– ATTRACTIVITÉ ET
EMPLOI CADRE
EN POITOU-CHARENTES–
LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE
– Cartographie de l’emploi régional.
– Concen...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES2
–
DES ZONES D’EMPLOI PLUS OU MOINS
DYNAMIQUES
–
Près d’un habitan...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 3
2. L’établissement est une unité de
production géographique
indi...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES4
–CONCENTRATION DE L’EMPLOI CADRE DU PRIVÉ–
Nom de la zone d’emplo...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 5
–LES SPÉCIFICITÉS SECTORIELLES DE LA RÉGION–
–
EN POITOU-CHARENT...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES6
Les autres zones d’emploi de la région ne sont pas
exemptes de fo...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 7
–PERSPECTIVES POUR LE POITOU-CHARENTES–
–
LE POITOU-CHARENTES À ...
www.apec.fr
05NOVEMBRE
2013
© Apec, 2015
Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association
pour l’emploi des ca...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Poitou-Charentes

506 vues

Publié le

L'édition 2015 de l'étude de l'Apec sur l'attractivité et l'emploi cadre en région Poitou-Charentes.
L’emploi cadre en Poitou-Charentes apparaît polarisé sur 4 des 13 zones d’emploi qui la composent. Les zones d’emploi de Poitiers, Niort, La Rochelle et Angoulême concentrent en effet près des trois quarts des cadres du privé. De surcroît, les spécificités sectorielles de ces territoires renforcent leur attractivité, que ce soit l’assurance à Niort, la fabrication de matériels de transport à La Rochelle ou encore les équipements électriques à Angoulême.
Les filières stratégiques régionales pourraient se voir renforcées avec la réforme territoriale et le regroupement de Poitou-Charentes avec l’Aquitaine et le Limousin. La future région figurera parmi les plus importants des 13 nouveaux espaces régionaux, prenant la 4e place pour le nombre d’habitants et le volume d’emplois salariés. Elle occupera le 7e rang pour les emplois cadres, réunissant 6,4 % des cadres du privé de France métropolitaine.

Publié dans : Immobilier
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
506
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Poitou-Charentes

  1. 1. – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES– LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE – Cartographie de l’emploi régional. – Concentration des cadres du secteur privé. – Spécificités sectorielles de la région. – Perspectives à l’aune de la réforme territoriale. Dossiers attractivité régionale de l’Apec N°2015-22 JANVIER 2015 L’emploi cadre en Poitou-Charentes apparaît pola- risé sur 4 des 13 zones d’emploi qui la composent. Les zones d’emploi de Poitiers, Niort, La Rochelle et Angoulême concentrent en effet près des trois quarts des cadres du privé. De surcroît, les spécifi- cités sectorielles de ces territoires renforcent leur attractivité, que ce soit l’assurance à Niort, la fabri- cation de matériels de transport à La Rochelle ou encore les équipements électriques à Angoulême. Les filières stratégiques régionales pourraient se voir renforcées avec la réforme territoriale et le regroupement de Poitou-Charentes avec l’Aquitaine et le Limousin. La future région figurera parmi les plus importants des 13 nouveaux espaces régionaux, prenant la 4e place pour le nombre d’habitants et le volume d’emplois salariés. Elle occupera le 7e rang pour les emplois cadres, réunissant 6,4 % des cadres du privé de France métropolitaine. ZOOM SUR LES ZONES D’EMPLOI
  2. 2. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES2 – DES ZONES D’EMPLOI PLUS OU MOINS DYNAMIQUES – Près d’un habitant sur cinq réside dans la zone d’em- ploi de Poitiers qui concentre 329 000 habitants. Les autres zones d’emploi les plus peuplées sont An- goulême (277 000 habitants), La Rochelle (236 000) et Niort (221 000). Ensemble, ces quatre pôles concentrent 60 % de la population régionale. De leur côté, Parthenay, Thouars - Loudun et Jonzac - Barbe- zieux - Saint-Hilaire sont les trois zones d’emploi les moins peuplées de la région. Elles réunissent à elles trois moins de 10 % de la population picto-charen- taise. Parmi ces territoires, certains affichent pourtant un certain dynamisme démographique, comme Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire, à forte dominante rurale, qui enregistre entre 2006 et 2011 une croissance de 5 %. Sur la même période, la population de Royan, plus urbaine, a également connu une forte hausse (+6 %, –CARTOGRAPHIE DE L’EMPLOI RÉGIONAL– 1. http://www.insee.fr/fr/ methodes/default. asp?page=zonages/zones_emploi.htm – DÉFINITION DES ZONES D’EMPLOI – La région Poitou-Charentes se compose de 13 zones d’emploi. Les zones d’emploi sont définies par l’In- see comme des « espaces à l’intérieur desquels la plupart des actifs résident et travaillent et dans lesquels les établissements peuvent trouver l’essen- tiel de la main-d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts ». Fondées sur le critère des dépla- cements des actifs en emploi entre leur commune de domicile et leur commune de travail, elles sont définies de façon à ce que parmi les actifs résidant dans la zone d’emploi, le plus grand nombre d’entre eux travaillent également dans la zone. Chaque zone d’emploi est ainsi constituée d’un ensemble de communes entières et contiguës aboutissant à un bassin d’emploi où la plupart des actifs résident et travaillent1 . La France compte 322 zones d’em- ploi, dont 304 en métropole. pour s’établir à 88 000 en 2011). Quant aux princi- pales zones d’emploi de la région, elles suivent de près le rythme de croissance régional et national (3 %). Poitiers, La Rochelle et Niort ont gagné de 3 % à 4 % d’habitants chacune. En Poitou-Charentes, seule la zone d’emploi de Châtellerault a perdu des habitants entre 2006 et 2011, mais cette baisse est restée rela- tive (-1 %). Malgré son dynamisme démographique, la population régionale est plus âgée que la population nationale. 28 % des habitants ont plus de 60 ans contre 23 % à l’échelle hexagonale, et 33 % ont moins de 30 ans contre 37 % en France. La population est particulière- ment vieillissante dans la zone d’emploi de Royan (40 % des habitants ont plus de 60 ans). Aucune des zones d’emploi n’affiche une proportion de plus de 60 ans inférieure à la moyenne nationale. Seules Poitiers (24 %) et Niort (26 %) s’en approchent. Avec La Ro- chelle et Bressuire, ces zones d’emploi comptabilisent également la plus forte proportion de moins de 30 ans. Poitiers Châtellerault Thouars - Loudun Bressuire Parthenay Niort La Rochelle Rochefort Royan Jonzac - Barbezieux- Saint-Hilaire Cognac Saintes - Saint- Jean-d'Angély Angoulême Limite régionale Limite des zones d’emploi –Carte 1– Carte des zones d’emploi en Poitou-Charentes
  3. 3. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 3 2. L’établissement est une unité de production géographique individualisée, mais juridiquement dépendante de l’entreprise. Seuls les établissements employeurs sont ici considérés, c’est-à-dire les établissements comptant un salarié au moins. Les données sont par ailleurs comprises hors Administration publique, enseignement, santé et action sociale. – UNE RÉPARTITION DE L’EMPLOI PLUTÔT ÉQUILIBRÉE DANS LES DIFFÉRENTS PÔLES DE LA RÉGION – En Poitou-Charentes, on recense, au 2e trimestre 2014, 406 000 salariés dans le secteur privé (données Acoss), lesquels se concentrent dans quatre pôles d’emploi d’égale importance : La Rochelle, Angoulême, Niort (qui comptent de 58 000 à 61 000 salariés) et Poitiers qui se détache légèrement avec 77 000 sala- riés (soit 19 % des effectifs salariés de la région). Les autres salariés de Poitou-Charentes se répartissent de façon assez équilibrée sur le reste du territoire, avec 10 000 à 25 000 salariés. La zone d’emploi de Parthe- nay est la seule à compter moins de 10 000 salariés. – 45 000 ÉTABLISSEMENTS EMPLOYEURS, DONT LA MOITIÉ SUR POITIERS, LA ROCHELLE ET ANGOULÊME – 46 % des établissements employeurs de la région sont situés sur les zones d’emploi de Poitiers (qui en ac- cueille 16 %), La Rochelle et Angoulême (15 % cha- cune). 85 % de ces établissements employeurs em- ploient moins de 10 salariés (contre 83 % au niveau national). Le poids des petits établissements est plus fort encore à Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire, Roche- fort, Cognac et Royan. Dans cette dernière zone d’em- ploi, il atteint même 91 %. 149 établissements emploient plus de 200 salariés (hors administration) dans la région. Majoritairement implantés dans la zone d’emploi de Poitiers (qui concentre le quart de ces établissements), ils sont éga- lement bien positionnés dans les zones d’emploi de Niort (17 %), Angoulême (14 %) et La Rochelle (11 %). – EN 5 ANS, L’EMPLOI SALARIÉ A RECULÉ EN POITOU-CHARENTES – Entre le 2e trimestre 2009 et le 2e trimestre 2014, la région Poitou-Charentes a perdu 0,3 % d’emplois sala- riés (soit 1 250 emplois détruits), alors que le nombre d’emplois salariés a augmenté de 0,5 % à l’échelle nationale. Au niveau de la région, le bois-papier, la construction et la fabrication de matériels de transport (automobile, naval, etc.) figurent parmi les domaines d’activités les plus durement touchés par ces pertes d’emploi. Le recul de l’emploi s’observe de manière plus ou moins marquée selon les zones d’emploi (ta- bleau 1). Châtellerault, dont l’activité fortement spé- cialisée (dans le secteur automobile notamment) et peu diversifiée est facteur de vulnérabilité, apparaît comme la zone la plus pénalisée proportionnellement. Elle a perdu 4,3 % de ses emplois salariés entre 2009 et 2014 (soit 900 emplois détruits). Poitiers a perdu aussi un nombre significatif d’emplois sur la même période (1 000 emplois en moins, soit un recul de 1,3  %). Bressuire, Angoulême, Thouars - Loudun, Saintes - Saint-Jean-d’Angély sont également affectées par des destructions d’emplois (entre 300 et 600 em- plois détruits). En revanche, plusieurs zones d’emploi connaissent une stabilité relative de l’emploi salarié (La Rochelle par exemple). D’autres enfin sont carac- térisées par une augmentation de l’emploi salarié. Niort apparait à ce titre comme la zone d’emploi la plus dynamique de Poitou-Charentes. L’emploi salarié y a progressé de 2,1 % en 5 ans (1 200 emplois ont été créés), ce qui peut s’expliquer en partie par la vita- lité du secteur des assurances. Royan et Rochefort font également partie des zones d’emploi picto-charen- taises où l’emploi salarié a progressé de plus de 2 % en 5 ans. Au 2e trimestre 2014, le taux de chômage atteint 9,1 % dans la région, soit 0,6 point de moins qu’à l’échelle nationale (9,7 %). Cependant, la situation varie fortement d’une zone d’emploi à l’autre. À Poi- tiers, Niort, mais aussi Bressuire, le taux de chômage est bien inférieur au taux de chômage régional (se si- tuant en deçà de 8 %). À l’inverse, il le dépasse dans les zones d’emploi importantes de La Rochelle et An- goulême, mais aussi à Châtellerault, Saintes - Saint- Jean-d’Angély, Royan ou Rochefort. Cette dernière zone d’emploi enregistre le plus fort taux de chômage de la région (11,7 %). Nom de la zone d’emploi Nombre de salariés du secteur privé en 2014 Évolution du nombre de salariés entre 2009 et 2014 Taux de chômage au 2e trimestre 2014 Poitiers 77 131 -1,3 % 7,7 % La Rochelle 61 338 0,3 % 10,2 % Angoulême 61 106 -0,8 % 10,2 % Niort 58 437 2,1 % 7,5 % Poitou-Charentes 405 652 -0,3 % 9,1 % Sources : Données Acoss au 2e trimestre 2009 et au 2e trimestre 2014 pour le nombre de salariés. Données Insee pour le taux de chômage. –Tableau 1– Indicateurs clefs pour les principales zones d’emploi de la région
  4. 4. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES4 –CONCENTRATION DE L’EMPLOI CADRE DU PRIVÉ– Nom de la zone d’emploi Estimation Apec du volume de cadres du privé Part de la zone d’emploi dans les cadres régionaux Rang parmi les 304 zones d'emploi en France métropolitaine Poitiers 11 000 21,4 % 47 Niort 10 900 21,2 % 49 La Rochelle 7 800 15,2 % 65 Angoulême 7 100 13,8 % 69 Saintes - Saint-Jean- d’Angély 2 500 4,8 % 149 Châtellerault 2 400 4,7 % 153 Cognac 2 100 4,0 % 178 Rochefort 1 900 3,8 % 181 Bressuire 1 800 3,4 % 192 Royan 1 200 2,3 % 225 Thouars - Loudun 1 100 2,2 % 230 Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire < 1 000 < 2 % 247 Parthenay < 1 000 < 2 % 275 –Tableau 2– Estimation du volume des cadres du privé dans les zones d’emploi de la région – 51 400 CADRES DANS LA RÉGION, ESSENTIELLEMENT À POITIERS ET NIORT – Selon les estimations de l’Apec3 , 11 000 emplois de cadres du privé sont recensés dans la zone d’emploi de Poitiers, ce qui la classe au 47e rang des 304 zones d’emploi métropolitaines, derrière Chambéry (11 200 cadres) mais devant Besançon (10 900 cadres). Niort, avec près de 10 900 cadres, se positionne immédia- tement après (49e rang) et constitue le deuxième pôle d’importance pour les cadres du privé en Poitou- Charentes. Ainsi, Poitiers et Niort rassemblent à elles deux 43 % des cadres du privé travaillant dans la région. De leur côté, les zones d’emploi de La Ro- chelle et Angoulême réunissent ensemble 15 000 cadres, soit 29 % des cadres régionaux. Au global, les trois quarts de l’emploi cadre picto-charentais est donc concentré sur 4 des 13 zones d’emploi de la région. De leur côté, les zones d’emploi de Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire et de Parthenay sont celles qui rassemblent le moins de cadres en Poitou-Cha- rentes (moins de 1 000 cadres chacune). – UNE CONCENTRATION DES ACTIFS DIPLÔMÉS CORRESPONDANT À LA LOCALISATION DES EMPLOIS CADRES – La population régionale apparaît moins diplômée qu’au plan national : 30 % des actifs en emploi sont diplômés de l’enseignement supérieur, contre 36 % au niveau national. Cet écart est cependant réduit dans les zones d’emploi les plus pourvoyeuses d’em- ploi cadre : entre 33 % et 35 % des actifs sont diplô- més du supérieur à Poitiers, Niort et La Rochelle. Avec respectivement 25 000 et 12 000 étudiants, Poitiers et La Rochelle s’affirment aussi comme les deux prin- cipaux pôles étudiants de la région. Plus de 80 % des étudiants de la région s’y concentrent. – NIORT, ZONE LA PLUS ATTRACTIVE POUR LES EMPLOIS QUALIFIÉS – De toutes les zones d’emploi de la région, Niort est celle qui attire, proportionnellement au nombre d’emplois4 , le plus d’actifs qualifiés. Sa singularité sectorielle dans le domaine des assurances explique en grande partie ce positionnement. À l’inverse, Bres- suire, Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire et Saintes - Saint-Jean-d’Angély font figure de zones d’emploi les moins attractives sur ce plan. 3. Cette estimation a été réalisée à partir de la base du recensement 2011 (Insee). Les cadres en activité dans le secteur privé ont été repérés et répartis par zone d’emploi. Cette répartition a été appliquée par région en fonction des effectifs cadres régionaux au 31/12/2013 calculés par l’Apec à partir de son enquête annuelle Perspectives de l’emploi cadre. 4. http://www.insee.fr/fr/themes/ document.asp?reg_id=0&ref_ id=ip1416 Source : Apec, 2014.
  5. 5. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 5 –LES SPÉCIFICITÉS SECTORIELLES DE LA RÉGION– – EN POITOU-CHARENTES, PLUS DE 75 % DES SALARIÉS TRAVAILLENT DANS LE SECTEUR TERTIAIRE – Dans la région, 42 % des salariés travaillent dans le secteur tertiaire marchand, ce qui dénote une sous- représentation de cette activité par rapport à l’échelle métropolitaine (tableau 3). Elle reste cependant le 1er secteur d’activité de la région (comme dans l’Hexagone), suivi par le tertiaire non-marchand (qui réunit 35 % des effectifs salariés régionaux). La pré- pondérance du secteur tertiaire marchand se vérifie dans quasiment toutes les zones d’emploi, excepté à Rochefort et Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire d’une part, où le tertiaire non-marchand domine légère- ment, et à Bressuire, d’autre part, où la part des sala- riés relevant de l’industrie est la plus forte. Avec 33 % des salariés travaillant dans l’industrie, cette dernière zone d’emploi est d’ailleurs la plus industria- lisée de la région, devant Châtellerault (31 %). Dans ces deux zones, la part de salariés travaillant dans l’industrie est plus de deux fois supérieure à celle relevée au niveau régional (15 %). À l’inverse, Royan constitue le territoire rassemblant proportionnelle- ment le moins de salariés dans l’industrie (6 %). Royan fait en revanche partie, avec Cognac et Jonzac - Barbezieux - Saint-Hilaire, des trois zones d’emploi où le poids de l’emploi salarié dans le domaine agri- cole est le plus élevé (7 %). Quant à la part de sala- riés travaillant dans le secteur de la construction, elle connaît des écarts moindres d’une zone d’emploi à l’autre, de 5 % dans les zones d’emploi de Cognac et de Châtellerault à 9 % à Bressuire. Agriculture Industrie Construction Tertiaire marchand5 Tertiaire non-marchand6 Région Poitou-Charentes 2 % 15 % 6 % 42 % 35 % Valeurs les plus élevées par zone d'emploi Royan, Cognac, Jonzac – Barbezieux - Saint- Hilaire (7 %). Bressuire (33 %). Châtellerault (31 %). Bressuire (9 %). Niort (50 %). Royan (45 %). Poitiers (41 %). Rochefort (38 %). France métropolitaine 1 % 14 % 6 % 47 % 32 % France hors Île-de-France 1 % 15 % 7 % 43 % 34 % Source:Insee(Estel)2011,traitementsApec. –Tableau 3– Répartition des salariés de la région Poitou-Charentes par secteur d’activité – DES SPÉCIFICITÉS SECTORIELLES INFRARÉGIONALES MARQUÉES – Principaux territoires régionaux pour l’emploi salarié, Poitiers, La Rochelle, Angoulême et Niort présentent chacun des spécificités au regard de la structure sec- torielle régionale (tableau 4). L’activité de la zone de Poitiers apparaît relativement diversifiée. Ainsi, l’un de ses principaux domaines de spécificité concerne les activités administratives de soutien aux entreprises (indice de spécificité secto- rielle7 de 1,9). On peut noter toutefois que Poitiers se démarque aussi dans le domaine des activités spor- tives, récréatives et de loisirs (indice de 1,6), en lien avec la présence sur la zone du Futuroscope. De façon plus marquée, la zone d’emploi de Niort se distingue de son côté par une importante surreprésentation des activités liées à l’assurance. Ce secteur y emploie en proportion près de six fois plus de salariés que dans la région. D’importantes mutuelles comme la Macif ou la Maaf y ont leur siège. La Rochelle se démarque par une activité soutenue dans la fabrication de matériels de transport autres qu’automobiles (indice de 3,5). La présence d’Alstom Transport (conception/ fabrication de trains ou tramways) explique la concentration de cette activité à l’échelle locale. Quant à la zone d’emploi d’Angoulême, la présence d’entreprises telles que Leroy-Somer (leader français des moteurs électriques, leader mondial des alterna- teurs pour l’industrie), Saft ou Schneider Electric per- met d’affirmer une dominante forte dans le domaine de la fabrication d’équipements électriques (indice de 3,6). 5. Transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières. 6. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale. 7. Ce niveau de spécificité est calculé en faisant le rapport de la part occupée par tel ou tel secteur d’activité dans une zone d’emploi donnée, par rapport à celle qu’il occupe au niveau régional. Seuls ont été pris en compte ici, les secteurs représentant 1 % au moins des effectifs propres à chaque zone d’emploi et un nombre significatif de salariés.
  6. 6. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES6 Les autres zones d’emploi de la région ne sont pas exemptes de fortes spécificités sectorielles. Ainsi, la zone d’emploi de Châtellerault se positionne de fa- çon privilégiée dans l’industrie automobile (Valeo Systèmes d’Essuyages, Magnetti Merelli) et la métal- lurgie (Fonderie du Poitou Fonte). Davantage tournée vers la viticulture, la zone de Cognac affiche une spécificité dans la fabrication de boissons (indice supérieur à 10). Enfin, les zones d’emploi littorales et touristiques de Royan et Rochefort développent une forte spécificité dans le secteur de l’hébergement (hôtellerie, camping, etc.), mais aussi dans la pêche et l’aquaculture. Au niveau de la région, la forte spécificité sectorielle de la zone d’emploi de Niort dans le secteur de l’assu- rance explique que cette activité rassemble propor- tionnellement plus de salariés à l’échelle régionale que sur le plan national. En Poitou-Charentes, 2,1 % des salariés régionaux exercent dans ce secteur d’ac- tivité, soit une proportion près de trois fois plus im- portante qu’à l’échelle nationale. La surreprésenta- tion des activités liées à la fabrication d’équipements électriques, particulièrement bien implantées à An- goulême, constitue une autre dominante sectorielle de la région. Zone d’emploi Principaux domaines de spécificité Indice de spécificité % des salariés de la zone travaillant dans ce domaine Poitiers 1 Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné 2,2 1,4 % 2 Activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises 1,9 2,9 % Niort 1 Assurance 5,9 12,5 % 2 Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques 4,4 1,0 % La Rochelle 1 Fabrication d’autres matériels de transport 3,5 3,3 % 2 Activités d’architecture et d’ingénierie 1,8 1,6 % Angoulême 1 Fabrication d’équipements électriques 3,6 4,4 % 2 Industrie du papier et du carton 3,2 2,0 % Région Poitou-Charentes 1 Assurance 2,8 2,1 % 2 Fabrication d’équipements électriques 2,3 1,2 % Source:Insee(Clap),TraitementsApec. –Tableau 4– Domaines de spécificités sectorielles dans les 4 zones d’emploi de Poitou-Charentes comptant le plus de salariés La part de salariés dans l’assurance est 5,9 fois plus importante dans la zone d’emploi de Niort qu’à l’échelle régionale. La part de salariés dans l’assurance est 2,8 fois plus importante dans la région Poitou-Charentes qu’à l’échelle nationale. Seuls les secteurs comptant un volume significatif de salariés (généralement au moins 1 000 salariés et/ou au moins 1 % des effectifs salariés de la zone ou de la région) sont ici considérés.
  7. 7. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN POITOU-CHARENTES 7 –PERSPECTIVES POUR LE POITOU-CHARENTES– – LE POITOU-CHARENTES À L’AUNE DE LA RÉFORME TERRITORIALE – Le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales, et modifiant le calendrier électoral a été adopté par l’Assemblée nationale le 17 décembre 2014. Aussi, au 1er janvier 2016, la France métropolitaine comptera 13 régions au lieu de 22. Dans ce contexte, la région Poitou-Cha- rentes fusionne avec l’Aquitaine et le Limousin. La future région ainsi constituée regroupera 5,8 mil- lions d’habitants, devenant la 4e région de France pour sa population, derrière la nouvelle région Nord-Pas-de- Calais/Picardie (6 millions), mais devant Languedoc- Roussillon/Midi-Pyrénées (5,6 millions). En matière d’emploi, le regroupement de l’Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes permettra de rassembler près d’1,4 million d’emplois salariés, dont 30 % en Poitou- Charentes. La future région se situera au 4e rang des régions métropolitaines pour le nombre de salariés, derrière Nord-Pas-de-Calais/Picardie, mais devant le futur ensemble Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine. Par ailleurs, la future région rassemblera 6,4 % des cadres métropolitains (soit 186 000 environ), ce qui permettra de la situer au 7e rang des régions hexago- nales pour le volume de cadres du privé, devant les Pays de la Loire (132 000 cadres), mais derrière l’Alsace/ Champagne-Ardenne/Lorraine (196 000 cadres). Au sein de ce futur ensemble régional, la zone d’em- ploi de Bordeaux affirmera sa position de chef de file, en regroupant 21 % de la population régionale, 27 % des emplois salariés et 34 % des cadres. Elle devan- cera ainsi, au sein du nouvel espace territorial, les zones d’emploi de Pau (7,2 % des cadres), de Limoges (6,2 %), de Poitiers et de Niort (5,9 % chacune), ainsi que de Bayonne (5,1 %). Aucune autre zone d’emploi ne parviendra à réunir plus de 5 % de cadres au sein de ce futur territoire régional. – QUELLES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES POUR LA RÉGION ? – Au regard de leurs activités économiques et des filières de spécialisation propres à chacune d’entre elles, le rapprochement entre Poitou-Charentes, Aquitaine et Limousin pourrait conforter la position du futur en- semble régional dans plusieurs domaines d’activité. Cela concerne notamment l’écoconstruction à base de bois et l’efficacité énergétique du bâtiment. Les clus- ters Eco-habitat et Futurobois en Poitou-Charentes, le pôle de compétitivité Xylofutur en Aquitaine, et la structuration du pôle Ecoconstruction en Limousin sont autant d’atouts pour permettre à la future entité régio- nale de développer son expertise dans ce domaine. Le fait que la problématique des bâtiments durables ait été identifiée comme enjeu stratégique pour les an- nées à venir en Poitou-Charentes confirme cette ten- dance. Le domaine de l’agroalimentaire est aussi concerné. Un CRITT8 Agro-alimentaire est par exemple implanté à La Rochelle. Le champ de la qualité alimentaire a d’ailleurs été reconnu comme enjeu stratégique pour la région pour les cinq prochaines années, comme l’ont récemment été, du côté Limousin, l’élevage et les in- dustries agroalimentaires. La chimie verte et les matériaux avancés (en particulier pour l’aéronautique) font également partie des axes stratégiques identifiés par la région. Il s’agit là de deux problématiques conjointes sur lesquelles travaille no- tamment l’Institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers ou le CRITT Matériaux Poitou-Charentes, et qui pourraient donner lieu à des collaborations renfor- cées avec l’Aquitaine, les secteurs de la chimie et des matériaux y étant très fortement implantés. La région Poitou-Charentes développe par ailleurs un positionnement propre dans le domaine de l’éco-mo- bilité, en particulier pour ce qui concerne toutes les technologies électriques (voitures électriques, bornes de recharge, batteries…). La région bénéficie sur ce plan d’un fort ancrage et de sociétés spécialisées à dimension mondiale : Leroy Somer, Saft, Schneider Elec- tric… Enfin, la région se positionne dans le secteur du numé- rique et des industries culturelles, pour lequel elle pos- sède des atouts : le Futuroscope et sa technopole à Poitiers, le Pôle image Magelis à Angoulême (jeu vidéo, bande dessinée, studios d’animation…) ou encore des laboratoires de recherche réputés comme le Labora- toire Informatique, Image et Interaction à l’Université de la Rochelle. 8. Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie
  8. 8. www.apec.fr 05NOVEMBRE 2013 © Apec, 2015 Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association pour l’emploi des cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901, et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre collective, l’Apec en a la qualité d’auteur. L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, UGICA-CFTC, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122-4 et L335-2 du code de la Propriété intellectuelle). ISBN 978-2-7336-0814-2 JANVIER 2015 Cette étude a été réalisée par le département études et recherche de l’Apec. Pilotage de l’étude : Gaël Bouron. Analyse et rédaction Caroline Legrand , Delphine Libaros. Maquette : Daniel Le Henry. Direction de l’étude : Maïmouna Fossorier. Direction du département : Pierre Lamblin. ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS 0810 805 805* DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H *prix d’un appel local –MÉTHODOLOGIE– Ce dossier a été réalisé à partir de recherches documentaires et d’analyses spé- cifiques réalisées par l’Apec. Pour des raisons de lisibilité, les sources précises de chaque donnée indiquée n’ont pas été systématiquement signalées. La grande majorité des informations indiquées proviennent des données officielles, en par- ticulier publiées par l’Insee. Quatre sources principales ont été utilisées • Les données du recensement 2011 : exploitation principale et base Activité professionnelle. La base Activité professionnelle a notamment permis de calculer, pour chaque région de France métropolitaine, la proportion de cadres du secteur privé travaillant dans chaque zone d’emploi. Cette répartition a ensuite été appliquée par région en fonction des effectifs cadres régionaux au 31/12/2013 calculés par l’Apec à partir de son enquête annuelle Perspectives de l’emploi cadre. • La base Clap de l’Insee. Le dispositif Connaissance locale de l’appareil productif (Clap) est conçu pour fournir des statistiques sur le tissu économique local. • Les estimations d’emploi localisées (Estel) de l’Insee. Les estimations d’emploi ont pour objectif de fournir une photographie exhaustive de l’emploi au lieu de travail cohérente entre les différents échelons géographiques et les divers postes de nomenclature d’activité. • La base de données des Acoss et des Urssaf. Le champ couvre l’ensemble des cotisants du secteur « concurrentiel » qui comprend tous les secteurs d’activité économique sauf les administrations publiques, l’éducation non marchande, la santé non marchande et l’emploi par les ménages de salariés à domicile. Ce sont les données les plus récentes disponibles pour l’évolution des emplois du secteur privé. D’autres bases de données (par exemple la base des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur par commune fournie par le ministère de l’enseigne- ment supérieur et de la recherche) et différentes publications (en particulier les publications de l’Insee régional) ont également été exploitées. Enfin, les sources spécifiques suivantes ont notamment été utilisées pour réaliser ce dossier : • Stratégie régionale d’innovation pour une spécialisation intelligente (S3) Poitou- Charentes 2014-2020. • Attractivité, compétences et emploi cadre en Poitou-Charentes. Apec, septembre 2013.

×