Jardin d'enfance 5ème unité le spiritisme

211 vues

Publié le

Jardim de l'enfance 5e Unitè: Le Spiritisme- Plans de Cours

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
211
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Jardin d'enfance 5ème unité le spiritisme

  1. 1. FEDERATION SPIRITE BRESILIENNE DEPARTEMENT DE LENFANCE ET DE LADOLESCENCE DIJVème UNITE : LE SPIRITISME JARDIN DENFANCE COLLECTION N° 02
  2. 2. JARDIN DE LENFANCE VEME UNITE : LE SPIRITISMETRADUIT DU PORTUGAIS PAR MARIE-ARMANDINE PEIXOTO
  3. 3. A N N E X E 01COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCE LE CORPS, DONATION DE DIEU SUGGESTIONS POUR LE DEROULEMENT DE LACTIVITE1. Par exemple : garder la bouche fermée et essayer de dire quelque chose... Pouvez-vous ? Alors, à quoi sert la bouche ?... Cest cela ! Pour parler, pour manger... Maintenant pincez votre nez avec la main et essayez de respirer avec la bouche fermée. Pouvez-vous ?2. A quoi sert alors le nez ? Très bien ! A respirer, à sentir... "Faites semblant que vous tenez une fleur parfumée. Peut-on sentir ? Ensemble. Quelle odeur agréable ! Encore une fois ! ...3. Maintenant fermez les yeux... Apercevez-vous quelque chose ? ... Ouvrez-les... Que voyez-vous ?... A quoi servent les yeux alors ?...4. Maintenant, on va marcher un peu dans la salle... On va courir, sauter... Jouer... Répondez, alors : à quoi servent les jambes ?... Les bras ?... Les mains ?... Maintenant on va sassoir et se reposer.
  4. 4. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Verne UNITE : LESPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 01
  5. 5. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 02
  6. 6. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 03
  7. 7. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DEnfanceILLUST. 04
  8. 8. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 05
  9. 9. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 06
  10. 10. ANNEXE 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCEILLUST. 07
  11. 11. A N N E X E 03COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 01JARDIN DENFANCE POEME SUR LE CORPS 01 .Ont été fait très jolis Mes petits pieds pour marcher, Mes bras, très marrants, Pour que la maman puisse menlacer. Mes petits yeux peuvent voir, Ma petite bouche parler, Des bonnes choses manger, Et la petite maman embrasser. Mon joli petit nez A été fait pour sentir, Tout mon petit cœur, Pour que la maman puisse toujours aimer 02. Dans cette petite main droite, Jai cinq petits doigts. Ils font le tout dune faite, Ils font tout très légèrement. Ils sont petits, ils sont liés, Ils sont fabuleux, nest-ce pas ? Je trouve très amusants Les petits doigts de ma main !... Mais ceux de la gauche, mes doigts Sont déjà plus fainéants ! Même comme cela, je trouve fameux Les petits doigts de mes mains. 03. Sur cette main, jai cinq doigts, Sur lautre, jen ai également cinq. Alors, cinq plus cinq En tout cela fait dix doigts. UNE FAMILLE ORIGINALE 04. Ici vit joyeusement des gens, Famille bien originale, Un père, une mère, un frère, une sœur, Un bébé tellement petit et gentil. Quil est fort le père pouce, Quelle est bonne la maman dans le foyer, La sœur est très grande, Le frère est plus petit, Bébé on va semballer.NB. Répéter les phrases en gras si le poème est chanté avec une mélodie connue par les enfants. En chantant, montrer la main ouverte et indiquer le doigt auquel le poème se réfère.
  12. 12. A N N E X E 01 COLLECTION N° 02 Vème UNITE : LE SPIRITISME PLAN DU COURS N° 02 JARDIN DENFANCE SUGGESTION POUR LE PUZZLENB. Couper la feuille en suivant les pointillés
  13. 13. A N N E X E 02COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCE SUGGESTIONS DE DESSINS POUR METTRE DANS LES ENVELOPPES
  14. 14. A N N E X E 03COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE QUELLE CHOSE BIZARRE ! Petit Jean était un enfant bon et sympathique, mais... Il naimait pas prendre son bain et brosser ses dents ! Il naimait pas laver ses mains et se coiffer ! Il naimait pas couper ses ongles ! En résumer, il naimait pas être propre ! Cétait quelque chose de très bizarre ! A cause ce ça, sa mère étaittoujours préoccupée et inquiète. Et plusieurs fois par jour, elle devait lui dire - Jean, viens prendre ton bain. - Jean, viens couper tes ongles. - Jean, viens laver tes mains. - Jean, viens te coiffer. Et les Jours passant... Un certain jour, sa mère laverti : - Tous tes amis sont propres. Un jour, ils ne voudront plus jouer avectoi. A ce moment, petit Jean resta pensif sur ce que sa mère lui avait dit.Quand il fut se coucher, il navait pas encore oublié ces mots, il resta pensif... Cest de cette façon quil sendormit et commença à rêver : il étaitdans un joli jardin fleuri où il y avait beaucoup denfants joyeux en train dejouer avec des petits agneaux, des petits lapins et des petits oiseaux de touttype. Et le plus étrange, cest que les petits animaux étaient satisfaits : ilsnavaient pas peur de rester près des enfants. Petit Jean aimait beaucoup les petits animaux ! Il sest approché dupetit lapin qui mangeait une bonne carotte, dans les mains dune jolie petitefille. Et pour sa grande surprise, le petit lapin parla : - Ques-tu venu faire ici ? Demanda-t-il. - Je suis venu jouer avec toi, répondit petit Jean avec un peu de peur. - Jouer avec moi ! Dit le petit lapin en regardant bien petit Jean.Je ne joue quavec des enfants propres, en effet, si je ne le faisais pas, jenaurait pas mes poils aussi blancs. - Petit Jean eu honte. Il partit de cet endroit et fut rejoindre le petit agneau. - Et le petit agneau parla : - Que désires-tu dici petit ? - Jouer avec toi. - Oh non ! Comment pourrais-je jouer avec toi aussi sale que tu es ? Cest sûr, je salirai la jolie laine qui mhabille ! Cherche un autre compagnon.
  15. 15. Petit Jean eu honte. Et, très triste, il arriva près dune joliecolombe blanche. Et la petite colombe parla également : - Que viens-tu faire ici petit ? - Je veux jouer avec toi, petite colombe, car personne ne ma encorelaissé jouer dans ce joli jardin, répondit-il. - Mais de la façon dont tu es, dit-elle, cela est impossible. Regarde :de lautre côté du jardin, il y a des petits animaux qui aiment être comme toi.Là je suis sûre que tu pourras jouer. Un peu plus animé, petit Jean la remercia et sortit en courant verslautre côté du jardin. Quelle ne fut pas sa surprise, quand il vit des petitscochons très moches en train de jouer dans un lieu très sale et plein de boue.Comme ils se divertissaient en roulant dans la boue noire ! - Effrayé, petit Jean voulut fuir rapidement, mais, un des petitscochons, le plus sale de tous, sapprocha de lui et... parla : - Bonjour compagnon ! Viens jouer avec nous, parce quici, cesttrès bien pour nous les petits cochons. - Alors petit Jean cria : - Je ne suis pas un cochon ! Je ne suis pas un cochon ! - Et en sanglots, il continua à crier : - Je ne suis pas un cochon ! Je ne suis pas un cochon ! - A ce moment-là sa mère angoissée le secoua pour le réveiller. - Ouf ! Pensa petit Jean. Encore heureux, ce nétait quun rêve. - Et bien réveillé, il expliqua à sa petite maman : - Les jolis petits animaux du jardin fleuri nont pas voulu joueravec moi... Seul un petit cochon dun coin sale, plein de boue, mappela soncompagnon !... Il pensait que jétais aussi un petit cochon. - Petit Jean regarda bien sa maman, il devint tout rouge et continuaà parler : - Mais, je ne suis pas un cochon !...Et même en rêve, je neressemblerai pas aux petits cochons ! - La maman sourit, heureuse. Elle savait que petit Jean avait compritce que les petits animaux du rêve ont voulu lui dire. - Cest ainsi, quà partir de ce jour, plus jamais on lentendit dire: - Petit Jean, viens prendre ton bain. - Petit Jean, viens couper tes ongles. - Petit Jean, viens laver tes mains. - Petit Jean, viens te coiffer.
  16. 16. ANNEXE 04"QUELLE CHOSE BIZARRE !"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 01)
  17. 17. Annexe 04"QUELLE CHOSE BIZARRE !"Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 02)
  18. 18. ANNEXE 04"QUELLE CHOSE BIZARRE !"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 03)
  19. 19. ANNEXE 04"QUELLE CHOSE BIZARRE !"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 04)
  20. 20. ANNEXE 04"QUELLE CHOSE BIZARRE !"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCEHISTOIRE ( ILLUST. 05)
  21. 21. A N N E X E 05COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 02JARDIN DENFANCE SUGGESTION POUR LA DERNIERE ACTIVITE
  22. 22. A N N E X E 01COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANCEHISTOIRE LE REVE DE PETIT JOSE II était une fois un petit garçon appelé José. Petit José, comme tout le monde lappelait à la maison, était un bongarçon, mais qui préoccupait beaucoup sa mère. Savez-vous pourquoi ? Cest que Petit José naimait pas manger ! Si Dona Maria disait : - Mon fils, ces haricots sont très bons !Mange, mon enfant ! Petit José répondait : - Ah ! Maman !... Je naime pas les haricots ! Si Dona Maria réclamait : - Tu nas pas mangé de riz, Petit José...Mange un petit peu ! Petit José faisait la grimace et ne mangeait pas. Petit José était comme ça, il naimait rien. Dona Maria, la pauvre !... Etait triste, triste... Mais, il ne secorrigeait pas et continuait à dire : "Je naime pas les haricots !... Je naimepas le riz !... Je naime pas les pommes de terre !... Je naime pas les carottes!". Et comme cela sans arrêt. Petit José ne mangeait pas ! Il devint tout maigre, tout maigre... Il navait que la peau sur les os! Ses jambes ressemblaient à des cannes ! ... Pauvre Petit José !... Dona Maria avait raison dêtre préoccupée. Une nuit, il était couché dans son lit, pensif... En pensant que sonparrain lui promit un grand ballon rouge et que, très affaiblit, il ne pourraitpas courir derrière lui. - Dommage ! - disait-il tout bas - Dommage !... Jaime tellement jouerau ballon ! ... Il sassit sur son lit. Il souleva les couvertures et regarda ses jambestoutes maigres. Il murmura alors : - On dirait vraiment des cannes !... De cette façon, je ne pourraischotter dans aucun ballon... Que dois-je faire ? Petit José eu un grand soupire ! Il tira les couvertures et se recoucha.Il ferma les yeux... Il se rappela encore des pommes de terre, des haricots et deslégumes que sa mère insistait pour quil mange... Mais il finit par sendormir. Ildormit et rêva. Il rêvait quil était en train de se promener... Sur une route trèslongue.. Il était tellement fin, tellement léger quil ressemblait à une feuille !
  23. 23. Tout dun coup, le vent commença à souffler : "zzz". Petit José se sentitsoulevé dans lair... Il ne touchait plus le sol !... "zzz"... "zzz" ! Faisait le vent, de plus en plus fort, en emmenantPetit José dun côté et de lautre. Petit José tournoyait et tournoyait encore et toujours dans lair. Soudain, le vent cessa de souffler. Petit José commença à tombé... Il était en train de tombé... de tomber …Jusqu’à ce que - "splach" ! il tomba sur le dos par terre !... Petit José nesavait pas où il se trouvait. Le sol était doux... A demi étourdit, il tourna latête ... Il écouta et entendit alors un petit rire très fin : "ri-ri-ri". Petit José ouvrit bien ses yeux et regarda avec attention vers lendroitdoù provenait le rire étrange. Là se trouvaient des haricots, bien noirs, qui setordaient de rire en examinant José. ... Voilà José qui ne nous aime pas !... "I-ri-ri-ri"... Petit José ouvrit de grands yeux de surprise! Apeuré, il serecroquevilla dans un coin où il tomba. A ce moment-là sont apparues les petites carottes. Elles le regardèrentbien et commencèrent à rire : "Aaaaaaaaaaaaaaaa... Cest celui qui ne nous aimepas ? !!! Cest pour cela quil est comme ça !... Voyez seulement sa maigreur !... Et elles poussaient la peau des bras et des jambes de José, qui commençaà pleurer de douleur et de peur. Ensuite vinrent les pommes de terre, les navets, les tomates, lesoignons, les choux. Tous voulaient voir José, le "petit garçon qui ne les aimaitpas !... Tout dun coup, une petite pomme de terre au regard sévère parla : Mais enfin, quest-ce que ce petit garçon fait dans notre jardin ? Il ne nous aime pas !... - réclamèrent-ils tous. Ni de notre grand ami le riz !... dit un haricot déjà très offensé.Mais à cette instant, apparurent les betteraves, qui criaient rouge : - LaReine... Voilà la Reine ! ... Tous sarrêtèrent et, au milieu du grand silence, apparue la Reine Pommede terre Douce accompagnée des jolies laitues. Que faites- vous ici ? - demanda la Reine étonnée. Cest à cause de Petit José ! Le garçon qui ne nous aime pas ! -crièrent-ils tous. Silence !... dit la Reine. Ne parlez pas tous en même temps ! Un àla fois. Ensuite, elle se dirigea vers José qui continuait à pleuré de plus enplus apeuré. Elle lexamina ses jambes maigres... Ses bras... Ses dents abimées,elle parla en colère : - Oui, il est très fragilisé... - Il ne nous aime pas, Reine... - expliqua la pomme de terre sévèreavec une voix camouflée. - Et parce quil ne nous aime pas, on va le maltraité ?... Cest ce
  24. 24. que je vous ai enseigné ? Jai honte !... - Dit la Reine. Maintenant montrez augarçon que vous pouvez laider à rester fort et un peu plus gros. Vive la Reine !... - Crièrent-ils heureux. - Vive Petit José !... Et en chantant, ils firent une ronde en encerclant José. Petit José continuait à sangloter. Alors les jolies laituessapprochèrent de lui et lui séchèrent ses larmes. Petit José en sentant sur safigure les feuilles tellement douces sarrêta de pleurer. - Comme vous êtes verteset douces - dit-il en les remerciant et en donnant un petit coup de langue surlune delles. Au même instant, la carotte fit un beau discours. " Petit José ! -dit-elle- excuses-nous de se que lon a fait... LaReine Pomme de terre Douce a raison... Cela serait honteux de notre part si onte maltraitait... Surtout nous qui aimons tellement les enfants ! Et qui étionstoujours triste que tu dises toujours que tu ne nous aimes pas. Je te demandeque tu nous pardonnes... Nous sommes tes amis et, si tu le veux, on fera de toiun petit garçon très fort et très joli. - Très bien ! Très Bien !... crièrent-ilstous. - Vive Petit José ! Merci beaucoup !... Merci beaucoup ! - Disait-il - Que jai été bête !Mais à partir daujourdhui, je vais vous aimer beaucoup. Je ne veux plus êtremaigre. Je veux être un garçon gros comme la pomme de terre, rouge comme latomate, et très fort comme vous tous réunis ! ... Petit José, très content, promit quil les aimerait tous, toujours,toujours. Alors, de nouveau surgit le petit vent : "ZZZ"... "ZZZ" et Petit Josécommença à monter. Le vent souffla plus fort : "ZZZ"... "ZZZZZZZ". José fut projeté dun côté à un autre jamais il ne rencontra le sol.Soudain, le vent devint encoure plus fort et José tomba sur le toit ! Les tuilesse brisèrent et José tomba dans la maison !... Petit José se réveilla. Il étaittombé sur son lit !... Cétait le matin... A partir de ce jour, plus jamais José ne retourna à dire : "Je naime pas les haricots !... Je naime pas le riz!... Je naime pasles pommes de terre !...Je naime pas les carottes !..."Petit José commença àaimer de tout ! Quand il eu son ballon rouge, il donnait de ces coups de pieds, quecétait beau à voir !... Il courrait et sautait avec ses amis et il était toujoursle premier dans les jeux. Petit José devint un garçon très joyeux et plein de santé ! ...
  25. 25. ANNEXE 02"LE REVE DE PETIT JOSE"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANTHISTOIRE ILLUST. 01
  26. 26. ANNEXE 02"LE REVE DE PETIT JOSE"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANCEHISTOIRE ILLUST. 02
  27. 27. ANNEXE 02"LE REVE DE PETIT JOSE"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANCE
  28. 28. ANNEXE 02"LE REVE DE PETIT JOSE"Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 04)
  29. 29. ANNEXE 02"LE REVE DE PETIT JOSE"Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 03JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 05)
  30. 30. A N N E X E 01COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCEHISTOIRE LA PROMENADE DES DEUX AMIS Dans une ferme, près dun grand lac, habitaient un petit chien et unpetit chat. Mais bien quils sentendaient très bien tous les deux, les deuxpetits amis étaient très différents. Pom-Pom, un petit chat blanc comme du coton, aimait beaucoup lesaventures et des fois, il se donnait beaucoup de mal dans ses péripéties. Lepetit chien Toto, noir comme un corbeau, était très attentif, il avaitlhabitude découter les conseils de sa mère et des personnes plus âgées. Un certain dimanche matin, Pom-Pom invita Toto pour faire une promenadedans la jolie ferme. Ils y sont donc allés tout contents. En arrivant près de létable, Pom-Pom vit un joli papillon qui volaitallègrement entre les chevaux et dit à Toto : - On va lattraper pour quil joue avec nous ?... Mais Toto, plus sage, lui répondit avec calme : - Pom-Pom, ici cest un lieu très dangereux pour nous qui sommesdes tout petits animaux. Les chevaux sont trop grands et peuvent nous écrasersous leurs sabots... Toto allait poursuivre mais... rien ! Pom-Pom, sans plus lécouter,sortit en courant derrière le papillon sans regarder en arrière ! Soudain, uncheval prit peur et souleva ses pattes de devant en un signal de protestation. Toto en voyant que son ami était en danger, courut et le tira parla queue avec sa bouche, en le tirant vers lextérieur de létable. Pom-Pom, à moitié étourdit, demanda se qui cétait passé. Toto luirépondit quil devait faire attention avant de courir derrière un papillon car ilallait recevoir un coup de sabot du cheval. Mais, il semblait que Pom-Pom navait pas encore comprit la leçon carquand il vit le joli lac bleu, il voulut tout de suite sen approcher.
  31. 31. Toto préoccupé, cria ! - Pom-Pom ! Pas le lac ! Maman a dit que cétait très dangereux ! Lespierres qui lentourent sont très glissantes et le lac est très profond ! Pourtant, encore une fois, Pom-Pom ne voulut pas écouter son ami etpartit en courant. Mais, quand il arriva à côté du lac, ses petites pattes nepurent le retenir et le petit chat glissa et tomba dans leau. Apeuré, se débattant, il appela au secours. Mais, son ami, très vigilant, savait nager et était rentré dans leaupour le sauvé. Alors, après être sortit de sa position inconfortable, Pom-Pom reconnutquil devait être plus précautionneux avec ses jeux.
  32. 32. ANNEXE 02"LA PROMENADE DES DEUX AMIS"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 01)
  33. 33. PROMENADE DES DEUX AMIS"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 02
  34. 34. ANNEXE 02"LA PROMENADE DES DEUX AMIS"COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCEHISTOIRE (ILLUST. 03
  35. 35. A N N E X E 03COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCE SUGGESTION DE CARTON POUR PRESENTER LACTIVITE / y-
  36. 36. A N N E X E 04COLLECTION N° 02Vème UNITE : LE SPIRITISMEPLAN DU COURS N° 04JARDIN DENFANCE

×