LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE
Dernier volet des publications de l’enquête
annuelle de conjoncture menée par l’Apec
auprès des e...
–	LES ÉTUDES
	 DE L’EMPLOI CADRE
	 DE L’APEC–
Observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe les
évo...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 1
–SOMMAIRE–
	 2	 Principaux enseignements
	 3	Méthodologie...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20142
L’emploi cadre tout comme l’emploi salarié est
concentré da...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 3
–MÉTHODOLOGIE–
Cette étude repose sur l’enquête annuelle ...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20144
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 5
–1–
–LES TENDANCES
DE L’EMPLOI
CADRE
EN RÉGIONS–
	6	 L’em...
TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20146
–L’EMPLOI CADRE E...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 7
ÎLE-DE-FRANCE
HAUTE-
NORMANDIE
BASSE-
NORMANDIE
BRETAGNE
...
TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20148
Le taux d’encadre...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 9
Au global, toutes les régions ont vu leur taux d’enca-
dr...
TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201410
–AQUITAINE ET MI...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 11
Quant aux régions locomotives de l’emploi cadre
(Île-de-...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201412 APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 13
–2–
–LE DYNAMISME
DES MARCHÉS DE
L’EMPLOI CADRE
RÉGIONAUX...
LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 15
– Figure1 –
Cartographie des marchés régionaux d’emploi c...
LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 17
- Effet spécifique : Si la région disposait des mêmes
fac...
LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 19
–3–
–LE MARCHÉ DE
L’EMPLOI CADRE EN
RÉGION EN 2014–.
	20	...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201420
–DANS 1 R...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 21
page que d’une réelle reprise sur le marché de
l’emploi ...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201422
–LES RECR...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 23
11%11%
22%
6 % 14 %
11 % 10 %
18 %
13 %
16 %
11 %
10 %
2...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201424
entrepris...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 25
–­
LE COMMERCE SERAIT DYNAMIQUE SUR
LE MARCHÉ DE L’EMPLO...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201426
–LES OPPO...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 27
tagne, Île-de-France, Limousin, Midi-Pyrénées, PACAC,
Pi...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201428
–TOUTES L...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 29
– Figure 3–
Cartographie des régions selon le niveau d’e...
LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201430
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 31
–4–
–LA PRUDENCE
PRÉDOMINE
POUR 2014–
	 32	 Les perspect...
LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014–4–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201432
–LES PERSPECTIVES D’EMP...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 33
Enfin, en Bourgogne, Champagne-Ardenne et
Picardie, ce s...
LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014–4–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201434
–L’EMPLOI CADRE : DES P...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 35
–
LES RÉGIONS LES MOINS OPTIMISTES
–
Seule la Haute-Norm...
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201436
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 37
–5–
–ANNEXES–
ANNEXES–5–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201438
Fourchette
basse
Fourchette
haute
Alsace 3 080 ...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 39
Industrie Construction Commerce Services
Alsace 19 % 7 %...
ANNEXES–5–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201440
Direction
générale
Finance,
comptabi-
lité
Admi...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 41
Jeunes
diplômés
de moins
d'1 an
d'exp
Cadres de
1 à 5 an...
ANNEXES–5–
APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201442
Croissance
de l'effectif
salarié
Réduction
de l...
APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 43
Croissance
de l'effectif
salarié
Réduction
de l'effectif...
–	LES MARCHÉS RÉGIONAUX
DE L’EMPLOI CADRE EN 2013
ET 2014–
Les marchés régionaux de l’emploi cadre présentent des
spécific...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Apec - Les marchés régionaux de l’emploi cadre en 2013 et 2014

537 vues

Publié le

Une étude de l'Apec pour tout savoir sur les marchés de l'emploi cadre dans les régions en 2013 et 2014.

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
537
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Les marchés régionaux de l’emploi cadre en 2013 et 2014

  1. 1. LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE Dernier volet des publications de l’enquête annuelle de conjoncture menée par l’Apec auprès des entreprises. – Caractéristiques du marché de l’emploi cadre en régions. – Prévisions et perspectives pour 2014 N°2014-47 JUIN 2014 –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014–
  2. 2. – LES ÉTUDES DE L’EMPLOI CADRE DE L’APEC– Observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe les évolutions dans un programme annuel d’études et de veille : grandes enquêtes annuelles (recrutements, salaires, métiers et mobilité professionnelle des cadres, insertion professionnelle des jeunes diplômés…) et études spécifiques sur des thématiques clés auprès des jeunes diplômés, des cadres et des entreprises. Le département études et recherche de l’Apec et sa quarantaine de collaborateurs animent cet observatoire. Toutes les études de l’Apec sont disponibles gratuitement sur le site www.cadres.apec.fr > rubrique Observatoire de l’emploi. © Apec, 2014 Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association pour l’emploi des cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901 et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre collective, l’Apec en a la qualité d’auteur. L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, UGICA-CFTC, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122-4 et L335-2 du code de la Propriété intellectuelle).
  3. 3. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 1 –SOMMAIRE– 2 Principaux enseignements 3 Méthodologie – 1 LES TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS – 6 L’emploi cadre et l’emploi salarié sont très concentrés dans 3 régions 8 L’Île-de-France affiche le plus fort taux d’encadrement 9 Dans toutes les régions, l’emploi cadre a progressé plus rapidement que l’emploi salarié entre 2003 et 2013 10 Aquitaine et Midi-Pyrénées sont les régions les plus dynamiques en termes de croissance de l’emploi cadre – 2 LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013 – 14 Les marchés de l’emploi cadre ont été relativement fluides et dynamiques en 2013 en Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Rhône-Alpes 18 La contribution des régions à la création de nouveaux postes cadres n’est pas toujours proportionnelle à leur poids dans l’effectif cadre – 3 LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014 – 20 Dans 1 région sur 2 les recrutements de cadres prévus seraient en hausse en 2014 22 Les recrutements de cadres prévus en région pour 2014 sont marqués par l’empreinte sectorielle des territoires 26 Les opportunités pour les cadres de la fonction commerciale sont présentes sur tout le territoire 28 Toutes les régions présentent des opportunités d’emploi pour les débutants et les cadres les plus expérimentés – 4 LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014 – 32 Les perspectives d’emploi salariés… la structure sectorielle en toile de fond 34 L’emploi cadre : des perspectives mieux orientées pour 2014 – 5 ANNEXES –
  4. 4. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20142 L’emploi cadre tout comme l’emploi salarié est concentré dans 3 régions : Île-de-France, Provence- Alpes-Côte d’Azur, Corse et Rhône-Alpes. Le taux d’encadrement a progressé dans toutes les régions entre 2003 et 2013. Si dans certaines régions l’em- ploi salarié a diminué entre 2003 et 2013, l’emploi cadre s’est, lui, accru sur tous les territoires. Avec des périodes de croissance plus ou moins rapide : entre 2003 et 2007, l’emploi cadre s’est révélé dynamique avec un rythme de croissance annuel moyen proche de 2 % dans la majorité des régions. Le déclenche- ment de la crise en 2008 a mis un coup de frein à cette progression dans quasiment toutes les régions. Seules, l’Aquitaine et l’Auvergne ont conservé des rythmes de croissance annuels moyens proches de 2 % entre 2008 et 2013. En 2013, la plupart des marchés régionaux d’emploi cadre se sont révélés prudents, ralentis ou affaiblis. Seuls, ceux des régions Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de- Calais, Picardie et Rhône-Alpes peuvent être consi- dérés comme dynamiques relativement aux autres régions. Pour 2014, 11 régions sur 21 devraient enregistrer une hausse du nombre de recrutements cadres. Pour celles-ci, il s’agira vraisemblablement plutôt d’un rat- trapage des embauches que d’une réelle reprise. Pour les autres, la baisse des recrutements enregistrée en 2013 pourrait se poursuivre en 2014. Les marchés du recrutement cadre en régions sont fortement mar- qués par leur orientation sectorielle : en Île-de-France et PACAC plus de 3 embauches prévues sur 4 seraient réalisées par des entreprises des services. En –PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS– Auvergne, Centre, Champagne-Ardenne, Franche- Comté, Haute-Normandie, Picardie et en région Poi- tou-Charentes, l’industrie représenterait en 2014 au moins 30 % des embauches de cadres. Enfin, le com- merce pourrait représenter près d’un quart des em- bauches de cadres dans le Nord-Pas-de-Calais. Les opportunités pour les cadres de la fonction com- merciale seraient réparties quasiment sur tout le territoire, tandis que les embauches de cadres infor- maticiens se concentreraient principalement en Île-de-France et Midi-Pyrénées. Les cadres d’études- R&D seraient davantage recherchés dans les régions où les entreprises d’industries de pointe sont bien implantées, comme en Île-de-France, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes mais également en Bretagne, Limousin et Picardie. Interrogées fin 2013, les entreprises faisaient état d’une grande prudence pour 2014 : 3 sur 4 envisa- geaient une stabilité de leur effectif salarié au cours des douze prochains mois. C’est dans le quart Sud- Ouest et le Nord qu’elles prévoyaient plus souvent d’augmenter leur effectif salarié que de de le réduire. En revanche, en Bourgogne, Haute-Normandie et en Languedoc-Roussillon les entreprises envisageaient plus fréquemment de réduire leur effectif salarié que de l’accroître. La prudence est traditionnellement plus marquée pour les effectifs cadres : plus de 8 entreprises sur 10 envisagent de maintenir stable leur effectif cadre au cours des douze prochains mois. Néanmoins, dans la quasi-totalité des régions, les projets de croissance de l’effectif cadre l’emportent sur ceux de réduction. •
  5. 5. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 3 –MÉTHODOLOGIE– Cette étude repose sur l’enquête annuelle de conjonc- ture sur l’emploi des cadres dans les entreprises du secteur privé (cotisant à Pôle emploi pour leurs sala- riés), en France métropolitaine. Le champ de l’en- quête concerne les cadres pour lesquelles les entre- prises cotisent à l’Agirc au titre des articles 4 et 4bis. L’enquête est menée auprès d’un échantillon perma- nent de 11 000 entreprises représentatif de la répar- tition par région, par taille et secteur d’activité des salariés du secteur privé, soit près de 23 000 établis- sements représentant 1 120 000 salariés dont 192 000 cadres. Les entreprises interrogées comptent au moins 1 salarié. Dans les entreprises, les personnes interrogées sont directeur(ice) ou responsable des ressources hu- maines (DRH /RRH), ou responsable du personnel. Dans les plus petites structures, c’est le(a) gérant(e) ou le(a) directeur(ice) général (e) qui est interrogé(e). L’interrogation téléphonique a été confiée à GN Re- search France et s’est déroulée du 17 octobre au 13 décembre 2013. Le questionnaire a permis de recueillir le nombre de recrutements de cadres réalisés par les entreprises du 1er janvier au 31 décembre 2013, le nombre de promo- tions internes de salariés au statut de cadre et le nombre de sorties de cadre (par démission, licencie- ment, départ à la retraite…) sur la même période. Sont également recueillies les prévisions de recrutements de cadres, de promotions internes de salariés au statut de cadre et de départs à la retraite pour 2014. Les recrutements considérés concernent les CDI et CDD d’un an et plus. Ils sont déclinés en 6 niveaux d’expérience et en 9 fonctions. Définitions : Le taux d’encadrement représente la part de cadres dans l’effectif salarié. Cet indicateur évolue peu d’une année sur l’autre. Analyser son évolution a du sens sur une longue période. Cela permet alors d’avoir un éclairage sur les évolutions structurelles d’un marché. Le taux de recrutement exprime le ratio nombre de recrutements en année n / effectif cadre en année n-1. Le taux de sortie exprime le ratio nombre de sorties en année n / effectif cadre en année n-1. Le taux de mobilité interentreprises exprime la moyenne des taux de recrutement de cadres ayant au moins 1 an d’expérience. Il permet de mesurer l’intensité des changements d’entreprise sur un marché, que les personnes concer- nées passent ou non par une période de chômage. On peut parler aussi de mesure de l’intensité de la mobilité externe. L’évolution du taux de mobilité interentreprises d’une année sur l’autre est un indicateur de l’évolution de la mobilité externe des cadres dans un secteur. Une évolution à la hausse est signe d’une mobilité plus forte qui peut être favorisée par une conjoncture plus favorable. Sur une année, la comparaison des taux de mobilité interentreprises dans plusieurs secteurs permet de faire ressortir les différences entre secteurs quant à la mobilité externe de leurs cadres et donc, en creux, l’état de leur marché. Le taux de croissance annuel moyen de la popu- lation cadre représente le rythme moyen d’évolution de la population cadre sur une durée déterminée. •
  6. 6. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20144
  7. 7. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 5 –1– –LES TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS– 6 L’emploi cadre et l’emploi salarié sont très concentrés dans 3 régions 8 L’Île-de-France affiche le plus fort taux d’encadrement 9 Dans toutes les régions, l’emploi cadre a progressé plus rapidement que l’emploi salarié entre 2003 et 2013 10 Aquitaine et Midi-Pyrénées sont les régions les plus dynamiques en termes de croissance de l’emploi cadre
  8. 8. TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20146 –L’EMPLOI CADRE ET L’EMPLOI SALARIÉ SONT TRÈS CONCENTRÉS DANS 3 RÉGIONS– ÎLE-DE-FRANCE HAUTE- NORMANDIE BASSE- NORMANDIE BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE PICARDIE CHAMPAGNE- ARDENNE LORRAINE CENTRE ALSACE FRANCHE- COMTÉBOURGOGNE AUVERGNE LIMOUSIN AQUITAINE MIDI- PYRÉNÉES POITOU- CHARENTES RHÔNE-ALPES LANGUEDOC- ROUSSILLON PROVENCE- ALPES- CÔTE D'AZUR CORSE NORD-PAS-DE-CALAIS – Carte 1 – Répartition des effectifs cadres par région en 2013 Source:Apec,2014 La répartition des effectifs cadres par région est très proche de celle constatée pour les salariés, excepté pour la région Île-de-France (cartes 1 et 2). Plus de la moitié des cadres en poste dans le secteur privé et plus de quatre salariés sur dix se polarisent dans les trois grandes régions : Île-de-France, Pro- vence-Alpes-Côte d’Azur et Corse (PACAC) et Rhône- Alpes. La concentration des entreprises dans les grandes métropoles régionales explique la surrepré- sentation des salariés et cadres dans ces régions. Par ailleurs, la densité et la diversité des entreprises sont des éléments déterminants dans l’attractivité régio- nale, notamment pour les cadres, que ce soit en termes d’opportunités de mobilité professionnelle, d’évolution de carrière ou de rémunération. L’Île-de-France, de par sa position de région capitale, conjugue tous ces éléments et concentre 24 % de salariés et 36 % de cadres. Le territoire francilien joue un rôle moteur dans l’économie française, non seule- ment par sa contribution à la richesse nationale mais aussi par son importance stratégique liée à la pré- sence de grands centres de décisions économiques1 . C’est en Île-de-France que les grandes entreprises pèsent le plus dans l’emploi et Paris est la zone d’em- ploi2 qui, en France, concentre le plus de cadres. Après l’Île-de-France, Rhône-Alpes est la deuxième région concentrant le plus de cadres et de salariés. Son poids dans les effectifs cadres et salariés comp- tablisés en France y est similaire (11 %). Cette région 1 Attractivité, compétence et emploi cadre en Île-de-France, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2013-54, septembre 2013. 2 Pour l’Insee, une zone d’emploi constitue un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les entreprises peuvent trouver l’essentiel de la main d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. 36 % des cadres travaillent en Île-de-France. de 1 % à 2 % de 3 % à 4 % 5 % 7 % 11 % 36 %
  9. 9. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 7 ÎLE-DE-FRANCE HAUTE- NORMANDIE BASSE- NORMANDIE BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE PICARDIE CHAMPAGNE- ARDENNE LORRAINE CENTRE ALSACE FRANCHE- COMTÉBOURGOGNE AUVERGNE LIMOUSIN AQUITAINE MIDI- PYRÉNÉES POITOU- CHARENTES RHÔNE-ALPES LANGUEDOC- ROUSSILLON PROVENCE- ALPES- CÔTE D'AZUR CORSE NORD-PAS-DE-CALAIS – Carte 2 – Répartition des effectifs salariés par région en 2010 Source:Unédic,2011(dernièresdonnéesdisponibles) présente un profil industriel d’activités à forte valeur ajoutée (biotechnologies, composants électroniques…) relativement équilibré avec son secteur tertiaire. La vitalité économique rhônalpine se matérialise égale- ment par la présence sur le territoire de 15 pôles de compétitivité dont 5 à vocation mondiale3 . Enfin, la région PACAC est la troisième région d’em- ploi. Elle pèse autant dans l’emploi cadre (7 %) que dans l’emploi salarié (8 %). Elle présente des activi- tés variées et à forte valeur ajoutée qui reposent sur un tissu industriel centré autour d’activités de pointe (aéronautique, composants électroniques, pharmacie…). La région est aussi marquée par la prédominance du secteur tertiaire qui contribue pour près de 60 % à la valeur ajoutée de la région4 . Derrière ce trio de tête, les régions Nord-Pas-de-Calais et Pays de la Loire se démarquent également pour représenter 5 % de l’effectif cadre, soit entre 130 000 et 150 000 cadres en 2013, et 6 % de l’effectif salarié. Sur le reste du territoire, les effectifs cadres et salariés se répartissent de manière plus homogène et simi- laire. Ainsi, aucune région ne concentre plus de 5% de l’effectif national. Pour nombre d’entre elles (Au- vergne, Basse-Normandie, Bourgogne, Champagne- Ardenne, Franche-Comté, Limousin, Picardie, Poitou- Charentes), leur poids dans la population cadre et salariée n’excède guère 1 ou 2 %. • 3 Attractivité, compétence et emploi cadre en Rhône-Alpes, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2013-52, septembre 2013. 4 Insee, comptes régionaux des ménages, données 2012 provisoires.11 % des salariés travaillent en Rhône-Alpes. de 1% à 2% de 3% à 4% de 5% à 6% 8% 11% 24%
  10. 10. TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 20148 Le taux d’encadrement varie sensiblement selon les régions (carte 3). Si l’on considère région par région l’importance de l’emploi cadre dans l’emploi total, l’économie francilienne affiche un taux d’encadre- ment (26 %) très largement supérieur à la moyenne nationale (18 %). La région tire d’ailleurs ce taux vers –L’ÎLE-DE-FRANCE AFFICHE LE PLUS FORT TAUX D’ENCADREMENT– 5 La sphère de l’économie résidentielle contient principalement les services aux particuliers, la construction, la santé, l’action sociale, le commerce de détail, les activités financières et le transport de voyageurs. Pour ces activités de proximité, la localisation de l’emploi dépend des besoins de la population résidente ou de passage (touristes, déplacements professionnels journaliers). La sphère résidentielle repose sur les dépenses des personnes résidentes ; elle capte également les revenus des personnes de passage (touristes, migrations alternantes). Source : Insee Aquitaine, « Economie résidentielle ou productive : le choix des territoires », mars 2008, n°175. le haut : hors Île-de-France, le taux d’encadrement national s’élève à seulement 16 %. L’Île-de-France bénéficie d’une importante concentra- tion de centres R&D, d’activités de services à fort taux d’encadrement (ingénierie, activités informatiques, études techniques, conseil…) et de nombreux sièges sociaux et centres de décisions à très forts contin- gents de cadres.  La région Midi-Pyrénées, 6è région en termes d’effec- tif cadre, présente le deuxième taux d’encadrement le plus élevé (19 %). Ceci s’explique par le dévelop- pement d’activités tertiaires et le poids considérable dans l’emploi des filières aéronautique et spatiale, génératrices d’activités de services à forte valeur ajoutée (R&D, ingénierie, informatique…) et em- ployeuses de cadres. Les régions PACAC et Rhône-Alpes affichent un taux d’encadrement identique à la moyenne nationale (18 %). L’économie rhônalpine est en effet caractéri- sée par un socle industriel solide et diversifié et une offre de services étoffée. PACAC, se distingue par la présence importante d’activités économiques embau- chant de nombreux cadres (services aux entreprises, R&D, industries ou technologies de pointe…). Les bassins d’emploi industriel traditionnel (Cham- pagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Picardie) ou ceux centrés sur une économie à dominante rési- dentielle5 (Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes) affichent des taux d’encadrement moins élevés que la moyenne nationale. Enfin, dans certaines régions, la part des cadres dans la population salariée est la plus faible : Auvergne, Basse-Normandie et Limousin (13 %).•Taux le plus élevé Taux supérieur ou égal à la moyenne nationale Taux inférieur à la moyenne nationale Taux très inférieur à la moyenne nationale France entière hors Île-de-France = 16 % France entière = 18 % 18 % 18 % 19 % 15 % 16 % 14 % 13 % 13 % 14 % 16 %14 % 14 % 13 % 15 % 16 % 16 % 15 %26 % 15 % 16 % 14 % – Carte 3 – Taux d’encadrement par région en 2013 Source:Apec,2014 Fin 2013, en Poitou-Charentes, on compte 14 cadres pour 100 salariés.
  11. 11. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 9 Au global, toutes les régions ont vu leur taux d’enca- drement augmenter entre 2003 et 2013 (carte 4). Cependant, parmi l’ensemble des régions deux cas de figure se présentent : Les régions dans lesquelles le nombre de sala- riés a diminué tandis qu’en parallèle le nombre de cadres a augmenté. Mécaniquement, ces ré- gions ont vu leur taux d’encadrement progresser de 1 à 3 points entre 2003 et 2013. C’est le cas des ré- gions Alsace, Auvergne, Basse-Normandie, Bourgogne, Centre, Haute-Normandie, Limousin, Picardie, Nord-Pas-de-Calais. Se trouvent aussi dans cette catégorie, les régions de tradition industrielle ancienne comme la Champagne-Ardenne, la Franche- Comté et la Lorraine, dans lesquelles les effectifs salariés de l’industrie ont été fortement réduits au cours de cette période. Deuxième cas de figure, les régions où l’effec- tif salarié et l’effectif cadre ont augmenté entre 2003 et 2013 : Aquitaine, Bretagne, Île-de- France, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, PACAC, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes. Parmi ces régions certaines ont vu leur effectif cadre croître depuis 2003 sans interruption. C’est le cas des régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, PACAC, Pays de la Loire et Rhône-Alpes. En effet, leur tissu économique plus varié et leurs industries à forte valeur ajoutée leur ont permis de mieux résister que d’autres à la crise économique entamée en 2008. Pour les autres régions, l’effectif cadre a baissé entre 2008 et 2009 suite au déclenchement de la crise économique avant de renouer avec une croissance de leur effectif cadre, continue entre 2010 et 2013. Au final, si toutes les régions ont connu une hausse du taux d’encadrement entre 2003 et 2013, cela s’explique avant tout par la progression de l’emploi cadre. • –DANS TOUTES LES RÉGIONS, L’EMPLOI CADRE A PROGRESSÉ PLUS RAPIDEMENT QUE L’EMPLOI SALARIÉ ENTRE 2003 ET 2013– + 3 points + 2 points + 1 point France entière : +1 point France hors Île-de-France : +2 points ÎLE-DE-FRANCE HAUTE- NORMANDIE BASSE- NORMANDIE BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE PICARDIE CHAMPAGNE- ARDENNE LORRAINE CENTRE ALSACE FRANCHE- COMTÉBOURGOGNE AUVERGNE LIMOUSIN AQUITAINE POITOU- CHARENTES RHÔNE-ALPES LANGUEDOC- ROUSSILLON PROVENCE- ALPES- CÔTE D'AZUR CORSE NORD-PAS-DE-CALAIS MIDI- PYRENÉES – Carte 4 – Évolution du taux d’encadrement par région entre 2003 et 2013 Source:Apec,2014 En Picardie, le taux d’encadrement a progressé de 3 points entre 2003 et 2013. Le taux d’encadrement en 2003 pour la Basse-Normandie et la Haute-Normandie a été estimé à partir des données disponibles pour la Normandie, les deux régions étant regroupées jusqu’en 2003.
  12. 12. TENDANCES DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGIONS–1– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201410 –AQUITAINE ET MIDI-PYRÉNÉES SONT LES RÉGIONS LES PLUS DYNAMIQUES EN TERMES DE CROISSANCE DE L’EMPLOI CADRE– Le taux de croissance annuel moyen permet de cal- culer le rythme moyen d’évolution de la population cadre sur une durée déterminée. La période 2003- 2013 a été appréhendée en deux temps : 2003-2007 et 2008-2013, compte tenu du déclenchement de la crise économique en 2008 et de l’impact important sur le marché de l’emploi cadre. Entre 2008 et 2013, la population cadre a crû en moyenne tous les ans de 0,9 %, soit une croissance deux fois moindre que celle observée entre 2003 et 2007 (cartes 5 et 6). Quasiment toutes les régions ont été concernées par ce ralentissement de la crois- sance de l’emploi cadre. 6 Industrie : facteurs d’évolution et perspectives du marché de l’emploi cadre, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n° 2014-13, mars 2014. +1,8 % +1,7 % +2,4 % +2,0 % +2,2 % +1,7 % +1,0 % +0,8 % +1,2 % +1,4 %+2,1 % +1,8 % +1,8 % +1,7 % +1,0 % +1,7 % +1,4 %+1,9 % +1,1 % +1,1 % +1,2 % – Carte 5– Taux de croissance annuel moyen de l’effectif cadre entre 2003 et 2007 Source:Apec,2014 Entre 2003 et 2007, la région Franche-Comté a vu son effectif cadre progresser en moyenne de 1,2 % par an. Néanmoins, certaines régions se sont révélées plus dynamiques que d’autres. C’est le cas notamment de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, qui ont connu une évolution supérieure à la moyenne nationale au cours de ces deux périodes. Le dynamisme en Midi-Pyrénées est principalement lié à la présence d’entreprises de la construction aéronautique et spatiale, secteur qui a connu au cours des années 2000 une croissance très impor- tante de son effectif cadre6 . Celui d’Aquitaine est plutôt lié à la diversité de son économie (services, industrie de pointe…) et à sa proximité avec la ré- gion Midi-Pyrénées. Taux de croissance supérieur à la moyenne nationale Taux de croissance autour de la moyenne nationale Taux de croissance inférieur à la moyenne nationale Taux de croissance très inférieur à la moyenne nationale France entière : +1,8 % France entière hors Île-de-France : +1,7 % L’effectif cadre des régions Basse-Normandie et Haute-Normandie de 2003 a été estimé à partir de celui de la Normandie.
  13. 13. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 11 Quant aux régions locomotives de l’emploi cadre (Île-de-France, PACAC et Rhône-Alpes), la croissance de l’emploi cadre (en moyenne annuelle) est restée très proche de celle observée à l’échelle nationale. Néanmoins, l’Île-de-France a moins bien résisté à la conjoncture peu favorable observée au cours de la période 2008-2013 : l’emploi cadre y a crû en moyenne tous les ans moins fortement que sur l’en- semble du territoire. Par ailleurs, cette croissance, inférieure à la moyenne nationale, est une consé- quence de la mauvaise conjoncture subie par les grandes entreprises d’informatique et de conseil mais aussi les banques et assurances de la région. +1,4 % +0,8 % +0,7 % +0,5 % +0,6 % +0,7 % +0,5 % +0,8 % +1,1 % +0,7 % +1,1 % +1,1 % +1,9 % +0,9 % +1,1 % +0,5 % +1,4 % +1,9 % +1,1 % +1,0 % +0,9 % – Carte 6– Taux de croissance annuel moyen de l’effectif cadre entre 2008 et 2013 Source:Apec,2014 Entre 2008 et 2013, la région Auvergne a vu son effectif cadre progresser en moyenne de 1,9 % par an. Quelques régions à faible effectif cadre ou à faible taux d’encadrement ont vu également leur popula- tion cadre croître : Auvergne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon et Pays de la Loire. Dans ces régions, l’emploi cadre a progressé, en moyenne annuelle, deux fois plus vite au cours de 2003-2007 par rapport à 2008-2013. Seule excep- tion, l’Auvergne a enregistré une croissance de l’em- ploi cadre deux fois plus élevée sur la période 2008- 2013 que sur 2003-2007 (+1,9 % en moyenne tous les ans contre +0,8 %). • Taux de croissance supérieur à la moyenne nationale Taux de croissance autour de la moyenne nationale Taux de croissance inférieur à la moyenne nationale Taux de croissance très inférieur à la moyenne nationale France entière : +0,9 % France entière hors Île-de-France : +1 %
  14. 14. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201412 APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201412
  15. 15. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 13 –2– –LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013– 14 Les marchés de l’emploi cadre sont relativement fluides et dynamiques en 2013 en Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Rhône-Alpes 18 La contribution des régions à la création de nouveaux postes cadres n’est pas toujours proportionnelle à leur poids dans l’effectif cadre
  16. 16. LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201414 –LES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE ONT ÉTÉ RELATIVEMENT FLUIDES ET DYNAMIQUES EN 2013 EN MIDI-PYRÉNÉES, NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET RHÔNE-ALPES– 7 Nombre de recrutements en année n / effectif cadre en année n-1 8 Nombre de sorties (démissions, licenciements, départs à la retraite) en année n / effectif cadre en année n-1 9 Taux de mobilité interentreprises : moyenne des taux de recrutement de cadres ayant au moins 1 an d’expérience. Il permet de mesurer l’intensité des changements d’entreprise sur un marché, que les personnes concernées passent ou non par une période de chômage. On peut parler aussi de mesure de l’intensité de la mobilité externe. Avec un taux de recrutement égal à 4,5 % et un taux de sortie de 5,6 %, le marché de l’emploi cadre au niveau national hors Île-de-France a été peu dyna- mique en 2013, en comparaison des années précé- dentes, à l’exception de 2009 lors de laquelle le nombre de recrutements de cadres s’était effondré comme jamais observé (figure 1). À titre de compa- raison, en 2007 (meilleure dernière année), le taux de recrutement (hors Île-de-France) était de 6,4 % et le taux de sortie (hors Île-de-France) de 6 %. Des marchés au ralenti La Franche-Comté et le Limousin sont les régions qui affichent en 2013 les taux de recrutement et de sortie les plus faibles, signe d’un marché de l’emploi cadre peu dynamique au regard des autres régions. Les marchés de l’emploi cadre dans ces régions sont en effet restreints et très concentrés sur certains sec- teurs, les exposant davantage aux aléas de la conjoncture. En 2013, elle a été peu favorable en France se traduisant, en particulier dans ces régions, par de faibles besoins dans les entreprises et une faible mobilité des cadres, ce qui a contribué au ra- lentissement de ces marchés. Les taux de mobilité interentreprises des cadres dans ces deux régions ont, en effet, été parmi les plus faibles en 2013 : seulement de 2,8 % en Franche-Comté et 3,1 % en Limousin contre 3,6 % au niveau national hors Île-de-France. Des marchés affaiblis En 2013, les taux de recrutement et de sortie en Aqui- taine, Basse-Normandie, Bretagne, Champagne-Ar- denne et PACAC ont été inférieurs à la moyenne nationale hors Île-de-France. Autre signe d’un marché fragile, les taux de mobilité interentreprises des cadres enregistrés en Basse-Nor- mandie et en Champagne-Ardenne ont été parmi les plus faibles en France, autour de 3 %. Des marchés prudents Avec des taux de recrutement et de sortie autour de la moyenne nationale hors Île-de-France, les marchés régionaux d’Alsace, de Bourgogne, du Centre, de Haute-Normandie, de Lorraine et des Pays de la Loire sont qualifiés de prudents. Si en 2013 les entreprises ont fait preuve d’une grande réserve dans leurs recrutements, les cadres se sont, de leur côté, montrés frileux à changer d’entre- prise, plus particulièrement en Alsace, Pays de la Loire et Lorraine. Dans ces régions, le taux de mobi- lité interentreprises est de 3 % environ, soit un niveau inférieur à la moyenne nationale hors Île-de-France (3,6 %). Des marchés dynamiques…relativement aux autres régions Dans les régions Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais et Picardie et Rhône-Alpes, les taux de recrutement et de sortie ont été supérieurs à la moyenne nationale hors Île-de-France en 2013. Ces marchés régionaux ont donc été les plus dynamiques et les mouvements y ont été plus fluides qu’ailleurs. En outre, le taux de mobilité interentreprises des cadres dans ces quatre régions a été supérieur à la moyenne nationale hors Île-de-France (3,6 %). Comparer les marchés régionaux d’emploi cadre s’avère délicat compte tenu de leurs tailles très hétérogènes. De plus, la comparaison des mar- chés régionaux aux données nationales est déformée par le poids de l’Île-de-France, dont la taille du marché écrase les tendances. Afin de s’abstraire de l’effet « taille », il convient d’analyser les marchés au travers des taux de recrutement7 et de sortie8 qui sont des bons indicateurs du dynamisme de l’emploi cadre : ils prennent en compte simultanément la fluidité du marché de l’emploi cadre et l’intensité des recrutements et des sorties. En outre, afin d’isoler l’effet de l’Île-de-France, les données natio- nales de référence sont calculées hors Île-de-France. Il s’agit d’une photo- graphie des marchés régionaux en 2013. – Encadré1 –
  17. 17. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 15 – Figure1 – Cartographie des marchés régionaux d’emploi cadre en 2013 Marchés instables Marchés dynamiques Marchés prudents Marchés au ralenti Marchés affaiblis Tauxdesortie Taux de recrutement Alsace Franche-Comté Limousin Champagne-Ardenne Basse-Normandie Aquitaine Provence-Alpes-Côte d'Azur et CorseBretagne Centre Poitou-Charentes Languedoc-Roussillon Nord-Pas de Calais Taux de recrutement = 7,6 % Taux de sortie = 8,6% Picardie Rhône-Alpes Midi-Pyrénées Auvergne Lorraine Haute-Normandie Ensemble hors île de France Bourgogne Pays de la Loire Île-de- France Très dynamique Peu dynamique 3,0 % 3,5 % 4,0 % 4,5 % 5,0 % 5,5 % 6,0 % 6,5 4,0 % 4,5 % 5,0 % 5,5 % 6,0 % 6,5 % 7,0 % Des marchés instables En 2013, le marché de l’emploi cadre peut être qua- lifié d’instable pour Languedoc-Roussillon et Poitou- Charentes. Dans ces deux régions, le taux de recrute- ment a été proche de la moyenne nationale hors Île-de-France, tandis que le taux de sortie a été le plus élevé toutes régions confondues. C’est d’ailleurs dans ces régions que des pertes d’emploi cadres ont été enregistrées en 2013. Par ailleurs, le taux de mobilité interentreprises des cadres dans ces régions a été proche ou supérieur à la moyenne nationale hors Île- de-France (3,5 % en Languedoc-Roussillon et 4 % en Poitou-Charentes). Ces marchés déséquilibrés ont été surtout peu favorables aux jeunes diplômés. Auvergne : un marché particulièrement dynamique et fluide En 2013, le taux de recrutement enregistré en Au- vergne (6,1 %) a été le plus élevé après l’Île-de-France, tandis que le taux de sortie (5,5 %) s’est situé autour de la moyenne nationale hors Île-de-France. C’est aussi la seule région ayant enregistré un nombre de recrutements supérieur aux sorties. Par ailleurs, elle s’est distinguée par un taux de mobilité interentre- prises des cadres très élevé (4,4 %) juste derrière l’Île- de-France (5,7 %). Exceptionnellement en 2013, le marché de l’emploi cadre auvergnat a donc été par- ticulièrement dynamique et fluide comparativement aux autres régions, principalement sous l’effet des besoins de renouvellement des entreprises. Un marché dynamique en Île-de-France tiré par les services La situation de l’Île-de-France en 2013 n’est pas seule- ment liée à des aspects conjoncturels. La surreprésen- tation et la concentration de l’emploi cadre que l’on y observe fait d’elle une région structurellement à part. En 2013, elle a affiché les taux de recrutement (7,6 %), de sortie (8,6 %) et de mobilité interentreprises des cadres (5,7 %) les plus élevés toutes régions confon- dues. Ce dynamisme est lié à sa structure sectorielle, marquée par la très forte prégnance des services dans l’économie et l’emploi (encadré 2). •
  18. 18. LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201416 Une analyse via la méthode shift-share permet d’identifier si le dynamisme de l’Île-de-France est lié à la spécificité sectorielle de la région ou à d’autres facteurs externes (par exemple le dynamisme et les performances des entreprises de la région, l’effica- cité des politiques publiques en matière d’emploi…). Plus précisément, cette analyse consiste à calculer des effets d’environnement, de structure et spéci- fique à partir des résultats de deux années, 2008 et 2013. Note méthodologique La méthode shift-share permet d’étudier les disparités de la croissance de l’emploi entre les régions. Cette analyse met en évidence trois effets qui composent l’évolution d’une variable (ici les recrutements de cadres) d’une région (Île-de-France) par rapport à un ensemble de référence (la France) : - L’effet d’environnement : il estime l’évolution des recrutements de cadres qu’aurait enregistré l’Île-de- France, si la région avait eu la même structure secto- rielle et le dynamisme que la France entière (taux d’évolution des recrutements par secteur d’activité). - L’effet de structure : il mesure l’écart lié à la sous- représentation ou à la surreprésentation des sec- teurs en Île-de-France par rapport au poids des différents secteurs de la France entière. - L’effet spécifique : il mesure l’écart entre les volumes de recrutements de cadres réellement enregistrés en Île-de-France et les recrutements attendus si la région avait connu la même évolution par secteur que la France. Il fait abstraction des effets de structure, et est en quelque sorte directement imputable au dyna- misme spécifiquement régional (dynamisme entrepre- neurial, efficacité des politiques publiques en matière d’emploi, etc.). L’effet spécifique ne peut être néan- moins analysé plus finement. - La somme des écarts de ces effets par rapport au volume réellement observé représente l’évolution de l’emploi dans la région étudiée. Entre 2008 et 2013, dans un contexte économique peu favorable, l’Île-de-France a enregistré une baisse de 16 000 recrutements de cadres, soit -17% contre -18 % en moyenne sur la France entière (tableau 1). Aussi, en 2013, 78 000 recrutements de cadres ont été effectués par des entreprises franciliennes, soit 48 % du total des recrutements enregistrés en France. Ce recul aurait-il été plus marqué si la région présen- tait les mêmes caractéristiques que les autres ? France 2008 2013 Evolution observée en volume Evolution observée en % 2008 2013 Evolution observée en volume Evolution observée en % Industrie 7 500 4 700 -2 800 -37 % 33 500 24 300 -9 200 -27 % Construction 2 800 3 100 300 11 % 11 800 10 100 -1 700 -14 % Commerce 8 500 8 600 100 1 % 20 900 19 700 -1 200 -6 % Services 75 200 61 600 -13 600 -18 % 133 300 109 300 -24 000 -18 % Ensemble 94 000 78 000 -16 000 -17 % 199 500 163 400 -36 100 -18 % –Tableau 1– Évolution des recrutements de cadres entre 2008 et 2013 en Île-de-France et en France Île-de-France –L’ÎLE-DE-FRANCE, UN DYNAMISME LIÉ À SA STRUCTURE SECTORIELLE ?­– Source:Apec,2014 – Encadré2 –
  19. 19. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 17 - Effet spécifique : Si la région disposait des mêmes facteurs endogènes que la France (dynamisme entre- preneurial, efficacité des politiques publiques en matière d’emploi, etc.), les recrutements de cadres se seraient élevés en 2013 à près de 95 000, soit 17 000 recrutements de plus par rapport au volume réellement observé (tableau 2). Le marché de l’em- ploi cadre francilien pourrait ainsi être encore plus favorable et dynamique. - Effet structurel : si l’Île-de-France avait eu la même structure sectorielle que la France, la région aurait comptabilisé seulement 77 500 recrutements de cadres en 2013, soit 500 recrutements en moins par rapport à ce qui est réellement observé (78 000). La région est donc légèrement favorisée par sa struc- ture économique qui contribue de manière positive à l’évolution des recrutements de cadres entre 2008 et 2013, sur une période de conjoncture pourtant peu favorable. - Effet d’environnement : si la région avait la même structure économique et le même dynamisme que la France, les recrutements de cadres se seraient élevés à 76 600, soit 1 400 embauches de moins par rapport au volume réellement enregistré (78 000) . –Tableau 2– Évolution des recrutements de cadres entre 2008 et 2013 en Île-de-France selon les effets de l’analyse shift-share Volumes de recrutements de cadres observés en 2013 Effet d’environnement Effet structurel Effet spécifique Industrie 4 700 15 000 5 400 -2 100 Construction 3 100 3 200 2 400 2 000 Commerce 8 600 10 600 8 000 5 900 Services 61 600 47 800 61 700 89 100 Ensemble IDF 78 000 76 600 77 500 94 900 Hypothèse de volumes de recrutements de cadres selon les effets de l’analyse shift-share Source:Apec,2014 Selon cet effet, les recrutements auraient été trois fois plus nombreux dans l’industrie alors qu’ils auraient été moindres dans les services. Ainsi, la structure éco- nomique et le dynamisme de l’Île-de-France favorisent les services, secteur surreprésenté dans l’économie et l’emploi francilien, au détriment de tous les secteurs d’activité. En outre, l’Île-de-France présente une struc- ture économique et un dynamisme plus favorables aux recrutements de cadres par rapport à l’ensemble des régions. Pour conclure, le dynamisme de l’Île-de-France sur le marché de l’emploi cadre est lié à sa structure secto- rielle, très marquée par la prégnance des services sur le marché de l’emploi cadre. La surreprésentation de certaines activités des services dans la région (activi- tés informatiques-télécommunications, banque, com- munications-médias, ingénierie-R&D) a un effet en- traînant et positif sur le marché de l’emploi cadre. C’est en effet grâce à sa structure sectorielle que l’Île-de-France a enregistré un moindre recul des em- bauches entre 2008 et 2013, période de conjoncture peu favorable. Néanmoins, le marché de l’emploi cadre francilien pourrait être encore plus dynamique par le biais d’autres facteurs endogènes (dynamisme entrepreneurial, action des pouvoirs publics).
  20. 20. LE DYNAMISME DES MARCHÉS DE L’EMPLOI CADRE RÉGIONAUX EN 2013–2– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201418 –LA CONTRIBUTION DES RÉGIONS À LA CRÉATION DE NOUVEAUX POSTES CADRES N’EST PAS TOUJOURS PROPORTIONNELLE À LEUR POIDS DANS L’EFFECTIF CADRE– 2 % 2 % 2 % 1 % 1 % 1 % 2 % 37 % 2 % 6 % 10 % 16 % 11 % 10 % 6 % – Carte 7– Contribution de chaque région au total de la création de nouveaux postes cadres en 2013 Source:Apec,2014 La contribution de la région Centre à la création de nouveaux postes cadres en France a été de 2 % en 2013. La contribution de chaque région dans le total du nombre de nouveaux postes cadres (carte 7) est à mettre en perspective avec leur poids dans l’effectif cadre national. Ainsi, assez logiquement, les trois régions (Île-de- France, PACAC et Rhône-Alpes) dans lesquelles se concentre l’emploi cadre sont également celles qui ont le plus contribué à la création de nouveaux postes cadres. Pour les deux premières, cette contri- bution a été équivalente à leur poids dans l’effectif cadre. En revanche, en région PACAC, sa contribution a été deux fois plus importante (16 %) que son poids dans la population cadre (7 %). Au-delà de ces régions où l’emploi cadre est très concentré, c’est en Aquitaine, Auvergne, Bretagne et Midi-Pyrénées que les contributions à la création de nouveaux postes cadre en France en 2013 ont été notables : deux fois plus importantes que leur poids dans l’effectif cadre. À l’inverse dans les régions Alsace, Nord-Pas-de-Calais et Pays de la Loire, les contributions respectives à la création de nouveaux postes cadres ont été moindres par rapport à leur poids, non négligeable, dans l’ef- fectif cadre (entre 3 % et 5 %). • Les régions les plus contributrices à la création d'emploi cadre Les régions contributrices à la création d'emploi Les régions peu contributrices à la création d'emploi cadre Faible création de nouveaux postes cadre ou pertes d'emplois cadre Les régions les plus contributrices à la création d'emploi cadre Les régions contributrices à la création d'emploi Les régions peu contributrices à la création d'emploi cadre Faible création de nouveaux postes cadre ou pertes d'emplois cadre
  21. 21. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 19 –3– –LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–. 20 Dans 1 région sur 2, les recrutements de cadres prévus seraient en hausse en 2014 22 Les recrutements de cadres prévus en région pour 2014 sont marqués par l’empreinte sectorielle des territoires 26 Les opportunités pour les cadres de la fonction commerciale sont présentes sur tout le territoire 28 Toutes les régions présentent des opportunités d’emploi pour les débutants et les cadres les plus expérimentés
  22. 22. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201420 –DANS 1 RÉGION SUR 2, LES RECRUTEMENTS DE CADRES PRÉVUS SERAIENT EN HAUSSE EN 2014– Pour 2014, les entreprises du secteur privé prévoient entre 202 500 et 213 700 postes cadres à pourvoir soit par recrutements soit par promotions internes de salariés au statut de cadre. Après une année 2013 de baisse des embauches dans quasiment toutes les régions, le marché de l’emploi cadre résisterait en 2014. Sur l’ensemble du territoire, 11 régions sur 21 de- vraient enregistrer une hausse des recrutements de cadre et 7 sur 21 une progression de leurs promo- tions internes de salariés au statut de cadre (cartes 8 et 9). Plus en détail, différents cas de figure apparaissent : - les régions dans lesquelles la tendance pour 2014 est à la hausse pour les recrutements et les promotions internes de salariés au statut de cadre. C’est le cas des régions Bourgogne, Centre, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire et Poitou-Cha- rentes. Dans ces régions, cela fait suite à une forte baisse de ces mouvements entre 2012 et 2013. Par ailleurs, les niveaux enregistrés en 2013 étaient par- ticulièrement faibles comparés aux années précé- dentes. Il s’agirait ainsi en 2014 plutôt d’un rattra- 3 130 3 290 1 220 2 240 4 250 80 300 2 610 720 2 250 15 800 10 000 3 000 6 540 5 120 5 720 1 610 2 810 2 960 4 150 1 620 7 690 – Carte 8– Prévisions de recrutements de cadres par région pour 2014 et leur évolution par rapport à 2013 Source:Apec,2014 Les entreprises d’Auvergne envisagent des recrutements de cadres pour 2014 stables autour de 2 250 embauches. Hausse Stabilité Baisse Baisse
  23. 23. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 21 page que d’une réelle reprise sur le marché de l’emploi cadre. - les régions dans lesquelles la tendance pour 2014 est à la hausse concernant les recrute- ments et à la baisse pour les promotions in- ternes de salariés au statut de cadre. C’est le cas des régions Aquitaine, Lorraine et des trois principaux marchés régionaux d’emploi cadre que sont l’Île-de- France, PACAC et Rhône-Alpes. Pour les deux pre- mières citées, après s’être concentrées sur leurs res- sources internes entre 2012 et 2013, les entreprises envisageraient de faire de nouveau appel au marché externe. Quant aux régions locomotives pour l’emploi cadre, elles ne retrouveraient pas les niveaux enregis- trés en 2012 (Île-de-France et Rhône-Alpes) et 2011 (PACAC) malgré des prévisions de recrutements pour 2014 en hausse. - les régions dans lesquelles la tendance pour 2014 est à la baisse aussi bien pour les recru- tements que pour les promotions internes de salariés au statut de cadre. C’est le cas des ré- gions Basse-Normandie, Bretagne, Franche-Comté, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon et Picardie. En Bretagne et Haute-Normandie, le recul des prévi- sions intervient après une année 2013 au cours de laquelle les entreprises se sont concentrées sur leurs ressources en interne. En outre, la baisse des recrute- ments prévue pour 2014 serait toutefois moins im- portante que celle enregistrée en 2013. Dans les quatre autres régions, les prévisions des entreprises poursuivraient leur lente érosion. • 240 600 890 1 220 500 910 1 560 940 400 670 3 800 3 400 920 1 970 1 810 2 100 1 560 620 1 090 950 13 850 – Carte 9– Prévisions de promotions internes au statut de cadre par région pour 2014 et leur évolution par rapport à 2013 Source:Apec,2014 Les entreprises de Poitou-Charentes envisagent des promotions internes de salariés au statut de cadre pour 2014 en hausse autour de 940. Hausse Stabilité Baisse Baisse
  24. 24. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201422 –LES RECRUTEMENTS DE CADRES PRÉVUS EN RÉGION POUR 2014 SONT MARQUÉS PAR L’EMPREINTE SECTORIELLE DES TERRITOIRES– –Cartes 10 à 13– Poids des différents secteurs d’activité dans les prévisions de recrutements de cadres de chaque région pour 2014 55% 51 % 51 % 36 % 60 % 56 % 38 % 49% 37 % 80 % 42% 44 % 52 % 60% 74% 65 % 61 % 57 % 57 % 52 % 69%69% 65 % – Carte 10– Services En Poitou-Charentes, sur 100 recrutements de cadres prévus pour 2014 : 42 seraient effectués dans les services. 16% 33% 30% 43% 21 % 19 % 46% 29% 42% 6 % 33% 23 % 30 % 23 % 9 % 17 % 24 % 14 % 23 % 27% 28 % 15%15% – Carte 11– Industrie En PACAC, sur 100 recrutements de cadres prévus pour 2014, 9 seraient effectués dans l’industrie. inférieur à 45 % entre 45 % et 55 % entre 56 % et 70 % supérieur à 70 % inférieur à 45 % entre 45 % et 55 % entre 56 % et 70 % supérieur à 70 % inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés ­–­ ÎLE-DE-FRANCE ET PACAC SONT DES MARCHÉS D’EMPLOIS CADRES RÉSOLUMENT TERTIAIRES ­–­ L’Île-de-France et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse (PACAC) se distinguent des autres régions par la forte prégnance des services. Pour 2014, ce secteur représenterait 8 embauches de cadres sur 10 en Île-de-France et près de 3 sur 4 en PACAC (carte 10). C’est nettement plus que dans les autres régions. Cela est lié au fait que ces deux régions, et plus particulièrement l’Île-de-France, comptent un grand nombre d’entreprises dans les services, plus précisément dans les activités informatiques-télécom- munications, le conseil et gestion des entreprises, la communication-médias, l’ingénierie-R&D, ainsi que de nombreux centres administratifs. Ces mêmes spécificités se retrouvent aussi, dans une moindre mesure, dans d’autres régions disposant de grandes métropoles : en Aquitaine, Languedoc-Rous- sillon, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes. Les régions Alsace, Bretagne, Lorraine et Pays de la Source:Apec,2014 Source:Apec,2014
  25. 25. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 23 11%11% 22% 6 % 14 % 11 % 10 % 18 % 13 % 16 % 11 % 10 % 21% 28% 11 % 10 % 10 % 8 % 8 % 12 % 13 % 11 % 15 % – Carte 12– Commerce En Alsace, sur 100 recrutements de cadres prévus pour 2014, 18 seraient effectués dans le commerce. 7% 10% 5% 10% 9 % 7% 3 % 6 % 10% 4 % 4 % 5 % 7 % 7 % 7 % 10% 7% 9% 7 % 5 % 5 % 5%5% – Carte 13– Construction En région Centre, sur 100 recrutements de cadres prévus pour 2014, 10 seraient effectués dans la construction. inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés inférieur au niveau national proche du niveau national supérieur au niveau national poids les plus élevés Loire présentent également des parts de recrute- ments dans les services avoisinant les 60 %. Pour la Bretagne et les Pays de la Loire, cela s’explique par la présence d’entreprises des activités informatiques- télécommunications, qui prévoient une hausse des recrutements de cadres pour 2014. Pour l’Alsace et la Lorraine, le poids élevé des services dans les recrute- ments de cadres observé en 2013 et prévu en 2014 est conjoncturel et exceptionnel : il résulte d’un fort recul des embauches cadres dans l’industrie entre 2012 et 2013. Dans les six régions les plus importantes en termes d’effectifs cadres (figure 2), la grande majorité des embauches se ferait dans le secteur regroupant les activités-juridiques et comptables, le conseil-gestion des entreprises, la communication-médias, les activi- tés informatiques-télécommunications et l’ingénierie- R&D. Ce secteur serait d’ailleurs le premier secteur recruteur de cadres de tous les secteurs d’activité Source:Apec,2014 Source:Apec,2014 pour 2014 et ce, même dans les régions plus indus- trielles comme Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes. Ces différents secteurs ont, en effet, en commun un taux d’encadrement parmi les plus élevés (entre 38 % et 65 %) qui s’explique par leur activité reposant en grande partie sur des fonctions d’expertise. Ensuite, les activités des organisations associatives, la formation initiale-continue et la santé action-so- ciale constitueraient le deuxième secteur recruteur de cadres dans les services. La part de ce groupe de secteurs en Nord-Pas-de-Calais, PACAC et Pays de la Loire se situerait d’ailleurs au-dessus de la moyenne nationale (11 % pour 2014). Pour le Nord-Pas-de-Ca- lais, la part de ces secteurs dans les recrutements serait deux fois plus importante que celle pour la France entière (20 % contre 11 %). Dans une moindre mesure, on peut noter également que la part des recrutements de cadres dans les sec- teurs transports-logistique, services divers aux
  26. 26. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201424 entreprises et hôtellerie-restauration-loisirs serait deux fois plus importante en PACAC que sur la France entière (10 % contre 5 %). L’importance de l’activité du tourisme dans cette région explique en partie cette part élevée. –­ LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE SERAIT ENCORE TRÈS INDUSTRIALISÉ DANS CERTAINES RÉGIONS –­ L’industrie resterait le deuxième secteur recruteur de cadres pour 2014 : comme en 2013, 15 % des em- bauches prévues seraient réalisées par des entre- prises industrielles (carte 11). Dans 7 régions sur 21, l’industrie représenterait au moins 30 % des embauches de cadres pour 2014. Il s’agit des régions à fort ancrage industriel : Auvergne, Centre, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Haute- Normandie, Picardie et Poitou-Charentes. Pour la Champagne-Ardenne et la Franche-Comté, l’industrie serait même le premier secteur recruteur de cadres. Dans de nombreuses autres régions, la part des recru- tements de cadres enregistrée dans le secteur indus- triel s’élèverait à plus de 20 % : Bourgogne (nucléaire, caoutchouc-plastique), Bretagne (industrie agroali- mentaire), Limousin (agroalimentaire, électronique), Midi-Pyrénées (industrie aéronautique et spatiale), Pays de la Loire (agroalimentaire) et Rhône-Alpes (chimie, pharmacie, fabrication de composants élec- troniques). A l’inverse, l’industrie conserverait des parts mineures dans les régions Île-de-France et PACAC, avec respec- tivement 6 % et 9 % des embauches de cadres Dans le Nord-Pas-de-Calais, 5 % des recrutements de cadres seraient effectués en 2014 par des entreprises de la banque-assurance-immobilier Île-de-France Paysde la Loire Provence-Alpes-Côte d'AzuretCorse Rhône-AlpesNord-Pas-de-Calais Midi-Pyrénées France entière 60% 7% 9% 4% 33% 12% 5% 7% 43% 13% 8% 10% 40% 9% 7% 4% 25% 20% 5% 5% 41% 10% 3% 7% 45% 11% 8% 5% –Figure 2– Répartition des recrutements de cadres prévus pour 2014 dans les services dans 6 régions Transports-logistique + Services divers aux entreprises + Hôtellerie-restauration-loisirs Banque-assurance + Immobilier Activités des organisations associatives + Formation initiale et continue + Santé-action sociale Activités juridiques et comptables-conseil + Communication-médias + Activités informatiques-télécommunications + Ingénierie-R&D Source:Apec,2014
  27. 27. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 25 –­ LE COMMERCE SERAIT DYNAMIQUE SUR LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE DANS D’AUTRES RÉGIONS –­ Le commerce représenterait 11 % des recrutements de cadres au global sur l’ensemble du territoire natio- nal (carte 12). C’est dans le Limousin (région rurale) que la part la plus élevée serait observée : près de 3 recrutements sur 10 seraient effectués par des en- treprises du commerce, dans la continuité d’une hausse des recrutements de cadres observée en 2013, tandis que ceux-ci ont stagné ou baissé dans les autres secteurs. Mécaniquement, le poids du com- merce a progressé dans les embauches de cadres du Limousin, à 29 % en 2013. Une part qui se maintien- drait pour 2014. Le commerce, acteur majeur sur le marché du recru- tement de cadre en région Nord-Pas-de-Calais, pour- rait représenter près d’un quart des embauches de cadres pour 2014. Cela s’explique par la forte pré- sence de nombreuses entreprises de la grande distri- bution, de la vente à distance et de sièges sociaux d’entreprises du commerce à dimension nationale. Le pôle de compétitivité PICOM (Pôle des industries du commerce) y est aussi présent. En Poitou-Charentes, le commerce occupe une place prépondérante depuis 2012 : il devrait représenter 21 % des recrutements de cadres en 2014 (contre 22 % en 2013 et 23 % en 2012). Là aussi, cette place importante provient, en partie, du recul des em- bauches de cadres dans de nombreux secteurs des services qui ont été pénalisés par la conjoncture peu favorable depuis 2008. –­ DANS TOUTES LES RÉGIONS, LA CONSTRUCTION RESTERAIT EN 2014 UN SECTEUR MINORITAIRE SUR LE MARCHÉ DU RECRUTEMENT DE CADRE –­ Pour 2014, la construction devrait comptabiliser 5 % des recrutements de cadres sur l’ensemble de la France (carte 13). Cette part mineure s’explique par un taux d’encadrement traditionnellement faible : 12 % en 2013 contre 18 % tous secteurs confondus. Les parts les plus élevées devraient être enregistrées en Centre, Champagne-Ardenne, Haute-Normandie et Languedoc-Roussillon (10 % des embauches de cadres pour chaque région). Les plus faibles parts concerneraient les régions Franche-Comté (3 %), Île-de-France et Poitou-Charentes (4 % chacune). •
  28. 28. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201426 –LES OPPORTUNITÉS POUR LES CADRES DE LA FONCTION COMMERCIALE SONT PRÉSENTES SUR TOUT LE TERRITOIRE– 25 % 16 % 25 % 29 % 19 % 25 % 22 % 27 % 27 % 19 % 23 % 23 % 20 % 21 % 19 % 19 % 16 % 21 % 22 % 21 % 29 % 20%20% – Carte 14– Fonction commerciale En Picardie, sur 100 recrutements cadres prévus pour 2014, 25 seraient effectués dans la fonction commerciale. 13 % 17% 20 % 15 % 17 % 13 % 15 % 18 % 12 % 19 % 14 % 16 % 21 % 19 % 9 % 20 % 20 % 14 % 11 % 19 % 11 % 17%17% – Carte 15– Fonction Études-R&D En Midi-Pyrénées, sur 100 recrutements cadres prévus pour 2014, 20 seraient effectués dans la fonction études-R&D. inférieur au niveau national similaire ou proche du niveau national supérieur au niveau national très supérieur au niveau national très inférieur au niveau national inférieur au niveau national proche du niveau national les plus élevés très inférieur au niveau national inférieur au niveau national proche du niveau national les plus élevés Les profils cadres recherchés par les entreprises sont étroitement liés aux spécificités sectorielles des ré- gions. Les fonctions études-R&D, commerciale et in- formatique sont les fonctions les plus souvent recher- chées : pour 2014, elles devraient représenter près de 6 recrutements sur 10 sur le marché de l’emploi cadre. –­ DANS QUASIMENT TOUTES LES RÉGIONS, LES CADRES COMMERCIAUX SERAIENT LES PROFILS CADRES LES PLUS RECHERCHÉS –­ Pour 2014, les cadres commerciaux représenteraient 22 % des recrutements de cadres sur l’ensemble du territoire national (carte 14). La fonction arriverait en tête des recrutements dans toutes les régions, à l’exception de l’Île-de-France et de Midi-Pyrénées. Fonction transverse à tous les secteurs d’activité, elle est, depuis 2001, la première fonction de recrutement de cadres. Les parts les plus élevées seraient observées dans les régions Basse-Normandie, Bourgogne, Centre et Champagne-Ardenne. Dans ces régions, ce sont à la fois les entreprises du commerce qui prévoient de recruter des cadres de la fonction commerciale, mais également celles de l’industrie. Les entreprises indus- trielles sont, en effet, amenées à se positionner sur de nouveaux produits à plus forte valeur ajoutée et Source:Apec,2014 Source:Apec,2014 –Carte 14 à 16– Poids des trois grandes fonctions dans les recrutements de cadres prévus pour 2014 par région
  29. 29. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 27 tagne, Île-de-France, Limousin, Midi-Pyrénées, PACAC, Picardie et Rhône-Alpes, que les parts, pour 2014, devraient être les plus élevées, entre 19 % et 21 %. Pour les régions PACAC et Rhône-Alpes, cela est lié à leur positionnement sectoriel mêlant services à forte valeur ajoutée (ingénierie-R&D) et industries porteuses et innovantes (chimie, pharmacie, fabrica- tion de composants électroniques pour Rhône-Alpes, pétrochimie, nucléaire, électronique, construction navale et aéronautique pour PACAC). En Picardie, la présence de deux grands pôles de com- pétitivité explique cette part élevée : IAR (Industries & Agro Ressources) en partenariat avec la Cham- pagne-Ardenne, et i-Trans (transport), en partenariat avec le Nord-Pas-de-Calais. –­ ÎLE-DE-FRANCE ET MIDI-PYRÉNÉES, LES RÉGIONS QUI OFFRIRAIENT LE PLUS D’OPPORTUNITÉS AUX INFORMATICIENS POUR 2014 –­ Pour 2014, 20 % des recrutements cadres en France devraient concerner la fonction informatique (carte 16). L’Île-de-France resterait, comme en 2013, la première région recruteuse de cadres informaticiens loin de- vant les autres régions. Cela s’explique bien sûr, par la forte présence d’entreprises d’acti- vités informatiques en Île-de-France et plus particulièrement de certains sous- secteurs : banque de données, conseil en système informatique ou encore édition de logiciels. Midi-Pyrénées est la deuxième région qui offri- rait le plus d’opportunités aux cadres informa- ticiens : 24 % des recrutements de cadres sont prévus pour 2014. Ils bénéficieront de la demande des entreprises de l’aéronau- tique et du spatial. Des opportunités se pré- senteraient également dans d’autres ré- gions industrielles (développement des systèmes embarqués, des process de pro- duction) : Alsace, Aquitaine, Bretagne et Rhône-Alpes, (présence d’entreprises des activités informatiques et des télécoms). • 13 % 7 % 4 % 6 % 7 % 21 % 6 % 4 % 9 % 27 % 6 % 3 13 % 20 % 16 % 12 % 24 % 19 % 17 % 19 % 9 % 22%22% – Carte 16– Fonction informatique En Rhône-Alpes, sur 100 recrutements cadres prévus pour 2014, 20 seraient concernés par la fonction informatique. 3 0,5 % très inférieur au niveau national inférieur au niveau national proche du niveau national les plus élevés à développer de nouveaux marchés, ceci dans un contexte de forte concurrence et de conjoncture dif- ficile. Face à ces enjeux, les cadres commerciaux sont recherchés dans le secteur industriel. A l’inverse, c’est en Haute-Normandie et Midi-Pyrénées que les plus faibles parts de cadres commerciaux dans les recru- tements prévus pour 2014 sont attendues. –­ LES RÉGIONS OÙ LES ENTREPRISES D’INDUSTRIES DE POINTE SONT LE PLUS IMPLANTÉES SERAIENT LES PLUS RECRUTEUSES DE CADRES EN ÉTUDES-R&D –­ Pour 2014, 17 % des recrutements de cadres en France concerneraient des cadres de la fonction études-R&D (carte 15). C’est dans les régions Bre- Source:Apec,2014
  30. 30. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201428 –TOUTES LES RÉGIONS PRÉSENTENT DES OPPORTUNITÉS D’EMPLOI POUR LES DÉBUTANTS ET LES CADRES LES PLUS EXPÉRIMENTÉS– Les cadres de 1 à 10 ans d’expérience constituent généralement la cible privilégiée des recruteurs : dans quasiment toutes les régions, ils représenteraient en 2014 environ 1 embauche de cadre sur 2. Le recours aux jeunes diplômés et aux cadres de plus de 15 ans d’expérience montre davantage de disparités entre régions. Sur les marchés régionaux d’emploi cadre, différents cas de figure se distinguent (figure 3) : - Les régions dans lesquelles les entreprises prévoient plus fréquemment que la moyenne de recruter des jeunes diplômés : Auvergne et Île- de-France. L’Auvergne se présente comme un cas à part : les parts de recrutements prévus de jeunes diplômés et de cadres expérimentés sont supérieures à la moyenne nationale. L’industrie caoutchouc-plastique très présente dans la région explique cette spécificité. Cette industrie recrute de nombreux ingénieurs en études-R&D, profils plutôt moins expérimentés, mais aussi des cadres expérimentés pour des postes d’en- cadrement dans les fonctions de production indus- trielle. En Île-de-France, la présence des secteurs gros recru- teurs de jeunes diplômés explique cette part élevée. En effet, dans les activités informatiques et télécom- munications et l’ingénierie-R&D, les entreprises re- cherchent des cadres formés aux dernières évolutions technologiques et informatiques, d’où une préférence pour des cadres récemment sortis du système de for- mation. - Ensuite, les régions dans lesquelles les entre- prises prévoient de recruter moins fréquem- ment que la moyenne des cadres de moins d’un an d’expérience et davantage de cadres de plus de 15 ans d’expérience. C’est le cas notamment des régions Bourgogne, Centre, Champagne-Ar- denne, Franche-Comté, Haute-Normandie, Langue- doc-Roussillon, Limousin, Nord-Pas-de-Calais et Poi- tou-Charentes. Ces régions ont en commun un taux d’encadrement inférieur à la moyenne nationale. De plus, leur tissu économique plutôt orienté sur une industrie traditionnelle (automobile, métallurgie…), bénéficie aux cadres les plus expérimentés pour des postes de direction ou d’encadrement d’équipe de production. Dans une moindre mesure, certaines de ces régions souffrent aussi d’un défaut d’attractivité auprès des plus jeunes. La région Franche-Comté se distingue dans ce groupe par une part de cadres expérimentés dans les recrutements prévus très supé- rieure à la moyenne nationale (23 % contre 10 %). - Troisième cas de figure, les régions dans les- quelles la part des entreprises qui prévoient de recruter des jeunes diplômés est légère- ment inférieure à la moyenne et celle des cadres confirmés de plus de 15 ans d’expé- rience est très proche du niveau national. C’est le cas des régions Alsace, Aquitaine, PACAC et Rhône-Alpes. Ce sont des régions où le tissu écono- mique diversifié entre les différents secteurs d’acti- vité équilibre le recours à ces profils. •
  31. 31. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 29 – Figure 3– Cartographie des régions selon le niveau d’expérience des recrutements prévus pour 2014. Note : JD= jeunes diplômés de moins d’un an d’expérience. CC=cadres confirmés de plus de 15 ans d’expérience. Région qui prévoit de recruter moins que la moyenne des JD et beaucoup plus des CC Part des recrutements de cadres de plus de 15 ans d'expérience Part des recrutements de cadres de jeunes diplômés de moins d'un an d'expérience Région qui prévoit de recruter plus que la moyenne des JD et des CC Régions qui prévoient de recruter moins que la moyenne des JD et davantage de CC Régions qui prévoient de recruter moins que la moyenne des JD et une part de CC proche de la moyenne nationale Région qui prévoit de recruter plus que la moyenne des JD Régions qui prévoient de recruter des parts de JD et CC similaires à la moyenne nationale Prove Alsace Franche-Comté Limousin Champagne-Ardenne Basse-Normandie Aquitaine Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse Bretagne Centre Nord-Pas de Calais Picardie Rhône-Alpes Midi-Pyrénées Auvergne Lorraine Haute-Normandie Ensemble île de France Bourgogne Pays de la Loire Languedoc-Roussillon Poitou-Charentes 7 11 15 19 23 30 %25 %20 %15 % 23 % 20 % 17 % 14 % 11 % 8 % 5% 10 % Source:Apec,2014
  32. 32. LE MARCHÉ DE L’EMPLOI CADRE EN RÉGION EN 2014–3– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201430
  33. 33. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 31 –4– –LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014– 32 Les perspectives d’emploi salariés… la structure sectorielle en toile de fond 34 L’emploi cadre : des perspectives mieux orientées pour 2014
  34. 34. LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014–4– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201432 –LES PERSPECTIVES D’EMPLOI SALARIÉS… LA STRUCTURE SECTORIELLE EN TOILE DE FOND– Source:Apec,2014 La mauvaise conjoncture de 2013, et les perspectives économiques incertaines ont amené les entreprises à se montrer prudentes lors de la dernière interrogation conduite fin 2013. Les parts d’entreprises envisa- geant d’accroître ou de réduire leurs effectifs salariés sont très proches l’une de l’autre et à faible niveau (respectivement 13 % et 12 %). Trois entreprises sur quatre tablent sur une stabilité de leur effectif salarié pour 2014, une part jamais atteinte au cours des 20 dernières années. Toutes les régions sont concernées par cette incertitude vis-à-vis de l’emploi. Néanmoins, l’analyse des soldes d’opi- nion10 concernant l’effectif salarié montre quelques divergences d’orientation des régions. –­ LES RÉGIONS LES PLUS OPTIMISTES –­ Quinze régions présentent des soldes d’opinion posi- tifs concernant l’évolution de leur effectif salarié pour 2014 (carte 17). Dans ces régions, les projets de croissance d’emploi salarié sont plus nombreux que ceux de réduction. Les perspectives les plus favo- rables sont observées dans les régions du quart Sud- Ouest et du Nord : Poitou-Charentes, Aquitaine, Midi- Pyrénées ainsi qu’en Picardie et Nord-Pas-de-Calais. Pour Aquitaine et Midi-Pyrénées, cela s’explique par la bonne orientation des entreprises de l’industrie aéronautique et spatiale, qui se répercute aussi sur le moral des entreprises d’autres secteurs sous-trai- tants. Midi-Pyrénées est également l’une des seules régions avec Rhône-Alpes où l’emploi salarié n’a pas reculé en 2013 (+0,2 %)11 . Dans cette région, seule la Haute-Garonne affiche un solde positif (carte 18). En Poitou-Charentes, les entreprises font preuve d’op- timisme grâce en partie au chantier de ligne TGV Tours-Bordeaux qui a créé de l’emploi et dynamisé l’activité des travaux publics dans la région. +3 -3 +3 0 +1 +1 +2 -2 +2 +2 +5 +1 0 +2 -1 +2 +3 +3 +2 +2 -2 +1+1 – Carte 17– Solde d’opinion des entreprises concernant leur effectif salarié pour 2014 par région En Midi-Pyrénées, la part des entreprises envisageant d’accroître leur effectif salarié est supérieure de 3 points à celle envisageant de le réduire. Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion nul (projets de réduction à même niveau que ceux de croissance) Solde d'opinion positif (projets de croissance supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion les plus élévés (projets de croissance ≥ à 3 points au moins à ceux de réduction) 10 Les perspectives peuvent être analysées à travers l’indicateur solde d’opinions, différentiel entre la part des entreprises ayant exprimé des intentions de croissance et la part de celles ayant exprimé des intentions de baisse. Lorsque le solde est au-dessus de zéro, la hausse l’emporte, la situation est donc positive (création d’emplois cadres probable). A l’inverse, un solde inférieur à zéro traduit une situation négative (pertes d’emplois cadres probables). 11 Source : ACOSS, URSAFF, Midi-Pyrénées, conjoncture 4e trimestre 2013.
  35. 35. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 33 Enfin, en Bourgogne, Champagne-Ardenne et Picardie, ce sont les départements frontaliers de l’Île-de-France, l’Oise, la Marne et l’Yonne qui sont les mieux orientés. Ils bénéficient du dynamisme du mar- ché de l’emploi de la région capitale. –­ LES RÉGIONS LES MOINS OPTIMISTES –­ Quatre régions présentent des soldes d’opinion néga- tifs : la Basse-Normandie, la Bourgogne, la Haute- Normandie et le Languedoc-Roussillon. Dans ces ré- gions et départements, les entreprises envisagent plus fréquemment de réduire leur effectif salarié que de l’accroître pour 2014. Pour la Basse-Normandie et la Haute-Normandie, cela s’explique par le contexte de l’emploi relative- ment difficile lié à un tissu dense d’entreprises indus- trielles fragilisées et en restructuration (délocalisa- tions, forte concurrence, ajoutées au contexte de crise). Ces deux régions comptent en effet un nombre important d’équipementiers automobiles, secteur où les destructions d’emploi ont été massives au cours des dernières années, et plus particulièrement dans l’Eure, la Manche et l’Orne. La forte présence d’entreprises de l’industrie agroali- mentaire en Basse-Normandie et de la pétrochimie et pharmacie en Haute-Normandie, autres secteurs en restructuration, peut aussi expliquer une certaine prudence et pessimisme des entreprises vis-à-vis de l’emploi salarié dans ces régions. Le Languedoc-Roussillon a été aussi durement frappé par le contexte de crise. C’est la région qui enregistre fin 2013 le plus fort taux de chômage en France. Il se situait à 13,9 % au 4è trimestre 2013, contre 9,8 % pour l’ensemble des régions métropolitaines12 . Son tissu économique est marqué par la surreprésen- tation de petites entreprises qui ont été davantage pénalisées par la crise économique. • 12 Source : Insee, taux de chômage localisés, estimations provisoires au 4e trimestre 2013. +1+1 – Carte 18– Solde d’opinion des entreprises concernant leur effectif salarié pour 2014 par département Source:Apec,2014 Dans le département des Ardennes, la part des entreprises envisageant de réduire leur effectif salarié est supérieure à celle envisageant de l’accroître. Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié >= à 5 points à ceux de croissance) Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion nul (projets de réduction à même niveau que ceux de croissance) Solde d'opinion positif (projets de croissance supérieurs à ceux de réduction) Solde d'opinion les plus élevés (projets de croissance >= à 3 points à ceux de réduction) Source:Apec,2014
  36. 36. LA PRUDENCE PRÉDOMINE POUR 2014–4– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201434 –L’EMPLOI CADRE : DES PERSPECTIVES MIEUX ORIENTÉES POUR 2014– La conjoncture économique peu favorable affecte aussi le moral des entreprises vis-à-vis de l’emploi cadre. Jusqu’en 2008, la part des entreprises envisa- geant une croissance de leur effectif cadre était supé- rieure à 12 %. Depuis, dans un contexte de crises successives, cette part ne dépasse pas les 10 %. Ainsi, la prudence est de mise pour 2014 : 86 % des entre- prises privilégient la stabilité de leur effectif cadre. – LES RÉGIONS LES PLUS OPTIMISTES – La quasi-totalité des régions présente un solde d’opi- nion positif pour l’emploi cadre pour 2014, les projets de croissance étant plus fréquents que les projets de réduction (carte 19). Les régions les mieux orientées en termes d’emploi cadre sont la Bourgogne, la Champagne-Ardenne, l’Île-de-France, la Picardie et la région Poitou-Charentes. Ces régions bénéficient des bonnes orientations de certains secteurs : les activités informatiques-télécommunications et l’ingénierie- R&D pour l’Île-de-France, l’industrie aéronautique pour Aquitaine et Midi-Pyrénées, et l’assurance pour la région Poitou-Charentes. En Bourgogne, ce sont les entreprises des départements de l’Yonne et de la Côte d’Or ainsi que celles de l’industrie qui sont les mieux orientées. Enfin, les bonnes perspectives des entreprises de la Picardie sont liées au dynamisme de l’emploi cadre observé en 2013 dans cette région. C’est l’une des régions où l’on observe les taux de recrutement et de sorties les plus élevés, signe de marché d’emploi par- ticulièrement fluide et dynamique. Ce sont plus par- ticulièrement les entreprises de l’Oise et celles du bâtiment et des services qui sont les mieux orientées. 0 -2 +3 +4 +1 +2 +1 +3 +2 +3 +4 +1 0 +1 +1 +1 +2 +2 +2 0 +1 +2+2 – Carte 19– Solde d’opinion des entreprises concernant leur effectif cadre pour 2014 par région En Bretagne, la part des entreprises envisageant d’accroître leur effectif cadre est égale à celle envisageant de le réduire. Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion nul (projets de réduction à même niveau que ceux de croissance) Solde d'opinion positif (projets de croissance supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion les plus élévés (projets de croissance ≥ à 3 points au moins à ceux de réduction) Source:Apec,2014
  37. 37. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 35 – LES RÉGIONS LES MOINS OPTIMISTES – Seule la Haute-Normandie présente un solde d’opi- nion négatif : les entreprises envisagent plus souvent pour 2014 de réduire leur effectif cadre que de l’aug- menter, et ce dans les deux départements, l’Eure et la Seine-Maritime (carte 20). La région présente cette même configuration pour l’effectif salarié, confirmant un contexte d’emploi particulièrement difficile. Si elle présentait déjà cette configuration concernant l’em- ploi salarié pour 2013, c’est la première fois que cela est observé dans la région pour l’emploi cadre, signe d’une nette détérioration. En 2013, la création d’em- ploi cadre a été extrêmement faible en Haute-Nor- mandie : le nombre de nouveaux postes cadres créés a été divisé par deux par rapport à 2012. Pour 2014, des destructions d’emploi cadres sont probables dans la région, si les sorties se maintiennent à haut niveau. Enfin, en Auvergne, en Bretagne et en Nord-Pas-de- Calais, les projets de réduction d’emploi cadre pour 2014 sont aussi nombreux que ceux de croissance, signe d’une grande prudence de la part des entre- prises. • +2+2 – Carte 20– Solde d’opinion des entreprises concernant leur effectif cadre pour 2014 par département Source:Apec,2014 Dans le département de l’Oise, la part des entreprises envisageant d’accroître leur effectif cadre est supérieure à celle envisageant de le réduire. Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié >= à 5 points à ceux de croissance) Solde d'opinion négatif (projets de réduction d'effectif salarié supérieurs à ceux de croissance) Solde d'opinion nul (projets de réduction à même niveau que ceux de croissance) Solde d'opinion positif (projets de croissance supérieurs à ceux de réduction) Solde d'opinion les plus élevés (projets de croissance >= à 3 points à ceux de réduction)
  38. 38. APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201436
  39. 39. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 37 –5– –ANNEXES–
  40. 40. ANNEXES–5– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201438 Fourchette basse Fourchette haute Alsace 3 080 3 510 Aquitaine 4 930 5 320 Auvergne 2 140 2 360 Bourgogne 2 170 2 320 Bretagne 3 880 4 430 Centre 3 980 4 510 Champagne-Ardenne 1 490 1 740 Franche-Comté 1 140 1 300 Languedoc-Roussillon 2 890 3 110 Limousin 680 760 Lorraine 3 050 3 220 Midi-Pyrénées 6 180 6 900 Nord-Pas de Calais 7 400 7 990 Basse-Normandie 1 530 1 720 Haute-Normandie 2 680 2 950 Pays de la Loire 5 330 6 110 Picardie 2 810 3 120 Poitou-Charentes 2 520 2 690 Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 9 700 10 300 Rhône-Alpes 15 100 16 500 Île-de-France 78 000 82 600 Prévisions de recrutements par région pour 2014 Source:Apec,2014 Fourchette basse Fourchette haute Alsace 1 170 1 270 Aquitaine 1 710 1 920 Auvergne 620 730 Bourgogne 840 970 Bretagne 1 440 1 690 Centre 1 430 1 690 Champagne-Ardenne 530 660 Franche-Comté 460 550 Languedoc-Roussillon 850 1 000 Limousin 350 450 Lorraine 810 970 Midi-Pyrénées 1 790 2 150 Nord-Pas de Calais 2 170 2 510 Basse-Normandie 540 700 Haute-Normandie 900 1 290 Pays de la Loire 1 900 2 300 Picardie 900 1 000 Poitou-Charentes 890 980 Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 3 200 3 600 Rhône-Alpes 3 500 4 100 Île-de-France 13 000 14 700 Prévisions de promotions internes de salariés au statut de cadre pour 2014 par région Source:Apec,2014
  41. 41. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 39 Industrie Construction Commerce Services Alsace 19 % 7 % 18 % 56 % Aquitaine 14 % 9 % 12 % 65 % Auvergne 30 % 7 % 11 % 52 % Bourgogne 29 % 6 % 16 % 49 % Bretagne 27 % 5 % 11 % 57 % Centre 42 % 10 % 11 % 37 % Champagne-Ardenne 43 % 10 % 11 % 36 % Franche-Comté 46 % 3 % 13 % 38 % Languedoc-Roussillon 17 % 10 % 8 % 65 % Limousin 23 % 5 % 28 % 44 % Lorraine 21 % 9 % 10 % 60 % Midi-Pyrénées 24 % 7 % 8 % 61 % Nord-Pas de Calais 16 % 7 % 22 % 55 % Basse-Normandie 28 % 5 % 15 % 52 % Haute-Normandie 33 % 10 % 6 % 51 % Pays de la Loire 23 % 7 % 13 % 57 % Picardie 30 % 5 % 14 % 51 % Poitou-Charentes 33 % 4 % 21 % 42 % Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 9 % 7 % 10 % 74 % Rhône-Alpes 23 % 7 % 10 % 60 % Île-de-France 6 % 4 % 10 % 80 % Répartition des recrutements prévus pour 2014 par secteur d’activité dans chaque région Source:Apec,2014
  42. 42. ANNEXES–5– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201440 Direction générale Finance, comptabi- lité Adminis- tration, juridique, RH, com- munication Études-R&D Production indus- trielle, chantier Achats, qualité, mainte- nance, logistique, sécurité Exploi- tation tertiaire Com- mercial, marketing Informa- tique Alsace 3 % 7 % 5 % 13 % 8 % 9 % 9 % 25 % 21 % Aquitaine 2 % 5 % 8 % 14 % 14 % 7 % 10 % 21 % 19 % Auvergne 1 % 7 % 12 % 16 % 13 % 7 % 11 % 20 % 13 % Bourgogne 3 % 14 % 8 % 18 % 10 % 10 % 6 % 27 % 4 % Bretagne 2 % 8 % 7 % 19 % 5 % 7 % 12 % 21 % 19 % Centre 2 % 6 % 10 % 12 % 13 % 12 % 9 % 27 % 9 % Champagne-Ardenne 3 % 12 % 6 % 15 % 10 % 9 % 10 % 29 % 6 % Franche-Comté 4 % 6 % 7 % 15 % 16 % 10 % 14 % 22 % 6 % Languedoc-Roussillon 2 % 2 % 9 % 9 % 14 % 7 % 26 % 19 % 12 % Limousin 1 % 6 % 12 % 20 % 13 % 17 % 8 % 23 % 0 % Lorraine 2 % 7 % 6 % 17 % 11 % 10 % 21 % 19 % 7 % Midi-Pyrénées 2 % 4 % 6 % 20 % 13 % 6 % 9 % 16 % 24 % Nord-Pas de Calais 2 % 7 % 8 % 13 % 9 % 10 % 13 % 25 % 13 % Basse-Normandie 3 % 7 % 10 % 11 % 7 % 7 % 17 % 29 % 9 % Haute-Normandie 1 % 9% 9 % 17 % 20 % 12 % 9 % 16 % 7 % Pays de la Loire 5 % 7 % 7 % 11 % 12 % 6 % 13 % 22 % 17 % Picardie 1 % 5 % 8 % 20 % 9 % 9 % 19 % 25 % 4 % Poitou-Charentes 3 % 7 % 8 % 14 % 12 % 11 % 16 % 23 % 6 % Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 1 % 4 % 10 % 19 % 10 % 7 % 14 % 19 % 16 % Rhône-Alpes 2 % 4 % 7 % 21 % 11 % 8 % 6 % 21 % 20 % Île-de-France 1 % 8 % 9 % 19 % 5 % 4 % 8 % 19 % 27 % Répartition des recrutements prévus pour 2014 par fonction dans chaque région Source:Apec,2014
  43. 43. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 41 Jeunes diplômés de moins d'1 an d'exp Cadres de 1 à 5 ans d'exp Cadres de 6 à 10 ans d'exp Cadres de 11 à 15 ans d'exp Cadres de 16 à 20 ans d'exp Cadres de plus de 20 ans d'exp Alsace 19 % 31 % 23 % 15 % 7 % 5 % Aquitaine 18 % 24 % 30 % 17 % 5 % 6 % Auvergne 28 % 21 % 19 % 13 % 8 % 11 % Bourgogne 17 % 26 % 30 % 12 % 9 % 6 % Bretagne 21 % 25 % 23 % 19 % 7 % 5 % Centre 15 % 29 % 22 % 18 % 8 % 8 % Champagne-Ardenne 15 % 34 % 25 % 13 % 5 % 8 % Franche-Comté 17 % 20 % 30 % 10 % 11 % 12 % Languedoc-Roussillon 18 % 27 % 23 % 16 % 9 % 7 % Limousin 16 % 28 % 28 % 12 % 11 % 5 % Lorraine 23 % 29 % 23 % 16 % 5 % 4 % Midi-Pyrénées 23 % 28 % 27 % 12 % 5 % 5 % Nord-Pas de Calais 16 % 26 % 25 % 18 % 7 % 8 % Basse-Normandie 22 % 23 % 29 % 13 % 8 % 5 % Haute-Normandie 16 % 38 % 20 % 15 % 5 % 6 % Pays de la Loire 22 % 26 % 23 % 16 % 5 % 8 % Picardie 21 % 26 % 21 % 19 % 6 % 7 % Poitou-Charentes 13 % 25 % 23 % 24 % 11 % 4 % Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 20 % 29 % 25 % 17 % 6 % 3 % Rhône-Alpes 19 % 30 % 30 % 11 % 5 % 5 % Île-de-France 26 % 31 % 20 % 13 % 5 % 5 % Répartition des recrutements prévus pour 2014 par niveau d’expérience dans chaque région Source:Apec,2014
  44. 44. ANNEXES–5– APEC –LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 201442 Croissance de l'effectif salarié Réduction de l'effectif salarié Stabilité de l'effectif salarié Alsace 14 % 13 % 73 % Aquitaine 14 % 11 % 75 % Auvergne 13 % 13 % 74 % Bourgogne 11 % 13 % 76 % Bretagne 12 % 10 % 78 % Centre 13 % 11 % 76 % Champagne-Ardenne 14 % 14 % 72 % Franche-Comté 18 % 16 % 66 % Languedoc-Roussillon 10 % 11 % 79 % Limousin 12 % 11 % 77 % Lorraine 12 % 11 % 77 % Midi-Pyrénées 12 % 9 % 79 % Nord-Pas de Calais 14 % 11 % 75 % Basse-Normandie 12 % 14 % 74 % Haute-Normandie 10 % 13 % 77 % Pays de la Loire 14 % 12 % 74 % Picardie 14 % 11 % 75 % Poitou-Charentes 15 % 10 % 75 % Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 13 % 11 % 76 % Rhône-Alpes 13 % 11 % 76 % Île-de-France 15 % 13 % 72 % Ensemble 13 % 12 % 75 % Perspectives d’évolution des effectifs salariés pour 2014 dans chaque région Source:Apec,2014
  45. 45. APEC – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014 43 Croissance de l'effectif salarié Réduction de l'effectif salarié Stabilité de l'effectif salarié Alsace 8 % 6 % 86 % Aquitaine 7 % 5 % 88 % Auvergne 7 % 7 % 86 % Bourgogne 9 % 6 % 85 % Bretagne 5 % 5 % 90 % Centre 7 % 5 % 88 % Champagne-Ardenne 10 % 6 % 84 % Franche-Comté 7 % 6 % 87 % Languedoc-Roussillon 6 % 5 % 89 % Limousin 7 % 6 % 87 % Lorraine 6 % 5 % 89 % Midi-Pyrénées 7 % 5 % 88 % Nord-Pas de Calais 7 % 7 % 86 % Basse-Normandie 6 % 5 % 89 % Haute-Normandie 6 % 8 % 86 % Pays de la Loire 8 % 6 % 86 % Picardie 8 % 5 % 87 % Poitou-Charentes 8 % 4 % 88 % Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse 7 % 6 % 87 % Rhône-Alpes 7 % 6 % 87 % Île-de-France 10 % 7 % 83 % Ensemble 8 % 6 % 86 % Perspectives d’évolution des effectifs cadres pour 2014 dans chaque région Source:Apec,2014
  46. 46. – LES MARCHÉS RÉGIONAUX DE L’EMPLOI CADRE EN 2013 ET 2014– Les marchés régionaux de l’emploi cadre présentent des spécificités propres à chaque région. Leur comparaison met en exergue les différences et les particularités communes, avec en toile de fond les effets de structure sectorielle. Toutes les économies régionales ont été perturbées par la succession de crises observée depuis 2008. Si aucune région n’a été épargnée, certaines ont mieux résisté que d’autres qui ont été plus durement touchées. Au-delà des aléas conjoncturels, le marché de l’emploi cadre demeure très concentré sur les régions à grandes métropoles. Après une année 2013 de baisse des embauches dans quasiment toutes les régions, le marché de l’emploi cadre résisterait en 2014. Des opportunités existent dans toutes les régions, les profils recherchés (fonction, niveau d’expérience) étant par ailleurs liés aux structures sectorielles. ISBN 978-2-7336-0744-2 www.apec.fr Cette étude a été réalisée par le département études et recherche de l’Apec. Pilotage de l’étude : Véronique Lagandré. Analyse et rédaction : Anne-Dominique Gleyen, Sahondra Legrand, Kamel Yahyaoui. Direction de l’étude : Valérie Bazin. Direction du département : Pierre Lamblin N°2014-47 JUIN 2014 ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS 0810 805 805* DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H *prix d’un appel local EDOBSA0190-07.14

×