CAZORLA Georges
Santiago
Miércoles 13 de noviembre 2013
georges_cazorla@yahoo.fr
Cellule Recherche FFF-DTN
Nuevas tendenci...
I – Observation et analyse des exigences physiques,
physiologiques et biologiques du match
II – Evaluation des qualités re...
I
I – Observation et analyse des exigences physiques,
physiologiques et biologiques du match
II – Evaluation des qualités ...
1
Analyse
des exigences
du match hier,
aujourd’hui, demain ?
Les capacités
du sportif
2
PREPARATION PHYSIQUE : planificati...
Dynamique de
groupe
Habiletés
tactiques
d’équipe
Stratégies et
plan de
match
Habiletés
tactiques
individuelles
Habiletés
t...
CHARGE EXTERNE :
Observation et répertoire des
actions du match par poste de jeu.
Extrapolation des qualités physiques
req...
LE TOUT EN UN :
Podomètre + accéléromètre
+ GPS + CFM
COUPLAGE AVEC UNITÉS VIDEO
Course intense :
1211 m ± 247m
14.3 %
Vitesse : 17 à 22 km/h
100 à 120% VAM
Distance moyenne des
courses intenses:
22.8 m ...
Durant un match, un joueur
peut accélérer brutalement
entre 72 et 109 fois.
88 ± 14 fois
… se bloquer et changer
brutaleme...
n = 20 Marche
Courses
à
allure
modérée
Courses
rapides
Sprints
avec
élan
Sprints
départ
arrêté
Sprints
après
changt
direct...
n = 20 Courses
rapides
Sprints
avec
élan
Sprints
départ
arrêté
Sprints
après
chagt
direction
Sprints
avec
ballon
Moyennes
...
Courses
rapides
Sprints
avec
élan
Sprints
départ
arrêté
Sprints
après
changt
direction
Sprints
avec
ballon
Total
DEFENSEUR...
Sprints
avec
élan
Sprints
départ
arrêté
Sprints
après
changt
direction
Sprints
avec
ballon
Total
DEFENSEURS
Moyenne 22,5 1...
Courses rapides et sprints : > 23 km/h
N = 21
Distances parcourues (m)
Cazorla et al. 2009
En moyenne : une action intense de (2.8 + 1.6 s) toutes les
- 26 s pour les attaquants
- 29 s pour les milieux
- 35 s pour...
?
SYNTHESES DES OBSERVATIONS (charge externe)
Le match se caractérise et se caractérisera (?) surtout par :
- Une distance t...
CHARGE EXTERNE :
Observation et répertoire des
actions du match par poste de jeu.
CHARGE INTERNE :
1- Répercussions
physio...
Un peu de physiologie pour bien comprendre…
20
30 -
25 -
20 -
15 -
10 -
5 -
0 -
50%
44%
6%
46%
46%
8%
22%
47%
31%
45%
38%
3
6
20%
0 - 1.28s
32%
1.28s – 2.56s
Durées d...
ATP
ADP + Pi
Créatine + Pi
Phosphorylcréatine (PCr)
Glycogène
Lactate
++
=
CO2 + H2O
Glycogène + 02,
SOURCES ENERGETIQUES ...
22Hultman and Sjöholm. J Physiol, 1983, 345
100m 200m 400m20m
23
100 –
80 –
60 –
40 –
20 –
I I I I
0 10 20 30
•
•
•
•
[PCr](en%)
•
••
•
•
I I I I I
0 40 60 80 100
A B
Durée du sprint (...
Figure 9 : Synthèse des phosphagènes après un exercice
court et intense. L’apport d’oxygène est indispensable
pour permett...
25
CINETIQUE DE LA RESYNTHESE DE LA PCr APRES
EPUISEMENT DES RESERVES
La PCr utilisée au cours de l ’exercice épuisant est...
ATP
ADP + Pi
Créatine + P
Phosphorylcréatine (PCr)
CO2 + H2O
Acides Gras
Glucose
Lactate
Récupération entre plusieurs spri...
27
CONSEQUENCE
• Après un exercice court et intense, la resynthèse de la phosphorylcréatine (PCr) à
partir de nouvelles mo...
ATP
ADP + Pi
Créatine + Pi
Phosphorylcréatine (PCr)
Glycogène
Lactate
CO2 + H2O
Glycogène + 02,
SOURCES ENERGETIQUES : 10 ...
MOYENNES DES % VO2MAX ATTEINTS A CHAQUE ESSAI DU 12 x 20m
64,8
73,3
76,5
77,7
80,4
83,3
82,5
83,8
83,9
85,4
85,5
87,5
10,1...
La répétition de sprints peut aussi impacter la capacité
aérobie (pouvoir oxydatif musculaire) et participer à son
dévelop...
Quelques répercussions biologiques du match
LES OUTILS
Observation en cours de
match ou d’entraînement
Microprélèvement
sanguin (35 µL) du
footballeur équipé d’un
app...
1) Concentrations susceptibles de renseigner sur l’état métabolique au
moment et au cours du test et indirectement de l’ét...
2-3 C-REACTIVE PROTEINE (C-RP)
L’augmentation de sa concentration est le témoin d’un processus
Inflammatoire en cours.
0,000
0,500
1,000
1,500
2,000
2,500
3,000
VAM MATCH VAM MATCH VAM MATCH VAM MATCH
ATTAQUANTS (n:7) MILIEUX (n:7) DEFENSEUR...
2-4 LACTATÉMIE
Moindre production (?) du lactate : effet probable des exercices intermittents
LACTATE MESURÉ À LA FIN DU MATCH
LACTATEMIE DURANT ET A L ’ISSUE D ’UN MATCH
La lactatémie obtenue varie entre :
4 et 5 mmol.l-1
- Jacobs et Coll., 1982
- ...
• La CONCENTRATION SANGUINE de LACTATE au
COURS de MATCH dépend :
– du moment dans la partie où est réalisé le
prélèvement...
2- Avec ballon: 3 à 5 sessions de 3 min de jeu pratiqué
sur 1/2, 1/3, ou 1/4 de terrain à 2 contre 2 ou 3 contre 3 joueurs...
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
2 vs 2 3 vs 3 4 vs 4 5 vs 5 6 vs 6
Lactatémie(mmol/l)
Lactatémie en fonction du nombre de joueurs...
II
I – Observation et analyse des exigences physiques,
physiologiques et biologiques du match
II – Evaluation des qualités...
CAZORLA Georges
Santiago
Miércoles 13 de noviembre 2013
georges_cazorla@yahoo.fr
Cellule Recherche FFF-DTN
Seminario inter...
CONSEQUENCES DE L’ANALYSE DU MATCH POUR L’EVALUATION
ET LA PREPARATION PHYSIQUE DU JOUEUR
Qualités à
développer
la vitesse...
1- VITESSE
PARAMETRES DE LA VITESSE EN FOOTBALL
Le sprint est caractérisé par ses cinq composantes :
 le temps de réaction,
 la vit...
18.00
19.00
20.00
21.00
22.00
23.00
24.00
25.00
26.00
27.00
28.00
29.00
30.00
31.00
32.00
33.00
5m lancé 10m lancé 20m lan...
En football seuls quatre aspects sont les plus souvent sollicités
- Le temps de réaction,
- La vitesse de démarrage,
- L’a...
1- Temps de réaction :Temps de réaction
neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):
 Évaluation :
 pédale ...
2- Vitesse de démarrage « explosivité » :
Evaluation :
 Directe : 5m avec cellules photoélectriques ou Optojump
 Indirec...
Vitesse
5m, 10m départ arrêté = « explosivité »
20m départ arrêté = « explosivité +
vélocité » : vitesse spécifique footba...
2) VITESSE ET CAPACITE A REPETER DES SPRINTS
Étude du test 12 x 20 m linéaire
Indice d’endurance de répétition de sprints :
Meilleure performance obtenue au cours des 12 répétitions (s.1/100)
Performa...
3) SPRINTS AVEC CHANGEMENTS DE DIRECTION
360 ᴼ
150 ᴼ
120 ᴼ
90 ᴼ
180°
Différents angles
de changement de
direction observés
en match.
360°=
arrêt-redémarrage
Course...
Vitesse-coordination : 20m course départ arrêté avec changements
de direction
Indice d’habileté sans ballon
Performance 20m en ligne
Performance 20m en crochet
x 100 = %
Indice d’habileté avec ballon
...
FIN DE LA PREMIERE PARTIE
COÛT ENERGETIQUE DES CHANGEMENTS DE DIRECTION
Couse en navette de 20 m
Bekraoui, Léger, Cazorla (publication en cours)
ZigZag > (Navette 20m = Tracé 90 degrés) > Course avant, p<0.05
Vitesse: 6...
8,35
1,29
5,73
0,84
3,73
1,38
0,00
1,00
2,00
3,00
4,00
5,00
6,00
7,00
8,00
9,00
10,00
Delta[La](mmol/L)
VAM 12 x 20m linéa...
0,11
0,09
0,06
0,05
0,00
0,05
0,10
0,15
0,20
0,25
Del[CRP](mg/L)
Crochet Linéaire
CRP
Delta des concentrations de la CRP 1...
CONSEQUENCES :
Savoir alterner les exercices de déplacements avec nombreux
changements de direction et les exercices de co...
4- EVALUATION DE LA CAPACITE LACTIQUE
TEST NAVETTE 3 X 30 s avec Récupération = 35 s
D/ 5M 10M 15M 20M 25M 30M
      
      
      
   ...
Réaliser la plus grande distance possible en course navette
3 répétitions de 30 s ; Récupération = 35 s
Capacité à répéter...
(n : 26) 30s : 143  4.9m
Avec ballon
(n : 26) 30s: 129 m  6,8 m
Indice de coordination :
129 / 143 * 100 = 90,2 %
3 * 30...
EVALUATION DE LA CAPACITE AEROBIE :
mesure de VO2max ou évaluation de la vitesse
aérobie maximale ?
50 m
Test de Léger et Boucher, 1980
20 m
Tests VAM-EVAL (Cazorla et Léger, 1993)
Paliers de 2 min
Incrémentation : 1km/h
P...
38.20 m
20 m
>>>
>
>
>>>
>
>
Ligne de touche
Rond central
du terrain de
football
Ligne de touche
Comment tracer une piste ...
Test de l’Université de Bordeaux 2
(TUB2)
-Paliers de 3 min.
- Augmentation de la vitesse à chaque
palier = 8, 10, 12, 13,...
16,5
17
17,5
18
18,5
19
EQUIPO DE FRANCIA
1998
PROFESIONALES D1 PROFESIONALES D2 JOVENES 19 ANS
18,3
17,6 17,5
17,7
0.65
0...
16,8
0,8
17,2
0,5
17,8
0,6
17,9
0,5
17,8
0,5
16
16,5
17
17,5
18
18,5
V.A.M. ( km/h)
1 2 3 4 5
NOMBRE DE SEMAINES
: 1 : REP...
III
I – Observation et analyse des exigences physiques,
physiologiques et biologiques du match
II – Evaluation des qualité...
CAZORLA Georges
Santiago
Miércoles 13 de noviembre 2013
georges_cazorla@yahoo.fr
Cellule Recherche FFF-DTN
Seminario inter...
LA PREPARATION PHYSIQUE
Désigne l’ensemble des procédés qui permettent d’optimiser la
performance dans un sport donné en t...
1
Analyse
des exigences de
la performance
Les capacités
du sportif
2
PREPARATION PHYSIQUE : planification,
programmation, ...
PLANIFICATION (plusieurs saisons)
Programmation, (une saison : 3 à 5 périodes)
une période dans la saison : 2 à 3 mesocyle...
CHARGE EXTERNE :
Sous la responsabilité des
préparateurs physiques
Gestion des exercices : fréquence,
durée, intensité des...
CHARGE EXTERNE : PREPARATEUR PHYSIQUE
DIFFERENTES FORMES DE PREPARATIONS PHYSIQUES
TYPE ATHLETIQUE
Le joueur « athlète »
TYPE INTEGRE
Jeu programmé : boucle
fer...
1) PREPARATION PHYSIQUE TYPE ATHLETIQUE :
Le joueur athlète. A envisager pour les joueurs qui peuvent
s’entraîner plus de ...
DEVELOPPEMENT DE LA PUISSANCE-VITESSE
Temps de réaction neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):
 Développement : Réponses à de multiples stim...
Temps de réaction neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):
 Développement : Réponses à de multiples stim...
Outils d’évaluation et de développement de la vitesse
DEVELOPPEMENT DES CAPACITES PHYSIOLOGIQUES
% de VAM TYPE D’EXERCICE EFFETS RECHERCHÉS.
MOMENTS DE LA SAISON
50 à 55 Maintien d’une activité
physique entre 8 et 10 mi...
GROUPES
1 : 14 km/h
2 : 14. 5 km/h
3 : 15 km/h
4 : 16 km/h
5 : 16. 5 km/h
Distances par groupe pour une intensité = 120% d...
Intensité Durée
(*)
Récup Nb de répétions
/ série (*)
Nb de séries
/ séance (*)
Récup entre
chaque série
Nb séance/
Semain...
Endurance aérobie : Inter saison < VAM
(65-85 % VAM, > 20 min)
La PAM : fartlek : - reprise de saison:
accélérations 10 à ...
2- PREPARATION PHYSIQUE TYPE INTÉGRÉE :
- Former des ateliers, tous les joueurs doivent être concernés
- Mettre en place d...
Rien du tout (repos)
Très Léger
Léger
Modéré
Légèrement dur
Dur
Très dur
Très très dur
Maximal
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Éche...
2- PRÉPARATION PHYSIQUE « CONTEXTUALISÉE »
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
2 vs 2 3 vs 3 4 vs 4 5 vs 5 6 vs 6
Lactatémie(mmol/l)
Lactatémie en fonction du nombre de joueurs...
PUISSANCE AEROBIE MAX: Fartlek et exercices intermittents courts.
- Sans ballon: 10 à 15 s de course à 110 -120 % de la vi...
Type contextualisé : Séquences types : 2- Avec ballon: 3 à 5 sessions de 3 min de
jeu pratiqué sur 1/2, 1/3, ou 1/4 de ter...
LA CAPACITE LACTIQUE EST ET SERA PROBABLEMENT DE PLUS EN
PLUS SOLLICITEE DANS L’EVOLUTION DU FOOTBALL DE DEMAIN,
ET CE :
E...
2 c 2, 3 c 3 = travail lactique ; 4 c 4 = PMA;
5 c 5, 6 c 6… = Endurance aérobie spécifique + PMA
1
3
20 joueurs 2 3
1
2
3- Pour la préparation physique « contextualisée », prévoir et organiser :
- l’impact recherché (PMA, répétition de sprint...
- Les règles à respecter : nombre de touches minimum ou maximum
du ballon par le joueur en possession. Si la consigne n’es...
1
Analyse
des exigences de
la performance
Les capacités
du sportif
2
ENTRAINEMENT : planification,
programmation, périodis...
CONTENU DE L’EVALUATION INITIALE
Examen médical initial : recherche des antécédents médicaux, examen biologique, FC
de rep...
CONTRÔLE DE L’ENTRAÎNEMENT
Le contrôle longitudinal de l’entraînement permet :
• de vérifier en permanence l’ajustement de...
EVALUATIONS DE CONTRÔLE DE L’ENTRAÎNEMENT
Evaluation de qualités physiques :
Cycle des capacités aérobies : 6min course à ...
EVALUATION
INITIALE
EVALUATIONS
DU SUIVI
EVALUATION, CONTRÔLE ET SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT
2) SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT
Le « suivi de l’entraînement» permet d’établir des bilans d’étapes après des
périodes prolongée...
EVALUATIONS DU SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT A PLACER
AU DEBUT ET A LA FIN DE CHAQUE MESOCYCLE
Suivi de l’évolution des aspects ...
MERCI POUR VOTRE ATTENTION
EN CONCLUSION…
Les capacités nécessaires pour être joueur de haut niveau
aujourdh’hui et peut-être demain ???
1.- Avoir un...
% de
VAM
%
FCmax
TYPE D’EXERCICE EFFETS RECHERCHÉS.
MOMENTS DE LA SAISON
50 à 55 60 à 65 Maintien d’une activité
physique ...
ATP
ADP + Pi
Créatine + P
Phosphorylcréatine (PCr)
CO2 + H2O
Acides Gras
Glucose
Lactate
Récupération entre plusieurs spri...
ATP
ADP + Pi
Créatine + Pi
Phosphorylcréatine (PCr)
Glycogène
Lactate
CO2 + H2O
Glycogène + 02,
SOURCES ENERGETIQUES :10 s...
CHARGE EXTERNE :
Observation et répertoire des
actions du match par poste de jeu.
Extrapolation des métabolismes
activés
C...
5,2
0,8
9,9
1,8
17,3
1,5
24,2
2,0
18,1
1,3
20,7
4,4
21,1
2,2
0,0
5,0
10,0
15,0
20,0
25,0
30,0
Vitesse(km/h)
Marche Courses...
HORS SITUATION
DE COMPETITION
IN VITRO
APPROCHE
QUANTITATIVE
APPROCHE
QUALITATIVE
EN SITUATION
DE COMPETITION
IN VIVO
Test...
D’après Krustrup et al. 2006)
1ère mi-temps : [LA]m = 15.9  1.9 mmol.kg-1 [LA]s = 6.0  0.4 mM
2ème mi-temps : [LA]m = 16...
CAPACITES PHYSIQUES
SPECIFIQUES DU
JOUEUR
PUISSANCE
ENDURANCE MUSCULAIRE
VITESSE
ENDURANCE DE VITESSE
CAPACITES PHYSIOLOGI...
QUATRE TESTS
ACCESSIBLES
- VAMEVAL, Léger – Boucher, ou TUB 2 = VAM +
relation FC-vitesse
- Sprint 10m départ arrêté = exp...
LA TAILLE
COMPARAISON DE LA TAILLE (en cm) EN FONCTION DU
NIVEAU DE COMPETITION
EQUIPE DE FRANCE 1998 ( n : 26 )...: 182.3 ± 3.7
PRO...
COMPOSITION
CORPORELLE
1- COMPOSITION CORPORELLE (DEXA)
- Mesure de la quantité et de la répartition de la graisse et des muscles
- Contenu Minér...
Impédancemétrie
- Mesures Hydriques,
- Répartition des fluides intra et
extra cellulaires
Mesure des quatre plis : bicipital, tricipital, supra-iliaque et subscapulaire pour
estimer le pourcentage de graisse et l...
MESURES ANTHROPOMETRIQUES
ET COMPOSITION CORPORELLE
ORIGINE N AGE TAILLE POIDS % GRAISSE REFERENCES
(année) (cm) (kg)
TCHE...
COMPOSITION CORPORELLE
POIDS (kg) % de GRAISSE
Professionnels L2 (n: 115) : 70.1 ± 6.1 11.7 ± 2.4
Professionnels L1 (n: 16...
TEST DE SOUPLESSE FRANCE-EVAL ET EUROFIT
La souplesse permet non seulement d’améliorer l’efficacité
d’un geste technique m...
0
5
10
15
20
25
JOVEN-
19 ANS
PRO D2 PRO D1 FRANCI
A 98
ECART-TYPE 5,4 4,6 6,8 6,1
MOYENNE 17,7 18,2 14,52 15,3
17,7 18,2
...
MANAGEMENT : REPARTITION DES RESPONSABILITES
PLANIFICATION : Elaborée tous les douze, huit et quatre ans par
l’ensemble de...
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013

1 913 vues

Publié le

NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL, NUEVA VISION EUROPEA. Santiago du Chili nov. 2013 Diaporama Version en français

Publié dans : Sports
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 913
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
91
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

NUEVAS TENDENCIAS SOBRE EL ENTRENAMIENTO FISICO EN EL FOOTBALL Version en Français Santiago 2013

  1. 1. CAZORLA Georges Santiago Miércoles 13 de noviembre 2013 georges_cazorla@yahoo.fr Cellule Recherche FFF-DTN Nuevas tendencias sobre el entrenamiento físico en el futbol, nueva visión Europea. Version française + vidéos Seminario internacional : Futbol Reflexiones Técnicas /estratégicas, científicas.Tendencias, tecnología y Evaluación
  2. 2. I – Observation et analyse des exigences physiques, physiologiques et biologiques du match II – Evaluation des qualités requises III – Applications dans la préparation physique PLAN DE L’EXPOSE
  3. 3. I I – Observation et analyse des exigences physiques, physiologiques et biologiques du match II – Evaluation des qualités requises III – Applications dans la préparation physique
  4. 4. 1 Analyse des exigences du match hier, aujourd’hui, demain ? Les capacités du sportif 2 PREPARATION PHYSIQUE : planification, programmation, périodisation Orientation SuiviContrôle  Avis des entraîneurs experts  Etude de la littérature  Observation et prise de mesures en situation réelle d’entraînement et de compétition Choix, élaboration et Validation des mesures les plus pertinentes (aspects métrologiques) 3 1-2 NOTRE DEMARCHE
  5. 5. Dynamique de groupe Habiletés tactiques d’équipe Stratégies et plan de match Habiletés tactiques individuelles Habiletés techniques individuelles Plans précompét. et comp. Habiletés individuelles Qualités motrices Qualités musculaires Qualités Morpho- logiques Filières énergétiques Développement de la maîtrise de soi Nutrition Accompagnement psychologique Qualité de l’entraîneur dans les choix stratégiques Développement des capacités mentales Compétence du préparateur physique Santé : compétence du médecin Récupération : contrôle biologique Exigences de la compétition Imposer son jeu ou s’adapter au jeu adverse
  6. 6. CHARGE EXTERNE : Observation et répertoire des actions du match par poste de jeu. Extrapolation des qualités physiques requises CHARGE INTERNE : Recueil de la FC, analyses des modifications biologiques, échelles d’appréciation du ressenti en fonction du poste de jeu. CONSEQUENCES POUR L’EVALUATION ET LA PREPARATION PHYSIQUE
  7. 7. LE TOUT EN UN : Podomètre + accéléromètre + GPS + CFM COUPLAGE AVEC UNITÉS VIDEO
  8. 8. Course intense : 1211 m ± 247m 14.3 % Vitesse : 17 à 22 km/h 100 à 120% VAM Distance moyenne des courses intenses: 22.8 m ± 14.5 m Sprint : 734 m ± 104 m 8.7 % Vitesse : 23 à 28 km/h 125 à 180% VAM Distance moyenne des sprints : 17.2 m ± 12.3 m
  9. 9. Durant un match, un joueur peut accélérer brutalement entre 72 et 109 fois. 88 ± 14 fois … se bloquer et changer brutalement de direction entre 40 et 70 fois : 54 ± 12 fois
  10. 10. n = 20 Marche Courses à allure modérée Courses rapides Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après changt direction Sprints avec ballon Pas Chass. Déplact en arrière DEFENSEURS Moyenne 33,0 34,1 16,5 14,6 15,5 17,2 15,4 17,4 29,9 E. type 4,3 6,2 3,1 8,6 6,0 1,6 2,9 12,6 9,6 MILIEUX Moyenne 35,3 38,5 16,9 14,6 15,6 17,8 20,0 20,6 13,8 E. type 3,8 8,2 2,8 0,5 2,2 13,7 15,5 9,4 4,0 ATTAQUANTS Moyenne 34,3 30,3 14,4 20,7 19,3 14,6 16,6 16,2 8,5 E. type 5,4 14,0 4,5 0,9 0,7 6,7 7,5 7,5 3,1 Distance moyenne (m) parcourue respectivement dans chacune des répétitions des différentes modalités de déplacement au cours du match Cazorla et al. 2009
  11. 11. n = 20 Courses rapides Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après chagt direction Sprints avec ballon Moyennes des des durées DEFENSEURS Moyenne 3,43 2,17 3,08 2,99 2,63 2,86 E. type 0,65 1,28 1,19 0,28 0,49 0,78 MILIEUX Moyenne 3,52 2,17 3,10 3,10 3,41 3,06 E. type 0,58 0,07 0,44 2,38 2,64 1,22 ATTAQUANTS Moyenne 3,00 3,08 3,84 2,54 2,83 3,06 E. type 0,94 0,13 0,14 1,17 1,28 0,73 Durée moyenne (s. 1/100) de chaque course intense en fonction du poste Cazorla et al. 2009
  12. 12. Courses rapides Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après changt direction Sprints avec ballon Total DEFENSEURS Moyenne 65,5 22,5 16,5 15,5 26,3 146,3 Ecart type 19,3 9,4 5,7 4,5 7,8 46,7 MILIEUX Moyenne 76 27,7 22,3 28,3 31 185,3 Ecart type 20,1 4,9 6,4 10,8 8,9 51,1 ATTAQUANTS Moyenne 84,3 31 22,7 19,3 30 187,3 Ecart type 10,7 5,6 7,2 6,7 10,8 41 Nombre de répétitions dans chacune des modalités de déplacement à haute intensité (102 à 142 % VAM) au cours du match Cazorla et al. 2009
  13. 13. Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après changt direction Sprints avec ballon Total DEFENSEURS Moyenne 22,5 16,5 15,5 26,3 80,8 Ecart type 9,4 5,7 4,5 7,8 27,4 MILIEUX Moyenne 27,7 22,3 28,3 31 109,3 Ecart type 4,9 6,4 10,8 8,9 31 ATTAQUANTS Moyenne 31 22,7 19,3 30 103 Ecart type 5,6 7,2 6,7 10,8 30,3 Nombre de répétitions de sprints au cours du match Cazorla et al. 2009
  14. 14. Courses rapides et sprints : > 23 km/h N = 21 Distances parcourues (m) Cazorla et al. 2009
  15. 15. En moyenne : une action intense de (2.8 + 1.6 s) toutes les - 26 s pour les attaquants - 29 s pour les milieux - 35 s pour les défenseurs Les observations et analyses précédentes permettent de définir football comme une « activité à exercices intermittents courts, très intenses, aléatoirement répartis en fonction du poste, des partenaires et des adversaires , se déroulant dans des espaces de plus en plus réduits et nécessitant beaucoup de coordination surtout au niveau des membres inférieurs », SYNTHESES ET CONSEQUENCES
  16. 16. ?
  17. 17. SYNTHESES DES OBSERVATIONS (charge externe) Le match se caractérise et se caractérisera (?) surtout par : - Une distance totale parcourue entre 9000 et 11000 m Demain = - la répétition de courses et d’actions techniques très courtes d’intensité supra maximale (supérieure à VO2max) Demain ↗ - le nombre de celles-ci dépend du poste de jeu, Demain ↗ - les sprints en constituent l’essentiel, Demain ↗ - ceux-ci sont rarement linéaires mais présentent de nombreux changements de direction, - les durées des actions intenses qui se situent entre 2 et 4s - et par la distance moyenne des courses intenses et des sprints qui est proche de 20m, Demain ↘
  18. 18. CHARGE EXTERNE : Observation et répertoire des actions du match par poste de jeu. CHARGE INTERNE : 1- Répercussions physiologiques de la répétition des actions intenses et de courtes durées (sprints) 2- Analyses des modifications biologiques, CONSEQUENCES POUR L’EVALUATION ET LA PREPARATION PHYSIQUE
  19. 19. Un peu de physiologie pour bien comprendre…
  20. 20. 20 30 - 25 - 20 - 15 - 10 - 5 - 0 - 50% 44% 6% 46% 46% 8% 22% 47% 31% 45% 38% 3 6 20% 0 - 1.28s 32% 1.28s – 2.56s Durées des sprints (s) : ATP-PCr Glycogénolyse anaérobie Processus aérobie 2.56s 6s 10s 20s 30s Hultman et Sjoholm 1983 Medbo et Tabata 1989 Medbo et al. 1999 Withers et al 1991 Gaitanos et al. 1993 Boobis et al. 1982 Gastin 2001 Cheetham 1986 Bogdanis et al. 1995 Spencer et al. 2005 3% Métabolismes sollicités au cours de sprints de différentes durées Cazorla 2009 80% 65% 17%
  21. 21. ATP ADP + Pi Créatine + Pi Phosphorylcréatine (PCr) Glycogène Lactate ++ = CO2 + H2O Glycogène + 02, SOURCES ENERGETIQUES IMMEDIATES : 1 seul sprint de 3 - 4 s ou départ…10 à 30 m, sauts et toutes actions très courtes ( 1 à 4 - 5s ) et très intenses. 55-60% 35-40% 5% Cazorla 2012
  22. 22. 22Hultman and Sjöholm. J Physiol, 1983, 345 100m 200m 400m20m
  23. 23. 23 100 – 80 – 60 – 40 – 20 – I I I I 0 10 20 30 • • • • [PCr](en%) • •• • • I I I I I 0 40 60 80 100 A B Durée du sprint (en s) Distance du sprint (en m) Déplétion en PCr au niveau du vaste externe du quadriceps lors de sprints en course à pied : A) en fonction de la durée (Bogdanis et al., 1998; Cheetham et al. 1986). B) en fonction de la distance parcourue (Hirvonen et al. 1987) [PCr](en%) 100 – 80 – 60 – 40 – 20 –
  24. 24. Figure 9 : Synthèse des phosphagènes après un exercice court et intense. L’apport d’oxygène est indispensable pour permettre la resynthèse de l’ATP dans les mitochon- dries. Les molécules d’ATP ainsi formées permettent elles- mêmes la resynthèse de la PCr. Harris et coll. (1976) 20 _ 16_ 12 _ 8 _ 4 _ 0 Occlusion = absence d’oxy- gène = pas de resynthèse des Phosphagènes (ATP + PCr). Circulation sanguine normale Exercice épuisant Repos Récupération I I I I I I 0 2min 4min 8min 12min 90% en 4min 85% en 2min 70% en 50s 2 RECUPERATION DE L’ATP ET DE LA PCr
  25. 25. 25 CINETIQUE DE LA RESYNTHESE DE LA PCr APRES EPUISEMENT DES RESERVES La PCr utilisée au cours de l ’exercice épuisant est reconstituée comme suit: 70 % en 30 s 84 % en 2 min 89 % en 4 min 97 % à 100 % en 6 à 8 min
  26. 26. ATP ADP + Pi Créatine + P Phosphorylcréatine (PCr) CO2 + H2O Acides Gras Glucose Lactate Récupération entre plusieurs sprints ou actions intenses de 3 - 4 s (20-30m) + OXYGENE UTILISABLE La vitesse de la récupération entre les actions courtes et intenses est oxygéno dépendante Cazorla 2012
  27. 27. 27 CONSEQUENCE • Après un exercice court et intense, la resynthèse de la phosphorylcréatine (PCr) à partir de nouvelles molécules d ’ATP, nécessite la présence d ’oxygène. • Comme l’ont démontré les travaux Quirstorff & al, 1992 ; Trump & al.,1996 ; Bogdanis & al.,1996, il est possible d ’améliorer la vitesse de resynthèse de la PCr entre plusieurs exercices courts et intenses grâce à un bon développement préalable de la capillarisation et de la capacité oxydative des muscles sollicités. • La vitesse de cette resynthèse dépend de la quantité d ’oxygène que le •muscle peut utiliser (pouvoir oxydatif musculaire). Mitochondries ++ Myoglobine ++
  28. 28. ATP ADP + Pi Créatine + Pi Phosphorylcréatine (PCr) Glycogène Lactate CO2 + H2O Glycogène + 02, SOURCES ENERGETIQUES : 10 sprints de 3 - 4 s ou 10 exercices très courts : 1 à 4 - 5s et très intenses. 14-18 % (60%) 35-38 % (35%) 45-48 % ( 5%) Cazorla 2011 Ross et Leveritt 2001 Spencer et al. 2005; 2006 Aziz et al 2007 Bravo et al 2007 Castagna et al. 2007 Spencer et al 2008 Impellizzeri et al 2008 Mendez-Villanueva et al 2008 Burgomaster et al 2008
  29. 29. MOYENNES DES % VO2MAX ATTEINTS A CHAQUE ESSAI DU 12 x 20m 64,8 73,3 76,5 77,7 80,4 83,3 82,5 83,8 83,9 85,4 85,5 87,5 10,1 7,7 6,8 7,3 6,5 7,9 8,0 8,4 8,4 7,4 6,1 7,5 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Numérosdesessais % VO2max MOYENNE ECART TYPE Essai 6 85 et 95% 12 x 20m R : 30s Linéaire Cazorla 2011
  30. 30. La répétition de sprints peut aussi impacter la capacité aérobie (pouvoir oxydatif musculaire) et participer à son développement. Cette possibilité nécessite cependant des « terrains physiologique et musculaire » préalablement bien préparés CONSEQUENCE POUR LA PREPARATION PHYSIQUE…
  31. 31. Quelques répercussions biologiques du match
  32. 32. LES OUTILS Observation en cours de match ou d’entraînement Microprélèvement sanguin (35 µL) du footballeur équipé d’un appareil de mesure de VO2 par télémétrie pour établir hors match les dépenses d’énergie aux intensités rencontrées en match centrifugeuse Tube gélosé : (sérum) Spectromètre infra rouge Joueur équipé d’un cardio et d’un GPS LABORATOIRE CHARGE EXTERNE CHARGE INTERNE
  33. 33. 1) Concentrations susceptibles de renseigner sur l’état métabolique au moment et au cours du test et indirectement de l’état des réserves énergétiques musculaires et donc éventuellement du niveau de fatigue encore facile à corriger : Glucose, lactate, triglycérides, acides gras libre, glycérol, cholestérol total, acides aminées totaux, urée, protéines totales + albumine, transferrine, apolipoprotéines : Apo-A1, Apo-B. 2) Concentrations dont les variations sont susceptibles de faire suspecter un état inflammatoire qu’un diagnostic médical approfondi peut ensuite préciser : CRP (C-réactive protéine), haptoglobine, orosomucoïde, 3) Les variations de concentrations des immunoglobulines (IgA, G et M) peuvent faire suspecter des défenses immunitaires perturbées et donc des risques infectieux lorsque l’état d’entraînement devient limite : Immunoglobulines IgA, IgG, IgM. CONCENTRATIONS MESUREES A PARTIR DE 35 L DE SANG
  34. 34. 2-3 C-REACTIVE PROTEINE (C-RP) L’augmentation de sa concentration est le témoin d’un processus Inflammatoire en cours.
  35. 35. 0,000 0,500 1,000 1,500 2,000 2,500 3,000 VAM MATCH VAM MATCH VAM MATCH VAM MATCH ATTAQUANTS (n:7) MILIEUX (n:7) DEFENSEURS (n:7) GARDIENS (n:3) 0,162 0,669 0,333 1,358 0,327 0,703 0,256 0,860 0,131 0,327 0,251 1,194 0,233 0,179 0,229 Delta[CRP](mg/L) MOYENNES DES DELTA DE LA CRP écart type moyenne ** ** P < 0.01 Effets probables de la répétition d’actions musculaires excentriques et pliométriques des joueurs aux postes de « milieux » REPERCUSSIONS BIOLOGIQUES
  36. 36. 2-4 LACTATÉMIE
  37. 37. Moindre production (?) du lactate : effet probable des exercices intermittents LACTATE MESURÉ À LA FIN DU MATCH
  38. 38. LACTATEMIE DURANT ET A L ’ISSUE D ’UN MATCH La lactatémie obtenue varie entre : 4 et 5 mmol.l-1 - Jacobs et Coll., 1982 - Kae Oulaï, 1988 - Nos travaux :1989-2004 - Krustrup et al. 2006 : 6 (0.4) vs 15.9 (1.9) et 5 (0.4) vs16.9 (2.3) mm.kg-1 m.s. 8 et 10 mmol.l-1 - Agnevik, 1970 - Ekblom et Coll., 1981 -Bangsbo, 1996 lactateFréquence cardiaque bat / min Durées du match
  39. 39. • La CONCENTRATION SANGUINE de LACTATE au COURS de MATCH dépend : – du moment dans la partie où est réalisé le prélèvement ; – du niveau de jeu ; – du poste occupé sur le terrain ; – du niveau d'entraînement du joueur ; – de la qualité des fibres musculaires sollicitées. Compte tenu de l’évolution du jeu, la capacité lactique aura un rôle probablement de plus en plus important au cours des années à venir
  40. 40. 2- Avec ballon: 3 à 5 sessions de 3 min de jeu pratiqué sur 1/2, 1/3, ou 1/4 de terrain à 2 contre 2 ou 3 contre 3 joueurs, avec 3 à 4 min de récupération passive. -Il semble que l ’entraînement SYSTEMATIQUE de la capacité lactique ne s ’impose pas dans le football actuel -Cependant selon la période de la saison, un ou deux « espaces ou séquences lactiques » de 15 à 20 min chacun, à placer entre des sessions aérobies devraient être hebdomadairement envisagés. Exercices types : 1- Sans ballon : courses intenses de 1 à 3 min à des vitesses situées entre 100 et 120% de la VAM suivies de 2 à 3min récupé- ration. Le tout x 3 à 5 fois. CONSEQUENCE POUR LA PREPARATION PHYSIQUE
  41. 41. 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 2 vs 2 3 vs 3 4 vs 4 5 vs 5 6 vs 6 Lactatémie(mmol/l) Lactatémie en fonction du nombre de joueurs Lactatémie à VO2max
  42. 42. II I – Observation et analyse des exigences physiques, physiologiques et biologiques du match II – Evaluation des qualités requises III – Applications dans la préparation physique
  43. 43. CAZORLA Georges Santiago Miércoles 13 de noviembre 2013 georges_cazorla@yahoo.fr Cellule Recherche FFF-DTN Seminario internacional : Futbol Reflexiones Técnicas /estratégicas, científicas.Tendencias, tecnología y Evaluación EVALUATION PHYSIQUE ET PHYSIOLOGIGUE DU FOOTBALLEUR ET ORIENTATIONS DE SA PREPARATION PHYSIQUE
  44. 44. CONSEQUENCES DE L’ANALYSE DU MATCH POUR L’EVALUATION ET LA PREPARATION PHYSIQUE DU JOUEUR Qualités à développer la vitesse : - démarrage, - accélération, - changement de direction La capacité à répéter des sprints et des actions techniques intenses ↗ dans le futur CAPACITE AEROBIE *VO2max *Vitesse aérobie maximale *Endurance aérobie spécifique CAPACITE LACTIQUE ↗ dans le futur
  45. 45. 1- VITESSE
  46. 46. PARAMETRES DE LA VITESSE EN FOOTBALL Le sprint est caractérisé par ses cinq composantes :  le temps de réaction,  la vitesse de démarrage,  l’accélération,  la vitesse de pointe  et l’aptitude à répéter des sprints (endurance de la vitesse,) Pic de vitesse maximum Durée ou distance pour atteindre le pic de vitesse maximale Endurance de la vitesse ou % du maintien de la vitesse maximale 10m 20m 30m 40m 50m 60m 70m 80m 90m 100m 13 - 12 - 11 - 10 - 9 - 8 - 7 - 6 - 5 - 4 - 3 - 2 - 1 - Vitesse(m.s-1) Phase d’accélération Phase de maintien ou de décélération Temps de réaction Spécifique football
  47. 47. 18.00 19.00 20.00 21.00 22.00 23.00 24.00 25.00 26.00 27.00 28.00 29.00 30.00 31.00 32.00 33.00 5m lancé 10m lancé 20m lancé 30m Lancé 40m lancé Vitesseenkm/h Vitesse (km/h) 1 Ecart type + Moyenne 1 Ecart type - Accélération Vit. 30m – vit 5m Vitesse étalon de référenceVitesse de démarrage Vitesse maximale sprint entre 30 et 40m
  48. 48. En football seuls quatre aspects sont les plus souvent sollicités - Le temps de réaction, - La vitesse de démarrage, - L’accélération et le changement de direction (vivacité), …mais aussi l’aptitude à répéter des sprints (ARP) COMMENT LES EVALUER ET LES DEVELOPPER ?
  49. 49. 1- Temps de réaction :Temps de réaction neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):  Évaluation :  pédale de contact accompagnant les cellules photoélectriques
  50. 50. 2- Vitesse de démarrage « explosivité » : Evaluation :  Directe : 5m avec cellules photoélectriques ou Optojump  Indirecte : Puissance des membres inférieurs, détente verticale (standard et spécifique foot + SJ, CMJ), système Ariel, Myotest.. SQUAT-JUMP (SJ) COUNTER-MOVEMENT-JUMP (CMJ) Système ARIEL
  51. 51. Vitesse 5m, 10m départ arrêté = « explosivité » 20m départ arrêté = « explosivité + vélocité » : vitesse spécifique football 10m derniers mètres d’un 40 mètres = vitesse étalon ou référence (100%)
  52. 52. 2) VITESSE ET CAPACITE A REPETER DES SPRINTS Étude du test 12 x 20 m linéaire
  53. 53. Indice d’endurance de répétition de sprints : Meilleure performance obtenue au cours des 12 répétitions (s.1/100) Performance moyenne des 12 répétions (s.1/100) x 100 = ……% APTITUDE A REPETER DES SPRINTS : sports collectifs
  54. 54. 3) SPRINTS AVEC CHANGEMENTS DE DIRECTION
  55. 55. 360 ᴼ 150 ᴼ 120 ᴼ 90 ᴼ 180° Différents angles de changement de direction observés en match. 360°= arrêt-redémarrage Courses intenses (>VAM) avec changements de direction
  56. 56. Vitesse-coordination : 20m course départ arrêté avec changements de direction
  57. 57. Indice d’habileté sans ballon Performance 20m en ligne Performance 20m en crochet x 100 = % Indice d’habileté avec ballon Perf. 20m en crochet sans bal. Perf. 20m en crochet avec bal. x 100 = %
  58. 58. FIN DE LA PREMIERE PARTIE
  59. 59. COÛT ENERGETIQUE DES CHANGEMENTS DE DIRECTION
  60. 60. Couse en navette de 20 m
  61. 61. Bekraoui, Léger, Cazorla (publication en cours) ZigZag > (Navette 20m = Tracé 90 degrés) > Course avant, p<0.05 Vitesse: 60% VMA < 70% VMA < 80% VMA, p<0.05 VO2max 70% VAM60% VAM 80% VAM
  62. 62. 8,35 1,29 5,73 0,84 3,73 1,38 0,00 1,00 2,00 3,00 4,00 5,00 6,00 7,00 8,00 9,00 10,00 Delta[La](mmol/L) VAM 12 x 20m linéaire 12 x 20m crochets Delta des concentrations en lactate (m m ol/ L) Ecart type Moyenne ** * *** N = 42* P < 0.05 * * P < 0.01 * * * P < 0.001 COMPARAISON DES RESULTATS BIOLOGIQUES DU 12 X 20m LINEAIRE ET AVEC CHANGEMENTS DE DIRECTION
  63. 63. 0,11 0,09 0,06 0,05 0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 Del[CRP](mg/L) Crochet Linéaire CRP Delta des concentrations de la CRP 1 2 x 2 0 m Crochets vs Linéaire Ecart type Moyenne Probable effet de la répétition des contractions excentriques (plyométriques) COMPARAISON DES RESULTATS BIOLOGIQUES DU 12 X 20m LINEAIRE ET AVEC CHANGEMENTS DE DIRECTION
  64. 64. CONSEQUENCES : Savoir alterner les exercices de déplacements avec nombreux changements de direction et les exercices de courses linéaires
  65. 65. 4- EVALUATION DE LA CAPACITE LACTIQUE
  66. 66. TEST NAVETTE 3 X 30 s avec Récupération = 35 s D/ 5M 10M 15M 20M 25M 30M                             - Courir la plus grande distance possible (m) en 30s = Indice de puissance lactique
  67. 67. Réaliser la plus grande distance possible en course navette 3 répétitions de 30 s ; Récupération = 35 s Capacité à répéter des courses intenses en navettes 5 m 10 m 15 m 20 m 25 m 30 mDépart - Indice d’endurance lactique : Distance (m) moyenne sur 3 x 30 s Plus grande distance (m) sur 30 s x 100 = .....%
  68. 68. (n : 26) 30s : 143  4.9m Avec ballon (n : 26) 30s: 129 m  6,8 m Indice de coordination : 129 / 143 * 100 = 90,2 % 3 * 30s = 408m 408 m/ 3 = 136 m  4m 136 m / 143 *100 = 95,1%
  69. 69. EVALUATION DE LA CAPACITE AEROBIE : mesure de VO2max ou évaluation de la vitesse aérobie maximale ?
  70. 70. 50 m Test de Léger et Boucher, 1980 20 m Tests VAM-EVAL (Cazorla et Léger, 1993) Paliers de 2 min Incrémentation : 1km/h Paliers de 1 min Incrémentation : 1/2 km/h Avec et sans cardiofréquencemètreTest Université Bordeaux 2, (1992) 20 m Paliers de 3 min, arrêts 1min Vitesse : 8,10,12, 13, 14, 15, 16, 17, 18…km/h
  71. 71. 38.20 m 20 m >>> > > >>> > > Ligne de touche Rond central du terrain de football Ligne de touche Comment tracer une piste de 200 m sur un terrain de football Ligne du milieu du terrain 1-TEST VAMEVAL et.... 2-TEST DE L’UNIVERSITE DE BORDEAUX 2 (TUBII)
  72. 72. Test de l’Université de Bordeaux 2 (TUB2) -Paliers de 3 min. - Augmentation de la vitesse à chaque palier = 8, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 km/h.... - Arrêt d’1 minute entre chaque palier (prélèvements, relever de la fréquence cardiaque et étude de la récupération cardiaque entre chaque palier).
  73. 73. 16,5 17 17,5 18 18,5 19 EQUIPO DE FRANCIA 1998 PROFESIONALES D1 PROFESIONALES D2 JOVENES 19 ANS 18,3 17,6 17,5 17,7 0.65 0,95 1,1 0,93 VAM (km/h) ECARTE-TIPO MOYENNE ** VITESSE AEROBIE MAXIMALE et NIVEAU DE PRATIQUE Une VAM minimum de 17.5 km/h paraît être nécessaire pour pratiquer le football à un bon niveau. ** sinificatif f < 0.01
  74. 74. 16,8 0,8 17,2 0,5 17,8 0,6 17,9 0,5 17,8 0,5 16 16,5 17 17,5 18 18,5 V.A.M. ( km/h) 1 2 3 4 5 NOMBRE DE SEMAINES : 1 : REPRISE, 2 : 4 SEMAINES , 3 : 8 SEMAINES , 4 : 12 SEMAINES, 5 : 16 SEMAINES EVOLUTION DE LA V.A.M .DURANT UNE SAISON Durant les huit premières semaines, la V.A.M. augmente mais plus aprés * ** Significatif P < 0.05 P < 0.01 * * * NS NS
  75. 75. III I – Observation et analyse des exigences physiques, physiologiques et biologiques du match II – Evaluation des qualités requises III – Applications dans la préparation physique
  76. 76. CAZORLA Georges Santiago Miércoles 13 de noviembre 2013 georges_cazorla@yahoo.fr Cellule Recherche FFF-DTN Seminario internacional : Futbol Reflexiones Técnicas /estratégicas, científicas.Tendencias, tecnología y Evaluación QUELQUES APPLICATIONS DANS LA PREPARATION PHYSIQUE DU FOOTBALLEUR
  77. 77. LA PREPARATION PHYSIQUE Désigne l’ensemble des procédés qui permettent d’optimiser la performance dans un sport donné en tenant compte, d’une part des qualités requises par la performance visée et d’autre part des capacités propres au sportif ainsi que de ses limites d’adaptation. La préparation physique procède de plus en plus actuellement de fondements scientifiques et technologiques. Elle s’inscrit dans des démarches méthodologiques de mieux en mieux maîtrisées pour permettre d’améliorer les très nombreux paramètres requis par la performance : vitesse, force, puissance, souplesse, récupération, coordination, puissance et endurance lactique, puissance et endurance aérobie… NOTRE DEFINITION
  78. 78. 1 Analyse des exigences de la performance Les capacités du sportif 2 PREPARATION PHYSIQUE : planification, programmation, périodisation Orientation SuiviContrôle  Avis des entraîneurs experts  Etude de la littérature  Observation et prise de mesures en situation réelle d’entraînement et de compétition Choix, élaboration et Validation des mesures les plus congruentes (aspects métrologiques) 3
  79. 79. PLANIFICATION (plusieurs saisons) Programmation, (une saison : 3 à 5 périodes) une période dans la saison : 2 à 3 mesocylesPériodisation mésocycles…microcycles mésocycles…microcycles mésocycles… séances….exercices séances….exercices séances….exercices
  80. 80. CHARGE EXTERNE : Sous la responsabilité des préparateurs physiques Gestion des exercices : fréquence, durée, intensité des exercices; durée et modalité des récupérations. Gestion des microcycles et des mésocycles : objectifs, durée, alternance, progressivité. CONTRÔLE DE L’ENTRAÎNEMENT CHARGE INTERNE : Sous la responsabilité du staff médical et paramédical + biologiste + préparateur mental. Analyse et surveillance des modifications biométriques, physiologiques, biologiques, comportementales, induites par les charges externes. SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT SUPERVISION DU DIRECTEUR SPORTIF ET DE L’ENTRAÎNEUR
  81. 81. CHARGE EXTERNE : PREPARATEUR PHYSIQUE
  82. 82. DIFFERENTES FORMES DE PREPARATIONS PHYSIQUES TYPE ATHLETIQUE Le joueur « athlète » TYPE INTEGRE Jeu programmé : boucle fermée, automatismes TYPE CONTEXTUALISE Jeu à thème : boucle ouverte auto adaptation, créativité Exercices sans ballon Avantages : -meilleurs contrôle de tous les paramètres de l’exercice : (intensité, durée, nbre de répétions récupération -Permet de mieux développer la qualité visée Limite : Eloigné des conditions du terrain Exercices avec ballon : 1 joueur, 2 joueurs ou + partenaires, 2 joueurs ou + adversaires. Avantages : boucles fermées Amélioration des gammes technico-tactiques intégrées à la préparation physique Limite : Intensités difficiles à contrôler … souvent infra maximales. Séquences de jeu dans les conditions de match. Paramètres à maîtriser : nbe de joueurs, surface de jeu, durée, thème, règles… Avantages : Boucles ouvertes Amélioration des gammes technico-tactiques intégrées au jeu + intensités proches de celles du match. Limites : Intensités difficiles à contrôler et correction des gestes techniques a posteriori.
  83. 83. 1) PREPARATION PHYSIQUE TYPE ATHLETIQUE : Le joueur athlète. A envisager pour les joueurs qui peuvent s’entraîner plus de trois fois par semaine (clubs professionnels) Musculation + Pliométrie Courses Capacités anaérobie et aérobie Sprints + répétition de sprints
  84. 84. DEVELOPPEMENT DE LA PUISSANCE-VITESSE
  85. 85. Temps de réaction neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):  Développement : Réponses à de multiples stimuli (visuels, auditifs, mixtes…) Vitesse de démarrage « explosivité » :  Développement : Démarrages contre lests, alternance de musculation charges lourdes (85 à 90% de 1 RM développées à vitesse maximale : puissance-force) et de pliométrie (puissance-vitesse).… DEVELOPPEMENT DE LA PUISSANCE-VITESSE
  86. 86. Temps de réaction neuro-musculaire (prise d’informations-analyse-réaction):  Développement : Réponses à de multiples stimuli (visuels, auditifs, mixtes…) Vitesse de démarrage « explosivité » :  Développement : Démarrages contre lests, alternance de musculation charges lourdes (85 à 90% de 1 RM développées à vitesse maximale : puissance-force) et de pliométrie (puissance-vitesse).… Accélération « puissance-force et puissance-vitesse » :  Développement : Alternance de musculation à charges lourdes, à charges légères, sprints en contre-vitesse : sprint en côte (≤ 8-10°), sprint en tractant des charges lourdes-légères Pic de vitesse :  Développement : Sprints en « sur-vitesse »: sprints en descente, sprints avec élastique… DEVELOPPEMENT DE LA PUISSANCE-VITESSE
  87. 87. Outils d’évaluation et de développement de la vitesse
  88. 88. DEVELOPPEMENT DES CAPACITES PHYSIOLOGIQUES
  89. 89. % de VAM TYPE D’EXERCICE EFFETS RECHERCHÉS. MOMENTS DE LA SAISON 50 à 55 Maintien d’une activité physique entre 8 et 10 min Récupération active après un exercice lactique 55 à 65 Activité physique continue de 7 à 10 min Échauffement avant un entraînement. Sans effet sur le développement de la capacité aérobie 65 à 75 Activité physique continue > à 15 min Endurance modérée : inter saison. 75 à 85 Courses ou exercices continus > 15 min Développement de l’endurance spécifique : période préparatoire et de compétition: fin inter saison (sports co) 85 à 100 Intervalles longs : 3 à 5min récupération 2 à 3 min Développement de la puissance aérobie maximale et de l’endurance lactique. Période pré compétitive et de compétition (sports collectifs) 100 à 130 Intermittent court (15s-15s) Développement de la puissance aérobie maximale. Début de saison et période de compétition (sports co) 100 à 155 Exercices par intervalles courts : 1 à 2 min R : 4 min Endurance et puissance anaérobie lactique. Période de pré compétition (sportif bien entraîné) Impacts physiologiques obtenus par les différents pourcentages de VAM
  90. 90. GROUPES 1 : 14 km/h 2 : 14. 5 km/h 3 : 15 km/h 4 : 16 km/h 5 : 16. 5 km/h Distances par groupe pour une intensité = 120% de V.A.M. [15 s-15 s (x 3 x 10 fois)] 70 m 72.5 m 75 m 80 m 82.5 m Entraînement intermittent court : 15 s de course et 15 s d’arrêt à une intensité correspondant à 120 % de la V.A.M. à x par 20,30ou 40 fois selon le niveau d’entraînement . Les sportifs sont placés par groupes homogènes de V.A.M. Terrain de football Mise en pace concrète pour l’ensemble des joueurs d’une équipe, d’un exercice intermittent 15-15 à partir des indications fournies par le Biologiciel®
  91. 91. Intensité Durée (*) Récup Nb de répétions / série (*) Nb de séries / séance (*) Récup entre chaque série Nb séance/ Semaine (*) Vit. max 3 à 5 s (20 à 30m) Passive 1 à 2min 3 à 6 2 à 4 Active : 4 à 6 min 1 à 3 1- Développement de la vitesse + musculation spécifique, traction d’une charge, courses en côte, vs en descente, élastique... (*) : premier chiffre en début de cycle 2- Développement de la capacité lactique Intensité % VAM (*) Durée Récup Nb de répétions / série (*) Nb de séries / séance (*) Récup entre chaq. série Nb séance/ Semaine (*) 120 à 150 20 à 50 s 3 à 4 min 2 à 3 1 à 3 Active 6 à 8 min 1 à 2 (*) : premier chiffre en début de cycle Maîtriser les différents paramètres de l’exercice par intervalles.
  92. 92. Endurance aérobie : Inter saison < VAM (65-85 % VAM, > 20 min) La PAM : fartlek : - reprise de saison: accélérations 10 à 20s 120 à 140 % VAM) x 15 à 20 répétitions > 20min Intermittent court : Pleine saison [ 10 à 15s à 110-130 % VAM; r : 15-20s ] x 30 à 40 répétitions Répétition de sprints : Pleine saison [ 3 à 5 s à 96-100 % vitesse étalon; r : 30 à 40s ] x 10 à 15 répét. Puissance aérobie maximale Pouvoir oxydatif musculaire Endurance aérobie DEVELOPPEMENT DE LA CAPACITE AEROBIE AU COURS DE LA SAISON
  93. 93. 2- PREPARATION PHYSIQUE TYPE INTÉGRÉE : - Former des ateliers, tous les joueurs doivent être concernés - Mettre en place des exercices techniques et des circuits à thème. - Bien définir les objectifs. - Donner des consignes précises, - Chaque joueur doit être constamment actif - Respecter les temps d’activité et de récupération en fonction de l’impact recherché (voir tableaux précédents)
  94. 94. Rien du tout (repos) Très Léger Léger Modéré Légèrement dur Dur Très dur Très très dur Maximal 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Échelle CR10 de Borg ou % FC max (≥ 90 %)
  95. 95. 2- PRÉPARATION PHYSIQUE « CONTEXTUALISÉE »
  96. 96. 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 2 vs 2 3 vs 3 4 vs 4 5 vs 5 6 vs 6 Lactatémie(mmol/l) Lactatémie en fonction du nombre de joueurs Lactatémie à VO2max Supra max = + anaérobie lactique
  97. 97. PUISSANCE AEROBIE MAX: Fartlek et exercices intermittents courts. - Sans ballon: 10 à 15 s de course à 110 -120 % de la vitesse aérobie maximale, 30, 20, 15 s de récupération passive x 30 à 40 fois). Ce type d ’exercice est excellent pour développer la puissance aérobie maximale à des intensités proches de celles du match et sans produire beaucoup de lactate. - Avec ballon: Conserver les mêmes durées d ’exercice et de récupération. ENDURANCE : Exercices continus de durée supérieure à 15 min: - Sans ballon: course continue entre 70 et 85 % de la VAM (inter saison). -Avec ballon: Circuits techniques ou jeux continus sur 1/2 terrain ou terrain complet avec des effectifs réduits: 5 contre 5, 6 contre 6, ou 7 contre 7. CONSEQUENCE POUR LA PREPARATION PHYSIQUE : CAPACITE AEROBIE
  98. 98. Type contextualisé : Séquences types : 2- Avec ballon: 3 à 5 sessions de 3 min de jeu pratiqué sur 1/2, 1/3, ou 1/4 de terrain à 2 contre 2 ou 3 contre 3 joueurs, avec 3 à 4 min de récupération passive. -Il semble que l ’entraînement SYSTEMATIQUE de la capacité lactique ne s ’impose pas dans le football actuel -Cependant selon la période de la saison, une ou deux «séquences lactiques» de 15 à 20 min chacune, à placer entre des sessions aérobies devraient être hebdomadairement envisagés. Type athlétique : Exercices types : 1- Sans ballon : courses intenses de 1 à 3 min à des vitesses situées entre 100 et 120% de la VAM suivies de 2 à 3min récupération. Le tout x 3 à 5 fois. CONSEQUENCE POUR LA PREPARATION PHYSIQUE : CAPACITE LACTIQUE
  99. 99. LA CAPACITE LACTIQUE EST ET SERA PROBABLEMENT DE PLUS EN PLUS SOLLICITEE DANS L’EVOLUTION DU FOOTBALL DE DEMAIN, ET CE : EN FONCTION DES OPTIONS TACTIQUES: • TOUS LES JOUEURS ATTAQUENT ET DEFENDENT, • PRESSING UN CONTRE UN • MONTEE DE LA DEFENSE … OU DANS CERTAINS MATCHES JOUÉS CONTRE UN ADVERSAIRE MEILLEUR... UNE BONNE CAPACITE LACTIQUE PEUT S’AVÉRER PARFOIS UTILE AUSSI
  100. 100. 2 c 2, 3 c 3 = travail lactique ; 4 c 4 = PMA; 5 c 5, 6 c 6… = Endurance aérobie spécifique + PMA 1 3 20 joueurs 2 3 1 2
  101. 101. 3- Pour la préparation physique « contextualisée », prévoir et organiser : - l’impact recherché (PMA, répétition de sprints, capacité lactique ?...) - les surfaces de jeu : diviser le terrain 2 ½, 4 ¼, surfaces de but, carré des corners, losanges central….en fonction du nombre de joueurs et de l’impact recherché, - les durées et les formes de jeu : continues ou intermittentes, - le nombre de joueurs 2 c 2, 3 c 3, 4 c 4, 5 c 5,…avec 1, 2 ou sans gardien de but… - le thème du jeu, le point de départ, le déroulement attendu, l’impact recherché…
  102. 102. - Les règles à respecter : nombre de touches minimum ou maximum du ballon par le joueur en possession. Si la consigne n’est pas respectée le ballon est donné à l’équipe adverse, - les scores à atteindre - Les intensités à estimer (notes sur échelle de Borg), GPS, % de FCmax (a posteriori), - Les variations de thèmes et de formes de jeu… - Encouragements ou non ? Corrections ou non pendant le jeu…?
  103. 103. 1 Analyse des exigences de la performance Les capacités du sportif 2 ENTRAINEMENT : planification, programmation, périodisation Orientation SuiviContrôle  Avis des entraîneurs experts  Etude de la littérature  Observation et prise de mesures en situation réelle d’entraînement et de compétition Choix, élaboration et Validation des mesures les plus congruentes (aspects métrologiques) 3 1-5 NOTRE DEMARCHE
  104. 104. CONTENU DE L’EVALUATION INITIALE Examen médical initial : recherche des antécédents médicaux, examen biologique, FC de repos, FC max, FC de réserve. Bilan morphologique statique et dynamique, impédancemétrie ou mesure des plis cutanés (% de graisse = masse maigre) Evaluation des qualités physiques : Temps de réaction, Sprints 5m, 10m, 20m, 30m (+ 10m lancé). Puissance : détente verticale (SJ + CMJ). Souplesse en position assise. Evaluation des qualités techniques : Sprint 20m linéaire et avec changements de direction, sans et avec ballon. Evaluation des capacités physiologiques : Aérobie : VAMEVAL(VAM+ FC) Endurance spécifique : 12 x 20m en ligne droite et en crochet Evaluation des capacités psychologiques : POMS ORIENTATION DES CONTENUS DE PREPARATION PHYSIQUE
  105. 105. CONTRÔLE DE L’ENTRAÎNEMENT Le contrôle longitudinal de l’entraînement permet : • de vérifier en permanence l’ajustement des charges d’entraînement aux capacités du sportif • de modifier les contenus à partir du feedback afin de prévenir d’éventuels risques de surentraînement. La répétition rapprochée des évaluations nécessite l’emploi de tests accessibles, pertinents, valides et reproductibles, qui ne contraignent pas trop l’entraîneur et le sportif et qui respectent le « confort » de ce dernier.
  106. 106. EVALUATIONS DE CONTRÔLE DE L’ENTRAÎNEMENT Evaluation de qualités physiques : Cycle des capacités aérobies : 6min course à 90 % de VAM (FC + FC de récupération + lactate) Cycle Vitesse : Temps de réaction, 5m, 10m, 20m. Cycle endurance de la vitesse : 12 x 20m Cycle capacité lactique : Puissance : navette 30s x 1 (m parcourus). Endurance : navettes 30s x 3 (m parcourus au total et en moyenne) Evaluation des indices de fatigue : Détente verticale ou temps de réaction avant et après un exercice contraignant. Relever matinal de la FC de repos Appréciation du ressenti de l’entraînement: Echelle de Borg. Echelle d’appréciation de l’entraînement de Rose/Noakes
  107. 107. EVALUATION INITIALE EVALUATIONS DU SUIVI EVALUATION, CONTRÔLE ET SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT
  108. 108. 2) SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT Le « suivi de l’entraînement» permet d’établir des bilans d’étapes après des périodes prolongées d’entraînement, pour en apprécier les effets chroniques et rendre compte des différentes adaptations techniques, organiques et mentales requises par la performance. Les évaluations comprises dans un suivi sont donc : • moins répétitives que celles du contrôle. • plus approfondies et plus discriminantes afin de mieux explorer des sphères difficilement accessibles.
  109. 109. EVALUATIONS DU SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT A PLACER AU DEBUT ET A LA FIN DE CHAQUE MESOCYCLE Suivi de l’évolution des aspects morphologiques : Composition corporelle : Indépendancemétrie ou mesure des plis cutanés (% de graisse et masse maigre) Suivi biologique : suivi des paramètres biologiques les plus pertinents (Analyse : 1)d’échantillons urinaires matinaux par technique métabolomique, de micro échantillons sanguins par technique infrarouge à TF). Suivi de l’évolution des qualités physiques : Vitesse : 10m, 20m, 20m (+ 10m lancé). Puissance : Détente verticale (SJ, CMJ) Souplesse : Position assise Suivi de l’évolution de la coordination : 20 m en crochet sans et avec ballon Suivi de l’évolution des capacités physiologiques : Puissance aérobie maximale : VAMEVAL (courbe FC-vitesse, VAM, FCmax, lactate) Endurance spécifique HRS : 12 x 20 m en ligne et en crochet sans et avec ballon Puissance lactique : 1 Navette 30s (distance parcourue), Endurance lactique : 3 navette 30s récupération passive 35s (distance totale et moyenne parcourue Suivi psychologique : POMS (profil)
  110. 110. MERCI POUR VOTRE ATTENTION
  111. 111. EN CONCLUSION… Les capacités nécessaires pour être joueur de haut niveau aujourdh’hui et peut-être demain ??? 1.- Avoir une taille égale ou supérieure à 180 cm. 2.- Ne pas posséder plus de 11 % de graisse. 3.- Courir un sprint de 30 m en moins de 3.95 s. 4.- Être capable de répéter 12 sprints de 20 m sans perdre plus de 0.17 s par rapport à la meilleure performance. 5.- Avoir une détente verticale égale ou supérieures à 65 cm (Abalakov) ou 53 cm (CMJ Bosco ou optojump) 6.- Atteindre une vitesse aérobie maximale égale ou supérieure à 17.5 km/h. 7.- Posséder de fortes qualités mentales, de la créativité et une grande intelligence de jeu Et...
  112. 112. % de VAM % FCmax TYPE D’EXERCICE EFFETS RECHERCHÉS. MOMENTS DE LA SAISON 50 à 55 60 à 65 Maintien d’une activité physique entre 8 et 10 min Récupération active après un exercice lactique 55 à 65 65 à 75 Activité physique continue de 7 à 10 min Échauffement avant un entraînement. Sans effet sur le développement de la capacité aérobie 65 à 75 75 à 85 Activité physique continue > à 15 min Endurance modérée : début de inter saison. 75 à 85 85 à 93 Courses ou exercices continus > 15 min Développement de l’endurance spécifique : période préparatoire et de compétition (sports co) 85 à 100 93 à 100 Intervalles longs : 3 à 5min récupération 2 à 3 min Développement de la puissance aérobie maximale et de l’endurance lactique. Période pré compétitive et de compétition (sports collectifs) 100 à 130 Intermittent court (15s-15s) Développement de la puissance aérobie maximale. Début de saison et période de compétition (sports co) 100 à 155 Exercices par intervalles courts : 1 à 2 min R : 4 min Endurance et puissance anaérobie lactique. Période de pré compétition (sportif bien entraîné) Impacts physiologiques obtenus par les différents pourcentages de VAM et de FCmax sollicités.
  113. 113. ATP ADP + Pi Créatine + P Phosphorylcréatine (PCr) CO2 + H2O Acides Gras Glucose Lactate Récupération entre plusieurs sprints ou actions intenses de 3 - 4 s (20-30m) + OXYGENE UTILISABLE La vitesse de la récupération entre les actions courtes et intenses est oxygéno dépendante Cazorla 2012
  114. 114. ATP ADP + Pi Créatine + Pi Phosphorylcréatine (PCr) Glycogène Lactate CO2 + H2O Glycogène + 02, SOURCES ENERGETIQUES :10 sprints de 3 - 4 s ou 10 exercices très courts : 1 à 4 - 5s et très intenses. 14-18 % (60%) 35-38 % (35%) 45-48 % ( 5%) Cazorla 2011 Ross et Leveritt 2001 Spencer et al. 2005; 2006 Aziz et al 2007 Bravo et al 2007 Castagna et al. 2007 Spencer et al 2008 Impellizzeri et al 2008 Mendez-Villanueva et al 2008 Burgomaster et al 2008
  115. 115. CHARGE EXTERNE : Observation et répertoire des actions du match par poste de jeu. Extrapolation des métabolismes activés CHARGE INTERNE : 1- Recueil de la FC, 2- Analyses des modifications biologiques, CONSEQUENCES POUR L’EVALUATION ET LA PREPARATION PHYSIQUE
  116. 116. 5,2 0,8 9,9 1,8 17,3 1,5 24,2 2,0 18,1 1,3 20,7 4,4 21,1 2,2 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 Vitesse(km/h) Marche Courses à allure modérée Courses rapides Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après changt direction Sprints avec ballon Vitesses des courses en cours de match (km/ h) Ecart type Moyenne 30,5% 4,8% 58,4% 12,3% 101,9% 11,7% 142,0% 15,7% 106,7% 13,4% 120,8% 22,5% 123,9% 13,6% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 120% 140% 160% %VAM Marche Courses à allure modérée Courses rapides Sprints avec élan Sprints départ arrêté Sprints après changt direction Sprints avec ballon Intensité des courses au cours d'un m atch (% VAM) Ecart type Moyenne Cazorla et al. 2009
  117. 117. HORS SITUATION DE COMPETITION IN VITRO APPROCHE QUANTITATIVE APPROCHE QUALITATIVE EN SITUATION DE COMPETITION IN VIVO Tests et mesures standardisés : Batteries de tests de la FFF ou autres… Observation et compilation statistique en saison de compétition. Ex.: répertoires des actions de matchs : Appréciation de la charge externe : (magnétoscope, système Amisco, GPS ou autres…) Outils d ’appréciation en situations standardisées ex.: Circuits techniques avec observations + mesures + prélèvements Outils d ’observation et de recueil d ’informations en situation réelle: GPS + cardiofréquencemètre Prélèvements (IR-TF)... Appréciation de la charge Interne en relation avec la charge externe EXPERTISE DES EXIGENCES DU JEU
  118. 118. D’après Krustrup et al. 2006) 1ère mi-temps : [LA]m = 15.9  1.9 mmol.kg-1 [LA]s = 6.0  0.4 mM 2ème mi-temps : [LA]m = 16.9  2.3 mmol.kg-1 [LA]s = 5.0  0.4 mM
  119. 119. CAPACITES PHYSIQUES SPECIFIQUES DU JOUEUR PUISSANCE ENDURANCE MUSCULAIRE VITESSE ENDURANCE DE VITESSE CAPACITES PHYSIOLOGIQUES CAPACITE LACTIQUE CAPACITE AEROBIE Endurance Puissance CARACTERISTIQUES MORPHOLOGIQUES TAILLE, POIDS, POURCENTAGE DE GRAISSE, MASSE MAIGRE SOMATOTYPE BATTERIE DE SUIVI DE L’ENTRAÎNEMENT
  120. 120. QUATRE TESTS ACCESSIBLES - VAMEVAL, Léger – Boucher, ou TUB 2 = VAM + relation FC-vitesse - Sprint 10m départ arrêté = explosivité - 20m SANS ballon = vitesse sprint (match) - 12 x 20m sprint R = 30s : capacité à répéter des sprints + FC + lactate : Nos travaux... -Sprint 20m avec changements de direction départ arrêté AVEC et SANS ballon = vitesse sprint + coordination spécifique
  121. 121. LA TAILLE
  122. 122. COMPARAISON DE LA TAILLE (en cm) EN FONCTION DU NIVEAU DE COMPETITION EQUIPE DE FRANCE 1998 ( n : 26 )...: 182.3 ± 3.7 PROFESIONNELS L1 : ( n : 165 )..…. : 180.1 ± 5.8 PROFESIONNELS L2 ( n : 115 )…….. : 175.7 ± 5.5
  123. 123. COMPOSITION CORPORELLE
  124. 124. 1- COMPOSITION CORPORELLE (DEXA) - Mesure de la quantité et de la répartition de la graisse et des muscles - Contenu Minéral Osseux (CMO) et Densité Minérale osseuse (DMO
  125. 125. Impédancemétrie - Mesures Hydriques, - Répartition des fluides intra et extra cellulaires
  126. 126. Mesure des quatre plis : bicipital, tricipital, supra-iliaque et subscapulaire pour estimer le pourcentage de graisse et la masse maigre. BICIPITAL TRICIPITAL SUPRA-ILIAQUE SUBSCAPULAIRE
  127. 127. MESURES ANTHROPOMETRIQUES ET COMPOSITION CORPORELLE ORIGINE N AGE TAILLE POIDS % GRAISSE REFERENCES (année) (cm) (kg) TCHECOSLOVAQ. 15 24.8  3.4 182.6  5.5 78.7  6.2 8.1  2.7 Bunc y al. 1991 FRANCE 26 26.6  3.1 182.3  5.2 79.2  7.1 10.3  1.9 Ferret 1998 FINLANDE 31 180.4  4.3 76.0  7.3 12.4  2.8 Rahkila y Luhtanen 1991 FRANCE ( prof L1) 165 25.6  3.8 180.1  5.8 75.7  6.6 11.8  2.1 Cazorla 1998 HOLLANDE 78 26.8 179.6 76.6 11.8 Vos 1980 GRECE 99 25.4  3. 178.2  5.1 74.5  5. 9.2  1.6 Tokmakidis y al. 1991 PORTUGAL 21 27.6 178.1 73.8 11.0  1.3 Puga 1993 ITALIE 33 26.3  3.8 178  5 75.7  5.9 11.7  1.9 Caldarone y al 1990 FRANCE (prof.L2) 115 19.8 ± 3.3 175.7  5.5 70.1  6.1 11.7  2.4 Cazorla 1998
  128. 128. COMPOSITION CORPORELLE POIDS (kg) % de GRAISSE Professionnels L2 (n: 115) : 70.1 ± 6.1 11.7 ± 2.4 Professionnels L1 (n: 165) : 75.7 ± 6.6 11.8 ± 2.1 Internationaux Francais 1998 (n: 23) : 79.2 ± 7.1 10.3 ± 1.9 Un joueur en bonne condition physique devrait présenter un pourcentage de graisse se situant entre 11 % et 12% de sa masse corporelle totale.
  129. 129. TEST DE SOUPLESSE FRANCE-EVAL ET EUROFIT La souplesse permet non seulement d’améliorer l’efficacité d’un geste technique mais aussi de prévenir les accidents articulaires et musculo-tendineux.
  130. 130. 0 5 10 15 20 25 JOVEN- 19 ANS PRO D2 PRO D1 FRANCI A 98 ECART-TYPE 5,4 4,6 6,8 6,1 MOYENNE 17,7 18,2 14,52 15,3 17,7 18,2 14,52 15,3 5,4 4,6 6,8 6,1 SOUPLESSE (cm) ECART-TYPE MOYENNE TEST DE SOUPLESSE EUROFIT  = 7.5 ± 3.2 cm
  131. 131. MANAGEMENT : REPARTITION DES RESPONSABILITES PLANIFICATION : Elaborée tous les douze, huit et quatre ans par l’ensemble des acteurs du staff sous la supervision du directeur sportif. PERIODISATION : Elaborée au début de chaque saison en coordination entre l’entraîneur et le préparateur physique. MESOCYCLES : Elaboration par l’entraîneur et le préparateur physique des objectifs, des contenus et des durées du futur mesocycle et ce, avant la fin du précédent. SEANCES CONSACREES A LA PREPARATION PHYSIQUE ET LEURS CONTENUS EN EXERCICES ET RECUPERATIONS: Sous la responsabilité du préparateur physique. MICROCYCLES (7 jours) ET NANOCYCLES (3 jours avec 2 matches par semaine) : alternance des charges et des récupérations : Entraîneur + préparateur physique.

×