Etude Apec - Le bien être au travail - synthèse

194 vues

Publié le

Synthèse de la recherche réalisée en partenariat avec l’Apec et centrée sur la question du bien-être au travail.
S’appuyant sur la théorie de la conservation des ressources, elle investigue les liens entre bien-être au travail, proximité et distance, tant sur le plan psychologique que physique. Après
un rappel détaillé des ressources théoriques, les résultats de l’enquête sont traités en deux temps :
• l’analyse de la relation qu’entretient le cadre avec son
organisation et avec son travail est approfondie à travers des concepts tels que l’implication et la distance organisationnelles, le détachement et le workaholisme.
• l’investigation se focalise sur la question de la distance physique, en explorant le cas des cadres pendulaires.

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
194
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Le bien être au travail - synthèse

  1. 1. – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL– ENTRE DISTANCE ET PROXIMITÉ LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE SYNTHÈSE FÉVRIER 2016 Les chercheurs en sciences de gestion travaillent depuis longtemps sur les notions d’implication et de distance au travail. La recherche réalisée en partenariat avec l’Apec est centrée sur la question du bien-être au travail. S’appuyant sur la théorie de la conservation des ressources, elle investigue les liens entre bien-être au travail, proximité et distance, tant sur le plan psychologique que physique. Après un rappel détaillé des ressources théoriques, les résultats de l’enquête sont traités en deux temps : • Dans la première partie, l’analyse de la relation qu’entretient le cadre avec son organisation et avec son travail est approfondie à travers des concepts tels que l’implication et la distance organisationnelles, le détachement et le workaholisme. • Dans la deuxième partie, l’investigation se focalise sur la question de la distance physique, en explorant le cas des cadres pendulaires. N°2016-08
  2. 2. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL2 – RELATION DU CADRE AVEC SON ORGANISATION ET SON TRAVAIL– Les notions de bien-être et de mal-être sont commu- nément considérées comme très subjectives. Dans le cas du bien-être et du mal-être au travail dans les entreprises, il est compliqué de fournir des pistes de compréhension pour en déterminer les causes, pour comprendre les conséquences individuelles et collec- tives, et, enfin, pour proposer des solutions. Il a déjà été montré dans une précédente enquête en partenariat avec l’Apec1 que les cadres éprouvent des difficultés à partir du moment où ils ne prennent pas la distance nécessaire avec leur travail. L’idée qu’il existe une « bonne » distance est l’hypothèse centrale de travail, à partir des questions suivantes : •Existe-t-il des niveaux d’implication organisation- nelle plus bénéfiques que d’autres pour les cadres des entreprises ? •Le workaholisme, qui correspond à une addiction au travail, est-il plus fort chez certains profils d’impli- cation organisationnelle ? Si oui, lesquels ? •Le détachement permet-il de concilier bien-être au travail et implication organisationnelle ou les exclut- il forcément ? – DÉFINITIONS – L’implication organisationnelle L’implication organisationnelle reflète la relation qui existe entre un individu et son organisation. Trois di- mensions aux sources et conséquences différentes sont identifiées, chacune de ces dimensions pouvant coexis- ter chez chaque individu à des degrés différents : •L’implication organisationnelle affective reflète le désir qu’a un salarié de rester membre de son organi- sation, •L’implication organisationnelle normative corres- pond à l’obligation morale ressentie par un individu de rester membre de son organisation, •L’implication organisationnelle continue reflète, quant à elle, le besoin que ressent l’individu de rester membre de son organisation. Les directions d’entreprises et la littérature acadé- mique considèrent l’implication organisationnelle comme une force positive, pour les organisations et 1. Les modes de gestion des cadres en difficulté, Apec 2010
  3. 3. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL 3 pour les individus. Elle décourage l’absentéisme et l’intention de quitter l’organisation, favorise les com- portements de civisme organisationnel, les comporte- ments pro-sociaux et la performance au travail. Si c’est le cas pour l’implication normative, ce n’est pas celui de l’implication continue. En effet, si celle-ci est associée à moins de turnover, elle est également associée à moins de performance, à plus de tension au travail et d’anxiété. Elle peut également être asso- ciée à une plus mauvaise santé physique. L’implication affective, quant à elle, est liée à plus de bien-être chez les salariés et à moins de tensions et symptômes de mal-être. La recherche réalisée conjointement avec l’Apec (2010) sur les cadres en difficulté a mis en évidence le fait que l’implication organisationnelle pouvait être potentiellement néfaste. Ces résultats, pour partie contradictoires avec ceux de la littérature, peuvent être expliqués par les raisons suivantes : •Certains types de « stresseurs » sont tellement forts que l’implication organisationnelle affective n’arrive plus à protéger les individus. C’est par exemple le cas d’un contexte de changement. •Le temps a un impact dans les processus de dimi- nution de l’implication organisationnelle. Les dimen- sions affectives et normatives laisseraient au bout d’un certain temps la place à la dimension continue dont nous connaissons les effets négatifs. •Les personnes les plus en difficultés semblent avoir une relation pathogène avec leur travail. Cela pour- rait traduire un niveau d’implication trop élevé, une difficulté à prendre du recul et à se distancier du travail ou même de l’organisation, voire une addic- tion de l’individu au travail à travers le workaho- lisme. La distance au travail C’est l’hypothèse des chercheurs : il existerait une « juste distance » au travail, « ni trop près ni trop loin ». Elle devrait permettre à l’individu d’être à la fois concerné, engagé dans son travail, impliqué dans son organisation, tout en gardant une capacité suffi- sante à s’extraire de sa situation de travail pour la relativiser. Cette distance peut être psychologique ou physique et s’effectuer aussi bien dans le cadre du travail lui-même qu’en dehors de celui-ci. Le détachement psychologique Le détachement psychologique correspond à la capa- cité qu’a un individu de se « couper mentalement » du travail pendant une période située en dehors du temps de travail, qu’elle soit de courte ou de longue durée.
  4. 4. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL4 L’investissement dans le travail ne doit se faire que dans le cadre strict de celui-ci, afin de ne pas amoin- drir les ressources de l’individu et de faciliter leur re- constitution. Une plus grande efficacité au travail peut en émerger, un tel détachement permettant d’envisager les situations sous « un autre angle ». Ainsi, le détachement psychologique au travail est associé à moins d’épuisement, à une qualité de vie supérieure et à moins de fatigue, même lorsque la charge de travail augmente. In fine, cela permet de restaurer les ressources des individus. Le détachement psychologique pourrait donc être associé à plus de bien-être au travail. La distance organisationnelle Le concept de « distance organisationnelle » corres- pond au fait de s’éloigner pour mettre une certaine distance entre l’organisation et soi-même. Par extrapolation avec le concept de détachement psychologique, des hypothèses ont été formulées par les chercheurs : •La distance organisationnelle est associée à davan- tage de bien-être et à plus d’implication organisation- nelle affective, •Inversement, l’absence de distance organisation- nelle est associée à moins de bien-être et à moins d’implication organisationnelle affective. Le workaholisme Le workaholisme correspond à un investissement ex- cessif au travail et à un irrésistible besoin de travailler de manière compulsive. Cette addiction est associée à un plus grand mal-être et à la négligence des sphères non professionnelles de la vie d’un individu. Le burnout et le bien-être Le burnout (ou épuisement professionnel) est consi- déré dans cette étude comme « un épuisement phy- sique, émotionnel et cognitif résultant d’une diminu- tion des ressources valorisées par l’individu du fait d’une exposition chronique à un stress professionnel ». Le bien-être, quant à lui, est envisagé ici à travers la notion de bien-être subjectif selon deux dimensions : être plutôt satisfait ou plutôt anxieux, être plutôt enthousiaste ou plutôt dépressif. La théorie de la conservation des ressources Cette théorie conduit la recherche : les difficultés com- mencent à partir du moment où les ressources de l’individu sont menacées (insécurité du travail, ambiguïté de rôle), perdues (perte de poste), ou quand le retour attendu de l’investissement réalisé n’est pas
  5. 5. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL 5 fructueux (pas de promotion après un travail acharné). Les ressources peuvent être : •Des objets matériels (bureau) ou symboliques (sta- tut socioéconomique) ; •Des conditions (sécurité du travail, statut fami- lial…) ; •Des caractéristiques personnelles (traits de person- nalité, compétences, estime de soi, reconnaissance…) ; •Et des ressources énergétiques qui aident à l’acqui- sition de nouvelles ressources (temps, argent, connais- sances…). Cette dernière catégorie de ressources est précieuse puisque celles-ci ont la capacité de se convertir et de fournir d’autres ressources qui sont, elles, valorisées par l’individu (compétences sociales, pouvoir, confiance, etc.). Ainsi, l’individu peut puiser dans ses ressources propres ou dans celles que l’organisation tient à sa disposition. Mais s’il n’a pas à sa disposition les res- sources nécessaires ou si les ressources qu’il valorise sont menacées ou amoindries, il peut se retrouver en situation de stress, voire d’épuisement. – UN CADRE PEUT ÊTRE DÉTACHÉ ET IMPLIQUÉ – Les résultats de l’enquête quantitative permettent d’analyser les liens entre distance/proximité et santé au travail des cadres : •Le bien-être au travail des cadres est expliqué à partir des différentes formes d’implication organisa- tionnelle. •La question de l’implication organisationnelle est approfondie. •Le bien-être est expliqué par le détachement psy- chologique au travail et la distance organisation- nelle. •Enfin, le détachement psychologique au travail explique l’implication organisationnelle affective, qui est la forme de lien à l’organisation la plus béné- fique pour l’organisation et pour l’individu. Six profils d’implication organisationnelle Les résultats confirment l’intérêt d’une relation af- fective à l’organisation pour le cadre et l’intérêt de mener des politiques permettant de renforcer ce lien. De même, offrir aux cadres des avantages les poussant à rester dans leur organisation semble contribuer à leur bien-être.
  6. 6. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL6 Profils d’implication et niveau de bien-être L’analyse montre qu’il existe des différences significa- tives entre chacun des groupes quant à leur niveau de bien-être et de burnout. Les « impliqués affectifs » ainsi que les « impliqués » ont des niveaux de bien- être supérieurs aux 4 autres profils. En ce qui concerne le burnout, les individus « impli- qués affectifs » ont un niveau de burnout inférieur à tous les autres profils, y compris aux « impliqués ». De leur côté, les « impliqués » ont un niveau de burnout inférieur aux « impliqués en continu par manque d’alternative » et aux « impliqués en continu ». Ces résultats semblent montrer qu’il est préférable pour l’individu et sa santé d’être impliqué dans son organisation. Néanmoins, les « impliqués affectifs » ont moins de risque d’être épuisés professionnelle- ment que les « impliqués ». Six profils d’implication organisationnelle différents ont été mis en exergue par cette analyse : •Les « impliqués » ont un niveau d’implication affec- tive, normative et continue liés aux coûts perçus éle- vés. •Les « non impliqués » se caractérisent par un niveau d’implication organisationnelle très faible sur cha- cune des dimensions. •Les « impliqués manquant d’alternative » rassemble des individus ayant un niveau élevé d’implication organisationnelle continue liée au manque d’alterna- tive, et faible sur les trois autres dimensions. •Les « impliqués en continu » regroupent les indivi- dus ayant un haut niveau d’implication continue liée aux coûts perçus mais aussi un haut niveau d’impli- cation continue liée au manque d’alternative. Ces individus ont, par ailleurs, un faible niveau d’implica- tion affective et normative. •Les « impliqués affectifs » rassemblent les individus impliqués surtout de manière affective à leur organi- sation, ceux qui restent dans leur organisation car ils le désirent. •Les « impliqués normatifs » regroupent les individus qui ont une implication organisationnelle normative dominante. Ce profilage montre que les individus les plus stressés sont ceux qui ne sont pas impliqués, ou qui ont un profil d’implication continue, alors que les moins stressés sont les profils dominés par l’implication af- fective et par l’implication affective/normative.
  7. 7. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL 7 Profil Impliqué affectif -1,0 -0,5 0,0 0,5 1 1,5 Profil Impliqué continu lié au manque d'alternative Profil Non Impliqué Profil Impliqué Profil Impliqué continu Profil Impliqué normatif Implication organisationnelle continue liée au manque d'alternative Implication organisationnelle affective Implication organisationnelle normative Implication organisationnelle continue liée aux coûts perçus –Figure 1– Graphique représentant les profils d’implication organisationnelle des cadres Exemple de lecture du graphique : Le groupe « impliqué » est le 4e groupe. Nous voyons clairement que chacune des dimensions d’implication organisationnelle est positive. Cependant, seulement trois des dimensions ont un niveau élevé d’implication organisationnelle (dans l’ordre d‘importance : la normative (en gris clair), la continue liée aux coûts perçus (en orange clair) puis l’affective (en orange foncé). Profils d’implication et workaholisme L’analyse permet de montrer que les individus « impli- qués » ont un niveau de workaholisme compulsif si- gnificativement supérieur aux « impliqués affectifs », ainsi qu’aux « non impliqués ». La différence avec les autres groupes n’est pas significative. En ce qui concerne le workaholisme excessif, seuls les « impliqués de manière normative » (individus qui ont un fort sens d’obligation morale, de loyauté) se dé- tachent des autres groupes, avec un niveau significa- tivement supérieur. Ce besoin de travailler de manière excessive pourrait donc s’expliquer par l’obligation de devoir, de loyauté, des « impliqués normatifs ». Ces cadres auraient plus tendance à se vouer à leur orga- nisation, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi ils sont plus épuisés professionnellement que d’autres profils (à l’exception des « impliqués en continu par manque d’alternative »). Profils d’implication et niveau de détachement psychologique Alors même que les cadres « non-impliqués » sont plus distants de leur organisation que les « impliqués af- fectifs », les deux profils ont un niveau de détache- ment psychologique supérieur aux « impliqués en continu » et aux « impliqués de manière normative ». Les « impliqués » sont ceux qui ont le moins tendance Source:Enquête2011,Exploitationetanalyseparlesauteurs
  8. 8. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL8 à se distancer de leur organisation, mais les « impli- qués normatifs » les suivent de près et sont significa- tivement moins distants de leur organisation que les « impliqués en contnu par manque d’alternative », aux « non-impliqués » et « aux impliqués en continu ». Conclusion S’il est clair que le fait d’être détaché de son travail augmente le bien-être au travail d’un cadre, cette augmentation est limitée à un seuil. En effet, à partir d’un certain niveau de détachement, les effets posi- tifs se transforment en effets négatifs et le fait d’être trop détaché conduit à moins de bien-être au travail. Le cadre concerné doit donc se détacher de son tra- vail lorsqu’il n’est plus au travail. En outre, le détachement vis-à-vis du travail et l’impli- cation organisationnelle ne sont pas incompatibles. Il semble possible de prendre du recul vis-à-vis de son orga- nisation, tout en y étant impliqué affectivement. Les résultats permettent de souligner l’importance d’une relation saine à l’organisation et au travail. Ce type de relation peut permettre de concilier une implication or- ganisationnelleaffectiveimportante,quiadesbénéfices pour l’organisation et pour l’individu, à partir du mo- ment où ce dernier réussit à prendre du recul vis-à-vis de l’organisation, mais aussi à se préserver des moments pour lui, des activités en dehors du travail, où il parvient à couper avec celui-ci. S’il n’y parvient pas, alors son bien-être risque d’être amoindri. Ces résultats rappellent aussi l’importance de la modération dans la relation. Un juste milieu doit être trouvé entre un trop grand attachement et une dis- tance trop importante qui peut s’avérer néfaste, soit parce qu’elle contribue négativement au bien-être, soit parce qu’elle contribue à diminuer l’implication organisationnelle affective. •
  9. 9. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL 9 – LE CAS DES CADRES PENDULAIRES– Les cadres pendulaires internationaux sont ceux qui « navettent » de manière fréquente entre leur pays de résidence et un ou des lieux de travail, situés dans un autre ou des autres pays. Bien que cette forme de mobilité présente des avan- tages (comme des coûts moins élevés, une mise en place plus aisée pour les couples à double carrière), il existe des contreparties négatives telles que le stress, l’épuisement professionnel ou le conflit travail-famille. Pourtant, les cadres pendulaires internationaux ne font pas l’objet d’une segmentation organisationnelle et ne sont que très rarement gérés comme une catégorie spécifique. Par ailleurs, la littérature académique les concernant s’intéresse essentiellement aux aspects or- ganisationnels, délaissant les aspects individuels. – OBJECTIFS – La population des cadres pendulaires internationaux présente parmi les cadres ayant répondu à l’enquête a été analysée avec trois objectifs : •Décrire leurs caractéristiques socio-organisation- nelles, en les comparant avec celles des cadres pendu- laires nationaux et des cadres sédentaires. •Analyser les différences existant entre ces catégo- ries distinctes du point de vue de certaines variables psycho-sociales. •Observer l’impact de certaines exigences et res- sources propres à chaque catégorie et leur effet sur le niveau d’épuisement et de bien être émotionnel au travail des trois sous populations. Ont été examinés les effets produits par les exigences (rythme de travail et temps de travail moyen) et les ressources (soutien du responsable, soutien des collè- gues, soutien de la famille et soutien organisationnel perçu) sur l’épuisement et le bien-être émotionnel des cadres pendulaires internationaux. Les mesures sui- vantes ont été mobilisées pour évaluer : •Les conséquences sur les cadres : l’épuisement émo- tionnel ; le bien-être émotionnel au travail, •Les exigences auxquelles ils ont été confrontés : le rythme de travail ; le temps de travail moyen, •Les ressources  sur lesquelles ils pouvaient compter : Le soutien social (du responsable, des collègues, de la famille) ; le soutien organisationnel perçu.
  10. 10. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL10 – RÉSULTATS – Afin d’identifier s’il existe bien des spécificités pour les cadres pendulaires internationaux (CPI), trois sous- populations ont été distinguées parmi les 870 cadres étudiés : •Les cadres pendulaires nationaux (CPN), dont le temps consacré aux déplacements nationaux repré- sente entre 15 et 100 % du temps de travail ; •Les cadres pendulaires internationaux (CS), dont le temps consacré aux déplacements internationaux représente entre 15 et 100 % du temps de travail ; •Les cadres sédentaires qui ne se déplacent pas. Caractéristiques sociodémographiques Bien que la population des cadres pendulaires à l’international reste principalement masculine (les hommes constituent 64 % de la population des cadres pendulaires internationaux), la proportion des femmes cadres pendulaires internationaux (36 %) est importante compte tenu de la faible féminisation de la population des managers internationaux. ‑Tableau 1‑ Caractéristiques socio-organisationnelles principales des cadres pendulaires nationaux (CPN), cadres pendulaires internationaux (CPI) et cadres sédentaires (CS) Source:Desmarais,GhislierietWodociag(2012) Caractéristiques principales CS CPN CPI Responsabilité hiérarchique Oui 50 % 41 % 54 % Genre Homme 53 % 60 % 64 % Femme 47 % 40 % 36 % Activité de l’entreprise Industrie 16 % 19 % 41 % R et D 7 % 10 % 12 % Bac +5 et > 65 % 72 % 80 % 500 salariés et > 43 % 42 % 55 % Par rapport aux CPN et aux CS, les CPI possèdent un niveau d’expertise très élevé. Ils travaillent principa- lement dans des domaines liés à l’ingénierie (41 % dans le secteur industriel, 12 % dans le secteur de la recherche et développement). Concernant leur profil professionnel, les CPI sont aussi bien experts (50 % des CPI) que managers : ils exercent ainsi plus fréquemment des fonctions de management que les CS et moins souvent que les CPN (dont 59 % ont une responsabilité hiérarchique).
  11. 11. APEC – LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL 11 Conditions de travail Les CPI effectuent une quinzaine de déplacements par an. La durée des déplacements est plus élevée pour les moins de 40 ans, en particulier pour les hommes jeunes dont la durée moyenne de séjour est de 5 jours (contre 3,26 en moyenne). Les CPI ayant une fonction d’encadrement se déplacent plus fré- quemment, mais la durée de leurs séjours est plus courte. Les CPN sont donc susceptibles de subir des contraintes au moins aussi importantes que celles des CPI puisque la fréquence et la proportion de leur déplacement, par rapport au temps de travail, sont plus importantes pour eux que pour les CPI. Bien-être au travail Contrairement à ce qu’affirme la littérature, les CPI enquêtés ne semblent pas avoir un bien-être plus faible que les autres catégories de cadres. Ils ont un bien-être au travail équivalent ainsi que des exigences proches des autres catégories de cadres et ils ne sentent pas qu’ils ont besoin de plus de res- sources que celles dont ils disposent : les avantages, comme les responsabilités hiérarchiques ou l’intérêt de leur travail compensent un rythme de travail légère- ment plus intense et leur permettent de bien le vivre. Épuisement émotionnel et bien-être L’analyse statistique permet de montrer que le sou- tien des collègues explique négativement l’épuise- ment émotionnel pour les trois sous-populations. Le soutien des collègues permet de mieux vivre son travail : cette ressource est donc précieuse pour tous. En revanche, l’exercice d’une responsabilité hiérar- chique ne produit des effets que sur l’épuisement émotionnel des CPI. Ainsi, la responsabilité hiérar- chique qu’exerce le CPI est une ressource très impor- tante afin de l’aider à mieux supporter son travail et ses particularités. Indicateur de reconnaissance pro- fessionnelle, la responsabilité hiérarchique aide le cadre pendulaire à trouver normal qu’il doive davan- tage s’investir dans son travail et qu’il ait des sacri- fices à consentir. Le rôle central du soutien Si le rythme de travail limite le bien-être des trois populations, le soutien organisationnel perçu et le soutien des collègues constituent des ressources es- sentielles pour tous. Par contre, le résultat diffère lorsqu’il s’agit du sou- tien du responsable. En effet, dans cette analyse, il ne ressort comme essentiel que pour les cadres pen- dulaires nationaux, alors qu’il semble peu important pour les deux autres catégories. •
  12. 12. www.apec.fr – ÉTUDE COMPLÈTE DISPONIBLE SUR WWW.CADRES.APEC.FR RUBRIQUE MARCHÉ DE L’EMPLOI–  – MÉTHODOLOGIE – L’enquête en ligne a été réalisée auprès de cadres salariés dans des entreprises du secteur privé en France. Son questionnaire a été élaboré à partir d’échelles de mesure éprouvées dans d’autres recherches, avec des questions sur les conditions de travail (charge et temps de travail, relations avec les collègues et rela- tions hiérarchiques), les liens avec le travail (worka- holisme, implication organisationnelle, engagement, capacité à se détacher de son travail) et sur l’état de santé du cadre au travail (burnout, bien-être). Près de 1 000 questionnaires remplis ont été exploités. ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE 75689 PARIS CEDEX 14 POUR CONTACTER L’APEC DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H Étude réalisée dans le cadre d’un partenariat de recherche avec Amandine Carrier Vernhet (IFROSS, Université Lyon 3), Emmanuel Abord de Chatillon (IAE de Grenoble), Céline Desmarais (Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud-Suisse) et Sophie Wodociag (IREGE-Annecy). Équipe projet du département études et recherche de l’Apec : Hélène Alexandre et Raymond Pronier Direction du département : Pierre Lamblin ISBN 978-2-7336-0868-5 EDOBSA0203-S-10.15 0 809 361 212

×