etprésententLe parcours de soins du patientLe parcours de soins du patientarthrosiquearthrosique
Le parcours de soins, de quoi s’agit-il ?La notion de parcours de soins introduit la notion de travail soignantcollectif, ...
Un exemple de maladie chroniqueLe diabète de type 2 : cette maladie se développerapidement, parallèlement au surpoids et à...
L’arthrose, pathologie chroniqueParce que les patients vivent plus longtemps et que le surpoids progresse,le nombre de pat...
Les objectifs de la prise en charge dupatient arthrosique• Ralentir la progression de la maladie• Limiter la douleur• Limi...
Les principaux acteurs de la priseen chargeLes objectifs de la prise en charge du patient arthrosique désignent lesacteurs...
Les principaux acteurs de la priseen chargeLe pharmacien d’officine, formé pour délivrer desconseils aux patients souffran...
Le médecin traitant, chef d’orchestredu parcours de soinChaque patient doit avoir son médecin traitant, presque toujoursun...
Faut-il faire des examens ?Les seuls examens essentiels chez le patient arthrosique sont ceux quivont permettre d’évaluer ...
Le recours au chirurgienLa décision de remplacer une articulation abîméepar une prothèse n’est pas une décision simple.Ell...
Le traitement thermal est-il légitimedans le parcours de soin d’un patientarthrosique ?Une étude récente montre qu’une cur...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le parcours de soins du patient arthrosique

1 297 vues

Publié le

A destination des professionnels de santé

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 297
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le parcours de soins du patient arthrosique

  1. 1. etprésententLe parcours de soins du patientLe parcours de soins du patientarthrosiquearthrosique
  2. 2. Le parcours de soins, de quoi s’agit-il ?La notion de parcours de soins introduit la notion de travail soignantcollectif, autrement dit la coordination d’un ensemble d’intervenants délivrantle soin optimal2Il se justifie notamment pour les pathologies chroniques dont la prise en charge relèvede différents intervenants, que le médecin se doit de coordonnerL’efficience du parcours de soins (autrement dit le meilleur soin au meilleur coût)représente pour le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance un axe prioritaire pourdéfendre la pérennité de l’assurance maladie et de ses principes fondateurs,notamment une égalité d’accès à des soins de qualité pour tous et une solidarité entremalades et bien-portants.Avenir de l’Assurance Maladie : les options du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM)http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/l_avenir_de_l_assurance_maladie_les_options_du_hcaam.pdfMédecine de parcours : un objectif et des enjeux à confirmer. Entretien avec Denis Piveteau, Président du Haut Conseil pour l’Avenir de l’AssuranceMaladie, Le Concours médical, juin 2012 (pages 428-429).
  3. 3. Un exemple de maladie chroniqueLe diabète de type 2 : cette maladie se développerapidement, parallèlement au surpoids et à l’obésité.Mais bien pris en charge, un diabétique de type 2 vaéviter les nombreuses complications de la maladie :infarctus, insuffisance rénale, cécité amputations…La prise en charge du patient chronique nécessitel’intervention de multiples soignants, auxcompétences complémentaires : c’est le parcours de soinsou le parcours de santé du patient3
  4. 4. L’arthrose, pathologie chroniqueParce que les patients vivent plus longtemps et que le surpoids progresse,le nombre de patients arthrosiques ne cesse de croître :• 65% des personnes de 65 ans ont une arthrose radiologique• 80% des personnes de plus de 80 ans sont arthrosiquesL’arthrose est une pathologie qui affecte la qualité de vie et pourrait danscertains cas augmenter la mortalité par majoration du risquecardiovasculaire liée au moins en partie à la sédentarité4La prise en charge du patient arthrosique est plus complexe qu’il n’yparaît. Il existe un impact en termes de coûts pour la collectivité du faitdu vieillissement de la population et de l’accroissement du nombre deprothèses posées.Site de la Société Française de rhumatologie :http ://www.rhumatologie.asso.fr/04-Rhumatismes/grandes-maladies/0B-dossier-arthrose/A0_definition.asp
  5. 5. Les objectifs de la prise en charge dupatient arthrosique• Ralentir la progression de la maladie• Limiter la douleur• Limiter l’enraidissement articulaire• Combattre l’inflammation tout en réduisant la consommationd’AINS au long cours et en particulier chez les patients à risques• Favoriser une activité physique adaptée• Lutter contre le surpoids• Recourir à la chirurgie quand elle est nécessaire5Site de la Société Française de rhumatologie :http://www.rhumatologie.asso.fr/04-Rhumatismes/grandes-maladies/0B-dossier-arthrose/sommaire-arthrose.aspANSM :http://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/257d8be960ac8372dbdc513708956d50.pdfOARSI :http://www.oarsi.org/pdfs/oarsi_recommendations_for_management_of_hip_and_knee_oa.pdf
  6. 6. Les principaux acteurs de la priseen chargeLes objectifs de la prise en charge du patient arthrosique désignent lesacteurs susceptibles d’intervenir, à commencer par le médecin traitant,presque toujours un médecin généraliste.Certains spécialistes sont aussi des acteurs importants de la prise en charge dupatient arthrosique.• Le rhumatologue : le médecin généraliste peut faire appel à un avisspécialisé devant des cas compliqués à prendre en charge, en raison dedouleurs rebelles, de lésions importantes, pour faire des ponctionsarticulaires le plus souvent suivies d’infiltrations avec un dérivé cortisonéou un acide hyaluronique.• Le chirurgien orthopédiste : quand une pose de prothèse où une chirurgiecorrectrice devient nécessaire (hanche ou genou notamment)• Le radiologue : les radiographies permettent de poser le diagnostic etd’évaluer l’importance des lésions articulaires• Voire l’endocrinologue pour l’encadrement d’une perte de poids6
  7. 7. Les principaux acteurs de la priseen chargeLe pharmacien d’officine, formé pour délivrer desconseils aux patients souffrant d’une maladiechronique ayant fait l’objet d’un diagnostic médical.Et divers paramédicaux, en particulier :Le kinésithérapeute : pour apprendre à mobiliserconvenablement une articulation touchée parl’arthrose et pour renforcer les muscles qui stabilisentl’articulation touchée.Le nutritionniste ou la diététicienne : pour lutter contre unsurpoids ou une obésité.7
  8. 8. Le médecin traitant, chef d’orchestredu parcours de soinChaque patient doit avoir son médecin traitant, presque toujoursun médecin généraliste. C’est celui qui connaît le mieux sonpatient, son histoire médicale mais aussi ses conditions de vie(situation familiale, sociale et professionnelle).Le médecin traitant orientera son patient vers d’autres acteurs desanté notamment pour favoriser une prise en chargekinésithérapeute, diététicienne ou nutritionniste…) ou pourdemander un avis spécialisé (rhumatologue, chirurgienorthopédiste…).8
  9. 9. Faut-il faire des examens ?Les seuls examens essentiels chez le patient arthrosique sont ceux quivont permettre d’évaluer précisément l’état des articulations. C’est laradiographie standard des articulations. Il n’est pas nécessaire deprocéder à des examens plus sophistiqués, notamment IRM ou scanner,qui n’ont aucune utilité pour faire le diagnostic d’arthrose.9Quand les faire ? Des radiographiesstandard sont essentielles pour poser lediagnostic, sachant qu’il est rarementutile de les refaire, sauf lorsque se discuteun geste chirurgical ou que lon suspecteune arthrose rapidement évolutive.En revanche, il n’y a pas de bilan sanguin particulier à faire. Laréalisation d’un scanner ou d’une IRM reste exceptionnelle.Site de la Société Française de rhumatologie :http://www.rhumatologie.asso.fr/04-Rhumatismes/grandes-maladies/0B-dossier-arthrose/sommaire-arthrose.aspRadiographie de hanches de face Coxarthrose D supéroexterne (état) ; débutante à G.
  10. 10. Le recours au chirurgienLa décision de remplacer une articulation abîméepar une prothèse n’est pas une décision simple.Elle va dépendre notamment de :• L’impact de l’arthrose sur la qualité de vie du patient.• L’âge du patient et ses maladies associées.• En fait de son espérance de vie.10Avant l’intervention, il est recommandé•de faire des activités physiques pour « préparer » les muscles, les tendons etles ligaments aux rôles qui seront les leurs une fois la prothèse posée et pourréduire au maximum l’enraidissement articulaire,•et comme avant toute intervention chirurgicale, d’arrêter de fumer, ce quipermet de diminuer le risque d’infection et d’améliorer les suitespostopératoires, afin qu’elles soient les plus légères possibles.Site de la Société Française de rhumatologie :http://www.rhumatologie.asso.fr/04-Rhumatismes/grandes-maladies/0B-dossier-arthrose/sommaire-arthrose.asp
  11. 11. Le traitement thermal est-il légitimedans le parcours de soin d’un patientarthrosique ?Une étude récente montre qu’une cure thermalepeut améliorer les symptômes douloureux del’arthrose du genou.La cure thermale semble apporter des bénéficespour reprendre une activité physique adaptée,modifier ses habitudes alimentaires et perdre dupoids dans le cadre de programmes d’éducationthérapeutique.En cela, la cure thermale peut être utile dans leparcours de soin d’un patient arthrosique.11

×