RESUME
Depuis 1982, date à laquelle
nous avons introduit en .France les
épreuves de courses progressives
permettant d'éval...
152
1· TESTS A VITESSE CONSTANTE: PROTOCOLES RECTANGULAIRES
• Test de 12 min ou de 2400 m de Course, Cooper, 1968.
Test co...
Georges CAZORLA 1 5 3
•
• LA CONSOMMATION MAXIMALE D'OXYGENE ou V02 MAX
La consommation maximale d'oxygène ou vo2 max (V =...
Colloque International de la Guadeloupe
li VAH *
50
55
60
65
70
75
80
85
90
95
100
105
llO
ll5
120
125
130
135
140
145
150...
Colloque International de la Guadeloupe
de course permettant le meilleur
développement de leur capacité aé-
robie ? Dans c...
Georges CAZORLA
. des conditions d'équipement qu'im-
pose son utilisation,
. du nombre et de la qualification de
ses utili...
Colloque International de la Guadeloupe
tesses de course les mieux adaptées
au développement physiologique de
ses sportifs...
Georges CAZORLA
Epreuves de course sur piste et vi-
tesse aérobie maximale :
Pour les deux épreuves navette
(paliers 1 min...
Colloque International de la Guadeloupe
de 3.7 : pour les coureurs de fond à
3.08 : pour les sédentaires et les dé-
butant...
Georges CAZORLA
piste de Léger et Boucher. Actuel-
lement ni validé directement, ni
indirectement, le CA.T.Test (Chanon
et...
Colloque International de la Guadeloupe
IEA=
13.58 x 100
-----=97%
14
Notons que ces simples règles
de ttois qui pennetten...
Georges CAZORLA
dologiques antérieurement présen-
tées. Elle s'en différencie par le
nombre supérieur de paliers (5 au
lie...
Colloque International de la Guadeloupe
Enfants,
Adolescents
Adultes Détermination ·
dela VAM
------------------ - -------...
Georges CAZORLA
.(V02 max, rendement et motivation)
dont certains continuent de progres-
ser, il n'est pas rare d'observer...
Colloque International de la Guadeloupe 165
Distancesde %VAM(O>urse rVAMetVperf* %VAM(course. rVAMet Vperf** CONTRATELEVE:...
Georges CAZORLA
Au niveau de l'éducation phy-
sique et de l'entraînement chez le
jeune, le danger n'est pas l'hyper
mais p...
Colloque International de la Guadeloupe
métaboliques tranSitionnelles déter-
minées par l'augmentation progres-
sive de la...
Georges CAZORLA
mmol/1, nous la définissons sous le
concept de lactatémie basale.
Comme la lactatémie résulte du débit
glo...
Colloque International de la Guadeloupe
En effet, une concentration de 4
mmolll sur-estime probablement la
vitesse au "seu...
Georges CAZORLA
- la différence des distances parcou-
rues ou des performances chrono-
métriques.
- ou (ou et) la différen...
Colloque InternatioTUJJ de la Guadeloupe 171
Choisir une mesure, une
épreuve ou un test est toujours un
moment délicat dan...
Georges CAZORLA
Barrow, H.M. et Mc Gee, R.M.- A pratical approach to )
measurement in physical education. Lea and Febiger,...
Tests de terrain pour évaluer la capacité aérobie et la vitesse aérobie maximale
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tests de terrain pour évaluer la capacité aérobie et la vitesse aérobie maximale

2 403 vues

Publié le

Tests de terrain pour évaluer la capacité aérobie et la vitesse aérobie maximale

Publié dans : Sports
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 403
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
97
Actions
Partages
0
Téléchargements
77
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tests de terrain pour évaluer la capacité aérobie et la vitesse aérobie maximale

  1. 1. RESUME Depuis 1982, date à laquelle nous avons introduit en .France les épreuves de courses progressives permettant d'évaluer, sur le terrain, la capacité aérobie, à la très popu- laire épreuve de douze minutes de marche et course de Cooper, la plus souvent utilisée jusqu'alors. se sont ajoutés de nombreux autres tests aux objectifs sensiblement similaires (Encadré 1). Devant cette abondance, nom- breux sont ceux qui légitimement s'interrogent aujourd'hui avant de choisir le test à utiliser. L'objet de notre présentation est d'abord d'aider les praticiens (1) des activités physiques (APS) à établir le 1. Par praticiens, nous entendons : les médecins et les kinésithérapeutes du sport, les enseignants d'EPS, les entraîneurs et tout autre éducateur sportif. 15 1 TESTS DE TERRAIN POUR EVALUER LA CAPACITE AEROBIE ET LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE plus judicieusement possible leurs choix en fonction de leurs objectifs de leurs besoins, de leurs moyens et de l'âge des sujets qu'ils souhaitent évaluer. C'est ensuite de leur suggé- rer quelques utilisations possibles des résultats pour améliorer le dé- veloppement des capacités aérobies. Pour ce faire, nous passerons cha- cune des épreuves proposées au ta- mis méthodologique bien connu de la pertinence, de l'accessibilité, de la validité et de la fidélité (ou repro- ductibilité) pour établir le plus ob- jectivement possible un classement résultant. Mots clés : Capacité aérobie 1 Eva- luation 1 Tests terrain 1 Méthodologie 1Application. ..Par pratiquants, nous entendons toutes personnes (scolaires, sportifs haut niveau et tout venant, adwtcs non compétiteurs) susceptibles de s'entraÛler pour améliorer leur condition physique et/ou leur performance. 1. ASPECTS METHODOLOGI- QUES . La pertinence ou meilleure correspondance possible de l'épreuve aux objectifs fixés par l'utilisateur, conditionne le choix initial. C'est principalement au niveau de la pertinence du choix de l'épreuve que l'on observe le plus grand nombre de confusions. En ef- fet, à partir des résultats : 1- S'agit-il en effet d'établir un simple diagnostic initial afin de réaliser un ttétat des lieuxtt, un clas- sement, une sélection ou une orien- tation des évalués ? Dans ce cas, seul un indice de l'aptitude aérobie suffit. Cet indice peut être différent et s'exprimer en distances parcourues en 6, 9 ou 12 min (Test de Cooper, 1968), en duréee pour parcourir cer- taines distances : 2400m (Test de Cooper, 2ème version, 1968) ou 1500, 2000, ou 3000 rn (Control Ae- robic Training Test : CAT.Test de Chanon et Stephan, 1985) ou en pa- liers atteints (Tests de Léger et Bou- cher, 1980 ; Léger et Lambert, 1982; Léger et coll. 1985; Brue, 1985). 2- Ou bien s'agit-il de ftxer des objectifs réalistes et de doser en- suite individuellement les vitesses
  2. 2. 152 1· TESTS A VITESSE CONSTANTE: PROTOCOLES RECTANGULAIRES • Test de 12 min ou de 2400 m de Course, Cooper, 1968. Test collectif Dans la version 12 min de course il s'agit de parcourir la plus grande distance possible en 12 min. Dans la version 2400m de course, il s'agit simplement de chronométrer la durée. La distance parcourue et la performance chronométrique constituent en elles-même des Indices de Capacité Aérobie. Ces épreuves NE DONNENT PAS LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE. Elles permettent indirectement d'apprécier le niveau d'endurance aérobie (voir texte). 2· TESTS A VITESSES PROGRESSIVES: PROTOCOLES TRIANGULAIRES ·Testprogressifde course sur piste de l'Université de Montréal(*), Léger et Boucher, 1980. Test collectif(n"' 40). Le protocole du test consiste à augmenter la vitesse de course de l....Jm:J!..h. toutes les l.mil!- La vitesse est imposée par l'intermédiaire de "BIPS" sonores. Des bornes sont placées tous les 50 m sur une piste d'athlétisme. Les sujets évalués doivent s'efforcer de passer devant chaque bornes exactement à l'instant où est émis un Bip. Le test commence à 6 kmlh et s'achève lorsque l'évalué n'est plus capable de suivre la vitesse imposée. Le dernier palier complété lui DONNE SA VITESSE AEROBIE MAXIMALE et permet d'extrapoler son V02 max. · Test progressifde course navette de 20 m à paliers de 2 min(*), Uger et Lambert, 1982. Test collectif(n"' 15 à 20). Le protocole de ce test est identique à celui du testprogressifde course sur piste, par contre la course sefait ici en navettes entre deux lignes parallèles tracées à 20 m l'une de l'autre et l'augmentation de la vitesse n'est que de 0.5 kmlh. Les "Bips" doivent précisément coïncider à chaque arrivée au-dessus d'une des deux lignes. Le dernier palier complété constitue en lui-même un indice de capacité aérobie et permet éventuellement d'extrapoler le vo2 max. Cette épreuve NE DONNE PAS LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE. -Test progressifde course navette de 20 m à paliers de 1 min(*), Uger et coll., 1985. Identique au test progressifde course navette àpaliers de 2 min, mais la durée de chaque palier a été ramenée ici à l mil!. Seul test dont l extrapolation du V02 max a eté validée pour les enfants et adolescents. Cette épreuve NE DONNE PAS LA VITESSE AEROBlE MAXIMALE. ·Test progressifVAM-Eval (*), Cazorla et Léger, Publication en cours Test collectif(n"' 100). Totalement identique au Test navette de 20 m à paliers de 1 min et utilise la même bande sonore. Cependant la course est réalisée ici sur une piste ou sur un circuit à tracer. Des bornes sont placées tous les 20 m. Le dernier palier complété DONNE LA VITESSE AEROBlE MAXIMALE. -Testprogressifde course derrière cycliste(*), Brue, 1985. Test collectif (n"' JO à 15). Même principe que le test progressifde course sur piste mais ici la vitesse est imposée par un cycliste qui selon les caractéristiques mécani(/ues de son vélo doit pédaler aux cadences enregistrées sur une bande sonore. La vitesse est augmentée toutes les 3Q_ secondes de 0.20 à 0.30 kmlh. Le dernier palier complété DONNE LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE. 3- TEST A PROTOCOLE MIXTE : RECTANGULAIRE POUR CHAQUE DISTANCE, TRIANGULAIRE POUR L'ENSEMBLE DU TEST -Test de l'Université de Bordeaux Il: TUBll Test de course progressivement accélérée à chaque palier de 3 min. Arrêt d'une minute entre chaque palier permettant les prélèvements sanguins. Augmentation des vitesses: 8-10-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22 et 10-12-14-16-17-18-19-20- 21-22-23-24, permet d'obtenir les vitesses intermédiaires dites "aux seuils" et la VAM. Ce protocole est surtout utilisé avec les sportifs de haut niveau. - Control Aerobic Training Test: CAT.Test, Chanon et Stephan, 1985. Test surtout individuel (mais p~ut être réalisé collectivement). Protocole mixte rectangulaire et progressif de course qui consiste à ajuster individuellement des vitesses inframaximales de course à des Fréquences Cardiaques (FC) respectivement de 140, de 160 bat/min et à relever la vitesse à FC max. Selon le niveau des évalués, 3 distances à parcourir en 6 à 8 min sont proposées à chaque sujet. Le dernier palier (selon les auteurs) DONNE LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE et permet d'extrapoler un Indice de V02 max. Validité contestée. (*) Il est possible d'acquérir les enregistremenJs sur casselle et/es protocoles de chacun de ces tests en s'adressanJ à : I'A.REA.P.S · B.P 40 · 33611 CESTAS Cédex · Tél. : 57.57.10.10 poste 6692 .
  3. 3. Georges CAZORLA 1 5 3 • • LA CONSOMMATION MAXIMALE D'OXYGENE ou V02 MAX La consommation maximale d'oxygène ou vo2 max (V = débit. o 2 = oxygène. max= maximale) est la quantité maximale d'oxygène qu'un organisme peut utiliser par unité de temps au cours d'un exercice musculaire intense et de longue durée. On peut la définir aussi comme Puissance Aérobie Maximale (PAM) ou Puissance Maximale du Métabolisme Aérobie. Les unités de mesure les plus employées sont : -le litre d'oxygène par minute : llmin ou l.min-1 -le millilitre par minute et par kilogramme de poids corporel: ml/min/kg ou ml.min-1.kg-1 .Un V02 max bien développé permet : -de soutenir des exercices d'intensité et de durée élevées, -de mieux récupérer après un exercice intense. - d'être plus actifsans manifester unefatigue excessive. -de supporter des charges d'entraînements importantes, -de mieux réussir dans les activités de compétitions de longues durées. Le vo2 max exprimé en l.min-1 augmente normalement avec la croissance jusqu'à l'âge de 14-15 ans chez les filles et 18-20 ans chez les garçons. Cette augmentation liée à la croissance peut être considérablement amplifiée par la pratique régulière d'activités physiques surtout si celles-ci sont intenses et de longue durée. • Le V02 max est en moyenne plus élevé chez les garçons que chez lesfilles. A partir de l'âge adulte le V02 maxdécroît avec l'âge. Cette décroissance est plus rapide chez les sujets physiquement inactifs. Le développement du V02 max est limité par les facteurs génétiques. L'importance de ce développement dépend essentiellement de trois condinons :du niveau initial de pratique des activités physiques, de la qualité de l'entraînement subséquent et du "plafond génétique" individuel. • LA VITESSE AEROBIE MAXIMALE OU VAM La VAM est la vitesse de course à laquelle est atteinte le V02 max. Plus que la connaissance du V02 max, celle de la vitesse aérobie maximale est indispensable pour doser les vitesses de course les plus favorables au développement physiologique. •L~NDURANCEAEROBIE L'endurance aérobie est le pourcentage du V02 f11GX (ou de la VAM) susceptible d'être maintenu pendant une DUREE DONNEE: par exemple courir un 3000m à 88% au vo2 max (ou de la VAM). On peut aussi la définir comme la durée d'exercice (par exemple de course) susceptible d'être maintenue à un POURCENIAGE DONNE du 1'02 max :par exemple[uer une vitesse correspondant à 90 % de la VAM et mesurer la durée ou la distance parcourue à cette vitesse. • LA CAPACITE AEROBIE MAXIMALE La capacité aérobie maximale représente la quantité totale d'énergie disponible et susceptible d'être libérée par voie oxydative. Elle dépend des réserves totales des "carburants" de l'organisme (lipides et gl~cides) et de l'apport en f!XJg~ne (ou "comburant") nécessaire à leur combustion (apport et utilisation maximaux : vo2 max. apport et ulllisatzon inframaximaux: endurance aérobie). • COMMENT DEVEWPPER OU MAINTENIR : 1. L'ENDURANCE AEROBIE?: Avec des distances longues courues à des intensités comprises entre 75 (en début de programme) et 90% de la VAM (lorsque le sujet est très bien entraîné). 2. LE V02 MAX?: Avec des vitesses de courses comprises entre 90% (en début de programme) et 120-130% de la VAM (lorsque le sujet est très bien entraîné). Plus l'intensité s'élève plus les distances à parcourir doivent être courtes et répétées à des intervalles rapprochés. Exemple : 15 secondes de course à 120 % de VAM suivies de 20 secondes de récupération passive. A répéter un nombre suffisant de fois pour que la (durée totale des séquences "course-récupération" soit supérieure à 15 minutes). D'OU LA NECESSITE DE CONNAITRE LA VAM ET LES TEMPS DE PASSAGE CORRESPONDANTS A DES INTERVALLES CHOISIS. C'EST CE QUE PERMETTENT LE TEST VAM-EVAL ET LE LOGICIEL D'ENTRAINEMENT QUI L'ACCOMPAGNE
  4. 4. Colloque International de la Guadeloupe li VAH * 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 llO ll5 120 125 130 135 140 145 150 • • • • • • • • • • * * • • • • * • • • * li VAH * 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 110 115 1 20 125 130 135 140 145 150 • • • • • • • • • • • • • * • • • • • • * 50• 24"0 21"8 20"0 18"4 17"1 1 16"0 15"0 14"1 13"3 12"6 12"0 ll"4 10"9 10"4 10"0 9"6 9" 2 8"8 8"5 8"2 8" 0 1 10 a 21 m 23 m ! 25 m 1 27 m 29 m 31 m 33 m ! 35 m 37 m 1 40 m 42 m ! 44 m ! 46 m 48 m ! 50 m 52 m 54 m ! 56 m 58 m 60 m ! 63 Ill 100• 48"0 1 43"6 40"0 l 36"9 1 34"2 1 32"0 l 30"0 28"2 26" 6 l 25"2 24"0 1 22"8 21"8 20"8 20"0 19"1 18"4 l 17"7 l 17"1 16"5 l 16" 0 15 " 31 m 34 m 37 m 41 m 44 m 47 Ill 50 m l 53 m 56 m 59 m 62 m 66 m 69 m 72 m 75 m 78 m 81 m 84 m 87 m 91 m 94 m TABLE POUR UNE VAM DE 15 KMIH Tableau 1 : TEMPS DE PASSAGE 200• 1'36"0 1 1'27"2 1'20"0 1 1'13"8 1'08"5 1 1'04 "0 1 1'00"0 1 56"4 1 53"3 50"5 48"0 1 45"7 43"6 41"7 40"0 38"3 1 36"9 35"5 34"2 33"1 32"0 1 20 a 42 m 46 Ill 50 m 54 m 1 58 m 63 m 1 67 m 1 71 m 75 m 79 m 83 m 87 m 1 92 m 96 m 100 m 104 m 108 m 112 m 117 m ! 121 m ! 125 m 400m 3'12"0 1 2'54"5 2'40"0 2'27"6 2'17"1 2'08 " 0 1 2'00"0 1 1'52"9 1 1'46"6 1 1'41"0 1 1'36"0 1 1'31"4 1'27"2 1'23"4 1'20"0 600m 4'48"0 4'21"8 4'00"0 3. 41"5 3'25"7 1 3'12"0 3'00"0 2'49"4 2'40"0 2'31"5 1 2. 24 "0 2'17 "1 2'10"9 2'05"2 2'00 " 0 1'16"8 1 1'55"1 1'13"8 1'50"7 1 1'll"1 1'46"6 1'08"5 l 1'42"8 1'06"2 1'39"3 1'04"0 1 1'36"0 80011 6'24"0 5'49"0 l 5'20"0 l 4'55"3 4'34"2 l 4'16"0 4'00"0 l 3 ''4·5"8 3'33"3 l 3'22"1 3 ' 12"0 l 3'02"8 2'54"5 1 2'46"9 2'40"0 2'33"6 2'27"6 1 2'22"2 1 2'17"1 2'12"4 1 2'08"0 1 Tableau 2 : DISTANCE 30 8 62 m 69 m 75 m 81 m 87 m 1 94 m 100 m 106 1'1 112 m 119 m 125 m 131 m 137 m 144 m 150 m 156 m 162 Ill 169 m 175 m 181 m 188 m 1 mn 125 m ! 137 m 150 m 162 m ! 175 m 188 m 1 200 Ill ! 212 m 225 m 237 m 250 m 262 m 275 m ! 287 m 300 m ! 312 m ! 325 m ! 337 m 350 m 362 m ! 375 m 2 mn 250 m 275 m ! 300 m 325 m 1 350 m 1 375 m l 400 Ill 1 425 m 450 m 1 475 m 500 m 525 m 550 Ill 575 Ill 600 Ill 625 m 650 m 675 m 700 m 725 m 1 750 m 1000• 8'00"0 7'16"3 6'40"0 6'09"2 5'42" 8 1 5'20"0 1 5'00" 0 4'42"3 4'26"6 4'12 " 6 1 4'00"0 3'48"5 3'38"1 3'28"6 3'20"0 3'12"0 1 3'04"6 2'57"7 2'51"4 2'45"5 2'40"0 1 3 mn 375 m 412 m ·450 m 487 m 525 m 563 m ! 600 m 637 m ! 675 m 712 m 750 m 787 m 8 25 m 862 m ! 900 m 937 m 975 m 1012 m 1050 m 1 1087 m 1 1125 m 154 1500m 3000a * X VAI1 12'00"0 10'54"5 24'00"0 • 21'49"0. 10'00"0 1 20'00"0 • 9'13"8 18 ' 27"6 • 8'34"2 1 17'08"5 • 8'00"0 1 16'00~0 • 7'30"0 1 15'00"0. 7'03"5 14'07 " 0 • 6'40"0 13'20"0 • 6'18"9 12'37 " 8 • 6'00"0 1 12'00"0 • 5'42"8 1 11'25"7 • 5'27"2 10'54 " 5 . 5'13"0 10'26"0 • 5 ' 00 " 0 1 10'00"0 • 4 ' 48"0 4 ' 36"9 4 ' 26"6 1 4'17"1 4 ' 08"2 4'00"0 9'36"0 . 9'13"8 • 8'53"3 • 8'34"2 • 8'16"5. 8'00"0 • 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 lOO 105 llO ll5 120 125 130 135 140 145 150 6 mn 12 mn * li VAH 750 m 825 m 900 m 975 m 1050 m 1125 m 1200 m 1275 m 1350 m 1425 m 1500 m 1575 m 1650 m 1725 m 1800 m 1875 m 1950 m 2025 m 2100 Ill 2175 m 2250 m 1500 m * 1650 m * 1800 m * 1950 m * 2100 m * 2250 m * 2400 m * 2550 m * 2700 Ill • 2850 Ill • 3000 m * 3150 m * 3300 m * 3450 m * 3600 m * 3750 m * 3900 m * 4050 m * 4200 m * 4350 m * 4500 m * 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 110 115 120 1 25 130 135 140 14 5 150
  5. 5. Colloque International de la Guadeloupe de course permettant le meilleur développement de leur capacité aé- robie ? Dans ces cas. un simple indice aérobie ne suffit plus. Ne dis- posant que d'un chronomètre et de distances, l'homme de terrain a sur- tout besoin de références chronomé- triques pour élaborer les contenus de ses séances. Plus que la connaissance du V~ max, c'est celle de la vitesse de course atteinte à vo2 max ou Vi- tesse Aérobie Maximale (VAM) qui lui est indispensable. Ce sont aussi les vitesses de course correspondant aux limites des plages métaboliques transitionnelles (PM1) qui lui per- mettent de mieux doser ses entraîne- ments. A partir de ces vitesses, peuvent facilement être programmées les in- tensités et durées optimales utiles de course et être connues leurs répercus- sions physiologiques. · Dans cette perspective, pour fa- ciliter davantage la tâche du praticien nous avons traduit ces vitesses et leurs pourcentages souhaités, en temps de passages à des intervallles de distances choisies ou en distances à parcourir pour des intervalles de durées connues (Tableaux 1 et 2). TESTS AUTEURS PROTOCOLES ·------·---- ------····--- ------------- 12min oo 2400 m Cooper, 1968 Coursecontinueel decomemaxirœle maximale Course sur pisle Palien 2min U~er el Boucher, 19 0 Course progressive cominue el maximale Course oavene U~et Cl Lambert, Course progre.~sive Palien 2min 19 2 continue el maximale en nave11e 20m Course navene Uferelcoll, Course progre.~sive Paliers 1min 19 3 continue el maximale en naveue 20m Course surpiste Paliers 1min Cazorla et Uger Public4tion en coun Course p!OgltSSive continue elmaximale VAM·Eval Coursederriùe Brue, 1985 Come p!OgltSSive cycli~~e. Paliers 30s continueel maximale . Sans &ne! . Avec artelS Tes1de I'Universilé Cazorla. Course progressive Borduux n :1'JBn publication en cours continue elmaximale avec amiS Con01ll Aerobic Chanon el S1ephan, .3 paliers :ViL à FC TrainingTes! : 1985 140-160 t>,min et max CAT.Tes1 avec arrêiS .S paliers :Vit à FC tS0-160-17().180 e1 max avec amis A ces objectifs correspondent plusieurs épreuves actuellement les plus utilisées en France. Toutes ont été élaborées selon un protocole tri- anguiaire qui utilise soit une aug- mentation des vitesses de course pro- gressive et continue ou, progressive mais incluant des intervalles d'arrêt courts pour permettre des prélève- ments sanguins intermédiaires. Cha- cune d'entre elles est censée amener l'évalué à sa Vitesse Aérobie Maxi- male (VAM). Dans le premier groupe où seule la connaissance de la VAM est suffisante, nous classerons le test progressif de course sur piste de l'Université de Montréal (Uger et Boucher, 1980) qui, lui-même fut à l'origine de la mise au point d'autres épreuves comme celles de la course derrière cycliste (Brue, 1985) et de VAM-Eval (Cazorla et Léger, publi- cation en cours) dont une présenta- tion plus complète sera ultérieure- ment proposée. Dans le second, dont le double objectif est d'obtenir, non seulement la VAM mais aussi, les vitesses intermédiaires correspondant aux li- mites de mises en jeu métaboliques RESULTATS OBJECilFS LCA •: E.A• :VOz 11111:VAM*: SeuilJ* ------- ·-·-·----·------ DisWKeparcourue oudurie oui : oui : non : non : non Dernier palier compltlé oui : non : oui : oui : non Dernier palier compltlé oui : non :oui : non : non Dernier palier compltlé oui : non : oui : non : non Dernierpalier : : compltlé=vileSSe oui : non : 7 : oui : non Demit:rpalier complt~ oui : non : 7 :oui : non FC.Vittssel.acœte + oui : oui : oui?: oui VileSSedu dernier : ~compltl~ +FC· ooi : oui : 1 : oui : oui leSSe·Lacllle FC-Vilesseet vileSse : : : maximale oui : 1 : 1 : ? : noo FC-VileSSe-l..aclaleS : : : el viltssemaximale oui : ? : ? : 7 : oui (•) Dijinirion: I.C.A :Indicede Capacitt Auobie ;E.A: Ellliurance Atrobit; VAM :Vitesse Atrobit Maximale ;Seuils :VIU!sses correspollllanJauxlimites des miUibolismtsairobitetonairobie. Tableau 3 : Pertinence des différentes épreuves de terrain utilisées pour évaluer la capacité aérobie. 155 aérobie, anaérobie et mixte, peuvent être répertoriés : le Test de l'Univer- sité de Bordeaux II (TUBn. Cazorla, publication en cours), la variante avec arrêts intermédiaires du test derrière cycliste (Brue et Mont- mayeur, 1988) et d'une pertinence moindre, le Control Aerobic Training Test (CAT.Testqui, comme son nom ne l'indique pas, a été élaboré par les français Chanon et Stephan, 1985). Toujours dans le souci de faci- liter la pertinence du choix du prati- cien, le tableau 3 et l'encadré 1 récapitulent les différents tests ana- lysés, leurs auteurs, leur protocole, la manière d'apprécier leur résultat ainsi que leurs objectifs. En résumé, s'il s'agit : 1. d'établir un simple diagnostic sur le niveau de capacité aérobie, à la condition de s'en tenir à l'Indice de Capacité Aérobie proposé, cha- cune des épreuves précédentes peut y répondre. 2. d'obtenir des références chronométriques utiles à l'entraî- nement et plus particulièrement la vitesse aérobie maximale, il est souhaitable de choisir entre le VAM- Eval, spécialement élaboré pour ceci, l'épreuve de course sur grand te"ain de l'Université de Montréal (Léger et Boucher, 1980) et le test de course à vitesse progressive derrière cycliste (Brue, 1985). 3. de connaître les vitesses de course sollicitant les différents métabolismes, les tests de course à vitesse progressive avec arrêts intermédiaires de l'Université de Bordeaux Il (TUBu). de Brue et Montmayeur, 1988 ou le CAT.Test (Chanon et Stéphan, 1985) peuvent être retenus. Les nouveaux critères de choix dépendent alors du niveau d'accessi- bilité, de la validité et de la fidélité de chacune de ces épreuves. Le niveau d'ACCESSIBILITE ou de facilité d'utilisation d'un test résulte essentiellement :
  6. 6. Georges CAZORLA . des conditions d'équipement qu'im- pose son utilisation, . du nombre et de la qualification de ses utilisateurs, . de la facilité de compréhension et de mise en oeuvre de son proto- cole, . et de la durée de la passation pro- prement dite. En conséquence les tests jugés les plus accessibles sont ceux dont la passation est collective et n'exige: . pas ou peu de compétence particu- lière de la part des évaluateurs, . pas ou peu de matériel, . et dont la durée de passation est la plus réduite possible. L'accessibilité est donc liée aux caractéristiques habituelles de la pra- tique de l'activité physique et spor- tive sur les lieux où elle se déroule : stade, salle de sport et, des matériels qui s'y trouvent déjà. En fonction de ces critères, nous avons établi une hiérarchie de niveaux d'accessibilité dans chacun des deux groupes de tests (Tab. 4). 1) Epreuves ne permettant d'obtenir qu'un indice de capacité aérobie: 1. Courses de longue durée de 6, 9 ou 12 min (Cooper, 1968) 2. Distance chronométrée de 2400 m (Cooper, 1968) 3. Course progressive navette à paliers de 1 min (Uger et coll., 1983) 4. Course progressive navette à paliers de 2 minutes (Uger et Lambert, 1982). II) Epreuves permettant en outre d'obtenir la vitesse de course atteinte àV02max: 1. Course progressive sur piste à paliers de 1 minute : VAM-Eval (Cazorla etUger) 2. Course progressive sur piste à paliers de 2 minites de runiver- sité de Montréal (Uger et Bou- cher, 1980) 3. Course progressive derrière cy- cliste (Brue, 1985). III) Epreuves permettant d'accéder aussi aux vitesses intermédiaires correspondant aux limites des méta- bolismes aérobie et anaérobie mais nécessitant un matériel d'enregis- trement cardiaque et de prélèvements : Marmditœmn :~et :rtalialioo du :o.n.de r~pw~e :l'assiiDroüecti" :fbllre :~ : ouiodividodle :d'mlolbn :dlMeu :p'*"'>>c :~ :d'lcaaibililt 1-Cantsdt 12mill oo2MX~m : 1pistH 1dmno :Tr!s facile : 10ll5mill :colki:tiYe(IH20NX) :tmll!ll l - - - - -- - - -- -----··-------'-- - - - - - - - - - u:AT.Tesuinplifo6 : 1!dt+1dmno :Facilemais~ : 8125 ruill : ·~de pa:!l8t : ~· ~ na>elle llllio : 1Olfact>15122m :Facile : +I~ID"Cgislr6e : : + 1~ f4-can:Ol>elle 2min : klal :Facile : IH20min : 10130min :Colk<thoe(IH20 ma.) :Idem ---------------------------------------15-'vAM-EI'll politll min : 1pÎ*+ 1cawtle+ : F:rile : 10à2011lin :I~MCamplL: ~ prog=;...... :Idem pi!lepolitls2min • :Facile. Vilessequtlqoe-: lOU) mill :foisclilfocilehjUSitl : ~.funcprog=iYO :Idem+ lbicjdellc :Pa:ile. J.w~ : 10125mio dmilrecytlillt :ada!*o : obtipoepoosrtva~ut: :Coll<ài-.e:pos!llilii • 1 :d'Mlua IOOsojad la fois: :Collo:tiYO:pœsibitilt :d"tvaluer50!1lje11Uafois: :CollcctiYO(IOI 15) TESTS MIX-m> : LABORATOIRE .TERRAIN 1-CAT.Tesuve.:F.C· :1 Olrono +l<*dio- :FacilemaisrtalisaJion : 15l45min loctaies :rrtquar;aoètte+une :romple1e :ltliltdeji&YOIDCW : :Individuelle : 2 :liblm :lm :Prttocole ~ :lllllpŒ1ifsdeliN :clubsllts6qllipts. f--- -···-·····---··- ----- - ·--- · - - - -- ---·-·------··--- 2-TIJBII :Idem+ 1casstaeenre·: Facile :giltlte.l...,t : IIWilpli 3-funcdcniàtcyciW: :Idem t 1bicr;kllc :F~~: ile mcF.C·I..atlalts :achpl!e 15140mill :Individuelle :Idem -----------------·----- - ·-·--- 15135min : lndivih.clle :Idem Tableau 4 : Niveau d'accessibilité des différentes épreuves les plus utilisées 156 sanguins. Ces épreuves ne peuvent être considérées comme accessibles au grand nombre, et donc comme simples épreuves de terrain d'où leur définition d'épreuves mixtes "teffain- laboratoire". On peut cependant éta- blir entre elles la hiérarchie d'acces- sibilité suivante : 1. CAT.Test (Chanon et Stéphan, 1985). Epreuve individuelle qui n'utilise qu'une piste, un chrono- mètre, une unité de cardiofré- quencemètres et une unité de prélèvements sanguins. 2. Test progressif de course avec affêts de l'Université de Bordeaux II (TUBil). Idem, mais utilise en plus un balisage de la piste, une cassette enregistrée et une sono- risation. 3. Test progressif de course avec affêts derrière cycliste (Brue et Montmayeur, 1988). Idem CAT.- Test, mais utilise en plus, un cycliste entraîné, un vélo adapté, une cassette enregistrée ou un programmateur sophistiqué et coûteux. On dit d'une épreuve qu'elle est valide lorsqu'elle mesure effective- ment ce qu'elle est censée mesurer. Le niveau de corrélation calculé entre le facteur directement mesuré et le résultat du test permet de véri- fier sa validité. Si la corrélation est forte, connaissant le résultat du test, il est permis d'extrapoler le facteur à évaluer. L'inverse est aussi possible. Ici réside une autre source de confusions. Dans l'élaboration de la plupart des tests, les corrélations ont été établies entre le V02 max direc- tement mesuré et le résultat obtenu sur le terrain (distance parcourue, du- rée du test, nombre de paliers com- plétés, etc...), si bien qu'à partir de ces résultats il n'est possible d'extrapoler que le V02 max. Mais qu'apporte effectivement au praticien la connaissance de ceue valeur ? Lui permet-elle par exemple de pro- grammer plus efficacement les vi-
  7. 7. Colloque International de la Guadeloupe tesses de course les mieux adaptées au développement physiologique de ses sportifs ? Plus que la connaissance du V02 max, c'est la vitesse de course atteinte à V02 max (ou Vitesse Aé- robie Maximale) qui constitue l'outil d'entraînement à partir duquel l'homme de terrain va pouvoir doser ses exercices. La Vitesse Aérobie Maximale résulte en fait de l'interaction de trois facteurs : la consommation maximale d'oxygène, le rendement énergétique (Sjôdin et Svendenhag, 1985 ; Peronnet. 1988)... et, la motivation, que l'on oublie souvent ! • La consommation maximale d'oxygène (V02 max) ou quantité maximale d'oxygène utilisée par unité de temps. (Cf. Définition dans encadré 2) • Le rendement mécanique ou rapport entre le travail produit et la dépense énergétique, multiplié par cent, s'exprime donc en pourcentage, ou dans le concept récent correspond à "l'économie de course" qui est la quantité d'oxygène consommée par minute pour parcourir un km : ml.min-1.km-1 (Daniels, 1985 ; Ouvrier-Buffet. 1988 ; Morgan et coll., 1989; Lacour, 1990). Le rendement et l'économie de course dépendent essentiellement de l'efficacité de la foulée. • L'efficacité de la foulée qui, à une vitesse donnée explique une moindre dépense d'énergie, permet aussi de bonnes performances de longue durée sans pour autant possé- der des vo2 max importants. L'efficacité de la foulée définie aussi selon le concept actuel "d'économie de course", n'est pas synonyme de foulée belle et ample, mais signifie foulée énergétiquement écono- mique. L'économie de course dépend d'un rapport difficilement amélio- rable entre les aspects morpholo- giques, la qualité des fibres muscu- laires sollicitées, la vitesse de course et la capacité aérobie du sujet évalué. • La motivation peut être in- trinsèque au sujet ou créée par l'ambiance d'entraînement, par les situations nouvelles aménagées et par les explications concernant la phy- siologie de l'exercice fournie par le praticien. En général, àlà condition de bien l'appréhender, le ~quant est très attentif à la gestion de son capital physiologique. Quoiqu'il en soit, la motivation intervient toujours dans le résultat des tests surtout lorsque ceux-ci sont de longue durée. (Cf. Encadré 2) A ces deux derniers facteurs, qui pour des vo2 max égaux peu- vent expliquer d'assez importantes différences de la VAM, s'ajoute l'endurance aérobie qui, elle, joue un rôle très important dans la défini- tion de la capacité à soutenir des exercices de longue ou de très longue durée. L'endurance aérobie contrai- rement à l'efficacité de la foulée, dé- pend fortement de l'entraînement et aussi de la motivation. L'endurance aérobie est donc très améliorable. On peut la définir de deux façons : soit comme le pourcentage limite de vo2 max (ou de VAM) pouvant être maintenu pendant une durée donnée d'exercice, soit comme la durée limite d'exercice pouvant être maintenue à un pourcentage donné de V02 max ou de VAM (Lacour et Flandrois, 1977; Cazorla, 1985). Conséquence pour l'entraînement Si l'objectif du praticien est de développer les capacités aérobie des sportifs qu'il entraîne, ses gammes pédagogiques devront s'exercer dans au moins trois directions : - le développement du vo2 max en- core appelé Puissance Aérobie Maximale (PAM), - l'endurance aérobie, - et... le développement et le maintien d'un bon niveau de motivation. L'amélioration de l'économie de course qui est plus un ajustement in- terne, subjectif et propre à chaque sujet, dépend surtout de la morpho- logie et du vécu de l'entraîné en ma- tière de courses de longue durée. 157 Par un travail biomécanique très élaboré on peut cependant sensible- ment l'améliorer mais dans des li- mites assez faibles et donc peu ren- tables compte tenu de l'investis- sement requis. Validité des différentes épreuves Si on définit la capacité aérobie comme la capacité à soutenir une ac- tivité musculaire intense et de longue durée, la validité des épreuves de course de longue durée, qu'elles soient de type rectangulaire comme les 6, 9 ou 12 min de course maxi- male ou triangulaire comme les épreuves de course progressive et maximale, n'a pas à êlre démontrée puisque ces épreuves évaluent juste- ment cela. Dans ce cas, la validité est dite de fait et le résultat brut consti- tue en lui-même un indice de capa- cité aérobie. Par con1re, si on s'intéresse da- vantage à la valeur prédictive d'un, de plusieurs ou de tous les détermi- nants de la performance de longue durée (V02 max, rendement méca- nique, endurance aérobie, motiva- tion) il est alors indispensable de vé- rifier s'il existe réellement une rela- tion significative enlre le ou les ré- sultats de l'épreuve indirecte et la mesure directe de ce ou ces détermi- nants. Epreuves de course et V02 max Parmi les épreuves de course sur terrain, seules celles proposées par Léger et Lambert (1982) : 'Test progressif de course de 20m" par pa- liers de 2 min ; par Uger et coll. (1984) : "Test progressif de course de 20m" par paliers de 1 min ; et par Léger et Boucher (1980) : "Test pro- gressif de course sur piste" ont fait l'objet de validation par mesure di- recte de la consommation d'oxygène. Les corrélations élevées rap- portées par les auteurs pour des po- pulations importantes, respective- ment : r =0.84, n =91 ; r =0.90, n = 25 ; avec des erreurs-type de l'estimé oscillant entre 4 et 6%, en font d'excellentes épreuves de pré- diction du V02 max.
  8. 8. Georges CAZORLA Epreuves de course sur piste et vi- tesse aérobie maximale : Pour les deux épreuves navette (paliers 1 min et 2 min), la corréla- tion avec le V02 max directement mesuré est établie à partir de la vi- tesse du dernier palier atteint, inté- grant de ce fait les effets métabo- liques liés aux caractéristiques bio- mécaniques de la course en allers et retours alors que pour l'épreuve sur piste (paliers 2 min de Léger et Bou- cher, 1980), c'est la vitesse de course non perturbée atteinte au dernier pa- lier qui le permet Cet aspect est très important pour le dosage des vitesses utiles de course car seule des trois épreuves, la course sur piste permet d'obtenir la vitesse de référence cor- respondant à l'atteinte du vo2 max ou vitesse aérobie maximale (VAM). Malgré sa haute fiabilité, cette épreuve présente trois inconvénients d'ordre pratique à l'origine de la mise au point de nouvelles épreuves pro- posées par Brue (1985), Chanon et Stéphan (1985), Cazorla et Léger (non publié). Ces inconvénients sont respec- tivement : l'augmentation trop im- portante de la vitesse entre deux pa- liers (>1 km/h, version 1980 et 1 krn/h version révisée 1984), l'ajustement plus ou moins aisé de la vitesse de course entre les bornes situées à 50 rn, et la durée assez longue de l'épreuve. * Epreuve progressive de course derrière cycliste. Version sans ar- rêt (Brue, 1985) Afm d'éviter les constants ajus- tements de la vitesse de course entre les intervalles de 50 rn du test sur piste de Léger et Boucher, mais aussi pour obtenir une meilleure précision de la Vitesse Aérobie Maximale, et enfin pour pouvoir faire passer ce même type d'épreuve non seulement sur une piste d'athlétisme mais aussi sur route, Brue (1985) propose d'imposer les vitesses de course par l'intermédiaire d'un cycliste que les évalués doivent suivre en courant. Le cycliste doit pédaler à des cadences imposées par une bande sonore préalablement enregistrée. La vitesse est ainsi augmentée toutes les 30 s, entre 0.25 et 0.30 km/h selon les pa- liers. Les évalués s'efforcent de suivre le cycliste jusqu'au moment où chacun atteint sa limite. Cette limite ou vitesse du dernier palier complété correspondrait à leur VAM. La validation indirecte de cette épreuve se fonde sur l'identité de sa pente d'augmentation des vitesses de course avec celle de l'épreuve de Lé- ger et Boucher. Relevant d'une mé- thodologie très rigoureuse, la valida- tion de cette dernière peut effective- ment servir de critère pour l'élaboration subséquente de proto- coles similaires. Récemment Lacour et coll., (1989) et Montmayeur et Villaret (1990) ont montré que la validité d'une telle épreuve est plus à établir entre la VAM atteinte et les perfor- mances de demi-fond (1500m, 3000m, respectivement r = 0.96 pour n = 12 et r = 0.90 pour n = 11) qu'entre le vo2 max directement mesuré (r = 0.57 ; n = 17 ; Lacour et coll., 1989). Ceci est somme toute très logique car la VAM, comme les performances de demi-fond, résultent de l'interaction de l'ensemble de dé- terminants précédemment définis, tandis que le V02 max n'en constitue qu'un d'entre eux. Si l'épreuve derrière cycliste est très proche de celle de course sur piste à paliers de deux minutes, elle gagne incontestablement en précision mais perd en accessibilité car une bi- cyclette aux caractéristiques méca- niques spécifiques et un évaluateur bien formé aux cadences du pédalage sont requis en supplément De plus, seule une dizaine de sujets peut être évaluée en même temps. * Control Aerobic Training-Test : CAT.Test (Chanon et Stephan 1985) Cette épreuve existe selon deux protocoles. L'un a pour unique objet l'évaluation de la VAM, l'autre, dans laquelle sont prévus plus de paliers et d'intervalles d'arrêt afin de permettre 158 les prélèvements nécessaires à l'étude de l'évolution de la lactatémie, se propose de déterminer les vitesses de course qui correspondraient aux "seuils" aérobie et anaérobie. Bien que ces épreuves soient faciles à mettre en place, en attendant leur validation, un certain nombre de réserves concernant leur méthodolo- gie doivent être soulignées. Outre celles déjà présentées par Brue et Montmayeur (1988) "régularité du train difficile à établir, vitesse du dernier palier difficile à choisir, échauffement non codifié", on peut légitimement s'interroger sur la nécessité de relever la FC pour fixer les vitesses de course infra- maximales. L'importance des varia- tions intra et inter-individuelles des FC inframaximales les rend im- propres pour préciser une intensité ou une vitesse de course généralisable à tous les évalués. Selon les sujets, des valeurs de 140 et 160 bat/min, comme le proto- cole le demande, représentent des pourcentages plus ou moins impor- tants des FC max individuelles, donc des intensités probablement diffé- rentes. Dans ces conditions la stan- dardisation du protocole de l'épreuve s'avère aléatoire ce qui rend difficiles sa validité et surtout sa reproductibilité. Par ailleurs, pour obtenir la FC maximale il est demandé à l'évalué de courir "les 200 derniers mètres à fond". Comment dans ces condi- tions avoir l'assurance d'obtenir au dernier palier la vitesse aérobie maximale et non une vitesse supra- maximale? Enfin, les auteurs ne fournissent aucune indication sur la méthodolo- gie à l'origine des équations à partir desquelles ils extrapolent les "indices de vo2 max". "Indice de V02 max" = VMA (km/h) x par 3.7, 3.55, 3.5, 3.32, 3.2 ou 3.08. Le choix du multiplicateur de la VMA dépend du niveau sportif et de spécialisation dans les courses de fond et demi-fond : respectivement
  9. 9. Colloque International de la Guadeloupe de 3.7 : pour les coureurs de fond à 3.08 : pour les sédentaires et les dé- butants. Comme pour l'épreuve de course derrière cycliste, la validation indirecte du VAM-Eval se fonde sur E~uves Validitéavec V~ max PRdictioode$ perfOI'IDIIICeS de longuedurlel partir laVAM --- ----- --·- --------- ------·-+---------·- l. Coursesur piste palicn de 2min r=0.96; n=25 -demi-food :r=0.96; n=23 -food: r= 0.96; n=24 2. Coursenavette palicnde 2min 3. Course navette palicnde 1min 4. Course de 12 min 5. C:;·'.li'Sederrià'e cycliste r=0.84;n=91 r=0.70; n=188enfants r=0.90; n= 77 adultes r=de014à0.94! r=0.57; n= 17 -ISOOm:r=0.96; n= 12 -300lm: r=0.91; n=Il 6. VAM-Eval Validitéindirecteavec coursesur piste. Validationencours 1.nmn 8.CAT.Test Validation encours Validation àréaliser Tableau 5: Validité des différentes épreuves les plus utilisées Remarquons cependant, que ces équations sont très proches des coûts énergétiques moyens de la .course calculés .par un nombre important d'auteurs (voir notamment Léger et Mercier, 1983 ; Bunc et coll., 1988). Par ailleurs Deymie (1988) rapporte d'intéressantes relations entre les ré- sultats de ce test et des performances de longues durées, sans toutefois in- diquer leur signification et leurs li- mites. Dans son état actuel, cette épreuve montre trop d'imprécisions méthodologiques pour être acceptée sans réserve. • Epreuve progressive de course sur piste VAM-Eval à paliers de 1 minute (Cazorla et Léger, en cours de publication) L'unique objectif de cette épreuve est d'obtenir précisément la vitesse aérobie maximale mais avec de grands groupes de sujets et ce, en utilisant l'enregistrement sonore et en suivant exactement le protocole de l'épreuve de course progressive na- vette à paliers de une minute de Lé- ger et Lambert. La seule différence est le remplacement des allers et re- tours par une course continue sur piste d'athlétisme ou sur circuit une parfaite analogie des pentes de progression des vitesses en fonction des paliers retenus à la fois pour l'épreuve navette et pour l'épreuve sur piste. Le protocole de l'épreuve "VAM-Eval" est très simple. Il suffit de placer des bornes repères tous les 20 rn sur une piste d'athlétisme ou sur un circuit à tracer (plusieurs exemples sont proposés dans le pro- tocole accompagnant la cassette dis- tribuée en France). Associant les protocoles des deux épreuves (Léger et Boucher, 1980 et Léger et coll., 1983), le VAM-Eval en supprime les inconvé- nients: 1. La course est continue autour d'une piste (suppression des allers- retours), 2. La course est très progressive (l'échauffement est inclus). L'aug- mentation de la vitesse de course n'est que d'un demi km/h par paliers de une minute, 3. L'ajustement est plus précis : Les "Bips" sonores correspondent ici aux passages devant les bornes re- pères placées tous les 20 m et non tous les 50 mètres comme dans 159 l'épreuve sur piste de Léger et Boucher, 1980. 4. L'accessibilité n'en est que meil- leure car le placement des bornes ne nécessite qu'un double déca- mètre, outil de mesure très facile à trouver sur un stade, 5. Un plus grand nombre de sujets peut être évalué en même temps si l'évaluation est bien encadrée et dispose de panneaux d'affichage bien lisibles des paliers en cours. Nous suggérons 5 sujets à placer au départ en "fùe indienne" der- rière chaque borne. Cent sujets peuvent donc être évalués collec- tivement (5 x 20) sur une piste de 400m. 6. On n'annonce plus les paliers, sou- vent source d'erreurs lorsque sont recherchées les valeurs correspon- dantes, mais on indique les vi- tesses de course. 7. La VAM correspond à la vitesse au demi km/h près (donc plus pré- cise) atteinte au dernier palier COMPLETE. La nécessité d'un amplificateur de son en constitue le seul inconvé- nient L'évaluateur peut facilement y pallier en doublant de coups de sifflet les "Bips" émis par la bande sonore. Un amplificateur adaptable à tout magnétophone vient d'être réalisé à cet effet (*). La sonorisation existant dans certains stades peut aussi être utilisée. En résumé seules les épreuves progressives élaborées par Uger et Boucher (1980), Uger et Lambert (1982) et Uger et coll., (1983) ont été directement validées à partir du V02 max mesuré. De ces trois épreuves seule celle de course sur piste a été validée pour obtenir la Vitesse Aérobie Maximale (VAM). Les épreuves de course de"ière cycliste (Brue, 1985) et de course progressive à paliers de 1 min : VAM -Eva/ (Cazorla et Uger) fondent indirectement leur validation sur l'exacte similitude de la pente vitesse-durée constituant l'incrémen- tation de l'épreuve de course sur
  10. 10. Georges CAZORLA piste de Léger et Boucher. Actuel- lement ni validé directement, ni indirectement, le CA.T.Test (Chanon et Stephan, 1985) semble plus discu- table pour obtenir avec précision la VAM. D'où le classement proposé au niveau de la validation pour obtenir la Vitesse Aérobie Maximale : 1. Epreuve progressive de course sur piste à paliers de 2 min : validation directe. 2. Epreuve progressive derrière cycliste : validation indirecte. 3. Ex. : Epreuve VAM-Eval à paliers de 1 min :validation indirecte. 4. CAT.Test : validation difficile à réaliser. A la limite, validation de concomittance avec la performance de longue durée (?) mais ceci reste à prouver d'une manière in.contestable. Utilisant la médiane des courbes reliant les coûts énergétiques et les vitesses de course sur tapis roulant relevées dans la littérature, médiane corrigée ensuite en tenant compte des effets de la résistance de l'air par temps calme (Pugh, 1970/1971), Léger et Mercier (1983) proposent une équation de prédiction du vo2 max à p~ de la connais- sance de la Vitesse Aérobie Maxi- male(VAM). vo2 max (ml.min-1.kg-1) =3.5 VAM (km.lh) Lorsque les sportifs ou les élèves à évaluer sont jeunes (moins de 18 ans), pour estimer approxima- tivement leur VOz max, ajoutez 2 % de la valeur du 102 max ainsi cal- culé par année d'âge en-dessous de 18 ans. Exemple : Un jeune de 14 ans ayant une VAM de 15 km/h devrait possé- • der un vo 1 max d'environ 56.7 ml.min-1.kg- 15 (km/h) x 3.5 = 52.5 ; en ajoutant 2 % de cette valeur par an- née d'âge en-dessous de 18 ans on obtient un vo2max de : 52.5 +4.2 =56.7 ml.min-1.kg-1 Cette équation ne permet qu'une estimation moyenne sachant que les variation inter-individuelles liées au rendement énergétique, lui-même dépendant sunout des facteurs mor- phologiques peuvent entraîner des écarts de l'ordre de± 8%. Dans notre exemple, le vo2max du jeune éva- lué serait compris entre 52.5 et 60.9. Ces variations relativement impor- tantes permettent de s'interroger sur la pertinence de l'extrapolation du vo2 max à partir des tests de terrain. La vocation des tests de ter- rain n'est-eUe pas plutôt de fournir .aux praticiens de terrain et aux évalués des références directement utilisables dans leur pratique ? Trois types d'épreuves permet- tent actuellement d'évaluer l'endu- rance aérobie du coureur : deux épreuves à vitesses "inframaximales" et l'épreuve à Train Maximal Imposé (T.M.I) : Qacon, 1987. Epreuve 1 : Vitesses inframaxi- males de durée ou de distance pré- cisée Dans ce type d'épreuve, il s'agit de maintenir le pourcentage de VAM le plus élevé possible pendant une durée ou sur une distance donnée : courses de 9 ou 12 min ou de 2400 rn (Cooper, 1968). Pour estimer l'endurance aéro- bie d'un sujet il suffit de comparer la distance théorique qu'il aurait par- courue s'il avait pu maintenir sa VAM, à la distance réellement par- courue dans l'épreuve. Eventuelle- ment établir ensuite le pourcentage entre les deux résultats. 160 Prenons les deux exemples sui- vants : Exemple 1 : Soit un jeune dont la VAM est de 15.5 km/h et qui ne par- court que 2.9 km en 12 min. a) Calculer la "distance théo- rique" qu'il pourrait parcourir en 12 min à sa Vitesse Aérobie Maximale (VAM): 15.5 (km/h) x 12 min =3.1 km 60min b) Calculer ensuite le pourcen- tage représentant son "Indice d'Endurance Aérobie" (IEA) : 2.9 x 100 IEA = = 93.55 % 3.1 Inversement ce pourcentage peut être calculé à partir de sa vitesse de course ; dans ce cas, commencer par calculer sa vitesse réelle moyenne (Vrm) maintenue pendant 12min: 2.9 x 60 Vrm = =14.5 km/h 12 Calculer ensuite son "Indice d'Endurance Aérobie" : Vitesse réelle moyenne IEA = x 100 = V.A.M 14.5 x 100 ---=93.55% 15.5 Exemple 2 : La VAM de l'évalué est de 14 km/h et il parcoun une distance imposée de 2.4 km en 10 min 36 s (soit 636 s) : a) Calculer la vitesse réelle moyenne (Vrm) sur 2.4 km : 2.4 x 3600 Vrm = - -- - = 13.58 km/h 636 b) Calculer ensuite l'IEA:
  11. 11. Colloque International de la Guadeloupe IEA= 13.58 x 100 -----=97% 14 Notons que ces simples règles de ttois qui pennettent de calculer respectivement : 1. la distance théorique à parcourir en 12 min, 2. la vitesse moyenne de course, 3. l'indice d'endurance aérobie, . peuvent être fournies aux évalués à qui il est toujours pédagogiquement intéressant de demander de gérer eux-mêmes le développement de leur endurance aérobie. Epreuve 2 : Pourcentage de VAM à maintenir le plus longtemps pos- sible. Le praticien fixe pour chaque évalué une vitesse de course corres- pondant à un pourcentage proche de sa V AM (90-95 % ou plus) que ce- lui-ci doit maintenir le plus long- temps possible. La durée du maintien de cette vitesse constitue aussi l'indice d'endurance aérobie. Cette vitesse peut actuellement être immé- diatement calculée et les sons corres- pondant aux passages devant les bornes repères placées aux inter- valles choisis par l'éducateur phy- sique peuvent être émis par l'appareillage récemment mis au point et déjà évoqué antérieurement (*) Le choix de vitesses correspon- dant à chaque pourcentage souhaité de la VAM et les "temps de passage" à des intervalles réguliers peuvent aussi être obtenus par un logiciel spécialement mis au point (logiciel VAM-Eval) ou par des tables de ré- férences accompagnant la cassette enregistrée du test (Exemples ta- bleaux 2 et 3.) Epreuve 3 : Le "Train Maximal Imposé" (TMI): Gacon, 1987 Dans cette épreuve, comme dans l'épreuve précédente, c'est la mesure de la durée maximale de course à VAM ou la distance totale parcourue à cette vitesse qui constitue l'Indice d'Endurance Aéro- bie. D'autres façons d'évaluer l'endurance aérobie du coureur sont respectivement proposées par Mer- cier et coll. (1984) à partir de l'exploitation très simple d'un nomo- gramme et par Peronnet (1988) à partir de l'utilisation plus complexe de la pente de la relation : % vo2 max-logarithme du temps total de course réalisé au cours de plusieurs compétitions de longue durée : 3000, 5000 rn, 10.000 rn marathon par exemple. Remarque : L'épreuve de Co- oper est tout à fait intéressante pour fournir un indice de capacité aérobie et indirectement pour évaluer l'endu- rance aérobie mais non pour prédire le V02 max comme de nombreux auteurs ont tenté de le faire. L'objectif de ces épreuves est de déterminer les vitesses limites cor- respondant à la sollicitation prépon- dérante du métabolisme aérobie et anaérobie. Chacune utilise un protocole triangulaire dans lequel des arrêts sont prévus pour pennettre les prélè- vements sanguins requis. Bien qu'elles ne puissent être considérées totalement comme épreuves de "terrain", se sont actuellement les plus utilisées pour faire la liaison entre le terrain et le laboratoire, et regrouper autour d'elles, athlètes, en- traîneurs, médecins et physiologistes, afm de mieux individualiser les vi- tesses utiles d'entraînement * Epreuve progressive de course derrière cycliste. Version avec ar- rêts (Brue et Montmayeur, 1988) 161 Une version de l'épreuve pro- gressive de course derrière cycliste, épreuve se déroulant obligatoirement sur une piste de 400 rn, comprend six arrêts d'une minute chacun situés à la fin du 1er, 3ième, 5ième, 7ième, 9ième et llième tours de piste (Brue et Montmayeur, 1988). Au cours de ces arrêts sont réa- lisés les prélèvements sanguins afin de doser l'acide lactique. Les ciné- tiques FC-Vitesses de course-Lac- tates sanguins (ALs) peuvent donc être réalisées à partir de cette ver- sion. Rien n'est actuellement indiqué sur les conséquences de cette modifi- cation de protocole. Deux remarques sont à souligner : 1. La durée de chacun des tours de piste à l'issue desquels sont réali- sés les prélèvements n'est pas identique : la lactatémie résulte donc de deux variables : durée et intensité. 2. On peut raisonnablement supposer une surestimation de la VAM liée aux différents arrêts et notamment à la récupération qu'ils autorisent avant les derniers paliers. Pour obtenir toutes les préci- sions recherchées, nous suggérons de faire réaliser les deux épreuves der- rière cycliste : celle sans arrêt afin d'atteindre la VAM et celle avec ar- rêts uniquement pour réaliser les ci- nétiques FC-Vit-ALs et ainsi déter- miner les vitesses limites des méta- bolismes mis en jeu. • Control Aerobic Training-Test : CAT.Test (Chanon et Stephan, 1985) Cette version du protocole du CAT.Test repose sur les principes entraînant les imprécisions métho- • Pour tout renseignement s'adresser à l'A.R.E.A.P.S - B.P 40 - 33611 CESTAS Cédex - FRANCE - ou téléphoner au 57.57.10.10 poste 6692. J
  12. 12. Georges CAZORLA dologiques antérieurement présen- tées. Elle s'en différencie par le nombre supérieur de paliers (5 au lieu de 3). Entte chaque palier les auteurs imposent un arrêt d'"une mi- nute maximale". Le terme "maxi- male" peut laisser supposer des variations de durées d'arrêt dépen- dant de la rapidité des prélèvements, ce qui rend insuffisamment rigou- reuse la standardisation du protocole et s'ajoute aux réserves déjà émises. • Epreuve progressive de course avec arrêts de l'Université de Bor- deaux D (T.U.Bn) (Cazorla, en cours de publication) Cette épreuve de terrain pré- sente la particularité d'êtte parfaite- ment identique au protocole utilisé dans notre laboratoire. Ce protocole résulte lui-même d'une synthèse de nombreuses études publiées (Bottin et coll., 1968 ; Maksud et Coutts, 1971 ; Mc Ardle et coll., 1972 ; Whipp et Wasserman, 1972 ; Fer- nandez et coll., 1974 ; Froelicher et coll., 1974 ; Stamford, 1976; Pollock et coll., 1976 ; Whipp et coll., 1972 et 1981 ; Davis et coll., 1982 ; Fair- shter et coll., 1983 ; Wasserman et coll., 1987) en raison desquelles nous avons retenu des paliers courus à vi- tesse stable pendan~ trois minutes sé- parés par des arrêts d'une minute. L'incrémentation arrêtée dans notre protocole diffère selon la spécialisa- tion des sportifs. 8-1~12-13-14-15-16-17-18-19-20- 21 km/h : Sportifs "tout venant" et joueurs de sports collectifs 10-12-14-16-17-18-19-2~21-22-23- 24-25 km/h : Coureurs de demi-fond, de fond, marathoniens Les trois minutes de durée de chaque palier permettent d'obtenir un plateau stable des principaux para- mètres physiologiques (FC - VL - VE - v~ - vc~ - Qr) générale- ment à partir de 1 min 30 s après chaque arrêt de 1 min. Enregistrées sur bande sonore (*), ces deux versions de notte proto- cole permettent non seulement d'im- poser une vitesse stable à chaque palier ("Bips" émis à intervalles ré- guliers correspondant à des bornes- repères placées tous les 20 rn sur ooe piste d'athlétisme) mais, aussi bien en laboratoire que sur le terrain, précise d'une manière rigoureusement codi- fiée les différents instants auxquels doivent être réalisés les saisies de données et les prélèvements san- guins. L'arrêt d'une minute exacte est aussi codifié. Cette standardisation très pous- sée autorise une excellente reproduc- tibilité du test, à la condition bien sûr que les conditions climatiques et la nature du terrain soient elles aussi identiques. Ainsi peuvent être établies non seulement les cinétiques indivi- duelles FC-Lactatémie-Vitesse de comse mais aussi la VAM qui cor- respond à la vitesse atteinte au der- nier palier totalement complété. Concernant la VAM obtenue, comme dans l'épreuve derrière cy- cliste, une surestimation est quelque- fois constatée. n est donc conseillé d'utiliser le TUB11 complété par le "VAM-Eval" pour obtenir toutes les précisions recherchées. On dit qu'une épreuve est fidèle lorsque les résultats obtenus avec les mêmes sujets demeurent stables quel que soit le lieu où elle se déroule et quel que soit l'évaluateur qui la fait passer. Le niveau de fidélité s'apprécie aussi à partir des corréla- tions calculées entre les résultats de tests et retests. S'agissant des mêmes épreuves réalisées à deux ou plu- sieurs reprises par les mêmes sujets, les seuils de signification de ces cor- rélations doivent être élevés (Barrow et Mc Gee, 1964). Seules les épreuves élaborées par : Cooper, 1968 ; Léger et Bou- cher, 1968 ; Léger et Lambert, 1982 ; Léger et coll., 1985, sont actuelle- ment accompagnées de leur niveau de fidélité. Ce même travail reste à réaliser avec les épreuves de course derrière cycliste, le VAM-Eval, le TUBn et le CAT.TesL 162 Concernant l'épreuve de course derrière cycliste, le VAM-Eval et le TUBn, la standardisation rigoureuse et enregistrée de leur protocole leur confère une grande fidélité externe à la condition de vérifier la vitesse de déroulement du magnétophone et de les faire passer dans les mêmes conditions (même piste, mêmes conditions climatiques...) En résumJ, du point de vue de leur niveau de fidélité les tests dont les protocoles sont enregistrés sur bandes sonores présentent les meil- leures garanties. On peut donc établir le classement suivant : 1. Tests progressifs enregistrés - Navette. paliers 1 ou 2 min -Course sur piste, paliers 2 min - Vam-Eval -TUBJI - Course derrière cycliste 2. Tests non enregistrés: - CAT.Test -Cooper II. ASPECTS PRATIQUES Dans la gamme des épreuyes de terrain précédentes, l'enseignant et l'entraîneur peuvent désormais opérer un choix qui leur permet d'accéder notamment : * à un Indice de Capacité Aérobie toujours intéressant en début d'année scolaire ou de saison spor- tive pour rapidement faire "l'état des lieux" du niveau de condition physique des sujets évalués. *à la Vitesse Aérobie Maximale, ex- pression biomécanique de la puis- sance aérobie maximale très utile pour planifier individuellement les vitesses de course infra, supra et maximales correspondant aux dif- férents métabolismes à solliciter,
  13. 13. Colloque International de la Guadeloupe Enfants, Adolescents Adultes Détermination · dela VAM ------------------ - ------------------ --------------- ---------- Test de piste paliers 2min n= 60 ; r=0.97 OUI Test navette paliers 2 min 10-12ans n = 65 ; r = 0.84 n = 50 ;r = 0.98 NON Test navene paliers 1min 6-16 ans n =139 ; r =0.89 n =81 ; r = 0.95 NON Cooper 12 min 12-16ans r de 0.70 à 0.94 r de 0.78 à 0.90 NON ------------------~----------------------------------------------· TIJBrr Fidtlité externe ou de construit OUI Fid8ité interne à 6tablir ·--- -------------- --------- - ------------------------------------ Test derrière cycliste Fid8ité externe ou de construit OUI Fidélit6 interne à 6tablir CAT.Test Fidélité très discutable Tableau 6 : Niveau de fidélité des épreuves les plus utilisées Tableau 7 Classement fmal en prenant en compte les niveaux d'accessibilité, de validité et de fidélité. 1. Epreuves ne permettant d'obtenir qu'un indice de capacité aérobie Epreuves Accessib. Validité Fidélité Classement 12 min ou 2400 rn de course 1 3 3 3ème Test navette 1 min 2 1 1 1er Test navette 2 min 3 1 1 2ème 2. Epreuves permettant en outre d'obtenir la VAM Epreuves Accessib. Validité Fidélité Classement Course progressive 2 min 2 1 1 1er ex VAM-Eval 1 2 1 1er ex Course progressive derrière cycliste 3 2 1 3ème CAT.Test 3 4 4 4ème 3. Epreuves permettant d'obtenir en outre les vitesses intermédiaires dites "aux seuils" Epreuves Accessib. Validité Fidélité Classement TUBII 1 1 1 1er Course derrière cycliste 3 1 1 2ème CAT.Test 1er ex 3 3 3ème 163 * à l'endurance aérobie qui est la di- mension où les progrès les plus spectaculaires peuvent être rapi- dement enregistrés. * aux vitesses dites "aux seuils méta- boliques: - Que peut apporter la connais- sance de la V.A.M ? La connaissance de la VAM, beaucoup plus précieuse à l'ensei- •gnant que celle du V02 max, auto- rise l'extrapolation de vitesses infra- maximales (< VAM) et supra- maximales (> VAM) correspondant aux pourcentages des VAM indivi- duelles que l'enseignant veut sollici- ter au cours de ses séances. Bien qu'approximatives, ces vitesses n'en demeurent pas moins de bons moyens d'éviter les erreurs de dosage des intensités de course physiologi- quement à déconseiller. A titre d'exemple, plusieurs études (Thibaut et Mercier, 1981 ; Léger et coll., 1985 ; Villaret, 1988 ; Montmayeur et Villaret, 1990) préci- sent les pourcentages de VAM requis pour courir les différentes distances de compétitions. En termes pédago- giques, nous pouvons traduire ces distances en durées, ce qui permet de rendre ce type d'indications plus ac- cessibles aux élèves (Tableau 8). Par ailleurs~ comme les besoins énergétiques sollicités au cours d'exercices d'intensités et de durées variables sont relativement bien connus (tableau 9), il est tout à fait possible d'utiliser les limites ainsi statistiquement défmies pour mieux gérer l'amélioration physiologique des élèves. Afm de tenir compte des progrès résultant de l'éntraînement, ces indications doivent être périodi- quement reconsidérées (tous les 2 mois). En effet, si le V02 max pla- fonne à l'issue de 6 à 8 semaines d'un entraînement bien conduit (3 séances minimum par semaine), il n'en est pas de même de la VAM. Expression de l'interaction des trois déterminants
  14. 14. Georges CAZORLA .(V02 max, rendement et motivation) dont certains continuent de progres- ser, il n'est pas rare d'observer l'amélioration de la VAM alors que le vo2 max semble avoir atteint son "plafond génétique". Nous proposons deux ap- proches. La première, s'adresse aux enseignants d'éducation physique et aux entraîneurs ne disposant d'aucun autre matériel d'évaluation que leurs chronomètres, les distances de courses... et les tests proposés dans cette présentation. La seconde, est surtout destinée aux praticiens (médecins, entraîneurs, physiolo- gistes} chargés du swv1 de l'entraînement des sportifs de haut niveau et disposant d'un minimum de moyens d'investigations physiolo- giques : cardiofréquencemètres amu- bulatoires et analyseurs de lactates sanguins. Aspects pratiques destinés aux enseignants d'EPS Avant de se pencher sur la meilleure façon de gérer le dévelop- pement de la capacité aérobie des jeunes dont un enseignant d'EPS a la responsabilité, il convient, nous semble-t-il, de porter un regard cri- tique sur les procédés pédagogiques les plus habituellement utilisés et plus particulièrement ce qu'il est de coutume de définir comme le "cycle d'endurance" généralement placé en début d'année scolaire, voire de sai- son sportive. Intérêt et limite du cycle dit "d'endurance" Si on se réfère aux définitions de l'endurance, il conviendrait dé- sormais de trouver une autre appella- tion pour qualifier le cycle de déve- loppement de la capacité aérobie en- visagé en début d'année scolaire... à moins bien-sûr que l'objectif de ce cycle se limite au développement de l'endunmce aérobie ! Outre cette nécessaire précision, le problème le plus crucial est de s'interroger sur l'impact physiolo- gique réel d'un tel cycle. Si on fait un simple calcul : à partir de l'hypothèse de 3 heures d'éducation physique hebdomadaires dont pourrait bénéficier le jeune de l'école maternelle à l'Université, la durée pendant laquelle il se trouverait scolairement en situation d'activité motrice organisée ne représenterait que 1.1 % de sa VIE EVEILLEE ! De plus si on chronomètrait la durée pendant laquelle il est vraiment en activité au cours d'une séance d'éducation physique de 50 min, ori arriverait à une moyenne de 9.5 ± 3 min !! (Travaux personnels non publiés). Enfm, si on limite le cycle "d'endurance" à 1 ou 2 séances heb- domadaires pendant une période de 6 à 8·semaines dans une année, le cal- cul final montre à l'évidence que l'enseignant ne peut qu'être très mo- deste dans ses ambitions. Pour notre part, nous suggérons le maintien d'un tel cycle mais sim- plement comme base de départ d'une préparation du "terrain physiolo- gique" de début d'année et ce, à la condition que le développement de la capacité aérobie demeure un objectif transversal dans la pédagogie an- nuelle. n serait par exemple abenant de faire succéder à un tel cycle une activité à faible sollicitation énergé- tique. On sait en effet que le bénéfice difficilement acquis du développe- ment de la capacité aérobie (plus de 6 à 8 semaines à raison de-4 entraîne- ments hebdomadaires d'au moins 30 min chacun sont nécessaires pour at- teindre ses plus hautes valeurs de ~~ max !) se perd très rapidement (3 à 4 semaines d'inactivité physique suffisent). Il serait par contre sou- haitable qu'au cours de ce cycle le jeune apprenne à gérer son "capital condition physique" et donc son "capital santé" par une meilleure connaissance de ses réactions orga- niques, de ses limites du moment et par un contrôle constant de ses pro- grès. S'habituer au cours de ce cycle à une activité physique régulière à haute sollicitation énergétique, com- porte en soi une source de motivation suffisante pour avoir envie de la prolonger en dehors des séances 164 d'éducation physique proprement dites, en dehors des limites d'un tel cycle el.. en dehors du cadre sco- laire. Plutôt qu'un "cycle d'endu- rance", nous préférons le quart d'heure quotidien de courses et ce, pendant toute l'année, voire toute la scolarité, sinon toute la vie ! "Pense une idée, récolte une action, Répète une action, récolte une habitude, Poursuis une habitude, récolte ùn trait de caractère". Proverbe chinois cité par Stromme et Skard, 1981. A partir de quel âge développer l'endurance et la Puissance Aér~ bie Maximale ? Dans ces domaines beaucoup de choses ont été dites ou écrites, peu ont été expérimentées et prouvées. Cela tient évidemment à la simple déontologie et aux difficultés tech- niques d'expérimentation chez le jeune en général et plus particulière- ment chez l'enfant. Les études lon- gitudinales réalisées sont toutes de durées trop courtes et de protocoles très difficilement maîtrisables pour représenter les effets à long terme d'un entraînement particulier. Dans ces conditions comment avoir la certitude que telle transfor- mation enregistrée n'est pas aussi et surtout la conséquence normale de la croissance, de la maturation et du dé- veloppement ? Il est souvent afflrmé fort pé- remptoirement, mais sans preuve, que l'exercice intense et prolongé est dangereux pour l'enfant Qu'en est-il exactement ? Des recherches portant sur de nombreux paramètres physio- logiques et médicaux indiquent que l'enfant peut les tolérer sans pro- blème et que leurs conséquences biologiques semblent n'être que mo- dérées (Liesen et coll., 1974 ; Macek et coll., 1976a et b ; Haralambie et coll., 1977). A ce jour aucune réac- tion de mésadaptation n'a été rap- portée dans la littérature.
  15. 15. Colloque International de la Guadeloupe 165 Distancesde %VAM(O>urse rVAMetVperf* %VAM(course. rVAMet Vperf** CONTRATELEVE:%VAM compétition surpiste)* derrib'ecycliste)** àmaintenirpendantles dmci-{fessous(min) 400m 0.72(n=40) 0.46(n=9) 800m 120à125 0.92(n=105) 110à125 0.66(n=29) 1à3 11XX)rn 105à115 Il Il 110à115 0.86(n=16) 2à4 1500m 101 à111 0.95(n=71) 101à111 0.78(n=20) 3à5 21XX)m 98à102 Il Il 4à6 31XX)m 95à100 0.98(n=69) 97à98 0.83 (n=18) 5à7 SOO)m 90à95 Il Il 86à93 0.84(n= 12) ~9 1(XXX)m 85à90 0.88 (n=108) ~ 12 2(XXX)m 80à85 Il Il ~20 Wm 80à85 78à88 .084(n= 19) 42195m 75à80 0.85 (n=108) 67à84 0.98 (n=7) D'aprèslesdonnéesde : ThibautetMercier, 1981 (*);Léger,MercieretGauvin, 1984(*); Villare~ 1988(**)etde MontmayeuretVillaret, 1990**) Tableau 8 : Pourcentages de la VAM susceptibles d'être maintenus pendant les différentes distances de compétition et corrélations entre la VAM et les vitesses auxquelles ont été réalisées les performantes (Vperl). % moyens de V.A.M Répercussions physiologiques Durées optimales (•) et vitesses conseillées pour : 50 à 60-65 •Rkupération active : . 10à 15 min suffisent après un Accélération du métabolisme de l'acide lactique produit au un exercice lactique cours d'un exercice intensede courtedurœ (30s à 2 min) 70 à 75-80 •Equilibre aérobie : . Durées susceptibles d'être · Utilisation prioritaire des lipides maintenues très longtemps • Echauffement et vitesses de course favorables pourles reprises d'activités en début d'année scolaire parexemple · Développement de l'endurance aérobie 15 à 85-90 •Transition Aérobie ' Anaérobie .Durées marathon · Utilisation mixte lipides+ glucides · Développement efficace de l'endurance aérobie et courses de fond 85 à 95-100 • Accumulation progressive de l'acide lactique . 3à 6minutes de · Utilisation prioritaire du glygogène courses continues • Développement de la Capacité Anaérobie lactique et de lapuissance aérobie maximale (P.A.M) 95 à 105-120 . Essentiellement lactique . 1à 2 min de courses continues · Utilisation anaérobie du glycogène · Récupération 2à 3 min • Développement de l'endurance anaérobie lactique . Recommencer 3à4 fois etdelaPAM Aenvisageressentiellement chez lejeune post-pubère 105à 130 •Sollicitation maximale de tous les systèmes qui . Durées counes à intervalles couns permettent le transport et J'utilisation de l'oxygène (travail intermittent coun • Utilisation aérobie du glycogène 10-20; 10-15; 15-15...) + utilisation des phosphagènes Amaintenir pendant plus de 15 à 20 minutes - Développement efficace de la PAM et de la capacité Course à allures variables (Fartleck) anaérobie alactique (réserves des phosphagènes) 10à 20 minutes Tableau 9 : Pourcentages limites de la VAM et leurs impacts physiologiques en fonction du niveau d'entraînement. Dans la progression, il est toujours conseillé de commencer par le premier des deux ou trois chiffres indiqués.
  16. 16. Georges CAZORLA Au niveau de l'éducation phy- sique et de l'entraînement chez le jeune, le danger n'est pas l'hyper mais plutôt l'hypoactivité à laquelle contraignent à la fois, des horaires hebdomadaires trop faibles, une vie physique de plus en plus limitée par l'environnement et une légitime pru- dence de l'enseignant et de l'éduca- teur sportif insuffisamment rensei- gnés sur les réelles possibilités d'adaptation biologiques des jeunes qui leur sont confiés. Quel que soit l'âge, l'endurance et la puissance aérobie maximale doivent être complémentairement développées. Cependant, en général, l'organisme de l'enfant semble moins bénéficier d'un programme d'exer- cices d'endurance et de puissance maximale aérobie que celui d'un jeune post-pubère (Sprynarova, 1974. Kobayaski et coll., 1978). Ceci ne signifie aucunement qu'il faille attendre cette période pour commencer. Il est vrai qu'aux âges pré-pubertaires, il est plus opportun de consacrer davantage de temps à l'acquisition des habiletés motrices, sans pour autant négliger la dimension physiologique. Une autre confusion serait de vouloir calquer les programmes des- tinés aux développements de la capa- cité aérobie sur la courbe naturelle d'augmentation du V~ max liée à la croissance. Si en effet, on observe chez le garçon une poussée d'aug- mentation rapide du V02 max à partir (en moyenne) de 10 ans et 4 mois pour atteindre un sommet à 11 ans et 6 mois et une courbe d'accélération maintenue abrupte jusqu'à l'âge de 14 ans (Mirwald. 1980 ; Mirwald et coll., 1981), rien ne nous permet de dire que ces âges sont les plus favorables aux programmes d'exer- cices aérobies (endurance + vo2 max). Dans ce type de statistiques, notons que le même phénomène s'observe chez les filles mais avec une précocité d'environ une année. Par contre, dès la période pu- bertaire, la courbe de développement du V~ max des jeunes fùles non sportives s'infléchit en plateau et même baisse si une activité physique régulière ne permet son entretien. En résumé :Il n'y a pas d'âge particulier pour commencer à développer la capacité aérobie de l'enfant et de l'adolescent. Par prudence, plutôt que par connais- sance précise, il semble plus rai- sonnable de commencer chez l'enfant par un travail d'endurance aérobie ce qui n'exclut nullement des exercices ponctuels intenses mais de courte durée et répétés à intervalles courts (caractérisant le mode de fonctwnnement de l'enfant dans sa motricité ludique). Ensuite, hormis en début d'année scolaire, il n'y a pas de chronologie particulière. Endu- rance et puissance maximale aérobie doivent être développées complémen- tairement, surtout vers 11-16 ans, pérWde pendant laquelle les effets de la croissance peuvent potentialiser leur développement. Comment développer l'endurance et la puissance aérobie maximale ? Quelques conseils utiles sont à rappeler: 1. D'abord commencer par évaluer les possibilités de chacun et former des groupes homogènes de travail aérobie (utiliser de pré- férence le VAM-Eval ou le test sur piste de l'Université de Mon- tréal). 2. Ensuite progresser lentement mais sûrement tant en intensité qu'en durée d'exercice. 3. Choisir de préférence des activités physiques qui font intervenir la masse musculaire la plus impor- tante possible (course, natation...). 4. Respecter les principes du F.A.I.T: F : Fréquence : - au moins : 2 séances de 30 à 45 mi- nutes - ou : 3 séances de 20 à 30 minutes - ou : 4 séances de 15 à 20 minutes par semaine A : Assiduité : ne pas arrêter après un "cycle d'endurance" mais conti- nuer toute l'année scolaire. Le bénéfice est difficile à acquérir, rela- tivement aisé à entretenir, mais très 166 facile à perdre... 1 : Intensité : Choisir : des exercices continus à intensité progressive (de 70 % de la VAM en début d'année à 85-90 % au bout de 6 à 8 semaines) pour dé- velopper l'endurance aérobie. ou des exercices intermittents de forte intensité (90 à 120 %) pour développer le V~ max. T : Temps à y consacrer : Toujours supérieures à 15-20 minutes d'acti- vité effective, les durées des séances seront choisies en fonction de leur fréquence hebdomadaire et de l'inten- sité des exercices programmés. 5. Maintenir une forte motivation en impliquant chaque élève dans la gestion du développement de sa capacité aérobie, en alternant les exercices continus et intermittents, en poursuivant l'objectif de ce dé- veloppement à travers la pratique d'autres activités. A partir de ces quelques prin- cipes de base et en guise de conclu- sion, nous suggérons les tableaux 9, 10 et 11 qui intègrent chacune des composantes dont il faut tenir compte pour mieux ajuster les exercices aux objectifs du développement physio- logique des élèves. Ill. ASPECTS PRATIQUES NECESSITANT LE DOSAGE DU LACfATE SANGUIN (Sportifs haut niveau) A partir d'une modélisation mathématique des différentes ciné- tiques formées par les couples de va- riables : FC-Vitesse, Vitesse-Lactate, FC-Lactate, par l'intermédiaire d'un logiciel spécifiquement co11çu à cet effet (Cazorla et Abida, 1987), nous avons tenté de traduire en données immédiatement utilisables sur le ter- rain : FC, % VAM, Vitesses de course, elles-mêmes exprimées en temps de passage à intervalles choisis par l'entraîneur, les limites des plages
  17. 17. Colloque International de la Guadeloupe métaboliques tranSitionnelles déter- minées par l'augmentation progres- sive de la vitesse de course du sportif évalué (figure 1 et tableau 10). La figure 1, très représentative des résultats habituellement obtenus, est divisée en deux parties : une, gra- phique, permet de situer les diffé- rentes limites, l'autre, sous forme de répertoire, est susceptible de prendre en compte les principaux résultats et leurs équations d'ajustement : trois évaluations consécutives peuvent être ainsi prises en compte. Sur le graphique orthonormé sont reportées les différentes mesures recueillies au cours d'une des trois épreuves triangulaires de terrain pré- cédemment décrites (course derrière cycliste, CAT.Test, TUBn). Vitesse de cmn-se et temps de passage à in- tervalles réguliers choisis par l'entraîneur, ici 400m, sont portées en abscisse. FC et valeurs de la lactaté- mie le sont respectivement en pre- mière et deuxième ordonnée. Remar- quons que le même logiciel (*) per- met aussi d'obtenir ces valeurs recal- culées en valeurs relatives (% de VAM, % de FC max). Leurs équa- tions d'ajustement permettent de tra- cer la droite FC-Vitesse et la courbe Lactate-Vitesse, de telle sorte que, soit directement par repérage sur le graphique, soit par calcul à partir des équations d'ajustement, connai""3Jlt une variable il est possible d'extrapoler les deux autres. Pour une vitesse de 20 km/h, l'équation d'ajustement donne une FC de: FC =(3.839) x 20 + 91.608 = 168 bat/min et une valeur de lactatémie de : ALs = 111.186 - (20 x 0.045) = 3.5 mmol/1 Il est possible de retrouver ces valeurs par simple repérage gra- phique : Q w 180 /f /1 .~ /if ! ~ / 1 ~ 170 ~:·············.. ··································· ········/ / . 0 168 /dl ,' c / : 1 QJ / : 1 QJ 160 / : 0 167 9 8 ri 7 "ri 6 0 E E:::J /a : 1 cr / · 1 5 .~ / / ~/ c"0 • Q) ~ 150 1:.~...................~..5_ 4 UJ QJ q/ /:u .,/ .: Jill c 140 ff.········~·················..·········- +J w . J;................ ; : 2ro l,, !>~~~-"=······· ···:--·······:--- . -' ~ ~~~--~~~i--~~~~--~~· ~~-------+'0B.O 10.0 12.0 1-4.0 18.0 19.0 20.0 1!2.0 24.0 26.0 s• o• .o 2' o• .o 1'30' .o 1'12' .o s· o• .o 2 ' 2-4' .0 1'-42".88 1'20'.0 1' 5'.-46 Vitesse de course en Km/h !18'.39 Temps de passage aux 400 m Nom: .................... Discipline: ATHLETISME Prénom: JEAN Spécialité : 1500 m 1 0ate1:15102190 rate2: tDate3:--~--------------- ---·-------- ------------·-···--·······.........................-................. Vit. Aérobie MAX 23.5 kmlh ----------·--- ------------ --------- ----------- --------------------------- FC MAX 185 bat/min -·AL;àVAM_______ ---9.i~;tW!-··- ·- ··---···-······----- ............................ ----------------------------------------------------------------·-·····----·------------------- EQUATIONS DES COURBES DE REGRESSION ·-·-·-··-····---·--1-·-·------·-·j··-·-·--------·-·--······1····························1FC = 3.839.Vit + 91.608 ----------------- -- ----- --··--- _____________,____________ ---------------------------- Als = 1/(-Q.045.Vit +1.186) --··--------------- -----··--------·-- ---------------------------- --------------------···----- 1. Elever la perpendiculaire par rap- port à l'abscisse depuis le point où la vitesse 20 km/h est marquée. 2. Repérer les points d'intersection de cette perpendiculaire avec la courbe Lactate-Vitesse et avec la droite FC-Vitesse. 3. Depuis ces deux intersections tra- cer la perpendiculaire aux ordon- nées FC et Lactate. Les valeurs alors définies doivent être simi- laires à celles calculées. Bien que d'une lecture aisée, les résultats obtenus au cours du test doivent être interprétés avec pru- dence. Examinons chronologiquement les répercussions significatives de chaque augmentation de vitesse : *PALIER 12 ET 14 km/h: A l'issue de ces deux premiers paliers la lactatémie est stable et proche de celle du repos : 1.8
  18. 18. Georges CAZORLA mmol/1, nous la définissons sous le concept de lactatémie basale. Comme la lactatémie résulte du débit global de production et du débit global de l'utilisation du lactate dans l'organisme, cette absence de variation traduit un état stationnaire ou état d'équilibre entre production et consommation. Remarques: 1. Lorsqu'un exercice entraînant une élévation de la lactatémie est réalisé avant l'épreuve triangulaire, aux vitesses comprises entre 50 et 60 % de la VAM, on observe générale- ment une baisse brutale de la concentration du lactate sanguin. Ce débit d'utilisation accélérée est une indication intéressante pour l'entraî- nement. Elle permet de délimiter une zone de récupération active, et il est bon d'envisager immédiatement après des exercices intenses et de courtes durées (entre 30 set 3 min). 2. Il arrive quelquefois que la lactatémie de l'évalué s'élève dès le premier palier et baisse ensuite, tra- duisant un état transitoire d'adapta- tion à l'origine de cette production de lactate définie comme lactate précoce. *PALIERS 14- 16- 18 km/h: Entre les paliers 14 et 16 km/h, la lactatémie de notre coureur s'élève très sensiblement. Cette légère aug- mentation se poursuit ensuite selon une même pente jusqu'à 18 km/h. La plage métabolique définie entre la limite de l'équilibre initial et la limite de ce premier déséquilibre se situe donc entre les vitesses 14 et 18 km/h. Cependant, la faible augmentation résultante prouve le maintien de la prédominance du métabolisme aéro- bie sur la glycolyse anaérobie. C'est cette plage métabolique que nous définissons comme essen- tiellement aérobie. Elle correspond à des intensités comprises entre envi- ron 60 et 75 % de la VAM, intensités favorables à l'échauffement muscu- laire et au travail aérobie de début de saison. *PALlERS 18 et 20 km/h : Entre 18 et 20 km/h, on observe un deuxième déséquilibre avec un net redressement de la pente Lactate- Vitesse. Cependant comme le A des valeurs de lactatémie demeure relati- vement faible : environ 0.8 mmol/1 en plus pour une vitesse augmentée de 2 km/h, on peut raisonnablement penser que le métabolisme aérobie est encore prédominant C'est cette plage métabolique que nous définis- sons comme transitionnelle mixte aérobie-anaérobie. Statistiquement, il est possible de délimiter cette zone en ajoutant 1 et 2.5 mmol/1 à la valeur de la lacta- témie basale qui dans l'étude de notre cas correspond aux deux premiers paliers. D'une manière générale, nos résultats confrrment la technique de repérage proposée par Brue et Montmayeur, 1985. (Lactatémie ba- sale +1et +3 mmol/1 pour déterminer la zone transitionnelle aérobie-anaé- robie). Statistiquement encore, il semble que cette zone soit favorable au développement de l'endurance aé" robie (75-85 % de VAM). C'est pré- cisément entre ces deux·pourcentages que sont maintenues les vitesses moyennes du marathon dont on sait que la qualité aérobie principalement requise est l'endurance. *PALlERS > 20 km/h : A partir de 20 km/h, l'augmentation du type exponentiel de la courbe vitesse-lactatémie entre dans sa partie verticale. Il y a donc accumulation du lactate sanguin. Cette hyperlactatémie témoigne de la prédominance de mise en jeu de la glycolyse anaérobie. Nous pouvons donc définir cette zone comme zone à accumula- 168 tion lactique. Selon la qualité des fibres musculaires sollicitées et selon le niveau d'entraînement du sportif, le début de cette zone est plus ou moins précoce, traduisant indirecte- ment les limites de la sollicitation prioritaire de la voie oxydative. Comme au-delà de certaines durées une hyperlactatémie est incompatible avec la poursuite du travail muscu- laire, la détermination des frontières entre cette zone et celle qui la pré- cède s'avère capitale pour les cou- reurs de "fond". Par contre, on peut remarquer que la zone à accumulation lactique correspond parfaitement aux intensi- tés requises par les compétitions de demi-fond. Pour la préparation des spécialistes de ces deux grands groupes de courses, il importe de bien déterminer ces différentes pla- ges métaboliques (récupération ac- tive, zone aérobie, zone transition- nelle mixte aérobie-anaérobie et zone anaérobie) car chacune d'elles a non seulement une importance particu- lière dans la réalisation de la perfor- mance mais permet aussi de mieux gérer les contenus d'entraînement . Pour les courses de fond et le marathon, le développement de l'éco- nomie de course et de l'endurance s'avère prioritaire, alors que pour le demi-fond court et long, ce sont surtout la puissance aérobie maxi- male et la capacité à maintenir un travail musculaire de haute intensité, malgré une importante lactatémie, qui conditionnent la performance. • Limites d'interprétation et de si- gnification des vitesses dites "aux seuils" - La limite essentielle provient du choix toujours arbitraire de points dits "seuils", sur des cinétiques re- présentatives d'un continuum biolo- gique. Ces points, classiquement standardisés à des concentrations, le 2 et 4 mmol/1 censées représenter les "seuils" aérobie et anaérobie (Keul et coll., 1978, Jousselin et coll., 1984 a et b, Jousselin, 1986), devraient à notre avis, être plutôt recherchés individuellement sur chaque courbe.
  19. 19. Colloque International de la Guadeloupe En effet, une concentration de 4 mmolll sur-estime probablement la vitesse au "seuil" anaérobie du ma- rathonien qui, en général, présente une augmentation peu importante et très retardée de sa lactatémie et, pour des raisons inverses, sous-estime celle des sédentaires et des sujets spécialisés en courses rapides et de durées plus courtes (sprint et demi- fond court par exemple). - Une autre limite résulte du protocole trian~ habib.lellement utilisé. "Peut-on utiliser la relation lactate-vitesse à partir d'efforts triangulaires dont les rémanences biologiques se cumulent, afm de préjuger de l'aptib.lde d'un sujet à réaliser un effon isolé et continu ?" (Rieu, 1986b). Peut-on notamment en extrapOler une vitesse correspon- dant à une lactatémie stabilisée (état stable) nécessaire pour courir sur de longues distances ? Une autre ques- tion à laquelle il est difficile de ré- pondre : à quelle vitesse limite est-il encore possible d'obtenir cet état stable ? Jorfeld et coll., 1978 ont montré que même pour des intensités importantes d'exercice, la lactatémie s'élève au début puis tend ensuite vers un état d'équilibre atteint alors que la lactatémie moyenne se situe à 8-9 mmolll. Nous sommes donc loin des "seuils" défmis à 2 et 4 mmolll ! La recherche de cet état stable, importante pour préciser les vitesses limites des coureurs de fond, suggère de confirmer les informations four- nies par une épreuve triangulaire, en courant 20 min à une vitesse constante correspondant à la limite de la zone transitionnelle. Dans ce protocole de type rectangulaire, trois prélèvement sanguins : avant le dé- pan, à 5 min et à l'arrivée permettent de vérifier si la lactatémie demeure stable. Si la valeur de la lactatémie de fm d'épreuve est supérieure ou in- férieure à celle obtenue à 5 min, un nouvel ajustement en plus ou en moins de la vitesse est nécessaire. 169 Nom: VitesSe et F.C %de Dale: 1 1 tempsde Bat/min V.A.M Prénom: passage aux Il 1. Temps de passage, FC. %de laVitesse A6obie Entre Entre Entre Maximale (VAM) permettant une meilleure r6cupmtion active. L'organismeconsomme plus d'acide lactique et et ct qu'il n'en produit Aconseiller~s les exercicesmusculaires lactiques 2. Temps de passage, FC, %dela V.A.M correspondant àl'~uilibre aérobie. Entre Entre Entre Entreces limites, l'organisme utiliseautant d'acide lactiquequ'il en produit et et ct Aconseillerpourtout tchauffemcnt musculaire. 3.Temps de passage, FC. %de la VAM entre lesquels Entre Entre Entre l'organismeatteint ses limitesoxydatives. L'organisme commence àproduire plusd'acide lactiquequ'il ne peut en utiliser. et et et Aconseillerpourdévelopperl'endurance aérobie. 4. Temps de passage, FC, %dela VAM àpartir Apartirde Apartirde Apartirde desquels l'augmentation rapide de l'acide lactique traduit la mise en jeu progressive du métabolisme anaérobie lactique. Aconseillerpourdévelopper lacapacité lactiqueet la "puissanceaérobie maxiiilale" (PAM). 5.Tempsde passageet FCcorrespondantàla VAM. L'organisme sollicite au maximum tous les systèmes de transpon etd'utilisationde l'oxygène. Les intensités inframaximales, maximales et supramaximales (90 à 130%) utilisées par intervalles sontconseillées pourdévelopper 100%deVAM laPAM. Tableau 10 : Indications pour l'entraînement Comment objectiver et suivre le développement de la capacité aé- robie au cours de l'entraînement? Plusieurs techniques dont cer- taines très accessibles permettent à l'entraîneur d'objectiver les progrès de ses sportifs. La plus simple consiste à répé- ter à périodes régulières et dans les mêmes conditions l'épreuve triangu- laire choisie et de comparer les va- leurs de la VAM. On obtient ainsi une indication sur le développement de la puissance aérobie maximale. L'amélioration de l'endurance aérobie peut être parallèlement éva- luée en utilisant une des techniques précédemment décrites Train Maximal Imposé (T.M.l), courses de longue durée (12, 15 ou 20 min), ou de longue distance (2400, 3000m...). Dans le premier cas il suffit de com- parer les distances parcourues au TMI. Dans les deux autres, les com- paraisons peuvent porter sur :
  20. 20. Georges CAZORLA - la différence des distances parcou- rues ou des performances chrono- métriques. - ou (ou et) la différence des pour- centages de la VAM (ancienne et nouvelle) que représente la vitesse moyenne maintenue dans la course de longue durée. Lorsque l'athlète a été évalué à partir d'une des épreuves du type tri- angulaire TUBn. Course derrière cy- cliste ou CAT.Test, il est possible d'étudier l'évolution de ses valeurs maximales mais aussi celles des va- riables infra-maximales. En général les pourcentages évoluent très peu car endurance et VAM progressent parallèlement La figure 2 donne un exemple d'évolutions de ces variables entre deux évaluations. 180 c ...... E ......... +J cu 170 .0 c (lJ (lJ 160 ::::l cr cu ...... u L 150 cu u (lJ u :ii140 ::::l cr (lJ L LI... 130 ~0,/ ;~>IJ {, /~;t pxV / / { :::i /~/ ,.::::x /'/,j il/....v *1}} / / O(D p}V /~./ /:(:::{ / /{) . ti~· / ,..._._ ~-~~ CD <F/ [; ~(;~-~ ~-··' {;/ _..? r..:.·~"~~ !(;/ -*'-~~·-:,:1'0/ ' _-*_,;-;.::--···) ...~,.-~~-~:/ .-:=.-::·· v / / 9 8 rl 7 ........ rl 6 0 E E 5 c Q) ·4 (J) .J Q) +J ro 2 +J u ro l_J // ~~~~~~~--~~~~~~~~~---JoB.Q 10.0 12.0 1<4.0 18. 0 18.0 20.0 22. 0 2<4.0 28.0 s· o·.o 2' o•.o 1'3o".o 1'12" .0 s• o•.o 2'24" .o 1'42" .ee s · 20•.o 1' e·.~ Vitesse de course en Km/h ~ Temps de passage aux 400 m Nom: .................... Discipline: ATHLETISME Prénom : JEAN Spécialité : 1500 rn !IIJ".38 -~------------------------1·o~;·1·:-15iëi2i9o·------~-:oaï~-2~25i06ï00---~--~;;;·;-------------- --------------···------ ---------------------- ··--------·- ··- :"'·-- ------------··---·-- Vit. Aérobie MAX 23.5 kmJh 24.2kmlh ::~~:~~:~::::~~~ ~:~:~:~~~~~~~~::::~ ::~~:~84-~~~~---=:~ .:~:~:~~:~::::~:~:~: Als à VAM 9.7 mmol/1 9.8mmoVI ····--------···--------·····..·-··-----------····-----------------·-·--·---------------·-···~---------------------- 170 1. Evolution de la relation FC-Vi- tesse Cette évolution est caractérisée par le décalage vers le bas de la ré- gression linéaire obtenue avec les couples de variables FC-Vitesse du . deuxième test. Ceci témoigne d'une bonne adaptation cardiaque : pour une vit.esse donnée, la FC correspon- dante est moins élevée ce qui permet au sujet de fournir des intensités d'exercices plus importantes. 2. Evolution de la relation Vitesse- Lactate La courbe Vitesse-Lactate se décale sensiblement vers la droite ce qui signifie que, pour une vitesse de course donnée, moins de lactate est produit ou (ou et) plus de lactate est consommé. Le logiciel d'exploitation et de représentation de ces variables four- nit aussi les équations d'ajustement et permet par le calcul de la différence des intégrales des deux courbes, d'objectiver l'importance de leur évolution. Chacune des plages métabo- liques transitionnelles occupe un es- pace plus important ce qui pratique- ment signifie que le coureur peut maintenir à l'entraînement et en compétition des vitesses plus élevées. Le décalage vers la droite de la courbe lactate-vitesse peut être inter- prété comme une amélioration de l'endurance aérobie. Enfm, une autre façon plus ac- cessible d'objectiver ces progrès est donnée par les vitesses de course cor- respondant à des valeurs de lactaté- mie de 2 et 4 mmol/1 et par les pour- centages par rapport à la VAM que ces valeurs représentent. Comme nous l'avons précédemment indiqué, ces valeurs relatives demeurent ha- bituellement sensiblement identiques car endurance et VAM évoluent en- semble, du moins dans les premières semaines de l'entraînement. Ensuite, il semble que l'endurance évolue da- vantage que la VAM.
  21. 21. Colloque InternatioTUJJ de la Guadeloupe 171 Choisir une mesure, une épreuve ou un test est toujours un moment délicat dans une procédure d'évaluation si, bien-sûr, l'utilisateur souhaite obtenir les résullats les plus appropriés à ses attentes, les plus fiables et les plus reproductibles ! Les critères retenus dans la pré- sente étude : pertinence, accessibilité, validité et fidélité peuvent leur servir de guide comme ils l'ont fait pour notre expertise. Au niveau de la pertinence, de l'accessibilité et de la validité des tests d'évaluation de la capacité aéro- bie, il semble que certains auteurs fassent fausse route. En effet, est-il bien utile de demander à ces tests de prédire le v~ max à partir d'une vitesse de course ou d'un palier at- teint? Plutôt que rechercher à prédire une donnée physiologique impossible à utiliser comme moyen d'entraî- EXERCICES INTENSITE 'VAM nement, n'est-il pas plus opportun d'établir les relations existant entre certaines vitesses de course et les limites des métabolismes mis en jeu? Par exemple, la connaissance de la vitesse atteinte à V02 max ou Vi- tesse Aérobie Maximale qui, elle, est l'expression biomécanique du V02 max, de l'efficacité de course et.. de la motivation, n'est-elle pas plus inté- ressante pour programmer les vi- tesses d'entraînement et de compéti- tion? Dans le domaine des tests de terrain, en toute connaissance de cause, l'entraîneur peut désormais choisir le test qui convient le mieux à ses attentes. De plus, dans une gamme d'outils se situant aux fron- tières du terrain et du laboratoire il peut facilement accéder à des infor- mations physiologiques immédiate- ment utilisables dans l'enllaînement. A partir du rapide développement de moyens de traitement des résultats, il lui est aussi possible de mieux doser et individualiser les intensités de ses exercices. Toutes ces techniques procè- dent d'une mime volonté : plutôt que soumettre le sportif à des épreuves de laboratoire il convien- drait de soumettre les techniques de laboratoire aux contraintes habi- tuelles de la pratique. Apporter le maximum d'infor- mations udles et utilisables au sportif et à son entrafneur n'est-ce pas l'objecdf auquel devrait se limiter le testde terrain ? ********** Pour tous renseignements relatifs à l'acquisition des tests, des bandes sonores et des logiciels de traitement des résultats, s'adres- ser à /' : Association pour la Recherche et l'Evaluation en Activité Physique et en Sport (A.R.E.A.P.S) - B.P 40 - 33611 CESTAS Cédex. DUREE min mE d'exercices Nombreoptimal deséances hebdomadaires (*) Développement physiologique attendu - ·-------- --··---·--------- -·--------- ----------- -----------·-·---· 1- CONTINUS 75 ~ 90% 10 ~ 40min -distances "marathon' 1:::) 2 ------------------------------------------~eck -------------------- ~ ENDURANCE AEROBlE ll- PARINTERVAlLES ·--...--------------------·----------------------~--------------------------- Travail lntensi~ Duréedu Natmect Nombrede Duréetotale Natureet %VAM travail dutœdela répétitions dessmes durée dela récupération parsérie · récup. entte chaquesérie PUISSANCE MAXIMALE WNG 3:::) 10 3~5 active AEROBlE 5min à60 %- 65%de VAM CAPACITI! -·-·--·- ----- LACriQUE COURT COURTE 95:::) 1 10-15-20s passive 10-15 >15 min active 2 15-20-30s 5minà60- CAPACITE 65%deVAM ALACflQUE -·----..----·----------··-------·----·-------·-·-·-·-·-·--·--------------------·-----·--·--- (*) Aucours des séances d'EPS et d'entraînement hors scolaire TABLEAU 11 :Exemple d'organisation des exercices au sein de sf.ances aux objectifs centrés surle développement des capacités physiologiques. Notons que le travail "intennittent-court" se retrouve aussi dans de nombreuses APS : Basket, hand-ball, football, rugby, àla condition bien sûrque les terrains soientorganiséspourque tous les élèves puissentyparticiperefficacement
  22. 22. Georges CAZORLA Barrow, H.M. et Mc Gee, R.M.- A pratical approach to ) measurement in physical education. Lea and Febiger, Philadelphie: 1979. Bottin, R., Petit, J.M., Deroanne, R., Juchmes, J, et Pirnay, F. - Mesures comparées de la Consommation maximum 02 par paliers de 2 ou 3 minutes. lnL Z. Angew. Physiol. Einschl. Arbeit physiol. 26 : 255-362, 1968. Bouchard, C., Godbout, P., Asselin, R., Mondor, J .C.- Un modèle pour usage dans la construction ou la réfection de tests dans le domaine de la valeur physique. Kinanthropologie 4 ; 4 : 225-316, 1972. Brue, F. - Une variante du test progressif et maximal de Léger et Boucher : le test de vitesse maximale aérobie derrière cycliste (test VMA). Bulletin médical de la Fédération Française d'Athlétisme, 7 : 1-18, 1985. Brue, F. et Montmayeur, A.- Intérêt de la relation vitesse- lactatémie dans les tests de course progressifs et maximaux. Compte rendu du Colloque Médico-Technique National, Fédération Française d'Athlétisme : 38-48, Mulhouse, oct 1988a . Brue, F. et Montmayeur, A. - Les tests de terrain d'aptitude aérobie. Compte rendu du Colloque Médico- Technique National, Fédération Française d'Athlétisme : 200-205, Mulhouse, oct 1988b. Bunc, V., Helier, J., Sprynarova, S., et Leso, J, - Relationship of energy expenditure and running speed in laboratc?ry. In : Exercise Physiology. Current Selected Research. Vol. 3. Eded by Dotson, Ch.O and Humphrey, J.H. Ams Press, lnc-NY: 121-131, 1988. Cazorla, G. - Exploration du métabolisme aérobie sur le terrain. Résumés des communications du Colloque Médico- Technique de la Fédération Française d'Athlétisme. Edt Ciba. Geigy : 8-24, Toulouse, Avril1985. Cazorla, G. - Etude critique du niveau d'accessibilité, de validité et de fidélité des 11 tests de la batterie EUROFIT. Conseil de l'Europe. Compte rendu du Séminaire de Formia (Italie), Mai 1985. Cazorla, G. et Abida, D. - Opérationnalisation sur le terrain des résultats physiologiques obtenus en laboratoire. Journées d'automne de l'ACAPS. Rennes, 1987. Y., Cbanon, R. et Stephan, H . - Test de terrain pour le contrôle de l'entraînement aérobie : le C.A.T.-TesL EPS, 196: 49-53, 1985. Cooper, K.H. - A mean of assessing maximal oxygen intake : correlation between field and treadmill testing. J. j Am. Heart Ass. 203: 135-138, 1968. 172 Daniels, J.T -A physiologist's view of running economy. Med. Sei. Sport. Exerc (17), 3 : 332-338. Davis, J.A., Wbipp, B,J., Lamarra, N., Huntsman, D,J., Frank, M.H., and Wasserman, K. - Effect of ramp slope on measurement of aerobic parameters from the ramp exercise test Med. Sei. SportsExerc., 14:339-343, 1982. Deymie, P. - Le CAT.Test : Application à la course de fond. Compte rendu du Colloque Médico-Technique National, Fédération Française d'Athlétisme : 206-214, Mulhouse, oct. 1988. Fairsbter, R.D., Walters, J., Salvess, K., Fox, M., Minh, V.D., and Wilson, A.F. - Comparison of incrementai exercise test during cycle and treadmill ergometry. Am. Rev. Respir. Dis., 125 (Suppl. abstract): 254, 1982. Fernandez, E.A, Mobler, J.G. et Butler, J.P. - Comparison of oxygen consomption measured at steady state and progressive rates of work. J. Appl. Physiol. 37 (6) : 982-987, 1974. Froelicber, V.F., Brammel, H., Davis, G.D., Noguera, 1., Stewart, A., and Lancaster, M.D. - A comparison of three maximal treadmill exercise protocols. J. Appl. Physiol., 36: 720-725, 1974. Gacon, G.- La course d'endurance. CRDP, Dijon, 1984. Jorfeld, L., Juhlin-Dannfelt, A. et Karlsson, J. - Lactate release in relation to tissue lactate in human skeletal muscle during exercise. J. Appl. Physiol. : Respirat. Environ. Exercise Physiol. 44: 350-352, 1978. Keul, J., Kinderman, W. et Simon, G. - La transition aérobie-anaérobie lors de 1 apratiuqe de certains sports. nans : Compte rendu du Colloque International de Nice. Edtr : J.N. Lacour, Université de Saint-Etienne : 37-67, 1978. Kinderman, W., Simon, G. et Keul, J , - The significance of the aerobic-anaerobie transition for the determination of work load intensities during endurance training. European J. Appl. Physiol., 42 :25-34, 1978. Lacour, J.R. et Flandrois, R. - Le rôle du métabolisme aérobie dans l'exercice intense de longue durée. J. Appl. Physiol. (Paris), 73: 89-130, 1977. Lacour, J.R., Montmayeur, A., Dormois, D., Gacon, G., Padilla, S. et Viale, C.- Validation de l'épreuve de mesure de la vitesse maximale aérobie (VMA) dans un groupe de coureurs de haut niveau. Science et Motricité 7, 3-8, 1989. Lacour, J.R. - Le coût énergétique de la course. Influence de la morphologie et de la vitesse. Compte rendu du

×