Soviétisme </li></ul>
    32. 36. TAYLORISME
    33. 38. Homme-machine soviétique
    34. 39. Mais enfin: la biomécanique de Meyerhold, c'est quoi?
    35. 40. Vidéo d'archive
    36. 41. Notion 1
    37. 42. Notion 2
    38. 43. Notion 3
    39. 44. Notion 4
    40. 45. Notion 5
    41. 46. Notion 6
    42. 47. <ul>Études au bâton </ul><ul><li>L'équilibre
    43. 48. Les figures
    44. 49. La créativité </li></ul>
    45. 50. 4 études <ul>En paire : <li>La gifle
    46. 51. Le poignard
    47. 52. Individuellement :
    48. 53. La pierre
    49. 54. L'arc </li></ul>
    50. 55. Dactyl!

    ×