– PRÉVISIONS 2015-2017
DES RECRUTEMENTS DE
CADRES EN FRANCE–
LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE
— Les 3 scénarios Apec
pour 2015 - 2...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE2
Source:Apec,2015
–ÉVOLUTION DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 3
–
UN HORIZON DE PRÉVISION A TROIS ANS
–
Depuis 2014, l’...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE4
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
PIB - 2,9 %...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 5
devraient prendre une part active à cette reprise. En
r...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE6
Recrutements
de cadres
Évolution des
recrutements
de cad...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 7
Ensemble des départs à
la retraite de cadres*
% de cadr...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE8
Recrutements de
cadres
Évolution des
recrutements de
cad...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 9
Ensemble des départs à
la retraite de cadres*
% de cadr...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE10
Source:Apec,2015
50 000
70 000
90 000
110 000
130 000
1...
APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 11
–PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2015-2016
SELON DIFFÉRENTS INS...
www.apec.fr
05NOVEMBRE
2013
© Apec, 2015
Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association
Pour l’Emploi des Ca...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Apec - Prévisions 2015-2017 des recrutements de cadres en France

244 vues

Publié le

Actualisation des prévisions de recrutements de cadres pour 2015-2017.
Maintes fois annoncée et toujours repoussée, la reprise économique devrait prendre corps en 2015. Après trois années d’espoirs déçus et une faible croissance oscillant entre +0,7 % et +0,2 % entre 2012 et 2014, le PIB progresserait à hauteur de +1,2 % en 2015 selon l’Insee. Cette progression est portée, en partie, par des circonstances extérieures favorables (baisse du prix du pétrole et dépréciation de l’euro) et le rebond de la consommation des ménages au cours du 1er semestre 2015. L’investissement des entreprises devrait prendre le relais au cours du second semestre 2015 et dessiner les contours d’une reprise tangible et pérenne. Cette embellie économique fait consensus parmi les principaux instituts de conjoncture (OCDE, FMI, Eurostat, Insee…) qui tablent sur une croissance économique progressive. Elle constitue l’ossature du scénario privilégié par l’Apec avec une prévision de croissance qui oscille entre +1,5 % en 2016 et +1,7 % en 2017. Dans ce scénario, l’investissement formalisé par la Formation Brute de Capital Fixe retrouverait quant à lui des taux d’évolution positifs (+1 % en 2016 et +1,2 % en 2017). Dans cette configuration, les recrutements de cadres retrouveraient des niveaux élevés et approcheraient le niveau d’avant la crise de 2008/2009, avec 195 000 embauches de cadres en 2016, pour le dépasser en 2017 (avec 214 000 embauches de cadres).

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
244
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Prévisions 2015-2017 des recrutements de cadres en France

  1. 1. – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE– LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE — Les 3 scénarios Apec pour 2015 - 2017 N°2015-64 JUILLET 2015 Maintes fois annoncée et toujours repoussée, la reprise économique devrait prendre corps en 2015. Après trois années d’espoirs déçus et une faible croissance oscillant entre +0,7 % et +0,2 % entre 2012 et 2014, le PIB progresserait à hauteur de +1,2 % en 2015 selon l’Insee. Cette progression est portée, en partie, par des circonstances extérieures favorables (baisse du prix du pétrole et dépréciation de l’euro) et le rebond de la consommation des ménages au cours du 1er semestre 2015. L’investissement des entreprises devrait prendre le relais au cours du second semestre 2015 et dessiner les contours d’une reprise tangible et pérenne. Cette embellie économique fait consensus parmi les principaux instituts de conjoncture (OCDE, FMI, Eurostat, Insee…) qui tablent sur une croissance économique progressive. Elle constitue l’ossature du scénario privilégié par l’Apec avec une prévision de croissance qui oscille entre +1,5 % en 2016 et +1,7 % en 2017. Dans ce scénario, l’investissement formalisé par la Formation Brute de Capital Fixe retrouverait quant à lui des taux d’évolution positifs (+1 % en 2016 et +1,2 % en 2017). Dans cette configuration, les recrutements de cadres retrouveraient des niveaux élevés et approcheraient le niveau d’avant la crise de 2008/2009, avec 195 000 embauches de cadres en 2016, pour le dépasser en 2017 (avec 214 000 embauches de cadres).
  2. 2. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE2 Source:Apec,2015 –ÉVOLUTION DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE ET LES MUTATIONS DU RÉGIME DE LA CROISSANCE– – RAPPEL : LES TRANSFORMATIONS DU RÉGIME DE CROISSANCE ET D’INVESTISSEMENT – Depuis l’entrée en crise, en 2008, le fonctionnement du marché de l’emploi et de l’économie a changé de façon significative. La croissance du PIB en France s’est très nettement ralentie ; de même, l’investisse- ment, mesuré par la FBCF (Formation Brute de Capi- tal Fixe), a adopté un rythme beaucoup moins sou- tenu que par le passé. Le nouveau régime de croissance qui s’est mis en place se caractérise par une alternance plus fréquente de phases économiques différentes au cours même d’une année. Au lieu de variations cycliques relative- ment régulières, c’est un profil plus heurté qui s’ob- serve, alternant de brèves périodes de difficultés et de reprise de faible ampleur. Dans ces évolutions irré- gulières, l’imprévu, voire l’imprévisible, occupent une place accrue. – LES VOLUMES DE RECRUTEMENTS DE CADRES SONT DIRECTEMENT AFFECTÉS – Le marché du recrutement de cadres voit lui aussi son fonctionnement s’altérer. En période de reprise, il fonctionne davantage sous l’influence des investisse- ments et de la croissance ; en période de rupture de croissance, il dépend plus des besoins de renouvelle- ment d’effectifs, et moins d’un couple croissance / investissement qui se dégrade. La part des cadres en poste dans les départs à la retraite prend alors de l’importance dans l’évolution à court terme du mar- ché. Il en résulte un profil d’évolution du volume de recru- tements de cadres réalisés dont la tendance sous- jacente ne suit plus une droite ascendante. On ob- serve plutôt la succession de deux segments de droite, le premier assez fortement ascendant, et le second quasi stationnaire (figure 1). 50 000 70 000 90 000 110 000 130 000 150 000 170 000 190 000 210 000 230 000 142 400 159 000 164 600 143 700 180 900 199 400 208 200 201 000 171 300 190 200 147 900 186 700 167 200 160 000 128 300 111 000 126 800 122 600 109 350 105 200 107 100 80 500 71 160 86 700 87 500 Recrutements enregistrés Tendance 2011201020092008200720062005200420032002200120001999199819971996199519941993199219911990198919881987 181 300 2012 2013 163 400 2014 169 600 –Figure 1– Évolution du nombre de recrutements de cadres réalisés et tendance de long terme
  3. 3. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 3 – UN HORIZON DE PRÉVISION A TROIS ANS – Depuis 2014, l’horizon des scénarios de prévision de l’Apec est passé de cinq à trois ans, et ce, pour conser- ver toute leur fiabilité. La principale raison de ce changement tient à la dif- ficulté accrue de s’appuyer sur des prévisions de crois- sance et d’investissement à plus long terme. En effet, les fluctuations sont plus brutales et plus marquées. Aussi, le comportement de l’ensemble du système apparaît plus chaotique (de faibles variations sur quelques paramètres peuvent avoir pour consé- quences des effets de grande ampleur) et beaucoup moins aisément prévisible. – AVERTISSEMENT MÉTHODOLOGIQUE – Depuis le 2e semestre 2014, ce sont les nouvelles séries historiques de l’Insee (mises à jour par cet ins- titut le 15 mai 2014) qui ont été utilisées1 . Il s’agit des séries dites « base 2010 », celles utilisées précé- demment étant « base 2005 ». Ce changement de base a pour but principal de mettre en œuvre la nou- velle version du Système européen de comptes, le SEC 2010 qui s’impose à l’ensemble des Comptes natio- naux européens. Elles s’appliquent à l’ensemble des pays européens à partir de septembre 2014. La conséquence en est une modification de l’en- semble des valeurs des différents agrégats macroéco- nomiques de la comptabilité nationale, depuis 1949. En particulier, les valeurs du PIB et de la FBCF pour 1. Voir le document Les comptes nationaux passent en base 2010, Insee, mai 2014. Accessible sur le site de l’institut : www.insee.fr, rubrique : Définitions et méthodes > Sources et méthodes > Source : Comptes nationaux annuels / Base 2010. chacune de ces années se trouvent significativement affectées (elles augmentent), d’où la nécessité de refaire les calculs de modélisation. En ce qui concerne une éventuelle influence sur le modèle et ses résultats, aucun effet n’a pu être mis en évidence. – PRÉVISIONS DE RECRUTEMENTS DE CADRES 2015-2017 : TROIS SCÉNARIOS – Les trois scénarios proposés par l’Apec s’appuient sur les dernières prévisions publiées par les différents instituts de conjoncture (tableau 10). Après analyse de ces différentes hypothèses, trois scénarios plau- sibles empruntant des chemins de croissance diffé- rents se sont dégagés : - le scénario d’une « Reprise économique progres- sive » effective en 2015 et qui devrait être générée, dans un premier temps, par la consommation des ménages et dans un second temps par une reprise de l’investissement, - le scénario d’une « Reprise tonique », dans lequel l’économie française boostée par un fort redémar- rage de l’investissement des entreprises retrouverait un chemin de croissance élevée et inédit depuis 2011, - le scénario « Atonie », qui formalise une croissance économique bridée par la faible évolution de l’inves- tissement et les politiques de rigueur. Pour chacun de ces scénarios, un jeu d’hypothèses différenciées concernant l’évolution de trois indica- teurs clefs a été élaboré (PIB, FBCF, part de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite).
  4. 4. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE4 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 PIB - 2,9 % + 2,0 % + 2,1 % + 0,2 % + 0,7 % + 0,2 % + 1,2 % + 1,5 % + 1,7 % FBCF - 9,1 % + 2,1 % + 2,1 % + 0,3 % - 0,4 % - 1,2 % - 0,8 % + 1,0 % + 1,2 % 2011 à 2015 : Insee (Juin 2015) 2016 à 2017 : Hypothèse Apec –PRÉVISIONS 2015-2017 : SCÉNARIO « REPRISE ÉCONOMIQUE PROGRESSIVE »– –Tableau 1 – Évolution du PIB et de la FBCF selon le scénario « Reprise économique progressive » La reprise économique semble enfin être à portée de main. En effet, après une année 2014 décevante sur le plan économique avec une croissance du PIB étale (+0,2 %) plombée par de multiples freins (politique budgétaire restrictive, hausse des prélèvements obliga- toires, poussée désinflationniste) et par le recul de l’investissement en biens immobiliers des ménages (-5,3 %), l’horizon devrait s’éclaircir. Sur ce point, l’ana- lyse des différents instituts de conjoncture converge : 2015 devrait être un bon millésime sur le plan écono- mique, sauf évènement d’ampleur (par exemple la sortie de la Grèce de l’union monétaire européenne). Ainsi, selon la dernière prévision de l’Insee, le taux de croissance du PIB s’élèverait à +1,2 % en 2015. Cette résurgence est principalement impulsée par la dimi- nution du prix des énergies fossiles permettant une progression du pouvoir d’achat des ménages. Elle s’est traduite, au cours du 1er trimestre 2015, par une accé- lération notable de la consommation des ménages qui devrait progresser de +1,6 % sur l’ensemble de l’année 2015 (+0,6 % en 2014). Les ménages pourraient, dans le même temps, stabiliser leur épargne de précaution voire au mieux la réduire. Les entreprises, de leur côté, devraient également tirer parti de la baisse du prix du pétrole et de la dépréciation de l’euro avec une facture énergétique moins élevée et des exportations plus sou- tenues (+ 5,2 % en 2015). L’industrie manufacturière, le secteur de l’énergie et les services marchands Ensemble des départs à la retraite de cadres* % de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite** Nombre de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite Évolution du nombre de départs à la retraite de cadres en poste 2007 105 030 60 % 63 020 - 4 % 2008 111 480 63 % 70 240 + 11 % 2009 101 260 63 % 63 790 - 9 % 2010 103 080 60 % 61 850 - 3 % 2011 84 209 60 % 50 530 - 18 % 2012 82 359 56 % 46 120 - 9 % 2013 94 690 50 % 47 350 + 3 % 2014 100 298 48 % 48 140 + 2 % 2015 108 318 50 % 54 160 + 12 % 2016 109 085 52 % 56 720 + 5 % 2017 113 157 54 % 61 100 + 8 % Sources : *A partir de 2011, projections Agirc de nouveaux retraités cadres, 2013 **A partir de 2008, hypothèses Apec –Tableau 2 – Départs à la retraite de cadres en poste selon le scénario « Reprise économique progressive »
  5. 5. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 5 devraient prendre une part active à cette reprise. En revanche, le secteur de la construction peine à sortir de l’ornière et devrait encore connaitre une année délicate. C’est précisément le point faible de cette re- prise avec des dépenses d’investissement des ménages en biens immobiliers qui devraient rester déprimées (-4,7 % en 2015) et qui ne laissent pas augurer de rebond dans le BTP. Il n’en demeure pas moins que les perspectives de l’ensemble des entreprises s’amé- liorent. Outre des demandes externe et interne bien orientées, l’amélioration de la situation des entreprises est également liée à la montée en charge du Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE) et du pacte de res- ponsabilité. Elles bénéficient également de conditions de financement assouplies. Toutes les conditions semblent donc être réunies et devraient se traduire par un redémarrage de l’investissement. Cette reprise de l’investissement des entreprises devrait être l’élément générateur d’un nouveau cycle de croissance : le PIB progresserait de 1,5 % en 2016 soutenu par une FBCF de nouveau bien orientée (+1 % après -0,8 % en 2015). A l’horizon de l’exercice de prévision de l’Apec (2017), la croissance économique devrait s’établir à +1,7 % avec une FBCF consolidée (+1,2 %). Cette reprise économique devrait permettre une amé- lioration de l’emploi. L’Insee table ainsi sur la création de 114 000 postes dont 41 000 pour l’emploi salarié marchand. Cette embellie devrait rester toutefois, dans un premier temps, insuffisante pour inverser la courbe du chômage. Au mieux, le taux de chômage devrait se stabiliser à fin décembre 2015 (10,1 % en France mé- tropolitaine), la hausse de la population active contre- balançant les créations de poste. Une décrue tangible du chômage pourrait intervenir en 2016 (9,7 %) et se poursuivre en 2017 (9,5 %) selon les estimations de l’Unédic. Dans ce contexte, la part des cadres en em- ploi dans les départs à la retraite progresserait dès 2015 (+2 points à 52 %) pour atteindre 54 % en 2017. Source:Apec,2015 50 000 70 000 90 000 110 000 130 000 150 000 170 000 190 000 210 000 230 000 142 400 159 000 164 600 143 700 180 900 199 400 208 200 201 000 171 300 190 200 147 900 186 700 167 200 160 000 128 300 111 000 126 800 122 600 109 350 105 200 107 100 80 500 71 160 86 700 87 500 Recrutements enregistrés Tendance 2011201020092008200720062005200420032002200120001999199819971996199519941993199219911990198919881987 181 300 2012 2013 163 400 2014 2015 2016 169 600 176 900 214 100 Approximation des recrutements de cadres par le modèle 2017 195 300 –Figure 2 – Prévisions 2015 - 2017 du nombre de recrutements de cadres selon le modèle Apec – Scénario « Reprise économique progressive »
  6. 6. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE6 Recrutements de cadres Évolution des recrutements de cadres 2013 163 400 - 10 % 2014 169 600 + 4 % 2015 176 900 + 4 % 2016 195 300 + 10 % 2017 214 100 + 10 % Source:Apec,2015 –Tableau 3 – Évolution des recrutements de cadres selon le scénario « Reprise économique progressive » Dans ce scénario, le nombre de recrutements de cadres augmenterait en 2015 de 4 %, à près de 177 000 (tableau 3). Cette estimation dépasse la médiane des prévisions recueillies auprès des entre- prises fin 2014 dans le cadre de l’enquête annuelle de l’Apec2 (de 162 000 à 186 000, médiane : 174 000). Elle reste néanmoins bien inférieure à la fourchette haute. La reprise progressive de l’investis- sement à partir de 2016 permettrait de dynamiser les embauches de cadres. Les niveaux d’avant la crise de 2008/2009 seraient approchés en 2016 puis dépas- sés en 2017 (figure 2). • –PRÉVISIONS 2015-2017 : SCÉNARIO « REPRISE TONIQUE »– Dans ce 2ème scénario, qui s’appuie sur les hypo- thèses de l’OFCE, l’économie française devrait retrou- ver un chemin de croissance inédit depuis 2011, der- nière année au cours de laquelle l’évolution du PIB a dépassé les +2 %. En effet, les éléments favorables devraient se lier en 2015 pour constituer les ferments d’une reprise notable et tonique : prix des hydrocar- bures orientés à la baisse, dépréciation de l’euro, politique monétaire volontaire et innovante de la BCE, ralentissement de la consolidation financière ou encore montée en charge du Crédit Impôt Compéti- tivité Emploi (CICE) et du pacte de responsabilité. Le retour d’une croissance économique soutenue devrait intervenir en deux temps. Au cours du 1er semestre 2015, le choc de croissance externe devrait stimuler fortement la consommation des ménages et les ex- portations. Les entreprises ayant dû puiser dans leurs stocks pour répondre à cette demande tant interne qu’externe devraient désormais les reconstituer. Ce mouvement de restockage et les perspectives d’acti- vité mieux orientées devraient se traduire par une remontée notable des taux d’utilisation des capacités de production. Cette séquence, associée aux mesures de redistribution3 visant à améliorer la compétitivité des entreprises et à la politique accommodante de la BCE en matière de taux d’intérêt devrait dissiper définitivement les doutes des acteurs économiques quant à l’opportunité de réactiver leurs investisse- ments. Maintes fois différé pour cause de stagnation au cours des trois dernières années (2012 à 2014), le redémarrage de l’investissement, avec ces effets mul- tiplicateurs à nulle autre pareille, devrait fortement stimuler l’activité et transformer le rebond en véri- table reprise économique au cours du second se- mestre 2015. La FBCF après avoir reculé en 2015 (-0,8 %) devrait retrouver des taux d’évolution posi- tifs (+2,2 % en 2016 et +2,3 % en 2017). L’installa- tion d’un cycle de croissance vertueux devrait se for- –Tableau 4 – Évolution du PIB et de la FBCF selon le scénario « Reprise tonique » 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 PIB - 2,9 % + 2,0 % + 2,1 % + 0,2 % + 0,7 % + 0,2 % + 1,2 % + 2,1 % + 2,2 % FBCF - 9,1 % + 2,1 % + 2,1 % + 0,3 % - 0,4 % - 1,2 % - 0,8 % + 2,2 % + 2,3 % 2011 à 2015 : Insee (Juin 2015) 2016 : Hypothèse Ofce 2017 : Hypothèse Apec 2. Perspectives de l’emploi cadre 2015-Synthèse, Apec, février 2015 3. 23 milliards d’euros en 2015 et 33 milliards en 2016 au titre du pacte de responsabilité
  7. 7. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 7 Ensemble des départs à la retraite de cadres* % de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite** Nombre de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite Évolution du nombre de départs à la retraite de cadres en poste 2007 105 030 60 % 63 020 - 4 % 2008 111 480 63 % 70 240 + 11 % 2009 101 260 63 % 63 790 - 9 % 2010 103 080 60 % 61 850 - 3 % 2011 84 209 60 % 50 530 - 18 % 2012 82 359 56 % 46 120 - 9 % 2013 94 690 50 % 47 350 + 3 % 2014 100 298 48 % 48 140 + 2 % 2015 108 318 50 % 54 160 + 12 % 2016 109 085 54 % 58 910 + 9 % 2017 113 157 56 % 63 370 + 8 % Sources : *A partir de 2011, projections Agirc de nouveaux retraités cadres, 2013 **A partir de 2008, hypothèses Apec –Tableau 5 – Départs à la retraite de cadres en poste selon le scénario « Reprise tonique » Source:Apec,2015 50 000 70 000 90 000 110 000 130 000 150 000 170 000 190 000 210 000 230 000 142 400 159 000 164 600 143 700 180 900 199 400 208 200 201 000 171 300 190 200 147 900 186 700 167 200 160 000 128 300 111 000 126 800 122 600 109 350 105 200 107 100 80 500 71 160 86 700 87 500 Recrutements enregistrés Tendance 2011201020092008200720062005200420032002200120001999199819971996199519941993199219911990198919881987 181 300 2012 2013 163 400 2014 2015 2016 169 600 224 500 202 000 Approximation des recrutements de cadres par le modèle 2017 176 900 –Figure 3 – Prévisions 2015 - 2017 du nombre de recrutements de cadres selon le modèle Apec – Scénario « Reprise tonique » maliser par une hausse du PIB supérieure à 2 % à partir de 2016 (+2,3 % en 2017, horizon de notre prévision). Cet enchainement, qui reste conditionné par plu- sieurs facteurs (atténuation significative de l’austé- rité, stabilité monétaire de l’union européenne, ab- sence d’aggravation des crises géopolitiques au Moyen-Orient et en Ukraine), s’accompagnerait d’une amélioration sensible du marché de l’emploi. Le taux de chômage pourrait passer en dessous de la barre des 10 % à fin 2015 et avoisiner les 9,5 % en 2016, avec la création nette de près de 200 000 emplois salariés marchands. Dans ces conditions, la part des cadres en poste dans les départs à la retraite connai- trait une progression continue : de 50 % en 2015 à 56 % en 2017.
  8. 8. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE8 Recrutements de cadres Évolution des recrutements de cadres 2013 163 400 - 10 % 2014 169 600 + 4 % 2015 176 900 + 4 % 2016 202 000 + 14 % 2017 224 500 + 11 % Source:Apec,2015 Dans ce scénario, la mise en place d’une croissance économique tonique soutenue par une reprise de l’investissement entrainerait une progression notable du volume de recrutements de cadres. Ils augmente- raient de 14 % en 2016 pour atteindre la barre des 200 000 recrutements, seuil qui serait largement dépassé l’année suivante avec 224 500 embauches prévues, soit un niveau encore jamais atteint. • –PRÉVISIONS 2015 - 2017 : SCÉNARIO « ATONIE »– Dans ce 3ème scénario, le rebond économique engagé en 2015 ne devrait pas perdurer et permettre l’émer- gence d’une vraie reprise. Après une croissance du PIB de +1,2 % en 2015, le soufflet retomberait avec une croissance économique de nouveau étale et des taux d’évolution similaires à ceux observés entre 2012 et 2014 (+0,7 % en 2016 et +0,5 % en 2017). Les chocs externes positifs (baisse du prix du pétrole, déprécia- tion de l’euro, politique monétaire européenne favo- rable) qui ont boosté la consommation des ménages et l’activité des entreprises, notamment dans l’indus- trie manufacturière, ne devraient pas être relayés par une franche reprise de l’investissement productif. Les entreprises ne concrétiseraient pas leurs intentions entrevues dans les différentes enquêtes de conjonc- ture. En effet, les tensions sur l’appareil productif res- –Tableau 6 – Évolution du nombre de recrutements de cadres selon le scénario « Reprise tonique » –Tableau 7 – Évolution du PIB et de la FBCF selon le scénario « Atonie » teraient limitées et les taux d’utilisation des capacités de production ne se relèveraient pas suffisamment pour les inciter à investir. Dans le même temps, les dépenses d’investissements en biens immobiliers des ménages devraient continuer de se contracter. Au fi- nal, la FBCF pourrait encore reculer en 2016 (-1 %) et en 2017 (-1,2 %). En outre, le ralentissement des éco- nomies émergentes observé début 2015 devrait se poursuivre et freiner la demande mondiale et notam- ment celle adressée à la France. Dans ce contexte de reprise avortée, la hausse de la consommation des ménages, pilier du rebond économique du 1er se- mestre 2015, devrait progressivement s’amenuiser. Le retour d’une croissance atone devrait inciter les mé- nages à freiner leurs dépenses de consommation. L’absence d’amélioration sur le front de l’emploi de- 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 PIB - 2,9 % + 2,0 % + 2,1 % + 0,2 % + 0,7 % + 0,2 % + 1,2 % + 0,7 % + 0,7 % FBCF - 9,1 % + 2,1 % + 2,1 % + 0,3 % - 0,4 % - 1,2 % - 0,8 % - 1,0 % - 1,2 % 2011 à 2015 : Insee (Juin 2015) 2016 à 2017: Hypothèses Apec
  9. 9. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 9 Ensemble des départs à la retraite de cadres* % de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite** Nombre de cadres en poste dans l’ensemble des départs à la retraite Évolution du nombre de départs à la retraite de cadres en poste 2007 105 030 60 % 63 020 - 4 % 2008 111 480 63 % 70 240 + 11 % 2009 101 260 63 % 63 790 - 9 % 2010 103 080 60 % 61 850 - 3 % 2011 84 209 60 % 50 530 - 18 % 2012 82 359 56 % 46 120 - 9 % 2013 94 690 50 % 47 350 + 3 % 2014 100 298 48 % 48 140 + 2 % 2015 108 318 50 % 54 160 + 12 % 2016 109 085 48 % 52 360 - 3 % 2017 113 157 48 % 54 320 + 4 % Sources : *A partir de 2011, projections Agirc de nouveaux retraités cadres, 2013 **A partir de 2008, hypothèses Apec –Tableau 8 – Départs à la retraite de cadres en poste selon le scénario « Atonie » vrait plutôt les contraindre à privilégier une épargne de précaution. Cette stagnation économique, syno- nyme notamment de moindres rentrées fiscales, de- vrait pousser le gouvernement, afin de tenir ses enga- gements vis-à-vis de Bruxelles en matière de déficit public, à encore plus d’orthodoxie budgétaire avec des effets restrictifs notables. L’économie pourrait repartir sur un « cycle de croissance zéro ». Les conséquences sur l’emploi ne devraient pas être neutres. Les destruc- tions d’emplois, un temps stoppées, devraient être de nouveau d’actualité et le taux de chômage approche- raient les 11 % à l’horizon de notre prévision (2017). Dans cette configuration, la part des cadres en poste dans les départs à la retraite se contracterait en 2016 (-2 points à 48 %) et se stabiliserait en 2017.
  10. 10. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE10 Source:Apec,2015 50 000 70 000 90 000 110 000 130 000 150 000 170 000 190 000 210 000 230 000 142 400 159 000 164 600 143 700 180 900 199 400 208 200 201 000 171 300 190 200 147 900 186 700 167 200 160 000 128 300 111 000 126 800 122 600 109 350 105 200 107 100 80 500 71 160 86 700 87 500 Recrutements enregistrés Tendance 2011201020092008200720062005200420032002200120001999199819971996199519941993199219911990198919881987 181 300 2012 2013 163 400 2014 2015 2016 169 600 176 900 193 700 Approximation des recrutements de cadres par le modèle 2017 184 200 Recrutements de cadres Évolution des recrutements de cadres 2013 163 400 - 10 % 2014 169 600 + 4 % 2015 176 900 + 4 % 2016 184 200 + 4 % 2017 193 700 + 5 % Source:Apec,2015 Dans ce scénario, le nombre de recrutements de cadres progresserait de 4 % en 2016 à un peu plus de 184 000. Il connaitrait une augmentation simi- laire l’année suivante (+5 %) et un volume de près de 194 000 embauches en 2017. Cette évolution peu dynamique trouve sa principale explication dans la faiblesse de l’investissement. Sans forte reprise de la FBCF, la progression du volume des recrutements de cadres serait ralentie. Il faudra, dans cette configura- tion, encore patienter pour atteindre voire dépasser le seuil des 200 000 embauches. • –Figure 4 – Prévisions 2015 - 2017 du nombre de recrutements de cadres selon le modèle Apec – Scénario « Atonie » –Tableau 9 – Évolution du nombre de recrutements de cadres selon le scénario « Atonie »
  11. 11. APEC – PRÉVISIONS 2015-2017 DES RECRUTEMENTS DE CADRES EN FRANCE 11 –PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2015-2016 SELON DIFFÉRENTS INSTITUTS– Prévisions Insee (juin 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 (AC) PIB +2,1 + 0,2 +0,7 +0,2 +1,2 FBCF +2,1 +0,3 -0,4 -1,2 -0,8 Dépenses de consommations des ménages +0,4 -0,5 +0,5 +0,6 +1,6 Variations des stocks (contribution au PIB en points) nd nd +0,2 +0,2 +0,3 Exportations +6,9 +1,1 +1,8 +2,4 +5,2 Importations +6,3 -1,3 +1,8 +3,9 +5,6 Solde extérieur (contribution au PIB en point) nd nd 0,0 - 0,5 - 0,2 Prévisions OCDE (mars 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 2016 PIB +2,1 +0,4 +0,4 +0,4 +1,1 +1,7 FBCF +2,1 +0,3 -0,8 -1,6 -0,6 +1,7 Dépenses de consommations des ménages +0,9 -0,4 +0,3 +0,6 +1,4 +1,8 Variations des stocks nd -0,6 -0,2 +0,3 0,0 0,0 Exportations +7,1 +1,2 +2,4 +2,7 +4 +5,2 Importations +6,5 -1,2 +1,9 +3,8 +3 +4,1 Prévisions OFCE (avril 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 2016 PIB +2,1 +0,4 +0,4 +0,4 +1,4 +2,1 FBCF +2,1 +0,3 -0,8 -1,6 -1,1 +2,2 Dépenses de consommations des ménages +0,3 -0,5 +0,3 +0,6 +2 +1,9 Variations des stocks (contribution au PIB en %) +1,1 -0,6 -0,2 +0,3 0,0 +0,2 Exportations +7,1 +1,2 +2,4 +2,9 +5,6 +5,6 Importations +6,5 -1,2 +1,9 +3,9 +4,8 +4,7 Prévisions FMI (avril 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 2016 PIB +2,1 +0,3 +0,3 +0,4 +1,2 +1,5 Prévisions COE Rexecode (avril 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 2016 PIB +2,1 +0,3 +0,4 +0,4 +1,2 +1,6 Prévisions Commission européenne et Eurostat (printemps 2015) 2011 2012 2013 2014 2015 2016 PIB +2,1 +0,3 +0,3 +0,4 +1,1 +1,7 FBCF +2,1 +0,3 -1,0 -1,5 -0,6 +3,0 Dépenses de consommations des ménages +0,5 -0,4 +0,2 +0,6 +1,6 +1,5 Variations des stocks 0 +0,7 +0,1 -0.3 +0,2 0 Exportations +6,9 +1,1 +2,2 +2,7 +4,7 +5,9 Importations +6,3 -1,3 +1,7 +3,6 +3,8 +5,8 –Tableau 10 – Évolutions en % nd = donnée non disponible AC = acquis de croissance. L’acquis de croissance d’une variable pour une année N correspond au taux de croissance de la variable entre l’année N-1 et l’année N que l’on obtiendrait si la variable demeurait jusqu’à la fin de l’année N au niveau du dernier trimestre connu.
  12. 12. www.apec.fr 05NOVEMBRE 2013 © Apec, 2015 Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association Pour l’Emploi des Cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901, et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre collective, l’Apec en a la qualité d’auteur. L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, UGICA-CFTC, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122- 4 et L335- 2 du code de la Propriété intellectuelle). ISSN 2261-6098 JUILLET 2015 L’étude a été réalisée par le département Études et Recherche de l’Apec : Pilotage de l’étude : Valérie Bazin Analyse et rédaction : Christophe Lenzi et Christophe Thill Maquette : Daniel Le Henry Directeur du département : Pierre Lamblin ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS 0810 805 805* DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H *prix d’un appel local –NOTE MÉTHODOLOGIQUE– Ce travail de prévision mené par le Département Etudes et Recherche de l’Apec depuis 2009 s’appuie sur un modèle économétrique des recrutements de cadres4 . La démarche d’analyse recouverte par ce terme consiste à confronter une variable à expliquer (ici, le volume de recrutements de cadres tel que mesuré par le Panel entreprises annuel de l’Apec5 ) avec un certain nombre de variables explicatives candidates. Celles-ci sont des séries macroéconomiques, généralement extraites des données publiées par l’Insee. La technique statistique de la régression linéaire multiple permet d’écarter, parmi ces variables, celles dont l’influence n’est pas significative et, pour les autres, de calculer son coefficient dans l’équation qui permet de reconstituer la variable à expliquer. On peut ensuite extrapoler au-delà des données observées, et calculer des prévisions basées sur des scénarios d’évolution vraisemblables pour les variables explicatives. Le modèle développé pour les prévisions de recrutements de cadres repose sur les variables explicatives suivantes : - le produit intérieur brut (PIB), - la formation brute de capital fixe (FBCF) qui représente le volume global de l’investissement, - le nombre de départs à la retraite de cadres en poste. Enfin, l’auto-corrélation de la série se traduit par la présence de termes autorégressifs : en particulier, le volume de recrutements de cadres de l’année précédente (réalisations) intervient de manière significative. L’utilisation de cet outil statistique est complétée d’une part, par le décryptage et le suivi des principaux indicateurs économiques tirés de sources internes et externes et, d’autre part, par l’élaboration de trois scénarios, dont un seul est retenu pour la communication presse de l’Apec. 4. Emploi cadre et cycles conjoncturels – Prévisions à 5 ans, Apec, juillet 2009 5. Panel de 11 000 entreprises du secteur privé en France. Cf Perspectives de l’emploi cadre 2014 - Synthèse, Apec, février 2014.

×