UNIVERSITE	
  MONTPELLIER	
  1	
  
FACULTE	
  DE	
  DROIT	
  ET	
  DE	
  SCIENCE	
  POLITIQUE	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

Aur...
 

REMERCIEMENTS	
  	
  
	
  
Je	
   souhaiterais	
   tout	
   d’abord	
   remercier	
   Alexandre	
   Dézé,	
   pour	
   ...
Sommaire	
  
Introduction	
  
Première	
  partie	
  –	
  Les	
  origines	
  du	
  «	
  trolling	
  »	
  	
  
Les	
  origin...
Introduction	
  
	
  
	
  

Le	
   6	
   mai	
   2012	
   restera	
   une	
   date	
   importante	
   dans	
   l’histoire	...
journaux	
   en	
   ligne.	
   Il	
   y	
   a	
   encore	
   eu	
   peu	
   de	
   recherches	
   scientifiques	
   sur	
 ...
Première	
  partie	
  :	
  Les	
  origines	
  du	
  «	
  trolling	
  »	
  
	
  
Avant	
   de	
   parler	
   des	
   origin...
pendant	
   la	
   période	
   ou	
   la	
   question	
   de	
   l’esclavagisme	
   se	
   posait,	
   durant	
   laquelle...
b. Les	
  batailles	
  d’amendements	
  
L’usage	
   de	
   l’amendement	
   en	
   France	
   a	
   pris	
   son	
   esso...
participative	
  »,	
  nous	
  avons	
  pu	
  voir	
  apparaître	
  de	
  nouvelles	
  formes	
  de	
  contestation.	
  Le...
remonte	
   à	
   la	
   mythologie	
   scandinave	
  ;	
   on	
   parle	
   du	
   troll8,	
   comme	
   étant	
   un	
  ...
elle	
  prend	
  cette	
  figure	
  de	
  troll	
  lorsqu’elle	
  considère	
  que	
  le	
  sujet	
  n’est	
  pas	
  abord...
méchant.	
  Le	
  problème	
  c’est	
  que	
  le	
  politique	
  à	
  partir	
  du	
  milieu	
  des	
  années	
  1970	
  a...
peuvent	
   le	
   congédier	
   ou	
   le	
   réprimer	
   sans	
   brider	
   l’une	
   des	
   sources	
   principales	...
 

Il	
   convient	
   donc	
   de	
   connaître	
   la	
   manière	
   avec	
   laquelle	
   cette	
   notion	
   de	
  
...
désormais	
  des	
  «	
  e-­‐militants	
  »,	
  s’adonnant	
  de	
  manière	
  consciente	
  ou	
  non	
  au	
  trolling.	...
Deuxième	
  partie	
  –	
  Une	
  progressive	
  descente	
  du	
  web	
  dans	
  
l’arène	
  politique	
  ?	
  
	
  
	
  ...
Maurice	
   Duverger	
   dans	
   son	
   livre	
   sur	
   les	
   Partis	
   Politiques 20 .	
   Il	
   convient	
   don...
  «	
  On	
   pense	
   que	
   ça	
  va	
   nous	
   apporter	
  un	
   plus	
   chez	
   certains	
  
jeunes	
   qui	
  ...
c. Internet	
  comme	
  outil	
  d’organisation	
  de	
  la	
  campagne	
  électorale	
  
	
  

En	
  2007,	
  la	
  popul...
«	
  Mybarackobama.com	
  »26,	
   Internet	
   devient	
   une	
   plateforme	
   centrale	
   de	
   coordination	
   qu...
alors	
   que	
   l’on	
   commençait	
   à	
   comparer	
   l’utilisation	
   du	
   web	
   à	
   l’espace	
   public	
 ...
règles,	
  alors	
  l’outil	
  utilisé	
  aura	
  une	
  réelle	
  utilité	
  dans	
  le	
  débat.	
  Aux	
  Etats-­‐Unis,...
3. «	
  L’empowerment	
  »	
  des	
  citoyens	
  sur	
  Internet	
  
	
  

L’outil	
   incarné	
   par	
   Internet,	
   e...
nous	
   sommes	
   à	
   l’ère	
   ou	
   les	
   politiques	
   eux-­‐mêmes	
   veulent	
   donner	
   de	
   plus	
   e...
une	
   dimension	
   très	
   importante	
   dans	
   la	
   vie	
   politique	
   aujourd’hui,	
   mais	
   n’a	
   pas	...
Mazarine,	
   qui	
   fut	
   un	
   des	
   premiers	
   scandales	
   à	
   éclater	
   au	
   grand	
   jour	
   dans	
...
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?

2 257 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 257
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
171
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le trolling politique : Comment une pratique du web 2.0 s'est-elle immiscée dans le débat et l'arène politique ?

  1. 1. UNIVERSITE  MONTPELLIER  1   FACULTE  DE  DROIT  ET  DE  SCIENCE  POLITIQUE           Aurélien  BELLANGER       Le  «  trolling  »  politique  :   Comment  une  pratique  du  web  2.0  s’est-­‐elle  immiscée  dans  le   débat  et  l’arène  politique  ?         Mémoire  de  recherche  pour  l’obtention  du   Master  1  Science  Politique       Directeur  :  Alexandre  DEZE       Avril  2013    
  2. 2.   REMERCIEMENTS       Je   souhaiterais   tout   d’abord   remercier   Alexandre   Dézé,   pour   m’avoir   fait   confiance   dans   le  cadre  de  la  rédaction  d’un  mémoire  sur  un  sujet  peu  conventionnel.   Je   voudrais   aussi   remercier   Dominique   Cardon   pour   ses   conseils   avisés   pour   débusquer   le  spécialiste  du  «  Troll  »  qui  n’est  autre  qu’Antonio  Casilli  ;  ce  dernier  a  éveillé  en  moi   un  réel  intérêt  pour  un  sujet  encore  peu  connu.     Je  tiens  également  à  remercier  Sylvain  Maretto  et  Lucas  Riveill  pour  l’aide  qu’ils  ont  pu   m’apporter,  en  m’orientant  de  la  meilleure  des  manières  dans  mes  recherches.                                            
  3. 3. Sommaire   Introduction   Première  partie  –  Les  origines  du  «  trolling  »     Les  origines  du  détournement  en  politique   Définition  et  fonction  politique  du  «  troll  »   Renouvellement  sur  le  web  d’une  ancienne  pratique     Deuxième  partie  –  Une  progressive  descente  du  web  dans  l’arène   politique  ?     Historique  de  l’utilisation  du  web  à  des  fins  politiques   Internet  use  d’une  symbolique  de  la  démocratie   L’empowerment  des  citoyens  sur  internet   Entremêlement  de  la  sphère  publique/privée  du  politique     Troisième  partie  –  Le  trolling  à  l’usage  des  partis  politiques  dans  la   lutte  pour  le  pouvoir   La  bataille  UMP/PS   Le  FN  et  son  usage  des  fachosphères     La  communication  politique  s’empare  de  nouvelles  armes   Conclusion   Bibliographie  /  Webographie      
  4. 4. Introduction       Le   6   mai   2012   restera   une   date   importante   dans   l’histoire   de   la   politique   en   France.  François  Hollande  est  alors  élu  24ème  président  de  la  République  Française.  Son   élection  marque  le  coup  d’arrêt  de  17  ans  de  présidence  de  l’UMP,  et  avant  2002  du  RPR.   Cette  élection  présidentielle  arrive  dans  un  contexte  totalement  nouveau,  qui  n’avait  pas   autant   d’importance   lors   des   élections   précédentes  :   nous   sommes   rentrés   depuis   la   dernière  décennie  dans  l’ère  du  numérique  et  du  «  tous-­‐connectés  ».       Cette  nouvelle  notion  incluant  la  technologie,  est  venue  se  greffer  dans  la  vie  de   tous   les   jours,   et   dans   les   usages   des   français.   Il   va   alors   de   soit   que   la   politique   a   également  évolué  dans  le  même  sens,  en  intégrant  progressivement  de  nouveaux  outils   de   communication.   Le   succès   de   l’utilisation   d’Internet   depuis   l’élection   de   Barack   Obama   en   2008   n’est   plus   à   démontrer.   En   effet,   dorénavant   toutes   les   campagnes   électorales   ont   nécessité   ces   nouveaux   outils   numériques   dans   le   but   de   mieux   communiquer  instantanément,  mais  également  pour  fédérer  et  coordonner  un  électorat.       Internet  est  donc  venu  se  greffer  progressivement  à  une  fonction  politique  qui  a   elle-­‐même   totalement   évolué   à   l’heure   ou   les   médias   se   sont   élargis   et   ont   envahi   l’attention   de   toute   une   société.   Les   politiques   ont   des   interactions   dorénavant   totalement   différentes   avec   cette   société,   même   si   c’est   derniers   connaissent   des   pratiques   vieilles   de   plusieurs   siècles.   Ce   qui   va   nous   intéresser   dans   ce   travail   de   recherche,   c’est   justement   la   manière   avec   laquelle   cette   révolution   numérique   est   venue   chambouler   le   fonctionnement   politique,   le   transit   de   l’information,   et   les   relations  entre  les  hautes  sphères  et  la  population.  Pour  être  plus  précis,  c’est  d’avantage   la  notion  de  confrontation  des  politiques  qui  va  nous  intéresser.  En  effet,  depuis  que  la   politique   existe,   il   a   toujours   existé   des   confrontations,   rivalités   et   autres   animosités   entre  les  dirigeants  ;   d’autant   plus   lorsque  les  premiers  partis  politiques  ont  été  crées.   Le   développement   de   l’utilisation   du   web   en   politique   va   s’inscrire   dans   cette   même   continuité  concernant  ces  rivalités,  utilisant  désormais  de  nouvelles  pratiques  liées  à  la   révolution   du   numérique.   Avant   même   de   concerner   la   sphère   politique,   certains   individus  se  sont  adonnés  à  de  nouveaux  usages  d’Internet,  et  notamment  dans  tout  ce   qui  touche  au  débat,  c’est  à  dire  les  forums,  fils  de  discussions,  site  web  participatifs  et     1  
  5. 5. journaux   en   ligne.   Il   y   a   encore   eu   peu   de   recherches   scientifiques   sur   ces   individus,   appelés   «  trolls  ».   Nous   allons   donc   essayer   de   comprendre   les   nouveaux   usages   en   politiques,   notamment   en   mettant   en   adéquation   directe   les   anciennes   et   nouvelles   pratiques   de   confrontations   en   politique,   l’évolution   numérique   et   l’incidence   qu’elle   a   eu   dans   chez   les   citoyens,   médias   et   politiques   eux-­‐mêmes  ;   tout   cela   pour   essayer   de   comprendre  les  apports  d’Internet  dans  les  luttes  de  pouvoir.       Trois  grands  axes  se  recouper  sur  ce  sujet  :  tout  d’abord  nous  allons  analyser  et   définir  ce  qu’est  le  «  trolling  ».  Pour  cela,  il  convient  essentiellement  de  comprendre  les   origines   de   cette   pratique,   et   notamment   les   plus   anciennes   méthodes   de   lutte   dans   l’arène   politique,   c’est   à   dire   les   obstructions   parlementaires   et   les   batailles   d’amendements.  Suite  à  quoi  nous  délimiterons  alors  les  fonctions  du  «  troll  ».       Nous   verrons   ensuite   comment   Internet   est   venu   s’insinuer   dans   la   vie   des   citoyens,   et   de   quelles   manières   a   t’il   pris   une   importance   certaine   dans   le   fonctionnement   de   la   vie   politique   actuelle.   Pour   cela,   nous   ferons   un   court   rappel   de   l’historique   de   l’utilisation   d’Internet   en   politique   pour   en   connaître   l’origine,   pour   ensuite   se   demander   si   cet   outil   est   réellement   démocratique.   A   partir   de   là   nous   verrons  ce  qui  a  pu  insuffler  un  nouvel  intérêt  des  citoyens  et  partisans  politiques  via  les   outils   numérique,   créant   ainsi   cette   notion   «  d’empowerment  »   qui   va   nous   intéresser   dans   le   cadre   de   cette   recherche,   notamment   suite   à   l’élection   de   Barack   Obama   en   2008.  Pour  terminer  cet  axe,  nous  essayerons  de  comprendre  dans  quelles  mesures  les   sphères   privées   et   publiques   des   hommes   politiques   ce   sont   entremêlées,   notamment   via  le  web  et  de  la  médiatisation  de  la  vie  politique.       Pour   terminer   ce   travail   de   recherche,   nous   essayerons   de   comprendre   comment   les   nouveaux   usages   d’Internet   tels   que   le   trolling,   ont   réussi   à   s’immiscer   progressivement   dans   la   vie   politique,   et   plus   précisément   dans   le   débat   et   la   confrontation   entre   les   partis.   Pour   cela   nous   analyserons   la   bataille   devenue   «  classique  »   de   l’UMP   et   du   PS   pour   conquérir   le   pouvoir,   tout   en   passant   par   les   pratiques   du   Front   National   et   ses   partisans,   en   terminant   sur   les   nouveaux   usages   utilisés   dans   la   communication   politique   découlant   directement   de   la   révolution   numérique.         2  
  6. 6. Première  partie  :  Les  origines  du  «  trolling  »     Avant   de   parler   des   origines   et   la   naissance   du   trolling,   il   convient   de   revenir   sur   les   origines   du   détournement   dans   le   débat   politique.   Lorsque   j’emploie   le   terme   «  détournement  »,   il   s’agit   plus   précisément   d’un   moyen   utilisé   lorsqu’il   existe   un   contexte   d’opposition,   qui   servirait   à   faire   durer   le   débat   de   quelconques   manières.   Malgré   le   fait   que   la   présente   recherche   s’axe   particulièrement   sur   le   rapport   entre   la   naissance   de   l’internet   participatif   et   de   son   entrée   dans   le   débat   politique,   il   est   important   de   remarquer   que   ces   phénomènes   de   détournements,   sous   différentes   appellations,   existaient   bien   avant   la   naissance   d’internet.   Nous   allons   voir   dans   ce   premier   chapitre,   que   cette   notion   a   évolué   avec   le   temps,   en   changeant   de   formes   et   de   noms,   en   commençant   tout   d’abord   par   l’exemple   américain,   pour   ensuite   s’intéresser   au  cas  de  la  France.       1. Les  origines  du  détournement  en  politique     a. La  naissance  de  l’obstruction  parlementaire  aux  Etats-­‐Unis   La   pratique   politique   qu’est   l’obstruction   est   née   à   l’origine   sur   le   continent   américain   lorsque   la   constitution   des   Etats-­‐Unis   d’Amérique   de   1787   fut   ratifiée.   On   parlait  alors  de  «  Filibustering  »1,  qui  signifierait  «  agir  en  flibustier  des  hémicycles  ».  Le   terme  qui  correspondra  le  mieux  en  France  notamment  au  sujet  de  la  pratique  en  elle-­‐ même,   sera   «  l’obstruction   parlementaire  ».   A   l’origine,   le   sens   ancien   de   flibustier   se   réfère   directement   à   un   acte   de   piraterie   ou   de   pillage,   d’une   personne   agissant   dans   l’illégalité  ;   mais   ce   qui   nous   intéresse   dans   le   cadre   de   cette   recherche,   c’est   l’aspect   politique  de  la  flibusterie.       L’utilisation  de  ce  terme  renvoie  tout  d’abord  à  la  période  1840-­‐1860  aux  Etats-­‐ Unis,   lorsque   de   nombreux   hommes   politiques   des   états   du   sud   ont   fait   de   longs   discours   durant   les   débats   au   Sénat,   dans   le   but   ultime   de   retarder   au   maximum   un   projet  de  loi  ou  en  prévenir  le  vote.  L’apparition  de  cette  pratique  intervient  notamment                                                                                                                   1  http://uspolitics.about.com/od/glossary/a/whatisfilibuster.htm     3  
  7. 7. pendant   la   période   ou   la   question   de   l’esclavagisme   se   posait,   durant   laquelle   les   politiciens   du   sud   ont   usé   de   cet   outil   pour   tenter   de   bloquer   toutes   les   lois   de   droits   civils.   L’acte   de   flibusterie   est   devenu   populaire   dans   cette   période   d’avant-­‐guerre.   Le   premier   politicien   a   en   avoir   fait   usage   aux   Etats-­‐Unis   est   Henry   Clay 2 ,   qui   était   notamment   contre   l’esclavage   et   se   trouvait   également   être   un   des   premiers   hommes   politiques  à  tenter  des  conciliations  entre  états  du  nord  abolitionnaires  et  états  du  sud   esclavagistes,  dans  le  but  de  prévenir  une  guerre  imminente.       Dans   le   règlement   du   Sénat   américain,   il   existe   une   règle   qui   définit   parfaitement   la  structure  dans  laquelle  les  hommes  politiques  peuvent  prendre  la  parole.  Il  s’agit  là  de   la  règle  XIX,  qui  stipule  que  lorsqu’un  sénateur  souhaite  prendre  la  parole,  il  en  a  le  droit   sans  que  le  président  du  Sénat  puisse  s’y  opposer,  ou  encore  l’interrompre.  Mais  ce  qui   est   le   plus   important   dans   cette   règle   de   fonctionnement,   concerne   cette   non-­‐ interruption  ;   en   effet   il   est   dit   qu’un   sénateur   a   le   droit   de   parler   de   la   manière   qu’il   souhaite  et  autant  de  temps  qu’il  le  veut,  à  la  simple  condition  que  ce  dernier  ne  s’arrête   pas,  ne  s’assis  pas,  ou  encore  ne  boit  ou  ne  mange  pas.  C’est  dans  cet  aspect  de  la  règle   que   l’exercice   de   flibusterie   prend   tout   son   sens.   Dès   lors,   si   un   sénateur   souhaite   bloquer   le   débat   ou   en   détourner   l’attention,   il   peut   le   faire   en   prenant   le   temps   qu’il   lui   faudra   pour   s’attirer   tout   l’intérêt,   et   faire   valoir   ses   idées.   Une   disposition   récente   a   cependant   posé   des   règles   concernant   cet   exercice.   Il   s’agit   de   la   «  règle   de   Pastore  »,   appelée   de   cette   manière   en   l’honneur   du   sénateur   John   Pastore   de   Rhode   Island,   qui   stipule  que  la  question  ou  le  discours  d’un  sénateur  participant  au  débat,  se  doit  d’être   pertinente   sur   le   sujet   ou   la   loi   abordée.   Avant   cela   et   notamment   durant   les   années   1930,   plusieurs   politiciens   actaient   de   flibusterie   en   lisant   des   recettes   de   cuisine,   le   Congressional   Record,   ou   encore   la   déclaration   d’indépendance.   Le   record   de   temps   passé   au   pupitre   du   Sénat   est   encore   aujourd’hui   détenu   par   le   sénateur   républicain   Wayne   Morse3,   qui   en   1953   a   prononcé   un   discours   interminable   de   22   heures   et   26   minutes,  pour  bloquer  un  projet  de  loi  pétrolière,  le  speaker  ne  pouvant  pas  l’arrêter.  En   France,   il   existe   également   une   possibilité   de   détourner   ou   prolonger   le   débat   en   politique,  même  si  elle  ne  prend  pas  la  même  forme  qu’aux  Etats-­‐Unis.                                                                                                                     2  http://bioguide.congress.gov/scripts/biodisplay.pl?index=c000482     3  http://en.wikipedia.org/wiki/Wayne_Morse       4  
  8. 8. b. Les  batailles  d’amendements   L’usage   de   l’amendement   en   France   a   pris   son   essor   en   1981,   à   la   suite   de   l’élection  de  François  Mitterrand.  Comme  je  l’ai  dit,  l’acte  de  flibusterie  en  question  ne   prend   pas   du   tout   la   même   forme   qu’aux   Etats-­‐Unis,   même   s’il   y   existe   également   la   possibilité   pour   le   parti   minoritaire   d’en   faire   usage.   La   technique   employée   est   celle   de   la   «  bataille   d’amendements  ».   De   manière   générale,   les   amendements   sont   utilisés   lorsque  le  parti  minoritaire  souhaite  imposer  des  biais  à  un  projet  de  loi  déposé  par  la   majorité,   soit   dans   le   but   de   faire   entendre   ou   imposer   son   avis   sur   le   sujet,   soit   tout   simplement   pour   marquer   son   opposition   et   faire   courir   le   débat   sur   le   long   terme,   voir   interpeller  l’opinion  publique.  En  1984,  plusieurs  élus  de  droite  ont  ainsi  déposé  2200   amendements   lors   de   l’examen   du   projet   de   loi   Savary 4  concernant   l’éducation.   Le   record   d’amendements   en   France   est   survenu   lors   du   dernier   quinquennat   de   Jacques   Chirac,  lorsque  l’opposition  déposa  137  665  amendements  (annexe  1)  concernant  la  loi   sur  la  privatisation  de  GDF-­‐Suez5  en  2006.       Plus   récemment,   le   débat   sur   le   mariage   pour   tous   incarne   le   parfait   exemple   d’une  obstruction  parlementaire  s’étalant  dans  le  temps  et  créant  ainsi  une  vive  réaction   de   l’opinion   publique.   Le   dépôt   de   4999   amendements   par   les   députés   UMP   bloqua   le   débat   pendant   près   d’une   semaine   complète   jusqu’au   vote,   créant   ainsi   un   tollé   médiatique  ainsi  que  de  nombreuses  manifestations  et  autres  indignations.  Des  mesures   ont   été   prises   pour   éviter   ce   type   d’exercice   de   flibusterie,   notamment   lorsque   l’UMP   en   2009  lança  un  clip6  dénonçant  «  les  ravages  de  l’obstruction  parlementaire  »,  qui  fini  par   aboutir  sur  une  réforme  du  règlement  de  l’Assemblée  Nationale  limitant  ainsi  l’examen   de   l’ensemble   d’un   texte,   malgré   les   protestations   de   la   gauche   qui   craint   d’être   «  bâillonnée  ».   Durant   le   débat   sur   la   loi   pour   le   mariage   pour   tous,   Bruno   Le   Roux,   patron  des  députés  socialistes,  pris  l’occasion  de  fustiger  la  droite,  trouvant  «  aberrant,   voir   «  atterrant  »,   le   fait   que   ces   derniers   déposent   un   tel   nombre   d’amendements.   Le   débat   politique   n’est   cependant   plus   limité   uniquement   à   l’Assemblée   Nationale   ou   au   Sénat.   Suite   à   l’émergence   d’une   nouvelle   forme   supposée   de   «  démocratie                                                                                                                   4  http://www.lefigaro.fr/actualite-­‐france/2013/01/11/01016-­‐20130111ARTFIG00612-­‐ mariage-­‐pour-­‐tous-­‐vers-­‐le-­‐meme-­‐sort-­‐que-­‐la-­‐loi-­‐savary.php   5  http://actu.dalloz-­‐etudiant.fr/a-­‐la-­‐une/article/point-­‐sur-­‐le-­‐droit-­‐ damendement//h/43e1f3b7d3421b437441b10ad8bb6c99.html   6  http://www.dailymotion.com/video/x8066s_obstruction-­‐parlementaire-­‐quand-­‐ le_news#.UXKaXyt5yVQ     5  
  9. 9. participative  »,  nous  avons  pu  voir  apparaître  de  nouvelles  formes  de  contestation.  Les   batailles   politiques   et   l’obstruction   existent   depuis   bien   des   siècles,   mais   l’apparition   d’internet   et   notamment   du   web   2.0   a   vu   naître   de   nouveaux   processus   sociaux   visant   à   faire  valoir  une  forme  de  contestation  ou  de  détournement.       2. Définition  et  fonction  politique  du  «  troll  »     a. Définition   L’utilisation  du  mot  «  troll  »  peut  paraître  très  étrange  au  sujet  de  la  politique,  il   pourrait  même  en  faire  sourire  quelques-­‐uns.  Il  s’agit  pourtant  là  du  sujet  principal  qui   est   abordé   dans   cette   recherche,   malgré   une   appellation   pour   le   peu   particulière.   On   aurait  pu  l’appeler  «  détourneur  »  ou  encore  «  perturbateur  »,  mais  c’est  l’utilisation  du   mot  «  troll  »  qui  est  dorénavant  utilisée  pour  parler  du  type  de  personne  sur  laquelle  je   vais  m’attarder  en  terme  de  définition.     La  première  question  qui  vient  à  l’esprit  est  donc  :  «  Qu’est  ce  qu’un  troll  ?  ».  Pour   y   répondre,   il   faut   reconnaître   qu’en   2013   il   existe   encore   très   peu   de   travaux   sur   un   point   de   vue   sociologique.   Cela   dit,   la   meilleure   définition   que   j’ai   pu   synthétiser   lors   de   mes   recherches,   est   celle   d’un   chercheur   en   sociologie   et   maître   de   conférences   à   Telecom   ParisTech,   qui   n’est   autre   qu’Antonio   Casilli.   Dans   son   livre   intitulé   «  Les   liaisons  numériques  »7,  il  nous  propose  une  première  définition  de  ce  qu’est  un  troll  :     «  Lorsque  l’on  parle  d’un  troll,  on  parle  d’une  personne  de  plus   en   plus   importante   sur   les   réseaux,   souvent   anonyme   dans   la   vie  de  tous  types  de  forums,  qui  se  démarque  par  l’utilisation   de   la   provocation,   des   insultes   et   autres   arguments   de   mauvaise  foi.  Il  possède  l’art  de  détourner  le  débat,  décentrer   les  discussions…  ».     Avant   même   de   donner   une   définition,   je   vais   revenir   sur   l’étymologie   du   mot   «  troll  ».   Il   existe   deux   sens   dont   il   faut   faire   une   certaine   distinction  :   le   premier   sens                                                                                                                   7  CASILLI  Antonio,  Les  liaisons  numériques,  Editions  du  Seuil,  Paris,  2010.       6  
  10. 10. remonte   à   la   mythologie   scandinave  ;   on   parle   du   troll8,   comme   étant   un   personnage   dont  l’image  est  d’être  immense,  et  qui  serait  presque  impossible  à  détruire.  Le  second   sens,   vient   de   la   langue   anglaise   et   plus   précisément   du   verbe   to  troll9,   qui   correspond   à   une  pratique  venant  de  la  pêche.  Dans  le  cadre  de  cette  recherche,  on  peut  dire  que  les   deux   sens   étymologiques   peuvent   être   utiles.   En   effet,   une   personne   définie   comme   étant   un   «  troll  »   a   vu   son   apparition   sur   les   réseaux   via   la   première   définition   du   personnage  scandinave,  enracinée  dans  une  culture  du  jeu,  dont  l’image  est  fantaisiste.   On  voit  le  troll  comme  cette  personne  qui  est  dans  une  certaine  mesure  indestructible   via  sa  possibilité  de  changer  d’avatar,  de  pseudonyme  et  de  continuer  ses  méfaits  sur  le   web   participatif   à   l’infini.   Le   second   sens   étymologique   peut   également   correspondre,   via  l’idée  qu’un  troll  utilise  ou  lance  des  propos  qui  ont  pour  unique  but  de  lui  ramener   l’attention   de   ses   congénères.   Yann   Leroux10,   psychologue,   psychanalyste   et   blogueur,   remonte   également   à   l’utilisation   d’une   facette   de   ce   personnage   qu’est   le   troll   par   Alfred   Jarry,   qui   ce   dernier   a   crée   le   docteur   Faustroll11.   Le   nom   de   ce   personnage   de   roman  n’est  pas  tel  qu’il  est  pour  rien,  car  il  incarne  le  créateur  de  la  pataphysique,  qui   n’est  autre  que  la  «  science  des  solutions  imaginaires  »  /  une  science  de  l’absurde.  Et  ce   qui   peut   caractériser   le   troll   des   temps   modernes,   c’est   son   utilisation   de   l’absurde   dans   son  discours.  Il  utilise  l’absurdité  comme  arme  afin  de  renvoyer  les  autres  interlocuteurs   vers   leurs   limites   et   contradictions.   Il   est   important   de   noter   que   le   troll   n’est   pas   seulement  un  individu,  mais  la  dimension  centrale  de  sa  définition,  est  qu’il  s’agit  d’un   processus   social  :   il   est   dans   l’interactivité,   dans   le   regard   et   dans   l’échange   avec   les   autres.   Pour   comprendre   ce   point   de   vu,   il   convient   d’étudier   quel   est   le   mobile   psychologique  du  troll.       On   parlera  d’un  processus  groupal  :  le  troll  pour  exister  a  besoin  d’un  groupe,  il  a   même   la   passion   du   groupe.   Ses   motivations   sont   doubles  :   tout   d’abord   individuelles,   son  mobile  est  proche  du  narcissisme,  il  a  besoin  d’être  vu  et  entendu,  que  les  autres  le   voient  ;   ses   motivations   envers   le   groupe   sont   autres,   il   a   besoin   d’une   certaine   méprise,   de  pouvoir  et  de  puissance,  de  sentir  qu’il  s’agit  d’un  détournement  vers  soi.  Le  troll  est   une  personne  qui  est  à  l’origine  intéressée  par  le  sujet  dans  lequel  elle  va  rentrer,  mais                                                                                                                   8  http://www.cnrtl.fr/definition/troll   9  Traduction  vers  le  français  :  To  troll  :  «  Pêcher  à  la  traîne  ».   10  http://www.psyetgeek.com/   11  JARRY  Alfred,  Gestes  et  opinions  du  Docteur  Faustroll,  pataphysicien,  Gallimard,  Paris,  1980.   7      
  11. 11. elle  prend  cette  figure  de  troll  lorsqu’elle  considère  que  le  sujet  n’est  pas  abordé  comme   il   doit   l’être,   que   les   informations   sont   fausses   ou   autre  ;   le   troll   se   confère   un   rôle   messianique   de   démasquement   dans   l’erreur,   mais   aussi   comme   la   personne   la   plus   capable   de   lever   le   voile   des   apparences   civilisées   dans   les   discours   des   forums   et   des   groupes  de  discussions.  On  parlera  d’une  fonction  destructrice,  mais  également  créatrice   de   sujets   de   discussion.   Pour   terminer   avec   ce   profil   psychologique   du   troll,   le   plaisir   qu’il   en   tire,   au   delà   du   rôle   qu’il   se   donne,   est   un   plaisir   de   déliaison  :   ce   qui   était   maintenu  en  ensemble  est  dissout  et  prend  une  autre  forme.  Il  joue  le  jeu  social  ou  le  jeu   de  groupe,  pour  se  mettre  en  dehors  lui-­‐même  du  groupe.  Quoiqu’il  arrive,  il  s’agit  d’une   personne   qui   reste   seule  :   il   lui   est   impossible   de   créer   sa   propre   communauté.   Une   chose   est   très   importante   à   travers   l’image   de   ce   type   d’individu,   c’est   le   fait   qu’aujourd’hui  on  veut  se  trouver  et  se  vanter  d’un  lien  social  ;  contrairement  à  cela,    le   troll   remplace   l’impossibilité   d’établir   un   réel   lien   social,   par   une   connectivité   sociale  :   Il   ne  peut  se  lier  aux  autres,  mais  peut  faire  tout  de  même  en  sorte  d’y  être  connecté  d’une   certaine   manière.   L’individu   va   donc   «  troller  »   dans   le   but   ultime   de   provoquer   des   modifications   structurelles   des   autres   individus   au   sein   du   réseau.   Cela   reste   un   phénomène  relativement  complexe,  découlant  du  fait  que  les  structures  sociales  en  ligne   sont  fondées  sur  des  liens  faibles,  rappelant  ainsi  la  théorie  de  Mark  Granovetter12  sur  la   force  des  liens  sociaux.     b. fonction  politique  du  troll       Après  avoir  compris  ce  qui  est  aujourd’hui  représenté  par  le  terme  «  troll  »,  et  le   sens   que   ce   dernier   prend   dans   le   cadre   de   cette   recherche,   nous   allons   maintenant   essayer  de  comprendre  l’utilité  politique  de  ce  dernier,  et  pourquoi  s’insère  t’il  dans  le   débat.       La   Transcendance   du   troll   est   assez   violente.   On   peut   considérer   que   son   apparition   sur   Internet   peut   correspondre   à   la   fin   de   la   possibilité   d’un   humour   de   guerre.   On   peut   prendre   par   exemple   le   journal   Hara-­‐Kiri   du   professeur   Choron,   qui   incarnait  dans  les  années  1960-­‐1980  les  vertus  de  la  guerre  à  travers  l’humour  bête  et                                                                                                                   12  GRANOVETTER  Mark,  Strength  of  weak  ties,  American  Journal  of  Sociology,  Vol.78,  No.  6  (May,   1973),  pp.  1360-­‐1380.     8  
  12. 12. méchant.  Le  problème  c’est  que  le  politique  à  partir  du  milieu  des  années  1970  a  «  perdu   son  utilité  première  de  souveraineté  des  prises  de  décision,  abandonné  au  monde  industriel   et   financier,   il   est   devenu   la   section   divertissement   de   ces   secteurs  »  dixit   Frank   Zappa13.   Tous   les   hommes   politiques   à   partir   des   années   1970   ont   commencé   à   apparaître   de   plus   en   plus   dans   les   médias   naissants,   considérés   alors   par   certains   comme   de   nouveaux  professionnels  du  divertissement  et  du  «  stand-­‐up  ».  Pour  prendre  un  exemple   concret   en   France,   Jean   Marie   Le   Pen   a   commencé   très   tôt   ce   type   de   pratiques,   cette   manière  de  se  faire  voir  et  entendre  autre  que  dans  l’arène  politique  restreinte.       Aujourd’hui,   on   peut   presque   considérer   que   celui   qui   aura   le   plus   d’audience,   sera  celui  qui  fera  le  plus  de  blagues,  ou  celui  qui  aura  la  palme  de  la  transgression.  C’est   ainsi   grâce   à   l’apparition   des   nouveaux   médias   que   le   troll   peut   agir,   grâce   à   l’apport   entier  du  web  2.0,  de  tout  l’internet  participatif,  notamment  via  les  réseaux  sociaux  tels   que   Facebook,   Twitter,   Myspace,   mais   également   tous   les   forums,   les   fils   de   discussions,     d’articles  de  journaux,  les  commentaires.  On  peut  prendre  par  exemple  la  campagne  de   François   Hollande   durant   laquelle   il   opérait   un   tour   de   France  :   sur   le   réseau   social   Twitter,   désormais   miroir   internet   de   nombreux   hommes   politiques,   ce   dernier   a   annoncé   «Et   profiter   de   mon   passage   dans   la   Capitale   de   la   chaussure14  pour   m’en   offrir   une   paire».   C’est   exactement   de   ce   type   d’information   que   le   troll   a   besoin  ;   une   information  très  simple,  mais  qui  peut  donner  du  grain  à  moudre  dans  les  discussions   sur   internet.   Le   troll   va   à   ce   moment   la   détourner   cette   information   pour   en   faire   quelque  chose  qui  se  trouvera  entre  l’humour  et  le  sarcasme.  Cela  peut  être  une  image   «  photoshopée  »,  ou  un  simple  détournement  verbal.       Le  troll  utilise  ce  pouvoir  de  l’humoriste  qui  lui,  n’arrive  pas  à  aller  à  la  vitesse  de   transgression   du   pouvoir  ;   il   incarne   une   figure   de   la   libération   dans   l’économie   de   l’attention   et   dans   l’économie   de   la   conversation   actuelle.   On   peut   donc   voir   cette   pratique  comme  un  sabotage  de  l’attention.  Mais  peut-­‐on  dire  concrètement  que  ce  type   d’usage   d’Internet   est   uniquement   à   voir   comme   néfaste  ?   Le   troll   n’a   pas   seulement   vocation  à  faire  de  l’humour  à  un  certain  degré,  il  est  aussi  le  porte  parole  du  malaise  de   la   civilisation,   sans   pour   autant  qu’il  faille  approuver  sa   façon   de   faire.  Les   politiques   ne                                                                                                                   13  http://www.standardsandmore.fr/vu-­‐lu-­‐entendu/40-­‐en-­‐librairies/359-­‐pacome-­‐thiellement-­‐ interview-­‐l-­‐humour-­‐arme-­‐de-­‐guerre   14  http://www.directmatin.fr/politique/2012-­‐03-­‐13/francois-­‐hollande-­‐romans-­‐capitale-­‐de-­‐la-­‐ chaussure-­‐6996     9  
  13. 13. peuvent   le   congédier   ou   le   réprimer   sans   brider   l’une   des   sources   principales   de   changement   d’innovation   de   la   sociabilité   en   ligne  :   le   fait   d’être   confronté   à   des   contenus,   postures   et   réactions   inhabituelles.   L’Angleterre   a   essayé   récemment   de   trouver   une   solution   à   ce   type   de   problème,   en   modifiant   ses   lois   sur   la   diffamation   (2011)15  ,   comprenant   dans   un   de   ces   articles   un   alinéa   concernant   la   diffamation   sur   internet  ;   ce   qui   passa   très   mal   dans   le   monde   du   web   sous-­‐terrain.   En   effet,   la   diffamation   sur   Internet   peut   être   très   liée   au   phénomène   de   trolling.   Mais   pourquoi   avoir   peur   de   cette   pratique   et   ainsi   déployer   une   arme   juridique   contre   ce   type   de   pratique  ?       Le   «  Trolling  »   menace   de   court-­‐circuiter   et   de   remodeler,   de   façon   dialectique   et   conflictuelle,   les   espaces   de   discussions   civilisées   que   les   démocraties   modernes   considèrent   toujours   comme   leur   espace   politique   idéal.   L’existence   même   des   trolls   anonymes,   intolérants   et   aux   propos   décalés,   témoigne   du   fait   que   l’espace   public   défini   par   le   philosophe   Jürgen   Habermas 16 ,   comme   un   espace   gouverné   par   la   force   intégratrice   du   langage   contextualisé   de   la   tolérance   et   de   l’apparence   crédible,   est   un   concept  largement  fantasmatique.       3. Renouvellement  sur  le  web  d’une  ancienne  pratique     Comme   je   l’ai   indiqué   dans   les   origines   du   détournement   en   politique,   cette   pratique  du  trolling  n’est  pas  nouvelle.  Malgré  le  fait  qu’elle  existait  précédemment  sous   d’autres  noms  et  dans  d’autres  formes,  cet  usage  de  détournement  a  vu  le  jour  très  tôt   notamment  après  la  signature  de  la  constitution  des  Etats-­‐Unis.  Ce  que  nous  cherchons  à   comprendre,   c’est   la   raison   qui   implique   un   renouvellement   de   ces   pratiques   que   sont   les  obstructions  parlementaires  ou  le  dépôt  massif  d’amendements,  sur  la  toile  du  web,   et   sous   des   formes   totalement   différentes.   Dans   cette   partie   nous   traiterons   essentiellement  du  modus  operandi  du  troll.                                                                                                                     15  http://www.ifex.org/united_kingdom/2011/01/12/libel_law_reform_promises/fr/   16  HABERMAS  Jürgen,  L’espace  public,  archéologie  de  la  publicité  comme  dimension  constitutive  de   la  société  bourgeoise,  Paris,  Editions  Payot,  rééd.  1988,  324p.       10  
  14. 14.   Il   convient   donc   de   connaître   la   manière   avec   laquelle   cette   notion   de   détournement  ancienne  s’est  insérée   dans   le   débat   public   via   Internet  aujourd’hui.  Mais   il  existe  des  premières  traces  de  cette  pratique  avant  même  l’arrivée  du  web  2.0,  sur  ce   que  l’on  appelait  auparavant  «  Usenet17  »  (l’ancêtre  d’Internet).  Je  parle  notamment  de   la   «  guerre  des  miaou-­‐miaou   »18,  déclenchée  en  1996  entre   un   groupe   de   discussion   des   étudiants  d’Harvard  et  de  leurs  étudiants  voisins.  Il  s’agissait  alors  de  répondre  à  chaque   intervention  par  «  meow  meow  bang  bang  »  sur  leurs  fils  de  discussions  respectif.  Cette   guerre  dura  près  d’un  an  et  alla  même  jusqu’à  menacer  le  fonctionnement  de  Usenet,  qui   fonctionnait  à  l’époque  par  un  réseau  de  bas  débit.       Une  des  premières  raisons  qui  a  permis  cette  évolution,  des  pratiques  politiques   internes   à   la   sphère   publique,   c’est   notamment   le   fait   que   l’on   rêvait   de   renouveler   la   démocratie   par   internet,   en   offrant   aux   citoyens   de   nouvelles   méthodes   participatives   dans   la   prise   de   décision   publique.   Au   niveau   démocratique   il   s’agit   d’une   intention   parfaitement   légitime,   mais   qui   bien   sûr   n’a   pas   eu   que   des   aspects   positifs.   Aujourd’hui   lorsque   l’on   parle   de   ces   citoyens,   on   s’adresse   alors   à   une   population   qui   avant   toute   chose,   connaît   les   usages   d’Internet   et   sait   l’utiliser   (cette   part   de   la   population   qui   ne   cesse   de   croître   dans   le   temps).   Cette   évolution   a   incarné   une   porte   ouverte   pour   les   mécontents   et   perturbateurs   de   l’attention.   Leur   méthodologie   est   relativement   vaste,   mais   elle   est   également   dorénavant   caractérisée   par   plusieurs   pratiques   de   plus   en   plus   visibles.   On   retrouve   fréquemment   des   messages   insultants,   du   dénigrement   de   l’adversaire,   des   techniques   qui   consistent   à   «  noyer   l’ennemi  »   de   commentaires   (flooding),   ou   même   encore,   l’utilisation   du   désormais   célèbre   Point   Godwin19,   qui   consiste   à   faire   des   références   directes   inappropriées   au   nazisme   pour   qualifier   son   adversaire.   C’est   un   mode   opératoire   très   violent   qui   est   utilisé   le   plus   fréquemment.   Des   attaques   frontales   qui   peuvent   aller   jusqu’à   poster   des   contenus   scatologiques,   sexuels  et  totalement  injurieux.       Les   journalistes   qui   sont   aujourd’hui   actifs   sur   les   réseaux   sociaux,   et   principalement   lorsqu’ils   parlent   de   politique,   en   font   les   frais   d’une   manière   de   plus   en   plus   fréquente.   Des   fans   de   tous   bords   politiques,   de   gauche   ou   de   droite,   ou   encore   des   défenseurs  des  riches  entrepreneurs  jusqu’aux  antinucléaires,  chacun  de  ces  domaines  a                                                                                                                   17  http://www.usenet-­‐fr.net/Qu-­‐est-­‐ce-­‐que-­‐Usenet.html   18  http://www.psyetgeek.com/la-­‐meow-­‐war   19  http://quoi.info/actualite-­‐politique/2013/01/31/cest-­‐quoi-­‐un-­‐point-­‐godwin-­‐1123376/   11    
  15. 15. désormais  des  «  e-­‐militants  »,  s’adonnant  de  manière  consciente  ou  non  au  trolling.  Qu’il   s’agisse   des   journalistes,   des   hommes   ou   femmes   politiques   ou   encore   des   blogueurs   célèbres,   lorsque   ces   derniers   s’investissent   de   manière   substantielle   sur   les   réseaux   sociaux,   ils   ont   désormais   pris   l’habitude   de   ces   pratiques.   Il   faut   y   voir   une   raison   évidente,   notamment   pour   les   politiques  :   autrefois   politiciens   faisaient   part   de   leurs   différentes  opinions  d’en  haut  jusqu’à  leur  électorat  (en  bas)  qui  n’avaient  pas  de  réels   moyens   d’y   répondre.   Avec   le   web   2.0,   cet   électorat   a   vu   descendre   les   prescripteurs   d’opinions   de   leurs   piédestaux,   et   peuvent   ainsi   leur   répondre   en   utilisant   des   commentaires   directs,   comme   par   exemple   sur   Twitter,   en   répondant   de   manière   instantanée.   Il   s’agit   là   bel   et   bien   d’un   progrès,   mais   la   pratique   de   détournement   et   dénigrement  s’intensifie  à  mesure  que  les  politiques  entremêlent  la  sphère  publique  et   la   sphère   privée.   En   contrepartie   de   cette   évolution   positive,   il   devient   insupportable   pour  les  politiques,  journalistes  et  blogueurs  de  subir  à  la  longue  les  insultes,  tentatives   de  détournements  d’informations,  et  autres  attaques  violentes  des  trolls.       Cette   utilisation   nouvelle   des   hommes   politiques   d’internet   s’inscrit   dans   une   évolution   démocratique,   mais   également   technologique.   Le   pari   fût   très   risqué   dans   une   époque  ou  internet  prend  une  importance  majeure  au  sein  des  médias,  et  reflète  donc  un   des   meilleurs   moyens   de   faire   parvenir   de   l’information   du   haut   vers   le   bas.   C’est   pourquoi   nous   allons   voir   dans   la   partie   suivante   comment   le   web   est   descendu   dans   l’arène  politique,  en  tentant  de  comprendre  quel  est  le  rapport  entre  citoyens,  Internet   et  la  politique  d’aujourd’hui.                     12  
  16. 16. Deuxième  partie  –  Une  progressive  descente  du  web  dans   l’arène  politique  ?       Après  une  analyse  de  ce  qui  représente  les  nouvelles  pratiques  de  détournement   politique   sur   internet,   nous   allons   nous   intéresser   d’avantage   aux   processus   qui   ont   permis   cette   évolution,   ce   qui   a   permis   notamment   aux   citoyens   de   débattre   sur   Internet,  pourquoi  le  font-­‐ils  aujourd’hui  pour  faire  prévaloir  leur  parole,  et  dans  quelles   mesures  les  politiques  ont  eux-­‐mêmes  évolué  dans  le  cadre  de  l’évolution  technologique.   Pour   traiter   cette   partie,   nous   allons   tout   d’abord   voir   un   historique   de   l’utilisation   du   web  à  des  fins  politiques,  principalement  dans  le  cadre  électoral  en  reprenant  quelques   dates   clés,   puis   essayer   de   savoir   si   internet   est   vraiment   ou   non   un   outil   démocratique,   pour   ensuite   tenter   de   comprendre   pourquoi   les   citoyens   utilisent-­‐ils   dorénavant   Internet   dans   le   débat,   puis   terminer   sur   l’analyse   de   l’interpénétration   des   deux   univers,   que   sont   Internet   et   la   politique   via   les   usages   des   hommes   politiques   eux-­‐ mêmes.     1. Historique  de  l’utilisation  du  web  à  des  fins  politiques     Dans  cette  partie  nous  allons  analyser  quelles  sont  les  évolutions  historiques  de   l’utilisation   d’Internet   pour   les   politiques.   Ce   sont   eux   qui   ont   initié   cette   descente   du   web   dans   la   sphère   publique,   notamment   en   lançant   des   initiatives   à   buts   électorales.   Comme   il   a   été   dit   auparavant,   internet   a   été   vu   par   ces   derniers,   et   dans   une   bonne   intention,   comme   le   fait   de   donner   aux   citoyens   la   possibilité   de   s’exprimer   plus   facilement   dans   le   cadre   de   la   prise   de   décision   publique.   Il   y   eut   plusieurs   stades   d’évolutions  pour  ce  qu’il  s’agit  de  cette  arrivée  de  la  politique  sur  Internet,  insufflée  par   la   nécessité   des   politiques   d’utiliser   ce   média   pour   toucher   encore   plus   les   masses   et   de   faire   grossir   les   rangs   partisans   de   leurs   partis   politiques   respectifs.   Cela   va   sans   dire,   que  dans  le  cadre  de  l’évolution  numérique,  les  partis  politiques  aspirent  de  plus  en  plus   à   se   rapprocher   de   la   notion   de   partis   de   masse,   comme   il   a   été   théorisé   notamment   par     13  
  17. 17. Maurice   Duverger   dans   son   livre   sur   les   Partis   Politiques 20 .   Il   convient   donc   de   reprendre   cette   évolution,   qui   a   notamment   eu   comme   point   de   départ   les   élections   municipales  françaises  de  2001.     a. Les  élections  municipales  de  2001     Internet   a   fait   sa   première   apparition   dans   les   foyers   français   à   partir   de   1994.   Cela  dit,  à  cette  époque  on  parle  d’avantage  de  Usenet,  qui  représente  donc  la  version  1.0   du  web  tel  qu’on  le  connaît.  On  assiste  à  ce  moment  là,  à  la  première  utilisation  libre  en   réseau,  prenant  ainsi  la  relève  d’Arpanet  (massivement  utilisé  à  des  fins  militaires).  On   peut  dorénavant  «  surfer  »  sur  le  web,  tel  qu’on  le  connaît  aujourd’hui,  via  un  ensemble   de  pages  en  «  HTML  »  incarnant  le  mélange  de  textes,  des  liens,  des  images  adressables   via   une   adresse   URL   et   accessibles   via   un   protocole   HTTP.   L’utilisation   de   Usenet   était   relativement  rare  à  l’époque,  en  effet,  l’équipement  nécessaire  était  cher,  et  pas  toujours   à   la   portée   du   grand   public   technologiquement   parlant.   L’ascension   a   été   surtout   vue   au   début   des   années   2000   avec   l’arrivée   des   connexions   haut   débit,   donc   le   prix   de   l’abonnement   variait   autour   de   30   euros.   En   2001,   selon   une   étude   Médiamétrie21,   nous   n’étions  que  près  de  12  millions  d’internautes,  représentant  approximativement  20%  de   l’électorat  en  âge  de  voter.  Alors  que  les  partis  politiques  avaient  majoritairement  lancé   un   site   Internet,   ce   n’est   réellement   qu’avec   les   élections   municipales   de   2001   que   les   premières   expérimentations   ont   débuté.   Cela   s’est   avéré   être   un   processus   relativement   lent,   car   à   cette   époque   les   politiques   avaient   une   certaine   peur   d’Internet  :   en   effet,   il   représentait   pour   eux   un   espace   non   maîtrisable   où   l’information   circule   très   rapidement,   sans   pouvoir   la   contrôler.   Cela   n’empêcha   pas   notamment   Bertrand   Denaloë   (PS)   et   Philippe   Seguin   (UMP),   tous   deux   candidats   à   la   mairie   de   Paris,   d’utiliser  Internet  pour  «  chatter  »  avec  la  population.       A   ce   moment   de   l’histoire   d’Internet,   l’outil   reste   vu   par   les   politiques   comme   étant   un   gadget,   on   parle   d’expérimentations   dans   la   mesure   ou   son   utilisation   est   toujours  à  l’essai,  même  si  plusieurs  organisations  politiques  commencent  à  lui  donner   une  certaine  confiance.                                                                                                                     20  DUVERGER  Maurice,  Les  partis  politiques,  Paris,  Editions  Colin,  1951.   21  http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-­‐net/nombre-­‐internautes-­‐france.shtml   14    
  18. 18.   «  On   pense   que   ça  va   nous   apporter  un   plus   chez   certains   jeunes   qui   avaient   de  Philippe   Séguin   l'image   d'un   politique   qui   ne  connaît  rien  à  Internet.  »22   La   seconde   évolution   importante   d’Internet   intervient   en   2005,   peu   de   temps   après   l’annonce  de  Jacques  Chirac  vis  à  vis  du  référendum  sur  la  Constitution  Européenne.       b. 2005  :  Les  premières  contestations  sur  Internet   Après   avoir   annoncé   l’année   précédente   que   le   traité   européen   serait   ratifié   par   voie   référendaire,   Jacques   Chirac   a   vu   monter   une   opposition   forte   sur   Internet  :   Malgré   le   fait   que   tous   les   partis   politiques   majeurs   s’étaient   mis   en   action   pour   faire   une   campagne   majoritaire   autour   d’un   «  oui  »,   quelques   partis   aux   «  extrêmes  »,   ainsi   que   quelques   réfractaires   à   l’intérieur   des   grands   partis,   ont   opéré   une   vaste   levée   de   bouclier.   Internet   a   finalement   participé   à   la   victoire   du   «  non  ».   Etienne   Chouard23,   enseignant   d’économie   au   lycée   et   blogueur,   a   lancé   un   manifeste   via   Internet   pour   critiquer   le   projet   de   traité   européen,   face   à  l’absence   de   pluralisme   dans   les   médias   sur   le  sujet.  C’est  ainsi  que  le  manifeste  en  question  lancé  sur  son  blog,  fit  le  tour  du  web  et   devint   célèbre.   On   voit   ainsi   que   le   2.0   commence   à   rentrer   en   ligne   de   compte   pour   l’élaboration   de   la   décision   publique.   En   effet,   Etienne   Chouard   a   réussi   au   fur   et   à   mesure   à   passer   du   statut   d’anonyme,   à   porte   drapeau   du   «  non  »   au   traité   européen.   Son   intervention   s’est   fortement   élargie   en   étant   relayée   par   plusieurs   politiques   du   mêmes  avis,  sans  compter  sur  sa  manière  de  tacler  les  journalistes,  qui  pour  lui  étaient   porteurs   d’une   idée   unique.   Dire   que   cet   homme   a   réussi   à   lui   tout   seul   à   donner   une   victoire   au   «  non  »   serait   peut   être   exagéré,   mais   il   a   été   prouvé   que   son   action   a   fortement   pesé   dans   la   balance.   Internet   devient   alors   par   cet   exemple,   un   lieu   d’opposition,   voir   un   instrument   de   contre-­‐pouvoir.   C’est   l’avènement   du   web   2.0,   qui   incarne  l’Internet  participatif.       C’est   en   2007   que   l’utilisation   d’Internet   dans   le   cadre   électoral   va   se   massifier,   notamment  par  les  créations  des  sites  de  campagnes.                                                                                                                   22  Déclaration  de  Jean-­‐Dominique  Giuliani,  responsable  de  la  campagne  de  Philippe  Seguin  lors   des  élections  à  la  mairie  de  Paris  en  2001.   23http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Constitution_revelateur_du_cancer_de_la_democratie.p df     15  
  19. 19. c. Internet  comme  outil  d’organisation  de  la  campagne  électorale     En  2007,  la  population  est  désormais  très  impliquée  dans  l’utilisation  d’Internet.   Selon   la   même   étude   Médiamétrie   citée   précédemment,   cette   population   se   porte   aux   alentours  de  30  millions  d’internautes.  Le  constat  est  clair,  ces  nouvelles  données  vont   faire   passer   le   rapport   entre   politique   et   Internet   à   un   nouvel   échelon.   Cet   outil   va   devenir  le  nouveau  moyen  pour  les  candidats  à  l’élection  présidentielle  de  2007,  d’une   part   de   communiquer,   mais   également   d’établir   une   organisation   puissante   pour   leurs   campagnes.  Plusieurs  sites  Internet  vont  être  utilisés  par  chaque  candidats,  dans  le  but   de   réunir   sous   leurs   bannières   un   nombre   important   de   partisans,   de   rassembler   ces   derniers,   ainsi   que   de   les   coordonner   pour   participer   eux-­‐mêmes   à   la   campagne.   Ségolène  Royal  va  notamment  lever  près  de  130000  contributions  sur  internet  pour  le   financement   de   sa   campagne,   via   le   site   «  Désirs   d’avenir  »24.   Nicolas   Sarkozy   va   se   faire   remarquer   en   utilisant   une   «  Web-­‐TV  » 25 .   En   s’appuyant   sur   les   militants   et   la   blogosphère,  ils  leur  ont  donné  une  véritable  place,  un  moyen  d’expression  au  delà  des   sentiers  battus  habituels  de  la  campagne  électorale.  Reste  à  connaître  l’impact  réel  que   cela   a   produit   en   terme   d’électorat,   mais   on   peut   noter   un   changement   dans   l’usage   d’Internet  pour  les  politiques,  mais  également  pour  les  citoyens  qui  peuvent  participer   plus  que  jamais  au  débat.  Un  an  plus  tard  en  2008,  Internet  va  être  réellement  érigé  au   rôle  d’arme  de  campagne,  via  la  campagne  présidentielle  américaine  de  Barack  Obama.     d. La  campagne  américaine  de  Barack  Obama  en  2008   En   plus   d’un   succès   aux   urnes,   la   campagne   électorale   pour   les   présidentielles   américaines   de   2008   fut   une   véritable   révolution   des   usages   partisans   et   militants   d’Internet.   Son   usage,   comprenant   les   réseaux   sociaux,   devient   le   moteur   de   la   campagne,  et  devient  ainsi  un  exemple  à  suivre.  Le  «  Yes  we  can  »  d’Obama  représente   bien   cette   dimension   participative,   totalement   impersonnelle   de   la   campagne,   parfaitement   taillée   pour   l’utilisation   des   réseaux   sociaux.   Il   s’agira   de   la   première   pratique   réelle   «  d’empowerment  »   des   citoyens.   Via   l’utilisation   du   site   web                                                                                                                   24  http://www.desirsdavenir.org/   25  http://www.politique.net/2008110101-­‐sarkozy-­‐fr-­‐une-­‐web-­‐tv-­‐dupliquee-­‐une-­‐dizaine-­‐de-­‐ fois.htm     16  
  20. 20. «  Mybarackobama.com  »26,   Internet   devient   une   plateforme   centrale   de   coordination   qui   fait  gagner  du  temps,  de  l’efficacité  et  rapprochant  au  possible  la  sphère  décisionnelle  de   la  sphère  militante.  Tout  se  fait  désormais  sur  Internet  pour  recruter  et  coordonner  les   militants.  Les  réseaux  sociaux  sont  aussi  le  terrain  de  recrutement  qui  va  être  privilégié,   en  organisant  ensuite  la  tractation  et  les  mobilisations.  On  ne  fait  plus  que  simplement   communiquer   auprès   des   électeurs,   on   les   fédère   via   l’outil   du   Web.   L’exemple   sera   d’ailleurs   suivi   en   2010   en   France,   pour   préparer   les   élections   présidentielles   suivantes,   notamment   avec   l’utilisation   de   la   «  Coopol  »   pour   le   PS,   et   par   «  les   créateurs   de   possibles  »  pour  l’UMP.       Il   convient   maintenant   d’essayer   de   voir   comment   ces   évolutions   érigeant   Internet  comme  un  outil  de  démocratie  participative,  ont  été  vues  au  niveau  scientifique.   Peut-­‐on  même  dire,  que  cet  outil  est  réellement  démocratique  ?       2. Internet  use  d’une  symbolique  de  la  démocratie     Nous   avons   vu   dans   le   point   précédent   de   quelle   manière   Internet   s’est   érigé   comme  un  élément  central  dans  la  politique  aujourd’hui.  D’une  part  comme  étant  le  relai   d’opinions,   détrônant   la   plupart   des   médias   traditionnels,   d’autre   part   en   permettant   aux   citoyens   de   débattre   et   faire   valoir   leurs   idées   plus   facilement,   et   également   en   organisant  et  regroupant  les  militants.  Cette  pratique  prenant  une  importance  majeure,   plusieurs   travaux   scientifiques   ont   alors   vu   le   jour,   pour   essayer   de   comprendre   si   l’aspect   démocratique   accordé   à   Internet   est   une   réalité   ou   non.   On   peut   notamment   prendre   des   chercheurs   tels   que   Patrice   Flichy 27  ou   Dominique   Cardon 28 ,   qui   ont   commencé  à  théoriser  les  usages  d’Internet  et  son  rapport  avec  la  démocratie.       Internet  peut  être  vu  comme  un  outil  mettant  en  situation  d’égalité  l’émetteur  et   le   récepteur   à   première   vue,   ce   qui   représenterait   un   usage   idéal   de   démocratie   participative.   Cette   agora   électronique   a   démarré   notamment   dans   les   années   1990,                                                                                                                   26  http://www.barackobama.com/   27  FLICHY  Patrice,  L’imaginaire  d’Internet,  La  Découverte,  Paris,  2001,  273  p.   28  CARDON  Dominique,  La  démocratie  Internet.  Promesses  et  limites,  Paris,  Seuil,  2010.       17  
  21. 21. alors   que   l’on   commençait   à   comparer   l’utilisation   du   web   à   l’espace   public   Habermassien.   Certains   l’ont   réellement   vu   comme   la   possibilité   de   créer   un   nouvel   espace   de   débat,   une   extension   du   réel   où   les   informations   se   partageraient   instantanément.     Pour   reprendre   le   terme   «  d’agora  »,   on   peut   citer   Al   Gore 29  qui   compara   l’arrivée   d’Internet   comme   «  le   nouvel   âge   athénien   de   la   démocratie  ».   Or,   il   faut   relativiser   ce   positivisme   en   analysant   de   quelle   manière   Internet   fonctionne   t-­‐il   réellement.       Le  débat  sur  le  web  est  en  effet  la  plupart  du  temps  contrôlé  par  les  participants   eux-­‐mêmes,   voir   des   modérateurs   si   nécessaire.   Malgré   cette   notion   d’autocontrôle,   le   débat   est   le   plus   souvent   inégalitaire.   On   y   voit   une   multiplication   de   points   de   vus   contradictoires   et   une   non   élaboration   de   positions   communes.   Ce   qui   complique   la   participation   au   débat,   est   essentiellement   la   coexistence   d’identités   sur   le   web   et   l’utilisation  d’avatars  enlève  une  part  de  légitimité  dans  l’acte  discursif.       Internet   n’est   alors   pas   entièrement   démocratique   comme   on   aurait   pu   l’entendre,   il   existe   de   nombreux   biais   dans   l’attitude   des   utilisateurs,   empêchant   une   réelle   utilisation   dépassant   les   limites   de   la   démocratie   représentative.   Lincoln   Dahlberg30  dans   une   de   ses   recherches   a   observé   la   mise   en   place   d’un   projet   dans   le   Minnesota  en  fin  des  années  1990.  Il  en  tira  les  conclusions  suivantes  :     «  On   peut   développer   de   véritables   délibérations   en   ligne   et   retrouver   le   cadre   de   l’espace   public   Habermassien   si   les   participants  respectent  des  règles  formalisées,  les  acceptent,  et   sont  modérés  par  des  modérateurs.  A  ces  conditions,  Internet   peut   favoriser   des   discussions   constructives   et   relativiser   une   démocratie   du   débat   largement   ouvert   qui   peut   dépasser   les   limites  de  la  démocratie  représentative.  »   On  apprend  alors  qu’Internet  peut  être  un  outil  démocratique,  la  possibilité  existe  sans   le  moindre  doute.  Mais  en  suivant  cette  conclusion  de  Dahlberg  il  convient  d’y  voir  l’idée   que   cette   possibilité   ne   tient   qu’à   l’utilisation   des   usagers   eux-­‐mêmes.   Si   ces   derniers   choisissent   délibérément   d’adhérer   à   une   plateforme   de   débat   et   d’en   respecter   les                                                                                                                   29  http://www.algore.com/   30  http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/838/747   18    
  22. 22. règles,  alors  l’outil  utilisé  aura  une  réelle  utilité  dans  le  débat.  Aux  Etats-­‐Unis,  le  site  web   communautaire   Reddit31  crée   en   2005,   représente   un   bon   exemple   de   lieu   d’échange,   essentiellement   utilisé   pour   les   échanges   de   liens   hypertextes   par   catégories   ou   thèmes,   où   les   utilisateurs   se   sont   mis   d’accord   dès   le   départ   pour   respecter   les   règles   d’échanges   du   site   Internet.   Concernant   ce   site   Internet,   le   fait   le   plus   frappant   est   l’utilisation  de  Barack  Obama32  lors  de  sa  campagne  pour  les  élections  présidentielles  de   2012.  En  effet  ce  dernier  a  invité  les  internautes  et  utilisateurs  du  site  Reddit,  à  lui  poser   n’importe   quelles   questions33.   Cet   événement   s’est   réalisé   sans   le   moindre   accrochage,   preuve   d’un   fonctionnement   relativement   positif.   Pour   Cass   Sunstein34,   spécialiste   du   droit  constitutionnel  américain,  la  différence  entre  la  souveraineté  de  l’individu  et  celle   des  politiques  réside  dans  l’intérêt  de  ceux-­‐ci  :   «  La   souveraineté   du   consommateur   et   la   souveraineté   politique   sont   fondamentalement   différentes  :   la   démocratie   politique  est  le  résultat  d’un  gouvernement  de  la  délibération  ;   les   choix   politiques   répondent   aux   intérêts   du   collectif   et   moins  à  ceux  de  l’individu.  L’opinion  publique  se  construit  par   le  débat,  l’échange  et  la  délibération.  »     Pour   parler   du   débat   sur   Internet,   on   peut   alors   parler   des   communautés   d’intérêts  :   en   effet,   il   s’agit   essentiellement   d’une   demande   de   rencontre   d’individus   d’opinions   proches,   d’autant   plus   forte   que   les   individus   eux   mêmes   se   retrouvent   idéologiquement   isolés   dans   leurs   environnements   naturels.   Il   y   aurait   donc   une   fracture   démocratique   dans   l’usage   d’Internet   qui   n’est   pas   identique   à   la   fracture   numérique  :  il  ne  suffit  pas  seulement  d’être  connecté  sur  le  web  pour  faire  de  ce  dernier   un   instrument   politique   de   débat   démocratique.   Pour   conclure,   Internet   n’est   pas   démocratique,  il  usera  plutôt  d’une  symbolique  de  la  démocratie  dans  la  mesure  ou  ce   dernier   incarne   un   agrégateur   d’intérêts   individuels.   Il   convient   maintenant   de   voir   pourquoi  les  citoyens  ont  usé  d’Internet  comme  d’un  outil  de  débat  politique.                                                                                                                     31  http://www.reddit.com/   32   http://www.reddit.com/r/IAmA/comments/z1c9z/i_am_barack_obama_president_of_the_unite d_states/   33  http://www.lemonde.fr/elections-­‐americaines/article/2012/08/30/obama-­‐investit-­‐reddit-­‐ quand-­‐les-­‐republicains-­‐investissent-­‐romney_1753115_829254.html   34  http://bostonreview.net/BR26.3/sunstein.php     19  
  23. 23. 3. «  L’empowerment  »  des  citoyens  sur  Internet     L’outil   incarné   par   Internet,   est   devenu   progressivement   la   cible   des   politiques   dans  le  cadre  de  la  passation  d’informations,  mais  également  et  surtout  au  moment  de   faire   campagne.   En   effet,   comme   il   l’a   été   cité   précédemment,   les   années   2000   ont   vu   l’avènement  des  usages  d’Internet  pour  une  utilisation  par  le  haut  des  politiques,  et  par   le  bas  pour  les  citoyens.  C’est  notamment  en  2008  que  l’on  a  pour  la  première  fois  utilisé   le  terme  d’«  empowerment  »  des  citoyens  sur  le  web.  La  campagne  de  Barack  Obama  et   son  «  Yes  we  can  »,  ont  montré  une  posture  impersonnelle  de  l’homme  politique,  qui  au   lieu   de   parler   uniquement   de   lui   comme   prescripteur   d’opinions,   a   fait   en   sorte   de   montrer   aux   citoyens   que   c’est   cet   ensemble   de   la   population   qui   choisit   la   meilleure   voie   à   emprunter   dans   le   choix   de   leur   dirigeant.   Méthodologie   nouvelle   pour   une   campagne   présidentielle   qui   a   valu   une   victoire   nette   de   Barack   Obama.   En   donnant   l’impression  à  ces  citoyens  que  la  prise  de  décision  politique  vient  d’eux  à  la  base,  il  leur   a  donné  du  pouvoir.     On  peut  citer  Benoît  Thieulin35,  ancien  dirigeant  du  site  participatif  «  Désirs  d’avenir  »,   utilisé  par  Ségolène  Royal  en  2007  qui  nous  dit  :     «  Le   plus   important   dans   les   pratiques   qui   se   développent   actuellement,   c’est   que   le   numérique   offre   des   capacités,   des   moyens,  et  donc  du  pouvoir  au  gens  ;  c’est  cela  la  révolution  de   l’empowerment  ».     Selon   la   plupart   des   chercheurs   en   sciences   politiques,   nous   sommes   aujourd’hui   au  tout  début  d’un  processus  de  participation  de  la  part  du  citoyen.  C’est  là  que  Barack   Obama   a   compris   l’utilité   d’Internet.   Cette   imbrication   entre   le   monde   physique   et   le   monde  numérique  n’existait  pas  encore  il  y  a  15  ans,  alors  qu’aujourd’hui  on  utilise  de   plus   en   plus   fréquemment   Internet   pour   faire   campagne,   pour   envoyer   les   militants   tracter,  faire  du  porte-­‐à-­‐porte  ou  manifester.  L’utilisation  d’Internet  à  des  fins  politiques   a   d’ailleurs   grandi   à   mesure   que   l’utilisation   d’Internet   s’est   démocratisée   à   travers   le   monde.   Cet   exemple   d’Obama   en   2008   a   d’ailleurs   été   repris   en   2010   en   France   par   divers   partis   politiques,   comme   l’UMP,   le   PS   ou   encore   les   Verts.   La   preuve   en   est   que                                                                                                                   35  http://www.lanetscouade.com/equipe/benoit-­‐thieulin     20  
  24. 24. nous   sommes   à   l’ère   ou   les   politiques   eux-­‐mêmes   veulent   donner   de   plus   en   plus   d’importance  à  leur  électorat,  en  les  écoutant  d’avantage  et  en  les  faisant  participer,  ils   ont   compris   qu’il   s’agit   là   d’une   technique   qui   fonctionne.   Donner   du   pouvoir   aux   citoyens   et   le   meilleur   moyen   de   susciter   leur   attention.   C’est   exactement   la   définition   que   l’on   pourrait   concéder   à   l’empowerment.   Il   faut   également   voir   que   ce   pouvoir   grandissant   du   citoyen   connecté   n’a   pas   uniquement   des   vues   positives   pour   les   politiques.   En   effet,   depuis   2005   et   l’exemple   du   «  non  »   au   traité   européen36,   on   a   également   vu   apparaître   une   pratique   de   contestation   de   plus   en   plus   courante   sur   le   web,   et   gagnant   en   importance   avec   le   temps.   Car   les   dérives   liées   au   numérique   sont   également   nombreuses,   et   elles   sont   en   réalités   liées   à   la   société  ;   cette   révolution   numérique   ne   ferait   donc   qu’amplifier   les   tendances,   elle   n’inventerait   rien   mais   donnerait   plus   d’ampleur   à   des   phénomènes   anciens,   comme   celui   des   rumeurs   notamment.       Beaucoup   d’acteurs   vont   même   jusqu’à   dire   que   l’on   assiste   clairement   à   une   révolution   de   type   «  marxiste  »,   vu   que   les   coûts   de   production   des   outils   qui   servent   aujourd’hui   à   s’exprimer   et   à   communiquer   se   sont   effondrés,   ce   qui   a   provoqué   une   démocratisation   des   pratiques.   Le   public   a   qui   on   a   donné   des   outils   d’expression   personnelle  participe  comme  auteur  et  lecteur,  et  plus  seulement  comme  spectateur  et   électeur   à   la   vie   politique   sur   cette   scène   de   l’Internet.   Concernant   les   pratiques   participatives,   Internet   a   démontré   qu’il   est   possible   d’élargir   l’espace   démocratique,   mais   il   n’a   pas   pour   autant   tout   réglé.   En   effet,   grâce   à   cet   outil   beaucoup   plus   d’individus   ont   eu   l’occasion   de   participer   d’avantage   à   la   vie   politique   à   des   coûts   moindres,  mais  cela  n’insinue  pas  pour  autant  que  toute  la  population  est  en  passe  d’agir   de   la   sorte.   L’audience   politique   a   tout   de   même   considérablement   augmenté,   vu   qu’il   est   dorénavant   plus   simple   de   pouvoir   se   tenir   au   courant,   avoir   des   comptes   rendus,   voir   un   meeting   sur   Youtube37,   sans   avoir   à   se   déplacer   de   chez   soit.   Internet   a   donc   permis   aux   citoyens   de   pouvoir   se   créer   un   avis   sur   les   politiques   beaucoup   plus   facilement  ;  au  niveau  informationnel  l’évolution  est  plus  que  notable.  Mais  n’est  ce  pas   plus   compliqué   au   final   lorsqu’il   s’agit   de   participer   à   la   construction   de   décisions   politiques  ?   Sans   le   moindre   doute.   Cet   empowerment   des   citoyens   via   Internet   a   pris                                                                                                                   36  FOUETILLOU  Guilhem,  Le  web  et  le  traité  constitutionnel  européen,  Réseaux  1/2008  (n°  147),   p.  229-­‐257.     37  http://www.youtube.com     21  
  25. 25. une   dimension   très   importante   dans   la   vie   politique   aujourd’hui,   mais   n’a   pas   pour   autant  permis  aux  masses  de  rentrer  facilement  dans  un  principe  de  codécision.  Il  reste   de  nombreux  biais  contraignant  cette  possibilité  de  donner  un  réel  moyen  aux  individus   de   participer   à   la   décision   politique.   La   plupart   du   temps,   lorsque   ce   principe   de   codécision   est   mis   en   avant,   il   peut   y   avoir   un   problème   de   ciblage   de   la   population   concernée,   qui   peut   alors   ne   pas   avoir   d’avis   sur   certaines   questions.   Cela   pose   le   problème  de  la  manière  de  demander  leurs  avis  aux  individus,  leur  niveau  d’éducation,   et  quelles  sont  leurs  attentes  réelles  ?  La  participation  du  citoyen  via  Internet  est  encore   en   phase   de   construction,   on   apprend   toujours   aujourd’hui   à   essayer   de   faire   fonctionner  le  processus  qui  permettrait  alors  d’assurer  un  réel  pouvoir  à  ces  derniers.   Ce   n’est   pas   parce   que   nous   avons   les   moyens   techniques   de   participation,   que   la   technique  à  utiliser  pour  faire  participer  les  citoyens  à  la  décision  politique  est  encore  au   point.   Il   faut   dorénavant   réfléchir   d’avantage   à   la   question   de   légitimité   de   cette   participation,  de  la  pertinence  et  du  sens  que  l’on  peut  lui  accorder.  C’est  pour  cela  que   nous   pouvons   dire   avec   certitudes,   que   nous   sommes   encore   aujourd’hui   au   début   du   processus   d’empowerment   des   citoyens.   Cela   dit,   il   faut   également   étudier   la   manière   avec   laquelle   la   sphère   publique   des   politiques   et   leur   sphère   privée   s’entremêlent   de   plus  en  plus  sur  Internet.     4. Entremêlement  de  la  sphère  publique/privée  du  politique     Nous   avons   pu   voir   qu’Internet   est   un   lieu   ou   le   débat   politique   s’est   progressivement  inséré  dans  le  cadre  de  l’évolution  numérique.  Mais  le  débat  n’est  pas   le  seul  élément  qui  s’est  vu  renouvelé  sur  le  web.  L’image  des  hommes  politiques  était   autrefois  limitée  à  leur  sphère  publique  :  c’est  à  dire  que  l’on  connaissait  peu  de  choses   de  la  vie  privée  de  nos  dirigeants,  tout  ce  que  nous  pouvions  voir  concernait  leurs  prises   de   décisions   politiques,   et   ce   que   les   médias   laissaient   transparaître   à   l’heure   ou   il   existait   encore   une   censure   et   un   ministère   de   l’information,   qui   contrôlaient   les   parutions  médiatiques  et  sabordaient  les  informations  indésirables  pour  la  vie  politique.   Alain   Peyrefitte38  était   une   des   grandes   figures   du   musellement   de   la   presse   dans   les   années   60.   Mais   la   donne   a   considérablement   changé,   notamment   depuis   l’affaire                                                                                                                   38  http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/alain-­‐peyrefitte-­‐le-­‐diplomate-­‐65723     22  
  26. 26. Mazarine,   qui   fut   un   des   premiers   scandales   à   éclater   au   grand   jour   dans   le   monde   politique,   lorsque   François   Mitterrand   présidait   la   France.   Vint   alors   une   période   ou   nombres  de  scandales  politiques  se  sont  succédés,  et  ont  fait  les  choux  gras  de  la  presse,   relayant   l’information   au   public.   Internet   signa   l’avènement   des   médias   en   ligne,   et   la   révolution  numérique  vint  encore  plus  bousculer  cette  tendance  à  l’étalage  public  de  la   vie  privée  des  politiques.       Aujourd’hui,   voir   les   hommes   politiques   se €

×