Analyse personnelle
Le culte de la personnalité sur Facebook
Cours REP2400
Internet et relations publiques
Responsable de ...
LA DÉCOUVERTE D’UN NOUVEAU MONDE
En septembre 2007, je revenais à Montréal après trois années passées à Washington DC. J’a...
Je n’étais plus seule. Un monde de possibilité s’ouvrait à moi. Sans quitter ma rue Saint-Denis, je
connectais avec 500 mi...
2 Goffman, Erving. The Presentation of Self in Everyday Life. Doubleday: Garden City, New York, 1959.
http://bit.ly/bz8zvt...
J’ai publié ces photos en 2008, mes amis et moi étions allés cueillir des citrouilles près du Mont
Saint-Hilaire. Si l’on ...
les femmes sans visage, celles que l’on découvre à travers celui de leurs enfants et de leur
conjoint. Ces dernières prior...
de groupes et d’évènements actifs en ce moment. La seule chose que toutes ces personnes ont en
commun depuis seulement cin...
*********************************************************************************************************************
4 Ca...
proches pensent et partagent leur quotidien en temps réel donc je me dois de participer à leurs
conversations pour ne pas ...
En se basant sur l’étude de l’anthropologue Britannique Robin Dunbar, (6) 150 personnes
seraient la limite cognitive théor...
Les personnes que nous fréquentons le moins et qui sont le plus loin de notre cercle d’amis
proches nous apprennent beauco...
(8)
Et si je me fie aux principaux sujets de discussions en 2009, nous sommes loin des discussions
profondes et émotionnel...
Ces sujets de conversations sont superficiels, communs et sans aucun doute rassembleurs dans
leur banalité. Tout porte à c...
Il ne faut pas oublier que tout ce que nous mettons sur Facebook est du domaine privé ouvert au
public donc qu’il faut êtr...
se référer au contexte dans lequel l’information a été publiée et comment elle sera diffusée par la
suite. Si des usagers ...
LES RÈGLES DE L’ART
Les règles de Facebook sont claires lorsque l’on ouvre un compte. Si nous les acceptons pour
pouvoir b...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le culte de la personnalité sur Facebook

1 288 vues

Publié le

Analyse personnelle pour REP

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 288
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le culte de la personnalité sur Facebook

  1. 1. Analyse personnelle Le culte de la personnalité sur Facebook Cours REP2400 Internet et relations publiques Responsable de l’analyse : Andrée-Lyne Jacques Code permanent : JACA11558301 Mardi, 19 octobre 2010
  2. 2. LA DÉCOUVERTE D’UN NOUVEAU MONDE En septembre 2007, je revenais à Montréal après trois années passées à Washington DC. J’avais quitté mon emploi à TF1, qui consistait à couvrir l’actualité au Canada, aux États-Unis et en Amérique du Sud pour étudier l’allemand à Vienne où j’allais vivre avec mon amoureux Européen, lorsque le mal du pays m’a ramené auprès de ma famille au Québec. Je me souviens très bien les soirées de retrouvailles en ville avec mes amis, les spectacles pour redécouvrir les nouveaux groupes musicaux en vogue, les expositions photos du moment ainsi que les nombreux soupers pour célébrer mon retour au pays. Tous ces événements m’ont tenue bien occupée pendant au moins deux mois. Ma vie sociale bouillait, mes boîtes de déménagement étaient encore intactes dans mon petit appartement que j’avais déniché sur Craig’s list. Ensuite, les gens sont lentement retournés à leur routine, à leurs préoccupations quotidiennes et les rencontres se sont faites de plus en plus rares. Après quelques mois, j’avais terminé de lire tous les livres de ma bibliothèque, j’avais visité tous les musées d’art que j’avais envie de voir et je commençais à trouver le temps long. Ma vie trépidante entourée de journalistes internationaux me manquait. Je passais donc la majorité de mon temps dans des petits cafés de quartier à la recherche d’un emploi en ville. Je cherchais tous les sites de communications existants dans le but de distribuer mon curriculum au plus grand nombre de personnes et c’est devant mon café au lait que j’ai découvert Facebook. 2
  3. 3. Je n’étais plus seule. Un monde de possibilité s’ouvrait à moi. Sans quitter ma rue Saint-Denis, je connectais avec 500 millions (1) d’autres utilisateurs éparpillés dans le monde entier. Je passais des heures par jour à élaborer mon profil, à chercher mes amis retrouvés, des anciennes connaissances disparues. Je m’amusais à télécharger les photos de mes nombreux voyages, à épier les moindres faits et gestes de personnes dont j’avais même oublié l’existence. Je vivais dans ce monde virtuel où je pouvais tout contrôler des informations que je transmettais pour ne pas avoir à faire face à ma situation réelle : j’étais sans emploi, sans meuble et en pleine peine d’amour. LA MISE EN SCÈNE En reprenant l’idée du sociologue et linguiste Erwin Goffman (2) qui avance que dans la vie de tous les jours, nous nous mettons constamment en scène et “théâtralisons” inconsciemment notre communication verbale et non verbale, Facebook était mon théâtre. En choisissant ma photo de profil, en exprimant mes pensés en temps réel et en laissant des commentaires sur les murs de l’ensemble de mon nouveau réseau d’amis, je projetais, comme tous les utilisateurs de Facebook, la vision que je voulais que les gens aient de moi. Je portais le masque de l’existence que j’avais envie de vivre, j’exposais mes exploits et me valorisais du regard cybernétique des autres. Dans cet univers, les gens mettent de l’avant l’image qu’ils souhaitent avoir pour eux-mêmes ou celle qu’ils croient donner aux autres et non celle des ********************************************************************************************************************* 1 CapMarketer, 17 septembre 2010 : http://bit.ly/bXC7Bm 3
  4. 4. 2 Goffman, Erving. The Presentation of Self in Everyday Life. Doubleday: Garden City, New York, 1959. http://bit.ly/bz8zvt personnes qui les côtoient à tous les jours. Les échanges sociaux entretenus sur Facebook sont donc une négociation constante et permanente de leur image. Il est tellement important de se faire aimer et apprécier, que notre profil devient le prolongement de notre égo et de ce qu’on veut bien montrer de notre réalité. Mais où se trouve réellement la réalité ? Jusqu’à quel point vivons nous pour entretenir l’image que les autres auront de nous dans ce monde virtuel ? VOICI L’EXEMPLE DE LA CITROUILLE 4
  5. 5. J’ai publié ces photos en 2008, mes amis et moi étions allés cueillir des citrouilles près du Mont Saint-Hilaire. Si l’on regarde ces images, tout nous porte à croire que nous avions eu une merveilleuse journée tous ensemble. Il est vrai que la température était idéale, mais à ce jour, nous nous souvenons tous de cette journée comme ayant été une sortie plutôt banale. Nous étions tous fatigués et n’avions pas vraiment de sujets de discussion. En essayant de trouver le champ de citrouilles, nous nous étions perdus en route et il y avait eu de la discorde entre les deux conducteurs. Pourtant, ces images ont été publiées sur Facebook et les gens qui n’avaient pas pu se joindre à nous étaient tous jaloux de bon temps que nous avions eu l’air de passer. Personne n’a osé les contredire, notre acte était trop réussi. Comme quoi, la réalité des fois… PHOTOS, PHOTOS, DIS-MOI QUI EST LA PLUS BELLE Je n’ai jamais mis de photo de moi en bikini sur Facebook mais plusieurs personnes le font. J’en suis venue à la conclusion que ces filles valorisaient le regard des hommes sur elles et voulaient être perçues comme des êtres sexuels. Leur profil est une extension de leur personnalité extravagante qui met de l’avant le culte qu’elles ont envers leur corps. À l’autre extrême, il y a 5
  6. 6. les femmes sans visage, celles que l’on découvre à travers celui de leurs enfants et de leur conjoint. Ces dernières priorisent clairement la famille ou leur relation de couple au point de définir leur identité par celle de leurs proches. Leurs photos, leurs propos ainsi que les pages qu’elles consulteront reflèteront le regard qu’elles veulent que les autres aient d’elles dans leur rôle. Les hommes exposent aussi leurs muscles, leur voiture, leur famille, leurs voyages pour ne nommer que ceux-là, sur leur profil. Leur image est tout aussi pensée que celle des femmes et en dit long sur leur personnalité. Les deux sexes contrôlent les pauses qu’ils prennent, le décor qu’ils utilisent, l’éclairage ainsi que les textes qu’ils récitent. Les rôles sont différents, mais la mise en scène se ressemble beaucoup. Les utilisateurs de Facebook n’auront pas une autre personnalité sur Internet que celle qu’ils ont dans la rue. Elle sera polie et embellie pour être attrayante au public visé mais puisque l’objectif de ce réseau social est de créer des liens avec nos proches, nos amis, ils ne mentiront pas sur leur identité. L’authenticité et la transparence sont importantes dans l’image que l’on offre aux autres et sont largement valorisées sur Facebook. Il est impossible par exemple de s’inscrire sous un pseudonyme, il faut utiliser son vrai nom, s’inscrire à visage découvert. L’objectif est de se mettre en lumière pour qui nous sommes, de crier haut et fort ce que nous voulons être comme étant un fait accompli dans le but de se faire accepter du groupe. 500 MILLIONS DE POSSIBILITÉS D’EXISTER Mais quel groupe ? Il y a 500 000 nouveaux utilisateurs Facebook par jour, (3) tous aussi différents les uns des autres. Ils n’ont pas le même âge, la même nationalité, le même parcours ni même nécessairement des intérêts convergents. La preuve : il y a plus de 900 millions de pages, 6
  7. 7. de groupes et d’évènements actifs en ce moment. La seule chose que toutes ces personnes ont en commun depuis seulement cinq ans, c’est Facebook. ********************************************************************************************************************* 3 Facebook, Salle de presse 2010 : http://on.fb.me/9smgoQ Voici un tableau qui donne un bon aperçu de qui sont les 500 millions d’utilisateurs (4) : 7
  8. 8. ********************************************************************************************************************* 4 CapMarketer, 17 septembre 2010 : http://bit.ly/bXC7Bm Sur Facebook, il y a une pression à exister, menée par la peur de manquer quelque chose. Puisque nos contacts mettent le meilleur de leur journée sur leur profil, nous remettons en doute notre propre existence. Sur le mur, il y a une présence constante. Mes connaissances ainsi que mes 8
  9. 9. proches pensent et partagent leur quotidien en temps réel donc je me dois de participer à leurs conversations pour ne pas me faire oublier dans ce flot d’échanges. L’estime de soi est mise à rude épreuve lorsqu’on se compare aux autres. Contrairement à dans ma vie réelle, où je côtoie que quelques personnes régulièrement, Facebook me montre la vie de centaine de personnes avec qui j’ai déjà partagé mon passé mais qui ont des vies bien loin de la mienne. Avant mon inscription au site, je fréquentais des gens qui me ressemblaient, qui étaient au même endroit que moi dans la vie. À 27 ans, j’avais choisi d’habiter en ville, de prioriser ma carrière et mes voyages sur une vie stable avec des enfants. Mes amis ne me faisaient pas sentir coupable de ne pas avoir les deux puisqu’ils partageaient aussi ces choix. Facebook me montre quotidiennement ce que je n’ai pas et me pousse à vendre aux autres ce que j’ai. C’est une manière de légitimer mon parcours. Facebook est un support d’expression et de construction identitaire où je peux obtenir la validation des autres sur mon existence. Il est une base d’expérimentation du grand JE. COMBIEN D’AMIS AS-TU ? Dans un article écrit par Cameron Marlow, sociologue chez Facebook, pour The Economist, (5) les usagers du plus grand réseau social au monde entretiendraient de réels échanges avec ********************************************************************************************************************* 5 Cameron Marlow, « Even online, the neocortex is the limit », The Economist, 26 février 2009 : http://bit.ly/99tBYU seulement quatre personnes pour les hommes et six pour les femmes. En sachant qu’en 2010, les utilisateurs Facebook ont en moyenne 130 amis, ça ne fait pas beaucoup de relations stables à maintenir. 9
  10. 10. En se basant sur l’étude de l’anthropologue Britannique Robin Dunbar, (6) 150 personnes seraient la limite cognitive théorique du nombre d'amis avec lesquels une personne pourrait entretenir une relation stable. Passé ce nombre, l’usager ne ferait qu’augmenter son nombre de contacts personnels mais ne serait capable que de les suivre passivement. Donc selon M. Marlow, même si je peux me vanter d’avoir 350 amis sur Facebook, je ne pourrais pas communiquer fréquemment (échanges d’idées, de liens, de photos…etc.) avec plus de six personnes et en suivre 150 de loin sur la page d’accueil. Le nombre de Dunbar expliquerait donc pourquoi, malgré le fait que j’ai un carnet virtuel d’amis bien rempli, je n’ai envie d’en appeler que quatre pour mon souper d’anniversaire. Est-ce que l’on perd la notion des vrais amis au profit de leur nombre sur Internet ? Je ne crois pas. Dans la société, il a toujours été bien vu, pour une personne sociable, d’avoir un grand nombre de connaissances. Les vrais amis seront toujours les vrais amis, ceux qui nous connaissent vraiment pour qui nous sommes et qui passent par-dessus nos petits défauts pour mieux apprécier nos qualités. Ces amis ne valent rien sur Facebook, ils valent tout dans la vraie vie. Je dis que nos vrais amis n’ont aucune valeur sur les réseaux sociaux parce que nous n’avons rien à leur prouver et partageons les mêmes passions donc le transfert d’information peut être ********************************************************************************************************************* 6 Wikipédia, Nombre de Dunbar : http://bit.ly/9OMLYe redondant. Je ne crois pas que Facebook soit l’endroit où les gens cherchent véritablement à approfondir leurs relations interpersonnelles. Il est toutefois important de ne pas diminuer l’apport des connaissances plus éloignées de notre réseau d’amis. 10
  11. 11. Les personnes que nous fréquentons le moins et qui sont le plus loin de notre cercle d’amis proches nous apprennent beaucoup plus que les autres. Puisqu’ils ont des intérêts éloignés des nôtres, ils nous amènent à approfondir notre culture personnelle sur de nombreux sujets que nous n’aurions pas cherchés par nous-mêmes. Ces amis éloignés nous permettent d’être originaux auprès de nos vrais amis et encore une fois, de nous valoriser avec le nouveau savoir qu’ils nous ont transmis. À notre tour, nous serons les pourvoyeurs d’informations de quelqu’un d’autre. C’est pourquoi je dis que ces liens faibles sont aussi les plus productifs. Ils nous permettent d’être actif sur le mur et d’apporter de nouvelles sources d’informations à notre groupe d’amis rapprochés. En plus, les relations interpersonnelles nécessaires à la cueillette d’information rendent publiques nos fréquentations et permettent ainsi d’entretenir notre image au sein de notre réseau. Il est important et bien vu sur Facebook de montrer son savoir à entretenir des relations sociales en les rendant visibles et explicites. TOUS ENSEMBLE Mais qu’est-ce qu’on partage de si exceptionnel sur Facebook ? Selon le site Mashable, (7) les « facebookeurs » américains passent plus de temps sur ce réseau social que sur Google, Yahoo, YouTube, Microsoft, Wikipedia et Amazon tous réunis. La peur de manquer quelque chose et de ********************************************************************************************************************* 7 Ben Parr, « Facebook Is the Web’s Ultimate Timesink [STATS]», Mashable, Mai 2010 : http://on.mash.to/d6svEp peaufiner son image est si intense qu’ils passent en moyenne 7 heures par mois, donc un minimum de 14 minutes par jour, sur le site. Voici les résultats surprenants d’une recherche effectuée par Nielsen qui confirme ces données : 11
  12. 12. (8) Et si je me fie aux principaux sujets de discussions en 2009, nous sommes loin des discussions profondes et émotionnelles qu’on aurait pu croire… (9) ********************************************************************************************************************* 8 NielsenWire, « Facebook Users Average 7 hrs a Month in January as Digital Universe Expands » 16 février 2010 : http://bit.ly/ahthFR 9 Lars Backstrom, « Facebook Memology : Top Status Trends of 2009 », Facebook, 21 décembre 2009: http://on.fb.me/bgmpvB Lorsque je regarde ces données, je me demande simplement si les utilisateurs sont plus intelligents qu’ils ne laissent croire ? 12
  13. 13. Ces sujets de conversations sont superficiels, communs et sans aucun doute rassembleurs dans leur banalité. Tout porte à croire que les gens ne voulaient simplement pas se lancer dans des débats d’opinion donc ils ont autocensuré leur propos de peur de froisser leur public. Il est vrai que l’auditoire est varié sur Facebook : amis d’enfance, famille, collègues, patron, famille, belle- famille…etc. Les propos sur les belles valeurs universelles ont donc plus leur place que les propos virulents sur les politiciens au pouvoir. Les gens qui lisent nos pensées et commentaires peuvent être laïcs ou religieux, de droite ou de gauche alors il vaut mieux, sur Facebook comme dans nos soirées du jour de l’an, éviter certains sujets qui pourraient nous faire perdre des amis ou un futur emploi. La valeur de la socialisation l’emporte donc sur l’individualisme ce qui fait que les gens renoncent à leur autonomie de penser au bénéfice du groupe. Les personnes ayant envie d’avoir des chicanes d’opinions et des discussions enflammées devront aller sur Twiter où ils auront 140 caractères pour se faire entendre. Les utilisateurs de Facebook sont trop conscients de leur image pour se laisser aller à des polémiques qui les feraient sortir du lot. Le conformisme est la voie la plus sûre pour se faire apprécier de la majorité. Une fois que nous avons éliminé toutes les façons de déplaire, que reste- t-il ? L’humour, les vidéos drôles, les conversations simples, des pages pour les gens qui aiment dormir… PUBLIC OU PRIVÉ ? 13
  14. 14. Il ne faut pas oublier que tout ce que nous mettons sur Facebook est du domaine privé ouvert au public donc qu’il faut être vigilant sur le contenu qu’on y divulgue. Nous nous sommes tellement approprié la plateforme qu’elle est devenue une confidente que nous ne remettons pas en doute. Elle fait partie intégrante de notre quotidien et nous nous sentons trahis juste à l’idée que cette amie intime puisse vendre nos informations personnelles à de grandes compagnies. Facebook pose un problème d’éthique important pour plusieurs puisque les informations privées que les gens y déposent se retrouvent maintenant disponibles au grand public, menaçant par le fait même leur droit fondamental à la vie privée. « La loi canadienne pour la protection des renseignements personnels dans le secteur privé interdit ce type de collecte de renseignements personnels. », explique Mme Hayden, porte-parole de la commissaire à la vie privée du Canada, à La Presse, « Elle s’appliquerait à toute application qui recueille ces renseignements auprès des Canadiens dans le contexte d’une activité commerciale. » (10) Mais qui nous dit que Facebook est commercial ? Nous ne savons pas où s’en vont nos données. Les utilisateurs sont tellement occupés à se faire valoir auprès de leurs amis qu’ils laissent tomber leurs gardes et s’oublient dans cet univers du JE parfait, qu’ils pensent privé. Mais avec 500 millions d’utilisateurs, nous sommes loin du souper à la chandelle avec l’être cher. Le site ReadWriteWeb France, (11) mentionnait la recherche d’un étudiant du Massachusetts- Amherst Legal Studies, Chris Peterson, qui défend le point de vue que la compréhension de la vie ********************************************************************************************************************* 10 Alain McKnna, « Concilier milliards et confidentialité », La Presse, 19 octobre 2010 11 Marshall Kirkpatrick, « Facebook a tort, la vie privée n’a pas dit son dernier mot », ReadWriteWeb France, 13 janvier 2010 : http://bit.ly/9ezgZe privée, dans le monde contemporain, se base plus sur l’intégrité du contexte que sur le secret absolu. Ce dernier avance que pour comprendre le concept de la vie privée en 2010, il faut surtout 14
  15. 15. se référer au contexte dans lequel l’information a été publiée et comment elle sera diffusée par la suite. Si des usagers prennent un verre de trop en public, leurs actions ne sont pas un secret absolu parce qu’elles ont lieu dans un endroit public. Par contre, ils ont le droit que ces images, de leur vie privée, ne soient pas partagées à leurs collègues de travail puisque le contexte n’est clairement pas approprié à la diffusion de cette information. Facebook contreviendrait donc à cette règle puisque tous les gens peuvent voir la même photo, sans dissociation du contexte. Je comprends très bien ce point de vue, mais je ne le partage pas. Nous choisissons qui sont nos amis et à qui nous allons imposer des limitations d’informations. Nous sommes roi et maître du contenu de notre page de profil ainsi que des commentaires que nous mettons sur la page d’accueil. Nous savons très bien que les données ainsi que les images que nous déposons sur Facebook seront vues par des centaines de personnes puisque c’est exactement l’objectif de les publier alors comment s’offusquer lorsque la mission est accomplie ? Je ne comprends pas très bien où se cache la notion du « privé » dans tout ça. Nous parlons d’un site web qui se trouve gratuitement hébergé sur Internet non pas de votre journal intime caché sous votre oreiller ! Bien entendu, il y a les photos désobligeantes que les autres publient sans notre consentement. Je pourrais faire la morale aux utilisateurs lésés ici en leur conseillant soit de changer d’amis, parce que clairement, il y a un problème, soit de ne pas se retrouver dans des situations où des photos que leurs parents n’approuveraient pas sont prises d’eux, mais ça, ça serait de l’insertion dans la vie privée… alors je dis seulement qu’ils ont encore la possibilité d’enlever le tag d’eux qu’il y a sur cette image et si c’est vraiment une photo calomnieuse de la reporter à l’administrateur de Facebook. Les quelques heures qu’elle circulera leur feront peut-être penser à suivre mes conseils ci haut la prochaine fois. 15
  16. 16. LES RÈGLES DE L’ART Les règles de Facebook sont claires lorsque l’on ouvre un compte. Si nous les acceptons pour pouvoir bénéficier de tous les avantages du réseau, nous ne devrions pas être surpris que pour se payer, le site doit partager, au plus offrant, des statistiques sur ses utilisateurs. (et non leurs données personnelles !) C’est difficile de comprendre comment, lorsque quelqu’un cri très fort et très longtemps, il est surpris d’être entendu. Les compagnies utiliseront les statistiques compilées sur Facebook pour mieux répondre à nos besoins de consommateurs. Nos communications personnelles valent la peine d’être écouté par les plus grandes compagnies internationales, n’est- ce pas encore une bonne raison de se gonfler d’orgueil ? Notre pièce de théâtre commune vient de se trouver de bons commanditaires. Le spectacle est donc encore loin d’être terminé, il est seulement dommage que nous passions autant de temps à se vouer au culte de notre personnalité sur Facebook. Au fond, nous sommes tous tellement occupés à perfectionner notre jeu d’acteur que nous n’écoutons que brièvement les autres nous donner la réplique et ne pensons que très peu aux personnes assises dans la salle. 16

×