MEMOIRE
DE
RECHERCHE APPLIQUEE
Jeunesse et engagement politique
Comment viabiliser l’exercice de la démocratie par les
jeu...
Table des matières
Introduction .............................................................................................
Introduction
Dans un contexte économique et social déjà tendu, le dramatique épisode des attentats
proférés contre Charlie...
Partant de l’existence d’une désunion entre la (les) politique(s) et les jeunes citoyens français,
le constat était simple...
Une jeunesse révoltée... Mais pas résignée
1) Ancrage théorique du sujet
Partant d’un constat politique critique, il est d...
Un jugement radical certes, mais plausible, tout comme le confirmait les rapports d’enquête
de Pierre Bréchon, en 1995 et ...
l’adhésion à un parti restent les outils démocratiques les plus cités (92% et 83%) mais ils
s’accompagnent de nombreux aut...
2) Un contexte national défavorable
Etant donné que la société n’est plus productrice de stabilité et de garanties pour le...
précarité structurelle s’ajoute une précarité conjoncturelle, étant donné que leurs emplois
servent de ‘’variable d’ajuste...
machine à trier (2013). Face à un marché du travail inégalitaire et un échec scolaire
insurmontable, la société contribue ...
sentiment de désintégration ressenti par les jeunes, majoritairement non diplômés, une fois de
plus… Désinformés, revancha...
associations protestataires… Comme le disais Pierre Bréchon, ‘’moins politisés mais plus
protestataires’’.
A noter toutefo...
entendre (et avoir un impact), les actions directes se sont intensifiées. Le vote n’étant plus
synonyme de changement, bea...
C’est cette notion de valeur qui explique le succès des groupements associatifs de tous
horizons. Neutres, non-directives,...
Par ailleurs, si la critique se veut insistante, c’est que les occasions de s’y adonner se sont
démultipliées. Face à la r...
avec son œuvre Engagez-vous (2011). Entre réflexion et action, il dresse un bilan négatif de la
situation actuelle et appe...
l’intégration et la participation civique, il y aurait de quoi faire. En somme, pour espérer une
amélioration de la situat...
Vers un dépassement des cadres préétablis
Dans l’optique de répondre (efficacement) à la question de la viabilisation des ...
citoyenne n’est pas chose aisée, autrement la question ne se poserait plus. La seule manière de
tenter d’y répondre était ...
l’enquêteur de recadrer la discussion pour obtenir les éléments de réponse souhaités. Une
caractéristique d’autant plus im...
aborder en début d’entretien avait toute son importance, sans compter qu’ils ouvraient
naturellement la voie à des sujets ...
d’engagement. Sans développer le sujet davantage, ces unions représentent aujourd’hui un
contre-pouvoir croissant, avec d’...
toutefois aucun doute persister : la situation est loin d’être idéale. Véritable clash pour les uns,
désintérêt pour les a...
incontestablement le sentiment qui émerge chez les jeunes, qui ressentent un abandon, une
inefficacité flagrante au sein d...
ils continuent de s’engager, mais à leur manière, comme le pense J.M (FFJ). « Ils ont une
manière de vivre la politique di...
distendu, en gardant à l’esprit une vision biaisée d’un groupe qui n’en était pas un. Très
différents d’un sous-groupe à l...
devenu un moyen de se faire entendre » affirmait L.R (Parti Radical de Gauche), évoquant
l’intérêt croissant pour des thém...
ajoutant au constat actuel un certain nombre d’avancées escomptées, il devient possible
d’indexer les voies à emprunter po...
avant d’acteurs externes sur la scène politique a régulièrement été évoquée. Considérant le
manque de confiance relatif au...
Petites mesures ou grands projets ?
Aussi basique puisse-t-il paraître, le sujet de la viabilisation de l’engagement des j...
1) Principe 1 : Revoir ses bases...
Depuis que la question jeune a émergé, force est de constater que les réponses apporté...
possiblement aux formes de participation les plus traditionnelles. C’est donc un travail de
fond sur l’image véhiculée des...
d’expression de la catégorie constituerait une porte d’entrée ingénieuse. L’humanisation, au
sens de vulgarisation de la p...
citoyenne, la dimension participative nécessite, pour être viabilisée, un réaménagement
structurel, entre optimisation des...
perd en actions peu impactantes, alors que dans le même temps, leurs représentants se posent
les mauvaises questions. L’ob...
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Mémoire jeunesse et politique (version publique)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mémoire jeunesse et politique (version publique)

300 vues

Publié le

Mémoire de recherche appliquée portant sur la viabilisation de l'engagement politique des jeunes Français.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
300
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire jeunesse et politique (version publique)

  1. 1. MEMOIRE DE RECHERCHE APPLIQUEE Jeunesse et engagement politique Comment viabiliser l’exercice de la démocratie par les jeunes, considérant l’émergence de modes d’engagement alternatifs ? Année universitaire 2014/2015 Réalisé et soutenu par Anthony APAYA-GADABAYA Tutrice de mémoire : Aurélie DEHLING Conformément aux engagements pris et par respect des répondants, leur nom et fonction ont été retirés de ce mémoire. Il en va de même pour les annexes, considérant le caractère privé des données recensées.
  2. 2. Table des matières Introduction .......................................................................................................................2 Une jeunesse révoltée... mais pas résignée ..............................................................4 1) Ancrage théorique du sujet .....................................................................................4 2) Un contexte national défavorable ..........................................................................7 3) Des tendances aux actes .........................................................................................11 Vers un dépassement des cadres préétablis ............................................................17 1) Méthodologie déployée .........................................................................................17 2) Caractéristiques de l’échantillon ..........................................................................20 3) Analyse de contenu thématique et résultats ........................................................23 a) Politique : belle de loin mais loin d’être belle .........................................................23 b) Les jeunes, vilains petits canard de la politique française ........................................25 c) De nouvelles voix... sur la bonne voie ? .................................................................27 Petites mesures ou grands projets ..............................................................................30 1) Principe 1 : Revoir ses bases ...................................................................................31 2) Principe 2 : Envisager le compromis ......................................................................33 3) Principe 3 : Valoriser le renouveau ........................................................................37 4) Principe 4 : Faire le pari de la stabilité ...................................................................41 Conclusion ...........................................................................................................................43 Bibliographie ......................................................................................................................45
  3. 3. Introduction Dans un contexte économique et social déjà tendu, le dramatique épisode des attentats proférés contre Charlie Hebdo a soulevé un certain nombre de questions, notamment sur les modalités de réinstauration d’une participation citoyenne. Tournant radical dans l’approche démocratique ou nécessaire évolution, le fait est que cette étape reste difficile à apprivoiser, tant elle est peu commune. Alors que l’union s’apparente aujourd’hui à une éphémère illusion, l’opinion publique n’a de cesse de montrer son désaccord avec la politique, avec les politiques. Chômage, crise financière (...) ; les maux récurrents de ce début de siècle conduisent à un rejet croissant des mesures gouvernementales prises, d’où une distanciation significative entre les hautes sphères décisionnelles et les Français, particulièrement les jeunes citoyens. Délaissés de la société ou éternels insatisfaits, ces derniers sont au centre de tous les débats, tant leur implication civique questionne, autant sur le fond que sur la forme. Mensonge pour certains, prophétie auto-réalisatrice pour d’autres, l’idée d’une rupture consommée entre les jeunes et la politique fait son chemin, et pourtant, la situation ne saurait être qualifiée de manière aussi simple. Bien que tous s’accordent sur le fait que l’esprit politique s’est radicalement transformé au sein de cette tranche d’âge, les avis sont plus mitigés lorsqu’il s’agit de caractériser cette transformation, aussi avérée soit-elle. Décriés, stéréotypés, les 18-25 ans font souvent l’objet d’amalgames en matière d’engagement politique. Si d’aucuns parlent de désintérêt croissant pour la vie publique, d’autres vont même jusqu’à employer le terme de dépolitisation ; un jugement sans demi- mesure, qui mériterait toutefois d’être nuancé. En son sens premier, l’engagement politique désigne toute forme d’implication publique sur des thématiques sociales et politiques. Autrement dit, cela induit une forme de concertation collective dans une optique de bien commun. Parler de dépolitisation des jeunes reviendrait conséquemment à nier toute participation de cet ordre, en reléguant au second rang toute activité autre que celles traditionnellement représentatives de l’engagement politique. A l’heure où l’abstentionnisme n’est plus une variable mais une constante, à l’heure où l’adhésion aux partis politiques n’est plus une preuve de participation, il convient de composer avec cette nouvelle donne et tout ce qu’elle implique. C’est là la condition sine qua non à la résolution de ce pseudo-problème, si tant est qu’il en soit réellement un. D’ailleurs, les récentes mesures soulevées par le gouvernement témoignent de la volonté de synchroniser au mieux l’exercice actuel de la démocratie (par les jeunes) et les recours originellement utilisés dans le cadre politique. 1
  4. 4. Partant de l’existence d’une désunion entre la (les) politique(s) et les jeunes citoyens français, le constat était simple. Les pratiques institutionnelles ne trouvant plus écho auprès d’une tranche considérable de la population nationale, la démocratie ne revêtait plus son caractère primaire ; celui de donner le pouvoir au peuple. En parallèle, l’essor d’outils participatifs modernes posait la question de la légitimité de ces derniers, notamment par rapport à leur portée. A ce jour - et depuis trop longtemps - le conservatisme politique ne permet pas l’exercice optimal des devoirs citoyens chez les jeunes, pourtant enclins à agir. Se pose alors une question élémentaire, certes, mais paradoxalement complexe ; celle du renouveau du champ d’action politique français. Comment viabiliser l’exercice de la démocratie par les jeunes, considérant l’émergence de modes d’engagement alternatifs ? Pour répondre à cette question, les investigations menées se sont portées sur les principaux acteurs de la politique jeune ; à savoir les collectifs d’engagement, les groupes de réflexion et les jeunes membres de partis politiques. Au-delà du constat que l’on connaît, l’enjeu était de confondre les avis et idées des principaux protagonistes, pour permettre l’émergence de pistes viables à moyen et long terme. Abstraction faite de la difficulté de mise en œuvre de ce travail de recherche, les résultats obtenus sont d’autant plus importants qu’ils répondent à un besoin non satisfait et qu’ils contribuent à l’expression de tendances politiques émergentes. Après avoir analysé et compilé différents travaux réalisés sur le sujet (études, ouvrages, articles de recherche), ce mémoire présentera la méthodologie de recherche adoptée ainsi que les conclusions déduites. En dernier lieu, les solutions envisagées seront présentées, en considération des entretiens menées et de leur faisabilité.
  5. 5. Une jeunesse révoltée... Mais pas résignée 1) Ancrage théorique du sujet Partant d’un constat politique critique, il est devenu monnaie courante de jeter la pierre aux jeunes, en accusant à tout va leur implication citoyenne. Pourtant, si l’idée que la jeunesse française s’était détournée de la politique a eu vocation de vérité générale dans l’opinion publique, le fondement de cette accusation reste encore incertain aujourd’hui. A contrario, les travaux menés au cours des deux dernières décennies font état d’une interprétation divergente pour ne pas dire contraire. A l’heure où la sphère sociale connait des bouleversements structurels profonds, les interrogations se font de plus en plus nombreuses quant à la place concrète des citoyens. La jeunesse, enjeu futur des politiques actuelles semble ne pas suivre les voies traditionnelles de la démocratie. Un comportement qui met à mal les plus hautes sphères décisionnelles, incapables de trouver un compromis tangible, et conséquemment un moyen de canaliser des flux citoyens instables et désordonnés. La thématique de la jeunesse et de la politique n’est pas une question novatrice ; c’est même sans doute le contraire. Faute d’explication rationnelle et de surtout de solution, la question se veut presque fantomatique, délaissée. Bien entendu, des études fleurissent pour appuyer la cause jeune, des chiffres corroborent ces mêmes études, mais qu’en est-il de leur finalité ? Ceci n’est pas l’objet de la question, mais il y a fort à parier qu’il s’agisse de sa cause directe, d’où l’intérêt de l’évoquer ici. De manière plus générale, les travaux sociaux et civiques réalisés matérialisent sans conteste l’amalgame autour de l’engagement des jeunes citoyens. Si les qualificatifs leur étant associés fustigent la dépolitisation, l’apolitisme, force est de constater que ces notions fourre-tout révèlent un manque certain de connaissance de la réalité. C’est d’ailleurs ce que dénote Richard Lorent, dans son livre L’antipolitisme (2011). Considérer que les jeunes se sont détournés de la voie démocratique reviendrait à les considérer comme apolitiques. Impossible selon lui, considérant le fait que la prise de parole (et surtout la non-parole) sont des variables régies par les hautes sphères politiques elles-mêmes. Autrement dit, si la participation n’est pas celle souhaitée, c’est que le cadre dans lequel elle a été instaurée n’est pas viable. Par ailleurs, il insiste sur le fait que, ne pas adopter de posture politique traditionnelle est encore plus significatif que d’en adopter une. Contrairement aux idées reçues, il ne s’agirait pas d’un manque de volonté participative, mais d’une volonté encore plus grande.
  6. 6. Un jugement radical certes, mais plausible, tout comme le confirmait les rapports d’enquête de Pierre Bréchon, en 1995 et 1998. Comme mentionné plus tôt, le problème de la participation n’est pas récent, loin de là. C’est entre autres ce qui le rend inquiétant, dans la mesure où les questions y ayant trait sont visiblement restées sans réponse. Dans Politisation et vote des jeunes (1995), Pierre Bréchon évoquait déjà la retenue face aux comportements atypiques des nouvelles générations en matière de politique. A l’époque déjà, celui-ci pointait la difficulté des jeunes d’adhérer aux processus de décisions trop institutionnalisés. Non pas qu’ils ne le désiraient pas, mais simplement car leur socialisation politique n’était pas en phase avec les attentes que l’on (le gouvernement) avait d’eux. Une analyse qu’il affutait trois ans plus tard, avec Les jeunes et la politique en Europe et en France (1998), rapport dans lequel il distinguait notamment la politisation de la participation. Désignant respectivement l’intérêt porté aux questions de société et les actes relatifs à ces questions, ces deux notions demeurent trop souvent confondues. Elles contribuent directement à renforcer le sentiment de distanciation des jeunes envers la politique. Un sentiment incorrect selon l’auteur, qui se base entre autres sur les résultats de l’European Value Survey de 1990. La non-implication politique est bel et bien présente chez cette catégorie de citoyens, mais tout autant qu’elle l’était auparavant. L’abstention est également un fait avéré, mais s’est vu compenser par un panel d’autres formes participatives, d’où l’invalidation de la thèse de dépolitisation selon lui. Une quinzaine d’années plus tard pourtant, la jeunesse française en est au même point. Pire, elle est de moins en moins reconnue comme citoyenne, alors que sa politisation et sa participation se concrétisent progressivement. Un constat prouvé par les récentes études nationales, à l’image de l’étude Audirep, Perception de la politique par la jeunesse française (2014). Là encore, les résultats de l’enquête prennent idées reçues à contre-pied. S’il est vrai que la politique ne fait pas partie de leurs préoccupations majeures (55% la considèrent comme ‘’importante’’ contre 97% pour la famille), on note toutefois que 49% des sondés s’y intéressent de manière certaine. Un intérêt principalement véhiculé par la télévision (63% des sondés suivent régulièrement l’actualité politique par ce biais) mais de plus en plus par la presse online et les réseaux sociaux (respectivement 36% et 33%). Mais plus que l’intérêt, c’est la participation qui interroge. Les jeunes ne votent pas beaucoup, que font-ils alors ? En somme, l’Audirep réaffirme la thèse du renouveau de l’action politique. La flamme politique est encore sauve, elle est en proie à une modification structurelle. La participation se retrouve en grande partie au travers de formes d’engagement alternatives, pour la plupart non instituées, au détriment des formes traditionnelles. Bien entendu, le vote et
  7. 7. l’adhésion à un parti restent les outils démocratiques les plus cités (92% et 83%) mais ils s’accompagnent de nombreux autres outils. Il faut dire que 29% des jeunes affirment ne se retrouver dans aucun parti, d’où le logique détournement de leur implication. C’est ainsi que la participation à une manifestation, la signature d’une pétition ou le simple fait de suivre l’actualité politique sont devenus des gestes politiques usuels. A noter également l’essor de considérations solidaires et socialement responsables. Les associations, causes militantes et humanitaires ont en effet le vent en poupe, comme le confirment plus de 60% des sondés. Dans son rapport d’enquête Participation politique et associative des jeunes (2012), l’Injep conforte cette thèse, en allant encore plus loin. Depuis 20 ans, les associations ont su attirer plus d’un tiers des jeunes français. Abstraction faite des entités sportives et culturelles, les mouvements associatifs sont devenus des moyens de participation protestataire. De par leurs enjeux, mais surtout leur forme libertaire, ces entités deviennent des acteurs sociaux majeurs, bien que l’attractivité des mouvements politiques et sociaux reste encore limitée (19% du nombre total d’adhérents en 2008 selon une enquête de valeurs Arval- Injep). Une enquête qui révèle également la croissance d’autres moyens d’expression et de pression, autrefois minoritaires. C’est entre autres le cas de la participation à une manifestation et la signature de pétitions, ayant connu des hausses respectives de 6% et 27% entre 1981 et 2008. Le rapport d’enquête de l’Anacej Les jeunes et le vote (2014) ne saurait contredire cette modification de la participation jeune, bien au contraire. Si l’abstentionnisme est pointé du doigt, il convient en premier lieu d’analyser ses causes. Au lieu du désintérêt, notion fourre- tout utilisé à tout va, c’est le sentiment de déception qui prédomine chez les jeunes abstentionnistes (53%). Citant la malhonnêteté des politiques (71%) et l’inadéquation des débats avec les préoccupations populaires (45%), les jeunes matérialisent ce comportement par un rejet, plutôt que par un désintérêt. Une vision négative donc, qui est assumée et qui devrait s’empirer à court terme. 61% des jeunes prévoiraient une hausse de l’abstention au cours des prochaines années. Un constat sans appel, qui s’expliquerait par la notion de cynisme selon les résultats de l’étude. Cynisme dans la mesure où le système s’apparente aujourd’hui à une ‘’mascarade’’ selon les sondés, face à laquelle la participation ne saurait être efficace, tant il (le système) semble ‘’desservir l’objectif pour lequel il a été fondé’’. Décalage trop important entre les mesures prises et les attentes populaires, ou accaparation du pouvoir par des élites ? Quelle que soit la réponse, le fait est que le ressenti actuel est représentatif du climat de tension entre la sphère politique traditionnelle et les jeunes citoyens.
  8. 8. 2) Un contexte national défavorable Etant donné que la société n’est plus productrice de stabilité et de garanties pour les nouveaux arrivants, il paraît légitime de se questionner sur la résolution de ce problème. Dans son ouvrage France anti-jeunes (2008), c’est en tout cas ce que prétend Grégoire Tirot, envisageant même une inévitable guerre de génération, tant la France affectionne ‘’la politique de l’Autruche’’. Economiquement comme socialement, les nouvelles générations accumulent un nombre incroyable d’inconvénients qui ne peuvent que contribuer à la détérioration du tant aimé lien social français. ‘’D’un côté, une jeunesse exploitée et muette, mais assez souvent consciente de la nécessité des évolutions et des sacrifices à accepter pour sauver notre système social ; de l’autre, des aînés qui font preuve d’un égoïsme extrême, masqué par une épaisse couche d’idéologie moisie qui renvoie au défunt concept de lutte des classes.’’ Le constat est le même pour la grande majorité des jeunes ; qu’ils soient diplômés ou issus de zones défavorisées : la fracture avec les générations plus anciennes est consommée. Selon l’auteur, la pseudo-lutte des classes que nous connaissons n’est qu’une façade, cachant le vrai combat de ce siècle ; la lutte intergénérationnelle. Les plus anciens veulent aller en retraite au plus vite, les plus jeunes veulent travailler ; idéal sur le papier, sauf que seuls les anciens ont le moyen de leurs ambitions. Le poids des seniors est porté sur les épaules des nouvelles générations, alors même qu’ils n’assument pas encore le leur, d’où l’accroissement de la fracture actuelle. Il est à rappeler que le maintien de relations de ce type ne permettrait pas d’assurer une ‘’cohabitation soutenable’’ entre les jeunes générations et leurs aînés. Ces derniers ne sont d’ailleurs pas sans savoir que leur situation est fort enviable, eux qui se sont très logiquement délestés de certaines responsabilités, au détriment de leurs plus jeunes compatriotes. Une situation qui est d’autant plus mal vécue par les jeunes que ceux pour qui ils sont censés cotiser cumulent déjà ‘’les attributs majeurs de la puissance sociale’’ alors que dans le même temps, l’emploi ne fait plus dans le social. ‘’Hier, les vieux étaient pauvres ; aujourd’hui, ce sont les jeunes qui le sont. Sale temps pour la jeunesse française’’. Autre problème récurrent, l’emploi (en l’occurrence le chômage), qui affecte massivement les jeunes diplômés -ou pas- et les pousse à la dévaluation. Un contexte qui s’est accentué avec la crise et qui ne saurait trouver de solution à moyen-terme, le nombre de demandeurs surpassant allègrement les prévisions de recrutement. Par ailleurs, à cette
  9. 9. précarité structurelle s’ajoute une précarité conjoncturelle, étant donné que leurs emplois servent de ‘’variable d’ajustement’’ en cas de conjoncture défavorable. Ce sont en effet les CDD et les intérims qui passent les premiers à la casserole lors de périodes économiquement tendues. Des anomalies systémiques qui sont inévitablement à l’origine d’un paradoxe au sein de cette génération. D’un côté, c’est une jeunesse qui est privée de ses attributs d’antan (liberté, insouciance...) et de l’autre, une jeunesse qui est infantilisée, qui ne sait pas s’assumer par ses propres moyens. Sans noircir le tableau davantage, certains théoriciens évoquent la possible impossibilité de parvenir à une solution efficace pour la jeunesse. C’est le cas de Rémi Thibert, qui publiait en 2014 Une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ? S’apparentant plus à une critique qu’à un constat, cet ouvrage dépeint une jeunesse opprimée, évoluant sous la coupe d’un gouvernement dépassé par le strict cadre de ses missions basiques. En tant qu’enjeu social pour les politiques et l’économie, les jeunes représentent pourtant un enjeu majeur, d’où la nécessité d’une meilleure appréhension de cette catégorie, de leurs besoins et attentes. Annoncée comme priorité lors de la campagne de François Hollande, la jeunesse est en réalité une préoccupation sociale ‘’depuis le 18ème siècle’’, ce qui, en soi, n’est pas totalement rassurant. Se décrivant elle-même comme sacrifiée ou perdue, la jeunesse ne saurait se satisfaire de sa situation, elle qui la vit actuellement comme une ‘’spirale du déclassement’’. En se référant à diverses études (notamment celles de Cicchelli parue en 2013) et sondages européens, l’auteur va même jusqu’à évoquer une forme de ‘’maltraitance de la France envers ses nouvelles générations’’. Avec un niveau de vie en baisse et un sentiment de dépendance envers les institutions, les jeunes n’ont plus confiance envers une société qui n’en a pas plus en eux… Le climat socio-économique se détériore (en globalité) pour les jeunes, les séparant un peu plus des autres catégories, mais aussi entre eux. Les jeunes seraient divisés au sein même de leur groupe, constituant deux entités distinctes ; ceux qui s’en sortent et les autres. De quoi mettre à mal les politiques, eux qui peinaient déjà à trouver des solutions adaptées à la catégorie jeune dans sa totalité. Entre ceux qui réussissent, ceux qui s’impliquent, ceux qui essayent et les autres, il est en effet complexe d’établir des mesures ciblées, sans se heurter à un taux d’échec important. Tout le monde souhaiterait que la jeunesse devienne autonome, mais personne n’y croit, alors doit-on espérer une modification de leur comportement ? C’est sans doute une des options à envisager, mais pas la plus accessible en tout état de cause. En attendant une solution stable, il convient de se rendre à l’évidence. C’est ce que prônent Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Olivier Galland et André Zylberberg dans leur ouvrage La
  10. 10. machine à trier (2013). Face à un marché du travail inégalitaire et un échec scolaire insurmontable, la société contribue à diviser les jeunes, laissant la porte ouverte à la désintégration, à la ‘’déflagration du pacte républicain’’. Alors que la situation des jeunes Français ne s’améliore guère (ni socialement, ni économiquement), le gouvernement actuel semble patauger, malgré les mesures prises en faveur de ce public. En favorisant la sélectivité scolaire, plutôt que l’apprentissage, en survalorisant les diplômes, plutôt que l’expérience, la société est vectrice de profondes inégalités. Des inégalités renforcées par un ciblage social incohérent, ne servant pas ceux qu’il devrait. Les alternances sont accessibles à un certain niveau scolaire, les aides et allocations n’aident pas ceux qui en ont le plus besoin… Bref, le modèle d’intégration a l’effet inverse à celui escompté. Qu’ils habitent en banlieues, aient des origines maghrébines ou descendent de parents de classes sociales inférieures, beaucoup de jeunes subissent le même sort face à l’épopée de l’intégration. Si c’était déjà le cas il y a une dizaine d’années, la crise de 2008 n’a pas amélioré les choses, loin de là. Autant les générations les plus âgées s’en sortent péniblement, les jeunes ne s’en sortent clairement pas. Ceci étant, ces inégalités intergénérationnelles sont rattachées au système lui-même, dans la mesure où les jeunes jugent unique responsable le gouvernement (dans son acceptation la plus large). En effet, si la famille et le travail restent des valeurs fondamentales du processus d’intégration, force est de constater que leur rôle a évolué négativement, d’où un écart de plus en plus marqué entre ceux qui parviennent à s’intégrer et les autres. ‘’D’une manière générale, on sait que les Français se méfient de leurs concitoyens et qu’ils sont peu civiques’’. Pourquoi faudrait-il alors s’étonner que les jeunes le soient tout autant, si ce n’est plus ? Dans ce cercle vicieux de la désintégration, il n’est pas surprenant de voir que l’état ne soit pas aussi fédérateur qu’il le veuille, tant il est vecteur de reproduction des inégalités. Il est plus compliqué pour des jeunes non diplômés de s’élever socialement, politiquement (…), il est donc légitime que leur vision soit moins enchanteresse que celle attendue. Pendant que les diplômés se sentent ‘’libéraux sur les mœurs et portés par un fort sentiment d’intégration’’, leurs homologues non diplômés privilégient la rigueur des mœurs et un détachement de la société. Scepticisme quant au marché du travail, dénonciation d’inégalités sociales croissantes, les jeunes n’ont plus confiance, c’est un fait. En matière de politique, dire que les jeunes se désintéressent de la politique n’induit pas qu’ils n’aient pas d’opinion, bien au contraire. Cette attitude se traduit par une défiance envers le pouvoir politique, envers la démocratie. Pire, cette défiance s’intensifie parallèlement au
  11. 11. sentiment de désintégration ressenti par les jeunes, majoritairement non diplômés, une fois de plus… Désinformés, revanchards, ceux-ci se laissent séduire par les courants protestataires, sans savoir exactement pourquoi, mais toujours dans une optique de reconnaissance. De manière plus générale, cette distanciation relative au pouvoir se matérialise à travers l’intermittence des votes, au profit de formes de participations différentes. Il faut dire qu’outre une participation citoyenne basique, il est très compliqué pour un jeune d’aller plus loin dans la vie politique, notamment en termes de mandat. Les élus français, plus que leurs voisins européens ont une moyenne d’âge assez élevée, marquant une première barrière à l’entrée des jeunes dans la sphère politique. Ajouté à cela le cumul des mandats, et l’on obtient une barrière quasi-infranchissable à l’intégration politique des jeunes. 85% de députés cumulards en France, alors que la moyenne européenne n’excède pas les 20%, voilà qui pourrait répondre partiellement à la situation nationale actuelle. Le problème ne viendrait-il pas uniquement de la société elle-même ? En plus d’un système scolaire qui échoue, de valeurs familiales en mutations et d’une conjoncture économique menaçante, les jeunes sont laissés au bas du podium politique, ce qui ne favorise guère leur implication, tout logiquement. ‘’Le système fonctionne mal, pourtant il perdure… Une situation ni très glorieuse, ni très avouable’’. En revanche, si la grande majorité des jeunes sont confrontés aux mêmes enjeux nationaux, leur double-division n’en est pas moins abstraite. Contrairement aux idées massivement diffusées à travers l’opinion publique, les protestations croissent avec l’élévation du niveau d’études. Un écart de participation qui serait plus important que l’on pourrait l’imaginer selon l’enquête de valeurs de l’Injep (citée précédemment). Alors qu’en 2008, 24% des jeunes les moins diplômés (baccalauréat au maximum) adhéraient à des associations, ils étaient 45% la même année parmi les jeunes les plus diplômés. Il en va de même pour la participation à des actions protestataires. Une fois de plus, les plus instruits démontrent une plus forte appétence pour les manifestations (57% contre 30% pour leurs homologues moins diplômés), et plus généralement pour la défense de valeurs humanistes de tolérance et d’égalité. Dans un rapport de recherche réalisé en 2009 sous la tutelle de Philippe Aldrin, L’engagement des jeunes étudiants en politique, c’est de cette catégorie de jeunes instruits dont il s’agit. Là non plus, il n’est pas question de remettre en cause la montée de courants alternatifs, mais de les comprendre. Si les jeunes sont plus sujets à l’abstention que les générations précédentes, il s’agit d’une réponse à la perte de confiance vécue à l’égard de leurs élus. Toutefois, parler de désaffection semble poussé, les jeunes n’hésitant pas à manifester, s’inscrire dans des
  12. 12. associations protestataires… Comme le disais Pierre Bréchon, ‘’moins politisés mais plus protestataires’’. A noter toutefois que le vote et l’adhésion aux partis politiques ne sont pas désuets pour autant, ces dernières années ayant vu une floraison de mouvements politiques par et pour la jeunesse française. Bien qu’ils connaissent un succès mitigé, ces mouvements ont le mérite de promouvoir une image de jeunes solidaires, responsables et enclins à faire changer les choses, car c’est là une autre facette du problème. Ne pouvant pas se défaire eux-mêmes de leur situation personnelle, de nombreux jeunes délaissent la politique par sentiment d’impuissance face à des enjeux qui les dépassent bien souvent. Un sentiment généralisé, mais qui peut vite s’altérer en fonction du contexte. C’est ce que prouve l’étude réalisée par IPSOS en 2006, auprès de 800 adolescents. En pleine période de lutte contre le CPE, 85% des sondés ont répondu qu’ils pensaient voir le pouvoir de changer les choses, et 81% que l’implication dans une association était importante. C’est donc en période de crise soudaine que la citoyenneté jeune serait perceptible ? C’est en tout cas ce que révèle l’ouvrage ‘’Pour une gauche de gauche’’, relatant l’élan de soulèvement des jeunes en 2002, suite à l’éviction de Lionel Jospin lors des présidentielles, laissant ainsi la porte ouverte à Jean-Marie Le Pen. 3) Des tendances aux actes Empruntant des parcours différents de leurs aînés sur la scène politique, les jeunes générations bouleversent les rapports de force traditionnels. Bien qu’ils boudent les outils d’expression traditionnels, ces derniers n’en sont pas moins impliqués. Lors du Colloque Vocation tenu en 2014 à l’Université de Cergy Pontoise, c’est sur ce point qu’a insisté Valérie Becquet (maître de conférences). Selon elle, l’espace traditionnel d’expression s’est transformé en une plateforme beaucoup plus vaste, formé de trois subdivisions. En premier lieu, les mouvements sociaux, dont l’essence révèle la crainte liée au futur. Ne sachant pas comment envisager un avenir plus serein, les jeunes sont devenus plus sensibles aux questions sociales et sociétales. Cette incertitude est l’un des piliers de la situation des jeunes citoyens, et le restera tant qu’il n’y aura pas de réelle avancée en la matière. Seconde entité, les collectifs d’engagement, à l’image des associations et autres groupements. Nul besoin de rappeler que l’espace associatif est en plein essor, et qu’il comble le manque de reconnaissance que la politique ne prétend pas donner à la jeunesse française. Enfin, le dernier espace d’intervention et non des moindres correspond à l’action publique. Derrière cette expression se cache l’intervention citoyenne, en son sens le plus direct. Pour espérer se faire
  13. 13. entendre (et avoir un impact), les actions directes se sont intensifiées. Le vote n’étant plus synonyme de changement, beaucoup espèrent influencer les décisions politiques par le biais d’actions plus impactantes, plus directes. Une manière de prouver un désaccord au sein de l’opinion, souvent dirigé vers une critique du système démocratique lui-même. Les besoins (et conséquemment les revendications) ne sont plus ceux qu’ils étaient il y a quelques décennies. Pour autant, le système lui n’a pas changé, favorisant des préoccupations plus abstraites pour les citoyens. C’est cette fracture qui expliquerait, selon Anne Muxel, l’évolution des modes d’intervention. Dans son ouvrage L’engagement politique dans la chaîne des générations (2010), l’auteure décrypte cette phase exploratoire, permettant aux jeunes de remettre en cause leur système politique. Tributaire de l’héritage social de chacun et du mouvement exploratoire qui caractérise la jeunesse, la participation se confronte notamment à la conjoncture économique... Il n’est donc pas opportun de comparer la situation actuelle à celle d’il y a 30 ans, vu que les bases ne sont plus les mêmes. La démocratie de ce millénaire est différente de celle d’antan, tant elle accorde une place grandissante à l’opinion publique, et par extension à la participation citoyenne. Partant de là, les modes d’expression plus traditionnels (le vote en premier lieu) se désacralisent, non pas qu’ils soient mis de côté, mais qu’ils deviennent des moyens d’expression parmi d’autres. Encore très important pour des tranches d’âges plus avancées, le vote perd de son aura auprès des jeunes, plus enclins à diversifier leur palette d’outils démocratiques. Aussi, s’il fallait jeter la pierre à quelqu’un, c’est le système qui serait visé, car les jeunes (et les Français en général) modifient leur comportement à cause d’une perte de confiance envers les institutions. La classe politique et les représentants n’ont pas bonne presse depuis quelques années ; une situation qui n’est pas étrangère à ce rejet généralisé de la sphère politique française. Alors que seulement 1% des jeunes adhéraient en 2010 à un parti politique (ou organisation syndicale), on ne pourrait toutefois pas parler de non-participation. Le fait est que les modes participatifs se sont diversifiés, se caractérisant désormais par une certaine ponctualité, une temporalité marquée et un afflux croissant vers des préoccupations sociales. En plus de choisir les échéances qui leur semblent importantes (désintérêt pour les rendez-vous locaux, régionaux), les jeunes montent au créneau lors de situations nationales qui les affectent personnellement (CPE en 2006, renouveau du FN depuis 2012) ou qui ont trait à des valeurs qu’ils partagent (égalité et solidarité entre autres).
  14. 14. C’est cette notion de valeur qui explique le succès des groupements associatifs de tous horizons. Neutres, non-directives, libres, les associations attirent par leur fonctionnement, mais surtout par leur aspect désidéologisé. Terrains d’expression privilégiés, elles intéressent de plus en plus de jeunes, qui n’hésitent plus à y adhérer, au lieu de se conformer aux usages citoyens basiques. L’engagement est donc bel et bien présent, sauf qu’il s’inscrit de manière partielle dans une optique contestataire, entraînant un double problème pour les institutions politiques. En plus de se détourner des modes participatifs habituels, la jeune génération recourt à des plateformes alternatives pour montrer son désaccord avec la situation du pays, avec sa situation. Un revers qui s’amplifie de manière exponentielle avec l’essor des réseaux sociaux, véritables tribunes sociales de l’opinion publique. Dans un style plus tranché -pour ne pas dire radical- certains auteurs dénotent une critique profonde de la démocratie. C’est le cas de Marguerite Soulière, Karine Gentelet et Gabriela Coman, Visages contemporains de la critique sociale (2014). En se référant au nombre croissant de mouvements protestataires (Occupy, Les Indignés...), l’ouvrage remet en cause les fondements structurels du système politique français, sans demi-mesure. Légitimée et autoproclamée comme régime politique idéal, la démocratie fait l’objet de nombreuses critiques, tant elle lutte face aux difficultés conjoncturelles actuelles. Economie qui flanche, société qui s’enlise, le constat est sans appel et ne dessert guère les politiques. Peu importe la famille politique, le programme proposé, les mesures votées, chaque échec se heurte à la voix de la rue, au soulèvement des réseaux sociaux, et plus globalement à un engagement massif de communautés citoyennes. La critique sociale contemporaine est en passe de devenir le plus puissant contre-pouvoir politique qui soit, et ce sous l’œil passif des politiques, trop préoccupés par des tares plus ‘’importantes’’. Plus qu’un bruit de fond, la critique sociale se veut influente, fédératrice, et conséquemment risquée pour les plus hautes instances. Déjà mise en lumière au 18ème siècle par Koselleck, la critique n’est pas aussi récente que sa considération le laisserait croire. Moyen émancipateur à l’égard des pouvoirs selon Bourdieu, elle s’est amplifiée au fil des ans, allant même jusqu’à redessiner les rapports de force entre l’opinion publique et ses représentants. Prenant son origine dans un ensemble d’attentes normatives déçues, la critique s’est principalement nourrie de l’évolution de la sphère sociale. Ces décalages temporels entre l’évolution de la société et les mesures étatiques les régulant ont entrainé la création de ‘’fossés sociaux’’, vecteurs de malaises et ainsi de contestations chez l’opinion publique. Une situation encore plus marquée aujourd’hui chez les jeunes, les décalages les atteignant étant plus importants que ceux atteignant les autres catégories d’âge.
  15. 15. Par ailleurs, si la critique se veut insistante, c’est que les occasions de s’y adonner se sont démultipliées. Face à la réorganisation spatiale de l’action politique (globalisation ? Décentralisation ?), le rapport des politiques aux citoyens s’est vu modifié. Les nombreuses échelles d’intervention illustrent un nouveau mode de gestion de l’action collective, plus proche des acteurs et conséquemment synonyme de changement. La décentralisation étatique est en effet allée de pair avec une reconsidération de la participation publique, au profit d’une gouvernance plus participative. L’analyse va même plus loin en citant une ‘’désétatisation du système politique’’, caractérisée par une reconsidération du poids de la sphère civile dans l’exercice du pouvoir. Le constat est simple ; les évolutions structurelles du gouvernement sont les grandes responsables de la situation démocratique actuelle. En se séparant de certains pouvoirs, l’état a lui-même choisi de renforcer le pouvoir public, en laissant au peuple une marge de manœuvre suffisante, voire risquée... L’opinion publique est dans une phase transitoire, où elle s’engage dans des projets de grande envergure, en se satisfaisant dans le même temps de petites avancées. L’ampleur des causes défendues n’est plus un facteur d’implication, le but étant de dénoncer les difficultés et prôner la recherche de compromis. Se pose alors la question de la canalisation de ces flux participatifs. Si l’on accepte de leur donner une valeur citoyenne, il convient toutefois de les valoriser, de les hiérarchiser ; c’est la condition sine qua non à leur intégration politique. Allant plus loin que la simple dichotomie droite/gauche, la critique sociale peut en effet devenir un véritable cafouillage si elle ne se confronte pas à un certain cadre normatif ; c’est là que devra intervenir les hautes sphères du pouvoir. Cela permettrait entre autres la limitation du nombre de mouvements prônant la ‘’désobéissance civile’’. Bien loin de l’image que l’on pourrait avoir, ces mouvements créent du débat à partir d’actes contestables (sur la forme). Portés par des valeurs comme le droit à la résistance et l’autonomie de pensée, ces mouvements se justifient par la recherche d’une lutte contre l’injustice ; injustice associée aux normes non adaptées de l’état. Quand bien même la démocratie serait inadaptée (ce qui ne veut pas dire qu’elle l’est), il paraît difficile d’envisager un aussi vaste chantier que celui-ci. En revanche, cela n’empêche pas la mise en place d’une réflexion sur les modalités d’un renouveau politique, dans le sens d’une meilleure appréhension de l’opinion des jeunes citoyens. En effet, si la participation revêt des allures novatrices, il serait sans doute pragmatique de la considérer ainsi. ‘’Il suffit qu’il y ait une minorité solide, active, de jeunes qui considèrent que l’engagement signifie quelque chose, et à ce moment-là nous aurons une France résistante.’’ Connu et reconnu pour son incarnation du militantisme, Stéphane Hessel avait soulevé cette question
  16. 16. avec son œuvre Engagez-vous (2011). Entre réflexion et action, il dresse un bilan négatif de la situation actuelle et appelle au mouvement. Dans la lignée de son précédent ouvrage ‘’Indignez-vous’’ (œuvre fondatrice de nombreux soulèvements sociaux dans le monde), Stéphane Hessel propose le traitement d’un certain nombre de thématiques, relatives notamment à l’engagement des jeunes. Au lieu de critiquer (ce qu’il fait tout de même), il propose des pistes d’engagement pour une jeunesse qui est plus perdue qu’elle ne devrait, des actions à mener pour contrer une situation presque dramatique, tellement elle est handicapante. En plus de s’impliquer de manière réfléchie, ce dernier insiste sur l’importance pour les jeunes de participer au choix des meilleurs représentants. Pas aussi facile à faire qu’à dire, puisque la réalisation d’un progrès concret ne pourra se faire que sur le long terme ; ce que n’envisagent pas tous les jeunes. Face à la crise (tribut direct d’un système économique dépendant de considérations financières), le pouvoir politique devrait même prendre les jeunes pour modèle. Etant porteurs de valeurs solidaires, ceux-ci seraient plus conscients des enjeux qu’ils n’y paraissent. La solution serait donc logiquement de revoir leur place dans le processus politique ; ce que Bernard Bier associe à ladite politique de la reconnaissance. Dans son ouvrage de 2007, La politique de la reconnaissance comme catégorie d’analyse de l’action publique en direction des jeunes, il est question de politiques de jeunesse, et plus précisément de l’inefficacité de ces politiques. Si action il y a en faveur des jeunes Français, il est clair que celles-ci sont insuffisantes, ou alors obsolètes. Pour contrer une détérioration des relations unissant les jeunes et le système, il convient aujourd’hui de reconsidérer la ‘’politique de la reconnaissance’’. En son sens commun, celle-ci consiste à évincer la prégnance du modèle universel républicain au profit de la valorisation d’une société multiculturelle, qu’il s’agisse de genre, de religion, d’appartenance ethnique et même de catégorie sociale. C’est dans ce cadre que l’auteur considère la jeunesse comme un groupe à part entière, dans la mesure où règne une expérience commune parmi les individus de ce groupe. C’est ainsi que, dès le milieu du 19ème siècle, des politiques spécifiques ont été déployées à destination de ces catégories de population : les politiques de jeunesse. Très actives sous l’impulsion de la vague associative née de l’entre-deux guerres, celles-ci vont très vite s’attacher à stigmatiser certaines catégories de jeunes, spécialement les jeunes les plus défavorisés. ‘’Oscillant sans réelle explication dans l’entre-deux des politiques de droit commun et des politiques de discrimination positive’’, ces dispositifs sont à l’heure actuelle contestables, tant leur impact est limité. Pourtant, entre l’insertion professionnelle,
  17. 17. l’intégration et la participation civique, il y aurait de quoi faire. En somme, pour espérer une amélioration de la situation de la jeunesse française, il faudrait en premier accepter leurs statuts et besoins pluriels, pour pouvoir proposer des mesures adéquates et efficaces, ce qui n’est pas le cas actuellement. Plus que de la jeunesse, il s’agit de reconstruire les facettes de la démocratie, pour les adapter aux nouvelles réalités sociales, bien loin de ce qu’elles ont pu être jadis. Et si la question n’a pas encore trouvé de réponse, il semblerait pourtant qu’un compromis reste envisageable. Selon Rémi Thibert (cité précédemment), les jeunes ne sont pas réfractaires à l’amélioration de leur condition, comme on pourrait l’entendre. Plus cosmopolites que leurs parents, ceux-ci s’expriment davantage sur des thématiques de société (réseaux sociaux obligent), s’impliquent de plus en plus dans le milieu associatif et n’hésitent pas à communiquer leur besoin de retrouver un certain nombre de valeurs comme la famille ou la solidarité. Quant à la question de l’implication politique des jeunes, l’auteur relève ‘’une politisation moins normative et davantage expressive’’. Une affirmation confirmée par l’étude Audirep de 2014, les jeunes ayant massivement fait savoir que le vote ne pourrait permettre une amélioration du processus démocratique actuel. Au lieu de ça, C’est la participation au débat et la mise en avant de l’action solidaire qui seraient selon eux, les vecteurs les plus efficaces en matière de changement. Un constat qui vient taire les critiques, en proposant par la même occasion des pistes de réflexion viables et réalistes. La compilation des œuvres ci-dessus révèle certaines tendances, certains constats quant à la participation réelle de la jeunesse française. N’étant plus à prouver, elle pose tout de même un certain nombre de questions, aussi bien sur le fond que sur la forme. En premier lieu, comment appréhender son évolution, sachant qu’elle se matérialise en partie sous des formes non conventionnelles ? Aussi, il apparaît évident que ces modes de participation alternatifs font partie intégrante de la démocratie moderne. Doit-on leur accorder du crédit ? En somme, le contexte politique français est en phase transitoire, sous l’impulsion de forces démocratiques émergentes. Quelles sont donc les solutions envisageables à moyen terme ?
  18. 18. Vers un dépassement des cadres préétablis Dans l’optique de répondre (efficacement) à la question de la viabilisation des modes alternatifs de participation chez les jeunes, un certain nombre d’investigations ont été réalisées. En plus de la collecte de données qualifiées, elles ont - entre autres - permis un traitement optimal de celles-ci et la compréhension des tenants et aboutissants liés à la problématique. 1) Méthodologie déployée La question du rapport entre les jeunes et la politique n’est pas innovante en soi. Abordée sous différents angles, cette thématique a été (et est toujours) traitée dans une optique de constatation. Autrement dit, la part belle a souvent été donnée à l’observation, plutôt qu’à la réflexion. Peu nombreuses, les études portant sur les jeunes et leur rapport à la politique traitent certaines thématiques précises. C’est le cas de l’image des jeunes sur la scène publique, leur participation aux élections ou encore leur niveau de confiance. Ceci étant, on ne pourrait cataloguer toutes les études menées, dans la mesure où certaines d’entre elles évoquent des pistes d’amélioration, bien qu’abstraites en grande majorité. C’est cette analyse de l’existant qui a justifié le recours à la recherche qualitative. Pour analyser en profondeur une situation sociale (en l’occurrence celle des jeunes citoyens français) et en déduire des solutions concrètes, une étude portée sur des statistiques n’aurait clairement pas été fructueuse. Rien qu’en considérant le panel d’une étude quantitative, il aurait été compliqué de faire émerger des pistes exploitables, même si les sondés auraient eu des profils adaptés. Dans le cas présent, la qualification des profils était une donnée primordiale, d’où le choix de procéder exclusivement à une méthodologie qualitative. A la différence des enquêtes quantitatives, les études qualitatives permettent une meilleure appréhension et un plus grand approfondissement du sujet traité. En plus de dévoiler la perception des interrogés, elles génèrent une certaine ouverture, impossible par le biais de sondages quantitatifs. Une ouverture salutaire par rapport à la problématique, étant donné l’absence de réponse exacte, ou de piste incontestable. En matière de politique, qui plus est en ce qui concerne le renouveau politique, nul besoin de préciser que les options réalisables sont limitées, et nécessitent conséquemment un traitement approfondi. La viabilisation de la participation
  19. 19. citoyenne n’est pas chose aisée, autrement la question ne se poserait plus. La seule manière de tenter d’y répondre était d’interroger des profils hautement légitimes, plus aptes à comprendre les enjeux du sujet. Bien qu’étant basée sur une analyse interprétative, la méthode qualitative ne rejette pas pour autant les chiffres et autres données statistiques. En ce qui concerne le travail mené, il a également été fondamental de tenir compte des derniers sondages portant sur la participation politique des jeunes Français. Ces récentes études ayant déjà apporté certains constats, il n’était plus nécessaire d’en mener de nouvelles. En plus de celles traitées dans leur globalité (Audirep, Injep, Anacej), il est à noter que les ouvrages composant la revue de littérature reposent - pour un grand nombre - sur d’autres sondages et enquêtes quantitatives. Pour toutes ces raisons, les investigations qualitatives, et plus précisément les entretiens ont été privilégiés. Dans une optique d’approfondissement d’un vaste sujet comme celui du devenir des relations entre la politique française et ses jeunes citoyens, ce sont effectivement les entretiens qui ont été retenus. S’agissant d’une question vaste et portant sur le futur, les entretiens directifs ont été évincés, le but n’étant pas de limiter le sondé dans ses propos et sa pensée. La viabilisation des nouvelles pratiques politiques est (en soi) un sujet créatif, demandant la prise en considération d’une nouvelle donne. Celui-ci induit une vaste marge de manœuvre intellectuelle, qui serait inefficace dans le cadre de questions fermées. A contrario, les entretiens non directifs n’étaient guère plus adaptés, puisqu’ils n’auraient pas permis un centrage adéquat autour de la thématique, déjà complexe. Aussi idéologiste soit le thème de la politique, il convenait toutefois de lui apposer un cadre dans lequel s’exprimer. C’est la raison principale de la non-sélection de ce type d’entretiens. De la même manière, les focus groupe n’ont pas été mis à contribution, dans un souci d’expressivité de chaque personne interrogée. Celles-ci n’ayant pas le même niveau de connaissance et de légitimité par rapport à la problématique, il aurait été contre-productif de les rassembler. La synergie liée aux échanges ne peut tenir qu’à la tenue d’un rapport de force équilibré entre les forces en présence, ce qui n’aurait pas été le cas dans le cadre de la présente étude. Ainsi, le choix de la méthode de collecte de données s’est porté sur la réalisation d’entretiens semi-directifs. Moins ciblés que les entretiens directifs, ils permettent tout de même de maîtriser la progression de l’entrevue, avec l’avantage de procurer une confortable marge de manœuvre. En effet, alors que le répondant s’exprime librement, il est à charge pour
  20. 20. l’enquêteur de recadrer la discussion pour obtenir les éléments de réponse souhaités. Une caractéristique d’autant plus importante ici que les personnes interrogées avaient des profils bien distincts et donc des idées (et propositions) qui l’étaient également. Autant le choix de profils variés été essentiel pour la validité de l’analyse, il a tout de même posé le problème de l’analyse des résultats collectés. Pour les raisons évoquées précédemment, les entretiens opérés ont eu vocation de dispositif exclusif de recueil de données. En conséquence, leur mise en place et leur réalisation ont été scrupuleusement réfléchies, notamment dans le choix et la préparation des répondants. Peu importante au premier abord, la phase amont était en soi fondamentale, étant donné qu’elle conditionnait les sondés, en leur exposant le cadre dans lequel ils s’inscrivaient. En évitant toute surcharge informationnelle, il était tout de même indispensable de leur faire comprendre la visée de la recherche, pour obtenir des résultats porteurs de sens. Avec un sujet tel que celui de la participation politique, autant dire que la tâche n’était pas aisée, la plupart des personnes interrogées ayant un avis assez tranché en la matière. Selon leur appartenance (ou pas) à des partis, selon que ces partis soient de droite ou de gauche, selon leur expérience personnelle, les répondants avaient toutes les chances de se détourner de la problématique, au profit de discours plus ‘’politico-politiciens’’. Une variable à éviter, d’où la nécessité d’une mise en situation optimale et d’un guide (ou trame) d’entretien clair et réfléchi. En dépit du fait que l’on devinait plus ou moins le type de réponses que l’on obtiendrait, procéder selon un schéma type restait capital. C’était la condition sine qua non à l’obtention de réponses viables et surtout à une analyse fidèle. Plus qu’une liste de questions, le guide était vecteur de cohésion lors de l’entretien, et de sens lors de la phase postérieure à celui-ci. Dans le cas présent, il était en premier lieu nécessaire de se détacher de toute considération de valeur et de jugement politique. Cela grâce à une attitude empreinte d’empathie et d’impartialité, mais surtout par une entrée en matière adaptée. Plus concrètement, l’entretien reposait sur cinq thématiques transversales, abordées dans un ordre précis et répondant à un cheminement de pensée logique. Du simple constat à la recherche de compromis, en passant par l’image et l’engagement réel, ces axes de réflexion ont permis une analyse complète de la problématique, ainsi que le dégagement de perspectives globales. Les premières questions - portant sur la situation nationale - avaient vocation à ancrer le sujet dans un contexte neutre, et faisaient davantage appel à l’observation qu’à l’interprétation. Cette première étape révolue, les sondés étaient questionnés quant aux idées reçues en matière de participation politique chez les jeunes. En tant qu’axes de discussion les plus neutres, les
  21. 21. aborder en début d’entretien avait toute son importance, sans compter qu’ils ouvraient naturellement la voie à des sujets plus ciblés. La troisième phase de l’entretien portait sur les nouvelles formes d’engagement elles-mêmes. L’enjeu était de caractériser les tendances émergentes, mais par-dessus tout de situer les répondants (et a fortiori les organisations représentées) par rapport à elles. Si l’on se réfère à la problématique générale, à savoir la viabilisation des nouveaux modes d’engagement, la troisième phase était possiblement (avec la dernière phase) la plus importante. Elle amenait les sujets à créditer ou non l’engagement au sens large, en les valorisant selon leur propre échelle de valeurs. C’était par ailleurs un bon indicateur d’efficience et de portée de la participation des jeunes Français, et par extension de leur place dans un futur plus ou moins proche. La question du futur était ainsi évoquée en dernière partie, comme aboutissement de la réflexion menée. 2) Caractéristiques de l’échantillon Autant le déroulement théorique de l’entretien était primordial, l’efficience des résultats reposait majoritairement sur le choix de la population interrogée. Se posait alors la question de l’aptitude et de l’apport relatif de chaque sondé, en matière d’engagement citoyen jeune, mais également en politique, en son sens le plus large. Au-delà des jeunes eux-mêmes, au- delà des institutions partisanes, de nombreux acteurs incarnent l’engagement, quelle que soit leur forme et leur marge de manœuvre réelle. Pour cette raison, le choix des répondants s’est basé sur cette fragmentation, dans une optique de représentativité maximale. Il aurait bien évidemment été possible d’interroger uniquement des jeunes, plus ou moins politisés, mais les résultats n’auraient certainement pas été représentatifs. Non pas qu’ils n’aient pas leur mot à dire sur le sujet, mais plutôt parce qu’ils n’auraient pas eu la retenue et le recul nécessaire sur la question, bien qu’ils en soient les principaux protagonistes. De la même manière, interroger des entités politiques n’ayant pas un lien avéré avec les jeunes n’aurait pas été envisageable, leur jugement étant sans doute ‘’décalé’’ de ceux des principaux concernés. La sphère de l’engagement démocratique des jeunes citoyens français est clairement fragmentée, c’est d’ailleurs une de ses caractéristiques majeures. Parmi les acteurs sociaux y étant liés, on retrouve par extension une multitude d’acteurs, plus ou moins institutionnalisés. Alors que les partis politiques avaient la main mise sur l’engagement citoyen - en général - au siècle dernier, ils ne pourraient aujourd’hui se prévaloir d’avoir maintenu leur influence passée. A l’heure actuelle, la logique partisane n’est plus qu’un outil comme un autre, de plus en plus contestée, au profit d’autres tribunes, comme les associations ou les collectifs
  22. 22. d’engagement. Sans développer le sujet davantage, ces unions représentent aujourd’hui un contre-pouvoir croissant, avec d’une part la faveur des jeunes et d’autre part une légitimité croissante. Par ailleurs, l’on a souvent tendance à oublier certaines entités, peu connues mais pourtant reconnues pour leur intérêt public. C’est notamment le cas des think tanks, centres de recherche et autres structures impliquées de près ou de loin dans la vie politique jeune. Les résultats qui seront présentés dans ce mémoire sont le fruit d’une analyse, elle-même tributaire de la réalisation de 12 entretiens individuels. Comme expliqué plus tôt, le choix des répondants a été murement pensé, en considération de l’apport escompté de chacun ainsi que de sa représentativité effective. En somme, tous ont su apporter leur jugement et leurs idées, selon leur statut, leur couleur politique ou encore leur rapport au gouvernement actuel. Qu’ils soient élus, sociologues, chercheurs, représentants d’association ou encore partisans, chaque individualité a contribué à l’instauration d’un pensée représentative. Il convient également de préciser qu’une grande importance a été attachée au fait d’obtenir des statuts différents au sein du panel. Là encore, il était question de ne pas tomber dans la facilité, en juxtaposant au mieux l’échantillon à la population cible. De manière simplifiée, il est possible de distinguer trois typologies distinctes parmi les interrogés. Assez logiquement, un découpage entre les partis politiques, les entités de recherche et les mouvements participatifs s’est opéré. 3) Analyse de contenu thématique et résultats Motivée par son adéquation avec la nature des données collectées, l’analyse de contenu thématique a été privilégiée pour dégager les pistes exploitables du sujet. Après avoir isolé les idées significatives issues des entretiens, il était en effet plus judicieux de les catégoriser, afin de mieux cibler celles porteuses d’intérêt. Comme mentionné plus tôt, plusieurs axes découlent naturellement de la question de l’engagement citoyen. C’est cet aspect multidimensionnel qui a justifié le recours à une analyse à dominante sémantique. a) Politique : belle de loin mais loin d’être belle... Si l’on peut s’accorder sur un constat en matière de jeunesse et d’engagement politique, c’est qu’il n’est pas positif. C’est en tout cas ce qui ressort de la majorité des entretiens menés dans ce cadre. Plus ou moins nuancés, plus ou moins radicaux, les avis recueillis ne laissent
  23. 23. toutefois aucun doute persister : la situation est loin d’être idéale. Véritable clash pour les uns, désintérêt pour les autres, les plus retenus évoqueront tout de même un certain scepticisme. Une situation assez univoque donc, bien que ses causes apparaissent différentes selon les sondés. Parmi les raisons supposées d’un rapport distancié, l’opacité du système demeure un des vecteurs majeurs. Fermé, immuable, le système politique français (représenté par le gouvernement et les institutions) fait parler, tant il semble inadapté à la société actuelle. « Ce ne sont pas les valeurs et les idées véhiculées qui posent problème, mais plutôt le système global » s’agaçait J.B (Jeunes Ecologistes). Censé fédérer la population dans son ensemble et œuvrer pour le bien commun - ce qu’il tente de faire - le gouvernement n’a décidément plus cette image de légitimité absolue, ce qui se ressent à travers l’opinion publique jeune. Mais plus que le système, ce sont les représentants politiques qui endossent une part majeure de responsabilités dans le pseudo-échec relationnel considéré. A l’image de leur statut, les élus politiques semblent contribuer à une distanciation progressive entre les jeunes et la politique traditionnelle, avec tout ce que cela implique. A ce propos, A.H (Terra Nova) évoquait une crise de représentativité. A distinguer de la crise de représentation (faculté de représenter un groupe auquel on ressemble), elle définit la capacité à représenter une population, aussi hétérogène soit elle. « La représentativité, même si elle ne doit pas être mimétisme, impose que le corps des élus fasse preuve de réoxygénation, pour qu’on n’ait pas l’impression de voir toujours les mêmes depuis trente ans ». Car c’est là un autre problème qui est pointé du doigt ; la professionnalisation de la politique. A l’heure où la grande majorité des jeunes citoyens affrontent d’énormes difficultés, notamment économiques et sociales, il devient plus difficile de faire confiance à une caste de personnes qui donnent l’impression de favoriser leur carrière à la mission qui leur incombe. « Ça commence maire de Neuilly à 25 ans et ça finit président de la république après avoir fait tous les échelons » affirmait F.L, évoquant entre autres la moyenne d’âge des députés nationaux (55 ans). Dans la mesure où les hommes politiques s’inscrivent dans cette optique - ce que l’on ne saurait démontrer, ni démentir - on peut aisément concevoir le rejet de la politique traditionnelle par les jeunes. Ajouté à cela une situation sociale et économique qui ne semble guère progresser, la messe est dite. L’une des principales critiques concerne en effet le statut quo national vis-à-vis des difficultés rencontrées, dont le chômage de masse et la précarité généralisée. Dans ce contexte assez difficile, les jeunes et le reste des citoyens attendent une réponse efficace de la part de leurs représentants, en vain. Sans tomber dans la facilité de la critique, c’est
  24. 24. incontestablement le sentiment qui émerge chez les jeunes, qui ressentent un abandon, une inefficacité flagrante au sein des hautes sphères décisionnelles. Le fait est que depuis une trentaine d’années, la France est engagée dans un processus de réformes, dont le résultat est contestable, du moins c’est ce qui est ressenti, dans cette phase de crise. Une crise qui n’est pas aussi simple à appréhender que les jeunes le pensent, comme le rappelait T.V (MRJC) : « La crise comme on l’appelle, est amenée à durer, donc le chômage de masse aussi. Il ne faut pas se leurrer en croyant que dans les dix ans ce sera résolu ». Et si la crise devenait alors une constante ? C’est bien l’idée qui semble s’ancrer dans les esprits, renforçant l’idée que le meilleur n’est plus à venir, et que le contexte actuel pourrait encore s’empirer... Face aux incertitudes, cette crise du récit de l’avenir est bien réelle. Cette question qui est, somme toute, très moderne (fin de la période des trente glorieuses) est encore plus présente dans les esprits des jeunes citoyens, eux qui ont tout à construire, personnellement et collectivement. La difficulté de se projeter individuellement est un problème pour la légitimité des politiques, car de toute évidence, ils n’ont pas les clés en main pour espérer y remédier. « Il y a une difficulté à se projeter au-delà d’un ou deux ans, ce qui provoque de l’inquiétude chez les jeunes ». C’est en ces termes qu’évoquait le représentant du collectif Ensemble, le problème de la confiance accordée aux politiques par la jeunesse française. Ceci dit, malgré un contexte défavorable, une crise de la représentativité et de l’avenir, les jeunes ne sauraient endosser seuls, la culpabilité d’un quelconque désintérêt de la politique. Comme le disait P.B, pour évaluer au mieux l’engagement des jeunes en politique, trois dimensions méritent d’être prises en compte. Au-delà de la participation politique (indicateur couramment utilisé pour juger de l’engagement), il convient de s’attarder sur la politisation et l’orientation politique des jeunes. Dans ces deux derniers cas, les études sont claires ; les jeunes s’intéressent de manière certaine à la politique, au moins autant que leurs aînés, et ils savent se positionner en considération de la dichotomie droite/gauche. Cette idée de désintérêt et de rejet de la politique est donc à prendre avec du recul, considérant la diversification des formes de participation. « Un de nos slogans à l’époque était : élections, pièges à cons » racontait F.P, amusé. Selon lui, le rapport entre les jeunes est fortement dépendant des périodes et des situations nationales. Considérer que les jeunes sont intrinsèquement différents de ceux des dernières décennies est une erreur, puisque la politique traditionnelle n’a pas toujours su appâter les citoyens. Des barricades de 1968 aux pétitions en ligne d’aujourd’hui, on ne pourrait dire que le vote ait toujours eu une place inconditionnelle. La politique n’est pas un domaine fermé, ce qui rend difficile sa définition. Les jeunes sont toujours impliqués,
  25. 25. ils continuent de s’engager, mais à leur manière, comme le pense J.M (FFJ). « Ils ont une manière de vivre la politique différente de ce qui existe déjà, notamment car ils sont plus critiques que le reste des citoyens ». b) Les jeunes, vilains petits canards de la politique française Décriés, stéréotypes, les jeunes citoyens français n’ont pas bonne presse, c’est un fait. Pourtant, les (plus ou moins) récentes études dressent un bilan contraire à l’image véhiculée de cette jeunesse, loin d’être égoïste, indécise et incapable de se prendre en main. Pire encore, si l’on s’intéresse aux causes de ce statut peu enviable, force est de constater qu’en plus d’être infondées, elles résultent majoritairement du contexte difficile dans lequel les jeunes évoluent. Autrement dit, si les jeunes ont une si piètre image en matière d’engagement, c’est faute de revendiquer le changement. Laissés pour compte de la politique depuis trop longtemps, les jeunes se sont progressivement tournés vers un engagement plus direct, en évitant l’intermédiation électorale, jugée contre-productive. En désacralisant le vote, en privilégiant des outils de participation alternatifs, ceux-ci ont bouleversé les principes de l’engagement historique. « Le vote n’est plus un devoir mais un droit » disait P.B, évoquant l’individualisation de la société et la baisse des obligations citoyennes. Fondamentalement, ce qui a changé est la forme même de l’engagement, notamment dans sa profondeur et sa durée. Si autrefois, on s’engageait au sein de partis et on votait par idéal politique, ce n’est guère le cas aujourd’hui. Plus ponctuel, plus critique, l’engagement est un processus tout aussi réfléchi qu’il est fragile, d’autant qu’il ne semble pas rassurer le système dans son ensemble. Cette angoisse, aussi malvenue soit-elle, traduit de réelles craintes par rapport au devenir des jeunes, et donc de la société. Quand une société regarde ce qu’elle considère être sa jeunesse, c’est le visage le visage de l’avenir qu’elle souhaite voir à travers elle. On peut donc excuser le blocage des institutions à tolérer le changement politique, bien que là encore, il s’agisse d’un conservatisme néfaste pour l’évolution de la démocratie. La jeunesse est une priorité politique depuis que les jeunes sont considérés comme un groupe social à part entière ; et c’est bien le problème. En considérant les jeunes comme un seul et même bloc, les politiques publiques se sont heurtées à des échecs cuisants, sans toutefois se remettre en question dans leur approche. Standardisées, déconnectées des réalités, les politiques publiques en direction de la jeunesse ne pouvaient être qu’insatisfaisantes. Une fois tombés dans les pièges de l’essentialisme, l’amalgame était ancré et ne s’est ainsi jamais effacé. Tributaire de cette méprise, l’opinion s’est rapidement rangée derrière ce rapport
  26. 26. distendu, en gardant à l’esprit une vision biaisée d’un groupe qui n’en était pas un. Très différents d’un sous-groupe à l’autre, les jeunes Français (comme beaucoup d’autres) vivent des situations complètement opposées, bien qu’ils subissent globalement les mêmes maux. Ces situations divergentes entraînent des rapports à la politique qui le sont tout autant, et qui demandent conséquemment des réponses différentes, ce qui n’est pas le cas actuellement. Après avoir fait l’objet de mauvais choix politiques leur étant destinés, ils sont aujourd’hui blâmés de subir les externalités ayant (en partie) trait à ces choix. En dehors de ce blocage purement politique, il se pourrait que les médias aient joué un rôle dans la diffusion de cette image négative. « Les jeunes ont une image négative en politique car ils ont mauvaise image tout court. La jeunesse est considérée comme dangereuse » affirmait P.C (Front de Gauche). Forts d’un statut désabusé, c’est pourtant une image rebelle et négative qui continue de coller au pseudo-groupe des jeunes. Sans rentrer dans le débat de l’influence des médias sur l’opinion, la question n’en est pas moins actuelle. Instigateurs de concepts vendeurs comme la fameuse génération Y, les médias ont contribué et continuent de nuire à l’image des jeunes. « Est-ce qu’on lit dans la presse : pourquoi les quadragénaires ne votent plus ? Les quinquagénaires sont-ils dépolitisés ? Non, alors que l’interrogation est grande chez les jeunes ». Bouc émissaires d’une société en berne, les jeunes sont un sujet de prédilection, notamment dans leurs travers. Diabolisés pour les bienfaits de l’audimat, les jeunes font l’objet d’un étiquetage, celui d’un sous-groupe social uniformément perdu. c) De nouvelles voix... sur la bonne voie ? Eloignés des méthodes traditionnelles, les jeunes citoyens nationaux n’en délaissent pas la politique pour autant. Face à l’opacité du système et à la faible place accordée à leurs revendications, beaucoup se sont essayés à des outils participatifs moins institutionnels. Dans une optique de protestation mais aussi d’ouverture aux plus vastes sujets, la jeunesse s’est improvisée comme nouvel acteur, comme contre-pouvoir grandissant. Manifestations, pétitions en lignes, collectifs indépendants, la palette participative offre de nombreuses possibilités d’engagement, sans revêtir les contraintes partisanes habituelles. Plus libres dans leurs actions, plus impliqués dans les décisions, plus décisifs dans les résultats, les jeunes adhèrent plus facilement à ces outils, bien loin des logiques traditionnelles. « La conscience politique s'accroît notamment grâce à la profusion d'informations. Se rassembler pour lutter en faveur du maintien de nos acquis sociaux et sociétaux ou bien pour leur changement est
  27. 27. devenu un moyen de se faire entendre » affirmait L.R (Parti Radical de Gauche), évoquant l’intérêt croissant pour des thématiques moins « politiques ». Ces dernières décennies ont en effet vu émerger un certain nombre de sujets propres à l’humanitaire ou encore à l’environnement. Tribut direct de la mondialisation et de l’essor des réseaux sociaux, ceux-ci ont en tout état de cause trouvé écho au sein des formes d’engagement décrites, en faisant dès lors des sujets politiques. Mais n’étaient-ils pas déjà des sujets des politiques ? Bien entendu qu’ils l’étaient et qu’ils le sont, tout en étant des considérations de second ordre. Le fait que d’autres acteurs s’en chargent est donc censé être une chose positive, sauf que cette délégation peut parfois être à l’origine de quelques désagréments pour les politiques, comme le rappelait F.P. « S’il y a de plus en plus de considérations sociales, environnementales et humanitaires, c’est pour la même raison qu’il y a quarante-cinq ans, nous nous sommes battus en premier lieu pour des considérations morales. On voulait réformer la morale liée à la façon de vivre, car on ne supportait pas le carcan dans lequel on était ». En lâchant du lest à des acteurs externes, le système politique s’est exposé à des retombées protestataires, peu prévisibles et difficilement contrôlables. Pouvoir politico-social, certes, lesdits mouvements alternatifs n’ont pas vocation à infléchir toutes les décisions inconvenantes à l’égard de certaines situations. Très variable, leur efficacité ne saurait être analysée, tant elle dépend d’une multitude de facteurs. On pourrait souligner les grands rassemblements de ces dernières années, comme pour le Contrat Première Embauche en 2006 ou encore dans le cadre du Mariage Pour Tous plus récemment. Des mouvements de grande ampleur, ayant fait intervenir une multitude d’acteurs, mais ayant surtout contribué à une prise en compte des revendications par le gouvernement. A l’inverse, si les deux cas cités ci-dessus sont des modèles, c’est sans doute car ils divergent des nombreux échecs essuyés par des tentatives de même ordre. Selon T.V (MRJC), cette dimension aléatoire est une constante des mouvements sociaux, dans la mesure où ils ne répondent pas à une logique systémique. « C’est le propre de tout mouvement social de fonctionner ou pas. Il n’y a pas de logique systémique dans ces mouvements parce que ce n’est pas organisé ni pensé pour ça ». Si tous s’accordent à considérer la place de l’engagement alternatif, la tendance est plus à la perplexité qu’à l’enthousiasme. L’importance des nouvelles formes de participation citoyenne n’étant plus à démontrer, leur légitimation constitue la prochaine étape démocratique, si tant est qu’elle intervienne... En matière de sciences sociales, qui plus est politiques, l’avenir une variable des plus hypothétiques, ce qui rend son analyse quasi-impossible. En revanche, en
  28. 28. ajoutant au constat actuel un certain nombre d’avancées escomptées, il devient possible d’indexer les voies à emprunter pour optimiser l’engagement actuel. Au jeu des perspectives, autant dire que les avis sont assez variés, même si l’on parvient à dégager des tendances globales, tributaires pour la plupart des pouvoirs institutionnels. Le premier constat est assez révélateur des responsabilités de chacune des parties (le système politique et les jeunes), dans la mesure où il décharge la jeunesse de la difficulté du système actuel à les intégrer. Ceux qui criaient au désintérêt et au rejet de la politique par les jeunes sont bien conscient aujourd’hui qu’il n’en est rien, et pourtant, le fonctionnement institutionnel n’a pas été remis en cause. La politique demeure une préoccupation importante pour les jeunes, c’est un fait. La seule différence est que leur manière d’y contribuer a évolué, sans trouver de contrepartie structurelle, leur permettant de valoriser cet engagement. C’est d’ailleurs en ce sens que les pistes évoquées trouvaient leur point d’entrée, avec la réévaluation du fonctionnement institutionnel actuel. Attribuer le revers de la participation aux politiques n’est sans doute pas totalement faux, mais paradoxalement, pas totalement vrai non plus. Le lien de causalité n’étant pas évident, plusieurs façons de penser s’opposent, d’aucuns considérant la rupture comme nécessaire, d’autres envisageant un ajustement progressif entre l’alternatif et l’institutionnel. Plus concrètement, de l’extension de la participation à la révolution, en passant par la reconsidération des institutions, la viabilisation de l’engagement dispose de portes d’entrées variées à moyen terme. Plus ou moins solvable, la problématique demeure en tout cas ouverte au débat, au vu de la variété de réponses ayant été apportées par les répondants. Comme mentionné plus tôt, si l’engagement est aujourd’hui un problème, il s’agit partiellement d’une conséquence de l’inefficacité des politiques dirigées vers les jeunes. En ciblant mal les jeunes et leurs situations, les mesures prises ne pouvaient espérer avoir un quelconque impact. Désormais que les jeunes ont un nouveau rapport à la politique, la question de la viabilisation de celui-ci devient indispensable. Première dimension évoquée par les sondés ; la participation. S’ils ne votent pas suffisamment, leur avis est d’autant plus important qu’ils sont révoltés par leur situation économique et sociale. Dans ce contexte, l’instauration d’espaces d’échange et de débat semble être une première option, satisfaisante à la fois pour les politiques que pour les jeunes citoyens. En plus de renforcer la dimension traditionnelle de la participation, elle inciterait également les jeunes à donner leur avis dans un cadre autre que le cadre partisan. Dans le même esprit, la mise en
  29. 29. avant d’acteurs externes sur la scène politique a régulièrement été évoquée. Considérant le manque de confiance relatif aux instances traditionnelles, il s’agirait d’une convention viable, plus proche des méthodes traditionnelles et plus neutre. Néanmoins, si le compromis est salutaire pour certains, il s’agit d’une équation impossible pour d’autres. La politique, affaire de décision est par extension un domaine de pouvoir, or les élus n’auraient aucun intérêt à ce que les choses changent. Sans volonté apparente de la part des instances dirigeantes, le changement ne pourrait intervenir que par la base, et de manière plus brutale selon P.C : « La solution, c’est la révolution ». Tant que le rapport de force est déséquilibré, aucun changement structurel n’interviendra, sauf en cas de mobilisation sociale conséquente. Un mal pour un bien, c’est visiblement ce que semblent penser certains répondants, désireux de dépasser les cadres préétablis, en mettant fin à une rupture, jugée évitable.
  30. 30. Petites mesures ou grands projets ? Aussi basique puisse-t-il paraître, le sujet de la viabilisation de l’engagement des jeunes reste complexe, considérant le déséquilibre du rapport de force entre les décideurs et les citoyens. Avec une volonté de changement douteuse d’un côté et maladroite de l’autre, la probabilité de trouver une situation optimisée paraît limitée, mais envisageable. Le futur, incertain par définition, est une des principales préoccupations de toute action présente. Cela est encore plus vrai en politique, puisque la connaissance des tendances à venir est la base de toute orientation prise. Gage de difficulté, cette science inexacte est souvent approximative, à en juger les nombreux échecs essuyés, notamment depuis que la crise s’en est mêlée. Particulièrement virulente d’un point de vue socio-économique, elle a concouru à complexifier les rapports entre les jeunes citoyens et les voies institutionnelles. Désabusés par un contexte dégradé, ceux-ci n’hésitent plus à critiquer et s’engager selon des schémas alternatifs. Une solution transitoire, ni satisfaisante pour eux, ni pour les représentants. L’étude menée autour de la viabilisation de la participation des jeunes a permis de dégager certaines pistes de réflexion et d’action. Inscrites dans une temporalité de moyen terme, elles ont été recoupées au travers de plusieurs scénarii, eux-mêmes divergents les uns des autres par leur mise en place. Ainsi, les mesures proposées suivent une logique précise, en fonction de leur simplicité et de leur probabilité d’instauration, tenant compte du paysage politique actuel et de l’évolution escomptée de la société. De la meilleure appréhension des besoins au basculement institutionnel, elles couvrent une large palette de potentialités et d’outils, faisant intervenir les tenants et les aboutissants légitimes du secteur. Il est important de considérer ces changements hypothétiques sous un angle pratique, en tant que moyens en vue d’une fin. La politique - contrairement à ce qu’elle laisse paraître - n’est pas une affaire de théorie ; elle est au cœur de l’action, ce qui rend son analyse fortement dépendante de conjonctures et tournants spécifiques. Il ne serait pas inconcevable qu’aucune des idées proposées n’aboutisse, ce qui traduirait paradoxalement l’intérêt de le traiter, dans la mesure où cela en montrerait les limites. Avec plus d’optimisme, il semble tout de même probable que certains changements interviennent au cours des prochaines années, ou alors qu’ils soient intégrés dans les débats nationaux, quelle qu’en soit la manière.
  31. 31. 1) Principe 1 : Revoir ses bases... Depuis que la question jeune a émergé, force est de constater que les réponses apportées ont été plutôt limitées, voire inefficaces. En considérant les jeunes comme un seul et même groupe social, le ciblage et la pertinence des mesures adoptées a été le reflet de la non- connaissance des besoins réels. La difficulté de penser les jeunes et la politique consiste dans un premier à temps à les considérer dans l’espace public. Bien loin des idées préconçues à leur sujet, les jeunes français ont autant de profils qu’il y a de situations sociales. Une donne qui n’est pas (assez) considérée pour pouvoir espérer améliorer leur situation, que ce soit en matière d’éducation, de logement ou d’emploi. Cette période d’insécurité sociale, inégalement vécue par chacun selon des critères variés (qualification, origine...) aurait dû être passée au crible, ce qui n’a, là encore, pas été le cas. Entre dépendance, émancipation et établissement, les phases de vie spécifiques aux jeunes traduisent une multitude de réalités, bien loin de l’image qui leur est régulièrement associée. Prendre en compte ces divergences serait une étape préliminaire à la résolution de certains problèmes récurrents chez les jeunes. Sans lien évident avec la participation politique, cette résolution en serait toutefois un pilier, dans la mesure où la transformation de l’engagement résulte en partie d’une protestation des conditions sociales et économiques. En apportant des réponses efficientes à des situations précises, les jeunes s’éloigneraient de ladite impression de crise de résultats, et retrouveraient la confiance qu’ils n’avaient plus à l’égard de leurs représentants. Néanmoins, l’élaboration de politiques spécifiques de jeunesse ne serait efficace que si elle entrait dans le cadre d’un projet de grande envergure. Beaucoup considèrent que l’une des difficultés majeures dans la réussite de projets politiques est à lier à l’alternance politique, notamment en ce qui concerne les grands chantiers sociaux. Au détriment des traditionnelles mesurettes adoptées ici et là, l’ancrage d’un projet solide encouragerait la poursuite des changements entamés, tout autant qu’ils traduiraient une stabilité pour les jeunes. Plus qu’un équilibre, cette mesure induirait par extension un retour participatif des jeunes ; un simple gage d’agrément (ou non) aux décisions soutenues. A force d’entendre que les jeunes ne participent pas, qu’ils n’éprouvent pas d’intérêt pour la politique, le mensonge devient prophétie auto-réalisatrice. Pourquoi irai-je voter si tous mes pairs ne le font pas ? Il est un principe basique de management qui affirme que c’est en donnant de l’importance à une personne qu’elle le devient. Dire la vérité à la jeunesse - autrement dit qu’elle s’intéresse à la politique et qu’elle participe - contribuerait certainement à la rapprocher de l’engagement, et
  32. 32. possiblement aux formes de participation les plus traditionnelles. C’est donc un travail de fond sur l’image véhiculée des jeunes qui serait à entamer au plus vite, les mœurs prenant un certain temps à évoluer. On pourrait évidemment souligner la responsabilité des médias dans ce carcan, ayant volontairement utilisé des maux isolés pour en faire ses choux gras, mais ce n’est pas le sujet, du moins pas directement. L’uniformisation de l’image du ‘’jeune’’ n’est certes pas nouvelle, mais elle n’en est pas moins biaisée et néfaste. Et si une avancée est nécessaire pour redorer le blason de la voie politique, les méthodes employées pour y parvenir s’apparentent plutôt à un pas en arrière. Annoncé il y a peu, le service civique a de nouveau été remanié par François Hollande. Instauré sous l’égide de son prédécesseur, ce substitut amélioré du service militaire avait pour vocation de redonner un intérêt à la notion de civisme. Fort de ses 85 000 bénéficiaires en cinq ans, le bilan du service civique ne saurait être considéré comme un flop, excepté si l’on y regarde de plus près. Rémunéré et donc coûteux, limité et donc peu impactant, le service civique - en ne ciblant que des volontaires - n’a servi qu’à prêcher une minorité déjà convaincue. Sans doute plus intéressés par les 573 euros mensuels que par les travaux d’intérêt général, les quelques dizaines de milliers de jeunes y ayant pris part ne sauraient représenter une quelconque efficacité de ce dispositif. Fier d’avoir soit disant redonné un sens à l’engagement, la seule chose que le gouvernement ait faite a été de renommer le contrat emploi jeune… Le pays des droits de l’homme serait réduit à commissionner ses jeunes citoyens pour qu’ils prennent part au civisme ; triste constat. Au lieu de procéder de cette façon, pourquoi ne pas réfléchir à des solutions respectables ? Pourquoi s’entêter à raviver des pratiques désuètes, alors que la volonté d’engagement est ailleurs ? En faisant contre bonne fortune bon cœur, les solutions viendraient d’elles-mêmes, à condition d’accepter de se remettre en question. Une énième preuve du conservatisme français et a fortiori de l’incompréhension des modes d’approche nécessaires pour cette cible. Secondaire dans l’absolu, le mode d’approche est en réalité un des facteurs clés de succès d’un renouveau relationnel. L’image que dégage la politique, en plus d’être inadéquate avec la cible jeune est d’autant plus mal interprétée qu’elle renforce le sentiment d’élitisme autour de cette sphère. En période de crise comme c’est actuellement le cas, les politiques n’ont pas bonne presse, dans la mesure où ils endossent une part de responsabilité dans le contexte national. En limitant les rapports politiques à leurs formes actuelles, les instances politiques contribuent à accentuer la rupture avec la société civile, alors qu’il serait autrement plus aisé de l’éviter. Le simple fait d’employer une charte sémantique et orale appropriée aux modes
  33. 33. d’expression de la catégorie constituerait une porte d’entrée ingénieuse. L’humanisation, au sens de vulgarisation de la politique, serait interprétée comme une avancée, car elle briserait sa dimension inaccessible. Le message, quel qu’il soit, n’a pas de forme précise à adopter, du moment que son contenu est viable et que la cible est réceptive. Le modeler en vue d’une communication plus souple et plus dynamique ne le dévaloriserait en aucun cas, ce que semblent pourtant penser les émetteurs. On ne minimisera pas les efforts qui ont d’ores et déjà été entamés en la matière, mais ils restent indéniablement insuffisants. Dans la lignée d’une meilleure connaissance de la physionomie de la catégorie sociale desdits jeunes, l’élaboration de profils distinctifs serait un prérequis de taille. Puisque parler des jeunes est aussi insensé que de parler des vieux, l’essentialisme devrait laisser place à l’ouverture. Tout comme un employé n’a pas (forcément) les mêmes revenus qu’un cadre supérieur, un étudiant ne sera pas sensible aux mêmes mesures qu’un jeune actif. En omettant cette diversité d’attentes et de profils, aucune mesure ne saurait être optimisée, aussi réfléchie soit elle. Sans jamais l’avouer, le gouvernement actuel (et ceux avant lui) ne se sont pas donné les moyens de procéder à cette réflexion, preuve d’une paresse intellectuelle qu’ils paient aujourd’hui. La tenue d’une nomenclature basée sur des critères économiques et sociaux faciliterait la prise de décision et leur application, tout en marquant un point de repère pour les principaux protagonistes, car c’est aussi l’objectif. En se situant par lui-même dans la société, un jeune citoyen serait plus apte à chercher des solutions et surtout comprendre celles qui lui sont proposées. Le respect de mesures aussi élémentaires que celles-ci constituerait une avancée politique remarquable. Sans demander la mise en œuvre de moyens colossaux, ni de bouleversements structurels, ces ajustements de fond éviteraient une dégradation supplémentaire des relations citoyennes et du pacte républicain. 2) Principe 2 : Envisager le compromis Inaliénable par certains aspects, flexible par d’autres, la démocratie se doit d’évoluer de pair avec la société qu’elle représente. Considérant la floraison de revendications participatives, il paraîtrait logique que le système politique intègre les modifications contemporaines de l’engagement. Trop désorganisés pour être légitimés, les flux de participation citoyenne représentent toutefois des parties prenantes de la scène politique, nécessitant en conséquence une réorganisation consensuelle. Point d’orgue de l’expression
  34. 34. citoyenne, la dimension participative nécessite, pour être viabilisée, un réaménagement structurel, entre optimisation des acquis et renouveau. Les structures institutionnelles n’ayant plus la confiance qui caractérisait autrefois leur légitimité, elles ne sauraient matérialiser le retour progressif de la participation des jeunes citoyens dans un futur proche. D’ailleurs, même si elles le pouvaient, rien ne laisse penser qu’elles le feraient, puisqu’elles ne permettent déjà pas aux jeunes de prendre part au débat. Partant du constat que le désir d’engagement ne pourrait ni s’exprimer dans le cadre traditionnel, ni au sein de mouvements inconventionnels, la jonction de ces deux dimensions représenterait un consensus acceptable. A mi-chemin entre les entités traditionnelles et les collectifs d’expression alternatifs, ces espaces d’échange et de discussion regrouperaient les avantages de chaque partie, avec une attractivité renforcée pour les principaux protagonistes. D’une part, ces espaces interstitiels pourraient fonctionner sur un modèle proche de celui des institutions, spécialement dans le processus décisionnel et la composition interne. Un moindre mal pour leur légitimation, étant donné la possible juxtaposition avec des structures plus traditionnelles. D’autre part, un organe collégial composé de représentants (élus) et de jeunes membres (sans fonction politique) apporterait une plus grande transparence dans la prise de décision, en renforçant l’impression d’écoute de part et d’autre. Sortir les responsables politiques de leur cadre formel aurait une symbolique forte, qui au final, serait avantageuse pour eux, puisqu’ils obtiendraient l’écho souhaité auprès des jeunes, sans devoir persévérer dans le jeu risqué de la sourde oreille. Sans réelle comparaison, ce consensus reprend un projet de Daniel Cohn-Bendit, évoqué lors de son discours de fin de mandat à la commission européenne. Très simplement, celui-ci arguait que l’Union Européenne se porterait mieux, si chaque pays membre comblait ses faiblesses structurelles en s’inspirant de ceux-qui s’en sortaient le mieux dans le domaine concerné. Il est évident que cette démarche ne l’est pas, mais l’application de ce même processus à dimension réduite ne serait pas incohérente, bien au contraire. En restant sur cette dimension spatiale, les récents travaux menés autour de l’engagement laissent penser que les jeunes citoyens éprouveraient des difficultés à valoriser certaines échelles décisionnelles. Avec plus de 60% des jeunes votants ayant boycotté les élections départementales de ce début d’année, la question de la mobilisation infranationale est loin d’être résolue. Paradoxalement, les questions locales et ne sont pas en reste, à en juger par le nombre de conseils de quartiers, collectifs régionaux et autres mouvements ayant obtenu la faveur des jeunes Français. Intéressée mais réfractaire aux voies électorales, la jeunesse se
  35. 35. perd en actions peu impactantes, alors que dans le même temps, leurs représentants se posent les mauvaises questions. L’objectif étant ici de ramener les jeunes aux urnes, une étape intermédiaire semble tout de même nécessaire ; celle de la refonte des instances participatives à toutes les échelles. Pour que la cible comprenne les différents enjeux de la décentralisation des décisions, il faudrait simplifier les connexions existantes entre chaque niveau spatial, et inscrire les projets sous un angle plus global. Autrement dit, il s’agirait de rattacher les besoins les plus proches aux objectifs les plus éloignés, en les apposant d’une logique compréhensible par tous, en valorisant chaque étape de l’engagement. Fastidieuse, il est vrai, cette pédagogie territoriale est la base de la compréhension de l’engagement à tous les niveaux, et sous toutes ses formes. Contrairement à ce qu’elles étaient il y a encore quelques décennies, les limites de la collectivité se sont considérablement distendues sous l’effet de la mondialisation. Plus proches de considérations globales, les jeunes citoyens se sont (de fait) éloignés des missions originelles qui leur incombaient, dont l’engagement électoral. Aussi bien moyen que finalité, le vote ne pourrait progresser que si chaque élection (de second ordre) représentait aux yeux des votants, l’expression de la contribution à un projet concret. N’en étant pas encore à ce stade, l’engagement ne pourrait toutefois se limiter à cette unique facette qu’est la mobilisation. En boudant les voies traditionnelles, beaucoup de jeunes citoyens espèrent encore exprimer leur désaccord face à un système qui ne les implique pas suffisamment à leur goût. Contrariés par le sentiment de ne pas pouvoir influer sur des décisions qui les affectent personnellement, ces derniers déplorent particulièrement leur non- consultation au travers des différents process décisionnels. Il est vrai que - contrairement à ses débuts - la démocratie est régie par un fonctionnement assez figé, dominé par une logique dite de top/down, en référence au sens de prise des décisions. Le pouvoir, concentré entre les mains du plus petit nombre, néglige trop souvent l’avis des personnes qui subiront les externalités (positives ou non) des décisions prises. Sans émettre de doute quant à un fonctionnement qui a fait ses preuves, on pourrait néanmoins espérer une évolution convergente avec les expectations. Si, au lieu de persévérer systématiquement dans une logique descendante (top/down), on privilégiait la logique inverse, il est probable que l’efficacité n’en soit que plus grande. Qui plus est, cela constituerait une preuve supplémentaire de considération des avis citoyens et de leurs attentes, au moins partiellement.

×