La douleur

481 vues

Publié le

Enseignement de Sémiologie
par Sacha Weill
DFGSM 2ème année

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
481
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
50
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La douleur

  1. 1. La Douleur Sémiologie D.F.G.S.M. 2ème année Sacha Weill 7 Décembre 2015
  2. 2. Définition Vécu d’une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associé à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrit en termes d’un tel dommage
  3. 3. Phénomène neuro-psychologique qui associe deux composantes, intriquées à des degrés variables :
  4. 4. • Composante sensorielle (ou somatique) • Composante psychologique (ou émotionnelle)
  5. 5. Rôle Signal d’alarme utile, met en alerte l’individu et l’invite à remédier à une situation dangereuse pour son intégrité physique. Ce rôle est retrouvé dans l’ensemble du monde animal : un stimulus désagréable entraînera une réaction de défense
  6. 6. Les types de Douleur
  7. 7. • La douleur aigüe: signal d'alarme qui permet de rechercher la cause, elle a un rôle protecteur. Elle est récente, transitoire, cède rapidement et est intense. • La douleur chronique : subsiste plus de 3 mois => devient une maladie qui va retentir sur l'appétit, le sommeil, la vie quotidienne. • Douleurs neurogène : ne résultent pas de lésions tissulaires mais d’une interruption, d’une perturbation des voies de transmissions de la douleur. • Douleur psychogène : aucune cause somatique.
  8. 8. Les Causes sont nombreuses et variées: mécanique, thermique, infectieuse, métabolique, toxique, compression nerveuse…
  9. 9. Évaluation de la Douleur
  10. 10. • Échelle verbale simple (0=pas de douleur, 1=faible, 2=modérée, 3=intense, 4=extrêmement intense) • Échelle numérique (0=pas de douleurs a 10=inimaginable) • Échelle Visuelle Analogique (coté patient=subjectif et coté soignant=gradué) • Questionnaire (spécifique d’un service et d’une pathologie) • Échelle comportementales
  11. 11. Description de la Douleur en sept caractéristiques
  12. 12. • La topographie (siège, irradiations) • Le type : mord, gratte, pique… • L’intensité (à évaluer) • Le profil évolutif : début, durée, fréquence, ancienneté, mode d’apparition et évolutif • Les facteurs de soulagement et d’aggravation • Les manifestations associées • L’impact sur la qualité de vie, l’humeur, l’anxiété, le sommeil, la souffrance globale
  13. 13. Les antalgiques
  14. 14. Fin Merci de votre attention
  15. 15. La Douleur Sémiologie D.F.G.S.M. 2ème année Sacha Weill 7 Décembre 2015
  16. 16. Définition • Vécu d’une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associé à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrit en termes d’un tel dommage • Rôle de signal d’alarme utile, met en alerte l’individu et l’invite à remédier à une situation dangereuse pour son intégrité physique. Ce rôle est retrouvé dans l’ensemble du monde animal : un stimulus désagréable entraînera une réaction de défense • Phénomène neuro-psychologique qui associe deux composantes, intriquées à des degrés variables :
  17. 17. • Composante sensorielle (ou somatique) : processus neuro- physiologiques de détection, de définition qualitative, de localisation topographique et de quantification de l’intensité du signal « douleur » • Composante psychologique (ou émotionnelle), : tonalité affective, désagréable ou insupportable associée. Cette dimension du vécu douloureux est d’autant plus sévère et responsable de réactions secondaires anxio-dépressives que la douleur est durable ou récidivante. Doit toujours être évaluée et prise en compte dans la démarche thérapeutique
  18. 18. Les types de Douleur
  19. 19. • La douleur aigüe: signal d'alarme qui permet de rechercher la cause, elle a un rôle protecteur. Elle est récente, transitoire, cède rapidement et est intense. • La douleur chronique : subsiste plus de 3 mois => devient une maladie qui va retentir sur l'appétit, le sommeil, la vie quotidienne. • Douleurs neurogène : ne résultent pas de lésions tissulaires mais d’une interruption, d’une perturbation des voies de transmissions de la douleur. • Douleur psychogène : aucune cause somatique.
  20. 20. Les Causes sont nombreuses et variées: mécanique, thermique, infectieuse, métabolique, toxique, compression nerveuse…
  21. 21. Évaluation de la Douleur
  22. 22. • Échelle verbale simple (0=pas de douleur, 1=faible, 2=modérée, 3=intense, 4=extrêmement intense) • Échelle numérique (0=pas de douleurs a 10=inimaginable) • Échelle Visuelle Analogique (coté patient=subjectif et coté soignant=gradué) • Questionnaire (spécifique d’un service et d’une pathologie) • Échelle comportementales
  23. 23. Description de la Douleur en sept caractéristiques
  24. 24. • La topographie (siège, irradiations) • Le type : mord, gratte, pique… • L’intensité (à évaluer) • Le profil évolutif : début, durée, fréquence, ancienneté, mode d’apparition et évolutif • Les facteurs de soulagement et d’aggravation • Les manifestations associées • L’impact sur la qualité de vie, l’humeur, l’anxiété, le sommeil, la souffrance globale
  25. 25. Les antalgiques
  26. 26. • Douleur faible à modérée => antalgiques périphériques (apsirine, paracetamol, AINS) • Douleur modérée à sévère => antalgiques centraux faibles (codéine) • Douleur très sévère => antalgiques centraux forts (morphinique) Trois paliers
  27. 27. Physiologie de la Douleur
  28. 28. 1. Stimulation douloureuse des terminaisons nerveuses cutanées, musculaires, articulaires ou viscérales 2. Formation du message nociceptif véhiculé par des fibres spécifiques afférentes : les nocicepteurs 3. Détection et codage de l’intensité du stimulus 4. Le message rejoint le SNC (au niveau des racines postérieures du rachis ou bien au niveau des nerfs crâniens) via les nerfs périphériques 5. Transmission au cerveau via le moelle épinière • une voie aboutissant au cortex somesthésique (aires somatiques primaire SI et secondaire SII du lobe pariétal) qui renseigne sur l'emplacement, l'intensité et la nature de la stimulation douloureuse • une voie aboutissant au système limbique qui donne la dimension affective, motivationnelle, en provoquant une sensation désagréable (au niveau du cortex cingalaise antérieur) et en donnant une dimension discriminative (pour le cortex insulaire) 6. Mise en place du contrôle supra-spinale par le Tronc Cérébral à l’origine d’une voie descendante analgésique

×