Selon Jean-Marie Marx, Directeur général de l’Apec :
« La reprise de confiance observée lors du second trimestre
ne se con...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 2
2014 (contre -0,1% annoncée en début d’année).
Ce contexte écon...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 3
TENDANCES PAR SECTEUR
INDUSTRIE
Le secteur de l’industrie reste...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 4
INGÉNIERIE–R&D
Les réalisations de recrutement dans le secteur ...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 5
VOLUMES DE RECRUTEMENTS
EXPLICATIONS AVANCÉES PAR LES ENTREPRIS...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 6
POSTES PROPOSÉS
PROFILS RECHERCHÉS
Les cadres commerciaux reste...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 7
BILAN
ÉVOLUTION DES OFFRES PAR FONCTION
Offres d’emploi cadre A...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 8
LES CANDIDATURES
LE TAUX DE RECRUTEMENT
–
ENQUÊTE DE TENSION
–
...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 9
LES RECRUTEMENTS EN COURS ET ABANDONNÉS
LA TENSION
Comme au qua...
www.apec.fr
Le baromètre trimestriel de recrutement cadre permet de connaître l’évolution du
climat chez les recruteurs à ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Apec - Note de conjoncture 3e trimestre 2014

1 611 vues

Publié le

Note de conjoncture trimestrielle de l'Apec.
Selon Jean-Marie Marx, Directeur général de l’Apec :
« La reprise de confiance observée lors du second trimestre ne se confirme pas pour le trimestre à venir. Ainsi, 48 % des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2014, contre 49 % l’an passé à la même période. Aussi, les deux tiers des entreprises ayant recruté un cadre au second trimestre déclarent que leur volume de recrutements est stable ou en baisse. Cela traduit la grande prudence voire l’attentisme des entreprises et des recruteurs dans un contexte où la croissance économique sera plus modeste que ce qui était prévu en début d’année ».

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 611
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Note de conjoncture 3e trimestre 2014

  1. 1. Selon Jean-Marie Marx, Directeur général de l’Apec : « La reprise de confiance observée lors du second trimestre ne se confirme pas pour le trimestre à venir. Ainsi, 48 % des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2014, contre 49 % l’an passé à la même période. Aussi, les deux tiers des entreprises ayant recruté un cadre au second trimestre déclarent que leur volume de recrutements est stable ou en baisse. Cela traduit la grande prudence voire l’attentisme des entreprises et des recruteurs dans un contexte où la croissance économique sera plus modeste que ce qui était prévu en début d’année ». –CRE–CONJONCTUR –MORAL DES ENTREPRISES : ENTRE PRUDENCE ET ATTENTISME– 3e TRIMESTRE 2014 NOTE DE CONJONCTURE TRIMESTRIELLE DE L’APEC – LA CROISSANCE S’ANNONCE PLUS FAIBLE QUE PRÉVUE EN DÉBUT D’ANNÉE – La reprise de l’activité dans les pays avancés n’a pas été au rendez-vous au début de l’année 2014, à l’exception de l’Allemagne, alors que le ralentissement anticipé des éco- nomies émergentes s’est confirmé. Aussi, sous l’influence de la baisse du commerce mondial, la demande extérieure adressée à la France, et donc les exportations, ont reculé. La demande intérieure est restée trop faible pour compen- ser l’atonie de la demande mondiale. Dans ce contexte de ralentissement des exportations, de recul de la demande intérieure et de repli de l’investissement total, l’INSEE a donc annoncé une stagnation de l’activité en France au premier trimestre 2014, en recul par rapport à ses prévi- sions. La contraction a été particulièrement forte et inat- tendue dans la construction dont le repli de la production s’est élevé à -1,5 % (contre -0,7 % en prévision). En revanche, ses dernières prévisions restent inchangées et tablent sur une reprise modeste de la croissance du PIB, +0,3 %, au deuxième trimestre. Cette tendance se confir- merait au second semestre, avec une croissance de +0,3 % par trimestre. Sur la base de ces données, l’INSEE annonce une prévision de croissance annuelle de +0,7 % en 2014. S’agissant de l’investissement, les dernières pré- visions de l’INSEE ont été revues à la baisse, avec une baisse de -1,2 % de la formation brute de capital fixe pour 48% C’EST LA PROPORTION D’ENTREPRISES DE PLUS DE 100 SALARIÉS QUI ENVISAGENT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE AU 3E TRIMESTRE N° 48
  2. 2. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 2 2014 (contre -0,1% annoncée en début d’année). Ce contexte économique ne permet pas à l’emploi de re- partir à la hausse. Les dernières statistiques publiées par l’ACCOSS indiquent une quasi stabilité des effectifs sala- riés du secteur privé au premier trimestre 2014 (+ 0,1 %). Sur un an, l’emploi est stable également (-1 900 postes). Le taux de chômage annoncé par l’INSEE s’est établi à 10,1 % de la population active au premier trimestre 2014 (9,7 % en France métropolitaine). Il devrait se stabiliser à ce niveau (10,2 %) au second semestre. Fin mai 2014, 296 400 cadres étaient inscrits à Pôle Emploi, soit une progression plus rapide que celle de l’ensemble des ins- crits, respectivement +7 % et +4.9 %. Parmi ces deman- deurs d’emploi, 41% sont âgés de 45 ans et plus, et 39% sont au chômage depuis au moins 12 mois. – LA MAJORITÉ DES ENTREPRISES JUGE QUE LEUR ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE EST INCHANGÉ DEPUIS UN AN – Dans ce contexte économique incertain, les entreprises interrogées par l’Apec en juin 2014 pour son baromètre trimestriel sont proportionnellement plus nombreuses à déclarer que leur situation économique s’est améliorée depuis un an, 20 %, contre 14 % à la même période en 2013. Toutefois, près des deux tiers d’entre elles (63 %, soit + 4 points) jugent que leur situation économique est la même qu’il y a un an. Elles ne sont donc plus que 17 % (-10 points) à avoir vu leur situation économique se dégra- der depuis un an. Les entreprises les plus optimistes de ce point de vue sont celles des activités informatiques et de l’industrie qui sont respectivement 31 % et 28 % à juger que leur situation économique s’est améliorée depuis un an. A l’opposé, les entreprises du secteur de la construc- tion et de l’ingénierie-R&D déclarent plus souvent que leur situation économique s’est dégradée qu’améliorée : res- pectivement, 23 % et 12 % pour les premières et 25 % et 20 % pour les secondes. – LE NOMBRE D’ENTREPRISES DÉCLARANT AVOIR RECRUTÉ EST STABLE MAIS LE VOLUME DE RECRUTEMENTS EST EN HAUSSE – Avec 54 % d’entre elles ayant recruté au moins un cadre au cours du deuxième trimestre 2014, les entreprises de plus de 100 salariés interrogées pour le baromètre trimes- triel de l’Apec s’inscrivent dans la stabilité, puisqu’elles étaient 53 % dans ce cas il y a un an. Le signal le plus positif concerne les volumes concernés par ces recrute- ments. En effet, 32 % des entreprises ayant recruté au deuxième trimestre 2014 déclarent que leur volume de recrutement est en hausse contre 25 % un an auparavant et, 30 % déclarent que ce volume est en baisse, soit -9 points par rapport à l’année précédente. Quelques secteurs affichent une proportion d’entreprises ayant recruté en hausse, comme le conseil et services aux entreprises (+8 points), l‘industrie (+7 points) et la banque- assurances (+4 points). Mais, la proportion d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au cours du deuxième trimestre a fortement reculé dans deux secteurs. D’une part, les entreprises de la construction, en phase avec les indicateurs économiques du secteur, ne sont que 39 % à avoir recruté contre 53 % il y a un an. Et d’autre part, le recul est plus marqué pour les entreprises du secteur médico-social, qui sont 42 % à avoir recruté au moins un cadre soit -17 points. Ce sont toujours les remplacements qui motivent les recru- tements : 46 % des entreprises qui ont recruté au deu- xième trimestre 2014 l’ont fait d’abord pour pourvoir des postes vacants suite à des départs (turn-over ou départ à la retraite). Puis, le développement de l’activité est cité par 28 % des entreprises qui recrutent comme raison principale, niveau stable par rapport à 2013. Au deuxième trimestre 2014, 175 000 offres d’emploi ont été confiées à l’Apec, soit une progression de +9 % par rapport au deuxième trimestre 2013. – LES ENTREPRISES SONT PLUS PRUDENTES DANS LEURS PRÉVISIONS DE RECRUTEMENT – Par rapport au trimestre précédent, les entreprises se montrent plus prudentes dans leurs prévisions, avec 48 % d’entre elles qui envisagent de recruter au moins un cadre au cours du troisième trimestre 2014, soit un point de moins qu’au même trimestre 2013. Un peu plus des deux tiers d’entre elles sont certaines de transformer ces inten- tions en recrutements, à un niveau équivalent à celui observé il y a un an à la même période. Pour les entre- prises qui n’envisagent pas de recruter au prochain tri- mestre, le manque de départs (turn-over ou départs à la retraite) est le frein principal pour 55 % d’entre elles. Le secteur des activités informatiques présente le plus haut niveau d’intentions de recrutement de cette dernière vague du baromètre avec plus de 9 entreprises sur 10 - proportion stable - qui envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2014. Avec 50 % d’inten- tions de recrutement, le secteur de l’industrie enregistre la plus forte progression de cet indicateur, +6 points par rapport au troisième trimestre 2013. A l’opposé, ce sont les entreprises de la construction qui se montrent les moins optimistes, puisque 33 % d’entre elles envisagent de recruter au prochain trimestre, soit une chute de -11 points en un an. Bilan et perspectives de recrutement / Ensemble des secteurs (en %) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres 2e trimestre 2012 2013 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 2014 1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 40 50 60 46% 49% 48% 51% 52% 49% 46% 49%49% 55% 53% 54% 56% 53% 55% 53% 55% 54%
  3. 3. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 3 TENDANCES PAR SECTEUR INDUSTRIE Le secteur de l’industrie reste orienté nettement à la hausse. Les réalisations de recrutement gagnent 7 points en un an et les intentions de recrutement pro- gressent de 6 points. Dans ce secteur, un tiers des entre- prises qui recrutent indique un volume de recrutement actuel plus élevé que l’an passé. CONSTRUCTION Le secteur de la construction connaît un effondrement des réalisations de recrutements comme des prévisions. 39 % des entreprises ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2014, soit une chute de 14 points par rapport à l’an passé à la même période, et près de la moitié de celles qui ont recruté l’ont fait dans des volumes moindres. Les prévisions de recrutement au troi- sième trimestre chutent nettement (-11 points). Enfin, la moitié des entreprises de ce secteur recrutent pour rem- placer des départs. COMMERCE & TRANSPORTS La dégradation se poursuit dans le secteur du commerce et des transports. 38 % des entreprises ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2014, soit une baisse de 5 points par rapport à l’an passé à la même période. Les entreprises du secteur affichent un certain pessimisme : les prévisions de recrutements pour le troi- sième trimestre 2014 baissent de 3 points en un an. BANQUE & ASSURANCE Le secteur de la banque-assurance enregistre une pro- gression tant au niveau des recrutements du deuxième trimestre 2014 que des prévisions du troisième trimestre 2014 (+4 points par rapport à l’an passé). Près de 3 entreprises sur 10 de ce secteur indiquent en outre que leur volume de recrutement est en hausse par rapport à l’an passé. 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 52% 59% 50% 44% 52% 56% 57% 44% 53% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 53% 39% 33% 44% 53%51% 43% 42% 50% 46% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 43% 38% 37% 40% 33% 43% 37% 35% 46% 37% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 20 40 60 80 100 71% 75% 72% 68% 78%79% 71% 61% 72% 71% – BAROMÈTRE DE RECRUTEMENT CADRES – Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres
  4. 4. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 4 INGÉNIERIE–R&D Les réalisations de recrutement dans le secteur de l’Ingé- nierie-R&D au deuxième trimestre 2014 sont identiques à celles du deuxième trimestre 2013. De surcroît, pour près de la moitié des entreprises qui recrutent, leur vo- lume d’embauches est plus faible que l’an passé à la même période. Les prévisions de recrutement connaissent une légère baisse de 2 points en un an. ACTIVITÉS INFORMATIQUES Le secteur des activités informatiques connaît une situa- tion stable par rapport à l’an passé, avec des réalisations et des prévisions de recrutement à haut niveau. Ainsi, plus de 9 entreprises sur 10 de ce secteur ont recruté au moins un cadre pour le deuxième trimestre 2014. CONSEILS & SERVICES AUX ENTREPRISES Les réalisations de recrutement dans le secteur conseil et services aux entreprises se situent à un niveau plus élevé que les prévisions émises le trimestre précédent. Ainsi, 51 % des entreprises ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2014, soit une nette hausse de 8 points par rapport à l’an passé à la même période. Aussi, 44 % des entreprises de ce secteur prévoient d’embaucher des cadres au troisième trimestre 2014 soit une proportion équivalente à la même période l’an passé. MÉDICO-SOCIAL Le secteur médico-social connaît un nouveau fléchisse- ment : 42 % des entreprises ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2014, soit une forte chute de 17 points par rapport au deuxième trimestre 2013, et 44 % des entreprises prévoient de recruter au troi- sième trimestre 2014 contre 49 % il y a un an. Pour plus de la moitié des entreprises de ce secteur, les remplace- ments sont le principal motif de recrutements. 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 84% 84% 72%74% 76% 83% 81% 79% 88% 81% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 92% 91% 91% 91% 88% 88% 84% 93% 87% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 20 40 60 80 100 43% 51% 44%45% 48% 51% 57% 53% 49% 53% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2013 3e trimestre 2014 ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 20 40 60 80 100 59% 42% 44% 49% 51% 47% 57%57% 45%45% Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres
  5. 5. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 5 VOLUMES DE RECRUTEMENTS EXPLICATIONS AVANCÉES PAR LES ENTREPRISES QUI VONT RECRUTER La proportion d’entreprises ayant recruté au moins un cadre est en légère hausse d’un point par rapport à la même période il y a un an (54 % contre 53 %). Parmi les entreprises qui ont embauché au moins un cadre au deuxième trimestre 2014, 32 % indiquent que leurs re- crutements sont plus nombreux, contre 30 % qui jugent qu’ils sont moins nombreux que l’an passé à la même période. Ainsi, par rapport au deuxième trimestre 2013, les proportions sont quasiment inversées. En effet, à cette époque, 39 % des entreprises indiquaient des vo- lumes de recrutements en baisse et 25 % des volumes en hausse. Par différence, près de quatre entreprises sur dix estiment que leur volume d’embauche est stable. Les secteurs de l’industrie et du commerce-transport semblent les mieux orientés de ce point de vue. Plus du tiers des entreprises qui recrutent déclarent que leur volume d’embauches de cadres est plus élevé que l’an passé. Dans ces deux secteurs, la proportion d’entre- prises déclarant leur volume plus important est en forte hausse, respectivement de 18 et 11 points par rapport à la même période il y a un an. Dans la banque-assurance, la moitié des entreprises font part d’un volume actuel d’embauches de cadres iden- tique à celui de l’an passé à la même période. Dans ce secteur, on peut toutefois noter une amélioration : 29 % des entreprises de ce secteur indiquent que leur volume de recrutement est en hausse, soit 9 points de plus qu’au deuxième trimestre 2014. La situation est davantage stable dans le médico-social dont la majorité des entreprises qui recrutent indiquent que leur volume de recrutements de cadres est actuelle- ment identique à celui de la même période il y a un an. Les entreprises du conseil et services aux entreprises sont 46 % des entreprises qui recrutent avancent le turn-over et les départs à la retraite comme explication principale de leurs recrutements de cadres, soit une légère baisse de 3 points en un an. Le secteur médico-social, dont les recru- tements sont très majoritairement motivés par des rempla- cements, est celui qui avance le plus cette explication (75 %). De même, dans le commerce-transport et la construction, ce sont la moitié des entreprises qui indiquent que le remplacement des départs est la principale motiva- tion des embauches prévues. Ensuite, la part des entre- prises déclarant que leurs recrutements sont d’abord liés au développement de l’activité est stable par rapport à la même période que l’an passé pour s’établir à 28 %. Il convient toutefois de noter que dans le secteur des activi- tés informatiques, plus de 6 entreprises sur 10 avancent le développement de l’activité comme motif principal de re- crutement, ce qui témoigne d’un fort dynamisme pour ce secteur important pourvoyeur d’emplois cadres. Concernant la réorganisation interne, la part des recrute- ments de cadres au troisième trimestre 2014 est en légère baisse (-1 point) par rapport au troisième trimestre 2013. • Aussi nombreux 38% Nettement moins nombreux 7% Plutôt moins nombreux 23% Nettement plus nombreux 4% Plutôt plus nombreux 28% 0 10 20 30 40 50 49% 46% Au turn-over et départs à la retraite Au développement de l’activité À une réorganisation interne Aucune raison principale 28% 28% 9% 14% 13% 13% 3e TRIMESTRE 2013 3e TRIMESTRE 2014 Par rapport à la même période il y a un an, les recrutements de cadres dans votre entreprise sont-ils actuellement plus ou moins nombreux ? (en % d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au 2e trimestre 2014) Vos recrutements de cadres au 3e trimestre 2014 seront liés avant tout… (en % d’entreprises qui vont recruter) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres proportionnellement moins nombreuses à déclarer recru- ter de plus importants volumes de cadres qu’il y a un an (-5 points, de 32 % à 27 %) et déclarent plus souvent être dans la stabilité (45 % contre 39 % il y a un an). Enfin, la proportion d’entreprises déclarant que leur vo- lume de recrutements est plus faible au deuxième tri- mestre 2014 par rapport à la même période l’an dernier dépasse les 4 sur 10 dans la construction, l’ingénierie- R&D et les activités informatiques. On peut noter que 41 % des entreprises informatiques qui ont recruté au deuxième trimestre 2014 indiquent que leur volume d’embauches est en hausse, soit 14 points de plus qu’au deuxième trimestre 2013. •
  6. 6. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 6 POSTES PROPOSÉS PROFILS RECHERCHÉS Les cadres commerciaux restent les profils les plus recher- chés par les entreprises. 46 % des entreprises qui envi- sagent de recruter des cadres au troisième trimestre 2014 ciblent la fonction commercial-vente, soit une aug- mentation de 6 points par rapport au troisième trimestre 2013. Les cadres des fonctions gestion-finance-adminis- tration et études-R&D, sont quant à eux recherchés par près d’une entreprise sur trois qui prévoit de recruter. Par rapport à l’an passé à la même période, on peut noter une hausse des prévisions de recrutement de cadres Tous les profils de cadres ont vu leurs intentions d’em- bauches progresser. Toutefois, les entreprises continuent de cibler en priorité les profils de cadres de 1 à 10 ans d’expérience, en plus grande proportion qu’il y a un an. En effet, plus de 8 entreprises sur 10 qui envisagent de recruter des cadres au troisième trimestre 2014 ciblent des cadres ayant quelques années d’expérience. Par ailleurs, les cadres de 10 à 20 ans d’expérience sont recherchés par deux tiers des entreprises et les cadres de plus de 20 ans d’expérience sont sollicités par près de la moitié des entreprises qui prévoient de recruter. Ces deux catégories sont celles qui affichent la plus forte progres- sion, respectivement +8 points et +11 points. Enfin, 43 % des entreprises qui recrutent au troisième trimestre 2014 se déclarent ouvertes à l’embauche de jeunes diplômés. Cette proportion est en hausse de deux points par rapport au troisième trimestre 2013. • dans ces deux fonctions (respectivement +5 points et +4 points). En revanche, en lien avec des recrutements « moins nombreux » que l’an passé à la même période dans les secteurs ingénierie-R&D et activités informa- tiques, les cadres informaticiens sont moins recherchés (22 % contre 28 %, soit une baisse de 6 points) que l’an passé à la même période. Les autres fonctions sont ciblées par les entreprises dans des proportions proches de celles d’il y a un an. • 0 50 Com mercialvente Étudesrecherche & développement Gestion,finance adm inistration Servicestechniques Informatique Production industrielle travaux etchantier Ressourceshumaines Direction d’entreprise Santé,social,culture Com munication création 10% 5% 46% 35% 32% 27% 25% 22% 14% 10% 25 3e TRIMESTRE 20143e TRIMESTRE 2013 Jeunesdiplôm és Jeunescadres (1 à 5 ansd'expérience) Cadresconfirm és (5 à 10 ansd'expérience) Cadresconfirm és (10 à 20 ansd'expérience) Cadresconfirm és (+ de 20 ansd'expérience) 41 % 43 % 78 % 81 % 85 % 80 % 49 % 65 % 57 % 38 % 0 50 100 Prévisisons de recrutement par fonction (en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 3e trimestre 2014) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Prévisions de recrutement selon le profil (en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 3e trimestre 2014)
  7. 7. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 7 BILAN ÉVOLUTION DES OFFRES PAR FONCTION Offres d’emploi cadre Apec 2e trimestre 2014 2e trimestre 2013 Évolution Commercial, marketing 48 346 43 061 12% Communication, création 1 528 1 369 12% Études, recherche et développement 23 274 23 769 -2% Gestion, finance, administration 19 352 16 125 20% Informatique 44 338 41 300 7% Production industrielle, travaux, chantier 11 210 12 068 -7% Ressources humaines 6 738 5 203 30% Santé, social, culture 2 123 1 674 27% Services techniques 15 786 14 368 10% Ensemble 175 093 161 121 9% Pour le deuxième trimestre consécutif, le volume des offres d’emploi confiées à l’Apec est en progression (+9 %) avec plus de 175 000 offres au deuxième trimestre 2014. On retrouve cette forte hausse avec une augmentation de 25 points de l’indicateur de diffusion des offres d’em- ploi cadre sur Internet sur la même période. • Tous les domaines de la fonction commercial, marketing (+12 % et 28 % des offres) participent à la croissance du volume de ses offres, à l’exception de la fonction di- rection commerciale et marketing (-26%). La demande est particulièrement forte pour la fonction ventes en magasin (+25 %) et pour les commerciaux (+25 %). Les offres en informatique, qui représentent un quart de l’ensemble des offres affichent une croissance plus éle- vée que les trimestres précédents (+7 %). On peut noter la progression du volume des offres des domaines maî- trise d’ouvrage et fonctionnel (+24 %) et informatique web, sites et portails internet (+24 %). A l’opposé, la demande en informatique industrielle continue de se contracter (-14 %). Le volume des offres de la fonction production indus- – OFFRES D’EMPLOI – INDICATEUR DE DIFFUSION DES OFFRES D’EMPLOI CADRE SUR INTERNET Avec une progression de +25 points par rapport à la même période un an auparavant, l’indice trimestriel de diffu- sion des offres d’emploi cadre sur Internet s’établit au deuxième trimestre 2014 à 276. Les fonctions commercial, marketing et informatique, qui sont à l’origine de la moi- tié des offres cadres, contri- buent largement à cette croissance avec une augmen- tation respective de +31 points et +25 points. Deux fonctions affichent toujours un repli, production indus- 276 251 base 100 au 1er trimestre 2004 60 110 160 210 260 310 2008 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2009 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2010 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2011 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2012 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2013 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2014 1er trim 2e trim Indice trimestriel de diffusion des offres d’emploi cadre sur Internet Source:ApecSource:Apec,offresApec Le volume des offres de la fonction services techniques (9 % de l’en- semble des offres) a progressé de +10 % par rapport au deuxième trimestre 2013, porté par la hausse de la demande pour la direction des services techniques (+43 %) et pour la logistique (+20 %). Les autres fonctions affichent une croissance du volume de leurs offres : + 30 % pour les ressources humaines (4 % des offres), +27 % pour la fonction santé, social, culture (1 % de l’ensemble des offres), +20 % pour la fonction gestion, finance, administration (11 % des offres) et + 12 % pour la communication, création (1 % de l’ensemble des offres).  • trielle, travaux et chantier (6 % de l’ensemble des offres) est à nouveau en repli ce trimestre, -7 %. La baisse de la demande pour les cadres de production industrielle (-14 %) comme celle pour les cadres de chantier (-6 %) contribuent à ce recul. Le recul du volume des offres de la fonction études, R&D (13% de l’ensemble des offres) est minime ce trimestre (-2 %). Mais la situation est très disparate selon les domaines : de -12% pour la conception, recherche à +13 % pour les études socio-économiques dont la demande retrouve un rythme positif après plusieurs années de repli. trielle, travaux et chantier (-10 points) et études, R&D (-11 points).. •
  8. 8. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 8 LES CANDIDATURES LE TAUX DE RECRUTEMENT – ENQUÊTE DE TENSION – Une offre confiée à l’Apec au dernier trimestre 2013 a attiré en moyenne 46 candidatures (contre 45 un an auparavant). Ce nombre est resté stable entre le troisième et le quatrième trimestre 2013, à un niveau proche de celui observé sur la même période en 2010. Les candidatures dans la fonction gestion-finance-administration augmen- tent le plus fortement, de 53 à 63 en moyenne, mais restent en-dessous du niveau observé au quatrième trimestre 2011 (67 candidatures en moyenne). Ce sont les offres en droit-fiscalité qui attirent le plus de pos- tulants dans cette fonction (79 en moyenne). La hausse des candidatures est plus modérée dans les fonctions production industrielle-travaux et Trois à six mois après la parution de l’offre, 64 % des postes proposés au quatrième trimestre 2013 sont pourvus. Le taux de recrutement est légè- rement plus élevé qu’au dernier trimestre 2012 (62 %). L’augmentation du taux de recrutement concerne les créations de poste et les remplacements (respectivement +2 points et +1 point), mais l’écart reste important : seuls 57 % des recrutements qui correspondent à de nouveaux postes sont finalisés dans les trois à six mois, contre 70 % de ceux relatifs à des remplacements. Le poids des créations de poste dans les motifs de recrutement est en hausse (de 49 % à 52 %). La part des créations de poste augmente de façon particulièrement importante dans les fonctions santé-social-culture (de 24 % à 31 %), communication-création (de 35 % à 46 %) et com- mercial-marketing (de 42 % à 53 %). Dans cette dernière fonction, la hausse significative de la part de créations de poste peut être la consé- quence d’un développement des activités et d’une plus grande confiance des entreprises, qui réinvestissent dans les fonctions commerciales. Le besoin de renforcer leurs équipes commerciales leur apparaît comme suffisamment pérenne pour créer de nouveaux postes et pour finaliser ces recrutements rapidement. Ainsi, les postes en commerce-marketing sont ceux qui connaissent l’augmentation la plus forte de leur taux de recrutement, de 60 % à 64 % entre les derniers trimestres 2012 et 2013. Les fonctions qui parviennent le plus facilement à pourvoir leurs postes restent les fonctions supports, qui recrutent plus pour remplacement qu’en moyenne : gestion-finance-administration (75 %), communication- création (73 %) et ressources humaines (73 %). Ces deux dernières fonc- tions connaissent toutefois une légère baisse de leur taux de recrutement par rapport au quatrième trimestre 2012. Avec une faible attractivité de ses offres et la proportion la plus élevée de créations de poste (68 %), la fonction études-R&D enregistre le plus faible taux de recrutement, en léger recul par rapport au quatrième tri- mestre 2012 (53 % contre 55 %). La plus forte baisse du taux de recru- tement concerne la fonction santé-social-culture. Les recrutements y sont moins souvent finalisés dans les 3 à 6 mois (63 % au dernier trimestre 2013 contre 73 % un an auparavant) mais les recrutements abandonnés restent très rares (seulement 5 % contre 12 % en moyenne). Le recul du taux de recrutement est plutôt le résultat de procédures qui s’allongent, avec l’augmentation de la part des créations de poste dont les recrute- ments sont plus difficiles à finaliser. • 20 30 50 70 2009 4e trim 2010 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2011 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2012 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2013 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 53 43 4645 57 45 48 43 34 36 37 39 41 40 42 46 41 Nombre moyen de candidatures par offre Source:enquêteApecdesuividesoffresSource:enquêteApecdesuividesoffres Part des recrutements abandonnésPart des recrutements en coursTaux de recrutement 10% 67% 14% 62% 12% 62% 11% 64% 23% 24% 26% 25% 2010 2011 2012 2013 Taux de recrutement 3 à 6 mois après la parution de l’offre (en %) – Offres du 4e trimestre chantier (34 postulants en moyenne contre 30 au der- nier trimestre 2012) et ser- vices techniques (49 contre 44). Les postes en communi- cation-création restent ceux qui attirent le plus de candi- dats, avec 116 postulants en moyenne contre 107 il y un an. Le nombre moyen de pos- tulants reste stable dans les fonctions études-R&D (34) et ressources humaines (77). A contrario, la fonction santé-social-culture enregistre une légère baisse du nombre de ses candidats entre les derniers trimestres 2012 et 2013 (30 candidatures en moyenne contre 32). Il s’agit de la fonction qui attire le moins de candidats ce trimestre. Ce recul suit la tendance observée sur toute l’année 2013 dans cette fonction par rapport à l’année 2012. La fonction informatique a, elle aussi, attiré moins de candidats au qua- trième trimestre 2013 qu’en 2012 (33 contre 31 un an auparavant), alors que le nombre moyen de candidatures sur les trois premiers trimestres était plus élevé qu’en 2012. •
  9. 9. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2014 / NUMÉRO 48 9 LES RECRUTEMENTS EN COURS ET ABANDONNÉS LA TENSION Comme au quatrième trimestre 2012, un quart des recrutements sont toujours en cours trois à six mois après la parution de l’offre sur le site de l’Apec. Et 11% des recrutements ont été abandonnés, contre 12 % un an auparavant. L’allongement des procédures de recrutement est principalement expli- qué par le manque de candidatures adaptées (65 % des recruteurs citent cette raison). Ce motif est en augmentation par rapport au qua- trième trimestre 2012, suggérant un creusement de l’écart entre le profil des candidats et les attentes des recruteurs. La part des recrutements toujours en cours est la plus élevée (plus de 30 %) dans les fonctions production industrielle-travaux et chantier, santé-social-culture et études- R&D, pour lesquelles les recruteurs ren- contrent des difficultés pour trouver les profils qu’ils recherchent. Les candidats expérimentés y sont rares, très convoités et souvent déjà en poste1 . La proportion de procédures abandonnées est stable par rapport au trimestre de l’année précédente. Les recrutements concernant des créa- tions de poste sont plus souvent abandonnés que ceux concernant des remplacements (15 % contre 9 %). Les explications apportées à l’aban- don de la procédure s’équilibrent entre une redéfinition du poste, un manque de candidatures adaptées, des raisons économiques ou bud- gétaires et une disparition du besoin (autour de 20 % chacune). Ces raisons peuvent être en partie liées. Ainsi, en cas de difficultés écono- miques et de contraction de l’activité, l’entreprise peut décider de Les recruteurs expriment moins de difficultés à trouver des candidats adaptés aux postes à pourvoir qu’un an auparavant : ils sont 60 % à juger qu’il est difficile de pourvoir leurs postes, contre 64 % un an plus tôt. Toutefois, la part des recrutements jugés très difficiles reste identique (17 %). Le recul du sentiment de tension concerne toutes les fonctions, à l’exception des ressources humaines où il est stable et des services techniques (+1 point). Les recrutements en informatique sont les plus difficiles aux yeux des recruteurs mais le sentiment de tension est en recul : les recru- teurs sont 71 % à considérer qu’il est difficile de trouver des candidatures adaptées à ces postes (dont 22 % très difficile) contre 77 % un an plus tôt. Il s’agit du plus bas niveau de tension exprimé depuis le premier trimestre 2010. Les postes en informatique industrielle et d’ingénieur systèmes et réseaux restent par- ticulièrement difficiles à pourvoir, les candi- dats potentiels étant très demandés. Les recruteurs expriment aussi nettement moins de difficultés à pourvoir leurs postes en santé-social-culture, alors même que le nombre moyen de candidatures recule légère- ment. Ils sont 49 % à déclarer des difficultés contre 61 % un an plus tôt. s’orienter vers une réorganisation des services, qui peut conduire à une modification du profil de poste ou une disparition du besoin. Les recrutements dans la fonction communication-création sont les plus souvent abandonnés ce trimestre (17 %), alors même que les recrute- ments pour remplacement sont majoritaires (54 %). Les motifs d’aban- don sont principalement les raisons économiques et budgétaires, ces postes apparaissant moins essentiels pour les entreprises en cas de difficultés économiques. Dans les fonctions études-R&D et services techniques, les recrutements sont aussi plus souvent abandonnés qu’en moyenne (15 % contre 12 %). Les raisons budgétaires sont la principale raison citée dans la fonction études-R&D où la part de créations de poste est très élevée (68 %) tandis que les recruteurs mettent en avant le manque de can- didatures adéquates pour les postes en services techniques. A l’inverse, les recrutements ne sont que très rarement abandonnés dans les fonctions santé-social-culture et direction d’entreprise, à hau- teur de 5 % d’entre eux. Les recrutements pour remplacements, qui sont plus difficilement remis en cause, sont très largement majoritaires dans ces fonctions (seulement 18 % de créations de poste en direction d’entreprise et 31 % en santé-social-culture). • Source:enquêteApecdesuividesoffres Part des recrutements jugés difficiles par fonction (en %) Offres du 4e trimestre Offres du 4e trimestre 2012 Offres du 4e trimestre 2013 Commercial, marketing Études, recherches et développement Ensemble Santé, social, culture Informatique Production industrielle, travaux, chantiers Ressources humaines Gestion, finance, administration Services techniques Communication, création Direction d'entreprise 64 % 77 % 71 % 69 % 66 % 60 % 62 % 59 % 60 % 59 % 56 % 57 % 62 % 50 % 61 % 49 % 51 % 45 % 43 % 43 % 48 % 32 % 1. Dans la fonction Production industrielle–travaux et chantier, les cabinets signalent des difficultés à suivre le devenir des recrutements au niveau de leurs entreprises clientes. Certains indiquent que le recrutement est « toujours en cours » car ils ne connaissent pas l’issue donnée au recrutement par leur client. Les recrutements les plus faciles à finaliser aux yeux des recruteurs restent ceux des fonc- tions support : gestion-finance-administration- juridique (50 % de recrutements jugés diffi- ciles), ressources humaines (43 %) et communication-création (32 %). Les postes en communication-création sont jugés nette- ment plus faciles à pourvoir qu’il y a un an (48 % de recrutements jugés difficiles au dernier trimestre 2014). Cette fonction profite de la forte attractivité de ses offres auprès des candidats (116 candidatures en moyenne). •
  10. 10. www.apec.fr Le baromètre trimestriel de recrutement cadre permet de connaître l’évolution du climat chez les recruteurs à partir de l’interrogation d’un panel de 750 entreprises de plus de 100 salariés représentatives du secteur privé. L’interrogation téléphonique a été confiée en juin 2014 à la société GN Research. Le bilan des offres d’emploi concerne les offres d’emploi cadre confiées à l’Apec lors du trimestre écoulé et l’indice de diffusion des offres sur Internet est établi sur la base d’un sondage réalisé mensuellement sur des sites représentatifs des offres d’emploi cadre. Deux principaux facteurs expliquent l’amplification du volume des offres diffusées observée durant ces dernières années : pour une opportunité d’emploi, un recruteur peut publier plusieurs offres pour élargir sa recherche de candidats, et pour certaines fonctions comme l’informatique, plusieurs recruteurs diffusent la même offre en anticipation de marchés, et in fine, un seul recrute. L’enquête de suivi des offres et de tension 3 010 entreprises et cabinets de recrutement ayant confié une offre à l’Apec au quatrième trimestre 2013 ont été interrogés en avril 2014 sur le recrutement lié à une offre et, le cas échéant, sur les difficultés rencontrées. Pour tenir compte des spécificités de recrutement des ESN (entreprises de services du numérique, nouvelle appellation des sociétés de service en ingénierie informatique), elles font l’objet d’une interrogation spécifique qui conduit à produire des résultats concernant le recrutement hors ESN. Les données concernant la tension les intègrent. 3 736 postes à pourvoir ont été renseignés. Les résultats sont redressés de façon à être représentatifs des offres confiées à l’Apec au cours du trimestre de référence par les entreprises et cabinets de recrutement. L’interrogation téléphonique a été confiée à la société GN Research. ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS 0810 805 805* DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H *prix d’un appel local Directeur de la publication : Jean-Marie Marx Directeur du département études et recherche : Pierre Lamblin Coordination & rédaction : Laurence Bonnevaux, Clotilde Binet, France Lhermitte, Kamel Yahyaoui Maquette : Daniel Le Henry 3e TRIMESTRE 2014 NOTE DE CONJONCTURE TRIMESTRIELLE DE L’APEC N° 48 MÉTHODOLOGIE

×